16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Auteur
    Articles
  • #41734
    Kas
    Participant

    Bonjour à tous,

    J’ai 27 ans et j’utilise l’Aneros Helix Trident depuis un an et même après lecteur du traité, et du forum, plusieurs de mes questions restent sans réponses.

    Pendant longtemps, je n’ai pas réussis a prendre énormément de plaisir avec l’aneros, j’était trop dans l’attente, mes contractions étaient trop fortes et je me posait continuellement beaucoup trop de questions. Je pouvais parfois ressentir ma prostate gonflé et ressentir quelques légère vagues de plaisir mais ça s’estompait très vite (peu être sous l’excitation de se dire que ça venait enfin)

    Il y à peu, j’ai essayer quelques séance Anerosless, en essayant un maximum de me laisser aller, de m’abandonner et de relâcher tout mes muscles au maximum (ce qui apporte une sensation étrange d’ailleurs) et le plus difficile, ne pas trop réfléchir ! Durant ces séance Anerosless j’ai pu ressentir beaucoup plus de plaisir que d’habitude, sans réussir a bien identifier d’où venait le plaisir. Je pense que l’élément déclencheur a été de me caresser les tétons.

    J’ai essayer d’appliquer à mes séance avec l’aneros ce que j’ai fait pendant les séances anerosless et je dois dire que j’ai vu une nette amélioration. La méthode qui a l’air de fonctionner le mieux pour moi est la suivante: allongé sur le dos les jambes allongée et croisée (la droite sur la gauche), je me caresse les tétons et je me relâche le plus possible en essayant de me concentrer très fort sur ce que je ressens, sans faire de contractions. Alors souvent je ressens un plaisir qui monte assez fort, mon cœur s’accélère fort et ma respiration est saccadée. Au niveau du plaisir que je ressens, c’est parfois des fourmillements agréable, comme un début d’éjaculation, et une sensation agréable de bien être et de joie.
    Malgré mes efforts et mes nombreuses séance, je n’arrive pas à aller plus loin. Je n’arrive toujours pas à bien identifier ma prostate, ni quelles contractions faire.

    Au niveau des contractions, j’arrive a distinguer plusieurs muscle, quand je serre l’anus comme pour retenir un pet, et quand je contracte plus a l’intérieur de l’anus, et la dernière, quand je pousse comme pour aller a la toilette …
    Je sais qu’il n’y a pas de mode d’emploi, mais quelles contractions conviennent le mieux ? Sachant que je ne ressens pas forcément de plaisir avec ces contractions, qu’elles soient faible ou forte. Ou alors très peu et ça redescend vite.

    J’ai essayer beaucoup de chose et je ne sais plus quoi faire afin de progresser, et même après un an je n’arrive toujours pas a bien situé ma prostate. Je ne ressens pas l’envie d’uriné, et je n’ai pas de goute de sperme qui sort de mon pénis comme j’ai souvent lu.

    Au niveau de la lubrification j’utilise de l’huile de coco bio que j’insère à l’intérieur, et sur le masseur je met du lubrifiant classique a base d’eau. Après 30/40 min j’ai l’impression que ça perd pas mal en efficacité.
    Egalement, est ce que je suis le seul à avoir la diarrhée avec l’huile de coco ?

    Tout vos conseils seront bon à prendre.

    • Ce sujet a été modifié le il y a 3 mois par Kas.
    #41736
    bzo
    Participant

    Malgré mes efforts et mes nombreuses séance, je n’arrive pas à aller plus loin. Je n’arrive toujours pas à bien identifier ma prostate

    hello

    identifier sa prostate n’est vraiment pas important, c’est plutôt le contraire qui est important, qu’elle t’identifie, toi,
    sérieusement, cela n’a vraiment pas grand intérêt de bien la localiser,
    psychologiquement, c’est sans doute rassurant, tiens , elle est bien là
    mais pas plus que cela, cela n’augmenterait en rien tes sensations

    on lit régulièrement des phrases de ce genre, des gens qui se sentent complètement perdus,
    “mais où est ma prostate, où est ma prostate! on me l’a volée ou quoi!”
    qui se demandent même donc si elle existe chez eux
    parce qu’ils ne parviennent pas à la localiser très exactement
    mais encore une fois , cela n’a aucune importance

    quelles contractions faire.

    Au niveau des contractions, j’arrive a distinguer plusieurs muscle, quand je serre l’anus comme pour retenir un pet, et quand je contracte plus a l’intérieur de l’anus, et la dernière, quand je pousse comme pour aller a la toilette …
    Je sais qu’il n’y a pas de mode d’emploi, mais quelles contractions conviennent le mieux ? Sachant que je ne ressens pas forcément de plaisir avec ces contractions, qu’elles soient faible ou forte. Ou alors très peu et ça redescend vite.

    là, je ne peux pas trop t’aider car comme je le répète quasiment à chaque personne à qui je réponds,
    je ne pratique pas du tout dans la manière du Traité,
    j’encourage les gens à se baser dessus mais à garder leur libre arbitre
    et à apprendre à s’écouter, à essayer de développer leur instinct
    car le Traité n’est qu’une base, à partir duquel il faudrait développer une pratique personnalisée

    moi, du temps où je pratiquais du massage prostatique uniquement,
    j’ai atteins à peu près tout ce qu’il y avait moyen d’atteindre,
    orgasmes à la queue leu leu pendant des heures, super O, extases de plusieurs minutes, etc
    mais j’ai toujours effectué avec le masseur, plutôt des va et vient à intensité vriable
    mais souvent assez forte

    l’important dans cette histoire , je le soutiens, c’est de se connecter à son corps,
    d’apprendre à dialoguer avec lui

    concernant la variété des contractions, j’en ai aussi toute une panoplie
    qui se sont développées avec le temps
    mais je ne fais jamais fait attention comment je fais,
    à quoi elles correspondent anatomiquement
    sauf pour un certain type qui engage le périnée qui sont mes préférées

    mais à part ça,
    j’essaie de rester le plus possible brut de décoffrage, je veux pas identifier plus que cela,
    quel muscule j’engage, comment je fais la contraction,
    je suis partisan de laisser faire son corps le plus possible,
    je suis habitué à diriger par mes sensations, mon instinct, mon désir

    Egalement, est ce que je suis le seul à avoir la diarrhée avec l’huile de coco ?

    elle est 100% pure ou bien il a de la glycérine sous une forme ou une autre?
    ce genre de phénomène est la plupart du temps du à cet ingrédient

    #41890
    Fiesta92
    Participant

    Bonjour Kas,

    Je me retrouve un peu dans la même situation a la différence que moi ça va faire 3ans a vu d’œil.
    j’utilise la même position que toi ou alors celle conseiller en chien de fusil ou sur le dos jambes replié. Pour les contractions j’ai du mal a comprendre aussi parsque comme toi je ressens 2 muscles principaux , les sphycters (avec 2 positions possibles, un en contractions et une autre décontraction) et Un autre muscles plus interne que je ne serait identifier mais avec 2 positions également. J’aurais tendance à dire que lorsque on pousse au chiottes ou qu’on retient on utilise ces 2 muscles.

    Si jamais on pouvais m’apporter des pistes la dessus aussi je serais preneur.

    Jusqu’à présent ce que j’ai fait et qui apporte un certain plaisir cest:
    1 de contracter le muscle interne très très légèrement mais progressivement.
    2 Quand tu estimes quil est trop contracter ou bien que tu n’est plus assez détendu
    3 tu relâche voir tu pousse tout aussi légèrement en t’aidant des sphincters mais tjr en restant dans la douceur.

    En parallèle :
    Tu fait de légère contractions décontraction des sphycters, donc un poile plus fort que celle des muscles interne avec un rythme de 3 contractions sphycters pour 1 des muscles interne.

    Voilà je te partage le truc vu que jai dissocier depuis peu c’est 2 muscles et que je n’ai actuellement pas le temps de pratiquer mais les résultats étais encourageant, j’arrive plus vite a l’état max actuelle.

    Sinon tu contracte ce muscle interne modérément et tu maintiens le plus longtemps possible, a côté tu fait des séries de très très légère contractions/décontraction des sphycters.

    Voilà j’espère que ça t’aidera

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 1 semaine par Fiesta92.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 1 semaine par Fiesta92.
    #41894
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bienvenue Kas ! Je viens de voir ton message grâce à la réponse que @Fiesta92 t’a apportée.

    Il y a peu, j’ai essayé quelques séances Anerosless, en essayant un maximum de me laisser aller, de m’abandonner et de relâcher tout mes muscles au maximum (ce qui apporte une sensation étrange d’ailleurs) et le plus difficile, ne pas trop réfléchir ! Durant ces séance Anerosless j’ai pu ressentir beaucoup plus de plaisir que d’habitude, sans réussir a bien identifier d’où venait le plaisir. Je pense que l’élément déclencheur a été de me caresser les tétons.

    Ce paragraphe est très intéressant et contient, à mon avis, plus d’informations et de questions que celles auxquelles tu pensais en l’écrivant. Si je me trompe n’hésite pas à me le dire…

    • « j’ai essayé quelques séances Anerosless » : C’était une excellente initiative. Tu as su comprendre que tu étais dans une impasse, tu as su OSER changer tes habitudes et surtout tu as su PERSÉVÉRER. Je suppose que tu t’es appuyé sur tes lectures de notre forum (ou d’un autre, nous ne sommes pas sectaires).

    • « me laisser aller, de m’abandonner et de relâcher tout mes muscles au maximum » : Tu as parfaitement lu et compris l’une des attitudes essentielles quand on débute son cheminement, même si l’exercice peut rester difficile pour certains et justifier un entraînement ou une formation en dehors des sessions réservées au massage prostatique.

    • « une sensation étrange » : Cette expression me fait penser que la relaxation et le relâchement musculaire au sens où il fat les comprendre dans notre pratique ne sont pas naturelles pour toi. C’est un point qui explique souvent les progresions lentes de certains de nos amis.

    • « le plus difficile, ne pas trop réfléchir » : Tu n’es pas le seul…

    • « Durant ces séance Anerosless j’ai pu ressentir beaucoup plus de plaisir que d’habitude » : Cette récompense de tes efforts a du te motiver. La difficulté après est de garder la motivation sans la transformer en attente d’orgasme automatique…

    • « sans réussir a bien identifier d’où venait le plaisir » : C’est l’attitude fréquente des analytiques qui ne peuvent se contenter de vivre une expérience en progrès mais veulent savoir aussitôt comment, pourquoi. Je connais trop bien personnellement. C’est là que le conseil « Se concentrer exclusivement sur ses sensations telles qu’on les vit dans l’instant et les accepter sans questions » prend tout son sens. Combien de nos amis débutants nous disent « je ne sens pas ma prostate » au lieu de se concentrer sur ce qu’ils ressentent en vrai. Ce changement d’état d’esprit est un accélérateur de progrès. Au début ce n’est pas le point d’où vient le plaisir qui importe. Ce qui importe c’est cette sensation nouvelle de plaisir.

    • « l’élément déclencheur a été de me caresser les tétons » : C’est un élément déclencheur qui prouve que tu es bien en phase der éveil de ta prostate.

    Tu ajoutes :

    J’ai essayé d’appliquer à mes séance avec l’aneros ce que j’ai fait pendant les séances anerosless et je dois dire que j’ai vu une nette amélioration. 

    C’est super ! Bravo pour ton esprit d’ouverture qui t’a permis de franchir une étape significative.

    je me caresse les tétons et je me relâche le plus possible en essayant de me concentrer très fort sur ce que je ressens, sans faire de contractions.

    Tu pratiques donc une forme de « do nothing », laisse venir dans mon vocabulaire. C’est la méthode qui m’a permis de faire des progrès décisifs, dans des conditions différentes. Elle a fait ses preuves chez les hommes qui ne parviennent pas à gérer leurs contractions volontaires pour lancer les contractions involontaires.

    je ressens un plaisir qui monte assez fort, mon cœur s’accélère fort et ma respiration est saccadée.

    Selon ce que tu écris tu es bien juste devant la porte des orgasmes prostatiques. Mintenant il faut qu’elle s’ouvre. Quand tu arrives au point décrit ci-dessus il est probable que sans forcément en prendre conscience tu ne ois plus aussi détendu qu’au début de ta session. Quand ces moments arrivent pense à te détendre ENCORE PLUS comme si tu n’étais pas encore détendu. Apprends à te laisser envahir, mieux encore à te laisser inonder par tes sensations sans aucune résistance. Il est possible que dans un 1er temps la sensation de plaisir baisse ou disparaisse mais elles reviendra très vite et généralement encore plus forte.

    Ce que tu ressens correspond aux prémices de tes futurs orgasmes. Garde bien en tête que nous sommes tous différents et que les sensations qui créent les orgasmes prostatiques peuvent être très différentes de celles que tu connais avec tes orgasmes éjaculatoires.

    Tu ne nous dis pas si tu continues à pratiquer des sessions « anerosles »s. Je t’encourage vivement à le faire. Elles pourraient bien t’apporter de grosses surprises.

    même après un an je n’arrive toujours pas a bien situé ma prostate.

    Le but du jeu n’est pas de localiser ta prostate mais de vivre des orgasmes sans éjaculation ni aucune période réfractaire. Si tu ne localises pas ta prostate maintenant tu la localiseras plus tard quand tu percevras que ton plaisir commence à avoir un centre brûlant ou irradiant.

    Je ne ressens pas l’envie d’uriner, et je n’ai pas de goutte de sperme qui sort de mon pénis comme j’ai souvent lu.

    Nous sommes tous différents. Tu ne mentionnes pas la perception des mouvements du masseur. Est-ce parce que tu ne le sens pas glisser dans ton rectum ou parce que cette sensation ‘’est pas associée à du plaisir ? L’envie d’uriner et l’émission de liquide séminal est engendrée par la pression subie par tes organes sous l’effet de la présence et / ou des mouvements du masseur. Si tu ne sens pas cette présence ni ces mouvements il est normal que tu n’aies ni envie d’uriner ni émission de liquide séminal. Cela peut venir aussi d’un manque de relâchement musculaire interne dont tu n’as pas conscience.

    Egalement, est ce que je suis le seul à avoir la diarrhée avec l’huile de coco ?

    Es-tu bien sûr que ton problème ne vient pas de ton lubrifiant à l’eau dans lesquels il y a souvent de la glycérine ? As-tu essayé le beurre de karité qui apporte des qualités très proches ? Je te conseillerais de remplacer ton lubrifiant à l’eau soit par un lubrifiant silicone, soit par lubrifiant testé par Adam qui offrirait une meilleure tenu dans la durée, soit par du beurre de karité.

    Bon cheminement @Kas.

    #41905
    Kas
    Participant

    Bonjour à tous, et merci pour vos réponses, elles me rassurent beaucoup et m’encourage a ne pas baisser les bras.

    Pas de progression notable depuis la dernière fois, je pratique moins avec le masseur par manque de temps, je pratique donc quelques petite scéance Aless de temps en temps et cela me procure un peu de plaisir.
    Je remarque que la respiration fonctionne mieux que les contractions, car je pense que je ne sais pas comment contracter / gérer correctement et ça ne me semble pas naturel.

    Quand ces moments arrivent pense à te détendre ENCORE PLUS comme si tu n’étais pas encore détendu.

    Je pense que quand ça deviens trop fort, je me pose beaucoup trop de question (est-ce vraiment ça que je suis sensé ressentir, est-ce bien du plaisir ?) et je ressens aussi de la peur (je suis très anxieux voir hypocondriaque)

    Merci beaucoup a tous !

    #41906
    Kas
    Participant

    J’ai oublier de poser une question, j’en ai tellement aussi 😀 Est-ce que regarder du porno / chose qui nous excitent est contre productif ?

    #41907
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Kas,
    Tu écris :

    Je remarque que la respiration fonctionne mieux que les contractions,

    Je te le répète, n’hésite pas dans ce cas à adopter une approche « do nothing » (laisser venir). Il est tout à fait possible que ces contractions demandent un effort de concentration qui nuit à la qualité de ton relâchement musculaire ; c’était mon cas. Dans ce cas donne toute son importance à la relaxation et à la respiration abdominale.

    Je te conseille quand même de pratiquer hors de tes sessions des exercices de contractions, exercices de kegel ou assimilés, ou toute discipline qui t’aidera à renforcer tes muscles pelviens et à améliorer ta capacité à les contracter indépendamment les uns des autres (Pilates mentionné par notre ami @epicture, yoga et mindgasm… ). Tu peux t’entraîner très souvent quand tu es dans une situation d’attente comme chaque fois que tu fais la queue ou quand tu es assis et que ton esprit n’est pa très occupé.

    Je pense que quand ça deviens trop fort, je me pose beaucoup trop de question 

    Tu analyses bien la difficulté à vaincre. Nous avons une réaction instinctive de défense quand nous ressentons un plaisir « trop » intense. Il faut donc apprendre à accepter une telle intensité. Dans la mesure ou notre réaction de défense est de nous préparer à « un choc » elle se traduit par la contraction des muscles ce qui élimine toutes les sensations présentes. Il faut que ton organisme apprenne à ne pas se contracter en de tels moments. Dans un premier temps approfondir ta relaxation peut effacer le plaisir qui monte mais le plaisir revient toujours et très souvent encore plus intense que précédemment. Je cite une phrase du dernier message de @Buzzi:

    Je pourrais même dire que je repousse de plus en plus les réactions de défenses de mon corps vis à vis de ce nouveau plaisir pouvant être très Intense.

    Quand on est anxieux on peut en effet craindre la nouveauté. Tu as choisi de t’engager dans une voie de développement personnel en te lançant dans la découverte du plaisir prostatique. Tu as donc choisi de faire des expériences nouvelles. Dans cette voie telle que nous la pratiquons en respectant notre corps et son intégrité il n’y a que 2 risques :

    1. Tout foirer parce qu’on ne parvient pas à mettre en œuvre les conseils reçus. Nous faisons vraisemblablement tous des expériences qui ne nous apportent pas les résultats que nous en attendions. Ça n’empêche pas la vie de continuer ni de faire d’autres expériences enrichissantes.

    2. Devenir un autre homme, multi-orgasmique, en complicité totale avec son corps. La jouissance dans laquelle devenons capable de baigner à volonté est source de sérénité et peut nous conduire à envisager notre vie d’une façon très différente de celle qui était la nôtre avant.
    Je suis persuadé que tu seras moins hypocondriaque quand tu auras commencé à vivre tes premières extase orgasmiques.

    Je répondrais à ta dernière question avec 3 gros « OUI » et un petit « non » :
    OUI parce que le porno qu’on regarde en général ne fait que jouer des scènes de stimulation pénienne alors que tu apprends à devenir sensible à des formes de stimulation complètement différentes centrées sur ta prostate.

    OUI parce que le porno qu’on regarde en général est exclusivement (au mieux essentiellement) centré sur l’éjaculation et l’orgasme de quelques courtes secondes qui l’accompagne ce qui t’oriente à l’opposé des orgasmes sans éjaculation qui vont durer des minutes et se répéter tant que tu le voudras.

    OUI parce que tu restes dépendant d’une stimulation extérieure pendant tes sessions durant lesquelles tu apprends à développer la perception de sensations nouvelles intérieures et initialement très faibles, ce qu’on appelle apprendre à écouter son corps.

    Non, à faible dose avant tes sessions, si tu en as encore besoin pour te mettre en état d’excitation sexuelle. Cette situation disparaît au fur et à mesure de tes progrès dans l’expérience du plaisir prostatique.

    Je te propose de lire l’évolution de @Buzzi dans son fil de discussion « Mon retour, mon cheminement (qui ressemble aux vôtres) » telle qu’il la résume dans ce message récent.

    N’hésite jamais à venir nous poser tes questions, ce forum existe pour y répondre. Pense aussi que chaque fois qu’un de nos membres pose une question il appelle une ou des réponses qui aideront tous les hommes qui nous lisent sans oser intervenir sur le forum.

    Bon cheminement @Kas.

    #42005
    Kas
    Participant

    Bonjour à tous,

    Séance ce matin qui débute en Anerosless, comme d’habitude quelques sensations agréables qui finissent par retomber. Je décide de sortir de Helix, et au bout d’une 20aines de minutes, j’ai enfin eu des contractions involontaires.
    C’était très agréable et j’ai le sentiment d’avoir franchis un palier.

    Petite question concernant l’anerosless. Pensez vous que les contractions doivent être plus forte que lors d’une pratique avec masseur ? Et est il possible de pratiquer Aless en position assise ?

    Merci a tous,

    #42006
    modeyin
    Participant

    Bonjour @Kas

    C’était très agréable et j’ai le sentiment d’avoir franchis un palier.

    C’est une super nouvelle

    Pensez vous que les contractions doivent être plus forte que lors d’une pratique avec masseur ?

    Des fois oui des fois non C’est au feeling, à ton désir, sois à l’écoute de ton corps

    Et est il possible de pratiquer Aless en position assise ?

    Dans toutes les positions
    Aless t’offre une liberté totale de ton corps

    #42015
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Kas, je suis heureux de lire :

    C’était très agréable et j’ai le sentiment d’avoir franchis un palier.

    Capitalise autant que tu peux sur cet état d’esprit. Ce sont ces moments qui alimentent le mieux l’excitation qui te sert de carburant pendant tes sessions. Plus tu seras dans cet état d’esprit, moins tu auras besoin d’« aides » pour lancer tes sessions.

    Tu demandes :

    concernant l’anerosless.  Pensez vous que les contractions doivent être plus forte que lors d’une pratique avec masseur ?

    Je ne pense pas pour plusieurs raisons :
    • Nous sommes tous différents. Les « bonnes » contractions sont celles qui te font de l’effet au moment où tu les fais. Le traité d’Aneros est un guide précieux destiné à donner des repères aux débutants, à charge pour eux d’apprendre à les adapter à leur propre sensibilité.
    • Tes sensations sont plus importantes que la manière dont tu les fais naître. Si une certaine forme de contractions ne t’apporte pas de bonnes sensations, n’hésite pas à tester d’autres formes, d’autres forces, d’autres durées, d’autres rythmes.
    • En Aneros-less la concentration, la focalisation de ta pensée ou la visualisation de la source de ton plaisir me paraissent plus importantes que la seule force des contractions.
    • Les sensations apportées par les contractions peuvent être considérablement amplifiées par des stimulations complémentaires telles que celles apportées par la respiration abdominale ou plus souvent évoquée la stimulation de tes pointes de sein.
    • Les sensations apportées par des contractions peuvent être considérablement amplifiées par un relâchement musculaire profond qui démultipliera leurs effets.
    • La technique « do nothing », laisse venir en français, illustre que les contractions ne sont pas toujours nécessaires.
    N’hésite pas à explorer à partir de TON expérience, en variant un élément à la fois. Il est très important lors de tes explorations de ne rien attendre en terme de résultat. Cet axiome est toujours vrai.

    est il possible de pratiquer Aless en position assise ?

    Il est possible d’avoir des orgasmes en position assise avec un masseur comme notre ami @filou nous le montre. C’est encore plus facile sans masseur dans ton rectum dont le mouvement serait limité par la présence de ton siège. C’est une question de sensibilité et de concentration (il est peut-être plus difficile de se détendre, de se concentrer assis qu’allongé).

    Bon cheminement @Kas.

    #42041
    Kas
    Participant

    Bonjour à tous, et merci pour vos messages, ils me sont fort utiles.

    J’enchaine les sessions et au fur et a mesure je me rend compte que je me sens bien plus a l’aise en Aless qu’avec masseur.
    Je songe donc a orienté ma pratique uniquement en Aless mais je ne sais pas si c’est une bonne idée sachant que je n’ai pas encore connu l’orgasme avec masseur.

    Qu’en pensez vous ?

    #42042
    bzo
    Participant

    et au fur et a mesure je me rend compte que je me sens bien plus a l’aise en Aless qu’avec masseur.

    l’aless est plus riche, offre plus de possibilités,
    c’est très bien que tu sentes déjà bien à l’aise, alors que tu n’es pas encore très avancé dans ton parcours,
    en général, c’est le contraire

    Je songe donc a orienté ma pratique uniquement en Aless mais je ne sais pas si c’est une bonne idée sachant que je n’ai pas encore connu l’orgasme avec masseur.

    personnellement, je continuerai les deux façons en parallèle,
    il y a émulation, entre les deux manières,
    il y a plus de variété, plus de spectre de sensations, en alternant

    en théorie, il est plus facile d’arriver à l’orgasme prostatique avec masseur que sans,
    en tout cas, au début

    #42043
    Kas
    Participant

    C’est bien ce que je pensais aussi.

    Ce que j’apprécie avec l’Aless c’est clairement la sensation de liberté qui en deviens même excitante.

    Par contre, je ne trouve aucune documentation sur la pratique Aless sur le net, et je trouve ça dommage.

    #42044
    Andraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @Kas,
    Je te propose de faire comme @Caktil mais en sens inverse.
    Depuis un peu plus d’un an @Caktil avait ajouté une session A-less chaque semaine à ses 2 sessions traditionnelles avec masseur. Il te parlera bien mieux que moi de cette expérience et des résultats qu’elle lui a apportés.

    Tu peux selon ton propre rythme faire 2 sessions sans masseur puis 1 avec masseur et faire évoluer cette séquence en fonction des résultats que tu atteins avec chaque méthode. N’hésite pas à relire son fil de discussion.

    Le succès dans notre pratique ne dépend pas d’un dogme mais d’un état d’esprit dans lequel tu fais tout ce qui te paraît utile pour créer les conditions dans lesquelles tu seras prêt pour RECEVOIR tes nouveaux orgasmes. Expérimenter l’esprit ouvert sans rien attendre et rester à l’écoute de ton corps.

    Bon cheminement @Kas.

    #42045
    Kas
    Participant

    Bonsoir Andraneros,

    Je vais aller lire son fil de discution, merci pour tes conseil.

    En réalité je fais des scéance plusieurs fois par jours. Quand j’ai du temps devant moi je me concentre sur ma prostate et je fais quelques contractions / respiration et je prend le plaisir qui viens, ou pas…
    Si je sens le plaisir monter je continue, sinon je perd vite la concentration.

    J’essaye de voir quel type de contraction fonctionne le mieux, j’essaye de me découvrir.

    J’ai déjà ressentis du plaisir et même des contractions involontaire mais souvent le plaisir s’estompe, pourtant je continue a sentir un gonflement à l’intérieur qui s’estompe peu a peu

    #42050
    Caktil
    Participant

    Hello @Kas,

    J’essaye de voir quel type de contraction fonctionne le mieux, j’essaye de me découvrir.

    C’est parfait, c’est la bonne technique pour faire des progrès. Se découvrir et de la pratique.

    En ce qui me concerne, j’ai toujours eu moins de succès avec les séances Aless qu’avec un masseur. Jusqu’à ces derniers temps. Depuis quelques mois, mes orgasmes sont tout aussi bons en Aless.

    Comme pour la plupart des personnes, mes progrès se font par paliers. Le plaisir que j’arrivais à obtenir en Aless suivait une courbe parallèle à celui obtenu avec un masseur mais était toujours en dessous. Mais lors de mon dernier franchissement de palier, la qualité de mes orgasmes en séance Aless a rejoint celle obtenue avec un masseur.

    Quant à la technique, j’utilise la même en Aless ou avec masseur :
    1) Quelques minutes de relaxation / méditation avec des respirations abdominales profondes. Mon attention est centrée sur ma respiration et non pas sur ma prostate. Je suis couché sur mon côté droit.
    2) Quand je commence à ressentir un léger plaisir, je me mets sur le dos. Tout en continuant à respirer de façon contrôlée, je porte mon attention sur ma prostate et je fais éventuellement quelques très légères contractions de mes sphincters et muscles PC.
    3) J’attends d’avoir eu un ou deux petits orgasmes et je commence ensuite à me caresser les seins et les tétons.
    4) La suite est simple : relaxation maximale et caresse des tétons pour amplifier et / ou faire durer les orgasmes.

    Mais je pense que tu as compris le plus important : pratique, apprentissage et découverte de ce qui marche le mieux pour toi.

    Bon cheminement @Kas !

16 sujets de 1 à 16 (sur un total de 16)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.