Mots-clés : 

  • Ce sujet contient 57 réponses, 7 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzo, le il y a 3 mois.
20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 58)
  • Auteur
    Articles
  • #39908
    bzo
    Participant

    c’est juste que les contractions involontaires, tout comme le fameux super O, d’ailleurs,
    ce ne sont pas des buts en soi, cela arrive ou cela n’arrive pas,
    on ne les recherche pas spécialement, il ne faut pas y penser,
    il ne faut pas se focaliser dessus

    comme je l’ai écrit ailleurs,
    les super O ne viennent qu’à ceux qui sont prêts , qui sont arrivés à un certain stade
    et cela implique aussi de ne pas y penser un instant, de ne pas s’en faire un but

    idem pour les contractions involontaires,
    on peut très bien avoir une pratique riche, intense, avec plein d’orgasmes
    et ne jamais avoir aucune contraction involontaire,
    ce n’est pas un ingrédient obligatoire, nécessaire

    quant au Traité, il est très utile, bien sûr,
    il apporte énormément à plein de gens
    mais il faut garder son libre arbitre et ne pas s’y fier aveuglement,
    chacun est différent
    et le seul vrai traité à suivre aveuglement, c’est celui qui est écrit dans ton sang, dans tes os
    et que tu dois apprendre à décrypter
    et le Traité, bien sûr, peut y aider,
    peut donner quelques directions, un bon point de départ

    mais même, il y a d’autres façons tout à fait pour approcher le massage prostatique,
    moi par exemple, j’ai suivi le Traité pendant deux, trois, jours,
    après j’ai complètement changé mon approche et commencé à suivre mon instinct
    et la façon dont j’ai pratiqué depuis,
    n’a plus grand chose à avoir avec la façon Traité

    #39909
    bzo
    Participant

    encore une chose,
    j’essaie un peu d’assurer l’intérim d’ @andraneros qui j’ai lu sur le Discord,
    avait des problèmes de santé pour l’instant et ne pouvait plus trop s’occuper du forum
    cependant, je n’ai pas ses connaissances techniques
    et puis surtout, je ne pratique pas du tout dans la voie du Traité d’Aneros,
    donc je ne peux donner trop de conseils dans cette manière

    #39910
    KIM
    Participant

    et cela implique aussi de ne pas y penser un instant, de ne pas s’en faire un but

    C’est ce que je suis en train de comprendre : simplement vivre le plaisir et ne penser à rien.

    après j’ai complètement changé mon approche et commencé à suivre mon instinct
    et la façon dont j’ai pratiqué depuis,
    n’a plus grand chose à avoir avec la façon Traité

    Je l’avais un peu compris en lisant quelques passages de ton journal.
    Il faudrait une mise à jour du Traité avec l’emploi du conditionnel parfois.
    En tout cas, très heureux d’avoir le Progasm Jr.

    j’essaie un peu d’assurer l’intérim d’ @andraneros qui j’ai lu sur le Discord,
    avait des problèmes de santé pour l’instant et ne pouvait plus trop s’occuper du forum
    cependant, je n’ai pas ses connaissances techniques
    et puis surtout, je ne pratique pas du tout dans la voie du Traité d’Aneros,
    donc je ne peux donner trop de conseils dans cette manière

    Mes vœux de rétablissement à lui !
    Et merci pour tes points de vues, complémentaires.

    #39914
    aros
    Participant

    Petite question : combien de mois, ou combien de séance, t’a-t-il fallu pour atteindre ton premier orgasme ?


    @KIM
    , pour ma part, cela fait 2 ans 1/2 que j’ai commencé, avec 4 masseurs différents (Helix, Progasm Jr, Nexus Revo 2, Loki Wave) et j’en suis toujours au point mort. Rien de rien…
    Il faut continuer, continuer ! Avoir des petits orgasmes au bout de 5 séances, cela relève du miracle !
    Bonne fin d’année à vous tous !

    #39921
    KIM
    Participant

    #aros, ta persévérance force le respect !
    En tout cas j’espère que tu auras un déclic.
    Comment abordes-tu le futur de ta pratique ?

    #39928
    aros
    Participant

    J’ai arrêté d’attendre quelque chose, je prends les séances comme elles viennent.
    Je continue de tester les différents masseurs en ma possession. J’ai dormi de nombreuses fois avec l’helix ou le progasm jr.
    Le Revo 2 avec sa tête pivotante ne m’a jamais rien fait, pourtant il est costaud ce masseur.
    Le Loki Wave dernièrement acquis a des vibrations étonnantes, mais pas de déclic ni de signes.
    Je n’ai jamais senti le masseur sur la prostate.

    Sur la carte au trésor, j’en suis au point 5, soit « Pas d’inconfort notable lors d’une contraction anale légère ».

    Nous avons un trésor avec cette petite noix, quand je lis certains commentaires, ça fait rêver. C’est pour ça que je continue.
    J’aimerais découvrir ce plaisir prostatique au moins une fois dans ma vie.

    Bon cheminement.

    #39945
    Caktil
    Participant

    Il est vrai qu’au fil du temps, je me rends compte qu’il ne faut pas prendre à la lettre les conseils du Traité d’Aneros.

    Le traité d’Aneros m’a été d’une grande aide au début de mon parcours. Je le vois un peu comme un professeur de piano qui t’apprend à bien positionner tes doigts sur le clavier, qui te fait faire des gammes et qui te fait répéter un petit morceau plusieurs fois jusqu’à ce que tu le saches par cœur.
    Je me souviens d’une période de stagnation au début, je ne faisais plus de progrès, je n’avais plus trop de succès et j’étais un peu découragé. Je me suis dit que j’allais relire le traité et le suivre à la lettre dans la prochaine séance. Et la séance suivante a été la meilleure de mon parcours à ce moment là.
    Une fois que tu maitrises le piano, tu peux trouver ton propre « style » et commencer à improviser de superbes morceaux de musique !
    Le mieux, c’est quand ce n’est plus toi qui improvise, mais seulement tes mains sur le clavier et que tu es détaché. Parfois je suis émerveillé et surpris par les orgasmes que je ressens. C’est quand je suis surpris que mes orgasmes sont les meilleurs, quand je me laisse totalement aller, quand j’essaie de me laisser submerger par le plaisir, de plonger au plus profond de mes sensations.

    #39946
    bzo
    Participant

    pour ma part, cela fait 2 ans 1/2 que j’ai commencé, avec 4 masseurs différents (Helix, Progasm Jr, Nexus Revo 2, Loki Wave) et j’en suis toujours au point mort. Rien de rien
    …………
    Nous avons un trésor avec cette petite noix, quand je lis certains commentaires, ça fait rêver. C’est pour ça que je continue.
    J’aimerais découvrir ce plaisir prostatique au moins une fois dans ma vie.

    on est tous habité par le désir,
    on a tous envie qu’il nous emporte, qu’il nous transforme en feu d’artifice de toutes les couleurs
    et quand quelqu’un n’y arrive à ce point pas,
    qu’il n’a que les témoignages de ceux qui arrivent, pour y croire, pour le faire encore continuer,
    on imagine sa frustration, on a de la peine pour lui,
    en tout cas, moi, cela me désole pour lui

    je ne suis pas sûr de ce que je peux te dire,
    je n’ai pas vraiment les connaissances techniques d’ @andraneros, ni son objectivité à toute épreuve,
    mais il ne peut venir pour l’instant, il se soigne, il a des problèmes de santé,
    de plus je n’ai jamais vraiment pratiqué dans la manière du traité,
    ma façon est, on ne peut plus, atypique,
    je ne peux que faire des analogies, des rapprochements, par rapport à mon expérience,
    ma seule légitimité pour répondre ici aux gens, d’essayer d’assurer un peu l’intérim,
    c’est le niveau que j’ai atteint dans ma pratique

    tu n’y arrives donc pas, ta chair reste muette comme une tombe,
    comme je l’écrivais dans le fil de @paul,
    je suis de plus en plus persuadé que le problème principal pour ceux qui n’y arrivent pas du tout comme toi
    ou très très lentement comme @paul
    (mais au moins chez lui, cela a démarré, un processus s’est mis en route),
    ce n’est pas le rewiring, ni la technique, ni l’éveil de la prostate,
    avant que ce genre de processus puissent s’enclencher, progresser,
    il y a une porte plus générale qu’il faut arriver à entrouvrir, pour moi,
    c’est arriver à se mettre en contact avec son corps, commencer à dialoguer, à communiquer, avec lui,
    si on n’arrive pas à cela, un tant soit peu,
    alors, oui, notre chair reste muette comme une tombe
    ou ne nous envoie des sensations qu’au compte-goutte

    ayant écrit cela, je vais essayer de décrire maintenant comment le traité propose d’y arriver,
    à entrer en dialogue avec son corps, à apprendre à l’écouter
    et comment moi, j’y suis arrivé

    la façon Traité, est tout en finesses et en petites touches,
    on bouge peu, en tout cas au début, après durant les orgasmes, c’est autre chose,
    on cherche le plus possible à laisser faire, à en faire le moins possible,
    le fameux « do nothing » avec ces fameuses contractions involontaires,
    on se chipote un peu les tétons éventuellement

    pour arriver ainsi à établir le dialogue avec son corps puis à éveiller sa prostate,
    le Traité propose la méthode de la relaxation,
    on cherche le plus possible, en fait, à faire le silence en soi,
    ainsi, tout notre corps, tout notre être même, devient un peu comme un immense hangar
    où le moindre bruit dans n’importe quel coin, s’amplifie, se répand, résonne,
    est entendu un peu partout directement

    c’est clairement une méthode qui convient mieux à certains tempéraments qu’à d’autres

    moi, avec la manière que j’ai mise au point dans mon coin, c’est tout à fait différent,
    ma pratique est beaucoup plus active, beaucoup plus en mouvement,
    elle a l’ambition de nous faire percevoir la séance comme un acte sexuel,
    la divine, la sublime, sensation de se faire l’amour, constamment,
    je change de position souvent, je me caresse, je bouge beaucoup les hanches, le bassin, tout le corps
    et puis les contractions (je ne pratique quasiment qu’aneroless)
    sont plus fortes, elles peuvent être, par moments, tout en délicatesse, en légèreté, aussi
    mais la plupart du temps, elles me donnent la sensation des va et vient d’une pénétration
    entre deux amants habités par une fougueuse envie de se posséder

    dans ma pratique aussi, je peux obtenir un peu l’effet hangar, évoqué plus haut,
    je ralentis mes gestes, j’alterne les les gestes, les mouvements avec des arrêts brefs
    comme pour laisser les sensations aller jusqu’au bout, s’éteindre comme des vagues sur une plage
    rapidement ainsi, j’ai cette sensation de hangar,
    alternance du fracas des vagues qui se déchaînent en moi
    et puis dans leur sillage comme du silence épais, riche, dense,
    comme habité encore par le fantôme des vagues,
    un silence comme un ventre invisible qui peut mettre bas instantanément, à tout moment, à répétition

    cependant, la complicité avec mon corps, le dialogue totale et sans concession que j’ai avec lui,
    est obtenu, malgré tout, la plupart du temps, autrement,
    j’ai expliqué cela, il y a pas longtemps dans le fil de @paul,
    il faut arriver à retrouver une spontanéité du désir avec les instincts , les pulsions, tout le corps
    que ce ne soit plus nos pensées qui dirigent l’action
    mais bien avec ce que l’on perçoit, avec ce qui monte de nos entrailles,
    avec toutes ces forces animales et autres que nous portons en nous

    écrit comme cela, cela peut paraître un peu mystérieux, ésotérique, grandiloquent même
    mais il n’en est rien, on n’y parvient tous , plus ou moins,
    quand on fait l’amour avec son ou sa partenaire,
    on ne réfléchit pas tout le temps, « oh maintenant je vais bouger mon bras et caresser comme cela,
    je vais pénétrer d’un coup plus sec en changeant un peu la direction de mon pénis »,
    non, on laisse beaucoup plus le corps parler, ses instincts parler,
    on retrouve, peut-être pas tout le temps, certains plus que d’autres,
    cette spontanéité de l’action, mené par son corps

    les femmes, bien sûr, elles savent beaucoup mieux s’abandonner que nous,
    elles savent se remettre entièrement entre les mains du plaisir,
    elles n’ont aucun problème à se laisser totalement emporter,
    à devenir le jouet sexuel de leur propre désir,
    nous autres, on n’a pas cela en nous d’une façon innée, la plupart,
    mais on peut y arriver, on peut y arriver ô combien

    c’est un mécanisme qui se perfectionne sans fin, chaque jour, on y parvient toujours un peu plus,
    j’écris souvent que la chose que j’aime le plus désormais,
    ce sont moins les flots de volupté et de jouissance quotidiennes
    que cette sensation ineffable de complicité totale avec mon corps,
    que ma tête et mon corps ne font plus qu’un ensemble uni,
    pleinement là dans l’instant, pleinement incandescent dans l’instant

    #39958
    aros
    Participant

    @bzo, merci pour ton message. En effet il faut se réinventer en fait, essayer de s’approprier son corps, et je pense aussi les femmes le font bien mieux que nous.

    J’espère pouvoir avoir un déclic en 2021.
    Passez un bon réveillon !

    #39970
    bzo
    Participant

    @bzo, merci pour ton message. En effet il faut se réinventer en faitt, essayer de s’approprier son corps

    quand la situation semble bloquée comme chez toi, que tu sembles tourner en rond,
    il faut essayer de changer quelque chose, pas forcément de révolutionner,
    parfois un petit choua suffit pour débloquer le mécanisme

    pas s’approprier son corps, tu n’es pas dans le bon état de d’esprit,
    devenir son complice, apprendre à dialoguer avec lui

    c’est pour cela essentiellement que j’ai mis mon texte, je suis persuadé que pour tous les gens comme toi
    qui faites du sur-place, ne progressez pas vraiment ou très très peu,
    le problème est là, que vous ne parvenez pas du tout à dialoguer avec votre corps,
    or c’est la clef de tout, avant que de pouvoir commencer à éveiller sa prostate,
    avant que de pouvoir commencer le processus de rewiring,
    il faut pouvoir entrouvrir cette porte plus générale, du dialogue avec son corps,
    savoir un tant soi peu, être à son écoute et le laisser mener le bal dans notre chair

    arf hier soir, vers minuit, je me suis organisé un feu d’artifice de Nouvel An,
    dans ma chair,
    j’ai eu mon orgasme à minuit tapante,
    une bonne minute où je rebondissais comme un kangourou sur mon matelas,
    quelle splendeur de vivre par moments

    bonnes année 2021 à tous et à toutes,
    que vos nuits soient voluptueuses,
    que vos nuits soient jouissives,
    plein d’harmonie sauvage, plein d’harmonie céleste
    plein de moments d’épanouissement ineffable,
    qu’une somptuosité riche et intense, inonde votre chair

    #40029
    KIM
    Participant

    Salut,

    Que cette année soit pour vous tous riche en découvertes !

    arf hier soir, vers minuit, je me suis organisé un feu d’artifice de Nouvel An,
    dans ma chair,
    j’ai eu mon orgasme à minuit tapante,
    une bonne minute où je rebondissais comme un kangourou sur mon matelas,
    quelle splendeur de vivre par moments

    En te lisant je t’ai envié. Bloqué seul chez moi le 31, j’aurais aimé vivre ça 🙂
    Comme tu le mentionne plus haut à plusieurs reprises, l’état d’esprit dans lequel on est est très important. Pour ma part je sens beaucoup plus la présence du Progasm Jr. mais je vois bien que si je ne suis pas dans les meilleures dispositions, je ne dépasse pas la légère sensation de plaisir. J’ai remarque aussi qu’en étant parfois sur le ventre, je parvenais à avoir d’autres sensations.
    Je vais probablement alterner avec l’Helix de temps en temps pour que ma stimulation ne soit pas identique d’une séance à l’autre. Peut-être avez-vous eu de meilleurs progrès avec l’alternance des masseurs ?
    Aussi, même si mes progrès avec le masseur ne sont pas impressionnants, je sens une sensibilité dans la journée quand je contracte, assis sur une chaise. Cette naissance de sensibilité a tendance à me rassurer…

    Très bonne semaine à vous.

    #40030
    bzo
    Participant

    je ne dépasse pas la légère sensation de plaisir

    c’est important cela tout de même, cela veut dire quelque se passe, quelque s’éveille en toi,
    même si cela n’évolue pas beaucoup

    mais je vois bien que si je ne suis pas dans les meilleures dispositions

    qu’entends-tu par là? problèmes familiaux, personnels ou autres?
    ou bien plutôt, toi, intérieurement, tu sens que quelque chose coince?

    Pour ma part je sens beaucoup plus la présence du Progasm Jr

    c’est une très bonne chose, moi j’utiliserai plutôt le Progasm Jr alors
    mais une alternance peut être intéressante, à condition que cela ne devienne
    pas n’importe quoi et pour un oui ou pour un non, tu changes de masseur,
    il faut laisser la chance à chacun de prouver son efficacité avant que de le changer

    Aussi, même si mes progrès avec le masseur ne sont pas impressionnants, je sens une sensibilité dans la journée quand je contracte, assis sur une chaise. Cette naissance de sensibilité a tendance à me rassurer…

    c’est une excellente chose, tu as vraiment des raisons d’être optimiste, crois-moi, je ne dis pas cela a la légère,
    des choses se passent en toi, la marmite est sur le feu, la soupe se constitue,
    les ingrédients trouvent leur chemin

    comme @paul, tu fais partie de ces gens chez qui cela démarre lentement,
    il faut l’accepter et continuer à tracer sa route,
    en se disant qu’il n’y a pas de règle absolue, c’est différent pour chacun,
    il peut y avoir à un moment donné, un déclic et que cela s’accélère dramatiquement

    mais même si ce n’est pas le cas, cela en vaut la peine de baver
    car quand ce sera là, à ta disposition dans ta chair,
    c’est comme d’avoir gagné le gros lot sensuellement, sexuellement,
    on est capable d’obtenir un plaisir tout seul mais aussi éventuellement à deux, en adaptant, en s’adaptant,
    que la très grande majorité des gens ne connaîtront jamais,
    même s’ils se retrouvaient entre les bras de la plus belle femme du monde

    tu t’es engagé sur un chemin difficile car tu as l’ambition d’éveiller des choses dans tes profondeurs
    et de les vivre dans ta chair
    mais la récompense sera à la mesure de tes attentes, les dépassera en fait, au-delà de toutes tes espérances,
    cela j’en suis sûr

    #40031
    bzo
    Participant

    Peut-être avez-vous eu de meilleurs progrès avec l’alternance des masseurs ?

    je dois admettre que j’ai eu une période où j’ai beaucoup alterné les masseurs,
    pas seulement deux mais je devais en avoir une petite dizaine,
    j’avais le pressentiment que je devais trouver le mien, celui qui me convenait le mieux
    et cela arriva, dans mon cas et ca l’est toujours, c’était le Nexus G-Rider

    En te lisant je t’ai envié. Bloqué seul chez moi le 31, j’aurais aimé vivre ça

    cela ne s’est pas fait en un jour, cela fait maintenant presque 4 ans que je pratique
    et cela a été un long cheminement avec des hauts et des bas,
    même des périodes de quelques semaines où j’ai arrêté, complètement dégoûté

    dites-toi bien que oui, c’est plus difficile, que juste se secouer le gourdin
    parce qu’il y a beaucoup plus d’enjeu, plus à gagner,
    chez certains, cela va plus lentement malheureusement,
    chez certains, c’est instantané, comme s’ils étaient tombés dans la marmite de potion magique,
    c’est comme cela, dans ce domaine comme dans tous les autres,
    il y a de l’injustice, des inégalités

    parle plus de ton état d’esprit et pourquoi tu le juges mauvais par rapport à ta progression possible?

    j’aurai envie de vous aider autant que possible, je sais ce que je vis
    et j’aurai envie que le plus possible de gens y parviennent,
    malheureusement c’est difficile de faire passer les clefs,
    c’est différent chez chacun et puis chacun cherche autre chose,
    même si on utilise les mêmes mots, orgasmes, volupté, sensations,
    on n’est pas tous prêts à s’investir de la même façon, à nous impliquer de la même manière dans la pratique

    #40043
    KIM
    Participant

    qu’entends-tu par là? problèmes familiaux, personnels ou autres?
    ou bien plutôt, toi, intérieurement, tu sens que quelque chose coince?

    Non pas ce genre de problèmes, juste la charge mentale de la journée ou du moment, des préoccupations, des doutes, ou même l’intellectualisation de la pratique que je sais pourtant néfaste pour la progression… En effet, je me sens comme si quelque chose coince un peu, que je ne sais pas de quel manière déceler si les sensations qui viennent sont les bonnes.

    mais une alternance peut être intéressante, à condition que cela ne devienne
    pas n’importe quoi et pour un oui ou pour un non

    Pour tout dire, je me suis mis tôt au lit hier, sans voir ta réponse. J’ai opté pour l’Helix car je me disais que s’il y avait alternance dans la stimulation, je pourrais prendre ma prostate au dépourvu. C’est sûrement con mais au final, ça a fonctionné !

    c’est une excellente chose, tu as vraiment des raisons d’être optimiste, crois-moi, je ne dis pas cela a la légère,
    des choses se passent en toi, la marmite est sur le feu, la soupe se constitue,
    les ingrédients trouvent leur chemin

    Au-delà de la métaphore culinaire, que j’aime beaucoup, une chose s’est passée hier soir, mais que j’ai foiré par manque de maîtrise, ou de lâcher prise.
    En me référant à la carte au trésor, je pense me situer entre le 15 et 16 dorénavant. J’avais déjà ressenti un plaisir très léger et aigu au point de contact de la prostate, mais c’était furtif. Hier soir, j’ai senti cette chose que j’identifie clairement comme plaisir revenir à plusieurs reprises dès le début de la séance.
    J’étais relaxé, immobile et à l’écoute. J’ai appliqué une technique de respiration apprise en sophrologie, qui permet d’atteindre un état où je ne sens plus dans quelle position mon corps se trouve. Et puis à un moment précis, une pointe de plaisir est arrivée mais j’ai été pris au dépourvu. Je ne voulais pas m’en emparer mais juste l’&accompagner, et c’est parti.
    Ensuite j’ai simplement effectué de très légers mouvements du périnée qui ont alimenté la sensation agréable. Je n’ai pas essayer de rattraper ce qui m’est passé sous le nez, j’ai juste apprécié le moment présent, et je pense que ça a fait la différence.
    En tout cas mon niveau de confiance est clairement remonté. Et je m’aperçois en décrivant la séance que je sens de petites impulsions plaisantes dans mon fondement, comme s’il était connecté à mon cerveau et mes souvenirs…
    Même si vous avez été plusieurs à être persuadé que j’y arriverais, je crois qu’au fond de moi je doutais beaucoup. Cette progression, que j’attribue à la diversité apportée par le Progasm Jr. récemment, est nette et me donne confiance.

    on est capable d’obtenir un plaisir tout seul mais aussi éventuellement à deux, en adaptant, en s’adaptant,
    que la très grande majorité des gens ne connaîtront jamais,
    même s’ils se retrouvaient entre les bras de la plus belle femme du monde

    Encore hier soir, j’aurais lu ceci avec distance et envie, alors que ce soir, je l’envisage.
    Il faut dire que ma quête du plaisir prostatique fait partie intégrante d’un tout plus grand. Celui d’atteindre un degrés élevé de présence dans l’amour à deux, avec ma partenaire. Et il me semble que le plaisir prostatique est complémentaire avec le Tao face auquel j’ai buté il y a quelques mois. En effet, je me suis procuré L’Homme multiorgasmique, de Mantak Chia, mais le fait que je ne ressente rien me laissais croire qu’il fallait faire un travail de rewiring (alors même que je ne connaissais pas ce terme). Ma quête est donc d’aller vers une connaissance ultime de mon corps et de ce qui l’anime, en déconstruisant mon conditionnement culturel et religieux, mais aussi les blessures psychologiques que tout un chacun récolte tout au long de sa vie sexuel. Peut-être, je l’espère, le plaisir prostatique m’ouvrira la porte du multi-orgasme par la séparation entre l’orgasme et l’éjaculation que prône le Tao.
    Et comme tu l’évoques entre les lignes bzo, cette connaissance approfondie entraînera ma partenaire dans une connaissance d’elle-même aussi, par émulation.

    cela ne s’est pas fait en un jour, cela fait maintenant presque 4 ans que je pratique
    et cela a été un long cheminement avec des hauts et des bas,
    même des périodes de quelques semaines où j’ai arrêté, complètement dégoûté

    Combien de temps ou de séances a été nécessaire entre ta première séance et ton premier plaisir/orgasme notable ?
    Je comprends les phases de dégoûts, mais à la fois, je sais que le corps et l’esprit humain ont des capacités prodigieuses, et que ça n’est qu’une question d’approches, d’erreurs, de bon moment. C’est ce qui me donne une foi quasi illimité. Illimité car le jeu en vaux la chandelle.

    dites-toi bien que oui, c’est plus difficile, que juste se secouer le gourdin

    En parlant de gourdin, j’ai décidé depuis deux jours de ne plus me le secouer du tout. Sauf si c’est ma partenaire qui s’occupe de moi (nous vivons à 600km l’un de l’autre, ça laisse quelques temps de découverte). Ne plus me le secouer pour m’assurer que le pénis ne viendra pas interférer dans le rewiring. Le mettre en pause. Pour faire monter un désir qu’une branlette a tendance à faire redescendre, et pour être dans les meilleurs conditions lors des séances. Je veux que mon cerveau ne pense plus à ma queue, mais qu’il dirige son attention sur ce que je stimule. Et d’ailleurs, pour faire écho à ce que j’ai lu dans un autre post, j’espère aussi que mes tétons se réveillerons également.

    parle plus de ton état d’esprit et pourquoi tu le juges mauvais par rapport à ta progression possible?

    J’ai dû donner des éléments de réponse plus haut. Là aussi, chaque jour est différent, mais je pense que ce qui était commun avant chaque séance, c’est qu’au fond, une partie de moi était défaitiste du fait de la perte drastique de libido que j’ai subie il y a presque une décennie. Mais je sais que c’était mon cerveau qui m’exhortait à m’aligner avec la sexualité que je dois vivre et non pas celle que je me suis fabriquée, basée sur la consommation. Je suis déjà sur le bon rail. Je sais que je n’aurai plus les mêmes repères qu’avant, qu’il me faut du temps pour démarrer, être en confiance, mais une fois que c’est lancé ça peut aller haut. En résumé, c’est une prise de conscience longue et un réapprentissage de plus d’une décennie.
    Je raconte ça au cas ou d’autres se reconnaissent. Rien n’est jamais perdu quand ça touche au psychologique, il faut juste tout reprendre à zéro, en faisant preuve de courage et de patience.

    j’aurai envie de vous aider autant que possible, je sais ce que je vis
    et j’aurai envie que le plus possible de gens y parviennent,
    malheureusement c’est difficile de faire passer les clefs,
    c’est différent chez chacun et puis chacun cherche autre chose,
    même si on utilise les mêmes mots, orgasmes, volupté, sensations,
    on n’est pas tous prêts à s’investir de la même façon, à nous impliquer de la même manière dans la pratique

    Détrompe-toi, ton aide est précieuse. Oui c’est vrai, c’est difficile d’exprimer et retranscrire ce qu’on sent en nous. Ça revient à parler avec les mains quand on ne parle pas la même langue. Mais on finit pas saisir l’essentiel. Depuis hier soir, des mots que j’ai lu précédemment prennent enfin un peu plus de sens, j’associe un mot avec une sensation.
    Et comme tu le dis, l’implication est au cœur de la pratique pour ceux qui ne sont pas tombés dans la marmite !

    #40044
    KIM
    Participant

    J’ai oublié de préciser une chose dans mon précédent message. Pas simple à expliquer mais je vais essayer.
    Hier je parvenais en quelque sorte à provoquer ces petites pointes de plaisirs grâce à un mélange de détente et d’intention. En gros, j’étais détendu, mais j’envoyais des impulsions faibles avec mon diaphragme, couplé avec des vagues de détentes dans le bassin et les jambes, qui donnent de légers frissons.
    Je ne saurais le dire autrement que par cette impression d’envoyer une énergie vers le bas du corps par la pensée.
    Au moment où je tape ces mots, je le fais, assis sur ma chaise, et ça provoque de légères sensations, un peu plus faibles qu’hier bien entendu.
    C’est fou quand même, j’ai senti légèrement ma prostate à plusieurs reprises aujourd’hui, surtout quand j’étais assis. Ce qui m’amène à poser la question : est-ce que ceux qui maîtrisent le plaisir prostatique, qui ont des orgasmes forts, ressentent une forme de plaisir permanent, de présence de la prostate à tout moment ?
    Merci

    #40045
    bzo
    Participant

    Non pas ce genre de problèmes, juste la charge mentale de la journée ou du moment, des préoccupations, des doutes, ou même l’intellectualisation de la pratique que je sais pourtant néfaste pour la progression… En effet, je me sens comme si quelque chose coince un peu, que je ne sais pas de quel manière déceler si les sensations qui viennent sont les bonnes.

    surtout l’intellectualisation de la pratique, c’est le principal ennemi de l’homme occidental,
    on intellectualise tout, on gouverne tout depuis une petite cage dorée dans notre tête,
    eh bien dans cette pratique, c’est un des plus grands défis,
    parvenir à laisser son corps nous mener, faire un avec lui

    moi qui ait poussé ce mécanisme très loin, j’entends vraiment deux voix en moi,
    lui qui vient de ma tête, de mon intellect qui me fait toutes sortes de suggestions,
    « tiens, tu devrais faire ceci, tu devrais faire cela, essaie un peu plus fort ici, tu devrais bouger cela »,
    c’est une voix que j’ignore systématiquement
    mais elle revient très régulièrement et c’est normal, on est des êtres pensants
    mais si on veut que notre pratique atteigne des hauteurs magnifiques,
    il faut apprendre à ignorer cette voix qui cherche à mener nos actions durant les séances

    pour ne plus écouter que l’autre,
    l’autre ne s’exprime pas vraiment, la voix du corps mais du corps entier, la tête comprise,
    formant une sorte de tout uni,
    c’est une sorte d’action non réfléchie mais menée tout de même par le ressenti, par les instincts,
    enfin il y a des tas de choses qui interviennent,
    cela forme en moi comme une sorte d’impulsion magnifique, une sensation de complicité extraordinaire avec mon corps,
    un accord profond dans l’instant de tout mon être, une entente avec mes entrailles,
    les énergies montent, à flots interrompues, elles se transforment en sensations ineffables,
    c’est un chant du corps, de tout mon être
    qui monte de partout, sensuel, flot de jouissance et de volupté ininterrompu

    Ensuite j’ai simplement effectué de très légers mouvements du périnée qui ont alimenté la sensation agréable. Je n’ai pas essayer de rattraper ce qui m’est passé sous le nez, j’ai juste apprécié le moment présent, et je pense que ça a fait la différence.

    au début, on ne sait pas faire la différence entre les commandes qui nous viennent de notre intellect
    et puis quand c’est juste notre instinct, enflammé par le désir,
    qui nous mène

    juste se laisser aller, se laisser emporté, ne pas résister, ne pas vouloir diriger les choses

    Combien de temps ou de séances a été nécessaire entre ta première séance et ton premier plaisir/orgasme notable ?

    difficile à dire, c’est plus trop net dans mes souvenirs,
    peut-être que si je lisais mes premiers messages par ici
    mais je n’ai pas trop envie de me relire

    du plaisir s’est installé assez rapidement mais le premier orgasme vraiment sérieux, a pris tout de même quelques semaines

    Peut-être, je l’espère, le plaisir prostatique m’ouvrira la porte du multi-orgasme par la séparation entre l’orgasme et l’éjaculation que prône le Tao.

    il ne faut pas avoir des idées fixes ou préconçues, suis ton propre Tao, invente ton propre Tao,
    laisse l’éjaculation monter si le corps veut qu’il monte,
    pour moi, l’important, c’est de trouver l’accord dans l’instant, de se sentir un, de se sentir complet,
    de vivre un épanouissement superbe

    enfin moi, tous les dogmes m’ennuient, Tao et tout le reste, je lis un peu, je grapille
    mais cela reste en périphérie, je ne laisse plus rien m’influencer,
    je ne fais confiance qu’à ce que je porte au plus profond de moi

    j’espère aussi que mes tétons se réveillerons également.

    les tétons se réveilleront si tu les chipotes régulièrement

    Ne plus me le secouer pour m’assurer que le pénis ne viendra pas interférer dans le rewiring. Le mettre en pause. Pour faire monter un désir qu’une branlette a tendance à faire redescendre, et pour être dans les meilleurs conditions lors des séances.

    ce n’est pas facile, bien sûr, tant que notre pratique ne nous assagit pas, ne nous déverse pas des flots de plaisir dans le corps,
    au moins ne plus regarder du tout du porno,
    aide à équilibrer et à savoir mieux utiliser son énergie, on sent moins le besoin ainsi de lâcher son coup,
    pour le reste, il ne faut pas trop se forcer,
    autant le faire après une séance où tu as eu des bonnes sensations prostatiques,
    les orgasmes éjaculatoires dans ces conditions,
    ont une puissance et des colorations étonnantes

    Il faut dire que ma quête du plaisir prostatique fait partie intégrante d’un tout plus grand. Celui d’atteindre un degrés élevé de présence dans l’amour à deux, avec ma partenaire.

    la prostate nous ouvre beaucoup de portes, elle nous donne accès en grand à nos énergies,
    beaucoup plus que nos génitaux avec sa sexualité par défaut, passe partout,
    la prostate nous donne aussi accès au féminin,
    on peut choisir juste d’injecter sa puissance, ses coloris magnifiques, dans les orgasmes prostatiques
    ou aller plus loin, aller à sa découverte, l’explorer,
    notre corps nous donne la possibilité de vivre le plaisir au féminin,
    moi par exemple, c’est le choix que j’ai fais et je le vis à 100% ainsi

    Et il me semble que le plaisir prostatique est complémentaire avec le Tao face auquel j’ai buté il y a quelques mois.

    totalement, c’est automatique, à partir du moment où tu privilégies de plus en plus la qualité,
    plutôt que la quantité,
    enchaîner les orgasmes pendant des heures, c’est bon pendant un certain temps
    mais l’étape suivante, c’est de les affiner, de les diversifier, de les enrichir, de plus en plus
    et ainsi peu peu , on atterrit sur des continents de plus en plus inconnus,
    cela reste toujours de la volupté, de la jouissance
    mais cela devient aussi de plus en plus en même temps, autre chose

    Et comme tu l’évoques entre les lignes bzo, cette connaissance approfondie entraînera ma partenaire dans une connaissance d’elle-même aussi, par émulation.

    absolument cette pratique permet l’épanouissement aussi à deux, l’envol à deux,
    la vérité, c’est qu’on porte l’autre aussi en soi,
    donc plonger en soi, à la découverte de soi, c’est découvrir l’autre, selon mon expérience,
    que l’autre est là en nous

    et faire l’amour avec l’autre, c’est faire l’amour en même temps, avec soi-même et vice et versa,
    une fois que chaque partenaire est avancé dans son parcours, ces jeux de miroir,
    de découverte de l’autre en soi, dans ses profondeurs,
    permettent l’union de façon absolument sublime

    #40046
    bzo
    Participant

    J’ai oublié de préciser une chose dans mon précédent message. Pas simple à expliquer mais je vais essayer.
    Hier je parvenais en quelque sorte à provoquer ces petites pointes de plaisirs grâce à un mélange de détente et d’intention. En gros, j’étais détendu, mais j’envoyais des impulsions faibles avec mon diaphragme, couplé avec des vagues de détentes dans le bassin et les jambes, qui donnent de légers frissons.
    Je ne saurais le dire autrement que par cette impression d’envoyer une énergie vers le bas du corps par la pensée.
    Au moment où je tape ces mots, je le fais, assis sur ma chaise, et ça provoque de légères sensations, un peu plus faibles qu’hier bien entendu.
    C’est fou quand même, j’ai senti légèrement ma prostate à plusieurs reprises aujourd’hui, surtout quand j’étais assis.

    très très bien, bravo, cela rentre, tu vas y arriver, continue ainsi, c’est très important ce que tu écris ici,
    l’aneroless, c’est ce qu’il hy a de plus important,
    c’est là que les limites sautent vraiment

    Ce qui m’amène à poser la question : est-ce que ceux qui maîtrisent le plaisir prostatique, qui ont des orgasmes forts, ressentent une forme de plaisir permanent, de présence de la prostate à tout moment ?

    oui et non, chez moi, permanent non mais je peux l’invoquer quand je veux, où je veux,
    comme je l’ai écrit ailleurs,
    chez moi, je suis toujours nu et je me donne du plaisir, quand j’ai envie, quelque soit mon activité,
    en pelant les patates, en pendant mon linge, en faisant la tambouille,
    en tapant ce texte si j’en ai tout à coup l’envie

    je peux percevoir ma prostate quand je veux,
    comment je perçois le plaisir? comme s’il était dans un nid en moi,
    je peux le solliciter à tout moment quand je veux, pour deux, trois secondes comme pour des heures,
    il se déclenche instantanément et ne s’arrête que si décide de m’arrêter

    #40048
    KIM
    Participant

    mais elle revient très régulièrement et c’est normal, on est des êtres pensants
    mais si on veut que notre pratique atteigne des hauteurs magnifiques,
    il faut apprendre à ignorer cette voix qui cherche à mener nos actions durant les séances

    Pour cela, je suis persuadé que l’usage de la sophrologie et la méditation peuvent être très utile pour le lâcher prise mental. Je vais effectuer une séance ce soir et j’expérimenterai cela une nouvelle fois. Je tâcherai d’observer le plaisir de l’intérieur sans essayer de le saisir précipitamment.

    il ne faut pas avoir des idées fixes ou préconçues, suis ton propre Tao, invente ton propre Tao,
    laisse l’éjaculation monter si le corps veut qu’il monte,
    pour moi, l’important, c’est de trouver l’accord dans l’instant, de se sentir un, de se sentir complet,
    de vivre un épanouissement superbe

    enfin moi, tous les dogmes m’ennuient, Tao et tout le reste, je lis un peu, je grapille
    mais cela reste en périphérie, je ne laisse plus rien m’influencer,
    je ne fais confiance qu’à ce que je porte au plus profond de moi

    Oui tout à fait c’est mon intention. Un ou des livres ne peuvent pas nous diriger et nous faire faire la même chose, nous sommes trop différents et complexes pour y parvenir. Cela en frustrerait beaucoup. D’ailleurs, j’en ai fait les frais en tentant de suivre les exercices à la lettre, c’est pour cela que je l’ai reposé, pour plus tard. Ne pas s’entêter.
    L’éjaculation ne me dérange pas outre mesure, même si très souvent je la bloque en pressant mon périnée. Je conserve ainsi une grande partie de mon énergie.
    Non vraiment j’ai le désir de créer ma propre partition en glanant ça et là de grandes idées que je vais m’approprier selon ma nature. Et justement le Tao donne des clés pour séparer éjaculation et orgasme, ce qui permet comme le plaisir prostatique d’enchaîner le plaisir sans période réfractaire. Ce qui me séduit là n’est pas la performance mais bien la liberté que cela procure. Comme l’endurance et l’entraînement donnent au coureur de fond la liberté de faire ce qu’il veut, aussi longtemps qu’il le veut. C’est une connaissance de soi accrue.

    les tétons se réveilleront si tu les chipotes régulièrement

    Puisqu’ils ne font font presque rien, j’ai tendance à les négliger. Je vais réparer cette lacune et leur prêter plus d’attention.

    ce n’est pas facile, bien sûr, tant que notre pratique ne nous assagit pas, ne nous déverse pas des flots de plaisir dans le corps,
    au moins ne plus regarder du tout du porno,
    aide à équilibrer et à savoir mieux utiliser son énergie, on sent moins le besoin ainsi de lâcher son coup,
    pour le reste, il ne faut pas trop se forcer,
    autant le faire après une séance où tu as eu des bonnes sensations prostatiques,
    les orgasmes éjaculatoires dans ces conditions,
    ont une puissance et des colorations étonnantes

    Personnellement je le considère comme une discipline à s’appliquer à soi plutôt qu’un contrainte. Il y a même le côté grisant de l’énergie présente qui donne une acuité et la possibilité d’écouter les manifestations du corps. Non la difficulté réside plutôt dans le cassage des habitudes, quand on fait les choses sans vraiment les réfléchir.
    En revanche il est vrai qu’après une séance, ça révèle des sensations plus crues que sans le masseur. Ça m’est arrivé c’est très agréable en effet. Mais j’aurais pu m’en passer, j’étais en capacité de résister puisque ma libido ne me dirige plus.

    absolument cette pratique permet l’épanouissement aussi à deux, l’envol à deux,
    la vérité, c’est qu’on porte l’autre aussi en soi,
    donc plonger en soi, à la découverte de soi, c’est découvrir l’autre, selon mon expérience,
    que l’autre est là en nous

    Ça confirme donc mes ressentis, c’est génial cette perspective !
    De plus, ma partenaire a découvert l’orgasme vaginal sur le tard, avec moi. Elle est donc dans une phase ascensionnelle de son plaisir, avec une osmose quasi parfaite entre son corps et le mien. Ça ouvre l’horizon pour deux et pas seulement en solo, c’est motivant.

    très très bien, bravo, cela rentre, tu vas y arriver, continue ainsi, c’est très important ce que tu écris ici,
    l’aneroless, c’est ce qu’il hy a de plus important,
    c’est là que les limites sautent vraiment

    Il est vrai que je n’avais pas envisagé l’aneroless…
    C’est en te lisant au fil des semaines que j’ai un peu tiqué, mais sans me dire que c’était accessible. Si je comprends bien, j’ai tout intérêt à soigner cet aspect de mon parcours dès maintenant ? C’est-à-dire faire des contractions quand je le peux pour encourager ma prostate même quand il n’y a pas de corps étranger qui la stimule ? C’est ce qui se rapprocherait de la vraie liberté au fond, de pouvoir faire ce que l’on veut sans artifices…
    Et selon toi, celui qui progresse en aneroless est plus à même d’atteindre une connaissance de soi et des plaisirs encore plus intenses ?

    je peux le solliciter à tout moment quand je veux, pour deux, trois secondes comme pour des heures,
    il se déclenche instantanément et ne s’arrête que si décide de m’arrêter

    C’est fascinant cette capacité conjointe du corps et de l’esprit. En préambule du Tao justement (sans vouloir tout rapporter à cela), il est expliqué que chez les occidentaux surtout, la population n’a pas conscience de ses capacités sexuelles, qu’elle n’utilise qu’entre 5% et 10%. Autrement dit, nous avons un outil incroyable en nous mais nous le laissons traîner sur l’établi…

    Merci pour tes témoignages et conseils bzo, j’espère que je ne te sollicite pas trop !

    KIM

    #40057
    bzo
    Participant

    Pour cela, je suis persuadé que l’usage de la sophrologie et la méditation peuvent être très utile pour le lâcher prise mental. Je vais effectuer une séance ce soir et j’expérimenterai cela une nouvelle fois. Je tâcherai d’observer le plaisir de l’intérieur sans essayer de le saisir précipitamment.

    oui, c’est important, c’est même essentiel, on peut appeler cela , se lâcher, tout ce qu’on veut,
    quand on fait l’amour avec quelqu’un, c’est un mécanisme qu’on applique tous, plus ou moins automatiquement,
    on ne réfléchit plus trop, on laisse les instincts, les pulsions, le corps, parler

    sauf que comme on n’a pas l’habitude, cela devient assez vite frénétique,
    le désir nous rend fou et on se met à rouler de plus en plus vite comme une pierre sur une pente
    notre queue durcie nous entraîne à sa suite comme un jeune chien fou lancé à toute vitesse,
    on éjacule et c’est déjà fini plus ou moins

    alors que quand on a une pratique qui permet de goûter à un plaisir sexuel intense à volonté, sans limite dans la durée,
    qu’on peut s’exercer par courtes séquences, un peu partout,
    comme des heures durant en continu, au lit si l’on en a envie,
    on apprend au fil des jours à déguster tranquillement, à goûter chaque détail, chaque nuance,
    on devient aussi audacieux, on expérimente, on n’a pas peur de gaspiller quelques minutes de-ci, de-là,
    il y aura encore tellement d’autres derrière sur la journée ou la nuit!
    on apprend à traîner sur la piste de décollage, on aime à y sentir nos roues tourner,
    on monte paresseusement, on s’élève un peu, on tourne en rond, on fait quelques pirouettes, on redescend, rien ne presse
    puis soudainement on se décide, on se cabre vers le haut et on se met à monter en flèche, plus rien ne nous arrête,
    on est libre comme le vent

    Puisqu’ils ne font font presque rien, j’ai tendance à les négliger. Je vais réparer cette lacune et leur prêter plus d’attention.

    il ne faut pas spécialement se focaliser dessus au détriment du reste
    mais ne pas les négliger, venir régulièrement, caresser, agacer doucement, les tétons,
    ils réagiront de plus en plus, des petits mouvement circulaires sur les pointes, etc,
    il faut les habituer, le corps doit comprendre ce que tu attends de lui,

    le rewiring, on pourrait définir cela comme cela,
    notre chair qui comprend ce qu’on attend d’elle,
    elle est programmable à volonté

    tout le corps peut en fait devenir ultra-sensible, être « rewiré » et participer aux festivités,
    chaque partie, la plus infime, le plus petit bout de peau, sur la plante des pieds, où l’on veut,
    peut générer du plaisir, tout comme devenir récepteur de celui-ci

    les orgasmes prostatiques de qualité, sont caractérisés, entre autres,
    par le fait que le plaisir est perçu un peu partout, dans tout le corps,
    si on développe sa pratique dans la bonne direction, cherchant la qualité avant tout,
    alors peu à peu, dès les premiers instants, les sensations pourront venir de toutes parts,
    c’est une polyphonie qui s’élève de plus en plus dans notre chair
    où la moindre des cellules semble participer au chant,
    la sensation de jouissance devient constante

    . Si je comprends bien, j’ai tout intérêt à soigner cet aspect de mon parcours dès maintenant ?

    ô combien!

    C’est-à-dire faire des contractions quand je le peux pour encourager ma prostate même quand il n’y a pas de corps étranger qui la stimule ? C’est ce qui se rapprocherait de la vraie liberté au fond, de pouvoir faire ce que l’on veut sans artifices…

    des contractions mais pas mécaniquement, il faut essayer de ressentir, d’y mettre toute son âme,
    dialoguer avec son corps, c’est toujours le même discours que je tiens

    eh oui, pas de corps étranger, un vrai tête à tête avec son corps, sans aucun intermédiaire,
    l’intimité absolue, la complicité sans limites

    la liberté comme une griserie enivrante sans fin, tout semble descellé,
    il ne semble plus y avoir aucun frontière, aucune limite,
    on se perçoit comme ne dépendant de plus rien et de plus personne
    pour assurer sa pitance sexuelle

    plus concrètement, on peut bouger comme on veut, se laisser mouvoir par le désir sans retenue,
    plus aucune contrainte, plus aucune limitation,
    plus de risque que le masseur perde de son efficacité, qu’il faille lubrifier après un certain temps,
    qu’il faille rester au lit,
    on peut se lever, pratiquer assis, debout, se rouler par terre,
    contre l’armoire, en frottant sa peau nue contre le bois massif, comme un animal en rut

    Et selon toi, celui qui progresse en aneroless est plus à même d’atteindre une connaissance de soi et des plaisirs encore plus intenses ?

    absolument, aneroless, c’est la reine des pratiques, celle qui offre le plus de richesse, de diversité, de nuances,
    qui permet d’aller le plus loin,
    cependant il est intéressant de garder malgré tout à côté une pratique avec masseur aussi,
    elle a ses spécificités et il est toujours intéressant d’alterner un peu, d’avoir plusieurs cordes à son arc

    il est expliqué que chez les occidentaux surtout, la population n’a pas conscience de ses capacités sexuelles, qu’elle n’utilise qu’entre 5% et 10%. Autrement dit, nous avons un outil incroyable en nous mais nous le laissons traîner sur l’établi…

    c’est totalement vrai de mon expérience, si je me compare avant et maintenant,
    il n’y a juste pas de comparaison possible,
    je me suis éveillé sexuellement qu’il y a 4, 5, ans,
    avant comme tout le monde, je grapillais comme je pouvais, des miettes de-ci, de-là

    aujourd’hui une telle sensation d’épanouissement, me submerge par moments
    une telle sensation de communion, la jouissance semble durer toute la séance

    des flots de volupté dont je n’aurai jamais soupçonné l’existence,
    aujourd’hui sont mon quotidien, je les mêle à mes gestes et mes actes de tous les jours
    cela m’est devenu aussi naturel que de respirer ou de manger,
    ma chair est prête à tout instant

    #40062
    KIM
    Participant

    elle est programmable à volonté

    ô combien!

    On pourrait presque imaginer faire un travail sur des zones accessibles par nos partenaires telles que le cou, les oreilles, etc. Un baiser ou un mordillement de la zone réveillée pourrait clairement faire décoller ! Je crois que je vais stimuler ces parties (tétons, oreilles, cou/nuque, intérieur des cuisses) pour les « relier » aussi, sans pression, pour voir…

    absolument, aneroless, c’est la reine des pratiques, celle qui offre le plus de richesse, de diversité, de nuances,
    qui permet d’aller le plus loin,

    Il y a encore quelques années, je ne pensais pas cela possible, et encore moins accessible !

    des flots de volupté dont je n’aurai jamais soupçonné l’existence,
    aujourd’hui sont mon quotidien, je les mêle à mes gestes et mes actes de tous les jours
    cela m’est devenu aussi naturel que de respirer ou de manger,
    ma chair est prête à tout instant

    Avant même de savoir que cet état d’être pouvait exister, je souhaitais l’atteindre, comme un fantasme. C’est étrange tout de même. C’est peut-être cet état d’esprit qui m’y a mené…

    Hier soir séance stagnante avec Progasm Jr. car je n’étais pas autant « présent » à moi-même que la fois précédente. J’avais sûrement trop d’attentes.

    KIM

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 58)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.