Ce sujet a 262 réponses, 12 participants et a été mis à jour par Epicture Epicture, il y a 2 semaines et 2 jours.

3 sujets de 261 à 263 (sur un total de 263)
  • Auteur
    Messages
  • #33480
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour Epicure,

    En revanche ses mains produisent sur mon corps un effet étonnant. C’est comme si au bout de ses doigts des ondes traversaient ma peau pour venir faire vibrer mon corps. Ces ondes se propagent et traversent mon être pour finir en des convulsions, des spasmes et contractions musculaires particulièrement au niveau thoracique et abdominal. Inutile de dire que j’en profite allègrement.

    Je connais quelque chose de proche, ce n’est pas systématique mais quand je ne suis pas trop « orienté Pénis » les caresses de ma compagne me rendent totalement hystérique en activant directement ma prostate, des caresses dans le haut du dos, des seins ou des fesses me font rapidement gémir et déclenchent parfois des orgasmes fulgurants… C’est dans ces moments que je partage le plus mon Plaisir prostatique avec elle, même si je n’ai pas de masseur inséré en moi.

    Ce que je décri est plus une façon de vous en parler, une image, qu’une réalité concrète. C’est beaucoup plus subtil, et délicat, en forme de diffusion douce, parfois brutale, faite de picotement, voire de sensations de brulure vives et brèves, d’envahissements soudains, et de retombées toute aussi soudaine, c’est en fait assez indescriptible.

    ça ressemble beaucoup à ce que je vis parfois au niveau énergétique, mais il y a toujours un moment ou ceci est relié à la zone prostatique en tant que « réservoir d’énergie ».
    Quand une émotion (en tant qu’énergie) se débloque et circule, un spasme ou un orgasme se déclenche alors soudainement.

    Ce qui rend cette période étrange, c’est le sentiment de perdre le contact avec la réalité d’un monde que je m’était construit. Tout part à volo, c’est à la fois inquiétant, et rassurant, envoutant, et anxiogène, jouissif et douloureux.

    C’est assez typique des périodes de déstructuration, c’est assez déstabilisant et exaltant en même temps, mais on se sent beaucoup plus vivant que dans des périodes de stabilité. Ensuite tu seras probablement dans autre chose, quelque chose de plus stable.

    Par rapport à ce que décrit Mantak Chia, j’ai aussi parfois du mal à faire redescendre l’énergie au delà de la gorge.
    Dans ces cas là je m’oriente vers quelque chose de plus léger en laissant bouger et danser les énergie là ou elles veulent aller…
    (c’est un peu ce que décrit Darpan, ou « le mouvement interne » de la fascia-thérapie ou de certaines danses méditatives reliées à cette discipline.)

    Je suis de plus en plus connecté à mon corps via des pratiques de méditation profonde. Tout ceci s’écarte du massage prostatique, et je ne sais pas si mon témoignage est toujours pertinent dans le cadre de ce forum, mais c’est quand même le massage prostatique qui a éveillé ma prostate, et m’a permis d’avoir de mon corps une expérience, une vision, radicalement différente de celle que j’avais il y a tout juste un an.

    De mon point de vue on est on ne peut plus dans le sujet de ce forum, car c’est par un état de présence (ou de méditation) au corps que je rentre très rapidement dans le plaisir prostatique (beaucoup plus que par de longues et fastidieuses respirations) et c’est le plus souvent une concentration sur des points d’énergie hors de la zone prostatique (ou que je mets en relation avec) qui me sert de déclencheurs à spasmes et orgasmes.

    #33810
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je pensais pouvoir un jour annoncer le basculement de mon être dans une autre dimension, celle ou les orgasmes prostatiques succédent aux super O, qui succèdent aux déferlantes, et aux tsunamis, mais cela ne se passe pas comme ça.
    Il n’y a pas pour moi de basculement, il y a lentes et progressives modifications, avec une courbe qui semble légèrement ascendante. Mais même cette assenions est difficilement perceptible, un peu comme le mouvement des aiguilles des minutes et des heures sur une horloge. C’est en remontant loin dans le passé que l’on peut éventuellement s’en apercevoir. Eventuellement parce que la connexion à moi même, à ce qu’il vit en moi, brouille l’image que je me fait du passé car je vis de plus en plus dans le présent. De ce fait, les éléments comparatifs se dissipent.
    Mon corps me parle de plus en plus souvent. Il m’envoie des signes, toujours agréables : vagues vibratoires, spasmes musculaires pics électriques, fourmillements, brusques changements du rythme cardiaque, bouffées de chaleur, sensation de froid dans le dos, sensations de battements dans la gorge, etc… à n’importe quel moment du jour, ou de la nuit. Ces signes peuvent paraitre inquiétants, mais ils ne m’inquiètent pas. Tous les voyants médicaux (car je consulte quand même régulièrement) sont au vert. Mon médecin me dit que je suis en très bonne santé, sauf quelques réactions allergiques aux pollens.
    Je deviens accroc à toutes ces manifestations, corporelles et émotionnelles, quand elles s’estompent, je relance avec diverses pratiques :
    – Massage prostatique
    – Masturbation sans éjaculation (façon Mantak Chia)
    – Port d’anneau pénien
    – Séance de Méditations
    La méditation prend de plus en plus de place. Depuis que j’ai découvert tandava, la danse de shiva/shakti, (voir les liens dans le sujet dédier au tantra) J’ai abandonné le massage anerosless. Le mouvement de balancier de cette pratique doit certainement masser la prostate d’une façon beaucoup plus efficace. Probablement d’ailleurs comme doit le faire les techniques de mise en orbite microcosmique préconisées dans le Taoïsme, mais ce dernier favorise un mouvement ondulatoire d’avant en arrière. Il est pour moi moins naturel, plus forcé que le mouvement latéral de Tandava. Tout cela bien sûr selon mon expérience personnelle.

    Bon cheminement à tous

    #34216
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Voilà un moment que je ne suis pas venu ici.

    Ma dernière séance a été divine.
    Je pratique en insérant un aneros, différent à chaque fois. C’est selon mes envies. Hier soir c’était le progasm junior.
    Je l’insère le soir au moment de me coucher, et m’installe confortablement en chien de fusil, sur le côté droit.
    Je pousse avec mon rectum pour que la butée périnéale ne presse pas trop. Ensuite, je laisse faire. Le masseur à tendance à revenir. Quand je sens que la butée périnéale comprime un peu trop, je pousse. Peu à peu, mon anus se détend, et l’aneros trouve une place très confort qui lui permet de suivre les mouvements de la respiration. Avant je relâchait tout à l’expiration. Mais maintenant, je fais l’inverse, je relâche à l’inspiration, et à l’expiration j’accompagne avec le plancher pelvien en le faisant remonter. Les vagues se diffusent et mon corps commence sa série de spasmes. Le plus souvent je m’endors. Puis, après environ une heure de sommeil, mon corps me réveille alors que je suis envahi d’ondes de plaisir qui me bercent par vagues successives. Je ne fais rien de particulier, seulement profiter. Et peu à peu les vagues se font plus intenses, plus profondes, et ça continue à monter. Une telle puissance de plaisir, c’est inédit. Je suis saisi par ces vagues qui m’enserrent le corps, puis ça me laisse un peu tranquille. Alors j’interviens, et contracte légèrement mon anus. Et mon corps repart doucement à l’assaut de lui-même, et ainsi de suite pendant 1 heure. Parvenir à cela c’est tout simplement divin. Comme le dit la chanson, je n’ai besoin de personne en Harley Davidson. Sauf que ma monture ne vibre pas, c’est mon corps qui vibre. Je me sens comme Brigitte Bardot, le corps saillant, avide de sensations, et si je meurs demain, c’est que tel était mon destin !! 🙂

    Bon cheminement à tous !

3 sujets de 261 à 263 (sur un total de 263)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.