Mots-clés : ,

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 341)
  • Auteur
    Articles
  • #26472
    bzobzo
    Participant

    ENGAGEZ-VOUS! ENGAGEZ-VOUS!

    ce n’est pas le même geste de la main sur la peau
    quand il est appliqué avec peu de conviction, avec hésitation, avec doute, presque mécaniquement
    que si vous êtes engagé tout entier dans le geste, avec toute votre faim, avec toute votre soif,
    que tout votre être s’engage avec cette paume, avec ces doigts, en quête du plaisir

    AFFRANCHISSEZ VOS MAINS!

    cette main peut mille et une sortes de caresses,
    elle peut aussi griffer, pincer, tordre,
    sa chorégraphie devient alors essentielle, une fois affranchie des limitations de la main à plat sur la peau,
    sollicitant celle-ci quasi exclusivement de la paume et des doigts glissant, frôlant, pressant un peu,
    des sensations avec peu de poivre, un peu d’épices,
    quelques pincements, quelques coups de griffe, un ongle enfoncé de-ci de-là,
    relèveront votre pratique à condition de ne pas en abuser (j’ai fais cette expérience pour vous)

    #26473
    AvatarCh313
    Participant

    Salut à bzo et Jieffe
    J’ai plaisir à vous lire dans ce fil. Je n’ai pas encore tout lu. Mais cela me donne le sentiment que c’est ici que j’ aurais du poster mon message. Je me sens très concerné même si mon parcours ou ma démarche sont bien différents.
    Pour l’instant je suis au chômage technique, mais ma prostate bien qu’absente de mon conscient me rappelle à l’ordre dès que j’ai le moindre frisson. Je ne suis pas encore remis de mon opération.
    Ici et maintenant je suis seul à l’hotel, ma compagne étant à la clinique pour une reconstruction mammaire je pleure de ne pouvoir me laisser aller.
    Alors merci de pouvoir passer un moment avec vous par ce fil.

    #26474
    AvatarCh313
    Participant

    Cordialement

    #26475
    bzobzo
    Participant

    @Ch313 ce fil est accueillant, installe-toi, les fauteuils sont confortables,
    on aime à y deviser de plaisir prostatique, du féminin en nous et comment le réveiller

    patience,
    bientôt tu pourras grimper aux rideaux à nouveau,
    faire pétarader ton petit moteur à explosion prostatique à nouveau

    #26476
    JieffeJieffe
    Participant

    cosmique je ne sais pas, c’est un peu grandiloquent, prétentieux

    Oui, le superlatif est peut-être un peu exagéré, mais il traduit ce que j’ai pensé à la lecture de ton récit.

    mon moi qui contrôle, mon moi qui pense, mon moi qui analyse,
    enfin bref le moi du quotidien

    Je me demande si ce n’est pas ce qui me manque. Et en ce moment mon quotidien n’a pas tendance à se faire oublier.
    Ceci dit, j’ai ressenti lors de mes mini ‘O cette impression d’être déconnecté de la réalité, et d’avoir perdu la notion du temps. Et une fois en particulier après une journée particulièrement lourde.

    J’ai plaisir à vous lire dans ce fil.

    Et bien ça fait plaisir.

    Ici et maintenant je suis seul à l’hotel, ma compagne étant à la clinique pour une reconstruction mammaire je pleure de ne pouvoir me laisser aller.

    Oui, c’est dommage, et comme je te comprends, c’est un peu l’histoire de ma vie dernièrement!!!
    Je te souhaite bon courage pour traverser ces épreuves. Et tiens bon, il y aura des jours meilleurs, avec une prostate toute neuve.

    #26483
    nicolas775nicolas775
    Participant

    Cher Bzo, le déblocage est à présent confirmé. Chaque(s) seance(s) quotidienne(s) me gratifie de délices.
    Je suis encore bien loin des chevauchées fantastiques que tes description nous régale, mais je suis heureux de ce qui m’arrive.

    C’est toujours ma prostate qui décide, et j’obtempere. Je ne parviens pas encore à enchaîner de multiples orgasmes, mais les deux/trois qui m’arrivent me comblent et je m’en contente.

    #26484
    bzobzo
    Participant

    Je ne parviens pas encore à enchaîner de multiples orgasmes, mais les deux/trois qui m’arrivent me comblent et je m’en contente.

    il y a tout un apprentissage, toute une progression, à de multiples niveaux, qui doivent s’accomplir

    la patience est une vertu, qu’il faut acquérir un minimum
    sinon on court au devant de risques, genre enchaînement de séances ratées,
    puis rapidement de perte de confiance, perte de ses moyens, le doute s’installe
    et enfin d’arrêt momentané plus ou moins long par découragement et par frustration

    je parle d’expérience là, je l’ai vécu plusieurs fois
    car mon principal défaut, c’est justement le manque de patience,
    on se dépasse un jour dans une séance, on atteint des niveaux incroyables de jouissance,
    on se croit le roi du monde, le roi du plaisir prostatique
    et le lendemain, ben on se met au lit avec la conviction
    qu’il va de soi de retrouver le même niveau de plaisir que le jour d’avant,
    on s’enfonce son sceptre royal dans le fondement et patatras, catastrophe,
    cela ne vient pas tout seul, on s’énerve, on perd patience, etc

    bref, si on sent qu’on régresse,
    il faut vite remettre en question ce qu’on croit avoir acquis ces derniers jours,
    remettre en question le niveau qu’on croit avoir atteint
    et recommencer avec patience et humilité pour retrouver ses sensations, ses automatismes,
    ses orgasmes et son niveau de plaisir

    le déblocage est à présent confirmé.

    l’important, c’est cela.
    Cela veut dire que la voie est ouverte, que le feu est vert, que tu es en route,
    le reste viendra tout seul si tu persistes

    #26485
    bzobzo
    Participant

    ah mes amis, quelle séance encore ce soir,
    j’ai vécu tant d’amour, tant d’amour,
    je me sentais par moments comme un enfant égaré qui a retrouvé sa mère
    et le bonheur qui me submergeait,
    me faisait en même temps pleurer bêtement à chaudes larmes

    d’abord au premier contact avec le masseur, mon habituel orgasme de bienvenue s’est déclenché
    mais l’oiseau devait se sentir bien dans ce nid
    car il a duré, duré, duré…

    ce qui est extraordinaire avec ces orgasmes qui se prolongent bien au-delà de la minute,
    c’est que toutes les aspérités tendent à s’effacer
    car la jouissance tout de même, c’est une manifestation extrêmement violente quelque part
    avec parfois même toutes sortes d’effets physiques,
    genre tremblement, secousses, spasmes de tout le corps qui font penser à de l’épilepsie
    alors qu’avec ces orgasmes qui se prolongent donc, en tout cas chez moi,
    ceux-ci tendent à devenir de plus en plus calme, de plus en plus paisible
    on a l’impression d’être plongé dans une espèce de liquide amniotique, d’une densité incroyable
    où viennent fusionner, se mêler indistinctement le monde extérieur qui nous entoure
    et puis tout notre monde intérieur, le temps semble suspendu et le réel ne plus exister,
    rien que cet aquarium, cette matrice liquide où tout l’univers semble être venu se dissoudre, se concentrer

    les orgasmes qui se prolongent ainsi sur plusieurs minutes,
    tendent à se transformer en un état que je qualifierai d’extatique,
    de l’extase, le bonheur de flotter hors du temps et de l’espace, sans réel et sans moi

    après tout le reste de la séance a été à l’avenant,
    le fait est que je suis arrivé à me lâcher totalement aujourd’hui, vraiment totalement,
    et tout ce que j’ai en moi dans mes profondeurs, est monté à la surface et jouait avec mon corps,
    c’était divin

    je ne bougeais quasiment plus vers la fin, j’étais affalé, gémissant et râlant sans discontinuité,
    effleurant juste avec le masseur ma prostate,
    je repartais en vrille dans un orgasme de tout le corps immédiatement au moindre contact

    je suis resté encore 5 minutes une fois le masseur sorti de son antre,
    immobile sur mon lit avec la sensation de continuer à jouir en sourdine,
    après, je me suis encore enfoncé un doigt puis deux dans le fondement,
    touiller un peu les parois humides de lubrifiant,
    j’ai immédiatement senti des vibrations s’éveiller autour de la prostate
    et je suis reparti en vrille encore quelques fois

    #26486
    AvatarCh313
    Participant

    Je prends ma tablette. Il faut que je transcrive ce moment. Ces heures mêmes que cela dure. Je suis en train de defoncer un mur de la jouissance. Ça ne s’arrête plus.
    Je ne suis plus que plaisirs, délires, les spasmes me ravagent. Ma respiration haletante est entrecoupée de cris, il faut que je me retienne, sinon je vais réveiller tout l’hotel.
    V’là une bonne heure que cela dure. Je suis en larmes. Je suis avec lui. Mon bassin tressaute, remue tout le lit. Qui me fait l’amour? Le décrire en direct va-t-il m’apaiser?
    Je crie, je pleure, comment vais-je pouvoir m’arrêter. Spasmes de quinze secondes qui se débloquent dans de longs tremblements. Ça y est, c’est ça l’orgasme? Mon premier orgasme! J’en suis sûr.
    Mais pas de prostate!
    Mais (mon corps ?) qu’est-ce que tu me fais ? Moi je ne te fais rien !
    Tu me suce je t’ai dans ma bouche. Mais t’es qui ?
    La confusion totale, la fusion de mes moi.
    Mes mains tremblent. Je ne peux plus écrire.
    Je ne suis plus qu’un corps flottant à la dérive de mes sensations déferlantes.
    Je me sens toute trempée. Je ne sais pas comment arrêter. Je mets plusieurs dizaines de secondes pour écrire une phrase. Ma poitrine n’arrête pas de me branler, m,ébranler.
    Je pleure, j’essaye d’en profiter pour m’appaiser.
    J’en peux plus. Il faut que je me calme ! Je me le répète. Et encore.
    J’essaye de prendre le contrôle de ma respiration. Mais j’ai encore des gémissements qui l’entrecoupent. Plus lente et plus profonde. Je reviens ?
    C’est en direct de mon voyage, ici et maintenant.
    Il faut que j’essage de dormir.
    J’ai encore du plaisir plein mes valises pour un voyage fabuleux.
    Il faut que je m’arrêtes-vous là. Je ne sais pas si un jour je retrouverai les conditions de mon décollage. Je reviens dans mon intellect. Surtout je ne me relis pas.
    Débranches!

    #26487
    bzobzo
    Participant

    Ces heures mêmes que cela dure. Je suis en train de defoncer un mur de la jouissance. Ça ne s’arrête plus.

    eh bien mon gaillard, tu n’as pas l’air de t’ennuyer

    Mais pas de prostate!

    tu arrives à ces résultats comment? Pas juste par la pensée tout de même,
    il y a bien quelque action extérieure? un déclencheur, des mouvements, des frottements, des caresses?

    moi par exemple,
    j’arrive aux résultats décrits
    mais uniquement parce qu’il y a l’action du masseur sur la prostate,
    sans cela je pourrai me caresser autant que je voudrais,cela n’aurait pas le même effet

    j’ai bien réussi à obtenir des résultats assez intéressants avec des contractions, sans masseur donc
    mais dans tous les cas, il y a toujours la prostate plus ou moins impliquée,
    elle est le moteur de mon plaisir,
    ma petite pile atomique directement branchée aux forces telluriques sous la croûte terrestre,
    voire même à celles des autres planètes

    elle est la porte magique qui permet d’accéder de l’autre côté, au royaume infini du plaisir féminin

    #26488
    bzobzo
    Participant

    je ne sais pas si ma prostate est encore dans tous ses états de la séance splendide d’hier soir
    ou alors si elle est désormais constamment dans un état d’éveil, de sensibilité, supérieurs
    mais là devant mon ordi et encore il y a quelques minutes dans la cuisine,
    j’ai fermé les yeux et fais quelques contractions,
    en quelques instants je suis arrivé au bord de l’orgasme,
    le plaisir était dans tout le corps, puissant, limpide, vague tranquille, cristalline, lumineuse

    suis obligé d’interrompre ces petites explorations bien intéressantes
    pour accomplir des taches domestiques,
    reprendrais tout cela plus tard

    j’espère tout de même que ma prostate va rester sous contrôle
    et que je ne vais pas commencer à être débordé par le plaisir prostatique
    comme on peut lire de temps à autre des témoignages de gens ici et là,
    ce serait gênant de commencer à devoir se retenir de hurler de plaisir
    sur ma chaise au bureau simplement parce que j’aurai fait un mouvement
    qui va tout de suite mettre ma prostate dans tous ses états

    #26489
    bzobzo
    Participant

    ça évolue très vite chez moi pour l’instant,
    je suis arrivé à avoir mon premier orgasme sans masseur

    devant mon ordi, j’ai fais des contractions et me suis caressé langoureusement,
    rapidement je me suis mis à gémir, j’ai basculé la tête en arrière yeux fermés,
    cambré les reins en écartant un peu les fesses
    pour mieux sentir les contractions comme une lente pénétration
    et rapidement j’ai été envahi d’ondes de chaleur dans tout le corps

    c’est un peu bizarre de ressentir tout cela
    mais sans les sensations localisés à la surface de la prostate et aux alentours immédiats
    grâce aux multiples effleurements et contacts du masseur
    mais c’est puissant

    peut-être que j’ai une percée enfin aussi dans la pratique sans masseur

    #26490
    JieffeJieffe
    Participant

    Et bien mes amis, quels récits… Ça fait envie. Et je vois de belles découvertes pour toi bzo.
    CH313 je vois que ça va mieux, ou tu n’as pas pu tenir?

    on se dépasse un jour dans une séance, on atteint des niveaux incroyables de jouissance,
    on se croit le roi du monde, le roi du plaisir prostatique
    et le lendemain, ben on se met au lit avec la conviction
    qu’il va de soi de retrouver le même niveau de plaisir que le jour d’avant,
    on s’enfonce son sceptre royal dans le fondement et patatras, catastrophe,
    cela ne vient pas tout seul, on s’énerve, on perd patience, etc

    Ça me fait du bien de lire ça, parce que même si je m’en défends, je sais qu’aujourd’hui j’ai une petite crainte de ne rien ressentir, et ce doit être une des raisons pour lesquelles, inconsciemment même, j’espace les séances. Cette crainte de ne rien ressentir se transforme comme tu le dis très justement bzo en doute: vais je y arriver??? Et c’est tout à fait vrai ce que tu rajoutes, c’est que cette crainte et ce doute sont encore plus présents après une bonne séance.

    j’ai vécu tant d’amour, tant d’amour,

    Ça aussi c’est génial bzo, et ça me semble assez nouveau, enfin je ne le lis dans tes témoignages que depuis quelques séances. Mais c’est vraiment génial, ça fait plaisir de lire ça.

    Ce que je remarque également, c’est que tes séances ont bien changées depuis que j’ai repris mon activité sur le forum. Tu décrivais des sessions très agitées, toujours en mouvement alors qu’aujourd’hui tu sembles beaucoup plus calme et j’ai l’impression que ton plaisir est plus grand.

    Continuez de nous faire rêver, et de nous faire part de vos doutes lorsque vous étiez débutants, ça rassure.

    #26491
    Avatarnydor01
    Participant

    Bonjour,

    Les sensations vont se préciser et s’amplifier avec le temps et l’apprentissage. Avec la chaleur viennent les tiraillements et les fourmillements voluptueux. Si les sensations sont moins nettes qu’avec l’Aneros, elles sont assez puissantes pour déclencher des spasmes et des ondes de plaisirs à travers le corps. Et au niveau psychique, c’est incomparable.
    L’approche est double. D’abord mentale : il faut effectuer là aussi un recâblage de la pensée vers la prostate (les caresses sur les mamelons peuvent accélérer le processus). Mais aussi physique, considérer que les sensations peuvent naître tout autour de la prostate et non pas seulement de la paroi rectale (comme avec le masseur). À titre personnel, je commence à avoir des sensations sur le devant de la prostate, sous le scrotum. En ce sens, il me semble que la maîtrise des contractions du périnée joue un rôle plus déterminant que celles des contractions anales ou même rectales (même si dans un premier temps, elles sont importantes, en raison des habitudes prises avec le masseur).
    Bon cheminement…

    #26492
    AvatarCh313
    Participant

    Je viens de faire 140 Km en me transformant en ambulancier hors pair pour ramener ma compagne à la maison (grande route mais de montagne quand même).
    En me concentrant sur cette conduite je pensais revenir à un état plus présent dans le réel. Nous avons mangé.
    Mais non je suis encore sous « emprise »
    J’ai inscrit en notes des pensées, des états, au fur et à mesure.
    Je ne sais pas encore comment ou quand je pourrais les retranscrire ici. Mais je vous raconterai, c’est promis
    À plus

    #26493
    bzobzo
    Participant

    Ce que je remarque également, c’est que tes séances ont bien changées depuis que j’ai repris mon activité sur le forum. Tu décrivais des sessions très agitées, toujours en mouvement alors qu’aujourd’hui tu sembles beaucoup plus calme

    un peu peut-être, c’est plutôt que je change moins de postures,
    surtout j’utilise très peu actuellement les postures assises
    et beaucoup moins aussi les postures sur les coudes, à demi assis,
    c’est du en fait au rôle prépondérant de mes mains désormais,
    elles caressent, griffent, pincent , tordent , (surtout caressent tout de même)
    sont en mouvement presque tout le temps, pas forcément rapidement,
    parfois lentement, très lentement, quasi à l’arrêt
    mais leur rôle est devenu majeur,
    ils éveillent ainsi le corps, font participer celui-ci pleinement comme acteur du plaisir prostatique
    en plus des sensations spécifiques qu’elles apportent

    la posture assisse exige les bras en arrière pour se soutenir, plus moyen d’user des mains,
    ceci explique cela

    non, je continue à bouger beaucoup mais je reste désormais essentiellement sur le dos ou un peu sur le côté
    mais suis toujours beaucoup en mouvement,
    le bassin bouge langoureusement au rythme des vagues du plaisir intérieur,
    ma conception et ma pratique sont plus dynamiques que jamais,
    un jour je ferai la vidéo, tu pourras constater

    non hier soir, j’ai écris que je ne bougeais quasiment plus
    mais c’étaient des moments exceptionnels, le plaisir me clouait sur place

    j’ai vécu tant d’amour, tant d’amour,

    Ça aussi c’est génial bzo, et ça me semble assez nouveau, enfin je ne le lis dans tes témoignages que depuis quelques séances. Mais c’est vraiment génial, ça fait plaisir de lire ça.

    je me suis senti obliger d’écrire cela car comme il y a désormais une telle densité durant mes séances,
    c’est du plaisir, de la jouissance mais après j’ai la sensation d’en retirer encore beaucoup plus que cela,
    amour, ce mot me parait mieux exprimer l’épaisseur et la richesse de ce qui se passe actuellement durant mes séances

    #26494
    bzobzo
    Participant

    Les sensations vont se préciser et s’amplifier avec le temps et l’apprentissage. Avec la chaleur viennent les tiraillements et les fourmillements voluptueux. Si les sensations sont moins nettes qu’avec l’Aneros, elles sont assez puissantes pour déclencher des spasmes et des ondes de plaisirs à travers le corps. Et au niveau psychique, c’est incomparable.

    oui, c’était très encourageant mes quelques petites séances express de ce matin
    et je sens déjà que si je prends plus de temps, les résultats devraient être spectaculaires

    j’ai déjà pu tirer quelques leçons et différencier ma technique de ce que je fais avec masseur,
    ainsi les contractions et les caresses doivent être beaucoup plus retenues,
    tout geste trop appuyé, tout mouvement trop frénétique,
    toute contraction trop forte, sont contre-productif,
    noient la sensation qu’ils peuvent faire naître,
    il faut y aller tout en finesse

    j’ai aussi remarqué que j’essayais d’imiter les mouvements du masseur avec mes contractions,
    alors que vers la fin, je me suis laisser aller
    et me contentait de suivre mon désir, contractant un peu tout et n’importe quoi dans la zone
    qu’en fait tout mouvement musculaire dans le bassin,
    semblait provoquer une réaction de ma prostate, pas uniquement ceux du périnée ou la zone anale, rectale

    #26496
    AvatarCh313
    Participant

    Je suis maintenant un peu apaisé alors comme promis je vous le raconte.
    C’était lundi
    Ma compagne est à la clinique, je suis seul, libre.
    J’ai décidé de me rendre dans un club (coquin bien sûr).
    Ce désir, je l’ai depuis longtemps. Il y a cinq ans environ, en manque souhaitant élargir mon univers de sensations, j’ai voulu tester cette pratique.
    Essai totalement raté : il ne s’est rien passé. J’ai essayé plus tard un autre club sans plus de résultat. Voie sans issue, totalement nulle.
    Depuis mon cheminement m’ayant ouvert les sensations autogènes je vais dans un club gay. Avant je n’aurais jamais osé. Si je peux m’aimer moi avec moi, en moi, pourquoi cela ne pourrait-il pas m’arriver avec un autre bien réel ? Aucune hésitation. Je suis surpris de l’accueil chaleureux des uns pour les autres. Je me lance. Je me rapproche de l’un d’eux. Je le caresse comme si lui était moi. Je suis parti dans mon voyage. … Dans le délire de l’abandon il me suce, je jouis comme jamais cela ne m’étais jamais arrivé. Jouissance éjaculatoire même sans éjaculation (effet indésirable du médicament), ce n’est pas encore l’orgasme et toujours pas de prostate. Mais t’es où ? Pas là ! Pourtant je sais qu’elle est là, je la touche de mon doigt. Elle est plus petite qu’avant l’opération. Mais elle ne me renvoie aucune sensation.
    Je me rejoins dans mon post que j’ai écrit sur le fil de « Anne et rosse » :
    ‘Comment activer ma prostate qui fait grève ‘. Je boucle sur mon intime homosexualité.

    C’est mardi, le soir.
    Si j’ai pu être cet homme pourquoi ne pourrais-je pas être aussi l’autre que je dis être dans ce post. J’en veux plus ! Je vais dans un autre club, ‘hétéro’ cette fois. Soirée ‘mixte’ thème ‘triolisme’. Le début n’est pas très facile, les mecs tournent un peu en rond. Ils attendent la ‘bonne personne ‘. Beaucoup tournent autour du « glory hole », je tente une approche « non merci ». Je fais le tour de la cloison. Aussitôt quelqu’un propose son sexe. Alors je le caresse, je le suce longuement avec tendresse. Il jouit dans ma bouche, je sens son sperme chaud couler. C’est la première fois pour moi, je lui trouve bon goût. J’avale pas, ça dégouline sur la serviette, il se retire et s’éloigne rapidement. Un autre se propose : je « remets le couvert ». Je trouve décevant de n’avoir pas pu câliner mes partenaires. Je vais voir ailleurs. Dans un coin câlin une femme est en jouissance avec plusieurs partenaires. Je me joins au groupe. Je m’approche, elle me caresse le sexe puis l’attire dans sa bouche, me suce délicieusement. Sa bouche trouve ma bouche : un patin d’enfer tel que je n’en ai encore jamais connu. Mes doigts caresse son sexe. Ma bouche vient les rejoindre. Je lèche son clitoris. Délire des sens. Un autre vient à ma place pour la pénétrer. Un autre, un proche sûrement, prend tout en photo. Je suis acteur de porno maintenant !.
    Combien suis-je plein de nouvelles sensations ! Je suis dans un ‘moi’ nouveau. Vertiges extraordinaires ! . . .
    Je suis encore en boucle sur mon cheminement. La réalité de mon être fusionne avec la profondeur de mon ‘moi’.
    Je rentre à l’hôtel. Je m’endors un petit moment. Je me réveille, je tremble, des vagues me parcourent, au bout d’un moment je me dis « il faut que j’écrive ce qui se passe.
    Je prends ma tablette. . . Vous avez déjà lu la suite…
    Je me relis, je corrige la notion de temps : quand je parlais de plusieurs dizaines de secondes en fait c’était plusieurs minutes que j’aurais du écrire. Cette phase a duré plus de deux heures et demie.
    Je n’ai eu besoin d’aucun accessoire. Je ne me suis même pas caressé.
    Si pendant quelques temps le masseur a été un déclencheur, là je n’ai même pas eu envie de m’en servir.
    Le matin j’inspecte les draps, j’avais l’impression de les avoir complètement trempés ruinés. Surprise : aucune tache. Pas de saignement non plus, ma prostate semble avoir très bien supporté cet épisode. Je ne m’en suis pourtant préoccupé à aucun moment.

    Alors, pour Jieffe, retour plus en arrière sur mon voyage :

    De Ia relaxation
    Au début, j’essayais de suivre le traité de l’Anéros, respiration avec tentative de contraction. J’ai progressé un peu des plaisirs me sont apparus. La sensation de quelque chose en moi m’était agréable sans pouvoir cependant trouver des sensations de mouvement du masseur. J’éprouvais plus de plaisir dans l´éjaculation. Ayant lu sur le forum quelques expériences avec les sons, je me suis intéressé aux sons binauriculaires. J’en ai retiré une autre expérience de plaisirs : le « hands Free » jusqu’à l’éjaculation sans aucune action physique. Juste écouter et laisser faire. Plus tard je reviendrai au laisser faire.
    Mais sans trouver ma prostate.
    Tout se passait dans ma sphère génitale mais pas dans tout le corps, j’en prenais la mesure, la conscience ?.
    Je me dis aujourd’hui que si dans l’orgasme tout le corps participe je n’avais encore jamais eu d’orgasme.

    Aujourd’hui
    Je m’installe dans mon fauteuil en position relax. En trente secondes je suis déjà sujet à des spasmes. Il a suffit que j’interrompe mes pensées, je « rentre » en moi. Je peux partir dans mon voyage intérieur.
    Là, il faut que je relie cette faculté à mon passé.
    Il y a quelques années j’ai pratiqué l’Eutonie. Et je pense que c’est cette pratique qui me permet de décoller aussi facilement.
    Je la remets au goût du jour. Je m’étends sur le dos et je laisse aller.
    >. C’est ce que j’ai fait en ayant trouvé cette proposition sur le forum <
    Presqu’instantanément je suis dans l’exploration de mon intérieur.
    Ma tête repose bien sur le dossier. Ma mâchoire se détend. Ma langue envahit ma bouche. C’est au tour de mes joues, une chaleur se développe dans mes pommettes. Mes paupières aussi se détendent, elles sont maintenant entrouvertes.
    L’inspection continue par mon cou puis mes épaules, mes bras, mes mains. Mes paumes prennent de la consistance de la chaleur aussi. Mes doigts sont libres.
    Je visualise, mentalise les appuis de mes bras puis de mon tronc. Je descends dans mon bassin puis mes cuisses. Une chaleur les envahit. Je vais ainsi jusqu’à mes pieds. Je détaille mes appuis. Je ne sais pas exactement ce que j’en fais mais je me sens maintenant comme en lévitation.
    Ce parcours peut être très rapide comme une vague qui me submerge.
    Dans cet état je peux faire beaucoup de choses.
    À l’époque je l’utilisais même pour gérer mon quotidien professionnel.
    Ce que j’ai fait aujourd’hui, ce qui est positif ou négatif, ce que je ferais demain.
    Puis relâchement ultime je m’endors en quelques secondes

    Je reviens ici et maintenant.

    Les spasmes commencent, une contraction au niveau de l’abdomen puis deux puis trois enchaînées . Parfois une plus intense au niveau du diaphragme. Puis cela descend mon ventre. Des ondulations parcourent mon pubis.
    C’est là qu’un jour je me suis dit : si je n’ai pas de prostate c’est que je suis femme et qu’un déferlement de sensations m’a submergé.
    Je détaille mon pubis. Des fourmillements y naissent qui descendent dans mes cuisses. Sans y penser je sens qu’on m’effleure. Je ne pense pas au masseur que j’avais introduit avant de m’installer
    Tes doigts caressent mes lèvres qui gonflent (ou sont-elles simplement plus sensibles ?). Tu passes tes doigts dans ma touffe. Mon ventre se contracte. Ta main remonte entre mes seins.

    Aparté : je l’écris tel que cela est arrivé. Après je me suis étonné de cette sensation : avant je ressentais comme une barrière au niveau de mon diaphragme. Je ne sentais pas mes seins comme je croyais sentir mon sexe. Cela conforte aujourd’hui que je ne connaissais pas l’orgasme. Pour l’instant le Tu est un inconnu.
    Retour dans le passé.
    Je suis seul donc ces doigts ne peuvent être que les miens.
    C’est à moi, je suis moi, je me découvre, je le peux, j’ai le droit.
    Alors je me caresse. Ce ne sont pas mes doigts physiques.
    Je veux savoir ce qu’il y a là, comment je suis foutue. Je presse ma chatte. Je suis trempée entre mes cuisses, je mouille comme une vraie salope , viens ! C’est à moi que je dis ça. Mes doigts glissent entre mes lèvres. Je me pénètre. Oui là c’est mon vagin. Il est chaud.
    C’est fou, à l’ « autre » je lui parle. Quelqu’il (elle) soit, c’est un déferlement de paroles. J’aime ton gland qui glisse entre mes lèvres. Viens en moi. Baises-moi. . .
    Même que je le (la) nome : « mon . . . » je t’aime . . .

    J’ai bouclé une boucle que je ne mesure même pas.
    Je définis mon ‘curseur’ sexuel. Je peux le placer où je veux sur mon terrain de jeu. Depuis la lesbienne avérée jusqu’à l’homo assumé, en quelques heures la réalité a croisé mon intimité la plus profonde.
    Et pourtant sans connexion avec ma prostate. Ce sera peut être dans une ère nouvelle.
    Pardonnez moi pour ce très long compte rendu à épisodes multiples
    Cordialement

    #26500
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour CH313, et merci pour ce récit et le témoignage de tes débuts.
    Je ne suis pas un grand expert, mais je dirais que les plaisirs que tu ressens proviennent de ta prostate, même si tu ne l’identifies pas consciemment. Ce n’est qu’une supposition, mais je pense sincèrement que c’est la stimulations de ta prostate qui génère ce plaisir. Tu dis ne pas le ressentir dans tout le corps, mais si j’ai bien compris, tu le ressens dans toute la zone pelvienne (donc non limité au pénis, presque la seule source de plaisir masculin), et bien je dirais qu’il arrive bien de quelque part, et la prostate me paraît l’organe le mieux indiqué. Peut-être parviendras tu dans le futur à le développer et à l’étendre, chose que tu ne sais pas faire pour le moment.
    Toutes ces réflexions sont à nuancer avec ma grande jeunesse dans le plaisir prostatique.
    L’identification féminine est une chose qui me passionne, j’espère la vivre un jour.

    bzo, je m’essaie également au plaisir sans Aneros. Je pratique peu, mais je parviens quelques fois à des résultats sympathiques. Ça dépend des jours et de mon état d’esprit.

    un jour je ferai la vidéo

    Tu as de nouveau le projet? Et bien je vais l’attendre.

    amour, ce mot me parait mieux exprimer l’épaisseur et la richesse de ce qui se passe actuellement durant mes séances

    Ça aussi j’espère le vivre. Ça me semble être une belle expérience. Dirais tu que cet amour que tu ressens se prolonge dans ta vie de tout les jours, tout au moins un peu? Penses tu que ça ait changé un peu ta façon de voir les choses dans ta vie quotidienne?

    Bon sang hier j’étais au 36 ème sous sol, aucune sensation, aucune envie, qu’aujourd’hui ça me démange….

    #26501
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @nicolas775 merci de votre fidélité et surtout merci de continuer à nous apporter le témoignage de votre cheminement. La lecture de vos deux derniers messages est un vrai bonheur.
    Je rappelle ici un de mes précédents messages dans lequel je reprenais les premières étapes de votre cheminement. Vos progrès sont formidables et vous méritez la jouissance qu’ils vous font vivre parce que vous avez su persévérer et adapter vos sessions à l’évolution de vos sensations tout en restant confiant dans votre capacité à améliorer votre capacité orgasmique. J’espère que vous continuerez à nous apporter votre expérience, d’autant plus précieuse pour les lecteurs qu’elle correspond à un véritable apprentissage.
    Vous me répondiez à l ‘époque (19/02/15) :

     je me garderai bien d’affirmer avec autant d’indécence que je suis près du Super O compte tenu de toutes les aventures intérieures qui me sont déjà arrivées,

    Pensez-vous vous en êtes approché ou mieux l’avoir touché ?
    A très bientôt. Bon cheminement @nicolas775.

20 sujets de 201 à 220 (sur un total de 341)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.