20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 310)
  • Auteur
    Articles
  • #29408
    bzobzo
    Participant

    là où mes doigts se promènent pour l’instant,
    c’est visqueux, c’est doux, c’est humide, c’est une jungle torride,
    c’est chaud comme dans un four,
    il y a des plis et des replis,
    des tentures qu’on écarte et qu’on écarte encore,
    on ne s’échappe d’ici que par le haut,
    on ne s’échappe d’ici que par la chair en fleur

    il y a Eve dans le coin c’est sûr et Adam aussi,
    une sensation de jardin d’Eden au grand complet dans le bassin

    mon sexe est dressé vers l’intérieur,
    il est dans le pussy, il va et vient dedans,
    il racle les parois inlassablement,
    je lui ai appris à aimer cela, à racler les parois, à frotter les parois,
    concerto en raclements majeurs et gémissements

    le bzo, il se gâte, il se tâte, il s’explore, il explose,
    s’aimer, apprendre à s’aimer,
    l’amour est là, puits sans fin,
    je puise dedans, je m’épuise dedans
    l’amour à la source,
    boire l’amour à la source,
    des abysses

    dans ma chair, des amants, je leur laisse libre cours,
    ils font grincer le sommier,
    comme j’aime les sentir s’enlacer en moi,
    comme j’aime les sentir bouger en moi

    #29409
    bzobzo
    Participant

    toute à l’heure, j’ai une une séance relativement moyenne

    mais là il y a quelques minutes, je sors d’une séance exceptionnelle,
    vraiment exceptionnelle,
    un plaisir d’une qualité exceptionnelle aussi bien avec masseur qu’en aneroless

    je suis parvenu à me lâcher à un point mais à un point,
    comme jamais jusqu’ici, c’était superbe
    et j’ai bien compris la clef, je l’ai,
    elle est là au fond de ma poche, je la serre entre mes doigts au fond de ma poche, je ne la lâche plus,
    elle est là, elle est à moi

    c’est quoi se lâcher?
    cela ne veut pas dire bouger n’importe comment sans réfléchir,
    bien qu’à la limite c’est préférable
    plutôt que de rester statiquement couché à réfléchir chaque geste, chaque contraction
    car au moins cela peut accoucher de quelque chose,
    du chaos peut éclore l’instinct, le cocher enfoui en nous,
    il peut éventuellement venir peu à peu prendre les rennes de l’attelage
    si on s’évertue consciencieusement à pratiquer comme un écervelé énergétique,
    il y a bien un moment où il faudra commencer à ralentir, commencer à écouter ce qui se passe,
    commencer à écouter ce corps,
    cette chair a quelque chose à nous dire,
    il n’y a qu’à l’écouter et à le laisser faire

    se lâcher,
    c’est se mettre donc en action et puis laisser faire, absolument tout laisser faire,
    ne jamais intervenir dans aucun geste, aucun mouvement, juste être à l’écoute,
    laisser l’action se dévider toute seul, laisser l’action se dérouler sans nous,
    imperméable, imperturbable aussi au gazouillis intermittent de nos pensées,
    ne jamais essayer de les arrêter, de les changer ou de les écouter,
    bien sentir l’action, être bien à l’écoute de ce qui se passe en nous,
    ne jamais intervenir en rien, juste se laisser mouvoir, se laisser guider par son désir, par son plaisir,
    et donc ne jamais se laisser influencer par le gazouillis de nos pensées,
    très important, essentiel

    on est juste à l’écoute de son corps et on le laisse faire quoi qu’il arrive,
    ainsi, on est vite comme un pacha installé sur ses coussins
    en train de déguster les mets rares que nous sert notre chair

    #29414
    JieffeJieffe
    Participant

    Cher Bzo,

    plutôt que de rester statiquement couché à réfléchir chaque geste

    Je suis d’accord sur le fait de ne pas réfléchir à chaque geste, en revanche, je pense vraiment qu’il y a deux écoles. Comme je l’ai écrit, pour le moment mon truc c’est le Do Nothing. Je ne fais rien, rien de rien, je profite, je ressens, et ça part tout seul, et rapidement même. Après, une fois que la machine est lancée, des gestes il y en a. Lesquels? Je ne sais pas vraiment. Et depuis peu, j’ai de brusques montées de mon bassin, en appui sur mes pieds et mes épaules, un peu comme l’image que l’on peut voir dans le traité.

    Je ne sais pas si j’ai correctement fait mon insertion d’image….
    Mais ces gestes et cette position ne sont pas commandés. Ils viennent et ce font naturellement.

    Mais je suis totalement en accord avec toi

    plutôt que de réfléchir chaque geste, chaque contraction

    laisser faire, absolument tout laisser faire,
    ne jamais intervenir dans aucun geste, aucun mouvement, juste être à l’écoute,

    laisser l’action se dévider toute seul, laisser l’action se dérouler sans nous,
    imperméable, imperturbable aussi au gazouillis intermittent de nos pensées,
    ne jamais essayer de les arrêter, de les changer ou de les écouter,
    bien sentir l’action, être bien à l’écoute de ce qui se passe en nous,
    ne jamais intervenir en rien, juste se laisser mouvoir, se laisser guider par son désir, par son plaisir,
    et donc ne jamais se laisser influencer par le gazouillis de nos pensées,
    très important, essentiel

    Essenteil, je te rejoins totalement.

    Je t’embrasse très cher Bzo.

    #29418
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    @jieffe tu demandes:

    Je ne sais pas si j’ai correctement fait mon insertion d’image….

    Je te confirme que tu l’as bien faite. Tu ajoutes:
    Mais ces gestes et cette position ne sont pas commandés. Ils viennent et ce font naturellement.
    Tu te réfères à l’étape 6 de la page « Session avec un Aneros« . Mais je constate une différence importante entre ce qu’écrit Adam et ce que tu vis ; en effet il présente cette position comme un geste à faire pour amplifier l’orgasme qui commence à monter :

    Personnellement, je préfère démarrer la session allongé sur le dos, les jambes allongées à plat sur le lit…
    Lorsque l’orgasme arrive dans cette position, je mets ensuite les pieds à plat en pliant mes jambes et tout en soulevant légèrement mes fesses, il suffit alors de pousser un peu plus sur les jambes pour amplifier encore les effets de l’orgasme.

    Tu as atteint à mon avis un niveau d’éveil prostatique bien plus avancé qui fait que ton corps prend instinctivement une position qui accentue le plaisir qui émane de ta prostate. Tu approches clairement d’une pratique tellement intégré à ton être que tes mouvements n’ont plus besoin d’une commande consciente. En ce sens tu es le digne disciple de Maître @bzo.

    Bon cheminement à vous deux.

    #29421
    JieffeJieffe
    Participant

    En ce sens tu es le digne disciple de Maître @bzo.

    🙂

    Tu as atteint à mon avis un niveau d’éveil prostatique bien plus avancé qui fait que ton corps prend instinctivement une position qui accentue le plaisir qui émane de ta prostate.

    Ça je ne sais pas, et je serais un peu présomptueux de l’affirmer, mais oui, j’ai repris cette image parce qu’elle illustre bien la position, en revanche, je me souviens bien qu’Adam l’utilise pour accentuer son plaisir. Chez moi, les deux fois que je me suis retrouvé dans cette position, elle est venue naturellement. Alors est elle venue pour accentuer mon plaisir, ou sous la poussée du plaisir??? Je ne sais pas.

    #29425
    Avatarnydor01
    Participant

    Hello,

    Pour moi, cette position résulte d’une poussée violente du plaisir ; sur le ventre, cela donne une levée du bassin, corps tendu comme un arc.

    #29427
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Cette position correspond au développement complet (?) du réflexe visible dans presque toutes les photos et vidéos d’explosion orgasmique chez les hommes et les femmes, c’est à dire le basculement de la tête en arrière sous l’effet de la jouissance (libération de l’énergie sexuelle ?). Quand je dis photos je pense aussi à l’expérience que chacune et chacun ont pu ou peuvent faire avec leurs partenaires.
    C’est ce que j’ai découvert sous la forme de « crampes » dorsales avec mon propre cheminement.

    Bon cheminement à tous.

    #29431
    bzobzo
    Participant

    Tu as atteint à mon avis un niveau d’éveil prostatique bien plus avancé qui fait que ton corps prend instinctivement une position qui accentue le plaisir qui émane de ta prostate. Tu approches clairement d’une pratique tellement intégré à ton être que tes mouvements n’ont plus besoin d’une commande consciente. En ce sens tu es le digne disciple de Maître @bzo.

    c’est tellement délicieux quand c’est le plaisir qui vous guide, qui bouge votre corps,
    il n’y a plus qu’à s’ouvrir, s’offrir au plaisir toujours plus,
    ne plus opposer aucune résistance, se laisser aller lascivement,
    laisser sa chair être submergée, onduler, se faire caressant,
    sentir toutes ces courbes en nous

    mais c’est déjà le féminin en moi qui parle

    tu te lâches de mieux en mieux et laisse parler ton instinct @jieffe,
    c’est vraiment la bonne voie, tu l’as bien compris
    l’inconnu, c’est par là dans les boyaux, dans le sang, dans les profondeurs
    c’est là qu’il y a les grands fauves, c’est là qu’il y a la mystérieuse Amazone

    #29432
    bzobzo
    Participant

    aujourd’hui au boulot, à l’heure de midi,
    j’ai alterné les petits moments de plaisir sur le tapis de yoga
    et puis des exercices , appelons-les, tantriques

    cela se déroule plutôt pas mal,
    ce que j’essaie d’obtenir,
    c’est une sorte de synergie entre la respiration et puis les contractions,
    assis en tailleur, ne bougeant pas,
    une complicité entre eux, qu’elles travaillent ensemble,
    qu’elles se synchronisent intimement,
    que je les sente liées, complices, travaillant au même but,
    me faire décoller

    je ne sais pas si c’est la bonne direction
    car comme d’habitude avec à peu près tout, je n’en fais qu’à ma tête
    mais en tout cas, j’ai l’impression que j’avance bien,
    je sens des choses s’éveiller,
    il y a quelque chose qui se passe dans mon bassin,
    est-ce que cela peut aller plus loin?
    on verra

    sinon j’ai créer un fil consacré au tantra,
    s’il y en a qui ont envie de m’y rejoindre:
    https://www.nouveauxplaisirs.fr/forums/topic/tantra-et-cetera

    hier soir j’ai écrit que j’ai la clef en poche pour me lâcher complètement,
    j’ai été conforté tout le long de la journée dans mes micro-séances,
    je n’avais pas rêvé hier soir, quelque chose s’est bien passé,
    j’arrive désormais à me lâcher complètement,
    à me tendre intérieurement tout entièrement concentré vers mes abysses
    sans le moindre effort
    et sachant parfaitement ce qu’il y a à faire
    pour rester au contact avec mes forces vives

    c’est @nydor01 qui écrivait quelque part,
    qu’il n’avait pratiquement plus besoin de rien pour déclencher le plaisir,
    c’est ce que je sens aussi qui se met en place chez moi,
    même si on pratique de façon tellement différente,
    une approche si éloignée en apparence

    j’ai parlé plus haut de laisser s’exprimer son corps,
    d’être à l’écoute de celui-ci
    mais cela sous-entend que ce sont actions conscientes de notre part,
    alors que ce n’est pas vrai, ce sont plutôt des conséquences

    une chose vraiment importante, très importante, pour bien se lâcher,
    pour bien laisser son corps s’exprimer, son instinct prendre les commandes
    et être bien à l’écoute de ce qui se passe,
    c ‘est la façon dont on gère le fil de nos pensées,
    ces pensées qui ne manquent pas régulièrement de passer par notre esprit

    la façon dont vous allez les gérer, est essentielle,
    je l’ai déjà écrit plusieurs fois
    mais il faut le souligner, il faut les ignorer totalement,
    faire comme si elles ne comptaient pas,
    ne pas écoutez les innombrables suggestions qui peuvent nous assaillir,
    tiens ce serait mieux de faire ceci comme cela
    ou cela, de le faire plutôt comme cela,
    prenez l’habitude d’ignorer tout cela
    et de ne pas chercher à refouler vos pensées, laissez-les dériver,
    au plus vous adoptez cette attitude, au plus vite elles vont s’effacer de votre conscience

    ne pas se troubler, ne pas se laisser distraire, il y a là un énorme enjeu
    car il y a là votre terrain de jeu à conquérir et à reconquérir sans cesse,
    vos pensées peuvent former un rideau tellement facilement
    qui vont vous couper plus ou moins fortement de vos sensations

    vous êtes débarrassé plus ou moins durablement de vos pensées,
    votre corps peut commencer à vous murmurer,
    c’est un grouillement de sensations, de signaux de toutes sortes
    auquel vous avez accès alors,
    écoutez-moi ce torrent, c’est fabuleux
    bientôt ce sera un fleuve majestueux
    mais cela restera toujours un colosse aux pieds d’argile
    malgré la puissance du Niagara qui peut passer par là
    mais qui peut se couper aussi en un instant

    la première réaction quand une pensée essaie de prendre le devant de la scène,
    rendant de plus en plus opaque ces merveilleux signaux et sensations montant,
    c’est d’essayer de la refouler comme on chasse un moustique du revers de la main,
    surtout pas , malheureux,
    c’est ce que j’écrivais plus haut, c’est le piège dans lequel il ne faut pas tomber,
    il faut laisser la pensée perturbatrice dériver à sa propre allure
    et accepter l’estompement momentané de la réception,
    c’est la seule façon vraiment efficace

    la rapidité avec laquelle elle va disparaître de votre horizon
    est directement liée à votre capacité à ne lui accorder aucune importance
    malgré tout ce que cette pensée essaie de vous suggérer
    ou fait pour attirer votre attention

    une fois qu’on a bien l’habitude, cette attitude non-intervention,
    nous en recueillons les fruits,
    la réception peut devenir vraiment excellente pendant de longues minutes
    et les perturbations, minimisées

    #29436
    JieffeJieffe
    Participant

    Bzo,

    Ce que tu dis là me semble également primordial, et c’est exactement de la méditation. Ce que l’on appelle aujourd’hui la méditation de pleine conscience, qui sert de thérapie pour plusieurs pathologie depuis bientôt 50 ans.

    Une autre astuce pour ne pas se laisser envahir par ses pensées et de les observer, sans s’y accrocher. Juste les observer.
    Mais tout tes conseils sont très judicieux.

    #29437
    bzobzo
    Participant

    Ce que l’on appelle aujourd’hui la méditation de pleine conscience

    c’est intéressant ce que tu écris là, très intéressant,
    j’ai été voir sur wikipedia ce qu’est la méditation de pleine conscience
    et c’est assez étonnant à quel point cela correspond par certains aspects
    au processus que j’utilise pour ne pas me laisser troubler par ce que j’appelle mon moi pensant
    et ainsi laisser mon corps mener la danse au plus près du plaisir

    je me suis fais une petite séance bien agréable,
    je l’ai interrompu car des ouvriers sont en train de monter
    des échafaudages sur la façade des bureaux d’en face,
    j’habite au troisième, toute la façade en sera bientôt couverte jusqu’au toit
    mais ils font beaucoup de boucan pour l’instant et cela parle haut,
    cela me gênait, j’avais l’impression presque par moments qu’ils étaient dans la pièce

    séance délicieuse malgré tout,
    ce plaisir au féminin, il n’y a vraiment que cela qui m’intéresse,
    constamment l’améliorer, le vivre de plus en plus pleinement

    je l’appelle ainsi car je suis me jeté sur les descriptions qu’on en trouve sur le net,
    des témoignages de femmes
    et après examen ce que je ressens, de ce que j’éprouve,
    de ce que je vis avec ce corps dans ces moments,
    j’assimile sans la moindre hésitation, sans la moindre gêne,
    mon expérience durant les séances au plaisir au féminin

    je disais donc qu’il y a que ce plaisir au féminin qui m’intéresse
    avec ses hauts comme avec ses bas,
    cette chair quand elle est en fleur, quand elle se pâme,
    la sensation de libération, la sensation d’épanouissement, cette sensation de plénitude,
    c’est incomparable, cela n’a pas de prix

    cette bidoche, dans ces moments-là, il faut la voir,
    c’est de la bidoche de mustang galopant sur un pré,
    les sabots qui touchent terre à chaque foulée, les muscles qui se tendent, qui se détendent,
    l’avancée légère, irrésistible, le ciel, le soleil qui semblent complices,
    un réacteur dans la croupe, une élégance dans les mouvements à couper le souffle,
    j’aime me sentir animal ahanant, suant, bandant les muscles en plein effort

    j’aime me sentir dans la nature réintégré par ce plaisir au féminin,
    si harmonieux, si chantant, si dansant,
    si plein,
    si plein de rythme soyeux, ondulant,
    je me sens empli de courbes, de courbes dansantes, soyeuses,
    un chant s’élève en moi, empli ma chair,
    j’en pleurerai tellement c’est bon de se sentir des ailes à ce point,
    de s’élever, de s’alléger

    couché sur mon lit, les jambes écartées, la main droite posée sur le haut de la cuisse,
    les doigts contre les couilles et appuyant un peu sur le périnée aussi,
    l’autre main caresse lentement ma poitrine
    mais je soulève ma paume
    et ne laisse plus que le bout de mes doigts au contact de la peau,
    je les fais courir , je les glisse par monts et par vaux,
    ma chair s’enflamme sur leur passage,
    j’ai de légers soubresauts tellement ces bouts de doigts attise un feu,
    je presse l’autre main, je la bouge un peu
    et en même temps je fais monter de lentes contractions en moi

    mon pussy est heureux, empli par une chaleur liquide,
    une chaleur soyeuse, vibrante, on dirait un être vivant cette chaleur,
    un serpent ondulant dans mon bassin, se frottant à tout,
    cela explose de plus en plus, de douces explosions riantes,
    des millions de libellules qui se répandent dans mon corps,
    je sens leurs ailes frémissant à toute vitesse
    et puis leur zigzag incessant

    ce bonheur dans ma chair, cette félicité, elle appartient au soleil, aux planètes
    ils me l’ont prêté quelques instants,
    je fais un avec l’univers, je tourne en orbite

    grosses bises à tout le monde

    #29444
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Bzo,

    c’est intéressant ce que tu écris là, très intéressant,
    j’ai été voir sur wikipedia ce qu’est la méditation de pleine conscience
    et c’est assez étonnant à quel point cela correspond par certains aspects
    au processus que j’utilise pour ne pas me laisser troubler par ce que j’appelle mon moi pensant
    et ainsi laisser mon corps mener la danse au plus près du plaisir

    Exactement. Dans la méditation, classique ou ce que l’on appelle la méditation de pleine conscience, tu te concentres sur un objet, qui n’est pas obligatoirement matériel, et tu l’observes. Ton esprit ne doit être occupé que par l’observation de cet objet, tu ne dois pas te laisser distraire par toutes ces pensées qui arrivent par flots. Mais tu ne peux pas les arrêter. Il est impossible de ne pas penser. Seule la concentration sur cet objet, qui est souvent le souffle, la respiration, te permet de ne pas penser à autre chose. Lorsqu’une pensée survient, tu la laisses passer sans t’y accrocher, et tu reviens sur ton objet. Ce n’est pas facile au début, et bien souvent tu penses que tu ne vas jamais y arriver. Mais c’est un entraînement. C’est ce que je fais lorsque je débute une séance, je me concentre sur ma prostate, sur toute la zone du bas de mon bassin, et uniquement sur cette zone.

    J’aimerais avoir tes talents de plume pour décrire ce que je ressens…Mais je n’ai pas d’image aussi poétique.

    #29448
    EpictureEpicture
    Participant

    L’albatros ne cherche-il pas inlassablement à caresser cette ligne qui se perd entre le ciel et la mer ?
    Cette ligne n’est -elle pas le fil qui nous retiens suspendu au-dessus du gouffre de la jouissance infinie ?
    L’infini de la jouissance n’est-elle pas ce que toi-même tu pourchasses indéfiniment ?

    Bon envol @BZO.
    À ce sujet, nous n’avons plus de nouvelles de Naomi

    Je viens de voir du cote du sujet sur le tantrisme le parallèle entre ciel/terre et entre feminin/masculin : interessant

    #29453
    bzobzo
    Participant

    À ce sujet, nous n’avons plus de nouvelles de Naomi

    elle doit être en vacances à mon avis,
    elle peut sans doute se permettre des vacances prolongées,
    pas d’obligations de revenir à une date ferme

    cela fait déjà un certain temps pour moi
    qu’il n’est plus question uniquement de plaisir
    mais d’une certaine forme d’épanouissement et de réalisation de soi,
    dans le plaisir, par le plaisir

    ce plaisir mûrit
    et semble de plus en plus acquérir la capacité de mûrir,
    c’est ce que je sens désormais en moi,
    c’est un plaisir mûr, délicieusement mûr
    qui au plus il mûrit, semble acquérir la capacité de mûrir toujours plus

    il se nourrit de lui-même dans ma chair,
    indépendant de moi quelque part,
    resplendissant tranquillement chaque jour toujours un peu plus
    quand nos chemins se croisent

    plusieurs fois aujourd’hui au boulot,
    assis aux toilettes, dans cet endroit exigu,
    ma main sur mon pubis, touchant un peu la base de ma verge,
    l’autre main juste posé sur ma poitrine, bougeant de temps à autre
    et des contractions éveillant la mer dans mon bassin,
    je n’étais plus du tout là,
    j’étais envahi par une douceur infinie, de la soie à perte de vue en moi
    et j’occupais un tel espace,
    il n’y avait plus de limite à l’espace que j’occupais dans ces toilettes d’à peine 1 ou 2 mètres carré

    en-dessous de moi, comme cela dansait, une houle si lascive entre mes reins,
    mon bassin semblait une couche en fête
    où un couple s’était donné rendez-vous pour faire l’amour,
    je sentais chaque de leurs gestes, chacun de leurs effleurements,
    je les sentais se coordonner l’un à l’autre,
    se coller l’un à l’autre, se décoller, recoller leurs peaux, leurs muscles,
    ils se séparaient, ils se réunissaient,
    je les sentais s’éloigner par moments comme pour prendre leurs élans
    pour fusionner toujours plus fort l’un à l’autre,
    ainsi par moments, ils semblaient ne plus former qu’un,
    c’étaient des moments pleins, parfaits,
    il n’y avait plus rien à ajouter

    leur va et vient en moi m’emportait toujours plus loin,
    me faisaient occuper toujours plus d’espace,
    je grandissais et devenais de plus en plus léger,
    la chaleur se faisait de plus en plus caressante, de plus en plus feutrée, de plus en plus dense,
    dansez, dansez, dansez en moi

    depuis hier, ma main désormais pour éveiller ce pôle masculin en moi
    se restreint, juste frôle au lieu de prendre à plein main,
    juste frotte, touche à peine au lieu d’y aller avec toute la paume et les cinq doigts

    c’est tellement plus puissant et précis ainsi
    et puis une telle progressivité du plaisir aussi se met en place,
    c’est une douce pente désormais,
    une douce mais irrésistible pente
    que je gravis tranquillement,
    où je décolle tranquillement,
    et tout l’espace semble m’appartenir
    que je remplis de chaleur, de vagues douces, de frissons,
    de courants de miel, de voilages feutrés remuant,
    de requins d’amour apparaissant brusquement de nulle part
    et repartant d’un coup de queue après avoir planté leurs dents tendrement,
    laissant derrière eux des sourires de braise dans ma chair
    des soleils mordorés, rougeoyants

    #29454
    bzobzo
    Participant

    une séance d’entraînement avant d’aller me coucher, une petite heure,
    je devrais faire plus souvent ce genre de séance,
    cela permet vraiment bien d’explorer toute une série de pistes

    en tuckant mes parties génitales, resserrant mes cuisses donc les gardant derrière
    puis bougeant ainsi comme une liane,
    de délicieuses pressions, les main restant bien libres
    pour se caresser tout le corps
    ou une main descendant et jouant à l’entrée du pussy, entrant , s’enfonçant, ressortant, etc,

    alternant les mouvements lascifs du bassin avec des contractions,
    puissant, très puissant, les contractions activant en même temps la prostate
    et puis les ondes sexuelles mâle,
    incroyable sensation de pénétration ainsi,
    la sensation de coordination entre le pussy et le pénis est totale,
    ils semblent en symbiose, bougeant ensemble

    autre piste très intéressante:
    sur le dos les jambes écartées, les mains vont et viennent, caressent passionnément,
    viennent régulièrement frotter, effleurer, toucher, les parties génitales mais repartent aussitôt,
    ces activations plus par intermittence des ondes sexuelles mâles,
    produisaient une excitation générale très très intéressante, très prenante,
    les mains qui repartaient, couplées aux contractions,
    produisaient beaucoup d’effet sur le reste du corps
    après l’aiguillon des ondes sexuelles mâles perçues un instant ou deux dans le pussy

    voilà les deux façons les plus intéressantes qui ont résulté de ces petites explorations,
    je vais creuser cela

    #29455
    EpictureEpicture
    Participant

    Loin d’une plénitude océanique langoureuse, je serai le mouvement de la pulsation qui, alternativement me pousse en dehors de moi, dans un mouvement explosif, et me ramène sur mon noyau, dans une aspiration fusionnelle. M’abandonnant à cette pulsation, je jouirai du « pur plaisir d’exister ».
    Je serais comme ce spectacle stellaire, fait d’explosions d’étoiles, et de trous noirs aspirant, combinés en une danse infinie. Je serai une image réduite du balai cosmique, pour peu que notre ronde mentale jette dans cette mécanique céleste, l’huile nécessaire au tournoiement des astres.

    #29467
    bzobzo
    Participant

    ouah, @epicture , tu n’y vas par quatre chemins, il faut s’accrocher,
    pas avoir peur du vertige

    une belle séance de près de deux heures,
    commencée comme séance d’entraînement, je me sentais trop fatigué
    pour me lancer sérieusement, pour chercher les étoiles en moi,
    donc juste comme cela à se chipoter, à expérimenter, à bidouiller

    mais peu à peu cela a pris une toute autre tournure
    et j’ai commencé à me faire l’amour lentement, passionnément,
    gardant presque constamment les yeux ouverts

    cela devait me manquer le plaisir les yeux ouverts
    ou plutôt c’est dont j’avais besoin
    car il m’a entraîné pendant près d’une heure ainsi
    à me caresser à me rouler dans tous les sens,
    pressant entre mes cuisses mes parties génitales, les malaxant, les pétrissant,
    jouant à l’entrée mon anus-pussy,
    comme j’aime le chiffonner celui-là,
    dès que le bout de mes doigts commencent leur petit manège là-dedans,
    j’aurai envie de pleurer tellement c’est bon,
    tellement je suis empli de frissons

    je laissais beaucoup aller mon bassin vers la gauche, vers la droite,
    serrant mes couilles entre mes cuisses et ainsi glissant onctueusement,
    chemin de miel, je me sentais m’ouvrir,
    je n’avais qu’une envie, c’être pris,
    sentir un dard s’enfoncer en moi,
    mes jambes toujours serrées autour de mes couilles et de ma petite queue bien docile,
    je faisais remonter une contraction,
    en même temps qu’elle faisait vibrer ma prostate, en même temps je sentais les ondes mâles
    venir emplir mon pussy,
    quel délice, mon cerveau fondait comme du beurre
    et mes caresses fiévreuses n’arrêtaient pas de frotter mes seins, de descendre vers mon pubis,
    j’adore toucher la base de la verge , un peu frotter là
    tandis qu’une autre contraction bien insistante,
    s’enfonce entre mes jambes, s’enfonce dans mes entrailles

    j’avais le rythme c’est certain, j’étais hors de moi de plus en plus,
    au bout d’une heure, un orgasme est arrivé, si irrésistible, si lentement,
    une accélération des particules, mes cellules semblaient tournoyer dans ma chair,
    semblaient se mettre à couler de plus en plus vite dans toutes les directions,
    je serrai mes couilles entre mes cuisses bien fort
    et me caressais frénétiquement,
    hurlant de plus en pluss fort,
    un torrent dans mon bassin, un torrent de lave qui montait dans tout mon corps

    les yeux ouverts, toute cette douceur incroyable des derniers jours,
    s’est encanaillé, plaisir plus crû, plus vif, plus violent,
    je vais continuer ainsi pour l’instant,
    cela me va

    #29469
    bzobzo
    Participant

    délicieuse séance d’une demie heure au lit en aneroless

    c’est pour des moments comme cela que j’expérimente, que je teste toutes sortes de choses,
    des moments comme cela où le corps est en roue libre,
    où tout est permis, aucune zone du corps interdite, tout participe à mon plaisir
    et c’est une danse rituelle, une danse d’amour à l’horizontale

    seule constante bien sûr, c’est de faire vibrer la prostate,
    seule ainsi la magie peut opérer
    mais ce n’est pas bien difficile à obtenir,
    elle est devenue tellement réceptive, tellement prête à tous les jeux

    désormais j’ai aussi mon sexe d’homme qui participe à mes ébats,
    recyclé, il n’est plus au chômage, il s’en contentera
    mais il joue le jeu, il ne durcit quasiment jamais
    malgré que je le malaxe, que je le triture, que je le frotte, que je le cajole,
    avec les mains, avec les genoux aussi beaucoup,
    tucké derrière mes cuisses, il n’y a plus rien à faire, il est comme sous pilote automatique,
    les contractions qui activent ma prostate, le soumettent à toutes sortes de pressions

    mes parties génitales, avec mes cuisses désormais ont trouvé un interlocuteur ,
    cela libère les mains, elles peuvent aller en duo caresser
    ou ma main droite peut aller dans mon anus-pussy,
    jouer au petit serpent qui s’égare dans l’allée
    ou bien alors le bout de mes doigts
    aux petites souris d’amour qui courent dans tous les sens joyeusement

    ce plaisir est tellement plein, tellement riche,
    beaucoup moins d’orgasmes
    mais quand j’en ai un, tellement tellurique, tellement m’emplissant d’une félicité indescriptible

    là il y a quelques minutes donc au lit,
    j’avais vraiment décollé,
    comment peut-on tout seul avoir l’impression si fortement
    d’être engagé dans un acte sexuel?
    c’est magique

    sur les bancs de l’école, je suis retourné sur les bancs de l’école,
    le plaisir m’en apprend tous les jours,
    jour après le plaisir tourne en bourrique toutes mes certitudes techniques

    je suis en train de devenir un omnivore qui s’autorise tout,
    qui fait feu de tout bois,
    enivrant de se rendre compte que de tous les côtés,
    il y a tellement de marges de manœuvre,
    une telle richesse sans limites pour les audacieux, les curieux intrépides

    #29470
    bzobzo
    Participant

    quand notre plaisir prostatique décolle,
    devient de plus en plus consistant, de plus en plus puissant,
    il peut prendre toute une série d’aspects et de caractéristiques du plaisir féminin,
    chacun de nous l’a déjà expérimenté

    cependant la prostate peut aller plus loin, beaucoup plus loin,
    elle peut nous faire basculer totalement,
    nous faire vivre le plaisir féminin de l’intérieur,
    dans ses grandes lignes et jusque dans le moindre de ses détails

    on a l’impression de vivre un petit miracle à chaque instant,
    tellement l’expérience que l’on vit, est riche, dépaysante,
    on a tout cela en nous, enfoui en nous

    superbe séance ce soir,
    tellement épanoui je me sens, tellement de plaisir a coulé dans ma chair,
    une telle sensation de satiété, de contentement
    je reste couché sur le lit, immobile encore pendant tout un temps
    à contempler le plafond, sentant sous moi ce corps si détendu,
    ayant vécu une telle félicité, une telle communion

    il y a eu environ 45 mn avec masseur d’abord,
    très intense, très dense, avec la main et le genou venant en plus éveiller
    plein d’ ondes sexuelles mâles en frottant mes parties inalassablement

    puis une petite trentaine de minutes en aneroless
    et pour ne pas être en reste, j’ai essayé de nouveau une quinzaine de minute
    avec le Wand chinois, ce monstre en acier,
    je suis parvenu à mieux le bouger,
    j’ai bien cru à un moment que cela allait démarrer
    mais non, faux espoir,
    enfin bon, je vais continuer, après chaque séance avec masseur, je vais un peu m’y frotter,
    enfin y frotter mon fondement plutôt

    puis comme je n’ai pas voulu terminer sur cette fausse note,
    j’ai repris en aneroless, au moins 45 minutes,
    délicieux, tellement délicieux,
    j’arrivais plus à m’arrêter, ce plaisir est tellement intense,
    vient tellement facilement, se répand en moi comme une fontaine de jouvence

    quelle fête, mes amis, quelle fête,
    je suis le plus heureux des hommes en ce moment,
    ma chair a connu une exaltation comme elle a rarement connue,
    c’était absolument divin

    #29471
    bzobzo
    Participant

    ma séance dominicale, ma messe à moi,
    je loue les seins, les clochers et leur tour molle, penchée façon Dali,
    et mon petit noyau d’amour, ma petite boîte à vibrations dans les catacombes, dans son nid

    c’est fou tout ce qu’on peut faire avec ses cuisses,
    je les serre l’une contre l’autre, je les frotte,
    entre eux bien sûr,
    il y mes couilles et mon pénis qui réagissent à toutes ces sollicitations délicieusement,
    plein d’ondes sexuelles mâles pour mon pussy,
    cela tournicote dans ma chair tendre, molle, réceptive, lubrifiée,
    cela s’enflamme, cela frissonne, cela laboure tendrement, cela déflagre joyeusement

    mes cuisses se frottent l’une contre l’autre lentement,
    cela éveille une houle lascive dans mon bassin,
    une telle onctuosité entre mes hanches,
    comme c’est onctueux, comme cela ondule,
    je suis empli de courbes qui dansent,
    je suis empli d’un rythme langoureux,
    ouate tendre, chaude, caressante,

    comme c’est bon de se laisser aller,
    la pente du plaisir, une pente douce, je me laisse glisser lentement, je roule lentement,
    dans mon anus-pussy, je sens quelque chose de dur, quelque chose d’oblong,
    cela frotte et cela m’emporte,
    à chaque lente pénétration je suis roulé toujours un peu plus loin,
    je n’ai plus que le ciel au-dessus de ma tête,
    mon corps offert à l’océan,
    à sa pénétration liquide de toutes parts,
    l’océan m’a pris dans ses bras, m’emporte, me berce,
    me roule comme son jouet, son pantin, du moment

    il n’y a plus rien, que cette onctuosité dans ma tête qui me berce,
    qui me roule toujours plus loin sur une grève lointaine,
    en avant-garde de ma chair,
    le plaisir a fleuri,
    le désert est recouvert de fleurs

    d’abord 45 minutes en aneroless
    puis une trentaine avec masseur,
    la bonne grosse tête de Carabosse, ma petite fée
    venant se presser contre ma prostate,
    ils sont fait pour s’entendre ces deux-là,
    quelle dialogue d’amoureux,
    la belle et la bête

    bon dimanche aux absents

20 sujets de 61 à 80 (sur un total de 310)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.