Mots-clés : , ,

20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 320)
  • Auteur
    Articles
  • #27025
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    je pense que tu peux tout à fait créer une discussion à ce sujet. Il n’en ressortira peut-être rien, mais ça vaut peut-être le coup.


    @jieffe
    a raison ; notre forum est un lieu d’échanges et cette question a naturellement sa place dans le forum « Libre parole sur la sexualité ». Mais comme il le note, nous ne sommes pas thérapeutes et vous ne pouvez pas obliger votre compagne à participer à nos discussions ni même seulement à les lire. Cela n’empêche pas que vous puissiez trouver du réconfort en discutant avec nous.

    Bon cheminement @ch313.

    #27031
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Une séance des plus agréable hier soir. Semblables à celle que j’ai déjà décrites. Une bonne heure de bonheur (poète à mes heures).
    J’ai une première vague de plaisir avec des hauts et des bas, mais jamais de bas pendant lesquels je ne ressens rien, et les hauts sont pour moi des orgasmes. Peut-être pas gigantissimes, mais très satisfaisants, bien que je sois certain qu’il existe autre chose de plus puissant, mais j’ai le temps de découvrir. Et ce que je vis est déjà pleinement satisfaisant.
    Puis ça se calme, je reviens presque au niveau 0, mais j’en ai besoin pour reprendre mon souffle et mes esprits.
    Puis ça repart sur le même principe. Après cette deuxième séance, que je n’ai pour le moment jamais dépassé, je mets fin à la séance par épuisement. Quelque fois même après la première vague.
    La sensation de me faire l’amour se précise quelque peu. Je l’ai déjà ressentie de façon subtile, mais hier soir elle m’a semblé plus précise quelques instants.
    C’est très très jouissif.
    Aujourd’hui au bureau j’ai quelques appels de ma prostate, qui me procure du plaisir si tant est que je lui laisse gérer les contractions. C’est fort agréable.
    J’espère recommencer ce soir, mais j’avoue être un peu claqué. Tout ça s’est terminé bien tard, et je me lève bien tôt.

    Et bien voilà, séance choux blanc hier soir. Ça n’a pas voulu démarrer. Quelques sensations de plaisir, mais qui ont avortées.

    tu le savais que cela arriverait encore,
    cela n’empêche la frustration à chaque fois, on aimerait tellement jouir,

    Oui bzo, je m’en doutais bien, et comme tu le dis, cela n’empêche pas la frustration. Mais le plus dur en ce qui me concerne n’est pas tant la frustration, mais le doute.
    Soudain je ne ressens presque plus rien, et la crainte très certainement stupide que cela perdure m’angoisse un peu. J’essaie bien entendu de me raisonner, mais je ne peux empêcher le doute de s’installer.
    Avec l’expérience, je pense que la confiance viendra.

    #27038
    JieffeJieffe
    Participant

    Une chose que je n’ai pas dite mais que je tiens à consigner ici, elle me semble importante dans mon cheminement: je n’ai plus beaucoup d’intérêt pour mon sexe, et ce depuis un petit moment déjà.
    Je n’ai plus de rapport avec ma femme, ni avec d’autres d’ailleurs depuis bientôt un an, et je ne me masturbe pratiquement plus. Cela ne me manque pas, et quand je le fais, c’est un peu ou par habitude, ou parce que ça génère tout de même du plaisir et ce n’est pas désagréable, mais ce n’est pas une envie irrépressible comme j’ai pu en connaître.
    En fait, je crois bien que cela me satisfait peu aujourd’hui, je trouve cela pauvre. Bien sûr, il y a le moment de l’éjaculation, toujours bien agréable, mais qui reste pauvre en regard de ce que je peux connaître.
    Je peux même aujourd’hui attraper mon sexe durant une séance, lorsqu’il est en érection, et faire des mouvements de va et vient comme pour une masturbation classique, mais ça ne va jamais au delà de deux à trois aller retour. Cela ne me procure pas de plaisir, je dirais presqu’aucun.
    La comparaison avec l’orgasme prostatique est rude: lors d’une masturbation, je ne ressens pas grand chose, ou un tout petit plaisir jusqu’à l’éjaculation, qui elle me procure du plaisir. Est ce que c’est la même chose pour vous?
    Lors d’une séance de massage prostatique, lorsque le plaisir arrive, il ne te lâche plus, il va, il vient, il ondule, s’intensifie, diminue un peu, mais ne te lâche pas. Et finalement il est beaucoup plus intense que le plaisir pénien, je m’en rends compte maintenant parce que comme je l’ai précisé, je ne me masturbe presque plus, et je l’ai fait hier.
    Le sexe à proprement parlé ne me manque plus, je pense. Je veux dire mettre mon sexe dans celui d’une femme. Ce serait plus le contact charnel, la peau, les caresses, les rapport buccaux génitaux qui me manqueraient.
    C’était la petite réflexion du soir…

    #27042
    bzobzo
    Participant

    c’est bien sûr une situation très triste,
    être comme cela coupé de celle avec qui tu as du passer de si bons moments, de fusion, de partage, d’amour

    je crois que je préfère encore ma situation, tout seul plutôt que de devoir sentir de la glace
    là où avant il y avait des braises ardentes, du feu

    cependant pour ce qui est du plaisir,
    avec la prostate tu vas y trouver ton compte, je peux te l’assurer,
    même au-delà de tous tes espoirs, il faut encore de la patience bien sûr

    tu seras de l’autre côté de l’étreinte, c’est inespéré, fabuleux, magique

    j’espère de tout coeur que tu vas y arriver le plus vite possible,
    ce bonheur, tu le mérites

    #27047
    AvatarCh313
    Participant

    Jieffe le 9 avril 2018 à 16 h 52 min :
    je n’ai plus beaucoup d’intérêt pour mon sexe, . . .

    Jieffe,
    Mon cheminement ressemble beaucoup au tien.
    Dans les circonstances. Il y a maintenant plus de quinze mois que nous n’avons pas fait l’amour. Et si je devais faire une moyenne des années précédentes, les doigts d’une main suffiraient.
    Dans l’évolution au cours du temps. Avant mes début de recherche sur le plaisir anal, je me masturbais beaucoup, au moins une fois par jour, mais le plus souvent trois fois et plus
    Maintenant je ne le fais presque plus. Du moins en tant que pratique simple ‘isolée’ comme sous la douche par exemple. Je ne sais pas expliquer le pourquoi de l’abandon de cette pratique.
    Par contre, dans mes ‘séances’ je me surprend à me caresser le sexe. Surtout quand je suis ‘Elle’ , je le veux ‘Lui’ , que je veux qu’il me pénètre je l’attire. Et dans mes mains je le sens totalement différemment que lors d’une masturbation classique. La grosseur, la chaleur, la texture, je détaille la forme de mon gland sous mes doigts. Tout est différent.
    Et je peux le caresser encore et encore, longtemps, sans éjaculation. Ce qui n’est plus le but. Sauf Parfois je ‘finis’ par une éjaculation, quand je veux terminer une séance rapidement.
    Et j’aime bien ça, même si je n’ai pas d’émission physique de sperme ( depuis l’opération, je n’en ai plus), j’ai la sensation physique ‘comme si ‘
    Les contacts physiques me manquent. Tous, qu’ils soient digitaux, buccaux, peau à peau. D’être en elle comme je suis en moi est un besoin inqualifiable. Et je ‘souffre’ de ce manque. Je ne sais pas comment ‘établir le contact’.

    #27053
    JieffeJieffe
    Participant

    Merci bzo pour ce gentil message.

    c’est bien sûr une situation très triste,
    être comme cela coupé de celle avec qui tu as du passer de si bons moments, de fusion, de partage, d’amour

    Ben enfin pas si triste. J’ai fini je pense de souffrir de cette histoire. C’est surtout qu’aujourd’hui je ne vois pas de solution. Comme je l’ai déjà expliqué, la vie n’a pas été tendre avec notre couple. Elle a vécu des expériences sévères ces dernières années, des problèmes de santé assez sérieux qui se sont enchaînées auxquels se sont rajoutés des problèmes de la vie courante. Bref, pas facile. J’en ai pas mal souffert, mais je ne pouvais lui en vouloir en regard de ce qu’elle a traversé. Alors aujourd’hui nous sommes dans une impasse, et je ne sais ce que l’avenir nous réserve. Je pense sincèrement que je suis passé à autre chose, mais je continue autant que faire se peut de l’accompagner. Aujourd’hui une grande partie de ses problèmes ont disparus, je continue de l’accompagner, mais j’ai vraiment de plus en plus de mal à supporter ces sautes d’humeur…

    je crois que je préfère encore ma situation, tout seul plutôt que de devoir sentir de la glace
    là où avant il y avait des braises ardentes, du feu

    Et bien aujourd’hui c’est mon souhait. Je vais peut-être le regretter, je ne vais peut-être pas le supporter, mais j’aspire vraiment à être seul, ce qui devrait arriver sous peu.
    Je ne me suis pas engagé dans la pratique anérosienne pour ça, mais il me faut reconnaître qu’aujourd’hui elle représente une bouée de sauvetage. Je ne suis en réalité pas désespéré du tout, comme je l’ai dit, je ne sens plus la glace aujourd’hui mais oui, je l’ai sentie, et même bien. Mais cette pratique représente pour moi aujourd’hui presque un mode de vie. Je vais d’ailleurs très certainement créer une discussion à ce sujet.
    Alors non, je ne suis pas triste, mais je n’ai jamais vécu seul, alors c’est un peu l’inconnu pour moi. Une petite appréhension tout au plus, mais je reste confiant.
    Et si c’était à refaire, je le referai. Je pense qu’il ne faut pas hésiter à se lancer dans une histoire d’amour telle que j’ai connu avec elle, d’une telle intensité, d’une telle force, même si elle doit se terminer. Il faut prendre tout ce qui se présente à nous lorsque c’est positif.
    Si une nouvelle occasion se présente, ce que je ne recherche pas du tout, je pense que je replongerai, mais j’y intégrerai certainement dès le début Lulu et Junior 🙂

    cependant pour ce qui est du plaisir,
    avec la prostate tu vas y trouver ton compte, je peux te l’assurer,

    Je suis déjà très satisfait de ce que je connais, et je suis persuadé que ce n’est pas fini, que je ne suis pas au bout du chemin.

    j’espère de tout coeur que tu vas y arriver le plus vite possible,
    ce bonheur, tu le mérites

    Merci bzo, ça me fait chaud au coeur.

    @ch313

    Et si je devais faire une moyenne des années précédentes, les doigts d’une main suffiraient.

    idem…

    Avant mes début de recherche sur le plaisir anal, je me masturbais beaucoup, au moins une fois par jour, mais le plus souvent trois fois et plus

    Pas autant, mais tu as raison, nos histoires se ressemblent sur ce point.

    Par contre, dans mes ‘séances’ je me surprend à me caresser le sexe. Surtout quand je suis ‘Elle’ , je le veux ‘Lui’ , que je veux qu’il me pénètre je l’attire.

    Je n’en suis pas là, mais j’espère bien le vivre un de ces jours.

    Sauf Parfois je ‘finis’ par une éjaculation, quand je veux terminer une séance rapidement.

    Même pas en ce qui me concerne. Je me suis masturbé gentiment ce WE, un peu ‘pour voir’, et j’ai trouvé assez décevant.

    Les contacts physiques me manquent. Tous, qu’ils soient digitaux, buccaux, peau à peau.

    J’ai le projet d’aller faire un tour en sauna libertin lorsque je serai définitivement seul, voir un peu ce qu’il s’y passe, et peut-être essayer de retrouver un peu de contact. Je pense que ça me suffira grandement. Je ne sais pas encore, je verrai. Mais pour le moment, ce manque ne représente pas un vide abyssal, la pratique du massage prostatique y est certainement pour beaucoup.

    Je ne sais pas comment ‘établir le contact’.

    Pfff… Difficile. Vous avez pensé à une thérapie de couple? Je ne vois guère d’autre solution.
    En ce qui me concerne, je ne vois pas non plus de solution, ou plutôt si, une, satisfaire ces désirs que je juge beaucoup trop exigeants. Donc il faut être honnête, je ne cherche même pas à arranger les choses.

    #27057
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @ ch313 vous reprenez ce que nous dit @jieffe :

    dans mon cheminement: je n’ai plus beaucoup d’intérêt pour mon sexe, et ce depuis un petit moment déjà.

    Cette réflexion me paraît marquer une forme de progrès important dans la pratique du plaisir prostatique. J’y vois plusieurs raisons :
    • l’expérience répétée d’une autre forme de jouissance,
    • la validation confirmée d’une autre source de jouissance,
    • l’acceptation définitive d’une posture réceptive dans l’accès à la jouissance,
    • l’expérience d’une jouissance qui devient plus intense, qui dure plus longtemps, qui se renouvelle plus souvent que celle offerte pat l’orgasme avec éjaculation.
    J’ai suivi la même évolution, en passant d’une fréquence de masturbation quotidienne, pour m’endormir par exemple, à une fréquence qui peut me laisser maintenant cinq ou dix jours sans éjaculer, sans en éprouver le besoin, tant je suis repu par la jouissance que me procure la stimulation de ma prostate. En ce qui me concerne je ne dirai pas que j’ai perdu l’intérêt pour mon sexe, bien au contraire, mais l’intérêt pour l’éjaculation.

    Je n’ai plus besoin d’éjaculer pour jouir. J’en profite pour multiplier les orgasmes tout en conservant l’envie de jouir, voire en ayant encore plus envie de jouir. Je parviens de mieux en mieux à rediriger les effets de la stimulation du pénis sur ma prostate, un peu comme ce qui est décrit pour la stimulation des pointes de sein.

    Je vous souhaite de poursuivre vos découvertes. Je vous redis, ce que j’ai déjà dit sur le forum, que ce n’est que le commencement et que vous n’avez pas fini d’être surpris par ce que vous vivrez dans les prochaines semaines ou prochains mois. Bon cheminement @jieffe et @ch313.

    #27060
    AvatarCh313
    Participant

    Andraneros dit le 10 avril 2018 à 11 h 33 min

    En ce qui me concerne je ne dirai pas que j’ai perdu l’intérêt pour mon sexe, bien au contraire, mais l’intérêt pour l’éjaculation.
    Je n’ai plus besoin d’éjaculer pour jouir.

    Assurément, c’est bien cela que je voulais dire. La ‘branlette’ toute simple ne m’intéresse plus, pratiquée bêtement, (comme avant) ne me fait même plus jouir. l’éjaculation ne ‘vient’ pas, j’abandonne ! Avant, j’en ‘tirais’ un plaisir rapide, pour me ‘soulager’, me détendre, changer mes pensées mes envies, tout un tas de circonstances qu’a posteriori n’étaient finalement pas si ‘propices’ que ça.
    Par contre, comme je viens de le dire sous une autre forme, l’ ‘outils’ me fascine, me surprend, me charme. Dans mes ‘voyages’ je l’aime. Et je peux jouer avec, autant que dans ma ‘féminité’ je trouve du plaisir à me tripoter la vulve. Et l’éjaculation ne viens jamais m’interrompre.
    Vous dites : Je parviens de mieux en mieux à rediriger les effets de la stimulation du pénis sur ma prostate,
    Malheureusement pour moi, je n’arrive pas à ce stade, l’absence – de mon conscient – de ma prostate ne me le permet pas. De même pour la stimulation des seins, je ne sais La ‘raccorder’ à ma prostate, mais je sens pourtant bien qu’elle induit des réactions dans mon bas ventre et que je ne me lasse pas de les provoquer.

    J’abonde à ton analyse, je la trouve très juste :
    J’y vois plusieurs raisons :
    • l’expérience répétée d’une autre forme de jouissance,
    • la validation confirmée d’une autre source de jouissance,
    • l’acceptation définitive d’une posture réceptive dans l’accès à la jouissance,
    • l’expérience d’une jouissance qui devient plus intense, qui dure plus longtemps, qui se renouvelle plus souvent que celle offerte pat l’orgasme avec éjaculation.

    Je voudrais ajouter une réceptivité décuplée à tout un tas de sensations qui aujourd’hui se connectent à ma jouissance. Par exemple, un bon repas -pourtant simple, sans excès, sans alcool – je suis comme ‘bourré’ euphorique, je suis à la limite de la jouissance. J’ai l’envie folle de faire l’amour, de me faire l’amour. Je touche là peut-être à une nouvelle façon de vivre. Ou du moins de ressentir. . .la vie.

    Jieffe 10 avril 2018 à 9 h 04 min
    J’ai le projet d’aller faire un tour en sauna libertin lorsque je serai définitivement seul, voir un peu ce qu’il s’y passe, et peut-être essayer de retrouver un peu de contact.

    Mes premiers essais en ‘club’ ont été très décevants, plusieurs fois je suis reparti sans avoir trouvé de contact. Les gens (habitués apparemment) étaient là entre eux sans beaucoup d’égards au nouveau que j’étais. Et mes demandes n’ont été qu’échecs.
    C’est une constatation que beaucoup ont fait d’après divers forum que j’ai consultés.
    Pourtant mes expériences du début mars ont été beaucoup plus profitables. Bien que l’amorçage dans le club ‘hétéro’ fut laborieux mais l’ambiance triolisme beaucoup plus libérée a été plus propice. Bien que les ‘coins’ soient câlins on y trouve peu de câlins au sens de tendresse, de chaleur dans le contact. J’ai eu la chance de pouvoir me libérer plusieurs heures. J’habite la campagne loin , très très loin d’un club mais j’espère bien pouvoir renouveler l’expérience un jour. Si ces dernières expériences ont pu m’apporter du plaisir, c’est je crois parce que je me suis dit si cette fois je ne ‘trouve’ personne je saurais prendre plaisir ‘solitaire’ (comme à la maison dirais-je).
    Mais ce n’est que mon expérience.
    Je ‘tique’ cependant sur quand ‘je serai définitivement seul’ Mais je ne connais pas tes contraintes, je ne donnerai pas de conseil.
    À plus.

    #27084
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Excellent séance hier soir. 20 mn de pur bonheur, en continu, avec de bons pics d’intensité.
    Mon Dieu que c’est bon…
    J’aurais bien voulu continuer, mais je me suis endormi, d’un sommeil de bienheureux. Et ce matin je suis bien, sur un petit nuage.
    Plus concrètement, je ressens de mieux en mieux le masseur, ma prostate, et la sensation de me faire l’amour est de plus en plus présente.
    Rien que d’y repenser…
    J’ai ressenti à un moment quelque chose qui montait, montait….mais qui n’a pas aboutit. Ce sera pour une prochaine fois, mais c’était excellent.
    j’ai vraiment hâte de pouvoir me faire une séance en journée, tranquille, moins fatigué, plus longue, et d’explorer complètement tout ce qui se présente à moi.
    Wahou, je suis content. Il ne peut rien m’arriver, je suis le maître du monde… 🙂

    la validation confirmée d’une autre source de jouissance,

    Et quelle source….

    l’acceptation définitive d’une posture réceptive dans l’accès à la jouissance,

    C’est très vrai ça, c’est génial et cela fait partie de ce que je recherchais, mais je n’en ai pas encore tout à fait conscience lors de mes séances. J’en prends pleinement conscience en te lisant.
    Dans l’acte sexuel, nous autres hommes sommes dans l’action, le contrôle. Ici rien de tout cela. Nous nous retrouvons effectivement dans une position beaucoup plus féminine, plus passive, plus réceptive.
    C’est exactement ça, et ça, c’est génial.

    l’expérience d’une jouissance qui devient plus intense, qui dure plus longtemps, qui se renouvelle plus souvent que celle offerte pat l’orgasme avec éjaculation.

    Ça aussi c’est très vrai. Comme je l’ai déjà écrit, mon expérience de l’acte sexuel, tel que je l’ai vécu jusqu’à présent, se résume en fait à quelques secondes de véritable jouissance, lors de l’éjaculation. Bien sûr, les moments qui précèdent, lors de la pénétration, sont agréables et procurent du plaisir, mais qui n’a rien de comparable avec ce que l’on peut ressentir pas le massage prostatique. Aujourd’hui, en ce qui me concerne, c’est un bonne vingtaine de minutes de plaisir d’une intensité bien supérieure à l’éjaculation….

    Mes premiers essais en ‘club’ ont été très décevants

    Je verrai bien, mais si j’y vais, ce n’est pas tant pour trouver des partenaires que pour m’érotiser. Passer peut-être un bon moment, de détente, et nous verrons bien ce qu’il s’y passera.

    Bien que les ‘coins’ soient câlins on y trouve peu de câlins au sens de tendresse, de chaleur dans le contact.

    Je ne pense pas effectivement que ce soient les meilleurs endroits pour trouver de la tendresse. J’imagine que les personnes qui se rendent dans des clubs y viennent pour le sexe. La tendresse est à mon sens plus réservée au couple, mais ça n’empêche pas la sensualité.

    si cette fois je ne ‘trouve’ personne je saurais prendre plaisir ‘solitaire’ (comme à la maison dirais-je).

    Et bien oui, pourquoi pas, l’ambiance devrait y être favorable.

    Je ‘tique’ cependant sur quand ‘je serai définitivement seul’

    Et bien tout simplement, malgré ce qu’il se passe, je reste fidèle. C’est compliqué et je ne sais pas vraiment où nous en sommes. Elle souhaite que nous nous séparions de bien dirons nous, pour ce qui est du couple, elle ne sait pas encore, bien que nous n’ayons plus rien d’un couple. Comme ça ne me pose aucun problème pour le moment, je laisse faire.
    Je l’ai dit dans un de mes premiers messages, elle est en profonde dépression. Je ne connaissais pas la dépression et n’avais jamais vécu avec personne dépressive. Et bien c’est très particulier, ils passent du chaud au froid, ont quelques fois des propos incohérents, une vision distordue de la réalité. Nous ne sommes pas préparés à ce genre de comportement, et peut-être que les psychiatres devraient considérer ce point et accompagner les familles de leurs patients dépressifs.
    Bref, elle a vécu des années très difficiles, elle est toujours dans la peine, et je ne veux pas lui en rajouter en la trompant. Ce n’est pas très difficile, même si j’ai écrit que le contact charnel me manquait, il ne me tenaille pas non plus, et la découverte et l’apprentissage de l’orgasme prostatique me comble réellement.
    Le point positif de l’histoire, c’est qu’elle reste jalouse… 😉
    Ceci dit, ce n’est peut-être que par fierté. Je l’ai noté, mais ça m’importe peu en vérité.

    Bon cheminement à tous.

    #27087
    bzobzo
    Participant

    elle est en profonde dépression

    hum, je comprends mieux, difficile, délicat

    si elle est jalouse encore , cela semblerait dire qu’elle éprouve encore de l’attachement pour toi

    difficile épreuve,
    est-ce que l’amour peut y résister , si les années s’accumulent ainsi?

    Excellent séance hier soir. 20 mn de pur bonheur, en continu, avec de bons pics d’intensité.
    Mon Dieu que c’est bon…

    Plus concrètement, je ressens de mieux en mieux le masseur, ma prostate, et la sensation de me faire l’amour est de plus en plus présente.
    Rien que d’y repenser…

    bravo, tu es sur le bon chemin, là
    surtout si la sensation de se faire l’amour est de plus en plus présente, c’est très très bon signe

    la suite, c’est d’apprendre à te lâcher de plus en plus
    et presque sans t’en rendre compte, le féminin prendra les commandes
    si tu te laisses bien aller à tes pulsions, à ton instinct

    je suppose que tes séances sont de plus en plus dynamiques,
    des caresses, des changements de position, le masseur qui se meut en va et vient réguliers,
    tu sens que tu accomplis les gestes, les mouvements d’un acte amoureux,
    pas seulement quelque chose de mécanique, de masturbatoire

    cela prend forme,
    reste bien ouvert, audacieux quand tu ressentiras de nouvelles sensations
    qui cherchent à t’entraîner dans l’inconnu

    ne sens-tu pas des envies de bouger rythmiquement le bassin?
    des envies de houle lente dans le bas-ventre?
    des envies de danser avec les hanches
    de te caresser les flancs éperdument, de malaxer sans fin les seins,
    d’aller amoureusement au-devant du masseur, de t’ouvrir en grand,
    de te laisser envahir par tes sens,
    de te laisser aller, emporter vers le plaisir, plus opposer aucune résistance?
    tout cela c’est déjà le féminin

    il n’y a qu’à se laisser aller entièrement en fait, ouvrir les vannes en grand
    et commencer à bouger comme un voile léger dans le vent,
    laisser les muscles danser sensuellement autour du masseur
    comme s’ils cherchaient à le magnétiser, à lui jeter un charme,
    à l’entraîner dans le labyrinthe de l’amour jusqu’à la fin des temps

    #27096
    JieffeJieffe
    Participant

    si elle est jalouse encore , cela semblerait dire qu’elle éprouve encore de l’attachement pour toi

    Oui, mais ça peut aussi être par fierté. Je ne sais pas vraiment. L’avenir nous le dira.

    difficile épreuve,

    Honnêtement, ça va. J’ai souffert, mais hors mis l’apesanteur de l’ambiance quelque fois, ça va bien aujourd’hui. Et je pense vraiment que ma quête n’y est pas étrangère.

    bravo, tu es sur le bon chemin, là

    Je pense, j’espère en tout cas.
    Je viens de faire une petite rétrospective, 7 séances en 12 jours depuis que j’ai eu mon premier orgasme, dont une ratée.
    Oserais je dire que je suis définitivement lancé?
    Je suis un brin superstitieux la dessus, je vais m’accorder encore un peu de temps avant de prononcer définitivement mon rewiring. Si je le fais maintenant et que je connais une période de disette, je vais m’en vouloir 🙂
    Je suis bien sûr conscient qu’il me reste du chemin, vers les super ‘O entre aurtes, mais ça ce n’est pas grave.

    surtout si la sensation de se faire l’amour est de plus en plus présente

    Oui, elle est plus présente. Elle n’est pas présente en permanence, mais je le ressens clairement par moment, et cette sensation de se faire baiser, de se baiser, je commence à l’entrevoir aussi assez clairement.

    la suite, c’est d’apprendre à te lâcher de plus en plus

    Je vais travailler la dessus.

    si tu te laisses bien aller à tes pulsions, à ton instinct

    Ça oui, je laisse faire, mais mes séances ne sont pas plus dynamiques. Je ne change pratiquement pas de position, en revanche, il peut m’arriver de soulever et de bouger mon bassin comme un sauvage. Mais je reste quasiment tout le temps sur le dos. J’essaierai d’autre position, mais avant je veux profiter un peu. Chaque fois que je l’ai eu fait, hors mis une fois en ‘demi’ chien de fusil, ça n’a pas donné grand chose. Ça a même interrompu la montée du plaisir quelques fois.
    Je pense que dans ce domaine, je serais plus un pratiquant de type Andraneros. Bien sûr je bouge mon bassin, je le soulève, je me cambre… je ne suis pas immobile comme un piquet, mais toujours sur le dos. Ça me satisfait pleinement pour le moment, mais j’essaierai.

    des caresses, des changements de position, le masseur qui se meut en va et vient réguliers,
    tu sens que tu accomplis les gestes, les mouvements d’un acte amoureux,
    pas seulement quelque chose de mécanique, de masturbatoire

    Oui à tout, sauf aux changements de position. Les caresses oui, mais ce sont des caresses appuyées, je laisse mes mains faire ce qu’elles veulent. Le masseur oui aussi, en va et vient, c’est en grande partie ce qui donne la sensation de se faire baiser, ou de se baiser. Et puis en appuis prolongés sur la prostate. En revanche, sur ce dernier point, je ne gère absolument pas ni la durée des contractions, ni leur intensité, mon corps (ou mon esprit) se débrouille très bien sans moi.
    Oui, c’est tout à fait ça, un acte amoureux, et rien de mécanique.

    reste bien ouvert, audacieux quand tu ressentiras de nouvelles sensations
    qui cherchent à t’entraîner dans l’inconnu

    J’ai pris la décision de ne réfléchir à rien, de laisser complètement faire, et de me faire confiance. Alors je pense que lorsque quoi que ce soit se présentera, je plongerai sans hésiter, corps et âme.

    ne sens-tu pas des envies de bouger rythmiquement le bassin?

    Ça oui, ça m’est arrivé, deux fois. C’est excellent.
    Pour le reste, je n’en suis pas encore là, hors mis pour les seins. J’ai bien ressenti hier en particulier cette envie de m’ouvrir au masseur, mais je pense que j’ai encore du chemin à faire pour tout ça. Je commence à ressentir certaines choses, je me dis que je suis sur la bonne voie, mais que j’ai encore du chemin à faire.
    C’est encourageant et très motivant.

    de te laisser envahir par tes sens,
    de te laisser aller, emporter vers le plaisir, plus opposer aucune résistance?

    Oui, oui, oui, et re oui. Un grand désir.
    En fait, c’est déjà ce que je fais, il y a peut-être encore quelques barrières à faire tomber. Mais il est clair que lorsque le plaisir se présente, je fais tout pour m’y abandonner totalement. C’est d’ailleurs mon but.

    Je suis très très enthousiaste aujourd’hui, et très très excité.

    #27101
    bzobzo
    Participant

    cela m’a pris des mois pour me lâcher complètement,
    que le féminin soit là un instant, omniprésent et omnipotent

    donc prends ton temps, ce n’est pas quelque chose qui se réalise en un clin d’oeil,
    on gagne du terrain millimètre par millimètre mais chaque jour qu’on pratique,
    cela finit par constituer une avancée décisive,
    jusqu’à ce qu’un jour le but soit atteint,
    qu’on puisse invoquer le féminin à volonté pour diriger notre séance,
    le plaisir est alors intense dès la première seconde,
    on ressent, on bouge, on se caresse et on jouit à travers elle, par elle

    #27105
    JieffeJieffe
    Participant

    J’ai le temps, surtout depuis que je vis ce que je vis.
    Et j’aime cette idée d’apprentissage, savoir qu’il y a encore plein de choses à découvrir. C’est excitant et très motivant.
    Bien sûr, c’est plus facile maintenant, et j’aimais déjà cette idée avant, mais presque chaque séance apportait son lot de sensation. Ce doit être plus compliqué lorsque l’on ne ressent rien.

    #27109
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Le 1er avril @jieffe tu écrivais :

    Nous sommes conditionnés par un arrêt libératoire, lié à l’éjaculation. Ici, rien n’annonce l’arrêt de l’orgasme. Il disparaît tout simplement, et je me pose la question à chaque fois de savoir si ce n’est pas une action volontaire de ma part, que j’aurais dû le laisser continuer, que je l’ai stoppé par épuisement. En fait, je pense qu’il n’en est rien, et qu’il disparait tout simplement. C’est assez déroutant pour nous les hommes.

    Aujourd’hui tu nous dis :

    Excellente séance hier soir. 20 mn de pur bonheur, en continu, avec de bons pics d’intensité.
    Mon Dieu que c’est bon…
    J’aurais bien voulu continuer, mais je me suis endormi, d’un sommeil de bienheureux. 

    J’ai l’impression que tu ne te poses plus cette fameuse question ! Au contraire ton témoignage me semble illustrer la réponse que je fais chaque fois que ce sujet est abordé.

    Plus concrètement, je ressens de mieux en mieux le masseur, ma prostate, et la sensation de me faire l’amour est de plus en plus présente.

    En toute franchise, cette affirmation devrait t’interdire désormais de commencer les réponses que tu apportes à nos amis débutants par

    Je ne suis pas le mieux indiqué pour te conseiller, étant moi même débutant, 

    Je pense que la régularité et l’intensité de la jouissance que te procurent tes sessions te classent parmi nos amis en situation d’aider les débutants d’autant mieux que tu es passé par une vraie phase d’apprentissage pendant laquelle tu as dû à la fois expérimenter et te découvrir.

    J’ai ressenti à un moment quelque chose qui montait, montait….mais qui n’a pas aboutit. Ce sera pour une prochaine fois, mais c’était excellent.

    La prochaine fois « cela » montera encore plus et tu auras la même pensée. Plus tu t’offres à ton plaisir, que ce soit à la manière de @bzo en laissant le féminin te submerger, ou à la mienne en approfondissant ton relâchement, plus il devient intense.

    j’ai vraiment hâte de pouvoir me faire une séance en journée, tranquille, moins fatigué, plus longue, et d’explorer complètement tout ce qui se présente à moi.

    Je te souhaite de vivre cette nouvelle expérience dans les meilleures conditions de disponibilité, mais n’oublie pas que même avec tes nouvelles aptitudes tu ne dois rien attendre de ta session.

    Wahou, je suis content. 

    J’en suis vraiment heureux. Bon cheminement @jieffe.

    #27127
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Andraneros,

    J’ai l’impression que tu ne te poses plus cette fameuse question ! Au contraire ton témoignage me semble illustrer la réponse que je fais chaque fois que ce sujet est abordé.

    Non, c’est vrai, je ne me pose plus la question. J’ai en effet passé le stade je pense d’attendre ce fameux arrêt libératoire. C’est vraiment un apprentissage tout de même. Il nous faut nous déconditionner. Bien sûr, tu l’écris régulièrement, mais il faut vraiment en faire l’expérience pour l’appréhender complètement. Enfin, c’est comme ça que je fonctionne.

    En toute franchise, cette affirmation devrait t’interdire désormais de commencer les réponses que tu apportes à nos amis débutants par

    Je ne suis pas le mieux indiqué pour te conseiller, étant moi même débutant,

    Je vais essayer Andraneros, je vais essayer. Mais je me sens tellement au début du chemin. Je me considère encore comme un débutant, et j’ai toujours la crainte que tout ça disparaisse, par excès de confiance.
    Mais je vais faire un effort, promis 🙂

    tes sessions te classent parmi nos amis en situation d’aider les débutants

    C’est ce que j’essaie de faire, en apportant ma petite contribution, mais je préviens que mes conseils sont à prendre avec des pincettes, qu’ils ne sont pas aussi sûrs que peuvent l’être ceux des anérosiens plus confirmés. Ça me rappelle ton message sur la conscience ou non de sa compétence. Disons que je suis au niveau 2, conscient de mon incompétence, et proche certainement du niveau 3. 🙂

    Plus tu t’offres à ton plaisir, que ce soit à la manière de @bzo en laissant le féminin te submerger, ou à la mienne en approfondissant ton relâchement, plus il devient intense…..tu ne dois rien attendre de ta session.

    Je vais m’y appliquer Andraneos. C’est vrai que c’était curieux, et extrêmement bon.
    Quelle aventure fabuleuse.

    J’ai refait une séance hier soir, mais je suis tellement fatigué que je me suis rapidement endormi, avec le masseur 🙂

    #27189
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Quelques nouvelles de ma progression.
    J’ai fait une nouvelle séance le lendemain, très curieuse somme toutes.
    J’ai commencé sans masseur à m’érotiser un peu, caresses…etc, et ça a débouché sur une séance anerosless, pas aussi intense qu’avec masseur bien sûr, mais bien agréable tout de même. Je passe à la vitesse supérieure, insère le masseur, gonflé à bloc par ce que je viens de vivre. Et là, impossible de me concentrer, mon esprit vagabondait à tout et à rien, mais absolument pas sur ce que j’étais en train de faire. J’ai bien eu quelques petites vagues de plaisir, de mémoire, mais rien de bien follichon. Rien de grave, mais tout ça pour dire que je pense que la concentration est primordiale, et ce qui est étonnant, c’est le contraste des deux situations, à quelques minutes d’intervalles…
    Bref, hier soir, pas de séance avec masseur en vue, mais une certaine excitation tout de même, qui m’a conduit à faire une petite séance sans masseur fort agréable. Le point positif, c’est que je parviens à me faire du bien sans masseur. Je le répète, ça n’a rien à voir comparé à une séance avec masseur, mais c’est bien bon tout de même.

    #27192
    bzobzo
    Participant

    ta volonté doit être tout entièrement tournée vers le plaisir durant la séance

    c’est-à-dire en fait, aucune volonté d’aucune sorte ne doit t’habiter,
    juste te laisser aller, t’ouvrir, faire sauter toutes les défenses, tous les verrous,
    te laisser submerger par tout ce qui veut monter

    ne te préoccupe pas de tes pensées, n’essaie pas de les bloquer, de les éliminer,
    laisse les tourner dans ta tête,
    il y a de la place à côté d’elles pour aller chercher le plaisir,
    il y a un canal en ligne directe avec tes profondeurs
    où tu peux sentir ton instinct officier, mouvoir ton corps
    et aussi plus tard quand tu parviendras à faire monter le féminin,
    c’est aussi par là, à côté de tes pensées, que cela arrivera,
    sur le bas-côté de l’autoroute où roule ton intellect,
    là où il y a les mauvaises herbes, les bestioles sauvages
    et la pente du talus vers l’inconnu

    #27223
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Excellente petite séance hier soir. Je dis petite parce qu’après un bon moment de plaisir (il semblerait selon mon réveil qu’elle est duré une heure, j’ai plutôt eu l’impression d’une 20 aine de minutes. Je me suis peut-être trompé, mais ça n’a pas grande importance), j’étais vanné et ai mis un terme à la séance. De toute façon c’est ça ou je m’endors, quand le plaisir se retire, je ne peux plus bouger 🙂
    Comme je l’ai dit, mon plaisir prostatique se traduit aujourd’hui par une longue vague de 20 à 30 mn en moyenne, qui peut varier en intensité, mais qui ne retombe jamais et qui ne me laisse aucun répit durant tout ce temps. Après une longue journée je ne suis pas surpris qu’elle me terrasse!

    Je sens toujours qu’il y a quelques chose après, quelque chose de plus grand encore. Je ne suis pas pressé et toujours pleinement satisfait de ce que je vis. J’essaie de m’abandonner toujours plus.
    Mes tétons semblent devenir de plus en plus sensibles et commencent à agir tels des interrupteurs, excellent!

    ne te préoccupe pas de tes pensées, n’essaie pas de les bloquer, de les éliminer,
    laisse les tourner dans ta tête,

    Je pense que tu as tout à fait raison, mais je ne sais pour quelles raisons cette fois là mon esprit était si chaotique. Je ne suis pas parvenu à le dompter, et le plaisir n’est jamais venu. Cela confirme pleinement ce que tu écris.
    Hier ça a bien failli se reproduire, mais j’ai réussi à le ramener à ce qui m’occupait.

    #27234
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour à tous,

    Petit retour de mon cheminement. Il me semble que mes séances sont moins intenses que celles que j’ai faîtes depuis ma découverte de l’orgasme. Peut-être même de moins en moins intenses. Rien de vraiment alarmant certainement, il ne s’agit que des 2, 3 dernières. Je l’avais noté lors de l’avant dernière, mais je m’étais dit qu’il y avait des séances meilleures que d’autres, et donc de moins bonnes. C’était alors faiblement perceptible, mais ça semble se confirmer pour les deux séances qui ont suivies, dont celle d’hier soir. Il y a toujours du plaisir, comme celle d’hier soir, mais il est moins intense que celui ressenti depuis mon ‘rewiring’. J’étais assez fatigué, mais j’ai déjà fait des séances fatigué qui ont bien fonctionnées.
    Cela fait peut-être parti de la progression…

    #27238
    bzobzo
    Participant

    Petit retour de mon cheminement. Il me semble que mes séances sont moins intenses que celles que j’ai faîtes depuis ma découverte de l’orgasme

    des hauts et des bas, tu savais à quoi t’attendre,
    tu sembles être dans un creux de vague pour l’instant

    pratique-tu régulièrement?
    la régularité est importante pour progresser avec consistance,
    tu en n’es pas encore à un stade où tu peux considérer comme acquis
    ce que tu as vécu à une précédente séance,
    cela vient avec le temps,
    une fois que ta pratique est entrée dans une phase de stabilité à peu près à toutes épreuves

    bien sûr tu n’es pas libre de t’adonner à ton vice préféré
    autant que tu le voudrais du fait d’un environnement non favorable,
    je le sais bien

20 sujets de 241 à 260 (sur un total de 320)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.