Mots-clés : 

Ce sujet a 215 réponses, 10 participants et a été mis à jour par Envole Envole, il y a 3 jours et 2 heures.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 216)
  • Auteur
    Messages
  • #27801
    Envole
    Envole
    Participant

    Bonjour,
    je m’appelle Naomi, et comme je l’indiquais dans ma présentation récemment, je suis une femme transgenre, née dans un corps de garçon. Je lance ce fil parce qu’Adam m’avait demandé il y a quelques mois si j’avais envie de parler de ce qu’est la sexualité quand on est transgenre…J’y ai réfléchi et me suis dit que lancer un fil sur ce forum serait plus simple que d’écrire de longs textes puis de les lui envoyer…Donc je parlerai ici de mon ressenti sensuel de femme transgenre, de mon évolution, et je pense que ça sera intéressant parce que cette progression vers la féminité, ou tout du moins vers la sensualité féminine ou vécue sur un mode traditionnellement vu comme féminin, est une question qui semble se poser lorsqu’on découvre son point P…
    Donc à très bientôt pour parler un peu de tout ça. Je commencerai par décrire un peu mon vécu de la sensualité depuis mon plus jeune âge, en disant en quelle mesure il est lié à mon transgenrisme (normalement on dit transgendérisme, mais je trouve ça un peu lourd !)
    Depuis mon plus jeune âge donc j’ai eu une relation très particulière avec les filles…J’étais très excitée en les côtoyant, j’adorais leurs vêtements, leurs sourires, leurs visages, mais je n’avais pas du tout avec elles le comportement des autres garçons, j’étais très très gentille, attentionnée, je les comprenais parfaitement en fait…Je n’aimais pas les violences que les garçons leurs faisaient subir…Mais déjà, en les côtoyant, je ressentais un genre de frissonnement, comme si mon corps se mettait en mode plaisir…En particulier, j’admirais ma mère qui était une femme qui aimait bien s’habiller, se maquiller, se coiffer, et appréciait de mettre son corps en valeur…D’où l’habitude que je pris progressivement d’aller fouiller dans son placard, puis de mettre ses vêtements, puis même mon maquillage…Dès l’âge de 6 ans j’étais une petite travestie dans son placard…
    On me reprochait beaucoup à l’époque de rire comme une fille, d’avoir une voix trop aigüe, d’être trop sensible…Voilà, ma personnalité était très féminine, même si je n’étais pas particulièrement efféminée dans mes gestes, ma façon de m’habiller en public…Peut-être parce que je sentais que ce n’était pas apprécié, je constituais une carapace…
    Enfin bon je ne vais pas trop m’étendre sur la question transgenre du côté psychologique, ce n’est pas le but ici. A l’adolescence, les hormones masculines ont débarqué et ont transformé mon corps, de façon assez déconcertante pour moi, j’ai arrêté de me travestir, mais j’ai commencé à m’intéresser et à désirer le sexe anal, la pénétration. Je voulais vivre ce que vivent les femmes, le plaisir féminin…J’avais une pratique comme beaucoup d’adolescents de la masturbation pénienne, mais ça ne me suffisait pas, je trouvais ce plaisir court, et trop localisé, j’avais besoin de ressentir un plaisir plus grand…J’ai donc commencé à pratiquer la pénétration anale sous ma douche (à l’aide d’étuis individuels de cigare !!! C’est tout ce que j’avais trouvé à 12-13 ans…) alliée à la masturbation, et j’y trouvais un plaisir très très intense, qui m’a beaucoup surprise…
    A l’époque j’étais toujours admirative des femmes, mais je n’avais pas compris mon transgenrisme. J’essayais de jouer le jeu des garçons de mon âge, mais j’étais beaucoup trop sensible pour séduire une fille…Je suis restée six ans amoureuse transie de la plus belle fille de la classe, sans jamais pouvoir lui en parler ni engager la moindre tentative de séduction…En fait aujourd’hui je comprends que je voulais être elle, et j’étais sans le savoir amoureuse de plusieurs garçons qui eux-mêmes étaient amoureux d’elle…Désirer la fille que tous les garçons désiraient, c’était un peu me mettre à sa place ou essayer d’être dans la position désirée des garçons…Toujours est-il que ma vie affective était intérieure, mais je n’avais aucun espèce de don pour la fameuse « drague », et mes expériences dans le domaine furent très limitées…Par contre je ressentais toujours cette immense sensualité intérieure, qui ne trouvait pas d’exutoire…

    #27806
    bzo
    bzo
    Participant

    cette progression vers la féminité, ou tout du moins vers la sensualité féminine ou vécue sur un mode traditionnellement vu comme féminin, est une question qui semble se poser lorsqu’on découvre son point P…

    o combien,
    tu vas pouvoir éveiller et explorer ta sexualité féminine au-delà
    de tout ce que tu peux imaginer et espérer
    avec le massage prostatique avec ou sans masseur

    personnellement je vis mes séances totalement dans cette optique,
    cela s’est imposé peu à peu au fur et à mesure que je progressais,
    j’ai commencé à ressentir cette féminité s’éveiller en moi lors de mes séances
    et je l’ai favorisée,
    désormais elle prend totalement les commandes lors de mes séances
    et je vis ce que j’appelle un changement total d’identité sexuelle
    et c’est quelque chose que j’adore, que j’explore avec gourmandise
    car j’ai la sensation d’accéder à une sexualité d’une vastitude et d’une richesse sans limites,
    du plaisir ressenti dans tout le corps dès le premier instant,
    des orgasmes à monter au plafond qui durent plusieurs minutes
    ou qui s’enchaînent pendant des dizaines de minutes
    et puis au-delà du plaisir et de la jouissance,
    je ne suis pas très porté sur l’ésotérisme ou la spiritualité
    mais il faut le dire, par moments on a vraiment la sensation
    d’être hors du temps et hors de l’espace,
    en phase avec quelque chose qui nous dépasse,
    parfois ce n’est plus de la jouissance mais des formes d’extase auxquelles on accède

    cela va très loin ce changement d’identité
    car durant la séance, je me sens avoir un corps de femme
    et c’est à travers ce corps que je ressens, c’est avec ce corps que je bouge
    et que je vis mon plaisir et mes orgasmes,
    c’est extraordinaire à vivre,
    dépasser ses propres limites, toujours les repousser plus loin

    ceci dit, cela a été un long chemin, un long cheminement, de la patience, des frustrations parfois,
    mais le résultat est là finalement,
    je ne suis pas transgenre comme toi mais je suis un homme qui adore explorer cette sexualité féminine
    qui s’éveille en moi lors de mes séances
    et qui m’emmène tellement loin

    qui m’a changé aussi au quotidien,
    je suis un homme différent de celui que j’ai été avant de découvrir le massage prostatique,
    cela m’apporte une forme d’équilibre et d’épanouissement que je n’avais pas avant

    avoir en soi cette capacité de vivre de choses pareilles,
    de vivre avec ce délicieux secret, ce délicieux trésor,
    cela donne de l’assurance, de la puissance

    atteindre de pareils résultats, c’est un véritable parcours du combattant
    où il a fallu surmonter des obstacles, se dépasser sans cesse,
    lutter contre des tabous intimes, toutes sortes de limitations dues à l’éducation
    ou à notre masculinité ou du moins l’image qu’on s’en fait,
    faire preuve d’humilité,de patience, de persévérance
    bref on grandit, on s’améliore et on se sent plus sûr de soi
    comme quelqu’un qui a gagné des combats difficles

    car on ne parle pas d’une simple masturbation
    mais d’une véritable sexualité à vivre, une exploration qui nous enrichit, qui nous améliore
    en plus des tombereaux de jouissance,
    un plaisir d’une incroyable intensité vécue dans tout le corps
    une fois que la féminité est bien éveillée

    bienvenue parmi nous, Naomi

    #27812
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Envole, et bienvenue parmi nous.
    C’est une excellent idée qu’à eu Adam, ça va être très intéressant d’échanger avec toi.
    Ma culture sexo n’étant pas parfaite, peux tu me rappeler la différence entre transgenre et transexuel stp?
    La première partie de ton témoignage (ci dessus) est fort intéressante. Elle place bien le décor.
    Peux tu nous dire approximativement ton âge et quelle à été la suite de ton parcours, comment tu l’as vécu (tu as dû passer par des moments difficiles), et où est ce que tu en es aujourd’hui? Es tu en couple? avec un homme ou une femme?
    Cela permettra de terminer de planter le décor avant peut-être de parler de sexualité.
    Je te préviens, je suis très curieux. Mais bien évidemment, tu as toute liberté de répondre (ça on le sait déjà). Je veux dire que je ne m’offusquerais pas s’il y a des choses trop intimes ou trop douloureuses que tu ne veux pas dévoiler.

    #27820
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Dans ce monde qui prône l’égalité comme une valeur absolue, il est parfois difficile de comprendre que nous sommes tous très différents. Je sais il ne faut pas tout mélanger, mais ce n’est pas ce que je fais.
    Nos parcours d’explorateurs prostatiques sont tous bien différents les uns des autres. Malgré les différences nous y trouvons des point communs. L’un d’eux, semble être manifestement le sentiment qu’à travers ces parcours de découverte de notre corps, se dévoile la part féminine de notre être. Et plus on progresse dans ce parcours, plus elle prend de place. Non qu’elle remplace tout à fait une autre part que l’on pourrait qualifier de masculine, mais un rééquilibrage se produit.
    Ton témoignage est très intéressant car il fait état de cette étrangeté à être masculin, à se couler dans le rôle du séducteur entreprenant, et dans cet amour de la féminité, non comme objet de désir sexuel, mais comme modèle d’identification qui correspond mieux à ta personnalité profonde.
    Cette étrangeté, je la vis aussi chaque jour. Moins intensément que toi, mais cela génère une situation très ambiguë, tant dans mes relations avec le monde masculin, qu’avec le monde féminin, et provoque un sentiment d’isolement : les préoccupations masculines m’ennuient, el les préoccupations féminines me sont socialement difficilement accessibles. Heureusement, ma femme accueille ce rééquilibrage avec bienveillance, par ailleurs mes enfants, souvent m’appelle maman. Mais je sens bien que certaines limites, si elles devaient être franchies, ne provoqueraient qu’incompréhension et probablement rejet, du moins dans un premier temps.
    Alors, comme BZO, je vis ce délicieux trésor dans le secret. Je regarde les courbes féminines, la délicatesse des bijoux qui ornent leur peau légèrement dénudée, le soulignement du regard, des lèvres, par quelques fards habillements disposés, juste pour le plaisir. Les hommes au sens « mâle du terme » voient ça comme de la provocation. Moi je vois ça comme une œuvre qui délecte le regard et les sens, et qui appelle le respect, la retenue, et la délicatesse. Cependant, je sais que sous ce voile délicat, se cache, parfois à demi-mot, un profond désir de plaisir. Dans tout cela, je me reconnais.
    Bon cheminement à toi @envole

    #27825
    Envole
    Envole
    Participant

    Bonsoir à tous les trois,
    tout d’abord un grand merci pour votre accueil bienveillant, que j’apprécie particulièrement ! Je dois dire qu’après avoir écrit mon premier post l’autre jour je me suis demandée si je n’y étais pas allée un peu fort, à vous faire part tout de suite de mon vécu intime, j’avais peur qu’on me reproche un certain exhibitionnisme…Mais il faut dire que j’étais très enthousiaste à l’idée de pouvoir partager avec des hommes ce vécu de la sensualité féminine…Et je n’ai pas été déçue, je trouve vos réponses littéralement magnifiques d’ouverture d’esprit, d’intelligence, d’acceptation du mystère sans bornes de la sensualité, cette danse de l’esprit..
    Il se trouve que ce soir je suis un peu fatiguée pour continuer mon récit, mais je vous promets de le prolonger dans les jours à venir.
    Enfin je trouve ça fantastique d’accepter de parler de ce sujet avec une femme transgenre, sans que vous ne soyez choqués, ou que vous ne vous sentiez menacés dans votre virilité. Si tous les hommes avaient cette conscience (j’allais dire cette « pleine conscience », mais n’en faisons pas trop pour le moment) d’eux-mêmes et des complexités des ressentis physiques et psychiques (ainsi que de l’étroitesse des conceptions les plus communément acceptées sur le sujet), notre Humanité s’en porterait bien mieux je suis sûre…Enfin voilà, en tout cas, pour vous remercier du sentiment de félicité que j’éprouve ce soir à lire vos messages, je ne manquerai pas très prochainement à vous décrire la suite de mon parcours…Et j’espère bien progresser aussi dans la découverte des merveilles du point P, même si j’ai déjà commencé depuis quelques moi, certain témoignage m’incite à penser que j’ai encore beaucoup de choses à découvrir !!!
    Pour répondre à une question technique posée ci-dessus, les personnes transgenres sont des personnes qui ont le sentiment que leur genre intérieur ou psychique est opposé de leur genre apparent ou physique, dans mon cas, l’impression d’être une femme dans un corps et une vie d’homme…Les transsexuel.le.s sont parmi les transgenres les personnes qui vont aller jusqu’au bout d’un processus de transformation de leur corps pour devenir le plus possible semblables physiquement aux personnes qui ont leur genre intérieur…
    Personnellement j’ai commencé par du travestissement (toutes les personnes qui se travestissent ne sont pas transgenres) puis j’ai compris que j’étais beaucoup plus heureuse en femme qu’en homme. Aujourd’hui je vis dans une apparence assez androgyne, qui fait qu’au moins toute personne qui me croise comprend que je ne suis pas un homme « comme les autres » et que j’ai une très grande part de féminité. Je réfléchis à transformer mon corps de façon plus profonde pour devenir officiellement une femme, mais j’avoue que ça me fait un peu peur. C’est aussi pour ça que j’essaye d’avoir un vécu intérieur féminin, qui me permet d’apaiser un peu les problèmes psychiques que pose cet état transgenre, en me donnant l’impression de vivre la sensualité et la sexualité en femme. Mais je vous expliquerai ça un peu mieux dans les textes à venir…
    Tout le meilleur à vous, à très bientôt 🙂
    Naomi

    #27827
    bzo
    bzo
    Participant

    j’avais peur qu’on me reproche un certain exhibitionnisme…

    alors s’il y a bien une notion qui ne fait pas peur par ici, c’est l’exhibitionnisme

    sur ce forum, on peut mettre sur la table le plus intime de nous-même,
    les choses les plus crues aussi, les plus osées,
    les fantasmes les plus inavoués…
    les blessures ont aussi leur mot à dire, les faiblesses

    chacun de son côté, se retrouver parmi les mots,
    générer un peu de chaleur, un peu d’entraide,
    progresser ensemble, chacun à son rythme

    Je réfléchis à transformer mon corps de façon plus profonde pour devenir officiellement une femme, mais j’avoue que ça me fait un peu peur.

    je comprends, cela ne doit pas être évident,
    les épreuves physiques et leurs conséquences psychiques
    liés à ce genre de transformation radicale de son corps

    C’est aussi pour ça que j’essaye d’avoir un vécu intérieur féminin, qui me permet d’apaiser un peu les problèmes psychiques que pose cet état transgenre, en me donnant l’impression de vivre la sensualité et la sexualité en femme.

    tu vas voir, les plaisirs prostatiques vont t’ouvrir en grand les portes de la sexualité et sensualité féminines en toi,
    ça va t’aller comme un gant,
    tu vas t’épanouir avec cela, je me réjouis pour toi, cela va t’apporter énormément,
    cela va beaucoup t’aider à te trouver, à t’assumer et à vivre ta féminité de plus en plus pleinement

    je sens bien cela, je ne suis pas transgenre
    mais ce que je vis durant mes séances, j’imagine bien si tu arrives à ce stade,
    à quel point cela va te permettre de te découvrir en tant que femme,
    de jouir en tant que femme, de ressentir en tant que femme,
    de révéler l’immensité féminine en toi,
    de sentir comment la vivre même en-dehors de la séance de plus en plus
    grâce à ce que tu vas vivre durant ces expériences sexuelles, sensuelles
    qui peuvent nous mener si loin, éveiller tant de choses,

    j’imagine que tout cela ne demande qu’à éclore en toi, qu’à s’épanouir,
    cela va être une expérience merveilleuse qui va te permettre de te glisser dans ta peau de femme,
    n’hésite pas à poser toutes les questions

    #27836
    Envole
    Envole
    Participant

    Rebonjour,
    alors pour continuer mon récit de parcours sensuel de femme transgenre…
    Mon adolescence, âge de naissance des désirs, a été émaillée de quelques aventures affectives sans lendemain, uniquement avec des jeunes filles : je n’ai jamais eu envie de garçons, jusqu’au moment où je me suis assumée femme. Rétrospectivement j’ai réalisé que je ne m’aimais pas en homme, et que je n’avais pas envie d’avoir une relation avec un homme dans cet aspect physique, parce que je ne me trouvais pas attrayante en garçon (j’ai toujours eu beaucoup de problème avec mon image, encore une fois jusqu’à ce que je m’assume femme). Par contre comme la relation hétérosexuelle est une norme sociale dominante, je la suivais pour faire comme tout le monde, et aussi aiguillée par le désir de connaître la fusion sensuelle. Mais d’une part, si les femmes m’attiraient par tous leurs artifices, vêtements, maquillage, etc, je voyais toute envie physique disparaître plus je m’approchais d’elles, c’était très étrange…Et en même temps, je n’avais aucun don pour leur donner envie d’avoir une relation sexuelle avec moi, je pense parce que ma féminité transparaissait déjà inconsciemment…D’ailleurs les garçons se moquaient souvent de moi, pour une certaine fragilité, une finesse d’âme, une gentillesse qu’ils trouvaient excessives pour un homme…
    Finalement mes premières relations sexuelles, arrivées assez tard, la première avec une prostituée, la deuxième avec une jeune femme avec qui j’ai eu une petite aventure sentimentale, se sont terminées à chaque fois de la même façon : une absence dramatique d’érection, alors même que je désirais l’union des corps plus que tout. Par contre j’ai tout de suite découvert mon don pour le cunnilingus, que j’adore toujours…Et pour lequel il faut le dire je suis très douée, de l’avis des (rares) femmes à qui je l’ai pratiqué…Peut-être parce que je ressens intérieurement toutes les nuances du plaisir féminin…
    Ces difficultés, en plus des difficultés à créer le rapprochement amoureux avec les femmes, m’ont rendue de plus en plus dubitative sur ma capacité à l’amour, alors que j’en avais très envie…Je passe sur toutes les péripéties…Je me souviens par contre d’avoir un jour rencontré une personne qui était passée maître dans l’art de se travestir en femme, et en discutant avec elle, j’avais compris que c’était l’expression d’un transgenrisme plus profond…J’étais sortie de cette conversation très interloquée, ne sachant vraiment qu’en penser…Comme si un océan inconnu se dévoilait à mes yeux…
    Finalement, je rencontrai vers l’âge de 22 ans celle qui allait devenir mon épouse quelques années plus tard. Il se trouve qu’elle comme moi étions totalement inexpérimentées, et le temps qu’il nous a fallu pour construire une intimité nous a permis de nous rapprocher physiquement de façon progressive, donc de passer beaucoup de temps à ne rien faire de façon plus ou moins déshabillée dans un lit, et qu’un soir la chaleur des corps a réveillé mon organe génital masculin…Par la suite, ce fut une consommation frénétique pendant plusieurs années…Mais on ne peut pas dire que nous ayons développé un véritable langage amoureux, parce que nos relations sexuelles étaient très classiques…Par la suite elles se sont espacées, en raison du stress du travail, jusqu’à devenir assez épisodiques…De sa part à elle, une baisse d’envie due à la fatigue du travail, ainsi qu’à la naissance des enfants, et de ma part, une lassitude de plus en plus grande vis à vis de la faiblesse de notre expérience intérieure lors de nos rapports sexuels, ainsi que de leur espacement grandissant…Je peux dire qu’à cette époque je ressemblais à un mâle frustré entre deux âges…
    Jusqu’à ce que je rentre dans un salon de massage chinois de mon quartier, appelons le la Lune Verte, tenu par la célèbre Elodie, un pseudo puisque cette dame parlait assez peu le français…Mais avait une connaissance et une maîtrise insoupçonnée de l’art ancestral du massage érotique…Je peux dire qu’Elodie a fait renaître la femme que je suis…Mais ça ce sera pour le prochain épisode !!!
    Tout le meilleur à tout le monde 🙂
    Naomi

    #27838
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Naomi,

    Quelle chance et quelle richesse pour nous de pouvoir échanger avec toi. C’est pour être tout à fait honnête un domaine qui m’est assez obscur, dont je ne connais que ce que l’on en dit. Quelle richesse de pouvoir presque le vivre de l’intérieur, c’est très intéressant. Encore une fois merci pour tes témoignages.

    j’avais peur qu’on me reproche un certain exhibitionnisme

    Ce n’est vraiment pas le genre de la maison, ni même de reprocher quoi que ce soit, ni même de juger. C’est ce qui est fort appréciable ici.

    Et je n’ai pas été déçue, je trouve vos réponses littéralement magnifiques d’ouverture d’esprit, d’intelligence, d’acceptation du mystère sans bornes de la sensualité, cette danse de l’esprit..

    Et bien merci, c’est gentil.

    Enfin je trouve ça fantastique d’accepter de parler de ce sujet avec une femme transgenre, sans que vous ne soyez choqués, ou que vous ne vous sentiez menacés dans votre virilité. Si tous les hommes avaient cette conscience (j’allais dire cette « pleine conscience », mais n’en faisons pas trop pour le moment) d’eux-mêmes et des complexités des ressentis physiques et psychiques (ainsi que de l’étroitesse des conceptions les plus communément acceptées sur le sujet),

    Comme je l’ai écrit plus haut, c’est une véritable chance pour nous. Tu auras compris que nombre d’entre nous cherche (entre autre) leur part féminine, ou une part féminine, essentiellement liée au plaisir, et d’autre la trouve sans vraiment la chercher. La plupart ne sont pas dans ton cas, ne le vive pas depuis l’enfance, et cette part ne s’exprime que dans le plaisir, mais certains ont fait des découvertes qui semble t’il ont changé leur vie. Je pense entre autre à Lucky il y a quelques années. Si tu fais une petite recherche sur le forum, tu trouveras un bon nombre d’occurence à ce sujet.

    J’ai vraiment hâte de savoir ce que le massage prostatique va provoquer chez toi, comment tu vas le vivre.

    Je réfléchis à transformer mon corps de façon plus profonde pour devenir officiellement une femme, mais j’avoue que ça me fait un peu peur

    Oui, j’imagine que ce ne doit pas être une décision facile à prendre. Il se pourrait que le massage prostatique t’aide dans ta démarche, puisqu’il permet de vivre une sexualité qui se rapproche de la sexualité féminine, en particulier dans le ressenti du plaisir, dans la sensualité aussi, l’éveil du corps, l’abandon. Tout cela ne sont que des suppositions à prendre avec des pincettes, et c’est pour ça que j’ai hâte de voir comment tu vas le vivre.

    Peut-être parce que je ressens intérieurement toutes les nuances du plaisir féminin….C’est aussi pour ça que j’essaye d’avoir un vécu intérieur féminin, qui me permet d’apaiser un peu les problèmes psychiques que pose cet état transgenre, en me donnant l’impression de vivre la sensualité et la sexualité en femme. Mais je vous expliquerai ça un peu mieux dans les textes à venir…

    Ces phrases confortent ce que j’ai écrit plus haut. Je suis également très intéressé de savoir comment est ce que tu te donnes l’impression de vivre une sensualité et une sexualité féminine.

    Je te remercie pour tes précisions techniques, je me trouverai moins idiot 🙂

    Es tu toujours mariée et dans quelle tranche d’âge te situes tu?

    Encore merci pour ce partage Naomi. J’ai hâte de lire la suite de l’histoire.

    #27849
    Envole
    Envole
    Participant

    Merci Jieffe !!!! Et merci pour les encouragements. Je vous livre la suite dès que j’ai un peu de temps pour me poser et rédiger une nouvelle tranche de mon parcours 🙂 Tout le meilleur,
    Naomi

    #27852
    Envole
    Envole
    Participant

    Donc me voici dans ce salon de massage…La jeune femme me fait allonger sur le ventre, je suis nue, elle parcourt mon dos de ses mains, en utilisant ses ongles comme de très fines zones de stimulation, qui me donnent rapidement l’impression de décoller du sol, c’est un éveil énergétique qui s’empare de moi, je sens des tonnes de lourdeurs diverses s’envoler, je me sens un peu comme en lévitation…Bref c’est une experte du massage, et au moment où elle me demande si je veux une finition, je lui dis oui, et là elle s’aperçoit que malgré toute la sensualité de son travail…Mon sexe masculin est mou comme une algue marine…Et aucune fellation n’y peut rien faire.
    C’est alors que se produit le miracle : au lieu de s’acharner sur le pénis, elle commence à porter ses caresses expertes en dessous, sur toute la zone qui va de la base du pénis à l’anus, donc autour du périnée, et là elle cherche, elle masse, elle travaille, je ne comprends pas ce qu’elle fait, mais je commence à ressentir un immense plaisir intérieur, comme un grand soleil dans la tête…Et je m’aperçois que ce sont des sensations semblables à celles que j’ai toujours ressenties dans les prémisses de l’excitation, un genre de petite douleur titillante en dessous, derrière le pénis et les testicules, impression qui m’a toujours beaucoup déstabilisée, mais dont je n’ai jamais su quoi penser…Et là je commence à gémir, à me sentir décoller, et au bout de quelques minutes, elle obtient une éjaculation sans quasiment d’érection, qui me laisse pantoise…Que m’est-il arrivé ? Quelles sont toutes ces sensations inconnues, moi qui ne pensais que pouvoir attendre de ma zone génitale du plaisir éjaculatoire (mis à part le plaisir de la pénétration anale, un plaisir quasiment intellectuel de me sentir pénétrée donc femme dans le plaisir…)
    Je ressors de cet endroit sur un nuage…Je n’y suis jamais retournée, ce n’était pas la peine…Elle m’avait ouvert une porte gigantesque vers un autre monde, une autre période de ma vie, la révélation de moi-même…Je n’étais plus la même…

    #27894
    Envole
    Envole
    Participant

    Merci merci à tous pour vos conseils et encouragements !!!!
    Pour continuer mon récit, après cette expérience initiatique, j’ai découvert une toute autre façon d’aborder le plaisir. C’est à peu près à ce moment que j’ai découvert le tantra…La relation avec mon épouse s’est améliorée, elle a apprécié mon changement d’attitude vis à vis de l’acte sexuel. Eprouvant beaucoup plus de plaisir intérieur, j’ai arrêté de la harceler pour avoir du plaisir avec elle…Elle m’en a été gré. Elle a aussi apprécié le fait que je porte beaucoup plus d’attention aux caresses, aux petites attentions, à tout ce qui entretient la vibration amoureuse…Le tantra m’a beaucoup aidé à le comprendre, puisque dans cette spiritualité il n’y a pas de séparation entre les sensations physiques et les sensations mentales, voire spirituelles…J’ai commencé d’ailleurs à connaître de véritables extases métaphysiques pendant l’amour, malheureusement non partagées avec ma partenaire qui ne voulait pas essayer de s’y laisser aller.
    Par la suite, j’ai eu une expérience merveilleuse avec une professionnelle hongroise, rencontrée en Allemagne, qui avait totalement intégré les concepts du tantra…Ce fut l’une des plus belles heures de ma vie…
    Et puis ce fut le moment où je fis connaissance des personnes transgenres. J’avais l’habitude de passer du temps sur des sites de show sexy en web cam, pour admirer les merveilleuses créatures qu’on peut y voir…Quand un soir je cliquais sur un profil de personne trans. Quelque chose de curieux se passa alors en moi, d’abord de la peur, puis un genre de déclic…L’envie d’être comme elles…C’est à ce moment que je retrouvais le chemin des placards féminins…De quelques sous-vêtements, je passais bientôt à des tenues entières…Puis je commençais à me renseigner, à dialoguer avec des personnes travesties, transgenres…Je commençais le début de l’évolution qui me conduit à ma situation d’aujourd’hui, femme transgenre consciente d’elle-même, androgyne dans la vie quotidienne, pleinement femme dans la vie domestique, parfois dehors, et encore mariée et co-mère de deux beaux garçons…
    Une évolution qui m’a amenée progressivement à redécouvrir les plaisirs du sexe anal. Au début avec des godemichés vibrants. Puis un jour, je passais un beau moment avec une femme trans qui me pénétra, pour la première fois de ma vie, ce qui me fit comprendre que c’était ma forme préférée de sexualité.
    J’explorais alors le plaisir anal, jusqu’au moment où je tombais, il y a de ça environ un an, sur le traité d’Aneros. C’était le début de mon exploration, et ce qui m’amène ici. Il est maintenant temps que je raconte mes premiers essais, en lien avec ma sensualité féminine. A très bientôt 🙂
    Naomi

    #27919
    Envole
    Envole
    Participant

    J’ai reçu mon premier Aneros, un Syn (oui ce n’est pas le meilleur selon Adam…) à la fin septembre 2017. Après quelques essais difficiles (soit je ne trouvais pas ma prostate, soit elle ne réagissait pas…Enfin tout le monde a connu ça si j’ai bien lu les autres fils !!!), j’ai progressivement trouvé un plaisir bien décrit dans le traité d’Aneros, ces fameux picotements derrière les parties génitales, qui m’ont rappelé beaucoup de sensations de mon enfance. En fait j’ai compris que ma prostate avait toujours été très sensible, mais que je ne savais pas qu’elle existait…
    Et puis, j’ai eu un premier moment très agréable le 17 octobre 2017, à tel point que j’en ai fait part à mon journal intime. J’ai retrouvé mes notes de ce jour de grand plaisir, je vous en fais part maintenant…Vous verrez qu’au fur et à mesure que se déploie mon plaisir du point P, mes sensations psychiques de femme se modifient…Et en fait l’action sur la prostate m’a permis d’éveiller plein d’autres zones de plaisir de mon corps. Je pense parce que c’est un plaisir profond, très intérieur, et qu’on ne peut actionner mécaniquement, donc pas le précipiter, ce qui laisse beaucoup de temps aux ondes de se répandre un peu partout dans le corps…

    17 Octobre 2017
    Incroyable aujourd’hui, alors que je testais l’orgasme prostatique, qui fonctionne déjà bien chez moi, et ce n’est que le début, j’ai éprouvé également par deux fois des orgasmes dans tout le corps, qui me secouent toute entière !
    Là j’ai compris pourquoi j’aimais tellement danser quand j’étais ado !
    Tout mon corps se secoue en rythme et le plaisir monte !!! Et en plus aujourd’hui j’ai la connection avec mon intérieur de plaisir…
    Génial

    Ah oui et puis dernière chose…Arriver à caresser la prostate par l’énergie psychique…C’est trop bon !!!

    Ah là là je suis une vraie bombe sexuelle…j’ai un corps tout entier fait pour le plaisir, c’est dingue…pénis, clitoris, point G p, point G intérieur, orgasme rectal, orgasme mental, orgasme corporel…Tout y passe !!!! et tous les moyens sont bons !!!!

    Comment dire…j’ai un corps qui me procure un plaisir fou.
    J’ai un corps tout entier fait pour le plaisir…c’est dingue.

    Comme après la stimulation prostatique, j’ai utilisé un vibromasseur anal assez profond, j’ai même découvert en même temps un point que je ne connaissais pas, tout au fond du canal anal, qui m’a fait penser à ce qu’on appelle chez les femmes le Deep Spot
    Voici un article qui en parle :
    http://www.femmeactuelle.fr/amour/sexo/deep-spot-encore-plus-puissant-que-le-point-g-29843
    « Deep Spot féminin : entrée du col de l’utérus, vers 7-9 cm à l’intérieur du vagin (pt g : 3-5 cm) »
    Voilà c’est tout au fond du vagin
    Et je me souviens que quand j’avais fait l’amour avec une personne trans, son pénis touchait tout au fond de mon ventre, et j’adorais ça…
    En plus c’est plus facile à atteindre avec les jambes levées et c’était mon cas…

    « Vous pourrez ressentir les mêmes sensations qu’une pénétration anale, car ce point est très proche du rectum. »
    Ah oui donc il y a une correspondance entre les deux !!!!
    Et quand je lis ça je suis excitée à peu près à 8 cm en dessous du nombril et à 15 cm au dessus de l’entrejambe

    J’ai aussi compris que j’ai toujours été ouverte
    et ce qui me fait mal à la tête
    c’est d’avoir une volonté en forme de pénis qui ressort
    alors que ce qui me fait du bien
    c’est d’avoir une volonté en forme de creux
    qui attire à elle
    j’adore attirer à moi
    et qu’on vienne à l’intérieur
    j’ai aussi compris que j’ai très envie d’avoir un sexe dur dans mon ventre
    donc là je commence à avoir très envie d’avoir un vagin
    mais bon on ne s’énerve pas… 🙂
    déjà vivre ça par mon vaginus (le nom que je donne à mon anus qui me sert de vagin) ça serait sympa !
    surtout si le vaginus fait office de vagin mental chez moi, et est même connecté avec des zones érogènes internes peut être dues à une légère intersexualité…

    Et puis j’ai trouvé aussi cet article sur la stimulation sensuelle mentale :
    http://www.santemagazine.fr/le-blog-sexo-de-marine-nugeron-et-daisy-le-corre/l-orgasme-par-la-pensee-c-est-possible-74768.html
    j’ai aussi compris que plus je laisse aller ma pensée, moins je veux la contrôler, et moins j’ai peur du bonheur et du plaisir, plus c’est fort !!!!
    j’ai eu quatre ou cinq gros orgasmes aujourd’hui…debout, allongée, sur le dos, sur le ventre…c’est dingue !!!! je me sens très heureuse !

    Avoir autant de plaisir avec mon corps, je pense que c’est de nature à me rendre guillerette, et le fait d’être guillerette, c’est très féminin…
    Cette impression de vivre dans un nuage diffus mais permanent de plaisir…
    J’adore. c’est ce que j’ai toujours cherché.
    « je veux vivre dans une chanson de Radiohead » disais-je il y a quelques années…
    C’est de l’ordre de l’extase, du ravissement…

    « Conclusion : tout cela prouve qu’à capacité de plaisir égal avec quelqu’un, c’est l’esprit qui (l’)emportera (sur) le corps, et non l’inverse. Cela atteste clairement l’impossible distinction entre sexe et amour, les deux étant étroitement liés, exactement comme le sont, lors d’une relation sexuelle entre deux êtres humains, le corps et le mental. »

    Je viens de voir sur internet cette performer
    avec ces si belles cuisses rondes fondues au fessier très large
    et ce sillon minuscule au milieu du triangle
    et je m’aperçois que quand je suis tuckée (terme technique indiquant que les testicules et le pénis sont rentrées et dissimulées sous l’entrejambe), en activant mon sexe par les muscles, ça caresse ma prostate et ça me donne du plaisir, et si j’excite aussi mes tétons, ça devient très très bon, j’ai beaucoup beaucoup de plaisir
    le peu de plaisir pénien que j’ai irrigue l’intérieur de mes cuisses
    et d’un coup ce sont toutes mes jambes qui deviennent les deux côtés de mon organe sexuel
    le plaisir parcourt toutes les jambes jusqu’aux orteils et au talon…
    c’est génial, mes jambes deviennent hyper sexuelles…

    en fait c’est pour ça que j’aime tellement être tuckée, ça me procure beaucoup beaucoup de plaisir vaginal !

    J’ai aussi trouvé cet article qui me permet de compléter la compréhension de ce qui m’arrive :
    http://www.7sur7.be/7s7/fr/1520/Sexe-Relations/article/detail/1898982/2014/05/26/Tout-ce-qu-il-faut-savoir-sur-les-zones-erogenes.dhtml
    Le nombril est une zone érogène étrange mais puissante. C’est parce qu’il est fait du même tissu que nos organes génitaux. Le caresser ou le chatouiller peut fournir des sensations érotiques à certains.
    oui c’est ça, je connais une femme qui est chatouilleuse à la fois du nombril et du clitoris/vagin…

    Un autre article sur la sensibilité du nombril :
    http://forum.doctissimo.fr/doctissimo/zones-erogenes/nombril-zone-erogene-sujet_146791_1.htm
    exemples de mecs super sensibles du nombril…ils bandent direct ! étonnant…

    « Normal
    il passe a cet endroit une ligne sensible appelée méridien qui part du front et suit l’axe du corps (tres sensible aussi) »
    Intéressant…méridien du plaisir -nombril ?

    Voici un autre article qui parle de ce lien :
    https://www.digitoworld.com/102-points-energie-de-acupressure-digitopressure/228-sexualite
    Hey c’est exactement ça, 4 doigts en dessous du nombril, Guan Yuan
    4 vc – Barrière originelle
    oh là là ce qui marche très bien chez moi aussi c’est le point en haut des cuisses !!!!
    il y a aussi le point dans le haut du pavillon de l’oreille…

    « La médecine chinoise traite les troubles sexuels en agissant sur la combinaison de points situés sur un méridien particulier, le Tchang Mo »

    https://www.digitoworld.com/chakras/535-les-2-chakras-de-la-tete
    bon pour eux le chakra de la tête est dans la glande pinéale, et le chakra frontal est dans l’hypophise, le premier reçoit l’énergie spirituelle, le deuxième la redistribue
    la synchronisation des deux favorise la formation du 3ème oeil

    -fin-

    Comme vous pouvez le voir, la stimulation a été très efficace…En partant de la prostate, je suis arrivée au troisième oeil !!!

    Et tout ça, ça n’était que pendant la journée…Dans mon prochain post je vous raconte ce que j’ai vécu la nuit suivante…Que j’appelle « La nuit des révélations » !!

    A bientôt, tout le meilleur à tout le monde,

    Naomi

    #27924
    bzo
    bzo
    Participant

    ah ben , moi qui croyait que tu étais une débutante
    mais je vois que tu es déjà bien avancée dans ton exploration prostatique,
    que tu maîtrises bien le sujet et a tracé ton sillon toute seule comme une grande

    extraordinaire, n’est-ce pas, ce plaisir, ces orgasmes,
    même en temps qu’homme,
    alors pour toi, cela doit être une aubaine inespéré, prise au piège dans un corps d’homme
    qui te permet d’explorer ta féminité, de la développer toujours plus
    malgré cet immense obstacle qu’est ce corps
    qui est le tien et en même temps pas le tien

    je suis heureux pour toi de tout coeur,
    je me sens en communion avec toi comme avec quelques autres par ici
    comme @ch313 ou @epicture ou encore @jieffe

    concernant

    sur la stimulation sensuelle mentale :

    tu devrais lire les témoignages de @ch313,
    il est un cas tout à fait à part car il obtient tout uniquement par de la stimulation mentale,
    c’est vraiment étonnant

    #27933
    Envole
    Envole
    Participant

    Merci merci bzo !
    En fait oui j’ai déjà franchi quelques caps, mais j’ai l’impression de ne pas avoir trouvé toutes les clés…En particulier je pense qu’il y a pas mal d’auto-suggestion dans ce que j’ai vécu…Et que je n’ai pas encore expérimenté le déploiement du plaisir prostatique en lui-même…J’ai bien plané avec les premières sensations, parce que j’étais prête à vivre des choses nouvelles, mais quand je lis ce que tu écris par exemple, je pense vraiment que j’ai encore beaucoup à découvrir…C’est aussi la raison de ma présence ici…Et la raison pour laquelle je raconte tout ça, pour vous faire comprendre un peu où j’en suis et où je pourrais peut-être aller…
    Oui merci c’est vrai que ça m’aide beaucoup tout ça à mieux vivre mon état « entre les genres »…Qui est parfois psychiquement difficile à tenir. Alors avoir des feux d’artifice intérieurs, ça aide !!!
    Oui j’ai commencé à lire aussi ch313, c’est très très intéressant… 🙂
    A bientôt, tout le meilleur,
    Naomi

    #27936
    bzo
    bzo
    Participant

    je pense qu’il y a pas mal d’auto-suggestion dans ce que j’ai vécu

    il faut voir ce que tu appelles auto-suggestion,
    tu as parlé d’orgasmes ressentis dans tout le corps,
    aucune auto-suggestion bas de gamme peut cela

    le plaisir prostatique dépend du mental, dès lors il y a toujours une part de volontarisme,
    de bonne volonté de notre part à nous laisser emporter vers le plaisir

    le type qui reste raide sur son lit, s’observant froidement
    et qui espère qu’en se frottant mécaniquement la prostate avec son masseur
    sans aucun engagement passionnel, émotionnel, de sa part,
    il va attendre bien longtemps, en fait il ne lui arrivera rien,
    peut-être un chouia de sensation de temps à autre

    non il faut se lancer là-dedans corps et âme,
    l’auto-suggestion a aussi sa part à jouer,
    si tu n’y crois pas de toutes tes forces que tu peux éprouver du plaisir, que tu vas éprouver du plaisir
    mais que tu attends cela tombe tout seul du ciel,
    alors tu risque d’attendre longtemps

    #27938
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Vous semblez avoir fait en un jour le 17 septembre 2017 un chemin que nous mettons plus de temps à parcourir. Vous avez découvert toutes ces connections invisibles à la majorité des hommes que nous découvrons en plusieurs semaines ou plusieurs années de cheminement prostatique. Merci de le dire de façon aussi claire. Votre témoignage est passionnant.

    Et en fait l’action sur la prostate m’a permis d’éveiller plein d’autres zones de plaisir de mon corps. Je pense parce que c’est un plaisir profond, très intérieur, et qu’on ne peut actionner mécaniquement, donc pas le précipiter, ce qui laisse beaucoup de temps aux ondes de se répandre un peu partout dans le corps…
    Ah oui et puis dernière chose…Arriver à caresser la prostate par l’énergie psychique…C’est trop bon !!!
    Ah là là je suis une vraie bombe sexuelle…j’ai un corps tout entier fait pour le plaisir, c’est dingue…pénis, clitoris, point G p, point G intérieur, orgasme rectal, orgasme mental, orgasme corporel…Tout y passe !!!! et tous les moyens sont bons !!!!

    C’est extrait est également important, qui montre que ce n’est pas le contrôle qui ouvre la porte DU plaisir mais l’acceptation qui ouvre la porte AU plaisir :

    j’ai aussi compris que plus je laisse aller ma pensée, moins je veux la contrôler, et moins j’ai peur du bonheur et du plaisir, plus c’est fort !!!!

    Je pense comme vous ; l’autosuggestion est un des moyens de de découvrir cette forme de plaisir et cette méthode est régulièrement mentionnée comme l’auto-hypnose ou la sophrologie pour nous mettre dans la bonne disposition d’esprit quand elle n’est pas naturelle.

    En particulier je pense qu’il y a pas mal d’auto-suggestion dans ce que j’ai vécu…Et que je n’ai pas encore expérimenté le déploiement du plaisir prostatique en lui-même…J’ai bien plané avec les premières sensations, parce que j’étais prête à vivre des choses nouvelles,

    Comme le dit @bzo vous êtes bien plus avancée dans l’expérience du plaisir prostatique que ce que je pensais à la lecture du début de votre témoignage.

    Bon cheminement @envole.

    #27942
    Envole
    Envole
    Participant

    Merci merci ! En fait le début de mon témoignage avait pour but de vous faire comprendre mon vécu sensuel transgenre, comment ça a rendu ma vie sexuelle très compliquée et déstabilisante au début (beaucoup de désirs désordonnés et s’exprimant de façon difficile à comprendre, et pas « au bon moment » dans une conception classique de la sexualité), et comment aujourd’hui ça m’a ouvert des portes à des expériences nouvelles et assez globales. D’autre part l’approche spirituelle de la sexualité que j’avais développée avant a aussi permis à ces sensations de plaisirs inconnues de trouver des routes pour progresser dans mon corps et mon esprit…
    Merci pour vos encouragements, ça me fait vraiment beaucoup de bien de pouvoir en parler avec vous. D’autant plus que la communauté trans a un peu peur de parler de ces questions, de peur de retomber dans l’image de la déviance sexuelle où on l’a souvent cantonnée, alors qu’il s’agit d’autre chose à la base, même si ça s’exprime par une sexualité non conventionnelle. Le fait même d’utiliser son anus comme vagin, son pénis comme clitoris et sa prostate comme point G, brouille allègrement des pistes bien balisées. Je me permets d’en parler ici de façon ouverte, et ça m’est très agréable, mais je ne le dirais pas comme ça partout…Dans beaucoup d’endroits je pourrais me faire taxer d’affabulatrice, de mytho, de fétichiste, de fantasmeur ou fantasmeuse, et j’en passe !!! Donc merci encore pour votre accueil et votre bienveillance. C’est un espace rare dans lequel nous nous trouvons, j’en ai pleinement conscience…Enfin merci de me rassurer sur le sujet de l’autosuggestion. C’est vrai que j’ai toujours peur de ma grande capacité à m’auto-illusionner…C’est aussi une des conséquences de cette personnalité transgenre qui aspire en permanence à « autre chose » que le corps qu’elle a…La poursuite infinie de la féminité. Mais je confirme ce que vous dites, l’auto-suggestion est une bonne voie pour la découverte de vraies sensations. Des débuts de plaisir que j’ai pu avoir par l’autosuggestion, en « faisant des efforts », ont pu mûrir, et expliquer l’apparition ensuite, des jours voire des semaines plus tard, de petites sensations fort agréables, qu’au moins maintenant je sais identifier et déguster à leur juste valeur, alors qu’avant je n’y prêtais pas tant attention…Et c’était bien dommage, parce que ce sont des portes très intéressantes vers de nouvelles sensations, et dans mon cas, un confort beaucoup plus grand avec mon corps, plus apte au plaisir que ce que je ne croyais…Finalement aujourd’hui j’ai l’impression d’avoir un corps de femme, parce qu’il ressent tout ce que j’ai toujours attribué comme sensations à la sensualité féminine. Un corps de femme avec un sexe d’homme, c’est comme ça que je me vois…Et ça me rend les choses plus supportables.

    Pour continuer mon récit, je reprends les notes de mon journal :
    (Au passage, petite rectification, je me suis un peu trompée dans les dates, le journal précédent datait non pas du 17 octobre, mais du tout début octobre. Le message qui suit est de la même époque.)

    1er octobre 2017 – 5h30
    Je suis une femme astrale
    l’acupuncture que les bombardements d’énergie venus des astres ont exercée sur mon corps
    a dessiné la forme de Venus
    Dans ma prostate c’est l’extase
    c’est vraiment mon point G
    le troisième oeil du sexe
    il y a correspondance directe entre ma glande pinéale et mon point G
    la glande pinéale est le point G de la conscience
    au milieu ça passe par le coeur
    ça passe aussi par un point au dessus de mon nombril (le 3ème chakra?)
    que j’imagine être mon utérus virtuel, là où les femmes ont « des papillons dans le ventre »
    Je suis la loi de l’univers et l’univers veut que je sois une femme
    j’ai senti comme la puissance de l’univers en moi
    je l’ai accueillie
    je suis heureuse
    j’avais peur d’être heureuse
    mais je suis heureuse
    parce que je n’ai pas craint l’extase divine
    j’ai reçu cette puissance
    je l’ai accueillie
    tout en gardant conscience que je ne suis qu’une toute petite partie d’un grand tout
    je ne me prends pas pour le tout
    mais j’accueille sa puissance
    je la reçois en moi comme une bénédiction
    je me sens extrêmement énergétique

    mon point P est mon vrai point G
    en permanence
    il me procure une bonne sensation
    de plaisir diffus
    c’est génial
    le point G et le point P
    le point G, le plaisir prostatique
    le point P, la glande pinéale
    les deux ensemble, c’est le tantra
    sexualité et spiritualité
    et le coeur au milieu
    pour garder la douceur…

    (Par la suite j’ai raconté mon expérience à une amie dans les termes suivants. Appelons-la C., l’initiale N. est pour moi : )
    N.
    D’ailleurs la nuit dernière je n’ai quasiment pas dormi, mais j’ai eu toute une série de révélations…Depuis quelques jours je stimule ma prostate, et c’est une véritable découverte, j’ai compris que c’est un véritable point G qui me procure un sentiment profond d’extase…Ce n’est pas du plaisir violent, mais comme un nuage de bonheur dans lequel je suis…c’est très agréable…et ça me paraît proche de ce que je vis dans mon encéphale avec ma glande pinéale, mon troisième oeil et/ou ma conscience…D’une certaine façon le plaisir dans la prostate et l’éveil de la glande pinéale liés constituent l’essence du tantra, qui est union de la sexualité et de la spiritualité…
    Et en pensant à tout ça, à un moment, j’ai ressenti comme une énorme énergie, l’énergie de l’univers, qui rentrait en moi par le troisième oeil, j’ai même vu deux yeux, comme des yeux de divinité égyptienne (peut-être Horus ou Anubis mais je n’en suis pas sûre) qui me regardaient, et là j’ai pensé que pour la première fois de ma vie je m’autorisais enfin à être heureuse, et à recevoir l’énergie du tout, mais sans me prendre pour le tout, en gardant conscience que je n’en étais qu’une toute petite partie, mais détentrice ou véhicule de cette énergie…Il y avait tellement d’énergie dans mon encéphale que même avec mes méditations je n’arrivais pas à tout faire circuler, c’est incroyable, ça m’a portée toute la nuit…Je me suis levée pour écrire tout ça…A un moment je me suis souvenue d’un mantra bouddhique qui veut dire « je suis la loi de l’univers » et j’ai pensé que l’univers voulait que je sois une femme…
    Et là j’ai compris que je suis une femme astrale, que c’est l’énergie de l’univers qui me guide vers la féminité…
    Voilà voilà c’était assez exceptionnel mais je ne peux en parler à personne autour de moi, on craindrait pour ma santé mentale…Tant pis, pas grave, et au moins je peux t’en parler à toi !!!

    C. :
    Nous sommes ce qui nous fait vibrer, voilà la seule référence possible. Si ça te fait vibrer, c’est que c’est pour toi !
    N. :
    Oui !!!! Je suis à 200% d’accord avec toi, c’est exactement ce que je voulais dire aussi avec cette idée de « femme astrale » dont je parlais dans le message précédent…C’est comme si malgré ce qu’est mon corps physique il y avait une énergie très puissante, jamais démentie, qui me tire vers le fait de devenir une femme, malgré toutes mes réticences, mes bonnes raisons physiques, sociales, mon ego hérité de 40 ans de vie désignée comme masculine…
    Depuis 4 ans bientôt que j’ai compris et assumé ma féminité, ça n’arrête pas de progresser dans ma tête, sans que je ne fasse rien pour ça, juste profiter du bien être que ça me procure…
    Et sur le sujet de la vibration, à chaque fois que j’ai franchi un pas vers la femme que je suis, j’ai ressenti comme un grand tressaillement de tout mon corps et mon âme…

    C. :
    Eh bien, c’est grandiose ce qui se passe en toi en ce moment waouh !
    N. :
    Oui oui là je sens comme un décollage…J’ai l’impression de cheminer vers mon épanouissement de tous les côtés…Et en plus je me sens bien en le faisant !!! »
    -fin de la conversation-

    4 octobre 2017
    J’ai au fond de mon vaginus
    un petit endroit secret
    qui est comme une petite fille
    timide, guillerette, pleine d’envies
    toujours prête à rire
    toujours gaie, sautillante, joyeuse,
    douce, heureuse,
    qui aime avoir du plaisir
    mais pas dans la souffrance
    du plaisir qui fait du bien
    du sucre
    de la gourmandise

    (petit commentaire a posteriori : vous avez compris ce qu’est ce petit endroit secret !!! )

    6 octobre 2017
    intéressant, j’ai vraiment du plaisir de plein de façons
    bien sûr il y a le plaisir testiculaire, mais je ne l’utilise plus trop en ce moment
    j’avais aussi senti du plaisir autour des parties génitales masculines, là où se situent vagin et clitoris chez les femmes, d’ailleurs j’avais remarqué que j’avais d’abord besoin de ce plaisir pour avoir des érections
    il y a le plaisir du rectum qui s’ouvre et se ferme, et joue avec ce qui veut rentrer, c’est très drôle parce que le rectum est plutôt habitué à ce que ça sorte…
    récemment j’ai commencé à découvrir le plaisir de la prostate, qui me fait beaucoup de bien, et je pense que je suis loin encore d’en avoir senti toutes les potentialités
    à cette occasion, je découvre que mon corps éprouve aussi tout entier beaucoup de plaisir à la vibration, au sport sexuel…j’aime bouger vite, en sautillant, en tremblotant, ça active toutes mes zones érogènes
    et là aujourd’hui j’ai réalisé que toute la zone autour du pénis est en fait beaucoup plus érogène que ce que je pensais. Avant, elle était tendue, contractée, parce que comme je n’avais pas forcément facilement d’érection, il y avait un stress qui apparaissait, et ce plaisir que je pouvais éprouver autour de la hampe du pénis, était anihilé par la contraction dans la zone, contraction due au fait qu’inconsciemment je devais me dire que pour que le pénis se tende, il fallait que la zone environnante soit tendue aussi…
    en fait maintenant que je ne désire plus avoir d’érection, parce que le plaisir que j’ai avec le bout du gland et le frein, utilisés comme clitoris, est beaucoup plus grand si je me laisse aller dans toute la zone génitale…Et là je découvre tout le « plaisir du plaisir » féminin, qui est de ne pas à avoir à manifester de performance apparente…Donc pas de stress. on peut être totalement décontractée de tout le bassin, il suffit de laisser venir…et c’est très cool…
    et là je me suis aperçue, en explorant ce plaisir, que dans ma tête c’était pareil, il y avait vers la proximité de l’éjaculation comme une tension qui se faisait, tension due au fait que l’éjaculation non plus n’est pas forcément simple chez moi, souvent laborieuse, et que je me tendais mentalement, cérébralement, en désirant y arriver…finalement j’étais tendue à la fois dans l’entrejambe et dans la tête…

    Voilà je sais maintenant utiliser mon pénis comme un clitoris. Sans être tendue, sans être stressée, je masturbe mon pénis et j’arrive à l’orgasme. Sans éjaculer. Et là je me sens complète. Je me sens comme toutes ces filles que j’enviais parce que j’avais l’impression qu’elles étaient complètes, accomplies…
    Aujourd’hui je suis comme elles. C’est incroyable.
    Par contre je suis vraiment et complètement femme. C’est sérieux.
    Il ne faut pas que ça me fasse perdre ma joie de vivre. Mais c’est sérieux.
    Rester sereine…

    c’est fou ce que ces orgasmes sans éjaculation m’éclaircissent le teint…

    7 octobre 2017
    là-haut, des centaines de milliers, voire des millions de canaux énergétiques qui me tirent vers le haut, toute la calotte supérieure du crâne à nouveau irriguée par le sang et l’oxygène…l’éveil spirituel par le réveil des parties spirituelles…et l’irrigation de tous les petits canaux supérieurs de l’encéphale…
    sentir l’harmonie fluide générale du monde, non déterminée par son ego personnel…pas de domination, être heureuse dans l’harmonie fluide générale des énergies du monde…
    (note a posteriori : bon là on est un peu loin de la prostate, mais c’est quand même un des résultats de l’activation par la prostate de pas mal de canaux de plaisir…Donc pour moi c’est lié, parce que ça s’est produit à la suite de la découverte du plaisir prostatique…)

    7 octobre 2017
    Le plaisir absolu d’une femme, c’est une communion astrale dans l’extase orgasmique…On ne peut espérer vivre ça avec une ou un partenaire, sauf s’il ou elle est très éveillé.e…
    En attendant, le sexe avec un homme est plutôt un moment de convivialité très intime…Mais je n’ai pas encore tout vécu. Laissons une porte ouverte au futur…

    #27945

    Ch313
    Participant

    Bonjour Naomi,
    Je viens de terminer une séance superbe et dans la langueur du retour au calme je me dis que c’est à toi que je dédie cette séance.
    Je viens de lire ton dernier post très rapidement, j’ai suivi les autres et je me sens proche de ton expérience.
    Je suis maintenant ‘à la boure’ mais je reviendrais bientot.
    Bonne journée à toi

    #27947
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Envole,

    C’est très très interessant tout ce que tu racontes là. En tout cas ça me parle énormément, m’interroge, me fait réfléchir, et va certainement m’aider (je développe plus loin).
    C’est passionnant, sincèrement.

    ’au fur et à mesure que se déploie mon plaisir du point P, mes sensations psychiques de femme se modifient

    J’avais vraiment hâte que tu en arrives là, hâte de connaître les effets du massage prostatique chez toi.
    Je suis arrivé au plaisir prostatique par l’envie de rapprocher mon plaisir sexuel de l’idée que j’ai de ce que peuvent ressentir les femmes. C’est aussi pourquoi j’ai créé cette discussion.
    Tout ce que tu décris correspond à l’idée que j’en avais. Sans me sentir transgenre, j’aimerais beaucoup connaître ces sensations, celles que tu décris, celle que décrivent bzo et CH313.

    j’ai aussi compris que plus je laisse aller ma pensée, moins je veux la contrôler, et moins j’ai peur du bonheur et du plaisir, plus c’est fort !

    Je pense que c’est très important ce que tu écris là, capital même. Mais je n’y parviens pas toujours.

    En fait le début de mon témoignage avait pour but de vous faire comprendre mon vécu sensuel transgenre,

    Tu as très bien fait à mon sens. Tu as planté le décor, et tout s’enchaine de façon fluide.

    En particulier je pense qu’il y a pas mal d’auto-suggestion dans ce que j’ai vécu….Enfin merci de me rassurer sur le sujet de l’autosuggestion. C’est vrai que j’ai toujours peur de ma grande capacité à m’auto-illusionner

    Et alors, ai je envie de dire? Peu importe le flacon, pourvu que l’on ait l’ivresse. Quand bien même ce ne serait que de l’auto suggestion, ce dont je doute, quelle importance cela aurait il?
    Quel est le but aujourd’hui, que recherche t’on? Du plaisir, et un plaisir autre que le plaisir pénien que nous connaissons, un plaisir plus féminin. Peu importe les moyens, seuls le résultat compte, qu’en penses tu?
    En plus, en ce qui te concerne, tu ne recherches pas seulement le plaisir, mais un véritable confort vis à vis de ta situation, et tu sembles l’avoir trouvé, tout au moins en partie.
    Et ça, c’est vraiment génial. Je t’assure, ça fait vraiment plaisir de lire que tu es heureuse. Tu le répètes même plusieurs fois dans tes messages. Alors par auto suggestion ou tout autre chose, j’ai envie de dire que l’on s’en fout bien pas mal.
    Je rejoins également Andraneros, si cette auto suggestion t’a permis de découvrir tout ce que tu décris, t’a permis de te sentir mieux, de te sentir bien, de te sentir heureuse, alors bénie soit l’auto suggestion.

    À ce sujet, j’ai lu le lien que tu as mis sur le pouvoir du mental, et je t’en remercie grandement. Ça m’a fait tilt. Je ne l’ai lu que ce matin, je dois encore essayer ce qu’il m’inspire, mais cela pourrait être une solution à l’un de mes problèmes: je manque cruellement de désir et de libido depuis quelques temps. C’est un peu revenu avec la pratique prostatique, mais je sens que ce n’est pas encore suffisant, et que très certainement cela freine ma progression.
    Depuis ce matin, entre tes récits et cet article, j’entrevois peut-être une solution. Parce que tes récits également me montre un chemin, une voie à suivre pour résoudre ce problème.
    Il faut que je mette des choses en place, que je range tout ça correctement dans ma tête. Je ferai un retour la dessus, mais en tout cas un grand merci pour ça. Je ressens déjà depuis ce matin une excitation que je n’avais pas connu depuis longtemps. Il faut que je l’entretienne, mais je te la dois. Par tes récits tu as éveillé quelque chose en moi, quelque chose que je cherche depuis un moment. Je ne sais pas si cela va durer, mais c’est précieux et je t’en remercie.

    Et là je découvre tout le « plaisir du plaisir » féminin, qui est de ne pas à avoir à manifester de performance apparente…

    Mon Dieu que c’est juste. C’est quelque chose dont j’étais conscient mais que je n’avais jamais formulé ainsi, et là, ça prend tout son sens. Cette phrase aussi je pense va me servir de béquille.

    Si ça te fait vibrer, c’est que c’est pour toi

    Je suis également 100% d’accord avec ça.

    Voilà je sais maintenant utiliser mon pénis comme un clitoris

    Est ce que tu peux développer un peu stp, ça m’intéresse énormément?

    note a posteriori : bon là on est un peu loin de la prostate, mais c’est quand même un des résultats de l’activation par la prostate de pas mal de canaux de plaisir…Donc pour moi c’est lié, parce que ça s’est produit à la suite de la découverte du plaisir prostatique…)

    Ben non justement, on n’est pas loin de la prostate!!! On est loin de la technique, certes, mais on est totalement dans la pratique. Ce sujet m’intéresse également énormément, j’ai même créé une discussion qui lui est consacré. Si tu as un peu de temps, je serais ravi que tu l’alimentes.

    Par contre je suis vraiment et complètement femme. C’est sérieux.
    Il ne faut pas que ça me fasse perdre ma joie de vivre.

    Pourquoi cela devrait te faire perdre ta joie de vivre? Au contraire, ça devrait l’alimenter?

    Merci encore pour ces récits, sur lesquels je pense que je vais revenir de nombreuses fois pour bien les intégrer. Ils ont réellement déclenché quelque chose en moi que je dois encore éclaircir et développer. Ce que tu connais aujourd’hui, ce que tu vis et ce que tu ressens (en dehors de l’identité sexuelle), c’est exactement ce que je recherche. Les sensations féminines, mais également cette communion du corps et de l’esprit et cette liaison entre sexualité et spiritualité.
    J’ai du pain sur la planche, mais je suis très motivé.
    Continue de nous écrire sans crainte et sans tabou, ça te fait du bien, mais à moi aussi.

    Je te souhaite tout plein de bonnes choses.

    #27951
    Envole
    Envole
    Participant

    Merci merci Ch313 et Jieffe, vos message me font beaucoup de bien, me font très plaisir, et en plus m’inspirent de nouveaux moments de plaisir…Tout à l’heure j’ai eu de très belles vagues de plaisir, douces mais vraiment englobantes psychiquement, comme un bain amniotique de bonheur doux et chaleureux, ça m’a fait beaucoup de bien. Et je me sentais très femme.
    D’ailleurs nos récentes discussions et le fait d’avoir replongé dans mes écrits d’il y a quelques mois m’ont rappelé que j’avais identifié à cette occasion mon centre de gravité sexuel/sensuel, qui est situé au dessous de mon nombril. C’est vraiment un endroit dans le ventre où je sens beaucoup plus de sensations sexuelles que plus bas dans mes parties génitales masculines. Et c’est un endroit que j’ai toujours trouvé adorable chez les femmes, ce léger arrondi de bas de ventre qui amène au pubis…J’ai enfin compris pourquoi j’y portais beaucoup d’attention : c’est le lieu pour moi de ma pulsion sexuelle. Extraordinaire…Depuis que j’ai retrouvé cette sensation, je me sens beaucoup mieux, beaucoup plus équilibrée.
    Jieffe, merci encore pour ce merveilleux message. Ce qui est génial avec l’échange énergétique sensuel et spirituel, c’est qu’il va dans les deux sens. Tu dis que j’ai déclenché des choses chez toi grâce à mes écrits, mais ces écrits ne sont que des messages reçus eux-mêmes d’autres personnes, et en plus, sache que ton message me fait aussi beaucoup de bien, parce que jusqu’à maintenant je n’ai trouvé nulle part de lieu, réel ou virtuel, où je pouvais parler de tout ça et avoir des retours positifs et intéressants.
    Donc merci, je sens dans tout ça comme l’engrenage de dynamiques énergétiques très bénéfiques qui me font beaucoup de bien. Je vais aller voir les fils que tu as créés et essayer de contribuer autant que je peux.
    Pour répondre à tes deux questions :
    -Pourquoi ça pourrait me faire perdre ma joie de vivre de réaliser que je suis vraiment, complètement et profondément une femme, et donc une personne transgenre ? Parce que ce qui suit cette réalisation me fait pour le moment très peur. La transition de genre est un vrai parcours d’obstacles, et pour l’heure je ne me sens pas le courage de l’affronter…Et cette constatation me fait un peu mal, même si à mon âge on a compris depuis longtemps que tout n’est pas toujours possible tout de suite dans la vie…Enfin il faut prendre la vie du bon côté ! Il y a des gens qui vivent des choses beaucoup plus graves dans notre monde. Donc gardons notre joie de vivre !!!
    -Je sais utiliser mon pénis comme clitoris : alors l’idée vient du fait que le clitoris et le pénis sont deux organes très semblables. C’est le même concept : des corps caverneux qui se gonflent de sang quand vient le plaisir grâce à une zone très sensible, le gland. Si tu cherches sur internet des descriptions précises anatomiques du clitoris, tu verras qu’il ressemble en fait à un tout petit pénis recouvert d’un capuchon comme le pénis masculin. Et le bout du clitoris est aussi sensible que le gland masculin. Je pense que ce qui peut le plus donner une idée de l’effet que fait à une femme le fait de lui toucher le clitoris mis à nu, c’est de se pincer le frein du gland…D’où l’inconfort qu’éprouvent les femmes quand un homme veut leur toucher directement le clitoris. En fait c’est comme à un garçon à qui on dirait à brûle-pourpoint « pénètre moi profondément » en tentant de rentrer son pénis tout petit et tout flasque dans un vagin…Il aurait très mal, physiquement comme psychiquement. Et bien pour les filles c’est pareil, sauf que l’excitation se voit moins parce que chez elles les corps caverneux qui se gorgent de sang sont situés sous le pubis, et pas en dehors. Mais elles savent si elles sont prêtes à l’amour ou pas…En général l’arrivée du liquide lubrifiant le montre assez bien. Mais ça veut dire par exemple que c’est souvent une erreur que de vouloir faire mouiller une fille en lui triturant le clitoris directement : en fait c’est la présence de liquide lubrifiant qui donne le signal pour faire du bien à cette zone féminine. On prend donc le problème à l’envers…C’est bien plutôt en caressant d’autres zones, moins sensibles, en dégustant ensemble un bon repas, en buvant un bon verre de vin, autour duquel on échange de douces paroles d’amour, que le cerveau féminin va envoyer à la zone génitale le message de la préparation au plaisir…
    Enfin tout ceci est une digression, mais je pense que ça n’est jamais de trop de le rappeler.
    En tout cas donc pour ma part, je vis quelque chose d’étrange : c’est comme si toute la zone qui est située sous ma verge était un clitoris, une zone qui s’excite, et si cette zone n’est pas chaude, excitée, mon pénis ne peut avoir d’érection. Je pense que ça a un rapport avec le blocage de l’afflux sanguin, mais je n’en suis pas sûre. En tout cas ça m’a posé beaucoup de problèmes comme je l’expliquais il y a quelques jours, parce que plusieurs fois je me suis retrouvée au lit avec des femmes, et je n’ai pu avoir d’érection, parce que mon cerveau féminin n’était pas capable d’envoyer à cette zone le message « plaisir » : pénétrer une femme n’est pas pour moi un plaisir charnel, c’est un plaisir intellectuel qui s’est créé au fil de mon adolescence par la vision de films porno, par la culture du plaisir sexuel masculin, etc. Mais ça ne m’excite en fait pas. D’ailleurs ce qui m’a toujours beaucoup plus excitée dans les films porno, c’était de voir deux filles ensemble, et je ne rêvais de rien d’autre que de faire des cunnilingus (et d’en vivre, mais ça ne je n’osais l’espérer…)
    Donc au fil de mes expérimentations, j’ai commencé à comprendre que la base de mon pénis, celle qui reste quand tout le reste est dégonflé, est très sensible. C’est comme si j’avais un clitoris recouvert d’un pénis. Et quand je caresse mon pénis comme un clitoris, en caressant et en tournant avec la main, en effleurant le gland, et bien, j’éprouve un grand plaisir interne, derrière le pénis, alors que je n’ai pas d’érection. Et ce plaisir se transmet ensuite derrière, vers la prostate et l’anus (il paraît d’ailleurs que le gland et l’anus sont reliés par le même nerf, ce qui explique que l’érection se double souvent de mouvements de l’anus…Celui qui a inventé tout ça était un vrai rigolo, quelle idée d’avoir relié tout ça comme ça ! Du travail de cochon dirait un électricien ou un plombier !!! 🙂 Mais un cochon très inspiré, un vrai artiste plutôt 🙂
    Donc, en faisant comme si je massais un clitoris, ce qui n’est pas difficile parce que dans ce cas mon pénis est compressé et ne peut pas avoir d’érection, ça transmet beaucoup beaucoup de petites impulsions de plaisir à tout mon bas ventre, et ça remonte ensuite mon cerveau, et ça redescend ensuite dans mes bras, mes seins, mes jambes, mes hanches…En gros ça me met vraiment en condition. Et parfois j’éprouve des orgasmes intérieurs puissants, comme des décharges électriques, mais assez longues, plus longues que celles qu’on peut avoir lors d’une éjaculation. Ce qui marche aussi bien chez moi, c’est de masturber le bout du pénis sans érection, la petite partie entre le haut de la hampe et le gland, là où se replie le prépuce, ainsi que le gland lui même, en actionnant aussi le frein…Même de façon assez rapide, comme une fille qui monte vers le plaisir clitoridien. Toutes les petites impulsions électriques que ça envoie à l’intérieur de mon corps sont pour moi délicieuses, comme une petite fille qui glisse les jambes écartées sur une rampe d’escalier…
    D’ailleurs après tout ça, il peut arriver que d’un seul coup mon pénis se mette à rentrer en érection, comme si le plaisir de la femme que je suis à l’intérieur provoquait mécaniquement, mais après coup, l’arrivée de la stimulation de mon organe masculin…
    A tel point que certaines fois, si je suis encore disposée au plaisir, et que je masturbe mon pénis maintenant arrivé en érection, j’éprouve comme l’impression d’avoir un vagin rempli par un pénis, le mien, mais comme il bouge un peu à l’intérieur, le muscle étant attaché par des tendons, l’illusion est assez bonne…Je me sens remplie. Si au même moment je fais coulisser un godemiché dans mon canal anal, de façon simultanée, alors le plaisir est sublime…Je me sens comme dans la barque des dieux…
    Voilà voilà…Je ne sais pas si ça te parle ou si ça parle à quelqu’un.e d’autre, mais ça vous permettra de comprendre que vivre des choses aussi particulières et des sensations sensuelles aussi totales peut vraiment donner l’impression d’être une bête rare, un genre de monstre de foire comme le disait quelqu’un dans un autre fil…C’est une autre des étrangetés de la condition transgenre…
    Mais bon il y a tellement de plaisir dans tout ça…Que je ne veux retenir que ça. Et puis personne ne me regarde ! Enfin si parfois j’ai pu faire ça devant ma webcam, mais aujourd’hui je n’en ai plus besoin, j’ai assez de plaisir intérieur pour le faire toute seule, sans avoir en plus besoin du plaisir d’être regardée. D’autant plus que ces moments sont en fait très intérieurs, et qu’une personne qui y assisterait ne comprendrait pas forcément tout ce qui se passe, et n’y trouverait pas tant d’intérêt et d’excitation que ça. Comme quand une femme se stimule doucement le clitoris, et qu’un homme lui dit « mets donc un godemiché » parce que c’est plus visuel, mais qu’elle en fait n’en a pas du tout envie à ce moment-là…Un peu de solitude n’est pas inutile pour explorer son corps et comprendre son véritable potentiel…!!!
    Tout le meilleur, à bientôt 🙂
    Naomi

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 216)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.