• Ce sujet contient 738 réponses, 14 participants et a été mis à jour pour la dernière fois par bzobzo, le il y a 12 mois.
20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 739)
  • Auteur
    Articles
  • #33536
    bzobzo
    Participant

    mes craintes sont un peu absurdes,
    ce genre de choses que j’ai écrites:

    tellement aussi ma reprogrammation sexuelle est devenu efficace,
    je suis en train de me poser de plus en plus la question,
    si je suis encore apte à avoir des échanges sexuels avec autrui

    ou encore:

    mais aussi , de plus en plus je me sens de moins en mois apte à une vie sexuelle avec autrui,
    tellement les sensations, le plaisir, que j’obtiens tout seul,
    sont devenus énormes, riches, fous, vraiment fous,

    c’est un peu dans la fièvre de l’exaltation que je peux écrire ce genre de phrase.

    ceci dit, comme de nombreux témoignages par ici le décrivent,
    il n’est pas toujours évident de faire cohabiter le plaisir prostatique et assimilés en solitaire
    avec une sexualité en couple

    moi, c’est encore autre chose, cela fait maintenant tellement longtemps
    que je n’ai plus eu de relations
    que j’ai l’impression que d’avoir désormais une sexualité en solitaire
    tellement florissante, tellement riche, tellement satisfaisante,
    m’éloigne encore plus d’éventuelles relations sexuelles avec d’autres

    mais ça c’est moi, mon cas particulier

    #33537
    bzobzo
    Participant

    Quand il pratique une fellation, en revanche, je vis une double sexualité, avec, en même temps que toutes les sensations ressenties sur mon pénis, la sensation très claire de vivre un cunnilingus. Et les plaisirs se mêlent avec délice. Mon ami, toujours surpris, adore mes réactions, beaucoup plus puissantes qu’auparavant.
    Mon clitoris et mon gland ne font qu’un, s’il caresse mon scrotum, c’est ma vulve qui s’ouvre, et mon érection vit pendant tout le processus. Mon pénis se raidit et redevient flaccide et vis-versa. C’est très étonnant et très bouleversant. J’adore.

    cela doit fonctionner aussi avec une femme, bien qu’ayant été bisexuel,
    si je reprends un jour des activités sexuelles,
    c’est d’abord avec une femme que je me vois
    et ce genre de sensations, je le sens , sont tout à fait à ma portée,
    c’est devenu tellement puissant,
    la moindre caresse durant la séance, semble répandre du plaisir partout dans mon corps
    et effectuée à n’importe quel endroit de celui-ci,
    comme un petit caillou lancé dans de l’eau
    qui va faire naître des vaguelettes qui vont s’éloigner du point d’impact

    l’impression désormais que les énergies sexuelles montent librement en moi,
    que je peux les convoquer à pleine puissance en moi,
    en quelques instants,
    cela démarre au quart de tour, tout mon corps est reprogrammé

    l’impression aussi de sans cesse jouir,
    une fois que je suis bien chauffé, quelques minutes, cela semble ne plus s’arrêter,
    une sorte de félicité orgasmique envahit toute ma chair, tout mon être
    et cela tournoie, tournoie comme un kaléidoscope, les nuances sans cesse changeant

    #33542
    SophiAirSophiAir
    Participant

    Sapho ne saurait te renier, cher @bzo ;))
    Quelles sont troubles et troublantes nos expériences. Tout se mêle pour notre plus grand plaisir.
    J’ai refait, dernièrement, quelques séances avec mes Aneros. Avant hier, avec le classique Hélix, et hier un début avec le Progasm, pour terminer avec mon fidèle Eupho. Quelles étincelles ! Des orgasmes profonds, puissants, frottements, suintements, caresses et gémissements. Hummm ! Et les répliques, toujours. J’en profite aujourd’hui, dans ma pratique ininterrompue. Qu’elles sont belles et douces ces ondes ! Comme je me sens ouverte et prête à accueillir encore et encore…

    #33544
    bzobzo
    Participant

    oui, les gens qui n’ont pas connu cela
    et à pleine puissance ou à peu près,
    ce plaisir, que je continuerai de nommer par facilité, plaisir au féminin,
    ne peuvent pas imaginer
    à quel point c’est incroyable à vivre,
    à quel point on est envahi jusqu’au fond de l’être d’une volupté et d’une félicité ineffables

    et cela nous rend lyrique, enfin moi en tout cas,
    on a envie de chanter notre bonheur, notre chance, sur les toits

    #33546
    bzobzo
    Participant

    en fait ce que nous vivons durant la séance
    et ce qui nous émerveille tant,
    c’est un changement d’identité sexuelle,
    c’est comme si on glissait dans une autre peau,
    une autre chair avec un autre spectre de sensations,
    des capacités de plaisir, des capacités à ressentir, démultipliées

    un changement d’identité sexuelle où les frontières entre le masculin et le féminin, n’existent plus,
    les énergies sexuelles montent librement, leurs flots nous envahissent,
    masculin et féminin entremêlés, comme s’ébattant

    plus d’identité sexuelle précise, définie
    fluctuante, ondulante comme une flamme,
    flamme libre, incandescence sans entraves,
    communion du masculin et du féminin en nous

    #33552
    bzobzo
    Participant

    je me sens totalement hermaphrodite durant les séances désormais,
    quelle sensation de plénitude,
    quelle sensation de communion charnelle,
    quelle sensation de communion jusqu’au fond de l’âme,
    telles ces plantes auto-fertiles qui se reproduisent toutes seules,
    je m’auto-fécond sexuellement

    je m’étreins, je m’enlace, je me caresse,
    je me pénètre, je vas et viens dans ma chair, avec ma chair, je me fais jouir,
    j’ai un sexe d’homme et un sexe de femme en moi, l’un au service de l’autre

    l’un au service de l’autre,
    tout à leur envol en totale communion ne formant plus qu’un

    j’ai senti fondre ma chair pendant de longues secondes ce soir,
    l’orgasme est arrivé lentement, irrésistiblement,
    ma chair a commencé à fondre,
    tout mon être n’était plus qu’une bouche dans l’invisible,
    un palais dans l’invisible, dégustant cette chair en train de fondre,
    cette chair fondait comme du chocolat, cette chair fondait comme du miel,
    je la sentais partout en moi qui dégoulinait lentement,
    douce, chaude, tendre, devenant de plus en plus liquide,
    il ne restait plus rien d’autre de moi pendant de longues secondes

    #33553
    bzobzo
    Participant

    je me sens totalement hermaphrodite durant les séances désormais,
    quelle sensation de plénitude,

    quelle sensation surtout de dépaysement et d’étrangeté radicales,
    moi, mec, rien de bien spécial au quotidien,
    je suis un peu comme un docteur Jeckil and mister Hyde,
    dès que je commence mes attouchements, dès que je commence mes mouvements de corps,
    dès que je me lâche, tout seul chez moi, que je fais monter toutes les énergies en moi,
    je me transforme radicalement, enfin en tout cas à l’intérieur,
    je deviens une sorte d’être hybride qui paraît avoir les deux sexes
    qui se livre à une sorte de gestuelle,
    que j’imagine, tantôt sensuelle, tantôt efféminée, tantôt juste bizarre,
    tantôt frénétique, tantôt d’une douceur et d’une lenteur extrêmes

    j’ai toujours recherché l’intensité dans ma vie, je n’ai jamais fait dans la demie mesure,
    pour le meilleur et pour le pire, j’ai beaucoup raté, beaucoup failli,
    quelques réussites tout de même,
    quand j’aimais, je fonçais, je me donnais à fond,
    j’essayais d’aller aussi loin que possible, me consacrant entièrement corps et âme à l’objet de ma passion

    il en va de même avec ma pratique,
    j’ai eu l’intuition de tout cela, je me rends compte, à un moment donné,
    j’ai eu l’intuition qu’on pouvait s’aimer, vraiment s’aimer charnellement comme si on était deux,
    qu’on pouvait se faire l’amour tout seul, vraiment le vivre dans sa chair,
    se serrer dans ses propres bras et le ressentir comme si on était quelqu’un d’autre,
    ressentir mes propres mains me caressant comme si j’étais caressé par quelqu’un d’autre
    mais aussi comme si j’étais quelqu’un d’autre qu’on caressait,
    les possibilités de jeu de miroirs sensuels dans sa chair n’ont pas de limites

    une union, éclore,
    je me sens comme une immense corolle butinée par des bourdons,
    comme ils me pénètrent de partout, comme ils me fouillent de partout
    comme le soleil chauffe ma chair,
    je me sens éclater, me disperser, me reconstituer
    au gré des vagues d’une volupté ineffable

    s’injecter de l’absolu en soi-même, par tous les moyens,
    par l’art, par la littérature, par la peinture, par la danse, par le yoga
    mais aussi par le sexe
    et donc aussi par une pratique sexuelle en solitaire de haut vol
    qui nous permet d’éveiller toutes les énergies sommeillant au fond en nous
    et il y en a une sacrée quantité, oui vraiment une sacrée quantité,

    tous les volcans peuvent se donner rendez-vous dans notre chair,
    les polariser, ces énergies émergeant en nous, déboulant en nous,
    qu’elles deviennent un pur pôle d’énergie sexuelle masculine et un pur pôle d’énergie sexuelle féminine,
    je les sens à présent en moi, tellement présents, tellement vifs, tellement éveillés, tellement irradiant
    comme deux moulins immenses tournant dans ma chair
    et mettant en mouvement une tectonique des plaques

    vivre ainsi un acte sexuel d’une richesse, d’une intensité, sans pareille, sans limites,
    il faut être sans freins, il faut être sans tabous
    et oser, oser, oser,
    dans le respect et l’admiration si on se confronte, si on se frotte, aussi à d’autres
    laisser le désir nous mener, laisser le désir s’exprimer sans limites,
    vivre ainsi en soi tout seul ou à plusieurs, une aventure magnifique

    #33554
    bzobzo
    Participant

    enfin nu comme un ver chez moi,
    toutes les fenêtres ouvertes, le gros ventilo en route,
    la canicule, pas chez moi

    enfin nu comme un ver chez moi, prêt à entrer en action,
    mon action préférée, l’action douce, l’action amoureuse,
    je ne peux pas enchanter le monde,
    le monde ne peut pas m’enchanter,
    au moins je peux enchanter mon corps, je peux me chanter la chanson ardente, la chanson rougeoyante,
    la chanson du désir qui s’envole, la chanson du désir qui atteint des sommets

    olé

    #33555
    bzobzo
    Participant

    quels moments merveilleux encore une heure et demie durant,
    qui dois-je remercier? qui dois-je loué?
    je me sens tellement reconnaissant, ma chair a tellement exulté,
    j’ai été tellement emporté comme un fétu de paille
    tellement été emporté comme un fétu de paille,
    autant dire que je ne pesais plus rien,
    absolument plus rien

    le velours, la soie, bougeaient partout en moi,
    quels moments d’extase j’ai vécus,
    de félicité ineffable dans ma chair,
    ce bonheur semble tellement complètement irréel,
    de l’irréel ancrée dans ma chair

    je me rends compte que cela fait un certain temps
    mais cela s’est beaucoup accentué ces jours,
    que mes séances sont bien plus que du plaisir sexuel,
    elles ont acquis une qualité de ressourcement,
    de régénération, de rassasiement, de tout mon être,
    du bout de mes ongles jusqu’au plus profond de mes abysses,
    en passant par mon sexe,
    mon sexe tellement heureux de participer à la fête,
    de se dépenser sans compter, de rayonner, même s’il ne crache jamais,

    de la nourriture tout en vibrations sublimes,
    j’ai la sensation d’allumer la flamme-même de la vie en moi,
    je me sens tellement incandescent,
    quelque chose de l’intensité la plus pure de la vie semble couler en moi par moments,
    cette chair est faite pour l’union,
    cette chair est faite pour la réunion,
    cette chair est faite pour la communion,
    cette chair est faite pour l’effusion, l’étreinte et l’ébat

    vivre le charnel et le sacré,
    tout en un

    #33559
    bzobzo
    Participant

    ah mes couilles chéries, vous ne me foutrez jamais la paix?

    bon, c’est de ma faute aussi un peu, je n’aurai qu’à m’habiller,
    ne plus me promener nu comme un ver chez moi,
    ce matin , ayant commencé à bricoler,
    je bouge pas mal, je me contorsionne un peu, me penche en avant, m’accroupit,
    me mets à quatre pattes sous la table,
    mes roubignolles n’arrêtent pas de se frotter à mes cuisses,
    provoquant immédiatement des décharges d’ondes délicieuses dans tout mon bassin

    du coup, je serre un peu les cuisses, vient les presser contre mes boules
    et bien vite je n’y tiens plus et m’offre une micro-séance
    et puis là bien sûr, une fois qu’on a croqué dans la pomme,
    on a envie de dévorer tout le verger

    3 petites étagères murales à mettre en place,
    2 magnifiques immenses papillons tropicaux colorés, chamarrés, merveilleux, sur deux d’entre elles
    et sur la troisième une lampe design
    et mon corps qui n’arrête pas d’interférer, qui veut que je joue avec lui,
    que je parte en vrille en lui,
    qu’ensemble on fasse un peu de vol,
    les griseries de l’altitude,
    l’air comme un fourreau frottant lascivement sur toute la peau,
    les loopings comme des plongeons soudain dans une mer de volupté

    arghh, j’arrête, j’ai du travail,
    essayer de mêler habilement plaisir et travail,
    il ne me reste plus que cela à faire

    #33560
    bzobzo
    Participant

    j’ai mangé, je suis repu,douché, revigoré, apaisé après la journée de boulot,
    comme ma peau est douce,
    je passe pour la première fois aujourd’hui la paume dessus,
    je caresse lentement ma poitrine, mes flancs,
    je suis prêt pour l’amour,
    je sens mon bassin prêt à tanguer,
    prêt à me faire tanguer

    je sens l’ivresse au fond de moi qui ne demande qu’à se déployer,
    qui ne demande qu’à m’embraser,
    comme j’aime cet amour, cette furia sensuelle
    dont j’ai développé la pratique
    et qui désormais a si merveilleusement déployé ses ailes,

    c’est mon trésor national à moi,
    mon secret, une folie douce prête à se lever dans ma chair,
    ma tendre caverne d’Ali Baba,
    comme j’aime tes trésors, comme ils affluent,
    j’aime toute cette vie secrète au fond de moi,
    cette superbe flamme que j’ai réveillée,
    comme elle se consume, comme elle me consume,
    danse à l’air libre, ma soeur,
    emporte-moi dans tes bras

    #33567
    bzobzo
    Participant

    comme j’adore la pression, les frottements de mes parties génitales contre mes cuisses,
    nu comme un ver chez moi, c’est chose courante, c’est chose quasi constante
    et fait partie de mes jeux,
    un petit flux de sensations dans le bassin où que j’aille, quoi que je fasse

    comprenez moi bien,
    je sens bien mes couilles, mon sexe se presser, se frotter contre mes cuisses
    mais en même temps les sensations sont différentes,
    tout mon bassin est envahi d’une chaleur diffuse,
    des injections de volupté dans ma chair qui semblent se dissoudre en se répandant,
    tout mon corps qui se met à frémir intérieurement,
    un grand désir qui semble faire écho de partout à ces quelques sensations délicates et délicieuses

    de la flanelle, un voile de flanelle, sous ma peau,
    juste sentir la vie dans ma chair,
    juste sentir la chaleur, du frémissement, de la vibration

    gorgé de vie, vibrant de vie,
    turgescent, on est une turgescence sur la surface de la terre,
    on est gorgé de sang,
    le désir, ces ailes, cet ascenseur,
    notre chair baigne dans l’infini du désir

    #33571
    SophiAirSophiAir
    Participant

    Hummm… @bzo, comme tu décris si bien cette sensation permanente de chaleur, de plaisir, de… Enfin, cet état de pré-orgasme permanent, l’infini désir…
    Cette turgescence quelle qu’elle soit, ce gonflement des chairs, offertes, brûlantes, accueillantes. Comme je ressens tout cela, même assis(e) derrière mon ordinateur, les collègues pas très loin… mes cuisses qui se frottent discrètement l’une à l’autre, ma vulve s’ouvre, fleurit, s’épanouit, avide dans ses profondeurs, chair pénétrée et humide.
    Communion avec toi @bzo

    #33577
    bzobzo
    Participant

    hello cher @pcommep
    ce corps est un sexe en fait, nous vivons dans un sexe en puissance endormi,
    une fois éveillé au quotidien, on est dans la bouche d’un volcan doux,
    comme on est bien, quel délicieux nid, que d’amour sensuel en nous,
    cela fait comme une patrie à cette chair,
    une sensation florissante, luxuriante, de patrie en nous

    hier soir j’étais mort de fatigue, des mois déjà que je me couche vers 2h du matin
    et me lève à 7 heures,
    hier j’étais mort, je n’ai pratiquement pas pratiqué,
    les quelques micro-séances que j’ai entamées, je me sentais sans énergie, sans force de décoller

    vers minuit, je me couche, me dis qu’avant de m’endormir,
    je vais encore tout de même essayer de m’offrir quelques sensations
    et puis là, et puis là…
    cela s’est déployé somptueusement,
    mes sensations comme un splendide papillon a déployé ses ailes,
    la fatigue n’a plus existé pendant une demie heure avant que je me décide d’arrêter

    quelle miracle de chaque instant ce plaisir,
    on est tellement envahi de fond en comble, de la tête aux pieds,
    c’est comme si on avait tout un océan Atlantique de volupté en soi,
    bougeant lentement, dansant lentement,
    c’est ineffablement bon, jouissif

    rien que d’y penser, j’en ai des frissons partout dans le corps
    et l’appel du grand large dans ma chair

    #33592
    bzobzo
    Participant

    hier soir rentré du boulot, j’ai somnolé toute la soirée,
    au boulot j’ai ingurgité des gros volumes de café pour rester éveillé

    mes séances ont été catastrophiques pour la première fois depuis des mois,
    je manquais d’influx, d’énergie mentale, peu de choses se sont passées
    (enfin par rapport à mes standards habituels)
    il est temps que je dorme un peu plus,
    cela fait des mois que je me suis habitué à aller au lit à 1h, 2h du matin
    et à me lever à 7h

    trop , c’est trop,
    hier soir a été une alerte,
    il faut que je sois un tout petit peu plus raisonnable

    #33596
    SophiAirSophiAir
    Participant

    Bon repos @bzo, prends soin de toi et lève le pied.
    Il m’arrive aussi que des soucis ou un surplus de travail me bloquent. Laisser passer, et revenir de plus belle, et plus belle ;))
    A bientôt

    #33605
    bzobzo
    Participant

    bon dieu que c’est bon,
    j’ai retrouvé tous mes super-pouvoirs,
    au gré de mes caresses, de mes contractions, de mes mouvements en mode liane lascive,
    je m’enfonçais dans de la soie mouvante,une mer de soie mouvante qui m’enveloppait,
    tout mon corps devenait comme un nid chaud, accueillant,
    je roulais comme une boule doucement,
    comme c’est bon de se laisser aller sans réserve
    dans ces sensations si voluptueuses, si douces, si feutrées

    comme j’avais faim, comme j’avais soif,
    de caresses, de lascivité dans le bassin, de frissons dans tout le corps
    cette volupté, ah cette volupté,
    en mourant j’espère que j’aurai la présence d’esprit et la force
    de faire quelques contractions, de me caresser un peu,
    cela étonnera, cela choquera, si je meurs entouré
    mais je m’en irai avec des traînées de ce nectar voluptueux en moi
    dont je ne me lasserai jamais,
    que mes cellules lapent à grands coups de langue comme de petits animaux assoiffés, à la source

    la source première, la source dernière,
    l’amour du point de vue du corps,
    alchimie, la chair qui se transcende, la chair qui s’éblouit,
    la chair qui se métamorphose en ciel où il fait bon vivre et mourir,
    l’offrande de ma viande à moi au monde,
    un ciel à hauteur d’homme, un ciel intérieur reflet de tous les mystères

    #33606
    bzobzo
    Participant

    hier soir, durant une de mes séances,
    j’ai réussi à faire quelques pas intéressants dans ma progression

    la sensation de plaisir total,
    de plaisir généré par tout le corps et ressenti dans tout le corps,
    s’est encore enrichi dans son spectre, dans sa diversification, dans sa richesse, dans sa variété

    la patience était forte, le focus était 100% sur le moindre détail,
    j’installai un flux, un élan sensuel, une complicité avec ce corps,
    je l’explorai lentement , patiemment, avec amour, avec ardeur, avec tendresse

    toute sa chair attirait mes doigts,je frottais amoureusement cette peau,
    j’en explorai inlassablement les courbes, la surface
    j’étais penché sur mon ouvrage comme un artisan patient,
    comme un danseur exécutant une chorégraphie improvisée

    en quelques secondes ainsi, la machineries s’était bien mise en route,
    je la sentais plus puissante, plus complète, que jamais,
    je me rendis compte qu’en fait, assis là dans mon fauteuil,
    mes yeux ouverts suivaient attentivement les mains, suivaient attentivement tous les mouvements du corps,
    faisaient plus en fait que suivre attentivement l’action, ils y participaient avec le regard,
    ils y participaient activement en regardant, en enveloppant dans le champ de vision,
    toute cette chair frottée, toute cette chair bougée, toute cette chair dansée lascivement,
    renforçant le jeu de miroir sensuel entre le pôle masculin et le pôle féminin s’ébattant
    et la façon dont s’est ressenti

    le regard était devenu un acteur impliqué activement dans mon plaisir aussi,
    il participait au même titre que mon bassin, au même titre que ma prostate, au même titre que mon sexe,
    je sentais sa contribution,
    je sentais du plaisir généré par la danse de mon corps dans le champ de ma vision,
    de mon sexe pressé, frotté, entre mes cuisses,
    comme si je caressais tout cela du regard aussi

    et puis l’ouïe aussi, j’en ai déjà parlé souvent mais là cela avait pris encore une autre dimension,
    mes nombreux halètements, gémissements, petits cris, participaient comme jamais avant,
    je ressentais la volupté, la sensualité, se renforcer à chaque manifestation auditive,
    je sentais mes gémissements comme provoquer une caresse en moi,
    participer au renforcement de la volupté, à chaque manifestation auditive de mon plaisir

    j’ai été bien patient, bien systématique, l’écoute était totale,
    l’ouïe et la vision se sont intégrés dans la génération des sensations comme jamais auparavant
    j’ai l’intention de continuer d’expérimenter dans cette voie,
    avec des sens dont je ne me suis pas trop servi jusqu’ici,
    comme l’odorat,
    approcher mes narines de certains parties de mon corps, humer
    et tant qu’on y est, lécher aussi, humer et lécher, mordiller peut-être,
    on va voir

    lécher cette peau, humer cette peau, mordiller cette peau

    hier soir,j’avais la sensation d’une sorte d’unité, de communion
    entre mon regard, mes doigts qui bougeaient, qui massaient
    et puis la chair de mon sein, palpée, pressée,
    ils ne semblaient plus former qu’un,
    pris dans mon champs de vision, enveloppés dans le champ de ma vision,
    comme si le regard venait les caresser,
    venait se mettre tout contre eux, les envelopper, un effet partouze,
    un acteur invisible qui cimente encore plus les chairs en contact, les membres en contact,
    les doigts semblaient plus collés que jamais à mon sein,
    celui semblait offrir un globe plus arrondi, plus appétissant que jamais à mes doigts
    grâce au regard

    #33607
    bzobzo
    Participant

    ce que j’écris juste au-dessus , est valable uniquement pour mes micro-séances hors du lit,
    ces micro-séances sont comme des moments-laboratoires très intenses

    au lit, c’est différent, c’est une sorte de danse entièrement menée par mon corps,
    volupté, félicité de chaque instant et extases sont les maîtres-mots,
    je me laisse entièrement faire, je me laisse manipuler,
    je les laisse faire, je suis leur chose, je n’interviens pour ainsi-dire pas

    #33609
    bzobzo
    Participant

    effectué ma première micro-séance de la journée,
    dimanche pluvieux et froid à Bruxelles, aucune envie de sortir,
    juste envie de paresser, de bricoler un peu et puis de m’envoyer en l’air

    superbe première micro-séance,
    j’arrive en quelques secondes à un tel degré d’intensité et d’abandon

    dans mon siège devant l’ordinateur,
    j’ai commencé comme d’habitude,
    à me mettre en mode liane lascive tout en me caressant la poitrine, les flancs,
    et en effectuant quelques lentes contractions,
    en plus ce que j’ai mis au point hier,
    je buvais tout cela du regard,
    celui-ci semblait venir caresser mes mains frottant, mes mains pressant la chair,
    les enveloppant dans son faisceau,
    ajoutant son petit quelque chose à la volupté de la situation, l’enrichissant toujours plus

    et puis aussi l’ouïe,
    je bois aussi attentivement désormais mes gémissement, mes cris,
    je suis quelqu’un de très vocal,
    toutes ces manifestations auditives de mon plaisir,
    ils viennent aussi désormais alimenter la sensualité croissant

    il y a quelque chose comme d’un circuit autonome qui s’alimente lui-même,
    la vision de mes mains caressant, la vision de mon bassin bougeant langoureusement,
    la vision de tout ce corps habité par le plaisir,
    alimente mon excitation,
    du coup l’intensité dans mes mains , mon bassin , mon corps, augmente,
    cela tourne tout seul,
    il n’y a plus rien à faire qu’à se laisser aller,
    il n’y a plus rien d’autre à faire qu’à se laisser bouger par le désir
    et à râler et à gémir,
    et à râler et à gémir de plus en plus,
    ce qui alimente aussi mon excitation par l’ouïe,
    c’est devenu un cercle vicieux magnifique

    j’ai terminé ces deux, trois minutes, complètement de travers dans mon siège,
    les jambes en l’air, le corps totalement abandonné,
    trois doigts enfoncés dans mon anus-pussy, hurlant,
    brûlant, incandescent, implosant,
    cette incroyable intensité à laquelle je parviens en quelques minutes,
    quelle montée vertigineuse, faut s’accrocher,
    la chair décolle, la chair s’arrache à la pesanteur,
    comme c’est bon, bon dieu de bon dieu, comme c’est bon,
    de miel et de feu,
    un volcan crachant du miel et du feu

20 sujets de 221 à 240 (sur un total de 739)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.