Mots-clés : ,

Ce sujet a 28 réponses, 6 participants et a été mis à jour par Envole Envole, il y a 2 mois et 2 semaines.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Messages
  • #28877
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour,

    Je trouve les mots Prostate et plaisir prostatique assez moches, suis-je le seul ?
    J’y ressens un côté médical plus proche du bloc opératoire que des expériences sensuelles et extatiques que nous vivons.
    Je trouve aussi cela réducteur car ce plaisir très vaste et très changeant se situe aussi dans de nombreuses zones énergétiques du corps et se trouve aussi en interattraction avec ces différentes régions : fesses, anus, coccyx, bassin, seins, zones du dos et du ventre, sans parler de la quasi-totalité du corps qui peut aussi devenir extrêmement érogène à partir du moment ou on ne se focalise plus sur le pénis.

    D’ailleurs c’est souvent le fait de me concentrer sur d’autres zones que la prostate (tel que le coccyx, les seins, le cœur, les fesses) qui va alors déclencher l’orgasme.

    Pour ma part plaisir interne me va assez bien, mais il y a sûrement d’autres termes plus poétiques ou évocateurs…

    #28881
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    C’est une excellente question @aneveil qui n’est pas posée pour la première fois mais n’a pas reçu de réponse jusqu’à maintenant. Il est bon de la reposer. Malgré le développement de cette pratique nous en sommes restés à sont point de départ paramédical vendu par High Island Health ou à l’utilisatgion très localisée des doigts.

    A nos méninges et bon cheminement à tous.

    #28885
    aneveil
    aneveil
    Participant

    C’est aussi parce qu’il y a ici des membres plus doués que moi pour l’écriture que je pose la question 😉

    En vrac, ce qui me vient…

    Le feu du dedans   (en clin d’œil à Carlos Castaneda)

    La porte secrète des plaisirs

    La cave enchantée

    La grotte aux délices

    Le puis des sens

    Le soleil du dedans

    La part cachée du plaisir

    Le tunnel de l’extase
    (A l’inspir cette sensation de tunnel partant de la boule d’énergie du périnée, qui monte en passant par le nombril, le plexus solaire et parfois le cœur et le sommet du crâne…)

    Je rends l’antenne, à vous les studios ! 😉

    #28897
    bzo
    bzo
    Participant

    hum, moi cela ne me dérange pas , les termes plaisir prostatique

    ils ont le mérite de comporter une précision essentielle en eux,
    qu’on évoque une forme de plaisir dont la source principale est la prostate,
    la stimulation de la prostate

    les gens qui connaissent encore mal ce type de plaisir
    vont automatiquement l’associer
    à la forme la plus connue de pratique pour l’obtenir,
    à savoir le massage prostatique avec un aneros
    utilisé tel que décrit dans le Traité d’Aneros
    alors qu’en fait, c’est tellement plus vaste, tellement plus diversifié

    c’est comme le terme médecine, c’est un terme générique
    qui recouvre des dizaines et des dizaines de spécialités
    qui comporte un socle commun mais ont aussi souvent d’énormes différences

    plaisir qui peut se localiser dans la zone du bassin
    comme il peut être ressenti dans tout le corps,
    plaisir dont la source unique peut être la prostate
    comme il peut être décuplé, enrichi, diversifié
    par l’emploi des main, des mouvements du bassin,
    de tout le corps en fait

    avec accessoires, sans,
    associé à du plaisir anal, du plaisir pénien, etc

    le corps tout entier peut être un réceptacle du plaisir ressenti ,
    une chambre d’amplification de la prostate,
    comme il peut devenir lui-même générateur du plaisir
    en association avec la prostate,
    c’est très mystérieux la façon dont tout cela fonctionne,
    c’est tellement riche, protéiforme,
    tous nos abysses peuvent être invoqués,
    autant dire qu’il n’y a pas de limites

    mais une chose est sûre, en tout cas chez moi c’est comme cela,
    même quand j’ai trois doigts enfoncés jusqu’à la garde dans mon cul
    et que je danse dessus lascivement avec mon bassin,
    la prostate vibre, la prostate est omniprésente,
    elle génère, elle décuple, elle propage,
    elle est la source première tout en dessous,
    même quand il y a toute une série d’autres couches de source de plaisir qui s’empilent dessus,
    ma petite pile atomique, inlassable émettrice,
    elle est là tout au fond de moi, c’est grâce à elle que tout cela est possible

    #28901
    aneveil
    aneveil
    Participant

    @bzo

    alors qu’en fait, c’est tellement plus vaste, tellement plus diversifié

    Tu admets donc bien que ces termes sont réducteurs et qu’ils ne reflètent pas la richesse des expériences vécues. Partant de là je pense que ces termes réducteurs peuvent induire en erreur ceux qui s’aventurent dans cette voie en oubliant toute la sensorialité des autres parties du corps, voir sa globalité.

    Je suis d’accord pour constater que la source se trouve bien au niveau de la zone prostate/périnée soit pile au niveau du 1er Chakra Muladhara car j’envisage de plus en plus ces pratiques comme étant des pratiques essentiellement énergétiques.

    #28903
    bzo
    bzo
    Participant

    Tu admets donc bien que ces termes sont réducteurs et qu’ils ne reflètent pas la richesse des expériences vécues. Partant de là je pense que ces termes réducteurs peuvent induire en erreur ceux qui s’aventurent dans cette voie en oubliant toute la sensorialité des autres parties du corps, voir sa globalité.

    c’est comme le yoga, chacun y prend ce qu’il a envie, selon ses besoins,
    si tu ne veux qu’un moment de détente, de ressourcement, c’est possible,
    si tu veux plus, une voie dans laquelle s’engager, une manière de vie, une discipline,
    voire une religion, c’est possible aussi

    certains s’engagent dans le massage prostatique,
    juste pour les sensations immédiates, sans se poser de questions
    d’autres veulent aller plus, explorer plus loin, se remettre en question,
    leurs parts d’ombre, leurs abysses, s’émanciper,
    trouver une façon de s’épanouir, un nouvel équilibre avec eux-même et le monde

    le yoga est suffisamment vaste pour accueillir toutes sortes de démarches,
    il en est ainsi pour notre pratique aussi

    car j’envisage de plus en plus ces pratiques comme étant des pratiques essentiellement énergétiques.

    je suis d’accord, mes mains, les contractions,
    éveillent des énergies intérieures

    c’est très excitant à ressentir,
    comme je l’ai déjà écrit,
    parfois juste une esquisse de caresse et comme si des continents se mettaient en mouvement en moi,
    toute une vastitude,
    c’est incroyable comme sensation

    Je suis d’accord pour constater que la source se trouve bien au niveau de la zone prostate/périnée soit pile au niveau du 1er Chakra Muladhara

    les contractions que je fais pour reproduire un sexe pénétrant, son action diverse et riche entre mes jambes,
    c’est essentiellement mula bandha

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 3 semaines par bzo bzo.
    #28908

    Epicture
    Participant

    Moi je propose : le plaisir sympathique.
    Pourquoi ?
    Parce que la prostate est étroitement liée au système nerveux vegetatif, orthosympathique et parasympathique. L’inervation permet la diffusion des sensations dans tout le corps, et la stimulation des muscles lisses qui fonctionnent de façon autonomes. Je ne sais pas comment ça marche, ni si ce que je dis est scientifiquement vrai, mais ça me parrait plausible. En plus on se debarasse de toute connotation orientale, ou indienne, on reste dans le truc occidental : bien rationnel, mais néanmoins sympathique. Le mot plaisir me parrait indispensable, et le mot sympathique permet de jouer sur sa pluralité de sens. Il decentre de de la prostate, et recentre sur lensemble du corps. L’inconvénient, c’est qu’au passage on s’éloigne de la zone peri-anale, or, c’est par là que ca commence.
    Bises a tous

    #28914

    Epicture
    Participant

    Apres réflexion, la pratique du massage prostatique en vue du plaisir prostatique recelle un potentiel de critique dont on ne mesure pas à mon avis l’importance ici. C’est pourquoi cette expression : « plaisir prostatique » à le mérite d’être clair. Il n’y à pas de tentative de l’enrober dans de l’édulcorant pour dissimuler ou embellir quoi que ce soit.
    Cela dit c’est vrai qu’elle ne reflète pas la puissance de la pratique.
    Bon cheminement a tous !

    #28915
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Il y a une piste à explorer, celle proposée par l’expression pragmatique souvent employée dans les forums anglophones « full body orgasm » (FBO), orgasme de tout le corps.
    Reverso.net propose les traductions de
    • « tout le corps »,
    • « total » (dans l’expression « it is total body orgasm » soit « c’est le pied total »),
    • complet,
    • balayage dans l’expression « full body scan » (balayage complet du corps par le scanner),
    • intégral,

    Cette expression a l’avantage
    • d’être concise et facile à utiliser,
    • d’être très générale,
    • de rester à l’écart de toute spiritualité, ce qui permet son utilisation en toutes circonstances,
    • de mettre en évidence que cette forme d’orgasme procure une jouissance bien plus étendue que celle procurée par la seule stimulation du pénis,

    Elle a comme inconvénient
    • de ne pas être imagée,
    • de n’apporter aucune précision sur la source du plaisir.

    @epicture j’aime bien ce que vous proposez « orgasme sympathique » mais il manque encore le petit grain de folie qui en ferait un orgasme plus désirable que celui que tout le monde connaît, qui alimenterait les fantasmes de ceux qui n’ont pas encore vécu une telle expérience. .

    Pour répondre à votre dernier message, il faut reconnaître que résumer en deux ou trois mots une expérience dont les ressentis sont aussi variés est une tâche très difficile. Le remue-méninges continue. Bon cheminement à tous.

    #28924
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je suis assez d’accord avec toi Aneveil, je trouve les termes « massage prostatique » et « plaisir prostatique » un peu clinique. Ils ont cependant le mérite d’être clair et immédiatement compréhensible de tout le monde. En conséquence, je ne pense pas qu’il faille les faire disparaître du paysage de nos discours, mais peut-être les réserver pour certaines circonstances, et pour certains interlocuteurs.

    Mais sommes nous obligé de choisir un terme pour évoquer notre pratique et ce que nous ressentons? Je suis d’avis que chacun utilise le ou les termes qui lui conviennent le mieux. Nous aurons vite compris de quoi il s’agit.

    Parmis les termes que tu proposes, il y en a que j’aime beaucoup, mais que je n’utiliserais pas dans les mêmes circonstances. Ainsi, le soleil du dedans trouveras sa place dans un récit plus poétique que la cave enchantée, qui m’évoque presque instantanément une image peu poétique, mais fort sympathique tout de même.

    Je pense qu’à l’avenir j’utiliserai quelques un des termes que tu proposes. Je n’en ai pas en revanche pour le moment de nouveau à proposer, mais si le cas se présente, je n’hésiterai pas en vous en faire part.

    Lucky (que je salue au passage, il me semble qu’il nous lit toujours de temps en temps) en son temps avait employé les termes de basilique et de joyaux. C’est même ainsi qu’il avait nommé son fil de discussion. lucky-son-experience-sa-basilique-du-xiieme-son-petit-joyau
    Au passage, petit message privé pour Lucky, si tu nous lis, j’aurais vraiment aimé avoir de tes nouvelles. Tu avais constaté de profondes transformation chez toi si je ne me trompe pas. J’aimerais savoir où tu en es aujourd’hui. Si tu as 2 mn….

    Epicture,

    Je comprends bien l’idée du plaisir sympathique, mais je trouve qu’il donne une connotation trop….sympathique. Qu’il reflète finalement assez peu ce qu’il est censé décrire.

    Je n’ai pas vraiment fait avancer le schmilblik, mais j’ai donné mon avis 🙂

    #28930
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Merci pour vos différentes piste et commentaires !

    Je n’ai pas fait de trouvailles particulières, juste l’idée d’un plaisir relativement caché, une ouverture apte à nous rendre peu à peu plus complets en nous ouvrant à cette polarité Yin.

    « Yin pleasure experience » 😉

    Mais comme pour moi l’orgasme provient de l’union entre deux polarités opposées, ou si on veut que la lumière d’une ampoule s’allume il faut bien brancher le + et le –
    Et pour mieux coller à cette idée de complétude…

    « Yin/Yang pleasure experience » 😎

    Désolé pour l’anglais, mais en Français ça ne sonne pas du tout.

    J’ai encore le souvenir d’une intuition assez forte, le fait que la zone prostatique soit symboliquement l’interface et le lieu d’union du masculin et du féminin. L’interface entre le pénis et une cavité pouvant souvent être ressentie comme un vagin (Comme disait Naomi « le câblage est déjà là »…) Donc un lieu ou peut se produire l’union énergétique du masculin et du féminin.

    #28932
    aneveil
    aneveil
    Participant

    @Epicure

    En plus on se debarasse de toute connotation orientale, ou indienne, on reste dans le truc occidental : bien rationnel, mais néanmoins sympathique.

    Le problème c’est que d’un point de vue scientifique « Occidental bien rationnel » le plaisir et l’orgasme prostatique n’existent tout simplement pas, pas reconnu ni prouvé par de grands pontes ou des études en double aveugle publiées dans de prestigieuses revues, bla, bla, bla…

    Donc comme je ne considère pas nos expériences comme de purs délires et que l’aspect cheminement est très important, je penche de plus en plus vers l’hypothèse d’un phénomène de programmation sensorielle très étroitement lié à un phénomène énergétique tel que la perception des chakras ou d’autres centres énergétiques comme ceux du Tao (toujours plus ou moins liés à un forme de cartographie symbolique du corps)

    #28938
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Donc un lieu ou peut se produire l’union énergétique du masculin et du féminin.

    Marrant ce que tu dis là, et cette analogie avec le Yin et le Yang. La prostate est ronde non? Tout comme le symbole du Yin Yang…. qui est un cercle qui représente le tout, de ce que j’en sais. On peut tout aussi bien l’imaginer en 3D, soit en forme de boule, comme la prostate.

    Quand le Yin rencontre le Yang
    L’union du Yin et du Yang
    L’expérience Yin Yang
    Yinyangasme
    Les plaisirs intérieurs
    Les orgasmes enfouis….

    #28941

    Epicture
    Participant

    Mon post laisse à penser que je critique une vision « orientale » des choses. Il n’en est rien. Je respecte toutes les approches, à partir du moment on ne vient pas essayer de me faire un lavage de cerveau avec des salades.
    Je ne suis pas non plus pro occidental, j’essaye juste d’utiliser une terminologie qui correspond à la culture dans laquelle j’ai vu le jour. Non que j’y sois très attaché, mais c’est celle dont je comprends le mieux le vocabulaire et la symbolique. Par exemple, j’aime bien ton analogie avec le branchement du plus et du moins qui permet à un courant de circuler. c’est assez simple, mais relativement efficace. Il y a probablement dans la culture asiatique et indienne, une plus grande expérience, et une plus grande sensibilité à tout ce qui concerne les relations du corps et de l’esprit.
    Certains pensent que nous aurions intérêt, nous occidentaux, à incorporer dans notre culture une dose de culture asiatique. Le souci, c’est que une fois incorporé, ça n’a plus rien à voir à ce que cela était avant d’être incorporé. Il me semble donc plus judicieux de faire grandir cet intérêt pour la question du corps, et du plaisir qu’il peut nous apporter, au sein de notre culture, avec un vocabulaire « local ».
    Notre culture a séparé le corps et l’esprit, car le corps perverti la pureté de l’esprit, car seul l’esprit permet la foi, et l’accès à la grâce divine, après la mort. Les protestants ont bien perçu que la voie empruntée par l’église de l’époque était pervertie. Ils ont modifié le rapport à la divinité en supprimant les intermédiaires. Restait alors pour ceux qui ne sont ni guerriers, ni ecclésiastiques, c’est-à-dire 99 % des gens, le travail. Le travail, perçu comme une souffrance nécessaire à l’obtention des grâces divines, ici-bas. On est très loin des plaisirs du corps.

    Demandez à @bzo ce qui est divin !! La glace à l’italienne, fait maison bien-sûr. Et ses doigts (en ce moment) magiques.

    Cela dit, ma proposition est trop « sympathique », je l’accorde à @jieffe. L’orgasme, la jouissance à quelque chose d’extrême, et je suis d’accord avec @andraneros, c’est tout le corps qui… sexe-tasie !!

    Bon cheminement à tous !

    #28942
    bzo
    bzo
    Participant

    le fait que la zone prostatique soit symboliquement l’interface et le lieu d’union du masculin et du féminin. L’interface entre le pénis et une cavité pouvant souvent être ressentie comme un vagin (Comme disait Naomi « le câblage est déjà là »…) Donc un lieu ou peut se produire l’union énergétique du masculin et du féminin.

    c’est quelque chose que je vis très intensément à chaque séance

    Donc comme je ne considère pas nos expériences comme de purs délires et que l’aspect cheminement est très important, je penche de plus en plus vers l’hypothèse d’un phénomène de programmation sensorielle très étroitement lié à un phénomène énergétique tel que la perception des chakras ou d’autres centres énergétiques comme ceux du Tao (toujours plus ou moins liés à un forme de cartographie symbolique du corps)

    oui mais là tu es déjà très orienté ésotérisme chinois, indien,
    c’est ton droit le plus absolu bien sûr
    mais c’est déjà orienté, pas une approche générique, neutre
    qui est même d’englober toutes les sensibilités, toutes les différentes formes d’approche
    du massage prostatique , appelons-le comme cela pour l’instant

    athées, agnostiques, tout comme ceux qui ont une approche plus spirituelle
    doivent pouvoir s’y retrouver

    quel est le point commun entre toutes ces différentes façons de pratiquer,
    notre manière de l’incorporer dans notre vie quotidienne,notre vie, tout court,
    de l’intégrer dans une réflexion plus générale,
    une tentative de progresser, de s’améliorer, d’évoluer en tant qu’être humain
    ou simplement de le garder comme activité récréative?

    la prostate, bien sûr, elle est le dénominateur commun
    pour toutes ses approches,
    alors il me parait pertinent qu’un terme générique qui essaie d’englober toutes ses différentes approches,
    comporte une référence directe à elle

    comme le terme médecine englobe la multitude de spécialités diverses et variées
    de sciences, de techniques visant à guérir, maintenir la santé, etc

    #28949
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour,

    Vos échanges confortent ce que je pense, que tout ceci est extrêmement personnel, et je doute que nous parvenions à un accord unanime. Rien n’empêche tout un chacun d’employer les termes qui lui conviennent le mieux. Chacun de nous peut, et doit d’une part ressentir les sensations induites par le massage prostatique selon sa propre sensibilité, et d’autre part l’exprimer selon sa sensibilité, sa culture, son objectif premier (ce qu’il est venu chercher dans cette pratique). Simplement le plaisir, une forme de développement personnel, un peu d’ésotérisme…. C’est ce qui est formidable dans cette découverte, c’est que chacun de nous peut y mettre ce qu’il désire, et c’est aussi ce qui en fait sa richesse.

    En tout cas, je me suis prononcé, je ne suis pas contre un peu de poésie et d’ésotérisme, j’y suis même favorable. Et je suis assez fan de cultures orientales, sans en être un inconditionnel. Je suis persuadé qu’il y a dans ces cultures de très bonnes choses, comme dans les cultures occidentales, et que la vérité se situe non pas entre les deux, mais avec un peu de l’une et un peu de l’autre.

    Le souci, c’est que une fois incorporé, ça n’a plus rien à voir à ce que cela était avant d’être incorporé

    Pour moi la félicité est ici, ni l’une ni l’autre ne détient la vérité absolue.

    Bref, je continuerais à faire des propositions s’il m’en vient à l’esprit.

    C’est comme séances ou sessions, qui ne me plaisent guère. On ne dit pas j’ai fait une session avec ma femme hier soir (oui, je sais, la plupart du temps on en parle pas 🙂 ). Mais je n’ai pas vraiment trouvé de mot pour les remplacer.

    On pourrait également, dans un style moins poétique et éloigné des spiritualités orientales, trouver des termes à la San Antonio ou M Audiard…
    La catapulte à orgasmes,
    la noix des plaisirs
    La grotte à feux d’artifices
    La mèche boum boum…

    Bien évidemment, je n’ai pas leurs talents…

    #28953

    Epicture
    Participant

    J’aime assez la légèreté de ton employée dans tes dernières propositions @jieffe. Apres tout on est pas là pour se prendre la tête, bien au contraire ☺.
    Comme tu le dis en intro de ton post : ce sont des échanges, autour d’un point commun.
    La mèche a boum boum… j’aime bien !
    Ca me rapelle certaines histoires que je racontai à mes enfants : la caverne du monstre poilu, Flambard et le volcan boum boum …
    Bon cheminement !

    #28955
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    @jieffe tu résumes toute la difficulté de répndre à la question posée par @aneveil.

    tout ceci est extrêmement personnel… ce qui est formidable dans cette découverte, c’est que chacun de nous peut y mettre ce qu’il désire, et c’est aussi ce qui en fait sa richesse.

    En bonne logique sémantique, à cette diversité des effets produits par le massage prostatique répond une diversité de mots et d’expressions pour les décrire. Si je reviens à l’expression anglaise « full body orgasm » elle n’apporte aucune description de l’expérience ; elle crée seulement une catégorie d’orgasmes dont seul le contexte dit qu’ils sont le produit du massage de la prostate. La même expression pourrait être employée avec n’importe qu’elle autre forme de stimulation sexuelle. C’est pareil pour l’expression super O’.

    IL faudra sans doute accepter une expression, ou plusieurs, qui ne mettra en valeur qu’une seule caractéristique de l’expérience que nous vivons, pour les plus avancés dans leur cheminement, ou que nous cherchons à vivre pour les autres.

    C’est comme séances ou sessions, qui ne me plaisent guère. On ne dit pas j’ai fait une session avec ma femme hier soir (oui, je sais, la plupart du temps on en parle pas  ).

    Ces termes sont très techniques en effet. Je retiens le mot session pour mes messages parce qu’il me paraît bien ancré dans un vocabulaire pédagogique. Sous l’effet de leur impatience, les débutants peuvent légitimement mélanger n’importe quelle information mal vérifiée, n’importe quelle promesse, n’importe quelle méthode avec leurs propres pulsions. Il me paraît utile de les aider à adopter une méthode, une approche pragmatique pour aborder cette pratique avec de meilleures chances de succès. La neutralité du mot session répond à cette condition.

    Le mot session permet d’incorporer les conseils de préparation, les méthodes de relaxation, de respiration abdominale, permet de parler des contractions volontaires pour lancer le massage proprement dit. On parle de séances d’entraînement dans le domaine sportif. Je pense que c’est une phase que la majorité des débutants traverse. On parle de session de révision pour le bac.

    Ceux qui sont bien avancés dans leur cheminement n’ont plus besoin de ce cadre. Cette nouvelle forme de plaisir fait partie de leur vie et leur apporte des satisfactions dont l’intensité pulvérise le cadre utile à l’apprentissage initial. Mais en constatant la variété des moments consacrés au plaisir prostatique avec et sans masseur, avec et sans stimulation mécanique ou électrique, pendant cinq minutes ou pendant plusieurs heures, seul ou avec sa ou son partenaire, et la variété des états auxquels ces moments conduisent, le choix d’une expression unique n’est pas facile et sans doute vain.

    Cela dit le mot session ne fait pas (encore) rêver. Presque tous les hommes se masturbent sans qu’on ait encore inventé un mot ou une expression pour désigner positivement cette pratique, en dehors de celles utilisées par les humoristes quand ils sont en mode graveleux.

    Comme @epicture j’aime ta conclusion.

    Bon cheminement à tous.

    #28956
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Oui @epicture, amusons nous un peu.

    @andraneros

    Je suis totalement d’accord avec ce que tu dis au sujet des sessions, et ça rejoint ce que dis bzo. Ça a le mérite d’être clair et pragmatique, et ne laisse place à aucune ambiguïté. Les « sessions » ou « séances » font effectivement penser à une séance d’entraînement, avec le travail qui va avec. Il faut bien reconnaître que c’est un peu le cas au début… moins pénible tout de même qu’une séance de course à pied! Mais il est vrai que les débutants savent grâce à ces termes à quoi s’en tenir.

    Je continue quelques propositions:
    – la caverne (ou la taverne) aux délices
    – la boule magique
    – la noix (ou noisette) aux plaisirs
    – la noisette d’amour
    – le joyau en mon royaume
    – la pomme d’amour/ aux délices/ aux plaisirs
    – la cathédrale embrasée

    Dans l’autre registre:
    – le bilboquet enchanté (image du pénis et de la prostate)
    – le cochonnet diabolique
    – les joyeusetés de la porte dérobée

    J’ai un peu de mal à trouver des termes pour le plaisir prostatique, et je me rends compte que certains ressemblent beaucoup à certains de ceux que tu as proposés dans ton premier post Anéveil.

    #28959
    bzo
    bzo
    Participant

    bah,
    sur ce forum,
    il y a la rubrique « plaisir prostatique »,
    les gens qui sont intéressés, savent tout de suite se diriger vers ce sous-forum

    imagine un peu maintenant un sous-forum dénommé, le « cochonnet diabolique » ou bien le « plaisir sympathique »
    ou encore la « cave enchantée »,
    est-ce que c’est parlant, est-ce qu’on sait tout de suite que c’est par là qu’il faut se diriger?

    non, n’est-ce pas…

    alors que plaisir prostatique, eh bien oui, le terme est suffisamment parlant, générique
    chapeaute, couvre bien nos différentes façons de pratiquer

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 29)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.