Mots-clés : , ,

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 189)
  • Auteur
    Articles
  • #29233
    JieffeJieffe
    Participant

    @Andraneros

    Oui, c’est ça. Je dirais effectivement que l’intensité du plaisir que je ressens suit une pente ascendante dans le sens ou certaines séances sont plus intenses que celles que j’ai connu auparavant, et que les autres sont plus constantes. Il y a quelques mois, je faisais des séances pendant lesquelles je ressentais peu de plaisir, et quelques séances pendant lesquelles je ressentais plus ou moins de plaisir.
    Aujourd’hui, il semblerait que ma pratique a franchi une marche, l’ensemble de ma pratique. C’est à dire que les séances pendant lesquelles je ressentais peu de plaisir se sont transformées en séances pendant lesquelles je ressens plus ou moins de plaisir, et les séances pendant lesquelles je ressentais plus ou moins de plaisir ont progressé pour devenir des séances bien plus intenses.
    Je n’ose imaginer que la suite se déroule selon le même schéma….
    En effet, cette constatation renforce la confiance.
    Il est vrai également comme je l’ai écrit que ma vision de cette pratique est en train de changer chez moi. Je l’intègre beaucoup plus dans ma vie quotidienne, elle est beaucoup plus présente à mon esprit, mais dans le sens pratique et non théorique. Je ne sais pas si je me fais bien comprendre, mais c’est un ressenti nouveau pour moi, et très positif.
    Je me méfie cependant de ce type de sensations, qui peuvent être présentes un jour, et disparaître le lendemain. Je l’ai déjà écrit par le passé, et je l’ai perdue. La voilà revenue aujourd’hui et j’en suis très content. J’essaie de la cultiver pour qu’elle s’amplifie et ne disparaisse pas.
    Le revers de la médaille, c’est qu’ayant davantage envie de pratiquer (alors qu’avant je faisais comme tu le dis plutôt des séances d’entraînement), je me sens frustré quand je ne peux pas, comme ces deux derniers soirs… Mais ce n’est pas complètement négatif, ça entretient l’excitation!!!

    Merci Andraneros pour ce message de soutien et d’encouragement.

    #29235
    bzobzo
    Participant

    Je n’ose imaginer que la suite se déroule selon le même schéma….

    cela parait trop beau pour être vrai
    mais c’est vrai, tu le sais que c’est vrai

    pas de limites, il n’y pas de limites, cela ne dépend que de toi

    où en es-tu par rapport à l’éveil du féminin?
    as-tu progressé de ce côté,
    sens-tu en toi de plus en plus monter un instinct féminin?
    sens-tu les yeux fermés un corps qui a envie de danser, d’onduler,
    un corps qui a envie de s’ouvrir, de s’abandonner, d’être envahi par des vagues de lascivité,
    de laisser ta volonté et tes défenses au vestiaire
    et de ne plus être que le jouet du plaisir,
    molesté et choyé tout à la fois,
    plein d’ardeur, plein de passion, pulsions et instinct se déchaînant librement?

    #29237
    JieffeJieffe
    Participant

    mais c’est vrai, tu le sais que c’est vrai

    et bien je l’ai lu…

    où en es-tu par rapport à l’éveil du féminin?
    as-tu progressé de ce côté,

    Non, pas vraiment. En fait, en m’appuyant sur ton témoignage et quelques autres que j’ai pu lire précédemment, les anérosiens qui ont fait cette découverte l’ont faîte tout à fait par hasard, sans la rechercher au départ, en ignorant même que cela pouvait leur arriver. J’en ai conclu qu’il ne fallait pas la chercher, qu’elle apparaissait le moment venu. Je pense qu’il faut être prêt pour ça, et qu’il faut quelques temps de pratique après rewiring. Je pense aussi que je ne pratique pas assez régulièrement, et peut-être aussi pas assez souvent. Pas la faute au manque d’envie, mais à mon mode de vie que je tente de changer. Ce n’est pas toujours facile, mais il y a du mieux. Paris ne s’est pas fait en un jour.
    Je suis déjà peut-être (je préfère rester prudent) en train d’évoluer dans le sens ou je pratique aujourd’hui par envie, par désir, alors qu’il y a encore quelques temps je pratiquais par nécessité d’apprentissage. C’est très confortable et très motivant.
    Je vais laisser du temps pour cette découverte, j’aviserai après avoir franchi d’autres étapes.

    #29240
    bzobzo
    Participant

    En fait, en m’appuyant sur ton témoignage et quelques autres que j’ai pu lire précédemment, les anérosiens qui ont fait cette découverte l’ont faîte tout à fait par hasard, sans la rechercher au départ,

    oui et non

    chez moi, cela s’est passé de la manière suivante,
    à partir d’un moment j’ai senti le plaisir pouvait m’entraîner dans une direction,
    je me suis laissé faire car c’est par là qu’il semblait le plus envoûtant,
    le plus intense et le plus dépaysant

    dépaysant, étranger à nous-même, en tout cas à notre moi habituel auquel on est habitué,
    à partir d’un moment on se surprend à se dire,
    « tiens, c’est moi qui ait crié comme cela, qui a gémi comme cela »,
    « tiens, c’est moi qui sent comme cela, qui a envie de se lâcher comme cela, de s’ouvrir comme cela »
    « tiens, c’est moi qui ait bougé comme cela »
    « tiens, c’est moi qui a bouger mon cul comme cela, qui a envie d’ouvrir les jambes comme cela »,
    « tiens, c’est moi qui sent entre mes cuisses un sexe ouvert, vibrant,
    un sexe qui a envie de sentir un pénis s’enfoncer en lui »
    et c’est comme cela qu’on se rend compte du caractère féminin du chemin
    dans lequel le plaisir a commencé à nous entraîner
    et qu’on s’est laissé faire
    puis peu à peu qu’on a favorisé de plus en plus
    parce que cela nous plaisait, cela nous faisait envie,
    cela faisait aussi peur mais en même temps cela excitait,
    on ressent que c’est une véritable aventure, une progression dans l’inconnu

    au début du phénomène, on a des doutes, on se demande si on a rêvé,
    dans le feu de l’action, des choses inhabituelles se passent,
    étrangères à notre nature, en tout cas à notre nature jusque là

    mais peu à peu le doute n’est plus possible
    quant à leur caractère

    #29242
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    A la question de @bzo :

    où en es-tu par rapport à l’éveil du féminin ? as-tu progressé de ce côté ?

    Tu réponds @jieffe :

    en m’appuyant sur ton témoignage et quelques autres que j’ai pu lire précédemment, les anérosiens qui ont fait cette découverte l’ont faîte tout à fait par hasard, sans la rechercher au départ, en ignorant même que cela pouvait leur arriver.

    Cet « éveil du féminin » est chez moi bien plus restreint que ce que nous décrivent certains de nos amis, comme @bzo par exemple. Il est apparu « à l’insu de mon plein gré » et continue encore à se développer très progressivement. Je pense avoir traversé trois phases dans cette évolution :
    1) l’interrogation sur l’évolution de ma sexualité en découvrant que je pouvais ressentir du plaisir avec une pénétration anale, bien avant de faire l’expérience de l’orgasme prostatique ;
    2) l’étonnement de constater le développement de la sensibilité de mes pointes de sein et des effets érogènes de plus en plus forts de leur stimulation ;
    3) l’acceptation de ma nouvelle sensibilité comme l’accès à une part cachée de mon être qui me permet de devenir plus complet sans perdre pour autant ma nature.

    Cette évolution s’est faite progressivement, sans ouvrir de crise existentielle. Grâce aux témoignages lus sur ce forum et sur d’autres j’ai compris très rapidement que ce changement ne détruisait pas ce que j’étais mais au contraire enrichissait ce que j’étais. C’est ce qui me permet maintenant de vivre cette forme de féminité sensuelle sans barrière en la laissant se développer sans rien forcer. Désormais je suis un homme enrichi (certains penseront comme l’uranium ; j’espère que mes radiations sont moins dangereuses). Je partage ce que tu dis :

    J’en ai conclu qu’il ne fallait pas la chercher, qu’elle apparaissait le moment venu.

    Dans le cas contraire tu fais une course au fantasme qui est vouée à l’échec comme c’est le cas pour la course à la jouissance prostatique. De mon point de vue tu as raison de bien faire la différence entre forcer ta part de féminité à prendre le contrôle de ton plaisir et accepter que l’intensification de ton plaisir fasse émerger ta part de féminité. Tu te sens mieux dans la seconde situation ; tu as raison de la favoriser pendant tes sessions. L’important est bien d’< < accepter >> toutes ces nouvelles manifestations de ta sensualité, cette nouvelle perception de ton être comme l’accès à la globalité de ce que tu es.

    Bon cheminement @jieffe.

    #29249
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Et bien ce qui est dit et répété ici semble se confirmer, le plaisir prostatique n’est pas linéaire. J’ai fait hier soir ce que je pense être ma meilleure séance jusqu’ici…. Wahou, 1/2 heure à 3/4 d’heures de plaisir intense. En fait, je n’ai pas des orgasmes, j’ai un orgasme de 1/2 heure à 3/4 d’heure. Le temps qui passe efface un peu les mémoires, et il est difficile de comparer une séance récente avec une séance plus ancienne, mais je dirais vraiment que j’ai franchi hier soir une nouvelle étape. J’étais pourtant fatigué, mais avant de sombrer totalement dans le fond de mon lit, dans un excès de courage, j’enfourchais Junior que j’avais délaissé quelques temps au profit de Lulu (l’hélix) et de la Grosse Berta (le progasm). Et bien mon dieu, quel diablotin celui là…. Whaaa, il m’en a fait voir de toutes les couleurs se petit diable, un bon petit diable. Vraiment je l’aime beaucoup. L’helix est très mobile et très subtil, j’aime beaucoup ses caresses. Le progasm ne fait pas dans le détail, c’est un véritable bucheron, un peu trop pour moi. Il est là et bien là. Le Junior les réconcilie un peu, et vraiment j’aime beaucoup.
    Bref, techniquement, voilà aujourd’hui ce que je peux dire des différents masseurs en ma possession, et ceci grâce à bzo que je remercie sincèrement une fois de plus.
    Techniquement également, j’ai provoqué le plaisir un peu différemment hier soir. J’étais donc très fatigué, j’ai commencé par quelques respirations comme j’ai pu les décrire, et je me suis caressé le corps avec un linge comme j’ai pu également déjà le décrire. Le plaisir est monté moins vite qu’habituellement, mais je me rends compte qu’il était présent que je n’en avais pas encore vraiment conscience.
    Bref, une fois que la mèche a été allumée, le brasier a pris et c’est un beau feu de joie auquel j’ai assisté. Je n’ai pas atteint le super O’, mais je lui ai je pense vraiment vu le dos de près…. Cours toujours, je te rattraperai!!!
    Deux choses je pense qui peuvent ralentir ma progression: encore quelques pensées automatiques qui détournent mon attention. Allez savoir pourquoi, mais de temps à autre me viennent des pensées qui n’ont absolument rien à voir. Cependant, elles se font de plus en plus rares et je parviens plus facilement à les chasser. L’autre chose est de me lâcher. Mes (mon) orgasme me reste bloquer dans la gorge, et je sens bien qu’il veut s’exprimer. Ma gorge est prête à exploser tant il tente de forcer le passage. Je suis obligé de me mettre la tête dans le coussin, et même de le mordre comme hier soir. En dehors de toutes considération vocalistique, je pense que tu as raison Andraneros (il me semble que c’est toi qui l’a dit, ou bzo, je ne me souviens plus très bien), cela traduit le fait que je suis inquiet de faire trop de bruit, et donc que je me contrôle.
    Je verrai comment je peux gérer ça, mais en attendant, je dois pouvoir dire aujourd’hui que je continue ma progression. Si ce que nous avons écrit dans les précédents messages est vrai, alors j’ai franchi hier soir une nouvelle marche, et donc les autres vont suivre.
    Je ne pouvais plus me calmer. Je voulais reprendre mon souffle, me reprendre un peu de temps en temps, mais je ne pouvais pas, mon corps réclamait et comme c’est lui qui pilote… J’ai réussi à faire une pause au bout d’1/2h ou 3/4 d’heure, je n’ai pas chronométré, mais ce doit être de cet ordre. Je voulais continuer mais j’étais épuisé, j’ai décidé de récupérer.
    Enfin bref, vous l’aurez compris, excellente séance hier soir!!!

    bzo

    à partir d’un moment j’ai senti le plaisir pouvait m’entraîner dans une direction,
    je me suis laissé faire car c’est par là qu’il semblait le plus envoûtant,

    Oui, mais dans un premier temps, si j’ai bien compris, ce n’est pas ce que tu recherchais. Tu as découvert qu’une voie était possible, et en l’exploitant, tu as découvert où elle te menait.
    J’ai bien l’intention également de suivre ce chemin lorsqu’il se présentera à moi.

    Andraneros

    Il est apparu « à l’insu de mon plein gré »

    Oui, c’est l’idée. Tu ne cherches rien en particulier, et tu ramasses ce que tu trouves en chemin. De toute façon, je suis persuadé aujourd’hui que c’est quelque chose que tu ne peux pas provoquer. J’ai bien essayé brièvement de le cultiver, mais je me suis vite dit que cela ne servait à rien. Beaucoup d’Anerosien ont découvert cette nouvelle sensibilité, il n’y a pas de raison qu’il n’en soit pas de même pour moi. Mais cette découverte se fait au fil du temps semble t’il, et il faut un peu de pratique après rewiring pour y arriver, d’après ce que j’ai pu lire.

    ce changement ne détruisait pas ce que j’étais mais au contraire enrichissait ce que j’étais….Désormais je suis un homme enrichi

    Ça j’en suis persuadé. Certains écrivent qu’ils sont aujourd’hui seulement eux, pleinement eux.

    j’espère que mes radiations sont moins dangereuses

    Moi je suis persuadé que ces radiations sont non seulement moins dangereuses, même qu’elles sont très bénéfiques, elles illuminent ton entourage. Vraiment! Je pense que le plaisir que nous éprouvons, et très certainement ce qui en découle, comme cette féminité qui fait de nous des êtres entiers, complets, ne peut qu’être bénéfique pour notre entourage. Moins de pensées négatives, moins de jugement, moins de jalousie, moins de colère aussi peut-être… ne peuvent que nous rendre meilleur.

    #29251
    JieffeJieffe
    Participant

    Message écrit rapidement, je n’ai que peu de temps aujourd’hui. Pardonnez les fautes et le style à l’empoRte pièce, mais je voulais partager avec vous ma joie😊

    #29252
    bzobzo
    Participant

    Cet « éveil du féminin » est chez moi bien plus restreint que ce que nous décrivent certains de nos amis, comme @bzo par exemple.

    concernant cet éveil du féminin,
    emporté par mon enthousiasme, je mets sans doute trop l’accent sur certains aspects de ma pratique
    qui me sont spécifiques et que je privilégie
    et il en découle que mes réponses ne sont sans doute pas toujours aussi utiles, aussi pertinentes
    que je le voudrais,
    même sans doute ils peuvent entraîner de la confusion,
    de l’inquiétude face à certains excès que je décris
    je m’en excuse

    eh bien, cher @jieffe, tu as été prolifique,
    aussi bien dans les résultats de ta dernière séance
    que dans ton dernier message pour nous la décrire,
    hé, hé,
    tu comprends maintenant pourquoi j’accouche toujours de dizaines de lignes
    et encore je me retiens,
    on a envie de tout coucher sur le papier, toute cette incroyable intensité,
    toute cette richesse, tout ce plaisir qui enivre tellement notre chair,
    toute cette aventure qu’on a vécue il y a quelques instants
    qui nous a emporté aux confins de nous-même

    d’abord bravo, bravo,
    c’est tellement fantastique de lire tout le chemin que tu as désormais parcouru
    et le stade que tu as atteint,
    tu as grandi, ô combien!
    tu es en effet tout prêt du stade des super O,
    dans cette zone peuplée par des orgasmes comme des pur-sang sauvages
    qui il y a quelque temps, te paraissaient indomptables,
    impossibles à monter, à galoper quelques instants sur leur dos

    tu as passé à la vitesse supérieure,
    tu parviens à passer d’orgasme en orgasme à un rythme tel
    qu’ils paraissent réunis en une seule et longue jouissance

    tu es tout prêt désormais, le grand saut peut arriver désormais à tout moment,
    ce sera grandiose, tu vas voir,
    on n’est plus le même homme quand on a vécu cela une fois

    faudra juste ne pas être décontenancé par la hauteur de la vague qui va arriver,
    se laisser emporter, se laisser soulever,
    ne pas chercher à s’alléger à la hâte de ses bagages éventuels genre, inquiétude, étonnement,
    c’est la meilleure façon de se cabrer mentalement et d’être désarçonné

    elle, la vague, s’en chargera à ta place, de te débarrasser du superflus
    sans même que tu t’en rends compte

    bravo, encore une fois, très cher

    #29258
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    C’est magnifique @jieffe ! Quel bonheur de lire ce message ! Merci de partager ta joie.

    Message écrit rapidement, je n’ai que peu de temps aujourd’hui. 

    Après avoir lu ce que tu as « écrit rapidement », je me demande ce que tu nous diras quand tu auras le temps d’écrire ton message dans de bonnes conditions. « Wahou » as-tu dit ?

    En fait, je n’ai pas des orgasmes, j’ai un orgasme de 1/2 heure à 3/4 d’heure. 

    A ce sujet @bzo dit :

    tu as grandi, ô combien!
    tu es en effet tout prêt du stade des super O…
    tu es passé à la vitesse supérieure,
    tu parviens à passer d’orgasme en orgasme à un rythme tel
    qu’ils paraissent réunis en une seule et longue jouissance

    Dans mon langage tu as fait l’expérience d’une phase orgasmique telle que la décrivent la carte au trésor à l’étape 49 et @bzo, une série d’orgasmes dont les moments « faibles » te procurent plus de plaisir que les orgasmes « normaux » que tu connaissais avant. Un premier orgasme te propulse « dans la stratosphère », ou peut-être encore plus haut maintenant, le deuxième te prend avant que le premier ait fini de te redescendre, le troisième de même… Eventuellement plus tu avances dans ta session, plus tu montes et moins tu descends … L’étape suivante est bien le super O’.
    Tu écris :

    Bref, une fois que la mèche a été allumée, le brasier a pris et c’est un beau feu de joie auquel j’ai assisté. 

    A mon avis l’expression « j’ai assisté » trahit ce qui te manque pour aller beaucoup plus loin. Tu te décris spectateur de ta jouissance au lieu d’acteur, comme si une partie de toi refusait encore que tu sois la source et le bénéficiaire de tes orgasmes, que tu ne sois plus que jouissance à ce moment sans distanciation. C’est un des aspects du lâcher-prise qui te permet de devenir la jouissance que tu reçois, au lieu de la constater, d’en mesurer l’ampleur qui peut te faire peur comme font peur un ouragan, un raz-de-marée, un tremblement de terre même quand tu es à l’abri.
    Tu n’assistes pas au feu de joie. Tu es le feu de joie. Quand tu es le feu de joie, tu n’as plus de pensées automatiques parce que tu penseras et parce que tu vivras exclusivement dans l’instant.

    La vocalisation de ton plaisir est un vrai problème. Il n’est pas insurmontable mais c’est une difficulté dont tu n’as pas besoin. Il faudrait que tu puisse t’organiser une soirée ou une demie journée de solitude, chez toi ou en déplacement pour tester grandeur nature ce que donnerait une session dans contrainte.

    Tu n’es pas dans les meilleures conditions pour tirer tout le bénéfice de tes sessions. Je rappelles ci-dessous les dates selon tes messages de ce que tu présentais à chaque fois comme une excellente session ou mieux comme la meilleure de toutes tes sessions :
    21/04 – 08/05 – 12/05 (déjà Wahou) – 03/06 – 04/06 – 06/06 – 10/06 – 17/06 – 19/06 – 21/06 – 09/07 – 18/07
    Ajoute à ces dates celles de tes sessions moyennes qui deviennent de plus en plus intenses et tu as la démonstration de ta fantastique nouvelle aptitude à jouir. Tu fais définitivement partie du club. Bon cheminement @jieffe.

    #29262
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à vous deux,

    bzo

    emporté par mon enthousiasme, je mets sans doute trop l’accent sur certains aspects de ma pratique
    qui me sont spécifiques et que je privilégie
    et il en découle que mes réponses ne sont sans doute pas toujours aussi utiles, aussi pertinentes
    que je le voudrais,
    même sans doute ils peuvent entraîner de la confusion,
    de l’inquiétude face à certains excès que je décris
    je m’en excuse

    Je ne suis pas d’accord. Je pense qu’il est important que chacun s’exprime de la façon qu’il le souhaite, et surtout avec le contenu qu’il souhaite. Tes écrits, comme ceux de tous les autres, reflètent ce que nous ressentons, la façon dont nous vivons notre découverte, ce que nous y découvrons. C’est important d’une part pour nous, de savoir que telle ou telle chose est possible, mais également pour les lecteurs, les débutants qui peuvent se reconnaître dans ce que tu décris. S’ils ne le lisent pas ailleurs, ils peuvent penser qu’ils font fausse route, alors que ce n’est pas le cas.
    D’autre part, cela montre la richesse de la diversité de cette pratique, qui ne nous mène pas tous au même endroit. Et je trouve ça formidable.
    En ce qui me concerne, je ne saurais que t’encourager à continuer.

    tu as été prolifique,
    … dans ton dernier message pour nous la décrire,
    hé, hé,
    tu comprends maintenant pourquoi j’accouche toujours de dizaines de lignes….
    je me demande ce que tu nous diras quand tu auras le temps d’écrire ton message dans de bonnes conditions

    En effet, j’étais pressé, et je ne me suis pas rendu compte que j’écrivais un roman. Je n’ai pas eu non plus le temps de me relire…. 🙂

    d’abord bravo, bravo

    Merci.

    tu es en effet tout prêt du stade des super O

    J’ai vraiment l’impression de m’en approcher de très près. IL me semble sentir son souffle dans ces moments là. J’ai déjà eu cette impression, mais elle s’est faîte plus présente encore lors de cette séance.

    tu parviens à passer d’orgasme en orgasme à un rythme tel
    qu’ils paraissent réunis en une seule et longue jouissance…
    le deuxième te prend avant que le premier ait fini de te redescendre, le troisième de même

    Oui, avec le recul s’est un peu ça. Je ne croyais vivre qu’un seul orgasme, mais je pense que vous avez raison. L’intensité chutait, mais si peu et le suivant était si proche que j’ai eu l’impression qu’ils ne faisaient qu’un!

    faudra juste ne pas être décontenancé par la hauteur de la vague qui va arriver,

    Je l’ai vu cette vague, je l’ai vue.

    Andraneros

    Quel bonheur de lire ce message

    Merci 🙂

    A mon avis l’expression « j’ai assisté » trahit ce qui te manque pour aller beaucoup plus loin

    C’est possible. Un lapsus révélateur, c’est comme ça que l’on nomme ce type de phrase. Et pourtant je suis persuadé d’être l’acteur, de le vivre pleinement, de m’y abandonner totalement, sans crainte… Mais tu dois avoir raison, il doit y avoir quelque chose qu’il me faut déterminer, inconscient, qui fait que je n’en suis que spectateur, et que je ne m’y jette pas complètement.
    Je l’ai déjà écrit, je pense bien qu’il y a quelque chose de cet ordre là, mais je ne sais pas quoi. La réponse viendra peut-être avec le temps. Cela ne veut pas dire que je ne vais pas y réfléchir.

    La vocalisation de ton plaisir est un vrai problème

    Et bien je ne sais pas vraiment. Ce que je sais, comme je l’ai écrit, c’est que ma gorge est extrêmement contractée, et je pense qu’elle est si contractée pour ne pas laisser échapper les sons. Je n’ai jamais ressenti les énergies qui circulent dont certains parlent, et chères à certaines pratiques zen, mais j’ai l’impression dans ces moments là qu’une énergie est bloquée dans ma gorge et ne peut pas monter jusqu’à mon cerveau. C’est comme ça que je me représente le phénomène.
    J’ai pu faire une séance ou deux seul, mais à l’époque elles n’ont pas été grandioses, et n’ont pas déclenché le phénomène. Je les avais faîtes d’ailleurs presque uniquement dans ce but. Je retenterai dès que possible.

    Merci Andraneros pour cette rétrospective, que je voulais faire mais n’en ai pas eu le courage.
    Je sais que j’ai déjà décrit des séances comme étant les meilleures jusqu’à présent, et je sais aussi que je l’écrirai de nouveau 🙂

    Ajoute à ces dates celles de tes sessions moyennes qui deviennent de plus en plus intenses et tu as la démonstration de ta fantastique nouvelle aptitude à jouir

    Oui, j’en suis de plus en plus convaincu, et ce sentiment est de plus en plus concret. Je reprends ci dessous un texte que je viens d’écrire et qui traduit bien la façon dont je vois ma progression aujourd’hui:

    Alors comment je vois et vis les choses: imagine un escalier, sur cet escalier sont posés des pierres dirons nous. Ces pierres représentent tes sessions, l’escalier ton cheminement. Plus les pierres sont posées haut sur l’escalier, plus la session a été intense. Sur l’une des marches est posée une pierre, sur celles immédiatement en dessous 3 – 4 pierres, sur celles encore en dessous 7 – 8 pierres (nous nous arrêterons là). Quand tu fais une séance, tu choisis une pierre, mais tu ne sais pas laquelle. Un petit peu comme un tirage au sort. Lorsque tu choisis la pierre qui se trouve sur la marche la plus haute, il arrive que tu parviennes à la hisser sur la marche immédiatement au dessus. Tu viens de faire la meilleure séance jusqu’à maintenant. Automatiquement alors les pierres suivantes vont suivre, et monter elles aussi une marche supplémentaire. Tu comprends ce que je veux dire avec mon explication fumeuse??? 🙂
    Mais tu ne peux pas faire monter le train par l’arrière, tu le tires toujours.
    Statistiquement, tu as plus de chance de tirer l’une des 7 – 8 pierres que la première, et même qu’une des 3 – 4. Ce qui donne l’impression de stagner quelque fois. Mais il faut continuer à tirer au sort, la première pierre sortira bien tôt ou tard du chapeau. C’est un peu la pierre joker, la seule qui peut monter, et entrainer avec elles toutes les autres.
    Ce qui est positif dans l’histoire, c’est que lorsque tu l’as faîte monter, comme ça a été ton cas dernièrement, et que par conséquent tu as fait monter les autres, et bien quand tu tires l’une des pierres les plus basses de l’escalier, elles t’apportent plus de satisfaction et plus de plaisir qu’elles ne t’en apportaient avant que tu ne fasses monter la première pierre.
    C’est ainsi que quand on débute, on parvient à faire une séance qui nous procure du plaisir, la première pierre monte la première marche, mais les autres restent au pied de l’escalier. S’ensuit donc toutes une série de séance pendant lesquelles on ne ressent rien. Une fois que l’on est parvenu à faire franchir plusieurs marches à la première pierre, il n’y a plus de séance totalement négatives.

    Tu fais définitivement partie du club

    Merci Andraneros, je vais recevoir une carte? Blague à part, je me sens de plus en plus confiant. Étant prudent de nature, j’espère ne pas regretter ce que je viens d’écrire.

    Merci encore à tous les deux pour cet accompagnement et ces encouragements qui me font toujours du bien.

    Je vous souhaite tout plein de bonnes choses.

    #29269
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Tu dis @jieffe :

    Un lapsus révélateur, c’est comme ça que l’on nomme ce type de phrase. Et pourtant je suis persuadé d’être l’acteur, de le vivre pleinement, de m’y abandonner totalement, sans crainte… Mais tu dois avoir raison, il doit y avoir quelque chose qu’il me faut déterminer, inconscient, qui fait que je n’en suis que spectateur, et que je ne m’y jette pas complètement.

    Et :

    Je n’ai jamais ressenti les énergies qui circulent dont certains parlent, et chères à certaines pratiques zen, mais j’ai l’impression dans ces moments là qu’une énergie est bloquée dans ma gorge et ne peut pas monter jusqu’à mon cerveau. C’est comme ça que je me représente le phénomène.

    Je pense que tu mets le doigt sur une des clés de tes futurs progrès. Sur le forum officiel de la marque Aneros on peut trouver régulièrement des messages qui mentionnent une technique appelée « soft palate nursing » que Google traduit par « soins du palais mou » ce qui ne veut strictement rien dire, merci Google, et qu’il faut comprendre comme l’explique ce fil de conversation :

    Begin with deep slow breathing, mouth closed, tongue full (touching top and bottom of mouth), teeth slightly separated… Now, ever so gently, create a suction that presses the back of the tongue against the soft palate and, after a while, let chin fall and rise as if nursing.

    Traduction :
    Commencez avec une respiration profonde et lente, bouche fermée, langue pleine (touchant le haut et le bas de la bouche), les dents légèrement écartées… Puis, tout doucement, faites une aspiration qui pousse le dos de la langue contre le voile du palais et, après un moment, laissez le menton tomber et remonter comme pour une tétée.
    Fin de traduction
    L’objectif de cette technique est de faciliter la circulation de cette fameuse énergie jusqu’à la tête en débloquant la gorge, ce qui libère sa circulation dans tout le corps avec tous les bienfaits que cela peut apporter. Remarque que le mouvement du menton a pour effet de détendre les muscles associés et donc d’éliminer toute crispation.

    Ce sont des notions qui m’étaient totalement étrangères et que j’ai peu à peu découvertes au long de mon cheminement. Cette technique paraît très bizarre quand on essaie de l’appliquer, maladroitement dans mon cas. Elle demande donc un apprentissage pour devenir naturelle. J’encourage nos amis qui sont plus expérimentés que moi dans ce domaine à venir corriger, compléter ce que je te dis et éventuellement à nous proposer une méthode d’apprentissage ou d’exécution. Il va sans dire que l’utilisation de cette technique ne remplace pas tout ce que tu fais déjà

    je me sens de plus en plus confiant. 

    Le déclenchement, désormais systématique, de tes orgasmes pendant tes sessions, l’évolution de ta jouissance de plus en plus intense, profonde, alors que les conditions dans lesquelles tu engages tes sessions ne sont pas optimales, valident définitivement ta confiance. Tu ne regretteras rien. Tu peux l’écrire et tu peux le crier si ton environnement te le permet !

    Bon cheminement @jieffe.

    #29277
    JieffeJieffe
    Participant

    « soins du palais mou » ce qui ne veut strictement rien dire, merci Google

    Ah ben tu m’as bien fait rire, merci… 🙂
    Sinon, effectivement, je trouve la méthode quelque peu étrange, mais elle vaut le coup à mon sens d’être essayée. Ce que je n’ai pas compris en revanche, c’est s’il faut la pratiquer lorsque je sens cette énergie bloquée, ou quotidiennement et je constaterai ces bienfaits lors de mes séances.
    Merci en tout cas pour la recherche et pour l’information. J’essaierai de trouver le temps tout de même d’aller voir ça sur le site officiel. En plus, ça me fera travailler un peu mon anglais…

    Tu ne regretteras rien.

    Arf…l’histoire de ma vie montre que bien souvent, lorsque je pense une chose acquise et que je l’exprime, elle disparait comme pour me punir de ma vanité… Mais il est vrai que j’ai acquis cette confiance par la répétition de séances qui ont toutes été source de jouissance.

    Je vous laisse, je vais me faire un soin du palais mou… 🙂

    #29279
    EpictureEpicture
    Participant

    Merci Jieffe pour ton compliment sur le fil de BZO.

    Tu nous dis :

    Ce que je sais, comme je l’ai écrit, c’est que ma gorge est extrêmement contractée, et je pense qu’elle est si contractée pour ne pas laisser échapper les sons. Je n’ai jamais ressenti les énergies qui circulent dont certains parlent, et chères à certaines pratiques zen, mais j’ai l’impression dans ces moments là qu’une énergie est bloquée dans ma gorge et ne peut pas monter jusqu’à mon cerveau. C’est comme ça que je me représente le phénomène.

    Voilà exactement ce que je ressens : une pression, qui vient d’on ne sait trop où, qui demande à passer par la gorge, mais le débit est plus grand que le diamètre du passage, alors ça s’en-gorge. Ca appuie sur les parois, et ça génère toutes sortes de désagréments : maux de gorges, nausées, pharyngites, rhino pharyngites, éternuements, yeux qui piquent, vertiges, etc…

    Ca fait plusieurs années que je travaille là-dessus, et tous les examens médicaux sont formels : je suis en bonne santé.
    Il y a cependant une piste que j’explore actuellement : l’allergie. En effet, des analyses ont montré que j’étais positif aux allergisants de type respiratoire. Il semble y avoir certaines corrélations entre l’émission de pollens, et ces sensations. Le problème c’est que mes symptômes ne sont pas suffisant pour être exploitable par un médecin qui aurait à faire un diagnostic, donc je me traine ça depuis plusieurs années, mais là, je crois que je tiens quelque chose d’intéressant : j’ai suivi un traitement anti-histaminique ce qui a amélioré de façon assez subtile, mais néanmoins palpable cette sensation d’oppression dans la gorge. A confirmer par la suite. De toutes façons, je ne vais pas me mettre sous ces médocs en permanence, il faut donc chercher en parallèle d’autres pistes : celle décrite par andraneros est très intéressante.

    Je pense que la sensibilité allergique induit une réaction musculaire « réflexe » de la zone. Apprendre à identifier la musculature du cou qui est très complexe, de travailler dessus comme on travaille sur le plancher pelvien, permet de relâcher et de libérer cette tension permanente. Je le fais régulièrement : ça commence par le visage, je sens les muscles du visage se relâcher, puis ça descend vers le cou, Il faut avoir la tête appuyée sur un coussin pour que tous les muscles puissent se relâcher. Si je suis fatigué, je m’endors direct. Je n’ai pas encore pu bien mettre en relation ce relâchement et le massage prostatique, mais j’y travaille, c’est actuellement ma piste principale. De plus, la technique de la bouche pleine, et des dents desserrées, je la pratique, car c’est le meilleur moyen pour relâcher complètement les muscles de la langue et de la mâchoire : l’ensemble fait ventouse, et ça tient tout seul sans serrer les dents. Par contre je n’ai pas bien compris la deuxième partie qui consiste à pousser sur le palais. Cela consiste à faire succion alternativement comme si on tétais ? Il y pleins de techniques orientales qui reproduisent ce mouvement de succion, mais je n’ai jamais vraiment bien compris à quoi ça servait .

    L’autre piste qui est déterminante : c’est l’environnement. La moindre source d’inquiétude à l’égard de mon environnement est l’occasion pour l’esprit de prendre le dessus. C’est comme pour la stimulation du pénis : ça risque de prendre le dessus sur le plaisir prostatique. De même il ne faut pas stimuler l’esprit, il doit rester à la porte. Cela ne signifie pas qu’il faut mettre tout le monde dehors, parce que on peut l’avoir à l’esprit, même quand ils ne sont pas là. C’est un aménagement qu’il faut mettre en place peu à peu, pour se libérer de son environnement. C’est une voie sur laquelle je travaille beaucoup, et c’est très bénéfique, ma gorge se relâche peu à peu.

    Bon cheminement Jieffe

    #29280
    bzobzo
    Participant

    t je pense qu’elle est si contractée pour ne pas laisser échapper les sons.

    je crois pour ma part, qu’il ne faut pas aller chercher plus loin la raison du problème,
    tu as bien du mérite d’arriver à progresser ainsi,
    à devoir sans cesse faire attention, à devoir sans cesse te retenir de crier, de gémir

    je n’ose imaginer ce que serait ma pratique, si je devais tout le temps être sur le qui vive
    pour ne pas qu’on m’entende,
    je hurle et je gémis tellement fort ,
    je laisse parler mes entrailles sans retenue,
    c’est libératoire, cela fortifie le processus, le renforce,
    le plaisir est ressenti
    et en même temps, il lui pousse des ailes sonores
    qui l’emportent par notre gorge, par notre bouche,
    il s’arrête encore un instant à nos oreilles
    puis s’envole définitivement

    je ne peux te souhaiter qu’une chose,
    c’est de pouvoir exercer le plus rapidement sans devoir te retenir de plus aucune manière

    notre pratique est une question de technique, d’expérience, de patience, de rewiring,
    de tout ce qu’on veut
    mais avant tout une question d’apprendre à se libérer de plus en plus,
    d’apprendre à libérer l’instinct en nous,
    les pulsions en nous, des forces mystérieuses en nous,
    faire fi de tous les tabous, de toutes les barrières
    et s’offrir sans aucune retenue au plaisir

    c’est avant tout cela, apprendre à se lâcher et laisser tout monter,
    la prostate devient de plus en plus réactive
    et nous , on éprouve de plus en plus facilement,
    les sensations nous envahissent, s’emparent de nous,
    deviennent notre unique réalité durant le temps de la séance

    regarde dans la nature comme les animaux quand ils font l’amour,
    l’expriment aussi vocalement,
    c’est un concert hommage à la vie, à l’intensité de la vie
    qui brûle en eux

    #29284
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Pour faciliter la compréhension des termes et des techniques utilisées pour éviter les blocages « énergétiques » que nous pouvons ressentir au niveau de la gorge je propose :
    A) un peu d’anatomie sur Wikipedia
    B) un peu d’anatomie
    C) un peu d’anatomie fonctionnelle (en anglais)
    D) un peu de technique Aneros et KSMO
    La gorge est aussi un des sept chakras. Si nous parlons d’énergie il faut apprendre à l’ouvrir, comme tous les autres. Faites une recherche avec « chakra » sur vos moteurs de recherche.

    Cette approche nous conduit à une découverte du Tantra, discipline déjà évoquée mais qui, sauf erreur de ma part, n’a pas encore été l’occasion d’une discussion sérieuse et approfondie.

    Bon cheminement @jieffe. Bon cheminement à tous les anéronautes aussi !

    #29299
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Merci Andraneros pour toutes ces recherches que j’ai toutes été voir. De ce que j’ai pu lire sur le WikiHow, mon chakra de la gorge ne serait ni fermé, ni bloqué. Quoi qu’il en soit, je vais tout de même creuser un peu cette piste. Pout tout vous dire, je dois tout de même avoir un problème de ce côté là. Je ne parviens pas à pleurer par exemple, mon chagrin et mes pleurs restent bloqués dans ma gorge. J’ai encore pu le vérifier récemment lors d’un enterrement. Le chagrin monte, je sens les pleurs arriver, mais tout reste dans ma gorge, rien ne sort.
    Je n’en suis pas à ton stade Epicture, cela ne me génère aucun maux, seulement une grande pression pendant un instant, et tout disparaît par la suite. Je n’ai pas non plus d’allergie connue.

    bzo

    à devoir sans cesse faire attention, à devoir sans cesse te retenir de crier, de gémir

    Je ne me retiens pas de crier seulement pour ma femme, mais aussi pour sa fille. Comme tout couple qui a des enfants, et comme du temps ou nous faisions encore l’amour, nous faisions attention à ne pas faire trop de bruit. C’est délicat de se laisser aller quand on a des enfants à proximité… Je pense que c’est quelque chose que tout couple connaît. Pour ce qui me concerne, ce n’était pas vraiment un problème quand j’avais une sexualité classique, mais ça l’est aujourd’hui!!!
    C’est une difficulté, et j’aimerais assez savoir comment d’autre gère cette situation.

    J’ai essayé le soin du palais mou… et bien ça fonctionne plutôt pas mal. J’ai été voir ce qu’il s’en disait sur le forum de la marque, chaque anérosien l’ayant essayé est tout aussi surpris, ne voyant pas le rapport entre le palais, la bouche… et la prostate, mais oui, ça fonctionne.
    Hier soir donc, petite séance qui a eu un peu de mal à démarrer, à tel point que j’ai pensé que ce ne serait qu’une séance d’entraînement. Mais non, mais non, beau décollage et beaux orgasmes. Toujours pour moi à la porte du super O’, bien que j’ai pensé une fois ou deux qu’il arrivait, mais non finalement. J’ai tout de même navigué dans de hautes sphères. Je me souviens de deux orgasmes en particulier qui ont mis tous les indicateurs dans le rouge (rien que d’y penser… ). Achevé sur mon lit, haletant, tentant de reprendre mon souffle la tête sous mon oreiller, je pensais en rester là, harassé. Puis je me dis, ‘tiens, essayons le soin du palais mou’. Donc ni une ni deux, je suis la méthode et très rapidement je sens une douce chaleur autour de ma prostate, du plaisir et des contractions et c’est reparti pour un tour de piste. Sérieusement, on dirait qu’il y a un nerf qui relie la prostate directement au palais mou…
    En principe, une fois que j’ai réussi à me calmer après quelques orgasmes, je ne parviens pas à relancer la machine. À vrai dire, je n’ai jamais vraiment essayé, parce que je m’endors très vite. Et bien là j’ai réussi, grâce à la technique du soin du palais mou… C’est assez incroyable en fait.
    Merci Andraneros pour cette découverte. As tu essayé?
    Effectivement, j’ai moins ressenti ce blocage dans ma gorge lors de ce deuxième envol, mais il me semble aussi que j’ai laissé échapper quelques gémissements plus sonores qu’à l’accoutumée.

    #29304
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Tu dis @jieffe :

    Je ne parviens pas à pleurer par exemple, mon chagrin et mes pleurs restent bloqués dans ma gorge

    J’ai été très longtemps comme toi sans pouvoir laisser passer mes larmes. Maintenant j’ai l’impression d’être « débloqué » (pour reprendre ton vocabulaire qui me paraît correspondre à la même sensation) et je « laisse passer » mes larmes « normalement ». Cette évolution s’est produite pendant mon cheminement, mais je ne peux pas dire si c’est un effet direct, un effet indirect, un effet de l’âge…

    Comme tout couple qui a des enfants, et comme du temps ou nous faisions encore l’amour, nous faisions attention à ne pas faire trop de bruit. C’est délicat de se laisser aller quand on a des enfants à proximité… Je pense que c’est quelque chose que tout couple connaît.

    C’était pareil chez nous. Il est important de protéger les enfants de situations qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre mais il est aussi important de préparer les enfants à comprendre ces situations (ce qu’aurait pu dire et a sans doute dit Françoise Dolto). Et quand il n’y a plus d’enfant, il y a toujours des voisins qui pourraient entendre… Comment faire pour laisser exploser son plaisir sans retenue les jours où il n’y a pas de finale de coupe du monde avec l’équipe de France ?

    Si je ne me trompe pas je compte seulement quatre jours entre tes deux dernières sessions totalement orgasmiques !
    Le19 juillet :

    J’ai fait hier soir ce que je pense être ma meilleure séance jusqu’ici…. Wahou, 1/2 heure à 3/4 d’heures de plaisir intense. En fait, je n’ai pas des orgasmes, j’ai un orgasme de 1/2 heure à 3/4 d’heure. 

    aujourd’hui le 23 juillet :

    J’ai tout de même navigué dans de hautes sphères. Je me souviens de deux orgasmes en particulier qui ont mis tous les indicateurs dans le rouge (rien que d’y penser… ). Achevé sur mon lit, haletant, tentant de reprendre mon souffle la tête sous mon oreiller, je pensais en rester là, harassé…
    je suis la méthode et très rapidement je sens une douce chaleur autour de ma prostate, du plaisir et des contractions et c’est reparti pour un tour de piste…
    En principe, une fois que j’ai réussi à me calmer après quelques orgasmes, je ne parviens pas à relancer la machine. À vrai dire, je n’ai jamais vraiment essayé, parce que je m’endors très vite. Et bien là j’ai réussi, grâce à la technique du « soin du palais mou… » C’est assez incroyable en fait.

    J’ai l’impression que la monstrueuse spirale orgasmique qui t’entraîne tourne de plus en plus vite. Je perçois dans ton message deux éléments nouveaux qui marquent, à mon avis, une avancée décisive de ton cheminement. Le premier est la récurrence de tes orgasmes qui te mettent à la porte du super O’, même quand ta session ne semble pas bien commencer. Le second, que tu as toi-même noté, est ta nouvelle capacité à relancer ta machine à jouir après une pause. Plus que la succession de vagues de plaisir ininterrompues que tu connaissais déjà bien, être capable, après avoir retrouvé le calme, de te propulser consciemment et volontairement à nouveau dans la stratosphère orgasmique est la preuve que tu es vraiment devenu multi-orgasmique. C’est tout à fait magnifique.

    Merci Andraneros pour cette découverte. As tu essayé?

    De rien, je n’ai rien inventé et je suis persuadé qu’avec un peu plus de temps devant toi tu aurais fait la même découverte. Je suis heureux que tu aies su appliquer avec succès cette technique qui dépasse la gymnastique du sphincter anal et des muscles du périnée. Nous sommes là en plein exercice de techniques qui concernent la circulation de l’énergie sexuelle (?) ou plus universelle qui appartiennent à une autre culture. Les anéronautes qui parviennent à accepter une pratique un peu plus spirituelle du massage prostatique font les mêmes découvertes. C’est mon cas, malgré un état d’esprit très rationnel qui m’a longtemps coupé de toutes ces notions. J’évolue lentement sur ce point comme pour tous les changements que je vis depuis ma découverte difficile, au début, du plaisir prostatique.

    Bon cheminement @jieffe, très très bon cheminement…

    #29307
    bzobzo
    Participant

    cher @jieffe

    cela fait vraiment plaisir de lire à quel point tu évolues bien,
    tu semblais faire du sur-place pendant tout un temps
    mais là tu es définitivement bien lancé
    et dorénavant tout est possible pour toi

    clairement, tu es aux portes du super O,
    cela peut arriver à tout moment,
    attache bien ta ceinture, cela va déménager

    je n’ai pas grand chose d’autre à écrire,
    tu es assez grand pour tracer ta route tout seul

    #29315
    JieffeJieffe
    Participant

    bzo

    tu semblais faire du sur-place pendant tout un temps

    Oui, comme quoi chacun avance à son rythme, et comme le dit souvent Andraneros, on reçoit son plaisir quand on y est prêt. Après, comment ça fonctionne… mystère.

    attache bien ta ceinture, cela va déménager

    J’ai l’impression d’être dans un manège de fête foraine. Mais je suis bien calé au fond de mon siège, et j’ai vérifié le garde corps.

    Andraneros

    Cette évolution s’est produite pendant mon cheminement, mais je ne peux pas dire si c’est un effet direct, un effet indirect, un effet de l’âge

    Je te dirai ce qu’il en est, si les choses changent pour moi. Mais je ne pourrais dire non plus si c’est un effet de l’âge!!!

    Il est important de protéger les enfants de situations qu’ils ne sont pas en mesure de comprendre mais il est aussi important de préparer les enfants à comprendre ces situations

    Oui, cruel dilemme, et que je sache, il n’y a pas de réponse universelle. Tu dis qu’il est important de protéger les enfants de situations qu’ils ne peuvent pas comprendre, mais la fille de ma compagne a 14 ans, et elle saura très certainement bien interpréter ce qu’elle entendra derrière la porte. Le danger, c’est qu’à cette âge là, le sexe c’est mal, le sexe c’est sale… qui sait ce qu’elle pourrait dire ou raconter à son entourage, bien que ce soit totalement naturel. Et comme bien souvent nous ne savons pas comment aborder la chose avec nos enfants, il faut prudence garder.
    François Dolto a certainement du savoir comment gérer cette situation… 🙂

    Si je ne me trompe pas je compte seulement quatre jours entre tes deux dernières sessions totalement orgasmiques !

    Oui, c’est bien possible. Je notais un temps les dates de mes sessions, le masseur utilisé et l’intensité du plaisir ressenti par un système de classement par étoiles. J’ai arrêté il y a peu, très certainement parce que je n’en ai plus besoin. Effectivement, mes dernières séances ont toutes été positives, voire très positives. Différentes à chaque fois, certaines se démarquent par leur intensité, mais très satisfaisantes pour chacune d’elles depuis quelques temps.
    Je n’envisage plus non plus aujourd’hui mes séances comme des entrainements, mais comme de pur moments de plaisir et de bonheur. Chaque jours, plusieurs fois dans la journée, je ressens (comme maintenant en écrivant ces lignes) une douce chaleur qui traduit un véritable envie de me faire du bien. Bien entendu, si une séance ne déclenche pas un immense plaisir, alors elle sera transformée en séance d’entrainement.
    Et puis je ne pratique pas autant que je le souhaiterais. Hier soir par exemple, j’avais envie, mais j’étais trop fatigué, et ce n’est pas la première fois que ça arrive. Mais ce n’est pas grave, l’abstinence augmente le désir.

    Le premier est la récurrence de tes orgasmes qui te mettent à la porte du super O’

    Oui, clairement. J’ai déjà écrit que je m’en sentais proche, mais par deux fois récemment, je ne m’en suis jamais senti aussi proche. J’avais l’impression de pouvoir le toucher du doigt. Il me reste peut-être encore beaucoup de chemin à faire, peut-être me reste t’il encore de nombreuse fois à penser que je m’en rapproche encore plus, mais ça n’a pas d’importance. Ce que je vis est déjà très satisfaisant. Ça viendra bien le moment venu.

    Le second, que tu as toi-même noté, est ta nouvelle capacité à relancer ta machine à jouir après une pause

    Ah ben ça c’est grâce à la technique du soin du palais mou… Incroyable cette technique que je n’ai pas eu l’occasion de reproduire, mais je n’y manquerai pas la prochaine fois.
    En fait, si je n’ai jamais réussi à relancer la machine jusqu’à maintenant, c’est que je n’ai jamais vraiment essayé. Je fais mes séances assez tard, et après 1/2h à 3/4h de plaisir non stop, voire une heure quelque fois, je suis lessivé, et je profite de la lancée pour m’endormir comme un bébé. C’est exactement ça, comme un bébé.

    être capable, après avoir retrouvé le calme, de te propulser consciemment et volontairement à nouveau dans la stratosphère orgasmique

    Pour ça, il faudrait que je commence mes sessions plus tôt, ce qui devrait être possible bientôt. Le problème est là, c’est qu’une fois le calme retrouvé, je suis rincé. Mais c’est bon d’être rincé de la sorte!!!

    Nous sommes là en plein exercice de techniques qui concernent la circulation de l’énergie sexuelle (?) ou plus universelle qui appartiennent à une autre culture. Les anéronautes qui parviennent à accepter une pratique un peu plus spirituelle du massage prostatique font les mêmes découvertes.

    Oui, c’est tout à fait étonnant. Il faut rester conscient que malgré toute notre technique et tout notre savoir, ici en occident, nous avons beaucoup à apprendre des autres civilisations ou autres cultures. Il ne faut surtout pas y être fermé. Quand on lit le témoignage d’Adam sur le Tantra, ce qu’il a vécu juste en respirant (parce que c’est ça au final), on ne peut que rester ouvert à ces pratiques.
    Quelques fois il faut savoir accepter à défaut de comprendre.

    C’est mon cas, malgré un état d’esprit très rationnel qui m’a longtemps coupé de toutes ces notions.

    Je n’ai pas compris si tu avais essayé celle ci spécifiquement?

    Bon cheminement @jieffe, très très bon cheminement…

    Merci Andraneros 🙂

    #29317
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Ta situation familiale @jieffe est en effet très délicate. Tu cumules des difficultés de relation, je dis bien difficultés car toutes ne sont pas forcément des problèmes, certaines oui, d’autres non, et ton cheminement n’en est que plus remarquable. A 14 ans FC (pour Fille de ta Compagne) vit l’éveil de sa sexualité, ce qui est un bouleversement, après l’entrée à la crèche puis à l’école, la séparation de ses parents peut-être, la découverte d’un beau-père et les problèmes de santé de sa maman.

    Cette situation la rend fragile et potentiellement agressive. Tu as raison d’être particulièrement attentif à ne pas transmettre brutalement, même involontairement, les effets physiques de ta nouvelle joie de vivre, pour reprendre l’idée du titre du blog de @whattimeislove.

    Je n’ai pas compris si tu avais essayé celle ci spécifiquement?

    Mon cheminement est très différent du tien ; je n’ai pas ressenti de blocage localisé ; mon avancée vers la jouissance prostatique a été le fruit d’un parcours atypique qui s’est traduit en « do nothing » (ne rien faire, laisser faire). Pour résumer en deux lignes mon parcours, c’est en portant mon masseur pendant la nuit que j’ai été réveillé par des vagues de plaisir peu à peu plus intenses, plus longues ressenties dans un demi sommeil puis en pleine conscience complètement détendu et relâché.

    Dans ma phase d’éveil je n’ai donc eu besoin d’aucunes techniques particulières, toute mon évolution se déroulant en arrière plan. Ce n’est qu’après en essayant de « comprendre » ce que je vivais que j’ai rapproché mon expérience de ce que j’avais lu, sans pouvoir l’intégrer dans mon mode pensée à ce moment. J’ai donc vécu pendant mes sessions des effets énergétiques, circulation de flux d’énergie dans le corps, qui m’ont ouvert à ces notions.

    Depuis je m’efforce d’intégrer cette nouvelle manière d’appréhender mon énergie vitale. Mais dans ce domaine mon évolution est extrêmement lente, comme si mon « ancien » moi défendait pied à pied son territoire. Donc pour répondre, enfin, à ta question :
    – NON je ne l’ai pas utilisée pour me débloquer,
    – OUI je l’utilise régulièrement pour apprendre à faire circuler l’énergie dans mon corps, avec tout ce qui me paraît faciliter cet objectif.
    Je progresse àl a vitesse d’un escargot lent. A mon rythme je suppose que pour faire la même expérience tantrique que celle décrite par Adam dans son récent article il me faudra plusieurs mois au mieux. * L’une des raisons objectives de ma difficulté à progresser dans ce domaine est vraisemblablement que je n’ai jamais suivi de formation, ni de cours sous l’autorité d’un instructeur, professeur ou maître qui m’aurait aidé à intégrer en douceur ces notions dans mon esprit certes, mais surtout dans la perception de mon corps.

    Je notais un temps les dates de mes sessions, le masseur utilisé et l’intensité du plaisir ressenti par un système de classement par étoiles. J’ai arrêté il y a peu, très certainement parce que je n’en ai plus besoin…
    Je n’envisage plus non plus aujourd’hui mes séances comme des entraînements, mais comme de purs moments de plaisir et de bonheur.

    Il est évident que désormais la pratique du massage prostatique fait partie de ta vie. Ce moment de ta journée est devenu totalement naturel, spontané. La jouissance que tu vis à volonté n’est plus un fantasme, ni même un objectif ; c’est maintenant l’expression évidente de ta sensualité, de ta sexualité comme auparavant tes séances de masturbation. En incroyablement mieux.

    J’ai déjà écrit que je m’en sentais proche, mais par deux fois récemment, je ne m’en suis jamais senti aussi proche. J’avais l’impression de pouvoir le toucher du doigt. Il me reste peut-être encore beaucoup de chemin à faire, peut-être me reste t’il encore de nombreuse fois à penser que je m’en rapproche encore plus, mais ça n’a pas d’importance.

    Le glossaire du traité d’Aneros dit :

    Un Super-O est un orgasme non éjaculatoire qui peut durer de quelques secondes à plusieurs minutes et dont les vagues de plaisirs prennent source dans la région pelvienne et se développent dans le corps entier par la suite.

    Brian Mayfield dans le wiki Aneros le définit comme un orgasme qui sort de l’ordinaire, un orgasme sans éjaculation, particulièrement intense, qui peut durer des minutes, des vagues de plaisir orgasmique qui couvrent tout le corps… Il ajoute qu’il peut prendre toute forme, avoir toute taille, durer plus ou moins longtemps et qu’il est différent pour chaque individu.

    Je pense que tu as déjà vécu un ou des super Os’. Par prudence tu évites de le dire. Je sais que tu vas en vivre d’autres qui t’emmèneront encore plus loin, encore plus haut. Tu viens de découvrir comment tu peux te débloquer, te relancer. Continue à expérimenter, à explorer systématiquement à la manière de @bzo pour citer le plus belge de nos explorateurs :
    • comme tu as fait, en profitant d’une chute de plaisir, précédemment annonciatrice de la fin de ta session, pou la relancer une fois, deux fois…
    • ou en faisant une petite coupure volontaire dans ta session pour la reprendre et la relancer vers un niveau supérieur…
    • ou maintenant en essayant de changer de masseur pendant ta session. En préparant tes jouets avant pour les avoir à disposition immédiate…
    Tu atteins le niveau de la maîtrise, le niveau qui te permet de varier les expériences pour sortir de la stratosphère et te lancer dans l’espace infini, Capitaine Kirk et son USS Enterprise (les formes de nos masseurs prostatiques ne sont pas plus étonnantes que celles de ce vaisseau intersidéral). Bon cheminement @jieffe sur les traces de @bzo, de @oilofozil et de @nydor01 et de tous ceux qui t’ont précédé.
    (Désolé, mon message est horriblement long ! )

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 189)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.