#25075
JieffeJieffe
Participant

Et bien serrons nous la main.
Je ne suis pas et de loin aussi avancé que toi, mais j’ai passé la journée d’hier assez excité, et relativement confiant suite à mon expérience de la veille, et bien séance complètement ratée hier. Je vais la décrire succinctement sur mon petit journal
bzo, je ne vais pas dire que je me réjouis de ton échec, mais c’est rassurant pour moi de voir que des pratiquants aussi avancé que toi peuvent se rater.
Je me permets d’écrire ça parce que je sais que chez toi ce ne sera que passager.
Allez, un petit repos ne te fera pas de mal, et contribuera à rendre tes prochaines séances extraordinaires.
Cela montre comme tu l’as écrit il me semble que ce plaisir est fragile, qu’il faut rester humble face à lui, et que rien n’est jamais acquis. Il doit beaucoup dépendre de notre état d’esprit.
Ma femme est une femme qui connaît bien son corps, et qui était capable d’avoir des orgasmes forts et puissants (selon ce qu’elle me disait) pratiquement à chaque fois que nous faisions l’amour. Les derniers temps que nous avons fait l’amour, elle ne parvenait pas à l’orgasme. Elle m’a dit que c’était lié à elle (elle connaît des passages difficiles depuis quelques années). Elle m’a dit ça d’une façon qui ne laissait pas de place au doute, et sans inquiétude.
Ce que je veux dire, c’est que les femmes (la mienne en tout cas) sont très certainement plus conscientes que nous que l’état d’esprit est primordial pour atteindre l’orgasme, et que lorsqu’elle n’y parvienne pas, ça n’est pas un problème et ne remets aucunement en cause leur capacité à jouir.
Nous devrions prendre exemple sur elles, si nous sommes convaincu que l’orgasme prostatique est semblable à l’orgasme féminin, tout au moins l’orgasme vaginal.