Mots-clés : , , ,

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Auteur
    Articles
  • #24182

    J’ai offert un Aneros Helix à mon amoureux et lui fait ai un résumé du traité d’Anéros parce qu’il ne le lira pas, et qu’il m’a demandé de l’accompagner in-vivo dans ce voyage.
    J’ai constaté lors des préliminaires de toucher anal, qu’il ne sent pas ou ne situe pas sa prostate même si j’ai le doigt dessus.C’est à dire que je ne sens pas cette petite zone non plus du bout de mon doigt.
    Il apprécie ces caresses pour la sensation de remplissage et cette sensation s’associe de suite avec une érection, donc fait diversion immédiatement.
    Ensuite c’est comme un mécanisme en route pressant et je sens aucune possibilité de retour en arrière.
    Excusez-moi, peut-être je me trompe mais je dirais que c’est la biologie qui est plus forte à ce moment…la découverte de cette jouissance dépasserait-elle la biologie ?

    Avec Anéros même schémas, introduction, érection, éjaculation…bel orgasme et là il souhaite rester avec l’Anéros en lui pour sentir l’autre sensation…comme il dit.
    Il a essayé seul et son retour à été qu’il n’arrive pas à situer la prostate. J’ai vérifié avec lui en lui introduisant donc un doigt et faisant des pressions sur plusieurs points, il a serré son anus… puis j’ai précisé de faire fonctionner plutôt ce qui sert à dresser son sexe…il a eu une difficulté à déterminer la différence, mais moi j’ai senti de l’intérieur une contraction plus dense et ample à la fois.
    Je m’y perds, j’ai l’impression d’être une exploratrice qui cherche un point avec un co-explorateur qui ou n’ose pas se laisser aller là, ou qui a si peu cultiver ce réflexe de contractions prostatiques, que tout est à revoir…
    Pouvez-vous me préciser si je fais bien et si je peux lui proposer d’autres techniques pour sentir la prostate ?
    Est-ce possible que certain hommes ne sentent rien ?

    J’aimerai de tout coeur qu’il découvre ce plaisir !

    Merci pour vos suggestions.

    #24187
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Pour aider votre compagnon @kate il me paraît utile d’aborder non seulement les conditions particulières de vos sessions mais aussi le contexte dans lequel se déroule votre magnifique expérience.

    -A ) Les conditions générales de cet apprentissage particulier.

    J’ai offert un Aneros Helix à mon amoureux et lui fait ai un résumé du traité d’Anéros parce qu’il ne le lira pas, et qu’il m’a demandé de l’accompagner in-vivo dans ce voyage.

    1. Ce cheminement vers une autre forme de jouissance est extrêmement personnel, au moins dans sa phase initiale. Est-ce vous qui initiez cette démarche alors que votre compagnon est plus naturellement soit neutre soit réservé pour se lancer dans cette découverte ? Ou bien est-il demandeur lui aussi mais en se sentant freiné ou bloqué pour avancer seul ?
    2. Avez-vous commencé à explorer votre « relation amoureuse » au-delà de la séquence traditionnelle désir, préliminaires, étreinte, satisfaction et votre compagnon est-il aussi passionné

    par ce que peut offrir le corps et la relation amoureuse comme moyen de se libérer et de se vivre dans une extase régénérante.

    que vous l’êtes ? Avez-vous déjà pu partager des pratiques tantriques ou assimilées ?
    3. Votre compagnon est-il à l’aise avec la stimulation anale et d’autres stimulations non conventionnelles (pointes de seins…) ?
    4. Votre compagnon est-il à l’aise avec l’utilisation de jouets pour accompagner sa jouissance ou la vôtre ?
    5. La masturbation est-elle une pratique naturelle pour votre compagnon ?

    Chaque réponse soit négative soit plutôt négative met en lumière un frein potentiel à la découverte de l’orgasme prostatique pour votre compagnon et devrait vous conduire à mon avis à en discuter avec lui pour l’aider à surmonter cette difficulté.

    6. Y a-t-il une différence d’âge, de maturité sexuelle ou d’expérience entre vous ? Y a-t-il un risque que votre ambition en matière d’épanouissement sexuel lui fasse peur ou bien partage-t-il cette ambition ?
    7. Votre compagnon est-il familiarisé avec les pratiques de relaxation, de méditation, de respiration abdominale profonde, de relâchement musculaire ?
    8. Savez-vous s’il lit les pages de NouveauxPlaisirs et du forum associé ? Ou celles d’autres sites spécialisés sur le même domaine ?
    Votre démarche est formidable mais vous savez qu’« on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ».

    Je vais doucement y amener mon compagnon.

    A ce stade le mot « doucement » est très important.

    -B ) Les conditions particulières

    Est-ce possible que certain hommes ne sentent rien ?

    1. Il est tout à fait normal qu’il ne sente pas sa prostate alors qu’il commence à peine à découvrir cette forme de stimulation (voir le sujet Localisation prostate). A mon avis ce n’est pas le plus important et ce n’est pas un obstacle à ses futurs progrès.

    Il apprécie ces caresses pour la sensation de remplissage et cette sensation s’associe de suite avec une érection, donc fait diversion immédiatement. Ensuite c’est comme un mécanisme en route pressant et je sens aucune possibilité de retour en arrière… Avec Anéros même schéma, introduction, érection, éjaculation…bel orgasme et là il souhaite rester avec l’Anéros en lui pour sentir l’autre sensation…comme il dit.

    2. L’érection est un bon signe de son excitation. Mais son « mécanisme du plaisir » n’a pas encore ouvert une autre voie de la jouissance. Il faut donc qu’il apprenne à intérioriser sa perception et à renoncer à la primauté du pénis. Il y aurait donc besoin de commencer ces stimulations par une période de relaxation formelle, comme le conseille le traité d’Aneros dans l’étape 4.
    3. Vous devez prendre conscience que pour certaines personnes le cheminement vers le plaisir prostatique peut prendre du temps voire beaucoup de temps en comparaison avec d’autres. Je vous souhaite d’avancer très vite, mais si ce n’est pas le cas soyez patients, méthodiques et surtout confiants.

    N’hésitez pas à poser d’autres questions quand vous en éprouverez le besoin. Encouragez votre compagnon à intervenir directement sur le forum, cette démarche en elle-même sera un signe de son ouverture à cette formidable aventure. Bon cheminement à vous deux @kate.

    #24194

    Merci Adam d’avoir pris le soin de m’offrir cette réponse détaillée effectivement en demande de précision pour moi-même.

    1.J’ai bien conscience que ce cheminement vers une autre forme de jouissance est extrêmement personnel, voir initiatique au moins dans sa phase initiale.
    J’ai initié cette démarche parce qu’elle me touche de par sa possibilité vaste de connaissance de son plaisir et après la lecture de nombreux témoignages sur ce formidable site.
    Mon compagnon est mûr et ouvert pour se lancer dans cette découverte, et l’Aneros Helix a été bien entendu bien reçu comme une alternative à découvrir. Il le garde près de son lit et l’a essayé seul et m’a relaté sa première expérience, en me demandant de l’utiliser avec lui. Ce que nous avons fait, et c’est là que nous avons constaté ensemble qu’il ne sent pas sa prostate. Depuis il expérimente seul.
    2. Cette deuxième question je ne l’a comprends pas, pouvez-vous me préciser ce que vous entendez par passion… pendant la relation sexuelle ou passionné de découvrir ce plaisir ?

    Avez-vous déjà pu partager des pratiques tantriques ou assimilées ? OUI !
    3. Votre compagnon est-il à l’aise avec la stimulation anale et d’autres stimulations non conventionnelles (pointes de seins…) ? Carrément OUI !
    4. Votre compagnon est-il à l’aise avec l’utilisation de jouets pour accompagner sa jouissance ou la vôtre ? OUI ! Il est partant
    5. La masturbation est-elle une pratique naturelle pour votre compagnon ? Oh que OUI !

    Le seul frein potentiel que je vois c’est mon empressement mais je l’ai contenu et de sa part aucune à part juste qu’il n’arrive pas encore à définir la sensation prostatique.
    Mais j’ai conscience qu’il faut du temps.
    6. Y a-t-il une différence d’âge, de maturité sexuelle ou d’expérience entre vous ? Y a-t-il un risque que votre ambition en matière d’épanouissement sexuel lui fasse peur ou bien partage-t-il cette ambition ?
    Différence d’âge de 10 ans mon ainé, maturité sexuelle : lui beaucoup d’expériences, moi peu d’expériences et des années abstinence, et une montée de kundalini, et je me sens plus fougueuse et plus demandeuse. Il partage mon ambition de la découverte sans peur mais je dois avouer qu’il semble me faire passer ( surement par fierté )qu’il connaît le plaisir de la pénétration anale pour l’avoir pratiqué et c’est là que je me rends compte de mon ignorance …Il y a t-il chez l’homme plusieurs plaisir anal ?
    Les homosexuels jouissent comment lors de pénétrations anales ?
    7. Votre compagnon est-il familiarisé avec les pratiques de relaxation, de méditation, de respiration abdominale profonde, de relâchement musculaire ? OUI !
    8. Savez-vous s’il lit les pages de NouveauxPlaisirs et du forum associé ? Ou celles d’autres sites spécialisés sur le même domaine ?
    Il ne consulte pas de forums, il part du principe d’être neuf d’expériences est pour lui un moyen de se trouver à son rythme . Par ailleurs il est electrosensible donc par d’ordinateur.
    Je vais comme même lui imprimer le Traité.
    Votre démarche est formidable mais vous savez qu’« on ne fait pas boire un âne qui n’a pas soif ».
    Oui j’en suis fort consciente, je souhaite juste savoir si je peux faire quelque chose pour l’aider.

    J’ai bien compris ce que vous précisez dans une réponse sur la localisation de la prostate, ce n’est pas évident, même moi lorsque je le caresse avec mon doigt, je sens bien qu’il ne tressaille pas lorsque je touche certain points. C’est là oû je me sens seule parce qu’il dit je ne sens pas mais continue c’est bon…
    « Oubliez vos attentes et vivez votre session dans l’instant. Je suis resté longtemps sans percevoir le contact précis, anatomique, du masseur sur ma prostate. Cela ne m’a pas empêché de ressentir peu à peu des contractions de la moitié dorsale de mon corps, puis des vagues de plaisir, une boule de chaleur et enfin d’être submergé par la jouissance. Ce n’est que plus tard que j’ai pris conscience d’un point particulier, ma prostate. »

    B2. L’érection est un bon signe de son excitation. Mais son « mécanisme du plaisir » n’a pas encore ouvert une autre voie de la jouissance. Il faut donc qu’il apprenne à intérioriser sa perception et à renoncer à la primauté du pénis. Il y aurait donc besoin de commencer ces stimulations par une période de relaxation formelle, comme le conseille le traité d’Aneros dans l’étape 4. Je vais relire l’étape 4 afin de l’accompagner au mieux à son prochain retour d’expérience.
    Pensez-vous que d’être près de lui pendant une session peut contrarier la détente ?
    3. Vous devez prendre conscience que pour certaines personnes le cheminement vers le plaisir prostatique peut prendre du temps voire beaucoup de temps en comparaison avec d’autres. Je vous souhaite d’avancer très vite, mais si ce n’est pas le cas soyez patients, méthodiques et surtout confiants. Nous le sommes !

    merci !

    #24201
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Merci @kate, vos réponses à mon questionnaire effacent la crainte qu’avait fait naître votre message d’ouverture et l’enthousiasme débordant dont vous faites preuve. Je craignais que vous soyez, sur ce sujet, beaucoup plus en demande que votre compagnon, que vous cherchiez à le pousser dans la voie de la découverte du massage prostatique sans qu’il en ait vraiment l’envie. Vous m’avez rassuré.

    En ce qui concerne la question A2, je demandais bien sûr s’il était aussi passionné que vous pour découvrir cette nouvelle forme de plaisir. Cela semble être le cas. C’est parfait. En parcourant notre forum, et peut-être d’autres, vous avez pu comprendre que, sauf exception, l’expérience du plaisir prostatique est le fruit d’une démarche qui demande un engagement certain de la part de son auteur.

    Selon ce que vous dites votre compagnon souffre d’électrosensibilité. Vous allez donc être le lien entre lui et toutes les informations que vous récolterez, le lien entre toutes ses questions et toutes les réponses que Nouveauxplaisirs et notre forum peuvent et pourront lui apporter. Sur ce point votre aide est indispensable.

    (Remarque purement technique.
    Vous êtes dans cette aventure l’intermédiaire entre deux interlocuteurs qui ne communiquent pas directement, votre compagnon d’une part et votre ordinateur, ou autre terminal numérique, d’autre part derrière lequel est toute notre communauté,. Vous transmettez donc de l’information et des questions qui vous sont partiellement étrangères, faute de prostate, et qui ne sont pas automatiquement comprises par leur destinataire telles qu’elles sont exprimées par l’émetteur. N’hésitez donc pas à reformuler ce que vous dira chacun pour mieux comprendre et mieux transmettre. Ce sera parfois un peu lourd mais la qualité du soutien que vous apportez à votre compagnon en dépend.)

    Puis-je vous faire une suggestion? Adam et Nathalie Giraud proposent régulièrement des ateliers de découverte du plaisir prostatique. Vous pourriez lui permettre de faire des progrès décisifs dans son cheminement en participant en couple à l’un des prochains. Votre compagnon pourra ainsi directement bénéficier de conseils personnalisés de la part de deux experts et vous-même accéder à des informations de première main que vous pourrez mettre en pratique immédiatement. Cela suppose que votre compagnon puisse être en confort dans le local utilisé et que ce dernier ne soit pas trop éloigné de votre lieu de résidence.

    il part du principe d’être neuf d’expériences est pour lui un moyen de se trouver à son rythme .

    Il a raison, s’il est sûr d’avoir à sa disposition toutes les informations nécessaires pour trouver le trésor ; il risque de tourner en rond s’il lui manque un indice. Cela est vrai s’il est capable de se mettre totalement à l’écoute de son corps, de se focaliser sur les effets produits par la présence du masseur à l’exclusion de tout le reste. Selon votre réponse à la question A7 de mon précédent message cela semble le cas. Soyez bien consciente que « son rythme » n’est pas le vôtre, ni celui que vous pouvez attendre.

    Pensez-vous que d’être près de lui pendant une session peut contrarier la détente ?

    Votre compagnon est certainement mieux placé que moi pour répondre. C’est à lui de découvrir par expérimentation quelles conditions lui permettent d’éprouver les meilleures sensations. Vous parlez de « son lit » ; j’en conclus que vous n’êtes pas en vie commune. Il va donc faire des sessions seul et d’autres avec votre participation. Si votre présence lui donne tellement de désir qu’il en perd son contrôle elle ne favorisera pas la phase de relaxation et de relâchement musculaire. Si votre présence lui permet de bénéficier d’un massage tendre, relaxant et délicieusement sensuel, si elle lui permet de se sentir protégé, simplement heureux, en un mot de vivre dans l’instant présent et de se laisser aller, elle favorisera alors sa perception des nouvelles sensations qui marquent la découverte du plaisir prostatique.

    je souhaite juste savoir si je peux faire quelque chose pour l’aider.

    OUI ! OUI ! OUI ! L’aimer, le désirer, l’encourager, le soutenir, recevoir l’expression de son ressenti, être sincèrement heureuse de ses progrès, quelque soit leur nature, remettre à leur juste place ses doutes, avoir confiance en lui. Dans les compétitions automobiles de rallye, le pilote dirige la voiture mais c’est le copilote qui lui permet de le faire dans les meilleures conditions jusqu’à l’arrivée. Bien que la découverte de l’orgasme prostatique soit une expérience très personnelle pour l’homme, votre participation, si vous savez vous adapter à ses réactions, vient en complément pour le mettre dans les meilleures conditions matérielles, biologiques (pour reprendre votre vocabulaire…) et psychologiques.

    Vos pratiques sexuelles semblent être ouvertes et riches. Avez-vous eu déjà l’occasion de vous masturbez côte à côte ou face à face ? Si cette expérience qui conduit à se laisser submerger par sa jouissance en présence de son compagnon ou de sa compagne est difficile, il est vraisemblable que la situation soit la même à l’occasion d’une session de massage prostatique. Si au contraire vous êtes complètement libérés sur ce point votre participation, tant aux sessions qu’à tout ce qui les entoure, préparation, accompagnement et discussion, enrichira et facilitera son cheminement.

    Puis-je vous faire une seconde suggestion? Vous pouvez aussi l’aider en allant vous-même en parallèle à la découverte d’une forme de jouissance que vous ne connaîtriez pas encore, en suivant vous aussi une forme d’initiation selon votre expérience et les souhaits de votre compagnon. Vous seriez ainsi tous les deux en même temps en apprentissage, en découverte pour le meilleur équilibre de votre relation.

    Bon cheminement à vous deux.
    PS : J’aimerais bien donner un nom à votre compagnon plutôt que de le laisser dans l’anonymat. Il mérite un pseudo pour que nous puissions nous adresser, même indirectement, à la personne bien vivante qu’il est.

    #24206

    Merci Andraneros pour vos suggestions.

    Nous allons nous ouvrir à expérimenter ces déclinaisons du deux en possibilité de jouissance.

    Loup et kate

5 sujets de 1 à 5 (sur un total de 5)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.