Mots-clés : 

Ce sujet a 28 réponses, 4 participants et a été mis à jour par bzo bzo, il y a 5 heures et 22 minutes.

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 29)
  • Auteur
    Messages
  • #29155
    bzo
    bzo
    Participant

    Une première séance ce matin avec ma nouvelle stratégie du plaisir prostatique,
    mélange des approches,
    avec masseur, sans, aneroless

    Une vingtaine de minutes avec le g-rider
    puis 5 minutes chevauchant ma main
    et enfin 5 en aneroless pur

    c’était délicieux, il n’y a pas d’autres mots, je suis excité comme une puce,
    ce que j’espérai l’émulation entre les différentes approches a bien fonctionné,
    les 5 minutes chevauchant ma main puis les 5 autres en aneroless pur,
    ont bénéficié de la tension sexuelle, de l’excitation, née des vingt premières minutes avec masseur

    j’ai pu aussi comparer les différents types de sensations,
    avec le masseur, les sensations étaient moins vives, moins riches
    mais l’intensité était là et surtout la quantité,
    avec mon cher g-rider, j’ai pu obtenir un flot ininterrompu genre torrent, de plaisir intense
    et un délicieux crescendo s’est mis en place,
    j’aurai encore continué un peu et je serai entré dans la zone des multi-orgasmes

    mais c’est vrai j’ai pu le constater quand j’ai enlevé Carabosse, ma petite fée en silicone,
    que les sensations montaient d’un sérieux cran en vivacité, en qualité pure
    dès que j’ai commencé à chevaucher ma main au lit
    puis encore après quand pour les cinq dernières minutes,
    j’ai continué en aneroless pur

    en aneroless pur (c’est-à-dire rien que les contractions, les caresses et les mouvements du corps,
    pas de main par devant ou par derrière, pas d’instillation donc de sensations péniennes ou anales)
    dès ce moment, tel que je l’ai déjà décrit plusieurs fois,
    cette inouïe sensation d’une source de très très haute altitude,
    des sensations cristallines, d’une clarté et d’une vivacité éblouissantes à chaque instant

    c’est une belle première séance multi-approche, je suis très content,
    elle répond au-delà de toutes mes espérances à mes attentes

    pour en revenir à la partie avec masseur,
    elle s’est faite essentiellement sur le dos, toutes mes sensations sont revenues
    contrairement à hier, je n’ai pas du me retourner sur le ventre
    et me prendre par derrière pour commencer à éprouver du plaisir intense

    ma technique , j’ai pu le constater, a grandement bénéficié de tout ce que j’ai fais en aneroless,
    une beaucoup plus grande économie de moyens,
    une beaucoup plus grande efficacité des mouvements du masseur,
    je changeais quelques fois de position,
    assis, sur les coudes mais c’était moins frénétique, moins systématique,
    je prenais bien le temps de déguster dans chaque différente posture
    les nouveaux angles, les nouveaux mouvements possible
    pour aller taquiner la prostate

    c’était lent, c’était insistant dans le bon sens du terme,
    j’arrivai même à effectuer avec le masseur, ce que je ne savais pas faire avant,
    des espèces de petits mouvements rotatifs presque sur place avec la hampe,
    frottements délicieux, enivrants
    que je faisais suivre d’un mouvement de pénétration bien à fond
    en faisant comme frémir le masseur quand il était bien à fond

    bref une maîtrise encore plus forte du masseur, de ses mouvements, de ses effets,
    qu’avant grâce à ma période uniquement en aneroless,
    cela m’a vraiment fait du bien de rester éloigné quelques mois du masseur,
    là j’ai retrouvé une nouvelle jeunesse avec

    et je vais de plus en plus mixer, mélanger les différentes approches,
    je sens que cela va m’ouvrir de nouvelles portes
    vers de nouveaux territoires

    elle est pas belle, la vie?

    je vous embrasse tous et toutes

    #29160
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Coucou bzo, bienvenue sur ton nouveau fil, je te souhaite autant de bonheur dans ta nouvelle approche que tu en as connu jusqu’à maintenant. C’est cool, tu sembles bien parti et satisfait de ton initiative.

    cela m’a vraiment fait du bien de rester éloigné quelques mois du masseur,
    là j’ai retrouvé une nouvelle jeunesse avec

    Pas facile, mais nous devrions peut-être tous à un moment ou à un autre faire de même.
    À tester.

    Bonne journée bzo. Nous sommes Mercredi, et je gage que tu auras plein de choses à nous raconter d’ici ce soir 🙂

    #29161
    bzo
    bzo
    Participant

    fais un quart d’heure avec le Wand, j’y arrive vraiment pas pour l’instant

    ce machin si lourd, je ne sens vraiment pas quoi faire avec,
    on peut pas trop bouger sans quoi il sort, il se fait la malle,
    j’essaie de le manipuler avec mes muscles, pourtant très puissants
    mais pas grand chose non plus,
    non décidément pour l’instant,
    c’est pas encore le grand amour

    à part cela une micro-séance, assis sur ma main,
    tellement vif ce plaisir, tellement puissant,
    c’est vraiment comme si je jouissais en continu

    je lubrifie un peu avec de la crème pour vagin
    puis je m’assis sur ma main, la paume épousant le globe,
    le bout des doigts d’abord juste à l’entrée,
    avec cette crème je joue un peu , fais courir mes doigts,
    des ondes de plaisir se répandent dans tout mon corps,
    j’effectue aussi des lents et lascifs mouvements avec mon bassin,
    profitant de la légère élévation grâce à la main

    puis graduellement j’enfonce un peu plus les doigts,
    ce qui reste dehors de la main faisant de plus en plus pivot,
    les doigts sont inactifs la plupart du temps,
    j’ai déjà souligné à quel point c’était important,
    ce sont les mouvements du bassin et les contractions qui viennent jouer autour

    le fourreau formé par les muscles dans mon fondement autour des doigts
    provoque des frottements irrésistibles
    et à chaque fois qu’il se forme, le fourreau, je serre et je desserre graduellement
    cela occasionne une série d’explosions de sensations de plaisir
    qui me font gémir, qui me font hurler

    plus tard je vais refaire une séance au lit
    où cette fois je vais alterner moments avec masseur, moments sans
    puis cavalcade , mes doigts enfoncés dans mon fondement

    banzai

    en attendant, la turbine à glace me prépare un sorbet aux mandarines

    #29167
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bienvenue sur notre forum à l’Adrien de Gerlache de la prostate et des orgasmes étendus. Bon vent @bzo.

    #29169
    bzo
    bzo
    Participant

    merci, merci de l’accueil, je suis content d’avoir débarqué ici

    une sacrée différence tout de même avec Adrien de Gerlache,
    lui, il s’était spécialisé dans les contrées les plus froides de notre globe,
    alors que moi je me suis spécialisé dans les contrées chaudes
    au fond de l’interstice entre les globes

    #29170
    bzo
    bzo
    Participant

    hé hé, hier soir je voulais me faire une grande séance au lit
    mais je me suis endormi avant
    mais ce n’est que partie remise

    ce soir, grand mix endiablé du DJ prostate himself,
    entrée gratuite, venez habillé en silicone,
    soirée mousse et lubrifiant, fourreaux chauds et Golden Globes,
    les fondements pétilleront comme des flûtes à champagne dédiées à la jouissance

    #29171
    bzo
    bzo
    Participant

    ah mes amis, je sors d’une séance d’une heure au lit,
    un gig animé par DJ Prostate,
    toutes les cellules de mon corps étaient sur la dance floor
    à s’agiter frénétiquement,
    c’était glorieux

    trois séquences de 20 minutes,
    15 avec masseur,
    avec Carabosse ma petite fée du logis et son balai magique en silicone
    qui a retrouvé les faveurs de mon fondement
    et puis 5 mn en aneroless, avec doigts bien profonds à la place du masseur
    ou pas, en aneroless pur

    autant j’avais du adapter ma technique à l’aneroless,
    autant là je n’ai eu aucun problème à ré-utiliser toute ce que j’ai mis au point
    durant mes micro-séances

    même pas une virgule de changée, tout y était, pincements, coups de griffe,
    même saisir à pleine main mon sexe et mes couilles pour injecter de la sensation pénienne,
    j’ai d’ailleurs connu un de mes plus bels orgasmes ainsi,
    je pressais le masseur contre ma prostate,
    j’ai senti les vagues de jouissance au loin qui se rapprochaient,
    je saisissais d’une main mon sexe et mes couilles bien fort,
    de l’autre j’enfonçais mes ongles de plus en plus fort dans mon flanc
    et pressais bien fort le masseur au fond de moi

    j’avais la sensation d’être un voilier taillant sa route dans un orageux orgasme,
    je sentais la proue taper dans les vagues de plaisir qui m’inondaient
    mais j’avançais fermement, enfonçant de plus en plus mes ongles et serrant mon sexe
    et émettant une sorte de couinement aigu par ma gorge
    tandis que de la lave en fusion semblait avoir envahi mes reins

    les deux premières fois que j’ai retiré le masseur,
    je continuais essentiellement avec les doigts dans le cul
    ou jamais trop loin de mon fondement,
    j’ai un peu honte de le dire
    mais je n’avais pas encore assez confiance en mes moyens en aneroless pur
    que pour oser, j’avais trop peur de perdre l’intensité sublime qui m’habitait

    mais la troisième fois, je me suis lancé en aneroless pur,
    donc pas de main sur les attributs sexuels pour injecter de la sensation pénienne,
    ni de doigts dans le fondement,
    cela n’a duré que quelques minutes
    mais ça a été d’une intensité extraordinaire,
    la source de très haute montagne,
    la vivacité et la pureté uniques des sensations ainsi éveillées,
    rien qu’avec les contractions, les mains éloignées de la zone du sexe et du cul
    et puis les mouvements du corps,
    n’a vraiment pas d’équivalent

    je ne vais pas forcer
    mais je sais maintenant que j’arriverai de plus en plus
    à obtenir des résultats aussi fabuleux en aneroless pur
    et sur des laps de temps de plus en plus longs,
    c’est encore plus facile comme cela, encadré par mes autres façons de pratiquer,
    c’est même beaucoup plus facile en fait
    car l’aneroless bénéficie de la tension sexuelle accumulée, de mon élan, de mon excitation
    et même mon instinct semble me dicter beaucoup plus facilement ce que je dois faire

    j’ai terminé par quelques minutes avec les doigts bien enfoncés dans mon fondement,
    un long orgasme aussi assez extraordinaire d’intensité

    une heure mais j’étais exténué, comblé, en nage, va falloir que j’aille reprendre une douche,
    j’ai remis aussi la taie imperméable sur le lit,
    vais pouvoir reprendre si l’envie m’en reprend, mes jeux avec de l’urine,
    j’adorais terminer ainsi mes séances,
    j’ai déjà écrit à quel point cela pouvait être délicieux,
    les jets d’urine sortant,
    apportant un plaisir très équivalent à une longue éjaculation par saccades sur plusieurs minutes
    mais aussi le liquide chaud, le liquide dorée s’écoulant
    sur le bas-ventre, sur les jambes, sur les flancs,
    comme de dizaines de micro-caresses

    sinon question comparaison des sensations,
    là ce soir j’ai vraiment bien pu comparer,
    définitivement il y a des différences,
    les sensations avec masseur, sont certes de qualité moindre
    mais c’est un tel flot qui se déverse constamment, les vannes sont ouvertes en grand
    et même si dans l’absolu, la qualité des sensations est moindre,
    concrètement, il y a une telle quantité de plaisir qui est présente
    à chaque instant dans ma chair,
    que la qualité est atteinte ainsi

    c’était très frappant,
    dès que j’enlevais le masseur et continuais avec mes doigts,
    c’est comme si tout d’un coup on avait refermé le débit d’un robinet quelque part,
    la qualité augmentait mais le débit était bien moindre,
    il me fallait quelques instants pour me ré-ajuster par rapport à ce débit moindre

    dans la dernière séquence d’aneroless pur,
    là dans les meilleurs moments j’ai pu constater, que c’était vraiment la reine des façons de pratiquer
    parce que j’ai eu quelques instants où la quantité était là
    mais aussi cette qualité sans pareille, si unique, comme un diamant pur, incomparable,
    là j’avais le beurre, l’argent du beurre, le sourire de la crémière, son cul, sa bouche,
    enfin tout

    là pour faire bonne mesure,
    je vais encore faire un quart d’heure avec le Wand en acier,
    essayer de progresser avec celui-là aussi

    puis peut-être encore une micro-séance, histoire de terminer sur une bonne note la soirée

    on dit que le meilleure ami de l’homme, c’est son chien
    mais moi je dis que le meilleur ami de l’homme, c’est sa prostate!

    #29175
    bzo
    bzo
    Participant

    me suis préparé en vitesse un smoothie mandarines-citron que j’ai mis au frigo,
    vite un repas maintenant
    car je n’ai qu’une envie depuis des heures,
    c’est de me mettre au lit
    et de JOUIR, JOUIR, JOUIR

    eu au boulot durant l’heure de midi,
    dans la petite salle de gym toujours déserte en dehors de moi
    quelques délicieux moments

    mes collègues m’ont demandé après, « ça va, ça a été? tu t’es bien amusé? »
    moi: »oui, oui, j’ai bien pris mon pied… »
    eux: « à ce point? », moi « oui, oui, à ce point… »

    #29176
    bzo
    bzo
    Participant

    une heure et demie au lit,
    enfin je devrais plutôt écrire, une heure et demie au paradis

    je pourrais écrire un bouquin de 500 pages sur cette séance,
    tellement elle a été riche
    et encore en touts petits caractères

    j’ai alterné les séquences avec masseur et sans,
    au début celles avec masseur étaient plus longues
    mais cela s’est équilibré et j’ai terminé par une longue séance sans masseur

    quelle délice, ce flot continu, dense, intense de plaisir
    quand le masseur est en moi, quand le masseur s’enfonce en moi, quand le masseur me pénètre,
    quand le masseur vient se presser contre ma prostate,
    c’est comme si un robinet était constamment ouvert à son débit maximum,
    cela se déverse en moi par jet continu,
    Carabosse, ma petite fée en silicone, enfouie en moi, allant en moi,
    fouillant en moi, frottant en moi,
    cela provoque un jet continu de plaisir, traversant tout mon corps, tous mes muscles,
    mon cerveau, rien n’est épargné

    oh cela n’a pas toujours été comme cela,
    c’est comme cela en fait que depuis j’ai repris,
    ce flot dense, sans discontinuité,
    c’est grâce à l’affinement, à l’optimisation de ma technique
    avec ces mois d’aneroless
    où il faut exploiter au maximum chaque sensation, chaque contraction, chaque geste,
    l’ensemble formant comme l’amorçage d’une source très en profondeur
    mais il faut pomper, pomper et encore pomper
    mais une fois que cela commence à couler,
    ces sensations sont incomparables,
    c’est comme si le noyau terrestre frissonnait avec nous,
    en nous

    mais bon, c’est bien agréable aussi
    quand il y a comme cela un robinet ouvert en grand qui déverse

    j’utilise tous les stratagèmes que j’ai mis au point ces dernières semaines
    main par devant, effleurant le sexe, les couilles
    pour obtenir l’injection de sensations péniennes,
    cela marche merveilleusement bien,
    je suis resté de longues minutes ainsi,
    par exemple, tirant sur une couille de plus en plus
    tout en pressant le masseur en moi,
    comme les sensations changent,
    j’ai aussi remarqué que dans ces moments,
    j’aimais beaucoup pincer, griffer, enfoncer les ongles

    la couleur et les tonalités des sensations ainsi,
    se modifiaient tellement, c’était remarquable

    enfin j’enlevais le masseur et continuais
    avec mes doigts jouant dans la raie , s’enfonçant graduellement, ressortant
    puis me pénétrant sans ménagement,
    les contractions ont un rôle tellement important dès qu’il n’y a plus de masseur,
    en fait ils viennent épouser les doigts,
    former un fourreau autour et l’ensemble constitue une sorte de super masseur, je me suis rendu compte,
    vivant, frémissant, ayant une vie indépendante, changeant de forme,
    se séparant en plusieurs composants parfois quelques instants
    puis se ressoudant, formant à nouveau un bloc compact formidablement planté dans mon fondement,
    me faisant hurler de plaisir pendant de longues minutes

    dès que le masseur n’est plus dans mon fondement mais que j’y vais avec la main,
    le débit du robinet se réduit
    mais comme je l’ai déjà écrit,
    c’est compensé par la qualité supérieure des sensations,
    en quelques secondes je m’adapte à ressentir de moins grandes quantités
    mais de meilleure qualité
    et bientôt tout mon corps s’y est adapté, frissonne, frémit, jouit

    quel divin kaléidoscope,
    je vous embrasse, mes amis

    je pense fort à toi, cher @ch313,
    j’espère que cela va mieux pour toi

    #29177
    bzo
    bzo
    Participant

    deux heures et demie du mat,
    je décide de faire une autre séance au lit avant d’aller dormir

    une demie heure, essentiellement avec le masseur,
    je l’ai retrouvé après l’avoir répudié loin de mon fondement,
    ce masseur, mon petit chéri en silicone, avec sa hampe légèrement élastique
    et son contact velouté
    et puis sa grosse tête fouineuse, son gros mufle sans gêne qui affole ma prostate

    un peu de main qui effleure une couille,
    voir main en coquille sur le sexe, serrant même bien fort,
    rien ne semble affaiblir le flux prostatique,
    il ingère tout et me rend fou de bonheur de mille manières

    après comme j’avais bu deux tasses de thé,
    je me suis dit que c’était peut-être le bon moment pour arroser mes plate-bandes,
    je bandais mes muscles du bassin patiemment,
    quelques gouttes sont montées, bon signe,
    encore un peu de patience

    puis un spasme de tout le corps, un premier jet comme une éjaculation brutale
    puis le liquide chaud a commencé à se répandre sur mes cuisses, sur mes hanches,
    comme une douce caresse,
    comme c’était soulageant, je me sentais de plus en plus serein,
    le plaisir extrêmement violent du premier jet a été remplacé par une sorte d’état extatique

    je continuais pendant de longues minutes régulièrement à lâcher de petits jets tranquiles
    qui se baladaient pendant quelques instants sur mon ventre, mes cuisses, mon bas-ventre
    comme des petites souris joyeuses, titillant ma peau

    la taie commençait à être trempée sous moi,
    pris d’une soudaine envie, je replongeais mes doigts dans mon fondement,
    je criais très fort, tandis qu’une contraction automatiquement comme une hôtesse d’accueil,
    les enveloppait d’un fourreau de muscles et de nerfs prêts à s’enflammer

    je gémissais très fort, j’étais encore vraiment très excité,
    apparemment le travail de tous les muscles du bassin pour faire monter l’urine,
    avait maintenu une forte tension sexuelle, mine de rien

    je continuais, couché avec mes doigts jouant dans la raie,
    tantôt s’enfonçant aussi profondément,
    tantôt juste effleurant, jouant à l’entrée,
    les sensations sont intenses, délicieuses, je gémis sans discontinuer

    un petit quart d’heure ainsi encore,
    temps d’aller me laver, mettre la taie imperméable dans la baignoire,
    venir ici écrire mon petit compte-rendu pendant que c’est encore chaud

    #29178
    bzo
    bzo
    Participant

    j’ai commencé la journée comme je l’ai terminé,
    docteur, suis-je sex addict?

    préparé mon petit déjeuner et puis au lieu de le prendre,
    je me suis pris plutôt,
    je me suis consommé sans modération

    les week-end et les jours de congé,
    dorénavant, je mettrai directement une de mes alèses imperméables sur le lit,
    de cette façon à tout moment si l’envie me vient de me baiser,
    tout est prêt, lit imperméabilisé et prêt aux différents fluides qui peuvent éventuellement s’écouler,
    la boîte aux masseurs et le lubrifiant sont à côté,
    je ne fais même plus de micro-séance actuellement,
    je préfère directement m’ébattre à l’horizontale sur mon matelas

    il faut dire que cela m’a manqué et me manquait de plus en plus
    comme mes écrits de ces derniers temps dans le fil Prostatomane III en témoignent,
    là avec l’alèse à demeure sur le lit, je peux être en action en un temps record

    bon, ce sera jamais la même chose que sans masseur
    où je peux interrompre n’importe quelle de mes activités à la maison
    et l’instant d’après je suis déjà occupé
    comme je me promène toujours à poil désormais,
    toute la surface de ma peau, de mes membres, de mon bassin,
    de mon petit troutrou d’amour sont disponibles à tout instant,
    mes mains avides, mes mains gourmandes ne se gênaient pas pour aller farfouiller,
    effleurer, caresser, pincer, griffer, pénétrer à tout moment,
    là il faut tout de même aller jusqu’au lit,
    même quand le g-rider est simplement posé dessus,
    il faut le lubrifier et l’introduire
    et puis après, il faut tout de même aller le laver
    mais bon il faut ce qu’il faut, n’est-ce pas

    dans un monde idéal, j’aurai un serviteur, un esclave sexuel, deux même,
    un homme et une femme, eux aussi tout nus chez moi,
    qui devineraient le moindre de mes désirs,
    les anticiperaient,
    un petit signe convenu entre nous
    et déjà l’un d’eux lubrifierait le masseur,
    je n’aurai qu’à m’installer sur le lit, écarter un peu les cuisses
    et on me l’introduirait,
    bon je vais arrêter la machine à fantasmes
    car je vois une foultitude d’autres actions possibles avec deux esclaves sexuels
    comme cela à ma disposition,
    euh s’il y a un candidat et une candidate,
    pour m’envoyer photos et lettres de candidature, me contacter par PM

    donc préparé mon petit déjeuner
    et me suis mis au lit, englouti Carabosse bien lubrifié
    et vogue la galère,
    « allez esclaves, on rame, une, deux, une, deux, une, deux! »

    un bon quart d’heure après, j’exerçais encore 5 minutes en aneroless
    puis je repris le Wand,
    il m’avait un peu refroidi avant-hier quand j’avais vu aux toilettes que du sang était sorti,
    dans mes tentatives d’obtenir des résultats j’y étais allé sans doute un peu fort

    mais aujourd’hui, un nouvel quart d’heure avec,
    pas beaucoup plus de résultats au niveau des sensations
    mais au moins je commence à m’habituer à sa présence,
    à savoir le bouger, le garder

    avec la petite boule, cela ne va pas, il sort à tout moment
    mais avec la grosse, elle reste bien à l’intérieur,
    je m’habitue à le sentir, à le bouger
    mais sans grands effets,
    cela doit être du à mon système, à ma façon de pratiquer
    je me fais l’amour et je reproduis des gestes et des mouvements
    qui prétendent reproduire un bassin, des reins en action,
    en train de pénétrer et en train d’être pénétré ,
    en même temps un sexe dressé que j’enfonce et que je sens s’enfoncer en moi,
    je suis habitué à ces mouvements à haute teneur sexuelle
    qui éveillent directement des sensations en moi,
    que ce soit avec masseur ou sans,
    ma prostate aussi se met directement à vibrer
    et là pour l’instant, ce Wand en acier, je ne parviens pas du tout à le rentrer dans mon système

    patience, patience

    #29180
    bzo
    bzo
    Participant

    je sors d’une séance, une heure à peu près,
    des séquences d’une dizaines de minutes en moyenne,
    alternant avec masseur et sans

    j’aimerai pouvoir vous donner une idée de ce que j’ai vécu
    mais ce ne serait jamais qu’une idée
    et moi, ce n’est pas une idée que j’aimerais vous donner à voir, à vivre
    mais des sensations,
    la sensation de ce ineffable plaisir qui submerge ma chair,
    qui envahit ma chair, qui fait exulter ma chair,
    c’est cela que j’aimerai partager avec vous
    mais c’est impossible, bien sûr

    j’évite à nouveau, ce que j’appelle la main par devant ,
    plus de doigts directement sur le sexe, serrant ou tirant une couille,
    je ne suis de nouveau plus du tout convaincu,
    malgré le plaisir immédiat qui est indéniable
    mais j’ai l’impression aussi que cela empêche la séance
    de monter dans les plus hautes sphères

    cependant je ne peux résister à de légers effleurements dans la zone génitale
    ou pressant ma chair non loin,
    cela fait un effet délicieux aussi, je sens bien l’injection de sensations péniennes,
    puissantes, donnant d’autres coloris au flux principal des sensations prostatiques
    mais j’évite un contact direct
    qui je crois, plombe l’avion, l’empêche de monter dans les très hautes altitudes

    tant pis pour les voisins,
    si je crie trop fort, ils n’auront qu’à me faire une remarque,
    tant qu’on ne me dit rien, je me laisse aller,
    je laisse parler mes entrailles,
    je ne veux avoir aucun contrôle dessus

    mes séquences en aneroless sont remarquables aussi,
    la preuve, c’est que leur durée est désormais égales aux séquences avec masseur,
    ma façon de pratiquer assis dans mon fauteuil assis sur ma main,
    je l’ai adaptée aux positions couchées dans le lit
    et me procurent des moments délicieux, remarquables,
    les doigts errent à l’entrée, glissent entre les lèvres, frottent
    puis s’enfoncent un peu, beaucoup , à la folie

    c’est mystérieux comme cela fonctionne car je sens bien
    que c’est une sorte de masseur formée par mes doigts et les contractions,
    beaucoup plus sophistiqué car pouvant changer de forme,
    pouvant procurer un plaisir extraordinaire simplement en errant à l’entrée,
    frottant un peu la raie,
    avec la contraction associée, cela forme comme un conduit, une ligne vers ma prostate
    et les sensations sont bien prostatiques

    quand j’enfonce plus mes doigts, alors il y a de l’anal en plus
    mais pas plus finalement qu’avec un masseur,
    comme c’est riche, comme est varié,
    je peux bouger changer de position, les doigts me suivent,
    enfin suivent plutôt mon cul, mon trou de balle
    et me font frissonner comme c’est pas permis,
    j’en suis qu’au début des explorations de cette façon de faire au lit
    mais c’est incroyablement riche et puissant aussi

    et puis tout de même j’ai eu aussi quelques minutes à gauche et à droite en aneroless pur,
    ce que j’appelle aneroless pur, je n’ai pas besoin de le rappeler,
    je l’ai déjà expliqué des tas de fois

    la source de très haute altitude,
    chaque fois que les sensations m’inondent quand je pratique de cette façon,
    je ne peux m’empêcher de penser à ces mots: « la source de haute altitude »,
    tellement dans ces moments-là le plaisir qui coule en moi,
    qui inonde mes membres, mon bassin, ma tête,
    semble d’une pureté et d’une limpidité indescriptibles,
    quel nectar, mes amis, quel nectar

    fragile encore, je suis parfois encore tellement incertain
    quand je me lance de cette façon comme un patineur sur glace
    qui a peur de tomber
    et bien sûr les sensations s’estompent si on se lance avec cette incertitude dans la tête,
    avec cette appréhension que cela va pas aller,
    je me suis bien repris ce soir,
    par deux ou trois fois je me suis lancé en aneroless pur
    et à chaque fois le même doute a commencé à me tenailler, à me ronger
    mais j’ai su réagir et chasser cette glu paralysante de ma tête
    et réussir d’excellentes sensations

    #29183
    bzo
    bzo
    Participant

    ce matin, me suis réveillé plus tôt,
    alors plutôt que de me tourner les pouces à vide,
    j’ai décidé de les tourner dans un endroit utile
    avec les autres doigts aussi tant qu’à faire

    résultat: une demie heure en aneroless au lit,
    bon dieu quels bons moments,
    comme ma chair a été ivre de bonheur,
    je me tordais dans mon lit en gémissant,
    mes caresses me rendaient fous
    et mes doigts jouaient en bas

    au moindre contact j’éprouvais des frissons dans tout le corps
    et je hurlais doucement,
    les yeux fermés, emporté par le plaisir, on est ce qu’on ressent, on a le corps qu’on ressent
    et le féminin totalement libéré en moi,
    j’avais des lèvres qu’il faisait bon plisser et déplisser
    par des doigts fouillant sans gêne, me pénétrant,
    allant et venant en moi, frottant mes muqueuses en feu

    tournez manèges, ma croupe était en feu,
    je venais aussi par devant, reposer ma paume sur l’aine, le pli de l’aine
    je me sentais emporté par un tourbillon de plaisir
    en bougeant le bassin lascivement,
    les doigts simplement reposant, semblant servir de conducteurs

    puis je remontais la main, me caressais passionnément la poitrine
    et continuais avec de lentes contractions
    qui firent se lever en moi la plus délicieuse des houles,
    j’étais envahi par des vagues qui montaient comme dans la baie de Saint-Michel,
    quel galop, je n’en pouvais plus, mes sens m’emportaient sur un tapis magique,
    je me tortillais dans tous les sens de plaisir
    tandis que mes cris et mes gémissements étaient une douce musique pour le plafond

    belle façon de commencer la journée,
    vais être bien détendu au boulot

    #29184
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    et à chaque fois le même doute a commencé à me tenailler, à me ronger
    mais j’ai su réagir et chasser cette glu paralysante de ma tête

    Je l’ai écrit sur un autre fil, je me suis rendu compte que cette crainte m’empêchait souvent de pratiquer. Je trouvais toutes les excuses possibles pour ne pas faire de séance.
    Elle tend aujourd’hui à s’estomper, mais reste quelque fois très présente. Je parviens toutefois à la gérer de mieux en mieux, mais c’est une réelle difficulté à laquelle le débutant est confronté. La pratique et l’assurance qui vient avec a tendance à la minimiser et à la rendre plus gérable.

    Sinon, je suis content de lire que tu continues avec bonheur ton bonhomme de chemin.

    Bonne journée à toi.

    #29207
    bzo
    bzo
    Participant

    Sinon, je suis content de lire que tu continues avec bonheur ton bonhomme de chemin.

    je dois dire que je n’ai jamais été aussi bien sur mon chemin

    cette initiative qui m’a remmené à ouvrir un nouveau fil, Prostatomane IV,
    a été des plus heureuses et sans doute une des plus décisives que j’ai jamais prise.

    je suis un peu psychorigide sur les bords, il faut bien l’avouer
    pendant un an j’ai pratiqué obsessionnellement avec masseur
    puis depuis quelques mois tout aussi exclusivement en aneroless,
    alors là avec une pratique ouverte sur les nouveautés,
    essayant déjà d’intégrer le Wand en acier
    et pratiquant une alternance entre séquences sans masseur et avec durant la même séance,
    cela s’est considérablement enrichi,
    et j’ai fait plus de progrès en aneroless en quelques jours que depuis des mois

    tout s’est mis si simplement en place,
    en pratiquant intensivement des séances où j’alternais avec masseur et en aneroless,
    tout s’est délié, les problèmes techniques que je tournais en rond dans tous les sens depuis des semaines,
    en quelques jours se sont résolus en un tour de main

    et puis j’ai retrouvé le lit, je suis tellement heureux d’avoir à nouveau des séances
    qui durent une heure, une heure et demie,
    mes micro-séances ont atteint une intensité remarquable
    mais comme je l’ai déjà précisé, ce ne sont en aucun cas des plats principaux,
    juste de délicieuses entrées, hors d’oeuvre ou désserts
    mais ils manquent la consistance, la richesse et les capacités nutritives d’un plat principal

    alors je commençais à avoir l’impression de tourner en rond
    mais là tout s’est ouvert comme par miracle,
    cela foisonne, le plaisir coule à flot avec le masseur
    et j’alterne cela avec de l’aneroless
    où la qualité des sensations est supérieure avec un débit moindre,
    comme je l’ai déjà signalé

    franchement je ne peux rêver plus pour l’instant,
    je suis bien sur ma voie,
    tellement bien avec ce plaisir vécu au plus intime de ma chair,
    avec une telle abondance , avec une telle intensité
    et je me sens sur le point de m’épanouir comme jamais dans ma pratique

    #29217
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    Content de lire que tu as pu débloquer une situation dans laquelle tu te sentais enfermé.
    De plus, je suis vraiment convaincu que tu as bien fait de réintégrer les masseurs dans ta pratique. Comme je l’ai écrit, je pense que les deux pratiques ne sont pas antagonistes mais complémentaires. Ton horizon aujourd’hui s’est élargi, et s’élargira encore certainement.
    Ceci dit, ton éloignement des masseurs était peut-être nécessaire pour que tu concentres ton énergie sur ta nouvelle pratique anerosless, sans t’en distraire.
    Aujourd’hui les forces ne vont pas s’additionner mais se multiplier.

    Bonne continuation bzo.

    #29227
    bzo
    bzo
    Participant

    tu as très bien résumé

    Comme je l’ai écrit, je pense que les deux pratiques ne sont pas antagonistes mais complémentaires. Ton horizon aujourd’hui s’est élargi, et s’élargira encore certainement.
    Ceci dit, ton éloignement des masseurs était peut-être nécessaire pour que tu concentres ton énergie sur ta nouvelle pratique anerosless, sans t’en distraire.
    Aujourd’hui les forces ne vont pas s’additionner mais se multiplier.Aujourd’hui les forces ne vont pas s’additionner mais se multiplier.

    tout cela est tellement vrai et illustre parfaitement ce que je suis en train de vivre depuis quelques jours

    je suis quelqu’un d’assez fermé et ma pratique me ressemblait,
    me ressemblait depuis le début

    mais maintenant cela a changé, j’ai ouvert ma pratique,
    je fais des séances mixtes,
    ce sont des moments extraordinaires, tout s’est tellement élargi,
    une telle richesse s’est brusquement révélée,
    et j’ai évolué à la vitesse grand V techniquement
    grâce à ces incessants aller-retour entre les deux différentes façons de pratiquer,
    tout s’est mis en place tellement simplement

    j’essaie d’intégrer des nouveautés aussi, le Wand pour l’instant
    mais j’ai l’intention de continuer à être curieux
    et non pratiquer avec des oeillères

    j’ai beaucoup expérimenté
    et cela paie,
    aussi bien en aneroless qu’avec masseur, ma pratique a décollé,
    les fruits sont là qui pendent entre les branches, mûres, juteuses,
    je n’ai plus qu’à les cueillir

    pas de limites, mon ami, pas de limites

    #29229
    bzo
    bzo
    Participant

    cela fait deux jours que j’essaie de décrire une de mes nouvelles séances en mode mixte,
    alternance de séquence avec masseur et puis de séquence sans,
    je couche sur le papier, euh pardon,
    sur la page du forum en mode édition parfois jusqu’à plusieurs dizaines de lignes
    tentant de donner forme à une petite scénette sexuelle
    restituant ce que j’ai vécu peu de temps avant
    et puis je me relis, je me rends compte que cela ne va pas,
    c’est rempli d’adjectifs genre incroyable, extraordinaire, fantastique, superbe, divin, etc

    le fait est que pour l’instant c’est inracontable,
    le territoire s’est soudainement tellement élargi,
    les sensations se sont tellement enrichies, diversifiées,
    que je ne trouve pas encore les mots, les images pour décrire
    ce que sont devenues mes séances depuis quelques jours

    ceux qui me lisent, savent à quel point ces derniers temps j’ai expérimenté,
    hésité, tâtonné, avec ma technique pas encore au point en aneroless
    mais là tout s’est mis en place,
    même en ce que j’appelle l’aneroless pur, tout est là désormais,
    je n’avance plus craintivement comme quelqu’un qui a peur de briser la glace trop ténue
    sur laquelle il s’est aventuré
    parce que je parviens désormais à amorcer la pompe en quelques instants
    et la source de très haute altitude m’abreuve abondammement

    mes mains savent ce qu’elles doivent faire désormais, mon cul, mon bassin aussi,
    j’ai la recette,
    tout l’équipage est sur le pont, silencieux, concentré, sérieux comme des papes,
    chacun sachant ce qu’il a à faire,
    chacun accomplissant sa part pour que la belle mécanique file sur les vagues
    à toute vitesse toutes voiles dehors

    ce constant dialogue entre les moments en aneroless et les moments avec masseur
    a tout simplement accompli des miracles,
    à la loterie prostatique, j’ai tiré le gros lot,
    euh, c’est juste pour faire un bon mot
    car cela n’a rien à voir avec le hasard ce qui m’arrive
    mais alors rien du tout,
    c’est plutôt les pièces d’un puzzle très complexe avec lequel je suis occupé depuis pas mal de temps
    qui là s’est mis en place,
    en mode accéléré ces derniers jours

    manque bien encore à gauche et à droite une pièce
    mais bah, mais bah,
    si vous m’entendiez crier, mes amis,
    vous comprendriez tout de suite que je n’exagère pas

    #29234
    bzo
    bzo
    Participant

    qu’est-ce qui a changé?
    qu’est-ce qui a fait que maintenant en aneroless, cela marche si bien?

    je vais tenter de faire un petit point technique
    car maintenant que cela fonctionne que le plaisir est là en aneroless pur aussi,
    cela veut bien dire que c’est devenu efficace et que j’effectue les gestes et les mouvements qu’il faut
    comme il faut, quand il faut et où il faut

    rien de bien nouveau dans les descriptions qui vont suivre,
    à part un point essentiel qui fait toute la différence
    que tout ce que j’ai essayé jusqu’ici, a trouvé son efficacité,
    mes deux mains savent désormais ce qu’elles ont à faire,
    où elles ont à évoluer, chacune a une zone qui lui est dévolue
    et elle ne s’en éloigne jamais

    tout le corps est à caresser bien sûr
    et quand je pratique avec masseur où je n’applique pas les mêmes règles,
    je vais régulièrement caresser les jambes, les pieds, d’autres zones moins sollicitées aussi
    mais en aneroless désormais, chacune de mes mains a son territoire,
    pour faire simple, la main gauche a le haut du corps
    et la main droite la zone du bassin

    la main gauche donc s’occupe essentiellement des seins
    mais descend aussi caresser le ventre, les flancs, remonter vers le cou
    mais essentiellement les seins bien sûr
    car pour le haut du corps, c’est la principale zone érogène,
    ce sera avec la paume, des caresses avec le bras aussi,
    puis de temps à autre, pincer, griffer, tordre

    la main droite, elle a trois modes possibles
    mais toutes les trois dans la zone du bassin,
    en mode « main par devant », il y a contact direct avec les parties génitales,
    main en coquille sur le sexe et les couilles
    ou tirer une couille vers le côté
    mais le principe est qu’une fois la main ou les doigts en place,
    il y a immobilisation, passivité, c’est la contraction par en-dessous
    qui se charge de donner vie à tout cela, à provoquer des frottements, des mouvements,
    quand la main change de position, la contraction attend, synchronisation simple mais efficace,
    ainsi je peux rester de longues minutes avec les sensations péniennes
    parfaitement injectées dans le flux des sensations prostatiques,
    mon sexe reste mou, flasque, pas l’ombre d’un durcissement
    malgré de longues minutes où mon pénis bouge, frotte sous ma main
    et provoque plein de sensations délicieuses dans tout mon corps

    « la main par derrière », là c’est plus mystérieux,
    j’avais parlé de sensations anales injectées dans le flux prostatique,
    c’est vrai dans une certaine mesur
    mais moins que je croyais,
    le fait est que toute la zone du bassin est devenue extrêmement sensible chez moi
    grâce à ma prostate tellement réceptive, tellement éveillée, tellement prête à vibrer,
    quand la contraction se passe et que ma main est posée sur la fesse,
    je sens ma prostate, c’est presque comme si je caressais directement ma prostate

    mes doigts vont rester à l’entrée, jouer dans la raie lubrifiée,
    cet anus n’est pas un anus, n’est plus un anus dans ces moments-là,
    j’ai l’impression d’avoir les doigts qui plissent et déplissent les lèvres d’un sexe,
    entre dedans, vont et viennent,
    je reprends ici le concept de vaginus d’ @envole, notre chère Naomi,
    cet anus n’est plus un anus mais un sexe féminin vibrant, prêt à s’enflammer sous mes doigts

    la main par derrière donc, c’est jouer à l’entrée de mon sexe, y enfoncer mes doigts,
    frotter l’intérieur, aller et venir
    mais rester essentiellement en surface, c’est là que c’est le plus sensible chez moi,
    les doigts juste à l’entrée, entrant d’un centimètre ou deux, ressortant,
    courant comme des petites souris d’amour, curieuses, affolées d’excitation et affolantes d’excitation,
    là aussi il y a cette synchronisation qui est important, importantissime,
    les doigts restent passifs quand les contractions vont et viennent
    et puis se remettent en mouvement alors la contraction attend son tour et redémarre

    le troisième mode, c’est le mode aneroless pur,
    là la main évite tout contact direct avec les parties génitales, le fondement et la raie du cul,
    elle continue de patrouiller dans la zone,
    fesses, aine, pubis, haut des cuisses, bas du dos,
    il y a plein de coins et de recoins à explorer

    toute cette zone du bassin quand la contraction tend tous les muscles ,
    devient incroyablement réceptive,
    j’ai l’impression d’attoucher directement ma prostate
    où que je pose ma main, mes doigts,
    comme c’est délicieux, irrésistible de poser simplement sa main le sur le globe d’une fesse
    et d’attendre, commencer à sentir la contraction envahir cette fesse,
    sentir cette vibration sous la paume, sentir ma prostate là-dessous
    comme une petite pile atomique, infatigable génératrice d’ondes sexuelles,
    de frissons, de vagues de chaleur qui vont se répandre dans tout le corps

    c’est une règle essentielle chez moi que j’ai mis au jour,
    de garder toujours en aneroless chacune des mains dans sa zone,
    ainsi on maintient une efficacité maximale
    et même en aneroless pur,
    je parviens à amorcer la pompe à sensations en un temps record
    et parviens à maintenir un flot constant de sensations
    en gardant la main droite sur le territoire du bassin,
    alternant les trois modes possibles,
    jamais les mélangeant mais les enchaînant,
    selon mon bon plaisir, mon envie

    avec masseur, rien de tout cela,
    les choses sont beaucoup plus simples,
    les mains sont libres d’aller où elles veulent, caresser tout le corps,
    c’est avant tout l’efficacité du maniement du masseur
    en conjonction avec les caresses et les autres mouvements du corps,
    qui compte

    #29236
    bzo
    bzo
    Participant

    les mains descendent de temps à autre caresser une fesse, l’intérieur d’une cuisse,
    effleurant en remontant au passage une couille
    mais la vérité, c’est que dans ses moments avec hampe de silicone dans le fondement,
    toute la zone du bassin, appartient au masseur,
    Carabosse, ma petite fée du logis qui récure comme personne avec son balai magique

    de lents va et vient, avec légers changements de direction constamment
    pour varier les angles et les frottements sur les parois,
    entrecoupés de longues pressions insistantes plus ou ou moins fortes sur la prostate

    j’ai commencé la séance de ce matin en aneroless pour varier,
    d’habitude c’est avec masseur,
    après avoir lubrifié mon fondement, j’approche les doigts de la main droite,
    tandis que l’autre main déjà caresse mes seins,
    un lent mouvement en 8 alongé, les doigts passant d’abord lentement de biais sur le sein gauche
    puis avec un mouvement, traînant, frottant , vont vers l’autre
    tandis que l’avant-bras et le coude , continue de frotter le sein gauche
    en même temps que le droit est emprisonné avec gourmandise par les doigts

    le bout des doigts de l’autre main commence à agacer la raie,
    entrent un peu, frotte tandis que le lent va et vient des contractions,
    tout mon bassin engagé dans ce langoureux mouvement de pénétration,
    provoque immédiatement une explosion de sensations délicieuses dans tout mon bassin,
    qui se répandent rapidement dans tout le corps
    et allument des mèches dans mon cerveau

    pan, pan, pan, de la pyrotechnie, des explosions d’étoiles de toutes les couleurs
    au firmament dans l’obscurité derrière mes paupières,
    c’est bien parti, je ne suis occupé que depuis une minute ou deux
    et déjà mon corps se tord de plaisir,
    c’est délicieux comme sensation de se rendre compte que son corps bouge comme cela par delà notre volonté,
    comme si des puissantes vagues de plaisir arrivant en nous,
    le projetaient à gauche, à droite sans qu’on n’y puisse rien

    je me cabre soudainement, les hanches décollent du matelas,
    la tension est extrême, le plaisir commande,
    tu es mon maître, fais de moi ce que tu veux,
    je suis ton esclave, je suis prêt à manger la poussière si tu me le demandes,
    je suis prêt à mordre jusqu’à me casser les dents la table de nuit
    si tel est ton caprice,
    emplis-moi, inondes-moi
    et fais-moi se tordre comme cela comme un serpent dont la queue serait captive sous un talon
    et qui tenterait de s’échapper en se démenant
    sauf que moi je ne cherche pas à m’échapper,
    au contraire fais-moi ton prisonnier jusqu’à la fin des temps,
    je veux me tordre comme cela jusqu’à la fin des temps

    je continuais ainsi de longues minutes
    avant de passer à la main par devant, emprisonnant les couilles dans ma main
    et tirant tout mon appareil fortement vers le haut
    tandis que des contractions fortes me remontent dans le fondement,
    genre coups de boutoir, lentement mais puissamment

    cela m’a pris à la gorge tout d’un coup,
    un hurlement de plaisir tellement massif, tellement énorme,
    qu’il est resté coincé dans ma gorge,
    je restais ainsi de longues secondes, n’ayant pas la force de l’expulser,
    tellement j’étais cloué à mon lit,
    avec comme une chape de béton de 36000 tonnes de plaisir s’étant abattu sur moi

    après, pour faire bonne mesure,
    je continuais en aneroless pur,
    les couleurs du plaisir ressenti, changeaient encore radicalement ainsi,
    des vagues de frissons lumineuses s’élançaient de tous les côtés
    tandis que j’appuyais bien fort dans mon fondement
    comme si j’avais un sexe dressé, bien gorgé de sang, bien enfoncé en moi,
    en tête à tête avec ma prostate,
    deux têtes de noeud engagés en conversation intime à travers la paroi enflammée de désir

    je lubrifiais et puis enfonçais le masseur,
    à demi couché, ce premier moment de contact est incroyable,
    j’ose même plus bouger tellement c’est bon,
    juste ma main gauche qui descend le long de ma jambe,
    lentement, je sens mes poils sur leur passage qui se redressent

    je bouge le masseur,
    à chaque contact avec ma prostate, je deviens fou,
    cela fait comme une lente explosion au fond de mes entrailles,
    je change de position beaucoup moins,
    de temps à autre je m’assieds ou je me redresse sur les coudes un peu
    mais beaucoup moins qu’avant,
    la vérité c’est que le plaisir est tellement massif, tellement intense,
    que je ressens nettement le besoin de changer de position,
    je reste donc essentiellement sur le dos, redressant une jambe, l’autre, soulevant le bassin,
    me mettant un peu sur le côté,
    enfin égrenant les mille et une variante possible sur le dos

    quel pied, mes amis, quel pied,
    je vous embrasse bien fort

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 29)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.