Mots-clés : , , ,

Ce sujet a 5 réponses, 3 participants et a été mis à jour par Avatar Madjek, il y a 4 semaines et 1 jour.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)
  • Auteur
    Messages
  • #34114
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Bonjour à tous.

    Cela fait plusieurs mois que je fais une séance dès que le moment est propice – je dois en être à une douzaine (ce n’est pas énorme…). J’avais commencé par me procurer un Helix Aneros, suite aux conseils trouvés à gauche à droite, et il est vrai que les premières fois, le plaisir était assez absent. Au fil des scéances, de la relaxation, après avoir bien identifié ou se trouvait ma prostate, le massage de celle-ci est devenu petit à petit plus plaisant.

    Je me permets d’écrire ce message car j’ai quelques questions concernant la direction que prend la découverte du plaisir prostatique.
    Au fil des mois, je me suis orienté vers d’autres masseurs, dont le lelo loki Wav (qui est un peu trop « bourrin » pour débuter dans le massage de la prostate) il génère du plaisir, mais en tant que débutant, le rewiring est au tout début et le lelo ne me permet pas de stimuler subtilement la prostate, puis je suis passé sur format plus petit comme le Goliath Devil 2 (avec la tete 360°) et encore une fois, celui-ci génère un certain plaisir mais le massage est trop brusque pour un débutant (avis personnel) – ces toys sont surement très efficace une fois les premiers super O découvert et permet très certainement d’avoir encore plus de plaisir mais pour le moment, je les mets de coté.
    Donc, retour au helix Aneros, plus petit, plus simple aussi, mais également tout à fait adapté à la découverte du point P (c’était une erreur donc de partir sur d’autres toys car je n’arrivais pas à avancer rapidement avec l’Aneros)

    Si j’avais un conseil à donner en tout premier, ce serait de rester sur ce toy et de prendre vraiment le temps pour connaitre mieux son corps et surtout l’écouter. Et identifier toutes les subtilités, sensations qu’il procure en massant la prostate.
    De ma petite expérience, je peux confirmer plusieurs choses – cela prend du temps, beaucoup de temps. Et je me suis dit plusieurs fois : »mais diable, pourquoi la nature a caché un truc pareil chez l’homme ». Car il faut le préciser, c’est planqué, voir le terme bridé est carément plus approprié.
    Et donc, il faut débrider les sensations produite par le massage de la prostate et ce qu’il se passe dans notre tête. Donc effectuer un cheminement que vous appellez rewiring – reconnection.

    Et je le confirme, cela ne se fait pas au premier massage, c’est subtile. J’ai suivi les conseils du traité (merci pour la véritable bible) , parfois je me suis éloigné. Cela demande du temps, de l’isolement, de la détente, etre relaxer pour se concenter sur ce qu’un toy comme le Aneros produit comme sensation sur la prostate.
    Ensuite, il m’a fallu différencier toutes les contractions (sphincter, periné…)

    Sur les 3 – 4 dernières séances, les sensations très agréables provenant du massage de la prostate ont évolué graduellement.

    Voici comment se déroule une de me sessions classiques:
    – Détente, relaxation et plusieurs petites contractions du périné (une dizaine) afin de faire gonfler légerement la prostate – puis relachement. A ce moment là, je ressens comme une petite boule roulé sur le helix.
    j’n’ai que rarement brulé cette étape, meme si parfois, j’l’ai écourté, je n’aurai pas du, c’est une phase importante qui permet de bien identifié les sensations.
    – Après 10 bonnes minutes, de petites contractions involontaires se produisent, mais j’essaye toujours de ne pas brusquer, bourriner sur la prostate (j’ai eu plusieurs fois la déception de voir que de trop forte contractions écrasent la prostate, et derrière il y a une perte de la sensibilité)

    En faite, cette étape reste assez importante, une fois la prostate légèrement gonflé, localisé, et que les sensations sont bonnes, il faut effectuer de légères contractions, ne pas être pressé afin de stimuler délicatement la prostate.

    Suite à cela, plusieurs contractions involontaires se produisent. Durant mes premières sessions, le bras déporté du masseur me génait dans ma concentration, celui-ci appuyant fortement, je perdais les sensations du masseur sur la prostate (alors qu’elles étaient là, mais trop faible)
    Pendant mes dernières sessions, j’ai ressenti d’autres choses, franchis d’autres étapes j’imagine.

    A ce jour, je sens de mieux en mieux le masseur sur la prostate, des tremblements des jambes se produisent, puis ca s’embale. j’ressens de forte contractions involontaires, tout se contracte autour de l’helix, celui-ci appuye sur ma prostate et le plaisir se siture entre une lègère douleur et une forte envie d’éjaculer. Puis la légère douleur disparait pour ne laisser que cette sensation d’envie d’éjaculer qui part du milieu de mon ventre.

    C’est assez particulier, sacrément bon, ce n’est pas un orgasme (d’ailleurs, il doit effectivement être monstrueux d’avoir un super O vu le degrés de sensations de plaisir que j’ai déjà)

    Ce que je me demande:
    -est-ce bien normal d’avoir autant de contractions involontaires, aussi fortes, celles-ci appuyent l’aneros de façon brutal sur ma prostate, et il est quasi impossible d’effectuer les exercices pendant ces moments. Je sens la prostate se gonfler, voir se durcir. j’ai des sensations dans tout le ventre, les jambes tremblent.

    Ce serait comparable à un pompage, mais sans finalité vu que j’n’ai pas encore eu d’orgasmes, ni observé d’éjaculation.

    Cela dur qqs minutes, c’est comme un palier atteint, mais qui stagne sur la longueur, c’est reproduisible 2 à 3 fois, après, la fatigue prend le dessus.
    J’en suis à cette étape – est-elle normale? (je trouve cela un peu « brusque ») je n’ai pas envi de me faire mal et du coup, j’hésite à prolonger mes séances.
    Comme préciser plus haut, un massage trop brusque me fait perdre les sensations procuré par le massage de la prostate, alors que là, les sensations sont bien là, mais le masseur appuye assez fortement (et parfois, il est impossible d’empecher cela)
    Si certains d’entres vous on des conseils

    Amicalement
    Madjek

    #34115
    aneveil
    aneveil
    Participant

    Bonjour @madjek

    -est-ce bien normal d’avoir autant de contractions involontaires, aussi fortes, celles-ci appuyent l’aneros de façon brutal sur ma prostate, et il est quasi impossible d’effectuer les exercices pendant ces moments. Je sens la prostate se gonfler, voir se durcir. j’ai des sensations dans tout le ventre, les jambes tremblent.
    Ce serait comparable à un pompage, mais sans finalité vu que j’n’ai pas encore eu d’orgasmes, ni observé d’éjaculation

    Cela ressemble tout de même beaucoup à un orgasme (qui peut prendre des formes très variées selon les personnes)
    Au début on a du mal à identifier les orgasmes car il n’y a pas de « fin » contrairement à l’orgasme éjaculatoire,
    et il y en existe d’une multitude d’intensités.
    La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,
    en se laissant trop entrainer dans les contractions (sans détente) l’orgasme peut parfois s’essouffler rapidement.
    Il n’est pas question de « faire des exercices » mais de vivre pleinement son plaisir et de s’y abandonner totalement.

    C’est assez particulier, sacrément bon, ce n’est pas un orgasme (d’ailleurs, il doit effectivement être monstrueux d’avoir un super O vu le degrés de sensations de plaisir que j’ai déjà)

    Attention à ne pas idéaliser l’orgasme, le Super O etc… car c’est un très gros piège…
    Le mieux consiste à ne plus y penser (ce que l’on n’a pas vécu soit même n’a finalement que peu d’intérêt)
    afin de profiter pleinement du moment présent des sensations et de tout ce qui se vit dans notre corps.

    #34116
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour et bienvenue sur le forum @ madjek. Vous nous dites :

    Si j’avais un conseil à donner en tout premier, ce serait de rester sur ce toy et de prendre vraiment le temps pour connaître mieux son corps et surtout l’écouter. Et identifier toutes les subtilités, sensations qu’il procure en massant la prostate.

    C’est une approche saine et simple dont le seul inconvénient est qu’elle demande éventuellement patience et confiance en soi. Vous n’en manquez apparemment pas.

    une fois la prostate légèrement gonflée, localisée, et que les sensations sont bonnes, il faut effectuer de légères contractions, ne pas être pressé afin de stimuler délicatement la prostate.

    Vous avez parfaitement assimilé les principes de base. Contrairement à l’excitation du pénis pour obtenir un orgasme avec éjaculation, qui progresse avec des stimulations de plus en plus rapides et de plus en plus appuyées, l’excitation de la prostate progresse avec des stimulations volontaires qui doivent rester légères, voire de plus en plus légères pour laisser toute leur place aux contractions involontaires qui prennent le relai.

    C’est assez particulier, sacrément bon, ce n’est pas un orgasme

    • Particulier, c’est bien ce sur quoi nous attirons l’attention de tous les débutants,
    • Sacrément bon, je suis heureux que vous en témoigniez après tant d’autres,
    • « Ce n’est pas un orgasme », soit il vous faut écrire « ce n’est pas un orgasme habituel centré sur le pénis tel que je le connais juste avant l’éjaculation », soit il vous faut écrire « c’est un plaisir différent de ce que j’ai connu jusqu’à maintenant », ce sur quoi nous attirons l’attention de tous les débutants.
    J’ai l’impression que vous validez à peu près toutes les étapes de la carte au trésor jusqu’au 23, puis le 26, 29,30,31, 34, 35, 40 ?, 44, 45. Corrigez-moi bien sûr si je me trompe.
    Quand je lis :

    ca s’embale. j’ressens de forte contractions involontaires, tout se contracte autour de l’helix, celui-ci appuie sur ma prostate et le plaisir se situe entre une légère douleur et une forte envie d’éjaculer. Puis la légère douleur disparaît pour ne laisser que cette sensation d’envie d’éjaculer qui part du milieu de mon ventre.

    Je pense à l’étape 46… Comme @aneveil votre description me fait penser que vous vivez vos premiers orgasmes prostatiques !

    -est-ce bien normal d’avoir autant de contractions involontaires, aussi fortes, celles-ci appuyent l’aneros de façon brutal sur ma prostate, et il est quasi impossible d’effectuer les exercices pendant ces moments. Je sens la prostate se gonfler, voir se durcir. j’ai des sensations dans tout le ventre, les jambes tremblent.

    Oui. C’est une forme de réaction fréquente et normale.
    Il faut comprendre que les contractions volontaires et le contrôle de la respiration ne sont pas le moteur de vos orgasmes prostatiques. Quand tout se passe bien, comme il me semble que ce soit le cas lors de vos dernières sessions, les exercices volontaires (détente, respiration, contractions…) ne sont pas du tout faits pour déclencher vos orgasmes, ils servent, dans un monde idéal, de démarreur et de starter pour lancer les contractions involontaires qui elles sont le moteur de vos orgasmes prostatiques. Par définition vous ne contrôlez pas vos contractions « involontaires ».

    Lorsque votre moteur prostatique est lancé, vous êtes comme dans un bateau à voile. Il avance tout seul et vous vous contentez de le diriger en réglant la voilure et le cap par rapport au vent et aux courants. Vous êtes comme dans un planeur en cherchant les ascendances qui vous font prendre de l’altitude pour prolonger votre vol…

    Ce serait comparable à un pompage,

    C’est évidemment le signe de votre orgasme…

    mais sans finalité vu que je n’ai pas encore eu d’orgasmes,

    De mon point de vue c’est pourtant bien ce que vous nous décrivez (relisez en toute objectivité les descriptions des étapes de la carte au trésor).

    ni observé d’éjaculation.

    Il ne doit pas y en avoir. Tout est dans cette différence. L’orgasme prostatique ne donne lieu à aucune éjaculation. Tout ce que vous pouvez observez et observerez au fur et à mesure de vos progrès c’est l’écoulement de liquide séminal en plus ou moins grande quantité selon la manière dont vos glandes fonctionnent. Cet écoulement est anecdotique et sans aucun rapport avec l’intensité de vos orgasmes. Cette absence d’éjaculation produit 3 effets :
    1. Vous pouvez répéter vos orgasmes à volonté jusqu’à épuisement physique ou nerveux,
    2. Vous ne « bénéficiez » plus du sentiment de libération et de satisfaction induit par la période réfractaire,
    3. Sans éjaculation, vous conservez votre énergie sexuelle qui alimentera vos sessions suivantes et les rendra plus explosives.

    Cela dure quelques minutes, c’est comme un palier atteint, mais qui stagne sur la longueur, c’est reproduisible 2 à 3 fois, après, la fatigue prend le dessus.

    En toute simplicité vous nous décrivez les premiers pas de votre nouvelle vie d’homme multi-orgasmique ! Vous avez lu le traité d’Aneros et depuis quelques mois sans doute de nombreux messages de notre forum. Vous savez donc que la découverte du plaisir prostatique est progressive pour la plupart des débutants qui doivent apprendre à changer l’état d’esprit dans lequel ils vivent leur plaisir sexuel. Ce que vous vivez est normal. Ce que vous décrivez est particulièrement encourageant.

    Tant que vous ne manipulez pas le masseur avec les mains vous ne risquez rien. Tout au plus une irritation du périnée sous l’effet des appuis répétés du bras de votre masseur. Dans ce cas un peu de repos effacera la gêne. Ou mieux sans doute changez de modèle pour en prendre un qui aura des butées plus rondes(versions Trident) ou montées sur des bras plus souples (version Syn). Vous ne nous dites rien de la méthode de lubrification que vous utilisez, nature du ou des lubrifiants, lubrification interne du rectum, lubrification du masseur. Au stade où vous en êtes ce point devient particulièrement important non seulement pour éviter toute forme d’irritation mais aussi pour intensifier l’efficacité du massage.

    Comme le dit @aneveil :

    La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,

    Il me semble, pour répondre à votre dernière question, qu’en accordant encore plus d’importance que vous ne le faites déjà à votre détente, particulièrement au moment où les contractions involontaires prennent le dessus, vous serez en mesure de vivre des orgasmes plus intenses, plus longs, plus nombreux jusqu’à votre première expérience de l’orgasme qui emportera tout, votre premier super O’.

    Cependant @aneveil a raison d’écrire :

    Attention de ne pas idéaliser l’orgasme, le Super O etc… Le mieux consiste à ne plus y penser afin de profiter pleinement de la sensorialité et du moment présent.

    En attendant de trouver un autre masseur, vous pouvez essayer de placer un mouchoir plié en 4 ou plus ou du papier absorbant entre votre peau et l’extrémité du bras périnéal. Vous pouvez aussi le recouvrir de l’extrémité d’une tétine de biberon que vous coupez pour l’enfiler sur le bras.

    Bon cheminement @madjek.

    #34118
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Merci beaucoup à vous deux pour vos réponses, les conseils que vous pouvez apporter. C’est vraiment encourageant et rassurant
    Concernant la carte au trésor (merci pour le lien) je dois en être en tout objectivité et honnêteté à l’étape 40, 41 reste légé. Après, je dois avoir sauter une ou deux étapes, car sur la carte, je me retrouve sur certains points tel que le 43 – 44.
    Et je suis encore « loin » de perdre tout control, de convulser. Peut-être me laisser totalement aller.

    @aneveil >>
    « Cela ressemble tout de même beaucoup à un orgasme (qui peut prendre des formes très variées selon les personnes)
    Au début on a du mal à identifier les orgasmes car il n’y a pas de « fin » contrairement à l’orgasme éjaculatoire, »

    Je comprends surement mieux, donc j’aurai de petits orgasmes, enfin des débuts de construction d’orgasme. J’imagine que le rewiring est en bonne voie dans ce cas. C’est vrai que les sensations sont à chaque session amplifié.
    Et de plus, il y a toujours cette exitation qui arrive avant chaque session – donc c’est que mon corps, mon esprit trouve un reel plaisir à travers le massage prostatique.

    « La détente la plus grande possible après une contraction involontaire peut contribuer à faire durer et accroitre l’orgasme,
    en se laissant trop entrainer dans les contractions (sans détente) l’orgasme peut parfois s’essouffler rapidement. »

    -> je pense que je suis « coincé » à cette étape. Encore hier soir, j’ai pris 30 – 40 min pour me détendre avec l’aneros. Au bout des 40 min, j’ai senti à nouveau la prostate bien se gonfler et rebelotte des petites contractions involontaires, j’ai essayé de ne pas forcer, limite de « controler » les contractions involontaires mais elles sont quand meme brusque.

    Et j’ai vraiment le sentiment qu’après de fortes contractions involontaires, qui peuvent meme provoquer en parallèle une forte érection – meme si elles durent 2 min (grand max) ou tout se contracte (incontrolable donc) cela fini par s’essouffler. C’est comme si je n’arrivais pas à conserver le palier et travailler sur l’orgasme.

    Pire je suis sur de ne pas être loin de quelque chose, étant donné que j’ai une forte érection, je sens tout le plaisir monter de ma prostate, j’ai comme des sensations telle que celle juste avant d’éjaculer.

    Pour finir sur le masseur, je ne sais pas vraiment vers quoi me tourner, commencer ma session avec l’aneros, et une fois que ma prostate est gonflé, que le plaisir est là, grandissant, peut-être basculer sur le loki, il est plus gros, la tete appuyera plus fortement aussi, et commencer à jouer avec les vibrations, meme legère, permettrait de décupler l’orgasme, ou en tout cas, peut-être stabiliser le plaisir ressenti.

    A vous lire, en suivant vos conseils, j’ai le sentiment de ne pas arriver à conserver le plaisir (les mini orgasmes) et d’etre trop pressé. Je pense que je devrais plus me relaxer, me détendre dès que les contractions involontaires arrivent, et prendre le temps d’essayer de les conserver.

    Corrigez moi si je me trompe, mais en partant dans cette idée, démarche, le plaisir procuré par ma prostate devrait atteindre un palier – l’énergie sexuelle va s’accumuler, et cela devrait aboutir à augmenter l’intensité de l’orgasme, donc….un super O?

    #34120
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous nous dites @madjek :

    donc j’aurai de petits orgasmes,

    Oui de vrais orgasmes, ce que nous appelons des mini O’s. Avec le temps et la répétition des sessions ces sensations vont peu à peu prendre de l’ampleur et vous les reconnaîtrez de plus en plus naturellement comme des orgasmes. Ce processus semble déjà bien lancé selon ce que vous dites :

    C’est vrai que les sensations sont à chaque session amplifiées.

    Votre apprentissage d’une nouvelle forme de jouissance est en bonne voie. Une part importante de vos progrès se fait entre les sessions, de la même manière qu’une part importante de tout apprentissage se fait en dormant.

    Et j’ai vraiment le sentiment qu’après de fortes contractions involontaires, qui peuvent même provoquer en parallèle une forte érection – même si elles durent 2 min (grand max) ou tout se contracte (incontrôlable donc) cela fini par s’essouffler. C’est comme si je n’arrivais pas à conserver le palier et travailler sur l’orgasme.

    Je comprends en lisant ce passage que votre objectif à ce moment serait de « maîtriser vos réactions involontaires pour faire durer cet état » et à partir de là « lancer une procédure orgasmique ». Or c’est précisément le contraire qu’il faut mettre en œuvre à ce moment précis. Tout les efforts de contrôle que vous avez déployés pendant les minutes précédentes, pour lancer les contractions involontaires, doivent s’effacer au profit du « lâcher prise ». Ne cherchez surtout pas à « travailler sur l’orgasme ». Renoncez à tout effort à ce moment. C’est contre-intuitif certes mais c’est la clé qui vous ouvre la voie d’une jouissance plus profonde. Plus vous sentez le plaisir monter, plus vous devez vous mettre en posture d’acceptation, plus vous devez accepter de perdre le contrôle.

    Pire je suis sur de ne pas être loin de quelque chose, étant donné que j’ai une forte érection, je sens tout le plaisir monter de ma prostate, j’ai comme des sensations telle que celle juste avant d’éjaculer.

    Votre érection est un signe évident du plaisir que vous vivez à ces moments de vos sessions. Mais n’oubliez pas qu’elle est anecdotique. Elle peut même être contre-productive dans la mesure où elle remet en jeu le mécanisme de l’orgasme avec éjaculation. Il est utile à ce moment que vous fassiez l’effort de détourner votre attention de votre pénis pour vous recentrer sur ce que vous ressentez à l’intérieur. Il est important à ce moment de vous concentrer sur votre prostate.

    Pour finir sur le masseur, je ne sais pas vraiment vers quoi me tourner, 

    N’hésitez pas à expérimenter à condition de garder le même état d’esprit avec le second masseur. Rien ne doit changer en dehors de l’outil de stimulation.

    j’ai le sentiment de ne pas arriver à conserver le plaisir (les mini orgasmes) et d’être trop pressé. Je pense que je devrais plus me relaxer, me détendre dès que les contractions involontaires arrivent, et prendre le temps d’essayer de les conserver.

    Vous résumez très bien tout ce que j’ai écrit au dessus.

    le plaisir procuré par ma prostate devrait atteindre un palier – l’énergie sexuelle va s’accumuler, et cela devrait aboutir à augmenter l’intensité de l’orgasme, donc….un super O?

    L’idée n’est pas fausse mais je l’exprimerais autrement. Au point déjà bien avancé où vous en êtes @madjek la stimulation exercée par votre masseur produit une forte réaction sexuelle. Plus son action dure, plus elle se répète plus votre système nerveux s’active mais le lien entre cette accumulation et l’explosion orgasmique n’est pas rigide. Donc l’orgasme n’est jamais automatique.

    Imaginez que vous versiez un liquide dans un récipient pour le faire déborder et que ce récipient soit percé. Vous avez deux possibilités pour atteindre le débordement. L’une consiste à verser de plus en plus de liquide pour compenser la fuite. La limite de cette méthode est le débit de votre source qui peut être insuffisant pour compenser la fuite. L’autre consiste à colmater la fuite jusqu’à ce qu’elle devienne plus faible que le débit disponible. Dans cette situation vous pouvez même réduire le débit et obtenir plus de débordement.

    Bon cheminement @madjek.

    #34130
    Avatar
    Madjek
    Participant

    Merci beaucoup à tous les deux pour vos conseils et toutes les réponses que vous m’avez apporté.

6 sujets de 1 à 6 (sur un total de 6)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.