Ce sujet a 319 réponses, 11 participants et a été mis à jour par Andraneros Andraneros, il y a 4 mois et 1 semaine.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 320)
  • Auteur
    Messages
  • #24906
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    j’ai longtemps hésité à poster mon petit journal comme beaucoup le font parce que je pensais que l’on y trouverait rien de nouveau. J’avais dans l’intention de poster un résumé de mon approche lorsque j’aurais atteint le but ultime (:D) qui synthétiserait les conseils que je pourrais donner. Finalement je me décide parce que je pense qu’il y a un phénomène dans mon aventure que je n’ai pas souvenir avoir lu.
    Pour faire court, j’ai commencé la découverte du plaisir prostatique en 2015 avec 3 séances (de mémoire, 3 ou 4) puis j’ai du arrêter. Je m’y remets depuis mi Novembre et j’ai fait ma 5 ème séance ce WE.
    Ce qui me trouble, c’est que je reproduis ce que j’ai vécu en 2015. Rien d’alarmant, mais tout de même troublant.

    Les premières séances de ces deux épisodes ont été étonnantes, puisque les deux fois, contre toute attente, j’ai ressenti des vagues de plaisir assez importantes, alors que ma seule optique, motivée par les lectures des témoignages de ce forum était de découvrir un peu les sensations de pénétration et tout ce qui peut aller avec. Je n’avais aucun espoir de ressentir quoi que ce soit. Et pourtant, c’est arrivé. Rien de comparable à ce que les plus expérimenté d’entres vous peuvent décrire, mais tout de même, c’était fort. Pas de contraction involontaire, mais une montée qui provient de je ne sais où, qui se développe et dure quelques secondes, le corps parcouru de frissons. L’envie également de me caresser (le corps) que j’assouvis, et me découvre une sensibilité des seins et des tétons. Bref, que du bonheur et je me dis chouette, c’est bien parti.
    Mais voilà, je ne parviens pas à reproduire ces sensations, et mes séances suivantes, comme celle de 2015, ne m’apporte que peu de plaisir, bien qu’il y ait quelques « démarrages », forts agréables, mais qui ne progressent pas.
    Je ne suis pas vraiment inquiet, tout au moins pour le moment, conscient que je suis un grand débutant et que 5 séances représentent peu. Mais tout de même, je trouve troublant de ne pas pouvoir reproduire ne serait ce qu’une seule fois ce que j’ai pu ressentir lors de mes premières séances, alors que ma prostate n’a jamais fait l’objet d’aucune stimulation (ce n’est pas totalement vrai, mais tellement anecdotique).
    J’ai tout de même une question aux plus expérimentés: je ne ressens pas de contraction involontaire, cela ne m’inquiète pas vraiment non plus, ayant ressenti du plaisir sans, et considérant que je débute je me dis que ça viendra. Sauf ce WE, il me semble que j’en ai eu, mais là est ma question, elles étaient assez violentes. Pas douloureuses, pas gênantes, mais violentes. L’Aneros rentrait quand même pas mal dans mon fondement à chaque fois.
    Est ce normal? Ces contractions involontaires sont elles habituellement légères ou plutôt appuyées?
    Je ne suis pas vraiment certains qu’elles étaient involontaires, mais je pense que oui. J’ai ressenti du plaisir pendant ces contractions, rien d’extraordinaire, mais du plaisir tout de même.
    Dans le cadre de ma pratique, je suis plutôt dans le do nothing, et ne tente des contractions qu’en fin de séance, pour voir.
    Peut-être est ce une erreur, qu’en pensez vous?
    Enfin, je ressens bien le masseur, et il me semble ne pas avoir de difficulté à sentir ma prostate. Lors de la première séance, j’ai le souvenir d’avoir clairement ressenti la caresse du masseur et c’était bien bon. Depuis, je le ressens toujours, mais c’est différent, de façon plus banale.
    J’ai je pense une bonne aptitude à le faire bouger. Je ressens des nuances dans les mouvements que je peux lui appliquer,mais ce n’est peut-être qu’une idée.
    Enfin, détail qui a peut-être son importance, je revêts le masseur d’un préservatif depuis la 2 ème séance, pour des raisons pratiques de nettoyage et de logistique. Pensez vous que ça puisse avoir un effet négatif? Dans l’absolu, je dirais que non, mais je me trompe peut-être.
    Enfin, voilà où j’en suis, je vous remercie d’avoir eu le courage d’être arrivé jusqu’ici et vous remercie également par avance pour les réponses que vous pourrez m’apporter.
    Dernière précision pour ceux qui pourraient se poser la question, je me conforme au traité d’Aneros et ne touche pas à ma quéquette durant les séances!!! 🙂

    #24908

    Voyageur
    Participant

    Salut, je me permets juste une petite remarque, car je suis loin d’être un expert, mais je note que tu insistes sur le Do Nothing. Peut être que tu peux essayer de faire un peu plus. De légères contractions volontaires chez moi finissent par aboutir à de petites contractions involontaires. Je relâche au bout de 15-30 secondes. Je recommence. Je fais ça, 20-30 fois. Et ensuite les contractions involontaires sont si fréquentes que je passe en « presque » Do Nothing. Et si le rythme ralentit trop tu peux relancer une contraction volontaire. Voilà ma petite contribution.

    #24909

    eveil
    Participant

    Bonjour Jieffe,

    Pour le préservatif, je te partage mon expérience sur ton autre topic!

    Merci de partager ton expérience, elles sont toutes complémentaires! Je ne suis pas expert, je suis comme toi sur le chemin de l’orgasme et du plaisir. J’ai suivi pleins de conseils, essayé et découvert pleins de belles choses. C’est un plaisir à mon tour de les partager. En attendant sans doute la visite d’Andraneros et des autres membres, je me lance!

    Lors de tes premières séances tu dis que tu n’attendais rien. Et là, tu as déjà trouvé une clef. Plus tu vas vouloir, moins tu auras. J’ai mis un certain temps à réaliser que plus j’étais dans le présent et plus je ressentais ce qu’il se passait sur le moment, plus les sensations s’amplifiaient. Au lieu d’attendre ce qu’on veut qui arrive et là tout s’écroule. Mon truc quand je ressens du plaisir, je le remercie, c’est comme un cadeau. Du coup, je reste dans le présent, c’est le cas de le dire 🙂 , j’attends pas le suivant et ce cadeau grossit, grossit..

    C’est un travail en soi, au début tout le monde est passé par là!

    L’excitation est aussi importante, tu disais que tu étais motivé par les lectures de témoignages, les sensations de pénétrations et tous ce qui va avec. Le tout ce qui va avec est très positif car il ouvre la porte à tous, tu n’a pas de limite là! L’état d’esprit avant de démarrer une session est importante, être excité est un facteur de réussite pour obtenir de bonne sensation et se rapprocher de l’orgasme.

    Pour les contractions involontaires, au début je n’en avait pas également. Là, je crois qu’il ni a pas de secret, le corps peut en faire naturellement si il y a forte excitation mais les exercices de Kegel sont plus que recommandés. Tu peux faire ces exercices de contractions tout les jours, à temps perdu. Je les faisais dès que je prenais la voiture. Le truc c’est d’être régulier. Ça va bien te muscler le périnée et les contractions involontaires vont se manifester de plus en plus jusqu’à qu’elles deviennent automatiques lors de tes sessions. Y a même des applications pour smartphone gratuite maintenant qui te coach dans ces exercices, c’est pratique.

    Pour les tétons, la aussi tu tiens une clé. J’ai mis un certain temps à prendre l’information. C’est une technique qui permet véritablement d’accentuer le plaisir dans la zone prostatique et même ailleurs.

    Tu dis être troublé, de ne pas pouvoir reproduire les sensations que tu as eût lors de tes premières sessions. Un conseil, oublie tes premières sessions et accueille chaque nouvelles sessions comme si s’était la première. Çà aussi c’est une clé. A contrario, ça risque de te laisser dans le passé et de créer un blocage des sensations que tu attends et peut te mener à la frustration de ne rien obtenir. Peut être ce que tu avais vécu en 2015?

    Pour tes contractions involontaires assez virulentes, pour ma part je n’en ai jamais vécu, elles sont toujours assez douces mais fermes. Peut être est ce la réponse de ta prostate qui attendait l’aneros depuis 2 ans 🙂 ? Ça doit être sympa à vivre, cool expérience!

    Pour la méthode, tu parle du do nothing et tu demandes si c’est une erreur. Pour ma part, il ni a jamais d’erreur dans l’expérimentation, au contraire. En pratiquant aujourd’hui le do nothing, tu enregistres dans ton corps les sensations qui lui sont propres. Je te conseillerais juste d’expérimenter, tout, à l’endroit, à l’envers. Un coup tu fais ci, un coup tu fais ça.. Et tu verras que ça va se régler tout seul. Tu vas ressentir ce qui est bon pour toi. Il est souvent rappelé dans le forum, que chacun réagis différemment. Le traité Aneros est super mais chaque personne va le découvrir dans un sens plus ou moins différent. Essaye d’être juste attentif, de plus en plus, à tes ressentis. C’est un chemin, une carte au trésor que tu vas découvrir!

    Mes derniers conseils seraient d’essayer d’arrêter de réfléchir pendant la session (qu’est ce que j’ai eût et ai encore parfois du mal!), d’arrêter de vouloir faire bien, de ce laisser aller, d’être curieux, d’être dans la gratitude, de focaliser sur la zone prostatique puis celle du périnée et vis versa, de s’amuser.

    Et de pratiquer une respiration abdominale, tu trouveras pleins de topics à ce sujet, c’est super important. C’est ce qui va apporter l’énergie à la prostate = fort ressenti.

    Bon cheminement!

    #24913
    bzo
    bzo
    Participant

    chacun est un cas d’espèce,nos parcours ont beaucoup de points communs
    mais ils auront toujours des différences, parfois très nettes

    et c’est tant mieux

    concernant les contractions involontaires,
    j’en ai des légères régulièrement
    et des violentes, très violentes même, de temps à autre durant les orgasmes très puissant,
    ceux qui sont qualifiés de super O.

    C’est assez impressionnant, cela déconcerte au début,
    moi ils ne me dérange absolument pas
    dans la mesure où je sais qu’ils accompagnent chez moi les moments paroxystiques,
    ils provoquent un surcroît de plaisir,
    c’est comme un gros tambour qui rend encore plus fou
    le désordre de plus en plus luxuriant de l’orgasme chez moi,
    c’est un signal que le délire atteint un niveau rare
    et qu’il va encore monter plus haut grâce à ces tremblements et convulsions involontaires,
    je m’y laisse bien aller
    et c’est la jouissance sur des montagnes russes
    qui partent dans toutes les directions, plongent, remontent,
    virent à gauche, virent à droite à toute vitesse

    enfin bon, que du plaisir, quoi quand on les accueillent avec gourmandise

    ceci dit, des contractions involontaires violentes,
    je n’en ai jamais eu en-dehors des orgasmes,
    juste de légères

    #24918
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    L’intérêt sans cesse renouvelé d’un journal, même « petit », @jieffe, vient beaucoup moins des informations inédites qu’il apporterait que des conversations qu’il permet d’engager d’une part entre son auteur et lui-même, d’autre part entre son auteur et ses lecteurs et enfin entre chaque lecteur et lui-même. En relatant tes sessions, tes interrogations, tes découvertes, tes blocages, tes doutes, tes progrès, tes envies tu feras ton cheminement à la fois en tant qu’acteur et en tant que spectateur de ton plaisir.

    Acteur, tu tiendra tous les rôles comme scénariste, réalisateur, accessoiriste plus ou moins bien aidé par ton entourage, encouragé par tes lecteurs, critiqué aussi par ces derniers. Spectateur, tu prendras, si tu le peux, un peu de recul pour nous dire ce qui était bien, ce qui reste à améliorer, ce qui ne te paraît pas fonctionner, pour nous dire pourquoi tu regarderas l’épisode suivant ou non.

    Ce sont ces conversations qui seront passionnantes et contribueront à enrichir le forum.

    Comme pour beaucoup d’entre nous ton cheminement n’est pas linéaire. Comme beaucoup d’entre nous tu tends à reproduire, malgré toute ta bonne volonté, des comportements dictés par une certaine attente du résultat souhaité. Cette attente, même non formulée, nourrit l’impatience qui nourrit la frustration qui conduit à vouloir forcer un résultat.

    je ne parviens pas à reproduire ces sensations,

    Le plus difficile quand on progresse lentement est précisément de ne pas chercher à reproduire un résultat, « ces sensations », mais seulement les conditions dans lesquelles ce résultat est apparu.

    je ne ressens pas de contraction involontaire, cela ne m’inquiète pas vraiment non plus, ayant ressenti du plaisir sans, et considérant que je débute je me dis que ça viendra. Sauf ce WE, il me semble que j’en ai eu, mais là est ma question, elles étaient assez violentes. Pas douloureuses, pas gênantes, mais violentes. L’Aneros rentrait quand même pas mal dans mon fondement à chaque fois.

    Ta question comporte la réponse et illustre ce que je dis plus haut. Tu as bien eu des contractions involontaires mais tu n’as pas eu celles que tu attendais… L’absence de micro-contractions initiales peut être la conséquence d’une tension musculaire dont tu n’as pas conscience. Les contractions involontaires très puissantes, qui te donnent l’impression que ton masseur te pénètre profondément sont normales. Tu n’en ressens pas de plaisir parce qu’elles te font peur, parce que tu dois te contracter et tout bloquer quand elles se produisent.

    Il y a des contractions différentes selon les moments, selon les sessions. Les témoignages nous disent
    – que généralement les premières contractions sont plutôt légères et font naître un plaisir qui va s’amplifier par la suite,
    – que généralement les contractions violentes sont associées à un plaisir intense.
    Mais ce n’est pas du tout obligatoire. Certains vivent des orgasmes pendant lesquels la perception des mouvements du masseur renouvelle la jouissance à chaque coup ressenti sur la prostate. D’autres vivent des orgasmes enveloppés dans la jouissance en dehors de laquelle plus rien n’existe, les orgasmes de mer calme, « calm seas orgasms » en anglais.

    Si le « do nothing » (détente aussi profonde que possible, sans rien faire, pour laisser à son organisme le soin de ressentir la présence du masseur, initier par réflexe les micro-contractions qui vont faire apparaître les premières étincelles du plaisir et par réaction des contractions et une jouissance de plus en plus intenses) ne donne pas de résultat en ce moment, N’hésite pas à utiliser les contractions volontaires légères d’autant plus que tu nous dis les maîtriser plutôt bien.

    La méthode du préservatif suppose à mon avis une double lubrification sur le masseur à l’intérieur du préservatif mais aussi soit à l’extérieur du préservatif, soit dans le rectum.

    A très bientôt et bon cheminement @jieffe.

    #24926
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je pense que je ne vais pas avoir le temps aujourd’hui de vous répondre, mais je vous laisse tout de même un petit message pour vous dire que je vous ai lu, et que vos messages m’ont vraiment fait plaisir. Ça fait vraiment du bien de se sentir entouré.
    Merci à tous.

    #24931
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je le redis, vos messages m’ont vraiment fait plaisir. Je ne pensais pas en avoir autant en si peu de temps. Ça fait chaud au cœur comme on dit. J’imaginais que mes problèmes sont les mêmes que nombreux de débutants, et que mon cas serait finalement peu intéressant. Et bien il semblerait que je me sois trompé. 🙂

    Andraneros:

    L’intérêt sans cesse renouvelé d’un journal, même « petit », @jieffe, vient beaucoup moins des informations inédites qu’il apporterait que des conversations qu’il permet d’engager d’une part entre son auteur et lui-même, d’autre part entre son auteur et ses lecteurs et enfin entre chaque lecteur et lui-même. En relatant tes sessions, tes interrogations, tes découvertes, tes blocages, tes doutes, tes progrès, tes envies tu feras ton cheminement à la fois en tant qu’acteur et en tant que spectateur de ton plaisir.

    Oui, j’en prends conscience maintenant. Entre son auteur et lui même, c’est tellement vrai!!

    Voyageur:

    Salut, je me permets juste une petite remarque, car je suis loin d’être un expert, mais je note que tu insistes sur le Do Nothing. Peut être que tu peux essayer de faire un peu plus. De légères contractions volontaires chez moi finissent par aboutir à de petites contractions involontaires. Je relâche au bout de 15-30 secondes. Je recommence. Je fais ça, 20-30 fois. Et ensuite les contractions involontaires sont si fréquentes que je passe en « presque » Do Nothing. Et si le rythme ralentit trop tu peux relancer une contraction volontaire. Voilà ma petite contribution.

    Je pense que c’est ce que je vais faire dorénavant. Une partie sans rien faire, relaxation, puis quelques contractions et peut-être que les contractions involontaires se déclencheront. En même temps, ce n’est que respecter le traité d’Aneros… 🙂 Mais faut toujours que je n’en fasse qu’à ma tête!!! Ceci dit, dans les deux cas pendant lesquels j’ai ressenti du plaisir, je ne faisais rien. Le plaisir est plus arrivé de l’esprit, par des pensées érotiques. Disons que comme je l’ai déjà écrit, j’imaginais ce que je perçois du plaisir féminin, cette lascivité, cette passivité, cet abandon…. Ce sont ces pensées qui m’ont transportées par deux fois, sans contraction.
    Il semblerait aujourd’hui que ça ne suffise plus. Je pourrai certainement recommencer ce cheminement une fois que la partie physique fonctionnera, ou plutôt les combiner.

    Eveil

    C’est un plaisir à mon tour de les partager. En attendant sans doute la visite d’Andraneros et des autres membres, je me lance!

    Tu as bien raison à mon sens. C’est ce que j’espère faire également, et je me suis déjà lancé à apporter ma maigre contribution si je le sens.

    Lors de tes premières séances tu dis que tu n’attendais rien. Et là, tu as déjà trouvé une clef. Plus tu vas vouloir, moins tu auras. J’ai mis un certain temps à réaliser que plus j’étais dans le présent et plus je ressentais ce qu’il se passait sur le moment, plus les sensations s’amplifiaient. Au lieu d’attendre ce qu’on veut qui arrive et là tout s’écroule. Mon truc quand je ressens du plaisir, je le remercie, c’est comme un cadeau. Du coup, je reste dans le présent, c’est le cas de le dire 🙂 , j’attends pas le suivant et ce cadeau grossit, grossit..

    Je vais m’attacher à ce que tu dis, je suis persuadé de plus que tu as raison. Cela rejoint ce que dis Andraneros:

    Comme beaucoup d’entre nous tu tends à reproduire, malgré toute ta bonne volonté, des comportements dictés par une certaine attente du résultat souhaité. Cette attente, même non formulée, nourrit l’impatience qui nourrit la frustration qui conduit à vouloir forcer un résultat.

    et ce que tu dis plus loin:

    Tu dis être troublé, de ne pas pouvoir reproduire les sensations que tu as eût lors de tes premières sessions. Un conseil, oublie tes premières sessions et accueille chaque nouvelles sessions comme si s’était la première.

    Je suis en train de me rendre compte qu’il est fort probable, même si je débute une session sans aucune autre attente consciente que de découvrir, de ressentir le masseur et ce qu’il se passe à l’intérieur de moi, sans attente consciente de plaisir, qu’inconsciemment j’attends ce plaisir, et de reproduire ce que j’ai vécu. En revanche, je ne sais pas comment travailler la dessus, parce que c’est vraiment inconscient.
    Autre chose, je pense aussi que j’ai peut-être été un peu trop confiant ayant ressenti dès la première séance du plaisir. Je pense que je me suis imaginé que même si le super O n’était pas pour tout de suite, je ressentirais forcément du plaisir à chaque séance. Je ne l’analyse que maintenant.

    L’état d’esprit avant de démarrer une session est importante, être excité est un facteur de réussite pour obtenir de bonne sensation et se rapprocher de l’orgasme.

    Malheureusement, je manque cruellement d’excitation, mais je travaille la dessus. Et si j’en manquais tant, je ne me lancerais pas dans cette aventure.

    les exercices de Kegel sont plus que recommandés

    Je connais les exercices de Kegel pour les avoir pratiqué assez longtemps. Je vais reprendre.

    Un coup tu fais ci, un coup tu fais ça.. Et tu verras que ça va se régler tout seul.

    Dieu t’entende camarade, Dieu t’entende 🙂

    Mes derniers conseils seraient d’essayer d’arrêter de réfléchir pendant la session (qu’est ce que j’ai eût et ai encore parfois du mal!), d’arrêter de vouloir faire bien, de ce laisser aller, d’être curieux, d’être dans la gratitude, de focaliser sur la zone prostatique puis celle du périnée et vis versa, de s’amuser.

    Et bien c’est mon intention première, mais peut-être pas ce que je fais. Je vais m’y appliquer.

    bzo

    C’est assez impressionnant, cela déconcerte au début,
    moi ils ne me dérange absolument pas

    Ben elles ne me dérangent pas non plus, ne m’ont pas apporté un plaisir extraordinaire, bien que plaisir il y ait eu. J’ai pu lire que des contractions trop fortes pouvaient être contre productives, c’est l’objet de ma crainte. En même temps, elles étaient je pense involontaires….

    Andraneros

    Le plus difficile quand on progresse lentement est précisément de ne pas chercher à reproduire un résultat, « ces sensations », mais seulement les conditions dans lesquelles ce résultat est apparu.

    C’est pourtant ce que je pense faire, mais ce dialogue me fait entrevoir que je suis l’objet des mystères de l’esprit. Je pense sincèrement qu’il est possible que nous soyons convaincu de faire certaines choses, en toute bonne foi, mais que nous fassions différemment, sans parler de faire le contraire. Pour être plus clair, il n’est pas impossible que je pense tenter de reproduire les conditions alors que je cherche à reproduire les effets.

    Tu as bien eu des contractions involontaires mais tu n’as pas eu celles que tu attendais….parce qu’elles te font peur

    Oui, très certainement, je ne m’attendais pas à ça, et je n’ai pas souvenir de l’avoir lu auparavant. En revanche, je ne dirais pas qu’elles m’ont fait peur, juste surpris.

    Si le « do nothing » (détente aussi profonde que possible, sans rien faire, pour laisser à son organisme le soin de ressentir la présence du masseur, initier par réflexe les micro-contractions qui vont faire apparaître les premières étincelles du plaisir et par réaction des contractions et une jouissance de plus en plus intenses) ne donne pas de résultat en ce moment, N’hésite pas à utiliser les contractions volontaires légères d’autant plus que tu nous dis les maîtriser plutôt bien.

    Oui, c’est ce que je dis plus haut. Je pense que c’est ce que je vais faire. De toute façon, je n’ai rien à perdre. Au contraire, tout à y gagner. Le choix du do nothing, méthode que j’ai apprise au travers de la lecture des conversations de ce forum, a été motivée par cette quête que j’ai de me rapprocher du plaisir féminin, que j’envie depuis longtemps. Je me rends compte aujourd’hui que mon idée est biaisée. Comme le dit Voyageur

    De légères contractions volontaires chez moi finissent par aboutir à de petites contractions involontaires.

    Il faut je pense que j’initie ces contractions involontaires par des contractions volontaires, ensuite seulement je pourrais ne rien faire!!!
    Ça paraît tellement logique que je me sens bête 🙂

    D’ou l’importance des

    conversations qu’il permet d’engager d’une part entre son auteur et lui-même,

    Et oui…. 🙂

    La méthode du préservatif suppose à mon avis une double lubrification sur le masseur à l’intérieur du préservatif mais aussi soit à l’extérieur du préservatif, soit dans le rectum.

    Oui, c’est ce que je fais. À l’intérieur du préservatif, le préservatif lui même et une bonne dose dans le rectum. Mais plus j’y réfléchis, et plus je pense que ça amoindrit les sensations. Je vais y revenir sur la conversations dans laquelle j’ai posé la question.

    Merci encore à tous pour vos conseils. Je vais m’engager dans les prochaines séances différemment, avec un autre état d’esprit, en appliquant vos conseils. Je vous tiens au courant.

    #24934

    Voyageur
    Participant

    Je te rejoins sur un point lorsque tu dis que certaines choses qui marchaient ne marchent pas aujourd’hui et que tu vas essayer autrement. En étant tout au début de ma recherche, je varie sans cesse la façon d’aborder les sessions. D’abord parce qu’on est pas dans la même humeur ou disposition à chaque fois, que notre corps et notre cerveau ne sont pas des objets qui ont la même forme tous les jours, mais aussi parce que cela me permet de trouver différents chemins plus ou moins efficaces. Il n’y a pas de risque à chercher et à expérimenter quitte à revenir en arrière vers quelque chose qui marchait mieux avant. Et puis notre corps apprend au fur et à mesure, je m’en rends vraiment compte. Ce qui était nouveau et génial est petit à petit moins surprenant, il demande sans doute un peu de nouveauté. Et il progresse aussi sur d’autres points et certaines stimulations deviennent moins utiles au bout d’un moment. Bonne continuation

    #24936
    bzo
    bzo
    Participant

    Ben elles ne me dérangent pas non plus, ne m’ont pas apporté un plaisir extraordinaire, bien que plaisir il y ait eu. J’ai pu lire que des contractions trop fortes pouvaient être contre productives, c’est l’objet de ma crainte. En même temps, elles étaient je pense involontaires….

    quand cela devient très fort, c’est un peu comme si tu faisais du rodéo,
    ton bassin, ton tronc deviennent comme un cheval qui rue, qui saute, qui bouge dans tous les sens
    et cela peut désarçonner

    ceux qui écrivent que des contractions trop fortes sont contre-productives,
    c’est parce qu’ils se sont laissés désarconner
    mais au plus c’est fort, au mieux c’est, pour moi.

    Les contractions involontaires, les tremblements, les soubresauts, les convulsions
    en soi, ne sont pas du plaisir, il faut bien comprendre cela
    mais ils ont la capacité, à partir du moment où on les acceptent,
    où on les accueillent avec excitation et enthousiasme,
    de transformer et de démultiplier les sensations,
    en tout cas c’est comme cela que je l’ai vécu à chaque fois que j’en ai eu
    et à chaque cela a été une expérience extraordinaire

    on utilise le terme générique de contractions involontaires
    mais moi ce que j’ai vécu surtout,
    ce sont énormément de convulsions, de tremblements, de soubresauts,
    toute une panoplie en plus de contractions proprement dites, quoi!

    le do nothing

    tu devrais vraiment laisser tomber si tu veux progresser,
    c’est sans doute bon au début pour s’habituer à la sensation du masseur
    mais avoir un masseur dans son fondement qui ne bouge pas d’un iota,
    cela ne va pas générer un gramme de plaisir

    le plaisir que tu as ressenti avec le do nothing, j’en suis persuadé,
    est du à des mouvements involontaires, légers,
    évidemment si tu reste sans bouger pendant 60mn,
    de temps à autre il va y avoir des mouvements du masseur indépendamment de ta volonté,
    dans le do nothing c’est dans ces moments-là que tu vas ressentir du plaisir,
    en-dehors de celui que tu peux obtenir en faisant travailler ton imagination

    pour moi ce sont vraiment les mouvements du masseur, les pressions sur la prostate
    plus les mouvements du corps, les caresses qui génèrent le plaisir,
    si tu as besoin de commencer à penser à des scènes érotiques ou pire, regarder du porno,
    c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas

    non vraiment, il est temps d’entrer en action, bouge ce masseur, bouge ce cul,
    bouge tout, fais-toi l’amour, que diable!

    #24938
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    tu nous dis les maîtriser plutôt bien

    Je tenais à préciser tout de même que ça peut être présomptueux de ma part, que c’est l’impression que j’en ai avec ma petite expérience. Peut-être que l’avenir confirmera cette impression, mais peut-être aussi qu’il l’infirmera.

    Il n’y a pas de risque à chercher et à expérimenter quitte à revenir en arrière vers quelque chose qui marchait mieux avant.

    Le seul risque que je vois est celui de ne pas réussir à reproduire le plaisir de la séance précédente, voire ne pas ressentir de plaisir, mais est ce réellement un risque??? Juste une session de perdue, et alors? Le gain en revanche est important, découvrir quelque chose de nouveau. Reste tout de même je pense de ne pas permettre au doute de s’installer, qui fragiliserait les séances futures?

    ton bassin, ton tronc deviennent comme un cheval qui rue, qui saute, qui bouge dans tous les sens

    Je n’en étais tout de même pas à ce stade, mais je sentais bien l’Aneros aller et venir un peu comme un sexe. La sensation m’a fait penser à ce que tu as écrit il me semble bzo, l’impression de se faire l’amour, de se pénétrer avec le masseur. Un petit peu comme si j’étais l’homme qui me pénétrait, mais j’étais également le réceptacle. Cela ne m’a déclenché un plaisir immense, mais j’avais l’impression de me mettre de grands coups de boutoir, comme on peut le lire quelque fois…

    Les contractions involontaires, les tremblements, les soubresauts, les convulsions
    en soi, ne sont pas du plaisir, il faut bien comprendre cela

    Et bien c’est un petit peu comme ça que je l’ai compris, et c’est pourquoi je ne m’y suis pas attaché. Aujourd’hui, je dirais qu’elles ne sont pas le plaisir, mais le déclencheur du plaisir. Je me trompe?

    tu devrais vraiment laisser tomber si tu veux progresser,

    Promis :). Non, vraiment, comme je l’ai écrit, je vais envisager mes prochaines séances différemment, avec contractions légères.

    c’est sans doute bon au début pour s’habituer à la sensation du masseur

    C’était aussi le but.

    le plaisir que tu as ressenti avec le do nothing, j’en suis persuadé,
    est du à des mouvements involontaires, légers

    Oui, c’est fort probable. Ce que j’ai remarqué, c’est que naturellement je ne respire pas avec mon abdomen. Je me suis contraint à le faire durant de la phase de relaxation et j’ai immédiatement senti qu’il se passait quelque chose la dessous. C’est à partir de ce moment là que j’ai ressenti le masseur, et des chatouillis au niveau de ce que j’ai identifié comme ma prostate. Ce qui veut bien dire que ce sont les mouvements, ici de la respiration, qui génèrent une réaction.

    en-dehors de celui que tu peux obtenir en faisant travailler ton imagination….si tu as besoin de commencer à penser à des scènes érotiques ou pire, regarder du porno,
    c’est qu’il y a quelque chose qui ne va pas

    Ben en fait, je n’ai pas cherché à faire travailler mon imagination, c’est venu tout seul. En revanche, et c’est ta phrase qui me fait penser ça, c’est que peut-être j’ai identifié comme cause du plaisir cette pensée, alors qu’il est possible que cette pensée me soit venue alors que je commençais à ressentir du plaisir. Tu comprends ce que je veux dire, qui de la poule ou de l’oeuf? Je ne saurais réellement le dire maintenant, alors que j’en étais persuadé il y a peu.
    C’est intéressant ces réflexions que tes paroles me soumettent.
    Oui, j’ai vraiment bien fait d’ouvrir ce journal. Andraneros a tout à fait raison. Je pensais connaître tous les conseils liés à cette pratique tellement j’ai lu de témoignage, mais je me rends compte que j’ai vraiment besoin de vous. Bien plus que je ne l’imaginais.
    Toutes ces réflexions m’ouvrent les yeux sur des choses que je n’aurais su voir tout seul, ou bien ça aurait pris du temps.

    non vraiment, il est temps d’entrer en action, bouge ce masseur, bouge ce cul,
    bouge tout, fais-toi l’amour, que diable!

    Bien mon capitaine 🙂

    #24939
    bzo
    bzo
    Participant

    j’avais l’impression de me mettre de grands coups de boutoir

    il ne faut pas avoir peur des grands coups de boutoirs,
    moi il ne se passe pas une séance sans que je m’en distilles une bonne quantité

    il faut alterner pour que le plaisir soit complet et varié,
    des grands coups de boutoirs, des petits effleurements subtils,
    des galops effrénés et sauvages puis à nouveau de la douceur
    et de légères pressions en variant constamment les angles et la force,
    des moments plus calmes, des moments plus tumultueux,
    des changements de positions,
    plein de changements de positions toujours chaque fois pour moi

    comme l’amour à deux! avec madame , vous ne restez pas comme des piquets l’un sur l’autre,
    enfin j’espère pour vous

    c’est toute ces variations, tous ces mouvements, ces caresses
    qui vont développer la sensation vraiment de se faire l’amour
    et te permettre d’avoir de plus en plus de plaisir

    #24941

    Voyageur
    Participant

    Je rejoins complètement ce dernier commentaire de bzo. La seule différence pour moi, c’est que pour l’instant la variation de positions est plutôt contre-productive.

    #24946
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    comme l’amour à deux! avec madame , vous ne restez pas comme des piquets l’un sur l’autre,
    enfin j’espère pour vous

    Je te confirme, enfin du temps ou on faisait l’amour. En revanche, je faisais beaucoup ça

    des grands coups de boutoirs, des petits effleurements subtils,
    des galops effrénés et sauvages puis à nouveau de la douceur

    et j’aimais beaucoup, elle aussi semblait il :). Quand j’ai lu cette phrase m’est revenu à l’esprit des images de parties de jambes en l’air avec ‘madame’, avant de lire la phrase suivante.

    Je retiens la leçon, merci bzo.

    #24967
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Voilà, nouvelle séance hier soir, avec en tête tous les conseils que vous m’avez donné. J’étais pas mal motivé, même si pas forcément très excité, mais tout de même un peu.

    Pour planter le décor, j’ai passé une salle semaine, très sollicité au boulot, même si vous me voyez souvent sur le forum…J’étais donc très fatigué et j’ai failli renoncer, mais vers 23h00, je me suis dit allons y. J’avais à l’esprit surtout de me détendre et d’approfondir les sensations que je pouvais ressentir du masseur. Un petit peu comme une séance de massage que l’on s’offre après une dure journée (je ne le fais jamais, mais j’imagine).
    Je précise tout de même que tout au long de la séance, mon esprit était assez embrumé, certainement préoccupé, et j’ai eu beaucoup de mal à me concentrer sur la relaxation, sur les sensations de mon corps, sur ma respiration…. une cavalcade presque incessante de pensées, l’esprit ailleurs.

    Après un moment de détente et de relaxation que j’estimais à 10 mn, il s’était écoulé 30 mn, et je pense même m’être légèrement assoupi. Bref, durant ce temps, j’ai bien ressenti le masseur. En fait, il me procure depuis la première séance assez rapidement des fourmillement très agréables au niveau je suppose de ma prostate. Je laisse comme ça, je n’ai pas forcément envi de les developper. Au terme de cette demi heure, je contracte très légèrement mes sphincters, je maintiens, je relâche. En fait, j’ai plus de sensations en relâchant qu’en contractant. Rien de grave je pense pourvu que je ressente quelque chose.
    Je ne ressens pas vraiment de contractions involontaires, quoiqu’avec le recul, je n’en suis plus très sûr. De très légères, mais il se peut bien qu’elles aient étées de la partie. Bref, je ne me focalise pas dessus. Je cherche en revanche à me concentrer sur ces fourmillements et ce petit plaisir que je ressens, que j’essaie de faire grandir.
    Il arrive une première vague de plaisir, je ne sais comment, pas immense mais bien agréable tout de même. Il me prend l’envi de me caresser, ce que je ne fais pas. Lors des précédentes séances, le fait de bouger à tout annulé.
    C’est assez court mais bien sympa. Une fois cette vague échouée sur le rivage, je reprends gentiment les contractions, toujours très légères. Je ressens tout de même un peu de plaisir, comme une sensation agréable. Je suis bien… Je ne sais pas comment le décrire.
    Je me laisse alors aller à mon envie de me caresser, je me caresse tout le corps et finis pas me masser le ventre, au dessus du pubis, de plus en plus fort en faisant des cercles. Et là, je sens le plaisir monter, monter… je le ressens également dans mon pénis, comme si j’allais éjaculer, mais je n’y touche pas. Je décide d’aller voir où ça me mène, un peu ennuyé si cela se termine pas un orgasme classique, mais je me dis que comme je ne touche pas à mon pénis, je ne serai pas puni 🙂
    Alors ça continue de monter, et je sens venir l’éjaculation. J’arrête le massage, je ne ressens pas de contractions comme lors d’une éjaculation, mais je me rends compte que j’ai pas mal de sperme (liquide séminal? je n’ai pas regardé, j’étais dans le noir) sur moi. Je cherche à comprendre ce qu’il s’est passé, mais non, je n’ai pas senti les contractions typiques de l’éjaculation. J’ai cependant l’impression que si j’avais continué sur cette voie, ça se serait terminé comme ça. Quoi qu’il en soit, mon sexe est resté dur un bon moment après, bien plus longtemps qu’après une éjaculation. J’ en conclue qu’il n’y a pas eu éjaculation, et que c’est peut-être ce que l’on appelle le prostate milking?
    Bref, j’ai eu du plaisir, même s’il me laisse un petit sentiment de frustration parce que je pense qu’il y a autre chose derrière, bien plus satisfaisant, mais je suis content d’en être arrivé là. Ah cette impatiente qui nous tenaille, qui échappe à la raison et nous empêche de voir le meilleur côté des choses…

    La seule crainte que j’ai, c’est d’avoir eu ce plaisir par le biais de mon sexe, ce que je ne veux surtout pas. J’ai bien compris qu’il faut déshabituer le cerveau à ressentir de plaisir lorsque l’on cherche le plaisir prostatique. Ce point me semble crucial.

    Le reste de la séance s’est déroulé en recherche de sensations par changement de position (à 4 pattes, à califourchon, assis…), qui n’ont pas été vraiment fructueuses, mais ce n’était que des essais pour appréhender les sensations que ces positions pouvaient me procurer. Elles me laissent tout de même entrevoir du potentiel.
    Je mets fin à la séance, il faut que je dorme, je me lève tôt le matin.

    Je confirme qu’il me semble que je suis capable da faire bouger le masseur avec des muscles internes, ceux qui l’entourent.
    La contraction des sphincters a tendance à faire remonter le masseur, la contraction de ces muscles viennent plutôt appuyer le masseur contre la prostate. J’ai l’impression que je l’entoure et que je le remonte, délicatement.

    Je précise également que j’ai coupé la poignée de manœuvre et que j’ai fait la sessions sans préservatif. Sans la poignée, c’est beaucoup mieux, le masseur est beaucoup plus libre, et sans le préservatif aussi c’est beaucoup mieux. Je me rends compte que j’aime sentir sa texture à l’intérieur de moi, et que la caresse qu’il me procure est bien plus douce qu’avec un préservatif.

    À l’écriture de ces lignes, je me rends mieux compte de la chance que j’ai eu, même si il faut que je l’avoue je ressens une petite frustration, liée certainement à l’idée que je me fais de l’orgasme prostatique que je n’ai pas atteint. Il me faut apprendre à être patient et à reconnaître les progrès que je fais. On ne devient athlète de haut niveau qu’après des heures d’entrainement.

    Merci de m’avoir lu jusqu’au bout.

    #24974

    Voyageur
    Participant

    Merci pour le témoignage. Je me rends compte au fil des sessions qu’on est trop focalisés sur ces contractions involontaires. J’ai atteint l’orgasme sans en avoir. C’est juste un phénomène. Qui peut créer du mouvement. Donner du plaisir. Mais je pense qu’avec ou sans on peut atteindre le plaisir ultime. Je crois que tu devrais essayer de mettre ta frustration de côté. Et de profiter de ce que tu viens de vivre. Parce que personnellement j’aurais adoré avoir une session comme ça. J’aimerais bien sentir le sperme sortir en ayant des vagues de chaleur. Ca doit être une sensation étonnante. Et je fais même la démarche inverse de toi. J’espère un jour pouvoir relier le plaisir de la prostate et celui du pénis. Puisqu’on parle de rewiring, pourquoi ne pas essayer de créer un triangle cerveau prostate sexe. Ca se trouve on pourrait accéder encore à d’autres sensations, voire même en devenant un super héros choisir l’orgasme en fonction de son désir. Je m’égare un peu dans la science fiction érotique là 🙂 Mais en tout cas, tout plaisir est bon à prendre. Il m’arrive d’avoir des sessions avec de tous petits orgasmes, au début j’étais frustré, parce qu’on espère toujours faire mieux, mais je pense que c’est une erreur. Chaque petit moment, chaque vague est un cadeau. Et des fois on a des cadeaux plus gros que d’autres.
    De mon côté je n’ai pas osé couper la poignée, est-ce vraiment mieux ? Beaucoup mieux ?

    #24976
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    La description de ta dernière session @jieffe est très intéressante. Elle apporte en effet beaucoup plus d’enseignements que ce qu’il paraît.

    • Ton état d’esprit est excellent. Profitant de conditions a priori peu favorables, tu as engagé ta session pour voir, pour tester, pour observer, sans rien en espérer, donc sans attente.
    • Ton moment de détente initial t’a paru beaucoup plus court qu’il ne l’a été en réalité ; c’est le signe d’une vraie relaxation.
    • J’expliquerais tes meilleures sensations lors du relâchement par le fait que la contraction volontaire mobilise une part de ta conscience au détriment de l’écoute et que le relâchement te laisse au contraire en totale disponibilité.
    • A ce stade si tu ne sens pas de contractions involontaires tu peux chercher à percevoir de simples pulsations.
    • Tu ressens tes fourmillements bien à l’intérieur du rectum ? Au début je les sentais plus sur la zone anale que plus haut dans le rectum. Si c’est bien à l’intérieur tu localises parfaitement ta prostate. C’est une étape importante.
    • Quand je ressens un « petit plaisir » je me mets en mode sourire et satisfaction en pensant « ça y est, j’avance ». Comme le dit @voyageur « tout plaisir est bon à prendre ». C’est la méthode la plus efficace que j’ai trouvée pour l’amplifier,
    • Le problème avec les caresse quand toutes les sensations sont encore très légères et fragiles c’est qu’elles peuvent détournent ton attention, réduire ta concentration. Les mouvements des bras et des mains que tu fais peuvent nuire à ta relaxation générale. Les sensations que font naître tes caresses peuvent prendre le pas sur celles de la prostate. Il est important que tu sentes un lien entre tes caresses et le niveau de ton excitation et entre tes caresses et les sensations ressenties sur ta prostate. Il me semble que c’est bien ce qui s’est passé.

    Alors ça continue de monter, et je sens venir l’éjaculation. J’arrête le massage, je ne ressens pas de contractions comme lors d’une éjaculation, mais je me rends compte que j’ai pas mal de sperme (liquide séminal ? … J’ai cependant l’impression que si j’avais continué sur cette voie, ça se serait terminé comme ça. Quoi qu’il en soit, mon sexe est resté dur un bon moment après, bien plus longtemps qu’après une éjaculation. J’en conclue qu’il n’y a pas eu éjaculation, et que c’est peut-être ce que l’on appelle le prostate milking?

    • Si tu as ressenti du plaisir tu as eu, à mon avis, un (premier?) mini O’ que tu n’as pas reconnu . Le ressenti d’un orgasme prostatique peut être très différent de ce que tu sembles avoir attendu en cette circonstance. C’est une expérience à renouveler mais la prochaine fois quand tu sentiras ton sexe durcir concentre-toi sur ce qui se passe à l’intérieur en négligeant les sensations apportées par ton pénis, en pensant à ce moment à te détendre encore plus, ce qui t’aidera à oublier les contractions associées à l’éjaculation. Tout en te caressant ne cesse pas tes contractions volontaires légères, soigne ta respiration abdominale.

    Je suis heureux de lire que cette session engagée simplement « pour voir », sans rien attendre t’ait apporté à la fois un réel plaisir et tant d’informations précieuses pour la suite. Bon cheminement @jieffe.

    #24977
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Je me rends compte au fil des sessions qu’on est trop focalisés sur ces contractions involontaires

    Je ne me focalise pas vraiment dessus et je pense un peu la même chose que toi. Je l’ai écrit pour info. Je pense néanmoins qu’un mouvement du masseur est nécessaire pour avoir du plaisir, volontaire ou involontaire.

    Je crois que tu devrais essayer de mettre ta frustration de côté. Et de profiter de ce que tu viens de vivre.

    Oui, ça j’en suis convaincu, mais i je veux être tout à fait honnête, je ne peux pas cacher que j’éprouve une légère frustration bien que je sois content d’avoir vécu ce que j’ai vécu. Un peu comme si tu vas dans un parc d’attraction et que tu ne peux faire toutes les activités. Tu peux être déçu de ne pas les avoir fait toutes tout en étant content d’avoir fait celles que tu as faîtes.

    J’espère un jour pouvoir relier le plaisir de la prostate et celui du pénis.

    Je n’en ai jamais entendu parler, mais ça peut être intéressant. Le problème est la période réfractaire (je crois que ça s’appelle comme ça). Après éjaculation, ben il faut recharger les batteries, et le temps est plus ou moins long. Chez les femmes en revanche, il y a également une période réfractaire, mais elle est très courte.
    En fait, comme je l’ai expliqué, je n’ai pas vraiment senti le sperme couler, je m’en suis aperçu après coup. En fait, j’ai senti que j’étais au bord de l’éjaculation et j’ai arrêté toute stimulation. Je n’ai donc pas eu les secousses qui propulsent le sperme, mais j’avais bien un liquide sur le ventre, que je n’ai pas vraiment senti couler. C’est assez étrange à y repenser.

    voire même en devenant un super héros

    Avec une cape rouge et un collant bleu ridicule? 🙂

    Mais en tout cas, tout plaisir est bon à prendre

    Oui, mais il est dit partout que lorsque l’on cherche à éduquer son cerveau sur les signaux que lui envoie sa prostate, il faut éviter toute stimulation du pénis. Ça paraît assez logique.

    au début j’étais frustré,

    Ah ben tu vois, toi aussi 🙂

    mais je pense que c’est une erreur…chaque vague est un cadeau.

    Je pense aussi.

    De mon côté je n’ai pas osé couper la poignée, est-ce vraiment mieux ? Beaucoup mieux ?

    Oui, la poignée ne gêne pas, elle ne frotte nulle part, mais tu n’as peut-être pas ce problème? Ça dépend de la taille de tes fesses en gros 🙂
    Je l’ai coupée juste à l’endroit où elle remonte pour faire une boucle, pour ne pas en couper trop et pouvoir recouper si nécessaire. Je pense que c’est ce que je ferai, 5mm supplémentaires.
    Dans mon cas, la poignée frottait systématiquement contre la matelas, et empêchait le masseur d’être libre de ses mouvements. Hier, je n’ai pas eu d’inquiétude la dessus.

    Merci pour ton message.

    #24978
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je me rends compte au fil des sessions qu’on est trop focalisés sur ces contractions involontaires. J’ai atteint l’orgasme sans en avoir… Mais je pense qu’avec ou sans on peut atteindre le plaisir ultime.

    Je partage votre avis @voyageur. Dans ce cas la seule pression du masseur suffit pour que les nerfs envoient au cerveau les informations qui le conduisent à lancer la réponse orgasmique. C’est un phénomène à rapprocher des orgasmes prostatiques obtenus sans masseur (« a-less »). Chez moi, quand ça se produit, l’émission de liquide séminal est retardée par rapport à la vague de plaisir. C’est vraisemblablement dû à l’hypertrophie de ma prostate qui ralentit l’écoulement.

    J’espère un jour pouvoir relier le plaisir de la prostate et celui du pénis.

    Ça se fait. J’en ressens peu à peu les effets au fil du temps, sans rien faire de particulier pour obtenir un tel résultat. Mon évolution année après année me conduit à associer naturellement à la stimulation du pénis des sensations de plus en plus profondes, à la manière des sensations prostatiques, comme si le plaisir généré par cette stimulation se délocalisait de plus en plus. J’en suis au point de ne basculer dans l’orgasme éjaculatoire que lorsque je le souhaite (ou plus souvent lorsque ma femme me supplie de le faire !). Auparavant je devais lutter pour durer, voire demander à ma femme de cesser momentanément ses caresses. Pour l’instant cette aptitude ne crée pas de nouvelles sensations ; le plaisir de mon sexe devient un élément supplémentaire de mon plaisir prostatique qui domine tout le reste en intensité et en extension.

    Couper la poignée en conservant environ quatre centimètres au-delà du corps du masseur permet de réduire son encombrement. C’est utile si on l’utilise allongé sur le dos sans surélever les fesses. Le mieux dépend donc de ta position principale d’utilisation. Ça ne modifie en rien son fonctionnement. Il faut prendre soin, après la coupe, de bien poncer l’extrémité du moignon résiduel en l’arrondissant pour éviter tout risque de griffure lors de l’utilisation.

    Bon cheminement @voyageur.

    #24980
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Andraneros

    • Ton état d’esprit est excellent. Profitant de conditions a priori peu favorables, tu as engagé ta session pour voir, pour tester, pour observer, sans rien en espérer, donc sans attente.
    • Ton moment de détente initial t’a paru beaucoup plus court qu’il ne l’a été en réalité ; c’est le signe d’une vraie relaxation.
    • J’expliquerais tes meilleures sensations lors du relâchement par le fait que la contraction volontaire mobilise une part de ta conscience au détriment de l’écoute et que le relâchement te laisse au contraire en totale disponibilité.
    • A ce stade si tu ne sens pas de contractions involontaires tu peux chercher à percevoir de simples pulsations.
    • Tu ressens tes fourmillements bien à l’intérieur du rectum ? Au début je les sentais plus sur la zone anale que plus haut dans le rectum. Si c’est bien à l’intérieur tu localises parfaitement ta prostate. C’est une étape importante.

    Alors, réponses point par point:
    • Oui, c’est ça, bien qu’il y ait toujours je pense un petit espoir. Mais l’idée était bien de me concentrer sur ce que je pouvais ressentir, observer est le mot juste.
    • Oui, j’étais vraiment relax 🙂
    • C’est possible. Ça ne me dérange pas vraiment, c’est très agréable. Je ne me focalise pas tellement sur ces contractions. En fait, je les appuie peut-être un peu trop, car quand j’en fais une, j’ai plutôt tendance à ne rien ressentir une fois que je l’arrête. Je m’explique, je contracte un petit peu, je sens le masseur bouger dans mon rectum, je le sens appuyer sur la prostate, je maintiens la contraction, et la je ne ressens plus grand chose. Elles sont pourtant légères, mais peut-être pas suffisamment. En revanche, quand je relâche, la sensation du masseur est très agréable.
    • il me semble bien avoir ressenti de très légères « vibrations » je dirais, mais à peine perceptibles.
    • oui, clairement à l’intérieur, je dirais en dessous du haut du pubis.

    Le problème avec les caresse quand toutes les sensations sont encore très légères et fragiles c’est qu’elles peuvent détournent ton attention, réduire ta concentration. Les mouvements des bras et des mains que tu fais peuvent nuire à ta relaxation générale. Les sensations que font naître tes caresses peuvent prendre le pas sur celles de la prostate. Il est important que tu sentes un lien entre tes caresses et le niveau de ton excitation et entre tes caresses et les sensations ressenties sur ta prostate. Il me semble que c’est bien ce qui s’est passé.

    Oui, les premières fois je n’ai pas hésité à me caresser, et ça a fait avorter la montée de plaisir. Hier pour la première montée, j’ai résisté et ne me suis pas caressé. Je pense que ma technique est encore trop fragile pour me permettre ce genre de fantaisies.

    Si tu as ressenti du plaisir tu as eu, à mon avis, un (premier?) mini O’ que tu n’as pas reconnu

    Ben c’est possible. ALors oui, j’ai eu du plaisir. Ce qui me fait douter, c’est que je l’ai obtenu en me massant le bas du ventre. Je ressentais bien le plaisir procuré par le masseur, je sentais bien que ça venait de là, mais ce que tu me dis maintenant

    concentre-toi sur ce qui se passe à l’intérieur en négligeant les sensations apportées par ton pénis,

    c’est que peut-être j’ai transféré sur le pénis. Oui, avec le recul, je pense que c’est ce qu’il s’est passé. Je craignais peut-être aussi une forme de masturbation avec ce massage du ventre. Mais si j’y repense, je pense que je massais ma prostate contre l’Aneros par cette action de massage du ventre. Oui, il me semble bien que le plaisir est parti de là.

    ce qui t’aidera à oublier les contractions associées à l’éjaculation.

    Ben c’est ça qui est troublant, je n’ai pas ressenti les contractions associées à l’éjaculation….

    Tout en te caressant ne cesse pas tes contractions volontaires légères, soigne ta respiration abdominale.

    Ben je me suis rendu compte que lorsque le plaisir arrive, bien que j’y ai pensé, il n’est pas facile de gérer ce plaisir et de tenter de continuer les contractions, et alors la respiration, n’en parlons pas 🙂
    Je pense que ça viendra avec la pratique. On ne sort pas tout de suite les petites roulettes lorsque l’on apprend à faire du vélo.

    Merci Andraneros pour ce message et pour tes conseils.

    #24993

    Voyageur
    Participant

    C’est cool de pouvoir partager avec vous en tout cas. Et merci pour les messages et les réactions.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 320)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.