20 sujets de 101 à 120 (sur un total de 138)
  • Auteur
    Articles
  • #24898
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour,

    Ces derniers jours, depuis ma dernière séance, j’ai une libido qui a explosé.

    Je m’étais même masturbé 2 fois hier, ce qui arrive rarement, et hier soir, je me suis couché vers 23h15, mais avant de m’endormir, j’étais encore sous l’influence de pensées et désirs sexuels.

    Occupant ma pensée, je réfléchissais depuis deux jours à essayer de passer une nuit avec l’aneros inséré, pour voir ce qu’il pouvait se passer. (J’étais en pyjamas, mais les vêtements sont très larges)

    Hier soir j’ai donc franchi le pas, vers minuit j’ai inséré mon aneros lubrifié, passé aux toilettes et reparti me coucher. Les petites contractions involontaires ne se sont pas faits attendre, ce qui troublait mon endormissement mais j’essayais de ne pas me concentrer dessus et de me détendre vraiment pour essayer de basculer vers l’endormissement.

    Je n’ai du réussir qu’à « m’endormir » vers minuit et demi, mais réveillé vers une heure et quart du matin car je n’arrivais à dormir totalement, je recevais des informations en permanence de la prostate ce qui troublait le sommeil. C’est comme si d’un côté le cerveau voulait relâché mais il était harcelé par autre chose, qui le stimulait.

    A une heure et demi donc, je décide de l’enlever car je n’avais pas beaucoup de sensations et encore moins de plaisir (trèèèèèèès léger par moments). Par contre j’ai eu des montées de chaleur et spasmes musculaires, non lié au froid car sous ma couverture bien chaude.

    Avant de l’enlever, je me suis masturbé pour enlever cette pression sexuelle qui m’étouffe un peu depuis quelques jours.

    Et une fois retiré, je reprend peu à peu mes esprits, mais je me rend compte que j’ai une atroce envie de vomir, qui n’est partie qu’un quart d’heure plus tard, envie de vomir, qui je pense, est lié au trop grand nombre d’information arrivé au cerveau dès le « réveil »…

    Voilà, je voulais partager cette expérience, avoir pourquoi pas quelques retours

    Bonne journée à tous !

    #24914
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Ces derniers jours, depuis ma dernière séance, j’ai une libido qui a explosé.

    A ton âge c’est plutôt un état heureux de nature à te donner beaucoup d’énergie, qu’à mon avis aimeraient bien vivre de nombreux lecteurs du forum, sauf bien sûr si tu es en désir permanent sans aucun instant d’apaisement. Cette situation peut apparaître à la suite d’une rencontre, d’une expérience nouvelle, d’un déblocage psychologique, d’une modification de ton équilibre hormonal ou d’une interaction entre ces différentes causes.

    Cette « atroce envie de vomir » n’a duré qu’un quart d’heure. Elle est vraisemblablement d’origine nerveuse et en plein milieu de la nuit ton esprit à demi réveillé a donné à une simple nausée une importance d’autant plus grande qu’il était libre de toute autre pensée. Si cet événement ne se reproduit pas, à ta place je n’aurais aucune inquiétude ; dans le cas contraire j’irais consulter mon médecin.

    A partir du moment où les contractions involontaires apparaissent, ton organisme a activé son mode recherche du plaisir au détriment du mode sommeil. Quand tu es dans cet état tu es déjà en pleine session. C’est normal de ne pas t’endormir, c’est normal de te réveiller. Tes montées de chaleur et tes spasmes sont la preuve que même pendant ton sommeil ton masseur fait son travail.

    J’ai l’impression que la nervosité induite par la pression de ta libido t’empêche de te détendre, de te relâcher et de te laisser aller autant qu’il serait nécessaire pour que tu puisse glisser des premiers niveaux de plaisir que tu décris à la jouissance plus intense et profonde que tu as déjà vécue.

    Bon cheminement @rodward.

    #26467
    AvatarRodward
    Participant

    Bonsoir !

    Je reviens donner quelques nouvelles de ces 2-3 derniers mois.

    Dans un premier temps je n’avais plus l’envie d’utiliser l’Aneros et de faire des séances … Bref je n’avais plus le courage.

    Et puis il y a quelques semaines un beau matin (ou après midi je ne sais plus) j’ai eu cet envie revenir un petit peu (prostate qui fourmille, échauffement sexuel, temps de libre tout seul…) et ai donc fait une séance (la seule jusqu’à là depuis quelques semaines)

    J’ai décidé une nouvelle fois de bousculer mes habitudes … A vrai dire je change assez souvent que je n’ai plus de « vraies » habitudes, les précédentes séances j’avais plus de sensations en chien de fusil, position dans laquelle j’ai eu ma plus grosse vague de plaisir, donc je commençais toujours dans cette position, puis un peu plus tard dans la session, je basculais sur le dos, tout allongé et détendu (avec et sans coussin sous le bassin), les sensations étaient parfois présentes à ce moment, parfois pas. Du coup je me remettais en chien de fusil, et parfois les sensations restaient, parfois partaient … C’était assez flou, je n’ai pas vraiment de « posture » efficace à 100%…

    Bref ! Pour cette séance j’ai directement commencé sur le dos, jambes, bras et tout le corps détendu. Comme à chaque fois, les sensations ne se font pas attendre et en un quart d’heure je suis déjà en relaxation profonde avec plaisir ascendant. Au bout d’un moment je « stagnais » dans le plaisir … Donc j’ai essayé en pliant les genoux, et en les laissant « pencher » sur le côté (C’est assez bizarre d’ailleurs car le fait de ne pas détendre les jambes est contraire pour moi à la détente car on ne peux pas se détendre et essayer de garder les jambes droites, bref c’est assez complexe à expliquer)

    Dans cette position les sensations sont intéressantes et attirent la curiosité, mais le seul inconvénient est que c’est assez physique pour les jambes.

    Mais cette position a été payante, au bout d’un moment je ne n’y faisait même plus attention, et je suis allé encore plus profondément dans la relaxation que d’habitude, je baignais dans le plaisir, et sentais d’être encore à deux doigts de l’explosion. Cette phase a été longue (Presque un quart d’heure, c’est assez flou la notion du temps durant les séances) mais une fois redescendu, en ouvrant les yeux je me suis dit « Wow, j’étais parti loin », mais après hélas, impossible de « repartir »

    Enfin bref, une séance assez courte, mais intense, et la preuve qu’il n’est pas nécessaire de faire une séance tous les jours pour « préserver » son cheminement 😉

    Bonne soirée à tous !

    Rodward.

    #26479
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Bonjour @rodward ! Ça fait plaisir de te revoir sur le forum après trois mois. Je suis très heureux que ce qoit à l’occasion d’une belle découverte.

    C’était assez flou, je n’ai pas vraiment de « posture » efficace à 100%

    Dans ta situation tu fais bien de choisir la position qui te convient et d’en changer quand tu en ressens le besoin. Dans mon cas le choix se fait plutôt par défaut. La position en chien de fusil ne me paraît pas naturelle, je m’y sens plus ou moins contraint ce qui m’empêche de bien me détendre. Je commence mes sessions toujours sur le dos et quand je suis bien avancé dans ma session je me tourne éventuellement sur le côté, toujours le droit, le gauche étant encore moins confortable. Puis je repasse sur le dos et ainsi de suite.

    Comme à chaque fois, les sensations ne se font pas attendre et en un quart d’heure je suis déjà en relaxation profonde avec plaisir ascendant. Au bout d’un moment je « stagnais » dans le plaisir…

    Quel est l’intensité de ce plaisir dans le quel tu te sens « stagner » à ce moment ? A lire le mot que tu emploies tu ne sembles pas satisfait de ce que tu vis.

    Donc j’ai essayé en pliant les genoux, et en les laissant « pencher » sur le côté (C’est assez bizarre d’ailleurs car le fait de ne pas détendre les jambes est contraire pour moi à la détente car on ne peux pas se détendre et essayer de garder les jambes droites, bref c’est assez complexe à expliquer)

    C’est seulement quand le plaisir devient très fort que j’ai tendance à replier les jambes, de façon instinctive sans que ce soit un choix de ma part, comme si je cherchais à m’ouvrir encore plus à ce plaisir qui me submerge. Quand tu plies les genoux est-ce que tes pieds restent en appui sur le matelas ou sont-ils en suspension en l’air ? Mes pieds remontent vers les fesses et restent en appui, genoux écartés, ce qui évite l’effort de tenir les jambes en l’air.

    Mais cette position a été payante, au bout d’un moment je ne n’y faisait même plus attention, et je suis allé encore plus profondément dans la relaxation que d’habitude, je baignais dans le plaisir, et sentais d’être encore à deux doigts de l’explosion. Cette phase a été longue 

    Pouvons-nous comprendre que tu as ressenti une jouissance plus forte que ce que tu as vécu jusqu’à ce moment ? Si c’est le cas c’est une belle avancée qui me réjouit.

    mais après hélas, impossible de « repartir »

    Tu as certainement déjà pu lire sur le forum que c’était souvent le cas. Quand on fait un progrès qui paraît important au cours d’une session, comme la découverte d’une intensité de jouissance bien plus élevée que celle que l’on connaissait, on ne parvient pas à la « reproduire ».

    Je vois deux explications à cette situation. L’une est que cette nouvelle intensité de sensation contribue à épuiser ton système nerveux sous l’effet de la nouveauté. L’autre est que cette première expérience te met, sans que tu en prennes conscience, en situation d’attente, ce qui est un facteur fréquent de blocage du plaisir.

    Tu dois donc faire attention pour tes prochaines sessions à seulement recréer les conditions qui t’ont permis de vivre cette nouvelle expérience sans attendre mécaniquement le renouvellement de l’expérience. Ce que tu nous décris montre que tu es prêt à vivre des moments de jouissance de plus en plus intense. Cette immersion dans le plaisir se reproduira, sois en tout à fait persuadé, si tu ne penses qu’à te détendre et à concentrer ton attention sur ce que tu ressens dans l’instant sans aucune attente.

    J’aime beaucoup ta conclusion. Bon cheminement @rodward.

    #26481
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour !

    Quel est l’intensité de ce plaisir dans le quel tu te sens « stagner » à ce moment ? A lire le mot que tu emploies tu ne sembles pas satisfait de ce que tu vis

    En général dans mes séances, dès l’apparition minime du plaisir, il croît de plus en plus; jusqu’à généralement à un stade où il monte plus lentement, mais reste au même niveau lorsque le plaisir redescend un peu, sur l’échelle de 1 à 10 (10 étant la jouissance ultime et 0 aucune sensation) je dirai 3.5-4, c’est toujours agréable comme sensation, mais pas l’extase totale…

    Quand tu plies les genoux est-ce que tes pieds restent en appui sur le matelas ou sont-ils en suspension en l’air ?

    Je replie les genoux vers moi, les laisses tomber sur le côté, mais garde un appuie avec la tranche du côté des pieds, c’est assez difficile à expliquer et je ne trouve pas d’image exact sur le net, mais c’est à peu près comme cette image, mais en laissant tomber les genoux sur le côté : Position

    Tenir les jambes en l’air serait très physique en effet ^^

    Pouvons-nous comprendre que tu as ressenti une jouissance plus forte que ce que tu as vécu jusqu’à ce moment ? Si c’est le cas c’est une belle avancée qui me réjouit.

    Plutôt oui, plus intense et plus fort que ce que j’ai vécu jusque là, mais je n’irai pas jusqu’à dire avoir atteins l’orgasme divin qui fait décoller jusqu’au 7e ciel, le meilleur sera pour la suite, étant donné que ça ne peut qu’évoluer … 🙂

    Quand je débute maintenant mes séances, je me dis « bon allez, je le fais pour prendre du plaisir » point barre, je ne cherche pas plus loin, j’attend de voir ce qu’on me propose, si l’on peut dire 😉

    #26482
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    La manière, texte et image, dont tu décris ta nouvelle position, @rodward, est très claire pour moi. Elle est en fait très proche de la mienne et devrait te permettre de recevoir avec de plus en plus d’abandon le plaisir qui irradie de ta prostate.

    Plutôt oui, plus intense et plus fort que ce que j’ai vécu jusque là, mais je n’irai pas jusqu’à dire avoir atteins l’orgasme divin qui fait décoller jusqu’au 7e ciel, 

    C’est bien ce que je pensais. C’est une étape supplémentaire dans ton cheminement. Il y en aura d’autres qui te conduiront vers de nouveaux sommets. J’en suis d’autant plus certain que tu as exactement l’état d’esprit nécessaire à tes futurs progrès vers « l’orgasme divin » :

    Quand je débute maintenant mes séances, je me dis « bon allez, je le fais pour prendre du plaisir » point barre, je ne cherche pas plus loin, j’attends de voir ce qu’on me propose, si l’on peut dire 

    Bon cheminement @rodward.

    #27686
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour à tous !

    (Wow 2 mois depuis mon dernier post, j’ai l’impression que ça date de 2 semaines, c’est fou comme le temps passe vite)

    Bon, j’ai pu faire une séance il y a quelques semaines, mais rien de très différents de d’habitude, donc pas grand chose à dire.

    Cependant cet après midi j’étais tenté de faire un séance prostatique, mais j’avais plus envie de satisfaire une « démangeaison de la prostate » et donc je faire une séance plus courte que d’habitude. Heh. J’ai pu réaliser certaines choses.

    J’ai donc commencé la session totalement détendu et excité sexuellement, et n’ai pas eu de mal à commencer à avoir les premiers plaisirs et effets de lâcher prise, de détente. Le plaisir grimpait petit à petit, parfois en contractant, parfois en relâchant, puis est venu la sensation d’abandon total de l’esprit, premier symptôme du début de la phase d’ascension de plaisir. Plaisir qui ne fut pas long à arriver, et c’était assez étrange, car cette fois ci, lorsque le plaisir s’était légèrement retiré, au lieu de « redescendre », j’étais dans une transe de neutralité, j’étais dans la détente profonde, en abandon, je ressentais une sensation grise et rayée (C’est l’image que j’avais, je ne peux pas expliquer la sensation), à mi chemin entre le plaisir et le lâcher prise… Puis le plaisir a repris assez intensément, et je sentais que chaque coup sur ma prostate était un pur délice dans un coin de ma tête, qui a duré un petit temps, avant de redescendre pour de bon (Quand je dis redescendre, c’est revenir à mes esprits, quand les sensations s’estompent un peu, ce n’est pas moi qui contrôle ça, ça arrive comme ça, quand la phase de plaisir se termine). Je ne sentais plus mes jambes, ni mon bassin, j’avais l’impression qu’ils étaient anesthésiés, un bon petit étirement était de rigueur, et après quelques minutes, je n’arrivais pas à repartir. Et étonnamment, tout cela à duré 20 minutes…

    Mais je me suis rendu compte d’une chose, ce jour là comme toute les autres séances, une fois que je « redescend », parfois le plaisir repart, pour mon plus grand plaisir, parfois il n’arrive pas à repartir, même en tentant de changer de position… De ce fait je suis un peu frustré car je n’arrive pas à « relancer la machine », et je pense que c’est cette frustration qui m’encourage à finir parfois par une masturbation ++. J’essaie de me re-détendre, prendre mon temps, mais parfois ça ne veut tout simplement pas, je ne ressens plus quand chose de l’anéros … C’est ce qui termine en général mes sessions. En moyenne j’arrive à relancer 2 ou 3 fois.

    On verra ce que l’avenir nous réserve…

    #27764
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Bonjour @rodward ! Je suis heureux de te retrouver en forme.

    c’était assez étrange, car cette fois ci, lorsque le plaisir s’était légèrement retiré, au lieu de « redescendre », j’étais dans une transe de neutralité, j’étais dans la détente profonde, en abandon, je ressentais une sensation grise et rayée (C’est l’image que j’avais, je ne peux pas expliquer la sensation), à mi chemin entre le plaisir et le lâcher prise… Puis le plaisir a repris assez intensément, et je sentais que chaque coup sur ma prostate était un pur délice dans un coin de ma tête, qui a duré un petit temps, avant de redescendre pour de bon.

    La sensation que tu décris est tout à fait normale. Elle est présentée dans le chapitre du traité d’Aneros Orgasme et Energie sexuelle. Lorsque tu deviens capable de jouir sans éjaculation ton énergie sexuelle s’accumule vague de plaisir après vague de plaisir, ou mieux orgasme après orgasme et se traduit par une sensation de plaisir rémanente de plus en plus intense entre les pics orgasmiques.

    Après un orgasme prostatique tu ne perds pas la perception du plaisir ; tu conserves une partie de ce que tu as ressenti, En un mot tu continues à jouir de façon permanente. Ce niveau de plaisir est le point de départ de ton orgasme suivant qui peux ainsi t’emmener un peu plus haut que le précédent. Après ce nouveau pic tu redescends mais en conservant une perception de plaisir permanente encore un peu plus intense, et ainsi de suite. Plus tu progresses dans l’acceptation de ton plaisir, plus la jouissance que tu ressens entre les pics orgasmiques est intense, au point de te mettre dans ce qui devient peu à peu un état de transe.

    Je suis persuadé que l’avenir te réserve de magnifiques sessions. Bon cheminement @rodward.

    #29931
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour à tous !

    Je suis assez confus, à vrai dire ces derniers mois je n’ai pas constaté de progrès et pris vraiment « mon pied » à effectuer les sessions.

    Il y a 2 sessions j’ai pris pas mal de plaisir, voire du vrai plaisir « pur », mais ce fut relativement court.

    La précédente session, j’ai eu du mal à « Monter dans les phases de plaisir », je suis resté assez bas dans le niveau de plaisir, cependant j’ai essayé à un moment de me titiller les tétons, et je suis vite partis dans une spirale cérébrale, une sensation comme si j’avais la tête qui tourne, assez violemment durant la plupart du reste de la séance. Ce n’était pas douloureux, mais assez étrange, et le point positif a été que j’avais l’impression que c’était la partie « Aneros qui prend le contrôle de mon corps », je n’arrivais plus à sentir mes muscles et arrivait à ne plus bouger du tout le moindre centimètre.

    Mon problème est aussi que je n’arrive pas à me décider à nouveau de la position, si je dois mettre un oreiller sous le bassin ou non, si je dois écarter les jambes ou non (Ce qui procure le plus de sensation mais ne permet pas un relâchement à 100% des jambes, mais quand même une certaine détente. J’essaie tout en général au cours d’une séance mais ont tous ce moment où les sensations retombent au bout d’un certain temps … Et ne repartent pas. C’est en général, ce qui met fin à mes sessions.

    Ce qui est encore plus étrange c’est que mes sessions se décomposent comme ceci :

    0-10 min : Insertions, relâchement sans contraction, détente, respiration régulière, début des petites contractions involontaires …
    15-25min : Pic de plaisir, relâchement encore plus profond, peu de phase où les sensations retombent, en général c’est le moment le plus plaisant et jouissif
    25-45min : Le plaisir diminue, alternance entre légères contractions et relâchement total, parfois du plaisir qui revient un peu, parfois sensation de « brouillard », parfois (Souvent hélas) plus rien.

    Après 45min les sensations de plaisir sont parties, cependant je sens toujours l’aneros qui « mouline », sans aucune gêne ou autre, juste cette sensation d’aneros qui mouline dans le vide et les sensations de plaisir ont beaucoup, beaucoup eu de mal à redémarrer au cours des précédentes sessions…

    J’avoue être assez perplexe, même si je débute chaque session dans l’unique pensée de ‘prendre du plaisir’ et de prendre ce qu’on me donne.

    Voilà, je ne sais pas si c’est déjà arrivé à quelqu’un, mais voilà la situation où je me situe.

    Bonne journée à tous !

    #29936
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Rodward.

    Je te sens un peu désabusé, et à la recherche de conseils si je comprends bien.
    En premier lieu, j’ai repris un peu le début de ton fil, mais je n’ai pas eu le temps de tout relire, où en es tu aujourd’hui? Vis tu toujours chez tes parents, utilises tu toujours le masseur que tu présentes dans ton premier message?
    Que tu pratiques chez tes parents ne pose visiblement pas de problème, tu as pas mal de temps seul.
    En revanche, en ce qui concerne le masseur, je pense qu’il est compliqué d’arriver à un résultat satisfaisant avec un masseur que l’on est obligé de caler, que l’on ne peut utiliser que dans une position…etc.
    Je ne suis pas de ceux qui pensent que les masseurs font tout, et qu’il faut absolument tel type telle marque pour que ça fonctionne, mais je suis persuadé qu’il faut tout de même un masseur de qualité, fait avec un matériau de qualité, et dessiné judicieusement. Les Aneros, s’ils ne sont pas les meilleurs masseurs au monde, ont fait leur preuve. Ils sont fait dans des matériaux de qualité, mais surtout, sont à mon sens extrêmement bien dessiné. Ce ne sont pas les seuls, mais je ne connais pas les autres. Voici en préambule ce que j’ai envie de te dire.
    Ensuite, j’ai l’impression que tu te focalise trop sur la technique, que je pense tu as acquises. Le massage prostatique, on pourrait dire que c’est du sexe, ça doit donc rester un peu intuitif. Il faut un peu de technique certes, mais cette technique tu l’as acquise, tu as de contractions involontaires.
    Si tu n’arrives pas à décoller pour le moment, c’est à mon sens parce que tu ne te lâches pas suffisamment. Le ‘problème’ n’est plus dans la technique, il est dans la tête.
    Par exemple, et pour répondre à ta question:

    Mon problème est aussi que je n’arrive pas à me décider à nouveau de la position…

    J’ai envie de te répondre: « on s’en fout ». Choisis la position dans laquelle tu es le mieux, dans laquelle tu peux te détendre et celle qui te permettra d’être tout attentif à tes sensations. Car c’est ça qui est important, être attentif aux sensations. Si tu mets un oreiller sous ton bassin, que tu dois remettre en place toute les 5 mn, qui te donne mal au dos…il ne fera qu’éloigner ton esprit de ce que tu es en train de faire. Idem pour les jambes. Si la position jambes écartées te procure plus de sensations mais une détente moindre, écartes les jambes. Si non seulement elle ne t’apporte pas une détente suffisante, mais qu’en plus elle crée des tensions, resserre un peu les jambes.
    Il ne faut pas trop non plus à mon sens se focaliser sur la détente, la relaxation. Elle est importante, mais pas primordiale. L’importance de cette détente à mes yeux et de te permettre d’être totalement attentif aux sensations. Si tu parviens à y être attentif sans être totalement relaxé, ça va tout autant. Ma phase de détente ne dépasse pas la minute je pense. Je m’allonge, et je respire calmement en détendant mes muscles et ça me suffit. J’ai eu fait au début de mon parcours des périodes de relaxation longues, de 15 à 20 mn qui ne m’ont emmené qu’au sommeil. Mais c’est un peu à chacun de voir dirais je. Certain peut-être auront besoin d’un long moment de détente, d’autres pas du tout. C’est pourquoi je pense il ne faut pas trop se focaliser dessus.

    Je peux relever tout de même plein de choses positives dans ton message:
    – contractions involontaires,
    – pics de plaisir,
    – vrai plaisir pur…
    Ce qui m’engage à dire que tu es sur la bonne voie, tout fonctionne. LE fait que tu te sentes un peu à l’arrêt est à mon sens lié à ton mental. Tu ne te lâches pas suffisamment, même si tu en as l’impression.

    même si je débute chaque session dans l’unique pensée de ‘prendre du plaisir’ et de prendre ce qu’on me donne.

    C’est bien, très bien même, mais il faut en être convaincu. Cela ne suffit pas de se le dire, il faut vraiment en être convaincu. Je suis aussi passé par là, comme nombre d’entre nous. Nous pouvons nous répéter que nous engageons notre séance juste pour le bien être, pour prendre ce qui nous sera offert, mais au fond de nous, nous souhaitons enfin connaître dans cette séance le grand saut. C’est bien naturel. Andraneros m’avait conseillé de les envisager comme des entrainements. Ça me semble plus judicieux. Un entrainement est un entrainement, quelque fois il se passe bien, quelque fois dans la douleur (dans le cas d’un entrainement sportif). Ici, il en sera de même, envisages tes sessions comme un entrainement pour être prêt pour la course. Ça me semble beaucoup plus simple à mettre en œuvre et ça permet de moins se raconter d’histoire… à mon sens 🙂

    Je te souhaite un excellent cheminement Rodward. Je pense que tu as toutes les clés, il faut que tu les mettes maintenant dans les bonnes serrures. Ton esprit est aujourd’hui à mon sens ton principal obstacle. Je dirai que l’accès au plaisir prostatique est 30% technique, 70% mental. Se lâcher, profiter, et être attentif aux sensations. Quand tu te masturbes, tu ne réfléchis pas à la rapidité de ton bras, à la souplesse de ton poignet, à la pression de ta main…. Et bien là, c’est un peu pareil 🙂

    #29938
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour !
    Merci pour cette réponse !

    Oui, au jour d’aujourd’hui je vis toujours chez mes parents hélas, mais j’ai quand même certaines occasions de pouvoir profiter d’une séance sans le moindre risque d’être dérangé.

    Il y a pas mal de temps que je n’utilise plus le premier, j’utilise donc depuis pas mal de temps désormais un Aneros Helix classique 🙂

    Pour les positions, disons qu’il n’y en a aucun qui fonctionne à 100% elles ont toutes leurs qualités et leurs défauts, mais à choisir je préférerai donc les jambes relevées, c’est celle qui promet le plus de sensations, mais quand à la question du coussin, je ne vois pas vraiment de différence flagrante :/

    Mais donc si l’obstacle principal est mental, que dois-je faire pour y parvenir ? Je me laisse aller, suis à l’écoute des sensations, me détend le plus possible … Et que faire de plus ? En soit rien ne me dérange vraiment l’esprit, si ce n’est que les sensations disparaissent toutes seules au bout d’un moment pour ne plus se manifester … Je dois donc me dire « Aujourd’hui je m’entraîne à atteindre l’Olympe » ? Cela serait se fixer des objectifs consciemment, car il est vrai qu’on a tous cette envie au fond de nous … J

    Merci en tout cas pour ces conseils ! 🙂

    #29964
    bzobzo
    Participant

    un de mes conseils favoris quand je lis le message de quelqu’un qui écrit qu’il a l’impression de faire du sur place,
    c’est de changer de masseur,
    essayer un peu avec un autre

    je ne sais pas pourquoi les gens s’imaginent parce qu’un masseur fonctionne à merveille avec une personne,
    cela va être le cas avec tout le monde,
    eh bien ce n’est pas vrai du tout
    mais alors pas vrai du tout

    le choix ne manque pas, en fonction de la taille à laquelle tu es habitué,
    personnellement je testerai en priorité le Device ou le Vice si tu veux éventuellement essayer avec vibrations
    mais il y a aussi le Junior (le progasm en moins gros), le Progasm (le junior en plus gros)

    si tu peux porter très gros,
    alors je recommanderais sans hésiter mon favori, mon chouchou, un des frères de Carabosse,
    ma petite fée en silicone: le Nexus G-Rider

    #29971
    AvatarRodward
    Participant

    En effet, je pourrai peut être essayer de changer, mais ils ont l’air tous très gros (et très cher) comparé au classique

    J’ai aussi l’appréhension de mon premier masseur qui est très imposant et pas vraiment adapté, mais ce n’est pas un aneros, il n’entre dans aucune marque d’ailleurs

    J’en essaierais si l’occasion se présente !

    Merci pour ces conseils !

    #29979
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Rodward,

    Le conseil de Bzo de tester un autre masseur me semble judicieux également. C’est celui qu’il m’avait donné, il m’avait même aidé pour cela et je l’en remercie encore.
    Ça avait bien fonctionné sur moi, et j’alterne aujourd’hui les masseurs, entre l’Helix et le Junior.
    Le choix de l’Helix est un bon choix à mon sens. Celui que je te conseillerais comme deuxième masseur est le Junior. Si la taille te fait peur, c’est un bon choix. Il n’est pas trop gros, on le sent bien dans le rectum, et il ne bouge pas de la même façon que l’Helix. J’ai tendance à dire que l’Helix est un excellent masseur, mais très subtil. Il est donc difficile à mon sens à d’en tirer pleinement parti lorsque l’on débute. Le Junior est moins finaud, plus présent, mais reste mobile. J’ai tendance à dire qu’il sait tout faire. Il ne bouge pas non plus de la même façon, apportant ainsi des sensations différentes.

    Mais donc si l’obstacle principal est mental, que dois-je faire pour y parvenir ? Je me laisse aller, suis à l’écoute des sensations, me détend le plus possible … Et que faire de plus ?

    Ah ah…. la est la question, et je ne connais pas la réponse. Je ne suis pas certain de ce que je te dis là, mais c’est ce que je pense. J’avais le même problème, je pense, et je ne sais pas comment je l’ai résolu. Moi aussi je pensais me laisser aller, mais ce n’était pas suffisant, ou pas de la bonne manière.
    En essayant d’analyser, je pense que c’est le fait d’avoir considérer mes séances comme des séances d’entrainement. Tu ne t’entraînes pas pour atteindre l’olympe, tu t’entraînes, tout simplement. Tu engages ta session en te disant ‘Tiens, ce soir je vais me faire une petite séance de relaxation, vider mon esprit de mes tracas quotidiens, détendre mon corps, mes muscles, je m’accorde un moment pour moi, pour mon bien être, avec un masseur dans le derrière’. Tu te détends bien, et tu laisses faire. Tu essaies de ne penser à rien. J’ai compris que tu avais des contractions involontaires sans ne rien faire, ce qui est déjà très bien. Lorsqu’elles arrivent, tu ne fais rien de plus, mais RIEN. C’est à dire que non seulement tu ne bouges pas, mais surtout tu n’en attends rien. Tu les observes, simplement, et tu observes ce qu’il se passe dans ton bas ventre, sans tension, en restant tout à fait détendu. Surtout ne cherches pas à forcer les choses, et n’attends rien de ces contractions.

    Tu vois, bien que tu nous dise que

    je débute chaque session dans l’unique pensée de ‘prendre du plaisir’ et de prendre ce qu’on me donne.

    Tu nous avoues que

    il est vrai qu’on a tous cette envie au fond de nous

    🙂
    Ne te flagelles pas pour ça, c’est tout à fait normal. C’est le contraire qui ne le serait pas. Mais voilà, il faut dépasser ce stade….

    Tu peux aussi essayer ma petite méthode de respiration qui fonctionne bien chez moi et que je mentionne ici.

    Une dernière chose que j’ai envie de te dire, parce que je l’ai vécue, c’est que lorsque les sensations arrivent, bien souvent nous sommes un peu surpris et surtout décontenancés. Nous ne savons plus que faire, l’esprit s’emballe, on panique un petit peu (un petit peu seulement, c’est pas la grande panique 🙂 ) et nous sommes détournés de ce que nous sommes ne train de faire, le plaisir s’en va. J’ai tendance à penser qu’avec la pratique ce phénomène normal disparaît. Lorsque le plaisir arrive, ne rien faire, surtout ne rien faire et s’y abandonner totalement, l’accueillir et s’y abandonner.

    Je te souhaite un bon cheminement Rodward.

    #34474
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour à tous !

    Voilà quasiment un an depuis mon dernier message ! Que dire …

    Je n’ai pas pratiqué beaucoup de séances (car peu d’occasions, peu d’envie également, donc je me suis écouté) cependant quand j’ai pu en réaliser quelques unes quand l’occasion de présentait et que mon derrière se mettait à vibrer comme un appel au plaisir …

    Les seules sessions que j’ai pu faire étaient espacées de plusieurs semaines, voir des mois, mais elles étaient toutes assez étincelantes et pétillantes

    J’ai pu en faire une tout à l’heure qui vaux le coup d’oeil je pense et de la partager :

    J’étais tranquillement détendu en train de regarder la télé quand je sentais l’appel du postérieur qui vibrait de l’intérieur et un vide qui demandait simulation, par chance j’étais seul pour l’après midi, allez hop, j’installe une serviette, sort tout l’arsenal, lubrifie bien, tout cela en étant assez surpris d’être pas mal détendu.

    Je réussis à introduire l’aneros sans aucun soucis ou gêne, et je m’allonge totalement sur le dos, sans trop vouloir réfléchir à ma position.

    Je sentais comme si l’aneros sortait progressivement, mais il s’agissait en fait comme si mon corps « l’absorbait » et faisait disparaître la sensation d’avoir un Aneros dans le derrière

    J’ai de plus en plus de facilité à me détendre et lâche prise depuis un an, suite peut être à la maturé et à l’expérience

    Bref le temps passe un peu et je me sens ‘partir’ de plus en plus dans le lâcher prise et sens l’aneros qui ‘tape à la porte’ ^^

    A aucun moment jusque là je ne cherchais à contracter ou autre, d’ailleurs les contractions étaient assez fortes avec plus ou moins d’infime plaisir

    Elles s’amplifiaient, redescendaient un peu, se ré amplifiaient un peu pour redescendre un peu, etc…

    Au bout d’un certain temps, je commence à très légèrement contracter un tout petit peu, je sens l’aneros qui glisse sur LE Spot, mais ne maintiens pas très longtemps, puisque j’essaie de me relâcher un maximum, après quelques sensations diffuses, je sens les bras et un peu le torse complètement engourdi, paralysé, comme si ils s’enfonçaient dans le lit, suivit un peu plus part de très très légères vibrations de plaisir dans le haut du corps

    J’ai ressentis pas mal d’autres sensations plus ou moins agréables, sans trop me souvenir précisément de quoi il s’agissait tellement qu’elles étaient nombreuses et que je ne cherchais pas à comprendre

    Après les sensations sont redescendues progressivement, comme un atterrissage, j’ouvris les yeux, m’étirait un bon coup et essayait de repartir.

    Hélas après dix bonnes minutes je n’arrivais pas à redécoller et je n’avais pas le courage ou a patience d’attendre d’avantage et je finis ma session sur le ventre, presque sans rien faire, a part quelques légers mouvements de bassins (Oui c’est pas très bien mais c’était bien !)

    Après cela je suis resté dix bonnes minutes cloué dans mon lit sans pouvoir bouger, et même après il m’étais difficile de bouger mes muscles, car il étaient non pas fatigués, mais dans une extrême relaxation, ce qui n’est pas plus mal !

    Cependant j’ai noté qu’à la fin l’aneros était tout sec, visiblement le lubrifiant est bien mais sèche assez rapidement, et j’en ai essayé quelques un mais ils ne sont pas mieux, soit ils ne font pas glisser, soit ils bloquent les sensations …

    Voilà voilà pour les nouvelles !

    Bonne après midi à tous !

    Rodward

    #34574
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Bonjour @rodward. Ça fait plaisir de lire :

    Les seules sessions que j’ai pu faire étaient espacées de plusieurs semaines, voir des mois, mais elles étaient toutes assez étincelantes et pétillantes

    Tu pratiques à ton rythme, quand tu en ressens le besoin. Tu as raison et je suis heureux de voir que tu en es si bien récompensé.

    Je réussis à introduire l’aneros sans aucun soucis ou gêne, et je m’allonge totalement sur le dos, sans trop vouloir réfléchir à ma position. (… )
    J’ai de plus en plus de facilité à me détendre et lâche prise depuis un an, suite peut être à la maturé et à l’expérience (… )
    je me sens ‘partir’ de plus en plus dans le lâcher prise et sens l’aneros qui ‘tape à la porte’ ^^
    A aucun moment jusque là je ne cherchais à contracter ou autre, d’ailleurs les contractions étaient assez fortes avec plus ou moins d’infime plaisir

    Tout est naturel, tu ne poses pas de question inutile. C’est parfait.
    Tu ajoutes deux remarques qui me paraissent importantes :
    1. Tu étais parfaitement détendu

    Après cela je suis resté dix bonnes minutes cloué dans mon lit sans pouvoir bouger, et même après il m’étais difficile de bouger mes muscles, car il étaient non pas fatigués, mais dans une extrême relaxation, ce qui n’est pas plus mal !

    As-tu pensé que tu étais peut-être en train de faire l’expérience de ce que j’appelle « les orgasmes des mers calmes » ?
    2. Tu as un problème de lubrifiant

    à la fin l’aneros était tout sec, visiblement le lubrifiant est bien mais sèche assez rapidement

    Je pense que tu dois vraiment changer de lubrifiant. Vois ce que tu peux trouver. Par Internet tu peux te procurer de bons lubrifiants. Relis les conseils d’@adam ou cherche sur le forum avec le mot clé « lubrifi » (pour récupérer toutes les occurrences lubrifier, lubrifiant, lubrification… ).

    C’est un grand plaisir de te retrouver régulièrement. Bon cheminement @rodward.

    #34796
    AvatarRodward
    Participant

    Bonjour à tous !

    J’ai pu récemment en effet changer de lubrifiant pour du beurre de karité (Merci @andraneros !) pour les deux dernières sessions (la première étant plutôt pour vérifier la durabilité), et en effet, après une demi-heure de session, l’Aneros est toujours assez brillant et glissant (pas à en glisser des mains, mais assez lisse tout de même), ce qui est un plus quand à l’ancien qui séchait assez vite !

    Bref, parlons des séances !

    Je fais toutes mes séances sur le dos, jambes droites et dépliées / détendues, ou parfois légèrement pliées sur le côté, mais toujours relâchées. J’arrive facilement à me détendre désormais, et à relâcher de plus en plus rapidement.

    En général, je n’exerce pratiquement jamais de contraction volontaire durant la session, il n’y a que peu de fois où j’ai senti une réelle « action » positive.

    Donc mes sessions sont relativement simples, je m’allonge, insère l’anéros, me détend .. Et c’est tout.

    Le plaisir monte assez vite globalement, petit à petit mais progressif. Je dirai que j’atteins la décontraction et ce que j’appelle la « perte mentale » où on ne sens plus vraiment conscient au bout de 10-15 minutes.

    A la suite de ça les sensations divaguent, elles peuvent aller de l’approfondissement de la décontraction jusqu’à l’évolution du plaisir, en passant par la sensation d’engourdissement des membres (quasiment toujours aux mêmes endroits par ailleurs !)

    J’atteins toujours quelques hauts pics de sensations, aussi bien de sensations agréables, que de plaisirs. Aujourd’hui même j’ai eu l’impression d’avoir atteins un autre niveau, ces sensations assez intenses ont duré plus longtemps, avec une sensation plus diffuse (toujours en cherchant la décontraction avec la respiration, sans contraction involontaires). Je dirai que ces sensations durent généralement 10 à 15 minutes

    A la suite, il y a toujours une « retombée » (j’avoue ne pas avoir été contre à ce moment là de souffler un peu), et jusqu’à présent, il était difficile de « repartir » car cela prenait beaucoup de temps. Aujourd’hui j’ai décidé de continuer, car je me suis senti dans une bonne lancée, et me suis dit « Fait confiance au corps, tout va bien ». J’ai également compris à me décontracter totalement, mais tout en se concentrant sur le plaisir, car avant soit je me décontractait totalement, mais ne pouvait pas me recentrer sur les sensations annales, soit je me concentrais sur les sensations mais me crispait involontairement un peu. Aujourd’hui j’ai réussi à avoir la décontraction physique ET le ressenti mental de l’aneros.

    J’ai réussi à repartir un petit peu après la « pause » de la retombée, des sensations étranges, je ne sentais plus l’aneros du tout à un moment, j’avais l’impression d’être dans un drap blanc, étrangement agréable, mais sans plus. Puis plein d’autres sensations toutes différentes et indescriptibles, mais non jouissives et aussi plaisantes que la première phase.

    Voilà, je pense avoir fait un pas dans l’avancée des sessions avec ce nouvel état de décontraction physique et plaisir mental, nous verrons bien ce qui nous attend !

    Bonne après midi à tous !

    Rodward

    #34800
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Tu nous dis @rodward :

    après une demi-heure de session, l’aneros est toujours assez brillant et glissant

    Je ne sais pas comment tu utilises le beurre de karité @rodward. Je conseille de faire une double lubrification, d’abord dans le rectum, sous forme de suppositoire, ensuite sur le masseur.
    Si tu tapes « karite » dans la zone de recherche de la page « Les sujets actifs » du menu principal du site tu obtiens la liste de tous les messages qui parlent de beurre de karité. En les parcourant rapidement ,avec la fonction « Control + F » de Windows ou l’équivalent pour les Mac, tu trouveras facilement les différentes méthode adoptées pour son utilisation et les avis de nos amis. Comme pour le reste de ton cheminement expérimente et conserve ce qui te convient.

    Telle que tu nous présentes ta pratique, je pense que ton cheminement, déjà satisfaisant à tes yeux ce qui est le plus important, t’apporterait encore plus de satisfaction si tu parvenais à faire au moins 1 session par semaine, idéalement 2. Si certaines fois les conditions ne sont pas idéales, engage quand même une session, non pas pour atteindre ton paradis orgasmique, mais simplement pour t’entraîner sans rien attendre de ta session, simplement pour faire tes gammes, répéter les attitudes (relaxation, concentration, respiration, excitation… ), répéter les gestes (micro contractions périnéales, anales, rectales, caresses, positions… ). La répétition régulières de ces stimulations est importantes pour enraciner ton reconditionnement sensuel, pour reprogrammer la perception du plaisir sexuel par ton cerveau.

    Aujourd’hui j’ai réussi à avoir la décontraction physique ET le ressenti mental de l’aneros.

    Ton témoignage est tout à fait encourageant et tu perçois bien toi-même les progrès que tu fais. Ta description me fait penser que tu avances vers ce que j’appelle l’orgasme des mers calmes (« calm seas orgasms » dans le forum officiel).

    Continue avec patience, persévérance, application et confiance. Tu progresses. Avec une meilleure lubrification et un peu plus de régularité tu devrais revenir nous donner de tes nouvelles beaucoup plus souvent désormais. Bon cheminement @rodward.

    #34812
    AvatarRodward
    Participant

    J’enduis simplement mais genereusement le masseur avec la beurre de karite, je penserais à en mettre individuellement dans le rectum également

    Quand au calm sea orgasm, j’ai pu me renseigner un peu, cela y ressemble en effet, même si ce n’est pas vraiment un orgasme en soit pour l’instant, plus une sensation de bien être.

    Cependant, cela me pose donc des questions, est-ce que cela «  » »diffère du chemin classique » » » pour atteindre le super O ou autre jouissance ? Quelles sont les différences mis à part le manque de contraction qui sont décries ? Est-ce les contractions volontaires sont «  »obligatoires » » pour l’orgasme prostatique « classique » ?

    Quand aux sessions j’essaierais de m’y tenir, mais je ne peux hélas rien promettre dans l’immédiat, mais peut être que ma situation évoluera bientôt !

    #34814
    AndranerosAndraneros
    Maître des clés

    Tu ne risques rien à faire divers essais avec le beurre de karité. Tu garderas la ou les méthodes qui te paraîtront offrir le meilleur compromis efficacité / facilité d’utilisation selon l’intimité dont tu peux disposer.

    Tu poses ensuite deux questions :
    A)- La première : comment reconnaître un orgasme ?

    Quant au « calm sea orgasm » j’ai pu me renseigner un peu, cela y ressemble en effet, même si ce n’est pas vraiment un orgasme en soit pour l’instant, plus une sensation de bien être.

    Ta phrase met en évidence un état d’esprit présent chez de nombreux pratiquants, dont j’ai fait partie. Tu apprécies encore la qualité de tes sessions de massage prostatique en fonction de ton expérience orgasmique avec éjaculation qui peut se décrire ainsi :
    1. Phase d’excitation mentale (images et désir),
    2. Phase d’excitation physique (début d’érection et premières tensions),
    3. Phase de stimulation physique (pleine érection, fort plaisir physique),
    4. Phase orgasmique (explosion incontrôlée du plaisir, succession incontrôlable de contractions éjaculatoires),
    5. Phase de résolution post-orgasmique (perte de tous les signes de l’excitation, perte de la sensibilité aux qtimulations, perte de tout désir purement sexuel)
    6. Période réfractaire
    Notre pratique, quand elle commence à produire ses effets, ne correspond pas du tout à ce schéma. Quand on est en phase d’apprentissage, les premiers effets du massage sont souvent très légers et peuvent gagner en intensité très progressivement. Or, bien que ton cerveau analyse ce que tu vis en fonction de la description ci-dessus, ces sensations si légères sont bien celles qui deviendront au terme de ton évolution des orgasmes profonds et répétés.

    Tant qu’elles ne se prolongeront pas spontanément, tant qu’elles ne se répéteront pas sans intervention de ta part tu pourras les nommer « vagues de plaisir ». Mais peu à peu au fil de tes sessions, si tu sais rester très attentif, tu constateras qu’elles viendront plus facilement, qu’elles deviendront plus intenses, qu’elles dureront plus longtemps. Tu commenceras alors à accepter l’idée que ce sont les prémices de tes nouveaux orgasmes

    B)- La seconde : Quel est le chemin « classique » (le « bon »?) ?
    C’est intéressant de lire ta question :

    Quelles sont les différences mis à part le manque de contraction qui sont décries ?

    Si tu relis le parcours dont témoigne si bien @epicture tu constates qu’il s’est posé une question de même nature que la tienne. Il n’a commencé à percevoir des contractions involontaires que tardivement, il n’a senti son masseur agir de façon autonome dans son rectum que tardivement.

    Mon expérience est encore différente puisque j’ai dû porter mon masseur pendant mon sommeil pour faire les mêmes découvertes. Nous sommes tous différents. Certains semblent pré-câblés pour réagir à la simple insertion du masseur, d’autres ont besoin de l’apprivoiser. Nous sommes tous en mouvement dans la même direction mais les chemins peuvent être différents.

    Les contractions volontaires ne sont pas obligatoires ! Si c’était le cas personne ne parlerait de la méthode dite « laisser faire » (« do nothing » en anglais). Mais si tu les exécutes avec précision et avec douceur elles peuvent te faire gagner beaucoup de temps. En effet si tu parviens à contrôler les mouvements de ton masseur, sans pour autant perdre l’écoute de ton corps, sans pour autant te crisper désespérément pour le faire, tu obtiendras ce que tu cherches, à savoir une stimulation en douceur de ta prostate, une caresse légère qui va la faire réagir et embraser ton système nerveux jusqu’à l’orgasme.

    Le chemin « classique pour atteindre le super O’ » comme tu dis est seulement le chemin logique, celui qui correspond à la majorité des pratiquants sous réserve qu’ils ne souffrent d’aucun blocage. Nous ne sommes pas des êtres parfaits. Nous sommes tous différents. Ce qui importe pour ceux dont le cheminement est plus lent, c’est de vivre leur pratique avec détermination, avec patience, avec application et avec confiance. C’est sur ce point que la carte au trésor peut apporter un aide. Elle permet à ceux qui doutent de trouver des points de repère, à condition de ne pas chercher à tout prix à les valider dans l’ordre. C’est sur ce point que notre forum peut être utile.

    Tu nous dis :

    Quand aux sessions j’essaierais de m’y tenir, mais je ne peux hélas rien promettre dans l’immédiat, mais peut être que ma situation évoluera bientôt !

    Tu n’as rien à promettre @rodward ! Tu fais ce que tu peux dans les meilleures conditions possibles. C’est ton envie, ton désir qui doit te gouverner dans le respect de ton équilibre de vie et de tes contraintes. J’espère de tout cœur que ta situation évolue comme tu le souhaites. Bon cheminement @rodward.

20 sujets de 101 à 120 (sur un total de 138)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.