#35950
AndranerosAndraneros
Modérateur

Bonjour et bonne année @Buzzi.
Tu as pu lire sur notre forum et sur d’autres que la progression dans la découverte du plaisir prostatique n’est pas linéaire et que ton expérience ne signifie en rien que tu régresses. N’écoute pas ce que te dis ton impatience.
L’expérience que tu relates dans ton premier message de cette année

j’ai réussit à sentir un plaisir venant de ma prostate sans que j’ai introduit mon aneros. Par une simple concentration mentale, j’ai réussit à ressentir du plaisir et des vagues de plaisirs qui m’ont envahits. Cela n’a pas durée très longtemps et j’ai pu retenter l’expérience à plusieurs reprises. J’ai l’impression de contrôler ma prostate plus facilement maintenant (chose impossible il y a quelques mois).

me paraît bien plus importante. Dans un bon état d’esprit, c’est à dire excité sans attente particulière et détendu, tu as pu constater à quel point ta prostate était bien « éveillée ». Tu as pu reproduire cette expérience dans des conditions différentes

Un soir au couché, je me suis concentré pour ma prostate et les sensations qu elle pouvait me donner. A plusieurs reprises j’ai senti ma prostate qui gonflait, le rythme cardiaque qui augmentait et quelques très brèves instant où je me sentais très léger. Rattrapé par le sommeil, je me suis endormi et pendant ce sommeil je me souviens d’une chose: j’ai eu la sensation que ma prostate avait grossi et devenu très dur. Je ne me souviens plus si j’ai eu énormément de plaisir car étant endormi.

Tu nous posais cette question :

Avez vous déjà eu du plaisir pendant votre sommeil ?

Je te réponds oui ! c’est de cette manière que j’ai commencé à découvrir le plaisir prostatique. C’est même devenu une expérience récurrente avec ou sans masseur en place. Tu as donc ouvert une voie d’exploration que tu ne dois surtout pas abandonner.

Ça ne t’étonnera pas que je te dise que tu avais sans doute trop d’attentes.

mon excitation était à son maximum

C’était formidable !

j’attendais ce moment depuis plusieurs jours

A mon avis ce n’est pas seulement « le moment » que tu attendais, c’est surtout l’orgasme prostatique ou au moins de grandes vagues de plaisir.

après cette première vague plutôt prometteuse, pas grand chose enfin moins de plaisir

Attente non récompensée, donc déception, frustration, blocage. En outre comme tu le précises les circonstances n’étaient pas optimales. Tu devais encore avoir de la tension à la suite de ta discussion avec ta femme.

J’avais peut être des remords et c’est sans doute la raison pour laquelle mon plaisir est retombé.

Conclusion : ce qui s’est produit est tout à fait naturel et ne représente en rien une régression. Tu es un être humain, non une machine ; tu réagis tout à fait normalement aux circonstances.

A ce sujet tu nous disais dans ton premier message il y a presque deux ans :

A côté de cela, je parle de cela avec ma femme qui me comprend et me soutient. Je n’ai pas encore franchie le cap de faire une session avec elle mais je pense que cela pourrait m’aider pour atteindre l’orgasme et j’espère pouvoir en avoir plusieurs.

Tu complétais dans ton message d’ouverture de ce sujet

De cette recherche ma femme est au courant car depuis le début j’ai préféré lui dire car cela pourra être un frein si je devais tout le temps me cacher.

Tu ajoutais il y a un mois :

ma femme comprend mon désir et cela ne la dérange pas de savoir que je pratique cela dans mon coin lorsque j’ai du temps seul à la maison mais pour le moment elle ne souhaite pas partager ce moment en étant à mes côtés.

Tu dis aujourd’hui :

le matin même j’ai discuté de ce plaisir et de cette recherche du plaisir anal avec ma femme. Discussion qui s’est pas super bien passé au départ. Par la suite, elle a bien voulu en parler un peu et faire des efforts pour essayer de me comprendre.

Selon ce que tu dis j’ai l’impression que sur ce sujet ta femme est plus en retrait maintenant qu’elle ne semblait l’être il y a deux ans.

A l’heure où j’écris ces lignes, l’aneros est toujours inséré dans mon anus  (… ) Cela fait environ 1h30 que j’ai mon aneros en moi et encore une fois j’ai l’impression que le plaisir refuse de monter.

Es-tu à cent pour cent dans ta session (relaxation, respiration, concentration, excitation, lâcher-prise… ) ? Je ne peux pas être à 100 % dans ma session si je suis devant mon ordinateur, c’est au dessus de mes forces.

Je me pose de plus en plus la question si des cours de yoga pourraient m’être utile???

La réponses est triple :
1. Si tu penses que cet autre apprentissage va te conduire rapidement ou spontanément à l’orgasme prostatique ma réponse est négative.
2. Si l’état d’esprit nécessaire pour tirer profit de ces cours ne te convient pas, ma réponse est négative.
3. Si tu acceptes
◦ l’état d’esprit qui est attaché à la pratique de cette discipline,
◦ la durée nécessaire à l’apparition des bienfaits qu’elle procure,
◦ l’idée que le yoga concerne tout ton être sans action directe sur ta prostate
ma réponse est positive. Tu peux constater que ces conditions ressemblent à celles que l’on conseille de respecter pour notre pratique. Le yoga peut être un grand apport pour tes sessions si sa pratique t’aide à bien te relaxer, à bien te concentrer, à bien maîtriser ta respiration, à prendre conscience des énergies qui circulent dans ton corps. Indépendamment de ses effets sur ton cheminement vers le super O’ le yoga peut surtout t’apporter de nombreux bienfaits sur ton état général.
Tu conclus en écrivant :

Je m’accroche et je continue mon cheminement vers mon moi intérieur et peut être qu’un jour je connaîtrais les délices de cet orgasme anal.

C’est la meilleur attitude. Mais attention, s’accrocher ne doit en aucun cas être synonyme de se crisper. Les clés sont patience et confiance. Bon cheminement @Buzzi.