Mots-clés : , , ,

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 371)
  • Auteur
    Articles
  • #27184
    bzobzo
    Participant

    j’ai appuyé sur le bouton « pause », l’image du film que j’étais en train de regarder,
    s’est figé sur l’écran,
    une petite envie, une grosse plutôt, j’ai les doigts qui me démangent et le fondement aussi

    j’introduis ma main dans l’espèce de collant, sous-vêtement de sport que je porte à la maison,
    me caresse la cuisse, la tire bien fort vers l’arrière pour me sentir m’ouvrir,
    je remonte, je frôle les poils du pubis tandis que mes doigts glissent, effleurent, zigzaguent,
    pressent ma hanche, s’attardent sur ma poitrine, y dessinent des arabesques,
    mon bassin bouge à présent rythmiquement, houle paresseuse, ressac langoureux

    mes mains emprisonnent les seins,
    les chiffonnent en les pressant dans tous les sens
    c’est le moment pour la première contraction,
    progressivement, lentement, bien sentir la chose durcie remonter entre mes jambes,
    déjà le plaisir se répand depuis la zone de frottement,
    des frissons aussi le long de la colonne vertébrale

    je descend mes mains le long de mes hanches à présent,
    j’attrape mes fesses, cambre bien les reins,
    j’écarte les deux globes de toutes mes forces pour me sentir totalement ouvert, offert au bouc,
    une seconde contraction bien vigoureuse, je la sens tout près de mes doigts qui se forme, s’enfonce,
    celle-là, elle va me remonter jusqu’à dans l’âme, je sens cela
    car je commence déjà à jouir

    #27185
    bzobzo
    Participant

    en aneroless, on sent vraiment très très fort à quel point c’est le mental qui porte tout,
    ainsi il suffit d’éternuer pour que tout l’état d’excitation sexuelle dans lequel on est,
    semble se briser en mille morceaux et qu’on soit arrêté net dans notre élan de plaisir

    bon, cela ne dure pas longtemps, on reprend de la vitesse et on repart dans notre quête de plaisir
    mais c’est quelque chose qui m’a beaucoup frappé,
    à quel point tout est beaucoup plus contrasté en aneroless

    plus fort mais aussi plus fragile, plus exigeant

    le carburant de l’aneroless , c’est la concentration
    et de solides muscles au cul

    #27186
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    Et bien, tu as été productif ce WE… Et tu sembles avoir passé un excellent WE, tant mieux!

    parlez-moi d’addiction…

    Elle ne me semble pas dangereuse, c’est une saine addiction, à mon sens.

    arf, cette réflexion cette nuit concernant les creux,
    je ne sais pas si elle fait sens pour quelqu’un qui lit cela

    Oui, ça me semble à peu près clair. Et peut-être que ce sera la gestion de ces creux qui te permettra de connaître la longue séance que tu souhaites.

    bon dieu, la stratosphère,
    les anges étonnés me voit passer à toute allure,

    J’aime assez ta façon de décrire les choses.

    le carburant de l’aneroless , c’est la concentration

    Je pense que c’est aussi valable avec masseur, pour les moins doués que toi, ou les débutants, ou les deux. J’attends un peu pour l’écrire, mais j’ai fait une séance il y a quelques jours qui ne m’a pas procuré d’orgasme. Pour quelles raisons je ne sais pas, mais je n’ai jamais pu lors de cette séance me concentrer suffisamment, mon esprit était toujours en vadrouille je ne sais où, et le plaisir n’est jamais venu.
    J’attends d’autres séances pour le confirmer, mais je pense que la concentration est aussi un élément primordial avec masseur, peut-être pour les débutants comme moi (si Andraneros passe par là, je vais me faire réprimander 🙂 ) ou bien pour les pratiquants moins doués que toi.
    Parce que doué, on peut dire que tu l’es. En tout cas, je suis content de lire que tu progresses à pas de géant.

    #27190
    bzobzo
    Participant

    Je pense que c’est aussi valable avec masseur, pour les moins doués que toi, ou les débutants, ou les deux.

    sans doute une certaine concentration est nécessaire
    mais rien d’équivalent à ce que nécessite l’aneroless
    du fait qu’il n’y a plus aucun objet externe sur lequel se reposer,
    que tout dépend absolument et uniquement de notre mental

    la concentration supplémentaire requise est nécessaire,
    en tout cas dans la façon dont je pratique,
    pour arriver à former avec les contractions la sensation d’un sexe en érection au travail,
    le même rôle que tenait le masseur chez moi quand le féminin est aux commandes durant la séance
    et que c’est dans son sexe que le masseur allait et venait,
    frottait contre les parois, s’essayait à toutes sortes de mouvements et d’effet variés
    pour augmenter le plaisir, le diversifier,
    faire jouir le féminin qui m’a submergé

    aujourd’hui au boulot,
    j’ai multiplié les micro-séances

    à midi dans la salle de gym où je pouvais y aller sans restrictions
    et puis aux toilettes pour m’offrir des petites breaks prostatiques,
    là aussi je me sens de plus en plus à l’aise et me permet de plus en plus,
    en ce sens que je parviens à rester sans gémir
    tout en allant vraiment bien loin dans le plaisir ressenti

    mais surtout ce dont je suis particulièrement content,
    c’est que ma maîtrise des contractions est de plus en plus grande
    car là réside vraiment la clef du plaisir qu’on va pouvoir s’octroyer

    comme je l’ai écrit plus haut dans ma réponse à @Jieffe,
    dans ma façon de pratiquer aussi bien avec masseur qu’aneroless,
    le féminin vient, complet changement d’identité sexuelle,
    c’est un corps de femme que je ressens durant la séance
    et le masseur ou les contractions sont ressentis
    comme un sexe masculin fourrageant, allant et venant, multipliant les effets
    dans son sexe

    or au début, je ne parvenais
    qu’à faire des contractions sans grande variation et avec une amplitude maximale,
    désormais je visualise de plus en plus ce sexe masculin formé par les contractions,
    je visualise bien aussi bien l’amplitude du mouvement possible,
    je parviens à varier les effets, comme si je changeais de direction, venait frotter contre les parois,
    j’alterne la force de pénétration, la profondeur,
    bref cela devient de plus en plus réaliste, moins fatiguant car l’énergie est mieux gérée
    et puis surtout je suis capable désormais de ressentir le crescendo,
    l’augmentation graduelle de la tension sexuelle
    qui va permettre de parvenir dans les sphères supérieures du plaisir
    où il se situe les multi-orgasmes très puissants et les super O

    donc graduellement je vais pouvoir dans un avenir très proche avoir des séances de plus en plus longues
    où le sentiment de satiété est aussi atteint,
    on lit souvent que le plaisir prostatique n’apporte pas un apaisement du désir comme l’éjaculation
    mais chez moi, dans la façon dont je pratique, c’est faux,
    j’avais cela après des grosses séances avec masseur
    où la jouissance était tellement forte
    et le plaisir d’une intensité maximale de bout en bout
    que je sortais de ma séance le désir comblé, satisfait et apaisé

    #27191
    bzobzo
    Participant

    pour continuer,
    je dirai qu’avec masseur, c’est beaucoup plus de relâchement dont on a besoin que de concentration

    par relâchement, bien sûr j’entend un processus mental
    et non pas une action directe sur le corps,
    se lâcher, juste laisser faire son instinct,
    ne pas tenir compte de ses pensées, les laisser tourner dans notre tête,
    ne pas essayer de les éliminer,
    juste se concentrer suffisamment pour laisser faire notre corps le boulot tout seul
    et ne pas se laisser influencer par nos pensées,
    laisser libre cours à toutes nos pulsions, notre instinct,
    à notre moi reptilien

    et bien sûr avant tout,
    se laisser envahir tout entièrement par le féminin,
    une fois qu’on a les clefs pour cela

    #27193
    bzobzo
    Participant

    je m’arrache à toute vitesse les vêtements pour la cinq ou la sixième fois de la soirée,
    des choses pressantes…
    vous savez quoi,
    je n’ai pas besoin de vous faire un dessin,
    vaut mieux pas d’ailleurs car je dessine très mal, je me débrouille mieux avec les mots

    j’ai envie de hurler, cette première poussée entre mes cuisses, lentement,
    tout d’abord bien droite, bien rectiligne
    puis comme une incurvation vers le haut qui s’accentue de plus en plus,
    fouille de biais maintenant dans mon ventre,
    en crochet carrément à présent qui racle, frotte, gratte sur son passage

    comme un arbre dans la chair, le plaisir déjà a poussé,
    avec ses millions de feuilles frémissantes baignant dans la lumière

    je voudrais rester ainsi pour l’éternité
    avec cette sensation incandescente dans ma chair,
    me sentir brûler comme une torche sur un autel dédié aux dieux sauvages de l’amour

    le désir qui frappe toujours à ma porte,
    jour après jour, nuit après nuit,
    trouvera en moi toujours un hôte prompt à s’enflammer
    et à vibrer de tout son être, de toute son âme,
    de tout son cul

    #27195
    bzobzo
    Participant

    aujourd’hui au boulot, j’ai multiplié les petits moments de plaisir prostatique,
    je me sens de plus en plus à l’aise
    avec ce que je peux me permettre et quoi pas, sur mon lieu de travail,
    mais surtout ce qui a été le plus significatif avec ces petits escapades coquines aux toilettes,
    ce sont mes progrès avec les contractions, j’ai atteint définitivement un tournant, je crois

    en effet jusqu’ici, je me suis rendu compte que dans mes micro-séances,
    la dynamique sous-jacente qui prévalait,
    était d’atteindre une intensité maximale aussi rapidement que possible
    et tenir ainsi le plus longtemps possible,
    c’était sans doute acceptable au début mais il est temps d’évoluer maintenant

    c’est probablement à cause de mon inexpérience, je ne savais pas comment m’y prendre,
    dès lors j’ai adopté la première méthode qui me permettait de ressentir quelque chose,
    dans le doute, pas sûr de ce que je faisais, j’ai donc appuyé fort constamment,
    l’amplitude de mes aller et venues était aussi sans nuance, sans grande variété,
    bref un peu du bourre-madame sans retenue,
    du genre qui tire son coup en quelques minutes

    je ne peux pas me plaindre, mes messages de ces derniers jours en témoignent,
    j’ai eu beaucoup de plaisir très intense et même quelques orgasmes très très puissants
    mais mes séances ne duraient jamais bien longtemps
    et quelque part, c’était frustrant car je suis bien placé pour le savoir
    que pour atteindre la phase des orgasmes puissants qui s’enchaînent et des super O,
    il faut être capable de travailler la tension sexuelle sur une plus longue période de temps,
    un crescendo progressif où il faut faire preuve d’une certaine patience, ne pas trop se hâter,
    afin d’espérer atteindre cette zone aux turbulences bénies
    où l’on est en roue libre de plus en plus et où tout peut arriver

    c’est ce que j’ai exercé aujourd’hui aux toilettes au boulot,
    démarrer plus tranquillement avec les va et vient de pénétration,
    établir un rythme plus régulier, avec des constantes fantaisies,
    mais avec des galops, des moments plus frénétiques,
    qui restent brefs, toujours sous contrôle

    accepter qu’au début, le plaisir soit moins intense,
    faire monter progressivement la tension sexuelle, varier les effets, les vitesses,
    l’amplitude et la puissance des mouvements,
    la direction de ceux-ci, un petit coup à gauche, un petit coup à droite,
    un petit coup au centre, un petit coup vers le haut, un petit coup vers le bas

    et les résultats ont été à l’avenant,
    bien sûr je ne pouvais pas rester aux toilettes plus de quelques minutes à chaque fois
    mais enfin j’ai bien senti la progressivité de l’intensité du plaisir,
    j’ai bien senti qu’il y avait là quelque chose comme une bonne soupe sexuelle sur le feu
    qui mijotait tranquillement entre mes jambes,
    les sensations au bout d’un moment semblaient monter à mon cerveau
    comme des arômes très prometteuses libérées de la casserole

    tout cela semblait présager d’une festin très prometteur, nettement plus consistant,
    je sentais aussi que j’aurai pu continuer ainsi sur de plus longues périodes,
    qu’ainsi, ce n’était pas du tout éreintant,
    que mes forces étaient mieux utilisées

    #27217
    bzobzo
    Participant

    bon dieu, qu’est-ce que cela va être dans quelques mois mes séances en aneroless,
    quand je vois déjà le plaisir incroyable que j’en tire maintenant
    alors que je dois réapprendre toute ma gestuelle amoureuse,
    revoir toute ma technique pour me faire l’amour

    tout était ajusté, réglé par rapport au masseur,
    tout doit être recalibré par rapport aux contractions,
    c’est pour reprendre une image que j’ai utilisée précédemment
    comme si le musicien principal d’un orchestre, à savoir le masseur,
    avait été remplacé par un autre, à savoir les contractions,
    il faut revoir tous les automatismes,
    les différents membres de l’orchestre, les caresses, les mouvements du bassin, les seins, les reins
    enfin tout ce qui peut intervenir dans la génération du plaisir,
    doivent s’habituer à ce nouveau leader que sont les contractions,
    apprendre à jouer avec lui et lui avec eux

    en plus ce nouvel musicien, il est le leader
    mais en fait il est encore en train de faire ses gammes,
    sa technique est loin d’être parfaite,
    pour tout dire il a débuté il y a pas longtemps,
    le voilà déjà leader du big orgasm band
    alors qu’il commence à peine à maîtriser son instrument!

    mais ça va venir, no hurry,
    le plaisir est déjà là, intense, unique, superbe,
    le reste, les orgasmes à en perdre la tête, suivront en temps voulu

    c’est un peu frustrant malgré tout,
    mes tripes, ils voudraient le gros shoot tout le temps,
    celle qui m’explose de fond en comble,
    celle qui fait pleurer tellement la jouissance est forte,
    celle qui fait délirer, le corps pris de soubresauts et de convulsions

    #27219
    bzobzo
    Participant

    ce matin au réveil, tout mon corps a été traversé par une onde de joie ineffable,
    avant même que j’en prenne conscience, il savait déjà que c’était jour de congé aujourd’hui
    et qu’on allait s’envoyer au l’air, ouh lala,
    qu’est-ce qu’on allait s’envoyer en l’air
    et il en frémissait et s’en réjouissait déjà à l’avance

    autant commencer, dans le lit, nu, encore engourdit par la nuit,
    mon sexe est dur entre mes jambes, je me suis mis en mouvement, je me caresse,
    il se cogne de-ci de-là, cela gêne pour ces jeux,
    on dirait un corps étranger qu’on est venu me greffer dessus
    mais déjà il se dégonfle, se ramollit, se fait tout petit,
    prêt à se faire oublier dans son coin en boudant un peu

    rapidement, je suis emporté, j’arrive à me lâcher complètement,
    je réalise que c’est ce qui manquait essentiellement pour des séances plus longues,
    j’arrive désormais à bien visualiser, à sentir l’élan vital, l’élan sexuel à l’oeuvre,,
    il n’y a qu’à le laisser faire, bien visualiser ce maître et ne plus intervenir

    enfin pas tout à fait, encore beaucoup de cafouillages techniques, de couac, de fausses notes,
    plusieurs fois j’ai senti la grosse vague arriver,
    j’ai essayé de grimper dessus mais chaque fois elle m’a désarçonné,
    je ne suis pas parvenu à rester dessus,
    ma technique des contractions n’arrivaient plus à suivre, j’hésitai

    mais bon je suis resté au moins une heure au lit,
    là désormais je suis capable de séance en aneroless aussi,
    plus seulement des micro-séances de quelques minutes

    l’élan vital, le cerveau reptilien en aneroless à l’oeuvre,je l’ai senti clairement en moi ce matin,
    se laisser envahir et se laisser emporter par cette dynamique qui monte des tripes,
    c’était extraordinaire déjà en soi, le corps comme bougeant tout seul,
    il ne reste plus qu’à bien arriver à synchroniser tout cela avec les contractions
    et je serai au même niveau qu’avec masseur,
    avec le même type de résultats

    #27220
    bzobzo
    Participant

    mon sexe ressemble de plus en plus à un robinet qui fuit

    je suis là nu au milieu de la pièce, je tripote à pleines mains mes seins,
    mon bassin est pris dans un mouvement de houle langoureuse
    et je sens comme un lent va et vient entre mes reins,
    longue, tranquille sensation de pénétration,
    cela monte, cela redescend, cela monte, cela redescend, enflammant mes entrailles au passage

    je garde les yeux ouverts,
    j’adore voir aussi désormais, j’ai l’impression d’encore plus sentir
    ce corps mu par le féminin en gardant les yeux ouverts,
    je me sens totalement impudique de faire de pareils déhanchements,
    de pareils mouvements avec ma croupe comme si j’étais une femme en chaleur, une femme en rut
    mais c’est si bon et cela m’excite encore plus de le voir,
    de ne perdre aucun détail de cette copulation aux quatre coins de la pièce,
    tantôt couché, tantôt debout, tantôt assis,
    tantôt renversé sur la table de bureau comme pris par derrière

    et là je viens de me rendre compte que par mon sexe un peu durci,
    il y des gouttes qui tombent au sol tellement je suis enflammé, hors de moi,
    c’est excitant à voir, du coup mon sexe se redresse fièrement,
    j’ai envie de le sucer, dommage qu’il ne soit pas plus long,
    je le prendrai dans ma bouche avec amour, avec passion
    comme si c’était le sexe d’un amant,
    j’en lécherai la tête avec beaucoup d’avidité à grands coups de langue
    puis l’engloutirai goulûment, le sentirai descendre au fond de ma gorge,
    qu’il m’étouffe un peu puis qu’il m’inonde de son sperme

    #27221
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour bzo,

    sans doute une certaine concentration est nécessaire
    mais rien d’équivalent à ce que nécessite l’aneroless

    Oui, certainement, mais une bonne concentration est tout de même nécessaire pour les débutants comme moi. Peut-être qu’avec la pratique j’en aurai moins besoin, mais pour le moment, si je ne suis pas un minimum concentré sur ce qu’il se passe autour du masseur, le plaisir ne vient pas. Si j’y suis attentif, alors là…. J’en ai fait l’expérience hier soir. 🙂
    Mais j’imagine bien que c’est encore plus vrai avec masseur.

    il faut faire preuve d’une certaine patience, ne pas trop se hâter,

    C’est ma conception de faire l’amour. Je n’aime pas me presser, c’est valable seul comme à deux. J’aime faire monter la pression doucement, langoureusement, cruellement…. Il ne faut pas être trop long, mais un bon timing met le feu aux poudres, le désir croît exagérément et l’acte n’en est que plus fort.

    mais ça va venir, no hurry,
    le plaisir est déjà là, intense, unique, superbe,
    le reste, les orgasmes à en perdre la tête, suivront en temps voulu

    Ça me fait grandement penser à ce que je vis, mais un étage plus bas 🙂

    mon sexe ressemble de plus en plus à un robinet qui fuit

    🙂 🙂 🙂 Là, tu m’as bien fait rire. En plus cette phrase en haut de ton message…

    Merci en tout cas pour tous ces témoignages, une fois de plus encourageants et motivants.

    #27229
    bzobzo
    Participant

    il y a quelques jours j’écrivais que j’y étais de plus en plus

    là ce soir, je peux écrire que j’y suis,
    le plaisir désormais est plus intense, plus riche et plus varié
    que ce que j’ai jamais éprouvé avec masseur
    et tout s’est bien mis en place,
    même s’il y a encore quelques hésitations techniques au niveau des contractions parfois,
    là le plaisir est devenu tellement intense,
    que même mes approximations passent quasi inaperçues désormais,
    en tout cas au niveau des sensations, même si je m’en rends compte et que je note

    définitivement décollé aujourd’hui, alléluia, je suis un homme comblé

    en route vers mon premier super O,
    en route vers des années de plaisir,
    sans masseur, sans lubrifiant, sans rien,
    quand je veux, où je veux, comme je veux

    #27230
    bzobzo
    Participant

    à ce soir, je peux écrire que j’y suis,

    c’est quelque chose que j’avais déjà vécu avec le masseur aussi il y a quelques mois,
    il y a eu un moment à partir duquel j’ai senti que chaque contact du masseur avec la prostate
    délivrait 100% de l’intensité qu’il y avait moyen d’en obtenir

    une sorte de plénitude de la sensation, une maturité rayonnante,
    une vivacité et une force uniques qui ne cessaient d’étonner

    comme si chaque contact avec la prostate provoquait un mini-orgasme

    et c’est ce qui m’est arrivé hier en aneroless, j’ai senti ce déclic
    et c’est bouleversant depuis à chaque instant,
    j’ai de la chance de pouvoir vivre des choses pareilles

    #27231
    JieffeJieffe
    Participant

    définitivement décollé aujourd’hui, alléluia, je suis un homme comblé

    en route vers mon premier super O,
    en route vers des années de plaisir,

    Super bzo, je suis content pour toi.

    sans masseur, sans lubrifiant, sans rien,
    quand je veux, où je veux, comme je veux

    C’est certain. Quelle liberté.

    #27239
    bzobzo
    Participant

    j’aimerai pouvoir décrire avec une précision et une efficacité telles,
    le plaisir que je ressens quand le féminin m’a totalement submergé
    que toute personne qui me lirait,
    pourrait un instant ressentir, éprouver, au fond de lui, ce que j’ai vécu,
    transmettre d’entrailles à entrailles l’espace d’un instant ce trésor fugace, ce trésor inouï

    cela commence entre les jambes bien sûr, tout commence par là,
    c’est chaud, c’est doux, c’est soyeux, c’est vibrant, c’est frémissant tout à la fois
    et cela se répand, bon dieu comme cela se répand délicieusement,
    cela parait vivant, cela parait danser, cela parait s’insinuer comme une pieuvre,
    cela parait changer constamment de forme en fonction des sollicitations

    des environs immédiats du fondement,
    le bas-ventre, le ventre et le cerveau sont envahit quasi instantanément
    puis le reste, les différents membres, bras, jambes, tout le reste du corps, plus ou moins rapidement
    selon notre la qualité de mon envie, de mes caresses, de mes mouvements divers
    et bien sûr avant tout, de la qualité des contractions
    qui de la façon dont je les pratique
    restituent la sensation incroyablement réaliste d’un pénis en action
    avec toute la panoplie des mouvements possibles,
    amplitude, vitesse, puissance, va et vient, mouvements divers, riches et variés

    cela semble devenir de plus en plus dense,
    de plus en plus chaud, de plus en plus doux, de plus en plus soyeux,
    de plus en plus vibrant, de plus en plus frémissant,
    de plus en plus de partout, de plus en plus vers partout

    comme des vagues à présent, des sensations de vagues partout, surtout dans le cerveau,
    les yeux sont mi-clos ou révulsés de plaisir
    mais quasi jamais fermés, je les ré-ouvre désormais immédiatement
    dès je me rends compte qu’ils se sont fermés, alourdis de plaisir,
    j’aime sentir la pièce autour de moi, j’ai l’impression qu’elle participe ainsi à mon plaisir,
    de m’unir au monde autour de moi, d’être pénétré par lui,
    l’armoire me pénètre, les chaises me pénètrent,la lampe au plafond me pénètre,
    mon bureau me pénètre, les fenêtres me pénètrent, mon ordinateur me pénètre,
    ils sont tous là à me pénétrer, c’est une grosse partouze en fait,
    je me fais pénétrer par tous les pores de la peau
    comme par autant d’orifices

    je parlerai des orgasmes en aneroless plus tard, assez pour ce soir,
    ça m’a terriblement excité de décrire tout cela, je vais aller sous la douche
    et puis là, oh la la, oh lala

    #27241
    bzobzo
    Participant

    le moteur est fumant, le moteur est tremblant,
    les chevaux sont lâchés, j’ai orgasme sur orgasme,
    tout l’intérieur comme un volcan,
    ramoné par un piston diabolique,
    je hurle, les voisins vont finir par me faire des remarques
    mais je m’en fous, mes entrailles sont incandescentes,
    j’ai des braises dans le cerveau

    ce n’est pas possible, il y a aucun scénario qui avait prévu cela,
    je suis au milieu de la pièce à même le sol à me tordre de plaisir
    comme labouré par une solide bite,
    je me lève, je vais plus loin, je me penche en avant sur mon bureau,
    le voilà de nouveau enfoncé jusqu’à la garde en moi, allant et venant,
    je hurle à nouveau et je pleure

    je vais dans la cuisine, j’avais mis de l’eau à chauffer pour un thé,
    le temps de verser dans la tasse l’eau bouillante
    et suis déjà plaqué contre l’armoire,
    je suis de nouveau avec cette hampe brûlante en moi qui me ramone divinement,
    tout lentement pour l’instant, avec des légers allers-retour, quasiment du sur place,
    déguster chaque millimètre de peau en bien la frottant, en bien la raclant,
    plusieurs fois, comme pour un nettoyage consciencieux de la surface,
    avant de repartir, avant de continuer, de remonter plus loin dans mes entrailles,
    je hurle et je pleure à nouveau

    je vais dans la salle de bain,
    je m’assois sur la machine à laver qui tourne,
    des délicieuses vibrations en plus, je les sens monter lentement par mes fesses,
    se répandent, mes couilles se mettent à trembler un peu,
    j’écarte bien mes jambes avec mes bras,
    je me sens complètement ouvert, je vois une partie de mon corps dans le miroir,
    bon dieu que c’est excitant,
    j’ai l’air de m’offrir, j’ai les yeux brûlant de désir, comme fous,
    je bouge la croupe lentement comme pour inviter le premier dard venu,
    mon impudeur m’excite encore plus,
    ça y est, elle est de nouveau là entre mes jambes,
    cette bite divine, avec sa courbure prononcée qui s’enfonce en moi d’un coup sec,
    je commence à bouger le bassin, à le tordre plutôt dans tous les sens
    pour sentir encore plus cette raideur superbe qui s’avance dans ma chair
    qui m’arrache des gémissements et des râles de plus en plus prononcés

    je retourne vers mon bureau, m’assois dans mon fauteuil,
    écarte à nouveau les jambes autant que je peux
    et serre mes seins à deux mains, les malaxe, les brutalise
    puis je le laisse à nouveau s’enfoncer en moi,
    mon entrejambe et mes poils sont tout mouillés,
    mon sexe n’arrête pas de goutter, cela a fini par se répandre partout,
    va et vient rapide, décidé, je reste sans bouger, serrant fort mes seins
    tout entièrement immobilisé sinon pour le ramonage entre mes jambes
    jusqu’à ce qu’une chaleur d’enfer m’envahisse tout d’un coup
    et que mes yeux se voilent complètement,
    suis resté ainsi immobile pendant une bonne trentaine de secondes
    comme dans les vaps

    bon , vais aller boire ce thé tout de même,
    il est en train de se refroidir

    #27242
    JieffeJieffe
    Participant

    Et bien, tu sembles parti dans la stratosphère des plaisirs prostatiques.

    C’est génial, je suis vraiment content pour toi. Tes efforts et ta patiente ont été payants.

    Penses tu que tu ré utiliseras un masseur? Il semblerait que tu n’en aies plus besoin.

    J’espère arriver un jour à ça, mais ce n’est pas pour tout de suite!

    Encore merci bzo pour ce partage.

    #27244
    bzobzo
    Participant

    Penses tu que tu ré utiliseras un masseur?

    je pensais justement hier soir si je devais commencer à revendre mes G-Rider,
    j’en ai une douzaine dans une boîte, jamais utilisés

    non, je vais les garder, on sait jamais
    mais pour l’instant aucune intention d’en ré-utiliser,
    tellement c’est devenu puissant en aneroless

    J’espère arriver un jour à ça

    je te le souhaite de tout coeur, c’est une offrande extraordinaire de la nature
    que je suis en train de vivre, toutes les limites sont rompues, je suis en roue libre

    hier soir, j’ai terminé de manger vers 20h,mis en marche la machine à laver,
    commencé à regarder un épisode de série mais n’ai fini de le regarder que vers 02h du matin,
    durant 6h je n’ai fait pratiquement que cela,
    m’envoyer en l’air, je ne pouvais plus me retenir, c’était trop bon,
    d’orgasme en orgasme, j’étais parti dans un gros délire orgiaque

    manquait juste un super O ou deux
    mais cela viendra aussi, encore un peu de patience

    #27247
    JieffeJieffe
    Participant

    durant 6h je n’ai fait pratiquement que cela,
    m’envoyer en l’air, je ne pouvais plus me retenir, c’était trop bon,
    d’orgasme en orgasme, j’étais parti dans un gros délire orgiaque

    Ah oui, quand même, c’est énorme. Je parie que tu n’as jamais fait de séance aussi longue avec masseur?

    #27252
    bzobzo
    Participant

    hum, j’aurai peut-être du insister un peu plus sur le motpratiquement

    ce n’est pas 6 heures en continu, c’était fragmenté, haché,
    deux, trois fois au moins une demie heure au lit,
    pas mal d’autres fois dix à quinze minutes un peu n’importe où,
    souvent devant l’ordinateur puis le reste des micro-séances, idem

    jamais plus de quinze minutes d’arrêt, la plupart du temps pas plus de cinq minutes

    c’était extraordinaire de pouvoir se donner du plaisir
    comme cela un peu n’importe où, avec une telle richesse de positions

    d’ailleurs désormais je reste tout le temps à poil chez moi,
    comme cela je ne dois même plus me déshabiller

20 sujets de 41 à 60 (sur un total de 371)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.