Mots-clés : , ,

Ce sujet a 279 réponses, 13 participants et a été mis à jour par Epicture Epicture, il y a 3 semaines et 5 jours.

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 280)
  • Auteur
    Messages
  • #31551
    bzo
    bzo
    Participant

    je vois bien ce que tu es en train de faire
    et je ne peux que te donner raison,
    elle est aussi ma façon de faire,
    une fois que tu te mets hors des sentiers battus,
    la seule manière, c’est de tester, d’explorer exhaustivement chaque chemin, chaque filon,
    jusqu’à ce qu’on puisse éliminer peu à peu les culs de sac, les scories, les erreurs de toutes sortes,

    il y a déjà si peu de manuels concernant une pratique , classique, disons, du massage prostatique
    mais si on prend un autre chemin, alors on ne peut compter vraiment que sur soi-même

    mais une fois tout le travail de filtrage, d’élimination, d’optimisation, de balisage, effectué,
    une fois arriver à ce point, tu auras entre les mains une pratique qui n’est qu’à toi,
    que tu ne dois qu’à toi
    et qui sera une plateforme puissante de décollage, d’exploration
    pour vivre des moments qui ne seront qu’à toi

    bon courage cher @epicture,
    je te sens vraiment sur une voir proche de la mienne par bien des égards,
    c’est une exploration tellement excitante,
    on touche à des domaines totalement neufs, totalement inconnus, en nous,
    la récompense est à la hauteur de cette audacieuse voie dans laquelle tu t’es engagée
    mais déjà maintenant je te sens loin, déjà goûtant à des sensations puissantes, très avancées

    #31552
    bzo
    bzo
    Participant

    cher @epicture, encore une chose,
    toi qui est devenu aussi apprenti-sorcier touche à tout,
    une piste que tu devrais explorer,
    enfin pour moi, c’est la voie royale pour faire participer la prostate à mes jeux,
    pour la faire vibrer,
    ce sont les contractions

    sans rien donc, pas de masseur, juste les muscles autour de l’anus, du périnée,
    tu les contractes, mouvement lascif, avoir la sensation d’un mouvement de pénétration,
    essaie, chez moi c’est mon moteur principal,
    ma petite pile atomique d’amour

    cela peut être aussi un mouvement plus ample, avec tous les muscles fessiers,
    voire tous les muscles du bassin et même les abdominaux qui se contractent

    essaie avec un peu de patience, combiné avec tout le reste, tu m’en diras des nouvelles

    #31555
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    C’est magnifique @epicture ! Je suis très heureux de lire que tu trouves une voie, ta voie vers l’amplification de la perception de ta sensualité. Tes messages illustrent, une fois de plus, à quel point chaque cheminement vers une forme de plaisir ultime est à la fois profondément personnel et vraiment universel dans la mesure où plus tu avances, plus ton expérience te fait connaître ce que d’autres vivent à partir d’une approche différente.

    J’ai le sentiment, à lire ton dernier message, que tes sessions ont maintenant pris une intensité impressionnante. Tu sembles définitivement passer de l’orgasme localisé, plutôt bref, clos par l’éjaculation et associé à la stimulation du pénis à la jouissance profonde de tout le corps, qui se prolonge, se renouvelle et te fait peu à peu basculer dans un état proprement orgasmique.

    J’en conclus que l’application des conseils donnés par Mantak Chia t’a permis d’accélérer ta progression vers une jouissance de nature prostatique en débloquant à la fois la perception de tes nouvelles sensations et le relâchement musculaire nécessaire à la circulation de ton énergie sexuelle.

    Bravo pour tes efforts de compréhension de ces phénomènes et pour ton application à mettre en œuvre les techniques propres au massage prostatique et celles propres à la maîtrise de l’énergie sexuelle proposées par Mantak Chia.

    Je te dis à toi aussi que ce n’est que le commencement. Bon cheminement @épicture.

    #31563
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Tu sembles définitivement passer de l’orgasme localisé, plutôt bref, clos par l’éjaculation et associé à la stimulation du pénis à la jouissance profonde de tout le corps, qui se prolonge, se renouvelle et te fait peu à peu basculer dans un état proprement orgasmique.

    Oui en effet @andraneros, il y a propagation des sensations à tout le corps. Ce phénomène que je ressentais assez brièvement avant, se prolonge et se renouvelle. Mais mon corps ne prend pas le contrôle, ou disons que je ne me sens pas véritablement partir dans une forme d’état de conscience différent, même si parfois je ferme les yeux, et me sens sur un petit nuage. Ma gestuelle est totalement sous contrôle, et j’ai toujours pleine conscience de ce que je fais de ce que je vis et du temps que j’y passe. Il n’y a aucun regret là dedans, mais je ne me retrouve pas (encore) dans certaines descriptions d’expériences vécues par quelques uns de nos chers prostatonautes du forum.

    sans rien donc, pas de masseur, juste les muscles autour de l’anus, du périnée,
    tu les contractes, mouvement lascif, avoir la sensation d’un mouvement de pénétration,
    essaie, chez moi c’est mon moteur principal,
    ma petite pile atomique d’amour

    Oui @bzo, cette piste je la pratique très régulièrement. C’est une sorte d’entrainement musculaire que je fais depuis déjà 3 ou 4 mois. J’ai acquis une capacité à dissocier certaines parties de mon anatomie. Je dois cela aussi à @nydor qui m’a conseillé sur ce point. Au début, je contractais l’anus sans parvenir à le différencier des autres muscles, puis j’ai appris à contracter l’arrière de l’anus, et le devant de l’anus, puis le périnée, en faisant des contractions alternées dans un sens, puis dans l’autre. Avec Mantak Chia, j’ai appris à contracter le muscle qui fait remonter les testicules vers le haut, c’est également celui du « stop pipi ». Je dois parvenir au passage d’un seuil en la matière, car mes contractions deviennent effectivement moteur dans le développement du plaisir. Je sens également la possibilité de plus en plus de contracter un muscle qui doit se trouver tout à fait à l’intérieur et dont l’effet s’apparente plus ou moins distinctement à une pénétration, mais pas anale, c’est différent. J’avais ressenti ça une fois il y a un mois ou deux, mais je n’avais pas encore réussi à le reproduire.

    Bref, tout ça se met en place, peu à peu. Ça prend du temps. Peut-être que je prends des chemins de traverse, mais mon corps n’a pas trouvé la ligne droite. Cela n’a de toute façon pas beaucoup d’importance, car je traverse de beaux paysages… avec de belles vallées orgasmiques, et de beaux pics éjaculatoires. Ce matin j’en ai vécu un que je ne savais pas possible. J’ai bien cru que mon cerveau allait se décrocher de ma tête. Mais ce n’est pas ce que je vise. Je vise plutôt des voyages orgasmiques au long court, parcourant les sinuosités du plaisir et de la jouissance, pas les sommets.

    Bon cheminement à vous tous

    #31565
    bzo
    bzo
    Participant

    J’ai acquis une capacité à dissocier certaines parties de mon anatomie. Je dois cela aussi à @nydor qui m’a conseillé sur ce point. Au début, je contractais l’anus sans parvenir à le différencier des autres muscles, puis j’ai appris à contracter l’arrière de l’anus, et le devant de l’anus, puis le périnée, en faisant des contractions alternées dans un sens, puis dans l’autre. Avec Mantak Chia, j’ai appris à contracter le muscle qui fait remonter les testicules vers le haut, c’est également celui du « stop pipi ». Je dois parvenir au passage d’un seuil en la matière, car mes contractions deviennent effectivement moteur dans le développement du plaisir. Je sens également la possibilité de plus en plus de contracter un muscle qui doit se trouver tout à fait à l’intérieur et dont l’effet s’apparente plus ou moins distinctement à une pénétration, mais pas anale, c’est différent. J’avais ressenti ça une fois il y a un mois ou deux, mais je n’avais pas encore réussi à le reproduire.

    d’une part tu sembles regretter que ton corps n’aies pas totalement pris possession de l’action,
    que tu contrôles encore tous les gestes, tous les mouvements
    mais tu analyses muscle par muscle ce que tu bouges dans la région anale quand tu fais tes contractions.
    Dès lors il ne faut pas s’étonner que ton corps ne puissent pas prendre les rennes,
    il faut lui donner cette chance

    tu es trop analytique, trop technique, fies-toi plus à tes sensations,
    personnellement je ne pourrai te dire quel muscle je contracte en particulier, je m’en fous royalement,
    je me fies totalement à ce que je ressens,
    à ce qui m’apporte le plus de sensations, le plus de plaisir
    et ainsi je bouge tous les muscles qu’il faut à la longue,
    c’est une autre forme d’apprentissage
    mais qui , je crois, convient mieux à des gens comme nous qui avons choisi une pratique dynamique
    avec beaucoup de mouvements du corps, plein de caresses, etc

    il faut plus se fier à son instinct, plus se fier à ses sensations
    pour laisser le corps prendre les commandes,
    bien sûr il faut régulièrement reprendre les rennes pour comprendre ce qui s’est passé, faire le point,
    changer le cours de la séance un peu, suggérer une direction,
    enfin des tas de raisons, je le fais aussi constamment
    mais je mets une interface totalement étanche entre la technique concrète et moi,
    cette couche entre, ce sont mes sensations, ce que j’ai l’impression de faire,
    si je sens qu’une façon de contracter est agréable,
    je ne vais pas chercher à comprendre quels muscles je bouge,
    je cherche juste à développer la sensation, à l’optimiser,
    en me fiant entièrement à ce que je ressens

    #31577
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Je te remercie @bzo pour tes conseils. Je sais que tu souhaites ardemment et sincèrement que je parvienne à vivre des choses intenses et belles. Mais l’analyse de la technique, le décorticage des sensations, le tissage mental de ma pratique, appelle le comme tu veux, fait partie intégrante de mon cheminement. Je ne peux pas faire autrement, je ne sais pas, et je ne le souhaite pas. J’ai BESOIN de comprendre ce qui se passe. Que ce soit en moi, ou autour de moi. Faire autrement, c’est aller contre ma nature profonde, et ça ne me convient pas du tout. Cela ne signifie pas que je ne sais pas « lâcher prise », mais pour cela, j’ai besoin d’être en confiance avec moi-même. Et pour être en confiance avec moi-même j’ai besoin de comprendre. Ce travail d’analyse, je ne le fais pas nécessairement en LIVE, pendant que je pratique, ce sont des analyses après coup. Je sais bien que l’envahissement du mental pendant la pratique est contre-productive, d’autant plus que lorsque le plaisir m’étreint, je ne désire plus rien, je me laisse aller. Ca ne prend pas encore la forme extatique que tu décris parfois, mais j’ai confiance. Quand je vois le chemin parcouru, je n’ai aucune inquiétude, ni aucun regret, je profite déjà de ce qui m’est permis d’expérimenter.

    Bonne journée à Toi @bzo

    #31591
    bzo
    bzo
    Participant

    J’ai BESOIN de comprendre ce qui se passe

    tu cherches à garder le contrôle à tout prix
    dans un domaine où au plus on accepte de le perdre,
    au plus les résultats seront spectaculaires

    le corps gagne du terrain en toi,
    ton instinct, tes pulsions s’expriment de plus en plus durant la séance
    tu as du mal à l’accepter, j’ai l’impression

    mais l’amour charnel à deux
    ou dans notre pratique en laissant s’exprimer la dualité en nous,
    c’est l’abandon, c’est se laisser aller, c’est se laisser emporter,
    c’est laisser notre corps prendre les commandes,
    c’est laisser parler la chair,
    c’est laisser parler nos abysses,
    là on entre dans une toute autre dimension où tout devient possible

    #31593
    Epicture
    Epicture
    Participant

    @bzo tu occultes une partie de mes explications.

    Je ne crois pas que l’accès au plaisir prostatique soit une question d’action ou de non action pendant l’action. Ce n’est pas non plus une question de volonté qui serait pure ou impure, d’un lâcher prise qui serait véritable ou pas véritable, d’une non attente qui n’en serait pas une, etc.. Toutes considérations sur lesquelles certains buttent désespérément, et que d’autre traversent allègrement.
    Je ne les balaye pas d’un revers de main car elles ont leur importance, mais elles viennent dans un second temps. Dans un premier temps, il faut avoir renoué des connexions physiologiques, nerveuses, musculaires. Et pour atteindre cet objectif, il faut s’entrainer, pratiquer, comme tout musicien, tout sportif, tout pratiquant d’une activité exigeante.

    Pourquoi certains y arrivent plus facilement que d’autres ? Simplement parce que ceux-là ont développé, de par leurs activités ces connexions nerveuses et musculaires, par « hasard ». Les hommes ne sont pas égaux, certains ont plus de facilité que d’autres, mais cela n’a rien à voir avec le mental, du moins dans un premier temps. Si mentalement on éprouve une culpabilité, ou une retenue à prendre plaisir avec son anus, ou autre chose que son pénis, ça va être plus difficile de se mettre à l’entrainement.
    Mais l’entrainement, la pratique, fini à la longue par générer des connexions nerveuses qui sont le chemin par lequel va circuler le plaisir, la vibration, dans tout le corps. Lorsque le plaisir se répand : exit !!! toutes les considérations citées plus haut, elles disparaissent comme par enchantement.

    L’insertion quotidienne d’un masseur peux vite devenir pénible, et contre-productive, alors on doute, on cherche, on s’impatiente. La patience et la persévérance, sont pour moi les plus importantes qualités à avoir. Après il faut savoir profiter de ce qui se présente aussi infime soit-il. Puis peu à peu, ces petites choses grandissent, et s’imposent, comme prioritaires. Alors on bascule comme dit @andraneros en mode orgasmique. Mais ce chemin a toujours été pour moi extrêmement progressif. Ce qui le rend difficile, c’est qu’on a très souvent l’impression de régresser, mais ce n’est qu’une impression générée et amplifiée par notre éducation qui rejette l’échec comme une faute culpabilisante. Il faut continuer à pratiquer pour nourrir les connexions nerveuses qui de cette façon continuent à se développer très progressivement.

    Dernière chose qui me semble importante : cette pratique doit être intégrée à l’équilibre de sa vie quotidienne, familiale et professionnelle. Elle doit prendre sa place gentiment, progressivement, en équilibre avec son environnement, et suivre les mouvements de l’environnement. Heureusement la grande progressivité de l’évolution du plaisir permet de prendre son temps.

    #31595
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je partage ce que tu dis @epicture.

    D’un côté quelques uns ont la « chance » de vivre l’expérience de l’orgasme prostatique très tôt après le début de leur cheminement. Leur personnalité, leurs expériences antérieures peuvent expliquer cette facilité à plonger dans la jouissance prostatique, soit qu’ils maîtrisent le contrôle des contractions volontaires qui activent le masseur, soit qu’ils disposent déjà des connexions nerveuses nécessaires.

    De l’autre côté nous sommes nombreux à devoir suivre un parcours d’apprentissage qui passe souvent par la (re)découverte de notre corps et de notre personnalité. Ce parcours peut se faire en quelques semaines ou quelques mois. Il peut demander aussi plusieurs années. C’est ce que les débutants laborieux doivent comprendre et accepter. Lorsque cette première étape est franchie, je suis persuadé qu’une pratique méthodique, réfléchie et patiente conduit naturellement à la découverte du plaisir prostatique. A chacun d’adapter son parcours à sa personnalité, à ses ressentis, à ses blocages et à ses progrès.

    Cette forme de progression fonctionne dans toutes les activités de développement personnel. Il n’y a aucune raison qu’elle ne fonctionne pas pour notre quête. En outre cet effort permet de faire en cours de route des découvertes passionnantes sur ce que nous sommes réellement derrière ce que nous faisons semblant d’être.

    Bon cheminement @epicture.

    #31598
    bzo
    bzo
    Participant

    je respecte bien sûr totalement ta démarche, @epicture
    chacun doit trouver sa voie tel qu’il le ressent, tel qu’il considère qu’elle doit être dirigée

    c’est une aventure tellement excitante, on s’enfonce tellement dans l’inconnu
    et les récompenses sont tellement délicieuses, bouleversantes, radicales

    mon enthousiasme me fait écrire des choses qui sont parfois un peu trop envahissantes,
    pas assez respectueuses des singularités de chacun

    c’est vrai que personnellement je considère que trop de cérébralité,
    que des analyses trop techniques sont contre-productives
    et qu’il faut avant tout se fier à son instinct, à son désir
    et faire confiance à ses sensations pour élaborer sa technique
    mais néanmoins j’ai aussi beaucoup expérimenté, testé,
    c’est quelque chose d’absolument nécessaire ,
    pour reprendre des termes professionnels à la mode en Belgique,
    on est en formation continue dans notre secteur

    mais malgré ces divergences certes fortes,
    je sens nos parcours, par bien des aspects, de plus en plus proches par ce que tu en décris
    et le type de plaisir polyphonique, généralisé que tu es en train de ressentir de plus en plus
    est aussi le mien,
    même si au coeur de mon plaisir et de mes sensations
    dans le noyau de ceux-ci, il y a la prostate avant tout chez moi
    magnifiée par les caresses, les mouvements du corps, les gestes
    et puis mes parties génitales qui participent aussi pleinement
    par l’intermédiaire des attouchements, des pressions et des effleurements de mes cuisses

    #31743
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour à tous

    Nous autres hommes devons être comme les femmes, soumis à des variations lunaires. Le désir, ou la réceptivité de nos cellules au plaisir ou à la jouissance présentent une grande variabilité. Notre conditionnement culturel nous engage à être toujours au top de nos capacités. Alors quand on est au flop, on pense qu’on est nul, ou pas fait pour ça. C’est bien dommage.
    Personnellement je profite des creux pour consolider mes acquis. Désormais, quand je retombe au creux de la houle, et de la vague, je traque le résidu de sensibilité. Car je sais que c’est de lui que tout repartira. J’entends déjà les apôtre du lâcher prise : il ne faut pas se prendre la tête, il faut se laisser aller ! OUI OUI, lâchez moi un peu avec ça, justement.
    Je ne m’habille pas en treillis couverts de feuilles de camouflage, avec mon fusil d’assaut pour traquer une bête sauvage, la piéger, et l’abattre comme un chien, pour pouvoir lui couper la tête, l’empailler et l’accrocher au-dessus de mon lit !
    Je suis plutôt un pisteur qui décrypte le moindre signe laissé par mon corps, qui puisse me guider et m’emmener, telle une onde sensuelle, dans les profondeurs de mon être.
    Donc je profite, de cette faiblesse du désir, pour identifier ce qui reste. Il ne reste pas rien. Le désir fait du bruit et nous transporte comme fusée assourdissante. La faiblesse du désir fait silence. Ce silence permet d’être à l’écoute. On se rapproche plus ici d’une pratique méditative qui profite du silence, pour écouter les petites pulsations qui s’expriment comme des petits gazouillis joyeux.
    Cette pratique me permet de consolider, pour repartir de plus belle quand la pression du désir me propulse.

    Bises à vous tous et bons cheminements !!

    #31745
    bzo
    bzo
    Participant

    que s’est passé?

    la dernière fois que tu avais donné des nouvelles, tu écrivais cela:

    Je reduis ma pratique du massage penien au profit du massage prostatique, et mes sensations sont decuplees. Mon moteur démarre avec une facilité étonnante !

    j’étais très excité pour toi et curieux de lire la suite
    et là tu sembles être dans un creux de vague,
    est-ce qu’il y a une relation de cause à effet?

    j’ai eu cela aussi pendant des mois des moments creux,
    ce n’est pas très amusant, cela jette le doute sur ses capacités,
    c’est bien que tu fasses contre mauvaise fortune bon coeur,
    c’est la meilleure attitude

    tu verras un jour, tu n’auras plus ces hauts et ces bas,
    tu auras une pratique totalement consistante,
    c’est juste une question de temps , de volonté et de patience

    #31748
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Il ne s’est rien passé de particulier. Je temoigne simplement de la variabilité de mon etat que je considère comme un bienfait. Je ne vise pas la « topitude » permanente. Cet etat d’esprit est pour moi contre productif.

    #31749
    bzo
    bzo
    Participant

    Je ne vise pas la « topitude » permanente. Cet etat d’esprit est pour moi contre productif

    il n’est pas question de « topitude permanente », enfin dans mon cas personnel, je ne lis d’ailleurs nulle part par ici,
    on est heureusement aussi loin que possible de ce genre d’état d’esprit par ici,
    bizarre que tu t’ais senti obligé de faire cette remarque,
    d’où t’es venu cette impression?

    personnellement je ne mets aucune pression
    mais j’essaie d’avoir une séance aussi agréable et aussi intense que possible chaque jour,
    je ne me dis pas « oh tu dois atteindre cela, tu dois ressentir tout ceci »,
    je ne me dis rien du tout
    mais j’ai acquis , disons, une certaine consistance, une certaine puissance
    qui me garantit tous les jours une solide dose de sensations

    même les jours où je suis moins en forme, mes séances m’apportent beaucoup de satisfaction,
    suffisamment pour m’estimer heureux, comblé, après chaque séance,
    j’espère que ce ne sont pas mes textes
    qui t’ont fait ressentir ce type de pression

    #31750
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour @bzo, tu dis :

    c’est bien que tu fasses contre mauvaise fortune bon coeur,

    Justement, je ne fais pas mauvaise fortune, bien au contraire,

    même les jours où je suis moins en forme, mes séances m’apportent beaucoup de satisfaction,
    suffisamment pour m’estimer heureux, comblé, après chaque séance,

    C’est exactement ça!

    Bise à toi @bzo

    #31751
    lucky
    lucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Personne n’est obligé de suivre le cheminement de quelqu’un d’autre ! D’ailleurs, cela est impossible.
    La « personnalité » de chacun va avoir une très grande importance.

    Epicture dit qu’il faut que ces plaisirs s’intègrent à la vie.

    Si les orgasmes s’intègrent sans gêne particulière ou ajoutent quelque chose au plaisir mutuel, par exemple avec son épouse, ou même produit une sorte d’extension bienheureuse au-delà même du sexe, c’est tant mieux. Et si le but voulu est celui-là et que l’on y arrive, alors c’est grandiose. L’équilibre est toujours sympathique.

    Mais le tout est de savoir comment la vie va se plier à ces plaisirs aussi.

    Si les orgasmes conduisent à des changements radicaux de vie, c’est comme ça ! Mais ce n’est pas forcément souhaitable. Il y a là une sorte de déséquilibre.

    Cela m’arrive ! Mais c’est surtout à cause de ma personnalité qui a intégré les orgasmes prostatiques, tremplin magnifique, dans une évolution beaucoup plus vaste, dans ma quête depuis toujours et qui n’est pas terminée, parce que je crains fort qu’elle ne soit interminable. Ma vie est ma quête ! Instable, déséquilibrée, mais jamais ennuyeuse… !

    Bisous
    Julie

    #31761
    bzo
    bzo
    Participant

    tremplin magnifique, dans une évolution beaucoup plus vaste, dans ma quête depuis toujours et qui n’est pas terminée, parce que je crains fort qu’elle ne soit interminable.

    oui moi aussi, pas dans la même direction que toi,
    je me sens homme mais durant la séance, je deviens femme avec un homme,
    corps à corps amoureux
    mais du côté de la femme, je sens l’homme en moi, ses mains sur moi,
    sa main dans mon sexe, son sexe dans mon sexe

    et puis cela va aussi beaucoup plus loin,
    cela devient aussi de plus en plus proche d’une pratique tantrique,
    enfin de ce que j’imagine être des aspects tantriques,
    appelons-les ainsi,
    de la sexualité sublimée, qui s’élève, un pont entre l’animal et le ciel,
    des extases d’une qualité sublime,
    une déambulation unique entre les bras de la volupté

    même les jours où je suis moins en forme, mes séances m’apportent beaucoup de satisfaction,
    suffisamment pour m’estimer heureux, comblé, après chaque séance,

    C’est exactement ça!

    je ne sais pas pour toi
    mais ce plaisir, ces sensations qui dès le premier instant , sont ressentis dans tout le corps,
    c’est cela qui fait toute la différence,
    on ne peut pas ne pas être satisfait d’un pareil plaisir,
    quand tout le corps participe aussi bien à l’éveil des sensations
    que comme véhicule, que comme lieu de perception un peu partout des pieds à la tête,
    de la surface de la peau jusqu’au plus profond de notre être,
    il y a déjà quelque chose de hautement satisfaisant, de hautement nourrissant, d’accompli, de plein,
    dans ce que l’on ressent, indépendamment de son intensité, indépendamment de la durée

    #31763
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Je comprends très bien ce que tu dis @epicture :

    Je ne crois pas que l’accès au plaisir prostatique soit une question d’action ou de non action pendant l’action. Ce n’est pas non plus une question (… ) d’un lâcher prise qui serait véritable ou pas véritable (… ) Toutes considérations sur lesquelles certains buttent désespérément, et que d’autre traversent allègrement. (… ) Dans un premier temps, il faut avoir renoué des connexions physiologiques, nerveuses, musculaires. Et pour atteindre cet objectif, il faut s’entraîner, pratiquer, comme tout musicien, tout sportif, tout pratiquant d’une activité exigeante.

    Les témoignages que je lis sur les forums spécialisés montrent que certains sont pré-programmés, pré-câblés ou comme tu le dis pré-connectés, d’autres non. Les premiers font très vite et très naturellement l’expérience des orgasmes prostatiques et des super O’s, les derniers ne découvrent le plaisir prostatique que s’ils acceptent en toute sérénité une phase de reconnexion ou autrement dit une phase d’apprentissage. Cet apprentissage consiste à pratiquer des sessions de massage prostatique le plus régulièrement possible pour ouvrir les connexions nerveuses, musculaires et mentales d’une nouvelle voie de plaisir. Bien mené par chacun en fonction de sa personnalité cet apprentissage conduit au plaisir prostatique tous ceux qui ont la patience et la persévérance adaptée à leur situation.

    En un mot cet apprentissage permet à ceux qui le font de vivre la même expérience que ceux qui sont pré-programmés. Quand l’aptitude à lâcher prise n’est pas spontanée, je suis persuadé qu’elle peut s’acquérir par un travail appliqué et serein. Chacun doit pratiquer à partir de sa personnalité, de ses compétences disponibles, des sensations qu’il apprend à reconnaître et à développer.

    Comme tu nous le fais comprendre cet apprentissage, en attendant qu’on en arrive au bout, nous permet de vivre de belles expériences qui sont autant de récompenses pour nos efforts. Il ne faut pas les mépriser même si elles ne sont pas la réponse à notre quête initiale.

    Bon cheminement @epicture.

    #31768
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour à tous !

    J’ai eu ces 4 derniers jours des difficultés à me connecter via mon appareil mobile. C’est pourquoi je vous prie d’excuser ma faible réactivité à tous vos posts très intéressants

    Julie Armandine :

    Ton intervention me fait plaisir.
    J’ai ouvert par ailleurs un fil de discussion « prostate et philosophie », mais il ne semble pas attirer les foules. Cependant, les forums en sont imprégné… de philosophie. Car la pratique du massage prostatique ne peut pas ne pas engager un processus de réflexion sur soi-même, l’existence et la vitalité de ce forum en sont la preuve. Si le contenu n’était que technique, on finirai par tourner en rond, mais il se renouvèle constamment, car le contenu va bien au-delà de la simple technicité d’une pratique. Pour faire simple, je pense qu’il s’agit de donner à sa sexualité la place qu’elle mérite. Quand cette démarche est engagée, on entre profondément en soi-même, que ce soit spirituellement ou corporellement. l’un ne va pas sans l’autre.

    Tu dis par exemple

    je crains fort qu’elle ne soit interminable

    comme si c’était pénible, et à craindre, et tu poursuis en disant :

    ma vie est ma quête, ! Instable, déséquilibrée, mais jamais ennuyeuse

    ce qui en revanche respire la joie et la confiance.

    Les discussions que j’ai avec @bzo, écrites dans le but de partager avec tous, sont le reflet de ces paradoxes. @bzo ne m’engage pas à suivre sa voie, ni moi l’invite à suivre la mienne. Notre discussion permet de mettre en lumière un fait qui semble simple, voire idiot mais qui pourtant est capital : nous n’allons nulle part, et pourtant nous cheminons. Nous arrivons tous à la même conclusion, mais par des chemins différents. nous vivons tous les choses de manière différentes, mais nous parlons tous de la même chose. Il n’est pas nécessaire que nous soyons d’accord, bien au contraire, cela stimule notre réflexion et notre cheminement.

    @bzo tu dis :

    je ne sais pas pour toi
    mais ce plaisir, ces sensations qui dès le premier instant , sont ressentis dans tout le corps,

    Non, pour moi ces sensations ne sont pas ressenties dans tout le corps dés le premier instant.
    Il monte par degrés, par paliers. Parfois il ne monte pas du tout. Il n’y a pas de vibration particulière. Mais le fait de me recentrer sur moi même, d’être présent à moi même, de me ressentir comme vivant, me fait énormément de bien.
    Cela ne pourrait être que cela : me sentir vivant, me sentir respirer, sentir les battements de mon cœur et sentir dans certains de mes membres, mes doigts, mes tempes, et parfois mais pas toujours, mon anus ou mon coccyx, la pulsation du sang qui circule en moi.
    Le cheminement prostatique m’a conduit à apprécier ces instants qui sont en quelque sorte un état préparatoire ou intermédiaire avant le plaisir prostatique (ou pas), cela semble se rapprocher d’un état auto-hypnotique. Pour moi c’est déjà énorme.
    Bien sûr le plaisir prostatique, ou du moins les plaisirs que j’ai déjà ressentis sont assez différents de ce que je connaissais avant. Ma sexualité bien que assez solitaire s’est complètement renouvelée.
    Mais comme je le martèle depuis le début, ça va bien au delà du plaisir sexuel.

    je crains fort qu’elle ne soit interminable.

    Julie Armandine, pour moi, ce n’est pas une crainte…

    Cela vient compléter ton dernier post cher @andraneros, tu m’as devancé, et nous sommes d’accord.

    Bises à tous

    #31769
    lucky
    lucky
    Participant

    Bonjour,

    Le « je crains fort que ce ne soit interminable ! » En fait, c’était juste une joliesse du langage ! J’ai des phrases ou des bouts de phrases comme ça que j’aime bien et comme un gosse, dès que je peux les placer, je les place. Parfois c’est nul, d’autres fois c’est amusant…

    J’ai lié ici « interminable » à une crainte mais je ne le vis pas comme ça. C’est plutôt une constatation, une confirmation de plus par le vécu de l’idée que seul le mouvement existe ! Cela donne le vertige quand on en a conscience et l’on aimerait bien parfois se poser quelque part !
    Par ailleurs, tu as raison de remarquer le côté joyeux de la quête parce que c’est exactement ça. Mais la quête est interminable, c’est même sa raison d’être ! Que l’objet à jamais inaccessible puisse maintenir le désir toujours en marche !

    A bientôt
    Julie

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 280)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.