#42376
Andraneros
Modérateur/modératrice

Bonsoir @dazzz,
Selon ce que tu nous disais il y a un peu plus d’un an tu avais de très bonnes sensations. En relisant ton message je pense même que tu vivais déjà des orgasmes prostatiques qu’à ce moment tu ne reconnaissais pas comme tels.
Tu écris aujourd’hui :

j’ai facilement du plaisir avec un masseur, des contractions involontaires (très) puissantes, une irradiation totale dans le corps, du plaisir sans érection ni éjaculation, assez rapidement dans ma séance, je profite intensément de ces moments mais (il y a un mais) j’ai le sentiment de plafonner et de ne plus pouvoir avancer

Cet extrait de ton message me conduit à la même conclusion. A mon avis, tu vis sans aucun doute des orgasmes prostatiques.

je suis quasiment tout de suite à mon max ce qui est à la fois très excitant et en même temps frustrant

Il me semble que le principal problème que tu dois résoudre à ce moment de ton cheminement c’est d’accepter l’idée que l’orgasme prostatique peut être très différent de l’orgasme pénien avec éjaculation. L’orgasme instinctif est défini ainsi dans les dictionnaires « point culminant du plaisir sexuel ». J’ai l’impression que ton esprit est encore dans ce cadre. Peut-être attends-tu un PIC suivi de sa période réfractaire qui te mettes dans un état de satisfaction (au sens état dans lequel tu es comblé, repu puisque tu n’as plus aucune envie pendant un certain temps).

Or le plaisir prostatique est bien différent sur cet aspect.
• D’une part il peut ne pas comporter un vrai sommet de plaisir. Particulièrement pendant la phase de découverte de tes nouveaux orgasmes les sensations orgasmiques que fait naître le masseur peuvent être plus faibles que celles que tu ressens à l’occasion de tes « vrais » orgasmes péniens avec éjaculation.
• D’autre part quand, après quelques secondes ou minutes, les sensations perdent leur intensité tu as toujours aussi envie de jouir, sinon encore plus, qu’avant l’orgasme. La permanence de ton excitation te conduit à penser, en référence à ton cycle orgasmique instinctif, que tu n’as pas encore eu ton orgasme.

j’ai parfois des sensations fortes à la suite de mes séances et ce sans aide d’un masseur

C’est un signe de plus que tu es déjà bien avancé dans ton cheminement. Je t’invite à développer ton potentiel A-less soit en commençant certaines sessions sans masseur, soit en les terminant sans masseur.

j’ai le sentiment qu’il faut que je chemine avec elle et en même temps par moi même.

Selon ce que tu nous dit de ta relation je suis tout à fait d’accord avec toi. L’épanouissement de ta sexualité bénéficie de toutes tes activités, celles que tu fais seul, particulièrement dans ton effort de développement de ton potentiel orgasmique, comme celles que tu fais avec ton amie, particulièrement dans le soin qu’elle prend pour t’aider à découvrir que tout ton corps peut devenir source de plaisir, de jouissance et d’orgasmes.

Tu ne nous dis pas si tu as pu parler avec ton amie de ta pratique du massage prostatique et des plaisirs que te procurent tes sessions et la stimulation directe de ta prostate. Si tu ne l’as pas encore fait je t’encourage à le faire dès que l’occasion s’y prêtera. Ce faisant tu pourras ajouter 2 nouvelles expériences pendant vos ébats, le massage de ta prostate avec ses doigts et ou avec un jouet adapté et la stimulation de ta prostate par l’un de tes masseurs pendant que ton pénis sera lui aussi stimulé soit en caresse soit en pénétration pour vivre un double orgasme (le super T du wiki Aneros).

Je reviens sur ce point :

j’ai le sentiment de plafonner et de ne plus pouvoir avancer

je suis quasiment tout de suite à mon max ce qui est à la fois très excitant et en même temps frustrant : c’est comme si le chemin s’arrêtait rapidement (je dis ça mais en même temps c’est très très agréable de profiter de ces sensations !)

Ce sentiment est régulièrement présent dans les témoignages de nos amis qui ont bien avancé dans leur cheminement. Il me semble correspondre à un moment charnière quand ils deviennent capables de vivre une jouissance prostatique intense mais qu’ils ne parviennent pas encore à se laisser complètement emporter par les orgasmes qu’ils vivent. Il y a 3 moyens de franchir cette porte :
• Trouver le déclic qui va ouvrir la porte sans qu’on sache forcément pourquoi (mais on s’en fiche si ça marche !), par exemple incorporer le massage de tes pointes de sein, si tu ne fais pas déjà ou essayer l’écoute de fichiers d’hypnose ou…
• Approfondir ton état de relaxation quand le plaisir monte, quitte à perdre momentanément tes sensations qui dans tous les cas reviennent. C’est le moyen d’effacer d’éventuelles résistances à un plaisir qui renverse tout sur son passage.
• Multiplier les sessions à un rythme plus soutenu que le rythme habituel, par exemple tous les jours au lieu d’une fois par semaine.

je pratique principalement seul mais très épisodiquement

Je te conseille de faire régulièrement tes sessions. Plus tu pratiques, plus tu progresses. Ton apprentissage du plaisir prostatique est suffisamment important, à mes yeux bien sûr, et tu es suffisamment avancé pour intégrer ta pratique dans ta vie quotidienne comme tu le ferais pour toute activité importante. C’est d’ailleurs, indirectement, ce que à quoi tu commences à penser en nous demandant :

peut être faudrait-il tout simplement davantage pratiquer tout seul plutôt que se procurer un 3ème ? 

Et :

se peut-il qu’une pratique régulière du Pilates (qui travaille énormément autour du périnée et de la respiration abdominale) ait des effets bénéfiques ?

Oui et oui. Si le Pilates t’est familier et facile à pratiquer vas-y. Sinon d’autres disciplines peuvent aussi t’aider comme le yoga ou la méditation. Tout cela ne t’interdit en rien d’utiliser un 3ème masseur. Ton Vice2 est déjà un gros modèle ; tu peux chercher plus de diversification en essayant l’Eupho qui est plus mince que l’Helix. Ou si tu es très gourmand tu peux ajouter 2 masseurs à ta collection, si tu en as les moyens, un Eupho et un Prograsm Ice.

Bon cheminement @Dazzz.