Ce sujet a 10 réponses, 4 participants et a été mis à jour par Peri Peri, il y a 11 mois et 1 semaine.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)
  • Auteur
    Messages
  • #23793
    Peri
    Peri
    Participant

    Bonjour à tous,

    Ce document qui est à l’origine d’un nouvel élan dans ma sexualité, dans ma perception de mon corps et de mes désirs, est pour moi très important et le sera pour des hommes et des femmes en quête de savoir et de sensualité. Rares sont les pièces traitant sans clichés ni tabous de la sexualité à notre époque pourtant héritière de « la révolution sexuelle ». Alors merci pour cette initiative !

    Voilà à peu près deux années que je chemine avec le soutien de ce sympathique forum, en retenant une grande satisfaction aujourd’hui. D’où mon désir de proposer ce sujet de discussion afin de faire évoluer un manuel qui ne contient qu’une voie possible afin qu’il devienne plus proche des besoins de ses lecteurs.

    J’espère que cette initiative ne vous paraîtra pas trop orgueilleuse et que vous vous l’approprierez afin que vous aussi puissiez exprimer votre point de vue. Tâchons d’être précis et pertinant !

    #23795
    Peri
    Peri
    Participant

    Un pré-requis au succès d’une session : le lâcher prise. Il est indiqué des méthodes, au début du Traité, pour favoriser cela par la respiration où le choix d’un moment approprié. Puis on rentre dans le dur de la pratique avec les contractions, les fantasmes, les positions ect. Ca peut créer, si j’ose dire, une charge mentale au lieu de la détente adéquate.
    Pour ma part, je ne fais rien durant mes sessions, j’observe seulement ce qu’il se passe, je suis mon désir. Au début de mon cheminement je me posais milles questions au lieu d’écouter le désir du débutant que j’étais.
    C’est pourquoi je propose qu’il soit fait mention de la méthode « ne rien faire » afin que les anxieux est conscience d’une approche non basée sur le contrôle.

    #23798
    bzo
    bzo
    Participant

    je comprends parfaitement ce que tu veux dire,
    cependant plutôt que « ne rien faire », j’écrirais plutôt « laisser faire ».

    tous mes derniers messages vont en ce sens,
    être spectateur de son corps se faisant l’amour, laisser faire…

    Ceci étant dit, avant d’en arriver là, il faut acquérir une technique,
    cette première période demande qu’on s’interroge, cherche des conseils,
    s’engage dans toutes sortes de directions avant de trouver la sienne

    Les interviews de grands musiciens , concernant la technique, sont unanimes,
    il faut oublier la technique, s’en dégager mais pour pouvoir y arriver,
    il faut une maîtrise totale de celle-ci.
    C’est un peu la même chose pour le sujet qui nous concerne.

    Heureusement cela ne prend pas des années comme pour le piano ou le violon,
    quelques semaines peuvent suffire.
    Après il n’y a plus qu’à s’oublier et à laisser faire son corps,
    il sait mieux que quiconque où est son plaisir.

    Chez moi ce stade de l’apprentissage de la technique a été assez rapide,
    ayant eu pendant des mois une pratique quotidienne, voire multi-quotidienne.
    Pour le reste avec mes 10 ans de yoga derrière moi,
    j’ai appris à écouter mon corps, en fait une grande partie du yoga consiste en cela,
    être à l’écoute des messages de son corps,
    donc pour moi la transition après a été finalement assez facile,
    une fois la technique acquise et maîtrisée, j’ai pu ouvrir les vannes en grand,
    tout est oublié, moi, la technique, j’ai pu laisser mon corps délirer
    autant qu’il veut et comme il veut sans aucune contraintes,
    on est aux premières loges, spectacle grandiose,
    le plaisir dans tous ses états, sans aucun frein, sans aucune limite

    #23799
    bzo
    bzo
    Participant

    ah zut, je ne peux plus éditer, je voulais encore ajouter quelque chose.

    Le plaisir sans aucune pudeur, ni retenue morale, physique ou psychologique aussi
    car on est essentiellement femme en train de se donner du plaisir, femme en train de jouir
    quand on s’enfonce un masseur prostatique dans le fondement

    #23800
    bzo
    bzo
    Participant

    et puis concernant le traité d’Aneros

    comme tout le monde quand je l’ai découvert,
    je me suis rué dans sa lecture et il m’a été d’une grande aide par certains aspects
    cependant je m’en suis éloigné assez rapidement , je ne m’en cache pas,
    j’ai une façon radicalement différente d’envisager le massage prostatique, beaucoup plus dynamique,
    changeant constamment de postures, énormément de variété, tantôt en force, tantôt en douceur,
    une lutte amoureuse comme si on était deux, je ne vais pas m’étendre là-dessus,
    j’ai décrit ma façon de faire en long et en large déjà

    pour moi le traité d’Aneros représente une approche, certes qui n’est pas la mienne.
    Il a le mérite d’être très pédagogique, traitant en profondeur et complètement le sujet.
    Il faudrait plutôt d’autres traités pour diversifier et enrichir les points de vue
    qui permettraient aux débutants de parvenir au plaisir prostatique en trouvant leur voie plus facilement

    #23805
    fidelio
    fidelio
    Participant

    Le plaisir sans aucune pudeur, ni retenue morale, physique ou psychologique aussi car on est essentiellement femme en train de se donner du plaisir, femme en train de jouir quand on s’enfonce un masseur prostatique dans le fondement

    Oui, mais là stop ! @bzo tu as sans nulle doute l’esprit ouvert et tu te sens bien dans ton corps et dans ton esprit, mais ce n’est absolument pas le cas de tout le monde. Commencer par dire qu’on est une femme quand on s’enfonce un Aneros c’est foutre une trouille bleue à tous les gars (comme moi au tout début) qui se posent plein de questions sur leur masculinité. J’étais de ton avis au début de mon cheminement, et aujourd’hui je ne le suis plus du tout. Pour la simple et bonne raison que chaque homme possède une prostate et a donc le pouvoir d’apprendre à en tirer du plaisir. Jusqu’à preuve du contraire les femmes n’ont pas de prostate, et pour moi désormais la comparaison n’est plus valide. C’est une idée qui m’a excitée et fait peur tout à la fois au début, mais physiologiquement elle est sans fondement.
    En ce qui me concerne, j’utilise mon masseur comme un bonhomme 😉

    Qu’on ait tous en nous des traits de personnalité tantôt masculins tantôt féminins, c’est autre chose, et cela n’a rien à voir avec la sexualité.

    #23806
    bzo
    bzo
    Participant

    @fidelio
    je ne vois pas ce qu’il y a d’effrayant, chaque homme a une prostate et chaque homme a une part féminine en lui,
    commencer à jouer avec sa prostate, c’est faire appel aux possibilités infinies de plaisir de cette part féminine. C’est un cadeau merveilleux que nous fait la nature.

    J’ai la conviction que cela n’entraîne aucune conséquence sur notre identité sexuelle.
    Au contraire, cela nous permet plus facilement de nous accepter tel qu’on est,
    cette part féminine en nous, elle restera toujours dans l’ombre,
    c’est une rivière qui nous irrigue dans les profondeurs
    et retourne dans l’ombre dès que tu as enlevé le masseur.
    Je ne ressens aucune trace de féminisation dans mon quotidien, aucun changement,
    plutôt un sentiment de bien-être, de plénitude et d’apaisement
    grâce au plaisir prostatique

    Tout ce que je dis, c’est qu’au plus on accepte lors d’une séance
    que cette part féminine prenne les commandes de notre corps,
    au plus intense et débridé sera notre plaisir

    #23807
    fidelio
    fidelio
    Participant

    @bzo c’est ta croyance, ton ressenti personnel. Ici on parle d’éventuelles modification d’un traité qui est censé être adapté à tous. Si on m’avait dit au début de mon cheminement que c’est ma part féminine qui prend les commandes, j’aurais fui le massage prostatique à toutes jambes, et je suis à peu près certain de ne pas être le seul dans ce cas; il suffit de taper « masculinité » dans le moteur de recherche du forum pour s’en convaincre.

    Ce qui n’empêche pas ta façon de voir les choses d’être très ouverte, sensible et poétique et j’y souscris 🙂

    Le traité d’Adam présente l’avantage certain de n’être « que » un guide pratique et ne fait mention à aucun moment d’un quelconque rapport à la spiritualité ou à la psychologie, ce qui le rend accessible à tous.

    #23810
    bzo
    bzo
    Participant

    @fidelio
    -d’abord si tu m’avais lu un peu attentivement à aucun moment je propose de modifier le traité d’Aneros,
    c’est le titre du thread initié par @peri,
    j’interviens dans cette discussion en regrettant simplement qu’il n’y ait pas d’alternatives sérieuses au traité d’Aneros. De part mon expérience, je sais qu’il y existent des techniques totalement différentes pour aller taquiner sa prostate et c’est un peu dommage qu’il n’y ait pas d’autres manuels reflétant cette diversité d’approches possibles.

    je me base sur mon expérience, sur mon ressenti, certes
    mais il y a une chose que personne ne peut nier,
    c’est la radicale différence qu’il y a entre les sensations du plaisir et des orgasmes prostatiques
    et puis les sensations du plaisir et des orgasmes qu’on peut ressentir en faisant l’amour ou en se masturbant

    Différences dans l’intensité, la durée, la répétitivité des orgasmes possibles, etc,
    toute personne qui a atteint un certain niveau de succès dans notre pratique, ne peut l’ignorer.
    C’est un monde de ressentis complètement différent qui n’est comparable en toute objectivité qu’au plaisir féminin,
    en fait il y est assimilable.

    Mais c’est le point que tu vas contester sans doute, personnellement je trouve plutôt étrange que tu te sentes agressé dans ta masculinité par ce genre d’affirmation, tu ne devrais vraiment pas,
    celle-ci n’est pas érodée, ni remise en question par une pratique du plaisir prostatique régulière

    #23820
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Votre idée @peri est excellente. Il faudra sans doute un peu de temps pour regrouper les points forts de l’expérience de nos amis qui se sont engagés dans ce cheminement. Adam (NXPL) avait commencé en janvier 2014 une forme de compilation à des fins pédagogiques ; épuisé par la multitude des tests à effectuer pour animer son blog il n’avait pas pu continuer (j’espère qu’il se porte mieux maintenant…). Depuis le forum a contribué à apporter de nombreux retours d’expérience mais en ordre dispersé.

    Les premières interventions sur ce nouveau sujet montrent qu’il sera utile, et je pense nécessaire, de bien séparer deux domaines qui se superposent dans le forum. L’un est le massage prostatique basé sur l’utilisation d’un masseur destiné à être utilisé sans les mains. L’autre est la recherche de l’orgasme prostatique par tout autre moyen. Comme son nom l’indique le Traité d’Aneros ne concerne que le premier point. C’est à la fois son avantage, il est plus concis et son inconvénient, il ne parle pas de tout.

    Je pense important d’ajouter explicitement un point souvent mentionné dans les forums mais absent du traité. Il s’agit de l’état d’esprit avec lequel un débutant doit engager une session sans rien en attendre en terme de plaisir ni d’orgasme, en ne réagissant qu’à ce qui se produit, non à ce qui ne se produit pas. Même si l’objectif du cheminement est de découvrir la jouissance prostatique, chaque événement de la session doit être vécu positivement dans ce qu’il est indépendamment de l’objectif ultime. Il faut avoir présent à l’esprit que l’on ne force pas mécaniquement l’orgasme de la prostate (comme celui du pénis) ; on le reçoit quand on est prêt à le vivre.

    Bon cheminement à tous.

    #24106
    Peri
    Peri
    Participant

    Bonjour,
    Merci Andraneros pour le lien intéressant que vous avez partagé dans votre message précédent. Adam y formule le conseil suivant :

    -7) Accepter des sensations profondément intimes nouvelles et à ce titre éventuellement dérangeantes

    Il m’a fait écho à la sentation que je qualifirais de « mur mental » rencontrée lors de mes sessions. Il est fréquent qu’à un moment donné je me retrouve face à une sensation désagréable qui ressemble à une angoisse légère et qui va souvant de pair avec un souvenir plutôt négatif. C’est le karma !
    Si je ne dévie pas mon attention de mes pensées tout en gardant en tête la capacité d’érotisation de mon esprit j’arrive en peu de temps à dissoudre ces « murs ».

    J’ajouterais pour le corps et l’esprit, Adam résume bien :

    -De façon plus générale et intime, travailler sur la perception que vous avez de votre corps (rigidité, relâchement, force, fragilité, tension, apaisement).

    La dualité n’est qu’illusion.

11 sujets de 1 à 11 (sur un total de 11)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.