Mots-clés : , ,

20 sujets de 101 à 120 (sur un total de 280)
  • Auteur
    Articles
  • #29424
    Avatarnydor01
    Participant

    @Epicure

    Pour en revenir à des considérations pratiques, je pense que tu ne dois pas avoir de doute sur le pourquoi et le comment de tes spasmes. Ou plus exactement, tu ne dois pas les voir comme une manifestation parasite. Au contraire, elles sont un signe qu’il se passe bien quelque chose au niveau du périnée et de la prostate. Au début de mon expérience, j’avais des spasmes incontrôlables (notamment par le biais de la respiration profonde) sans avoir de sensations associées, je pense que c’était un réflexe consécutif à une stimulation, comme peut l’être le réflexe éjaculatoire sans orgasme associé. Petit à petit, avec l’accroissement de la sensibilité de la zone périnéale, mais aussi avec le travail mental visant à réorienter le plaisir du pénis vers la prostate, les sensations ont précédé les spasmes, comme elles les ont accompagnées. Convulsions et sensations sont devenues des manifestations concomitantes de l’orgasme.

    #29428
    bzobzo
    Participant

    Oui ! Bzo, même si je suis moins besogneux

    hum, besogneux, n’est pas vraiment l’épithète
    qui, j’espère, qualifie le mieux ma pratique

    il fut un temps, il y a quelques semaines,
    quand je tournais un peu en rond avec la technique,
    on aurait pu dire que c’était besogneux, que c’était laborieux
    mais là désormais, je suis bien lancé en aneroless
    et mes séances, de même que mes micro-séances sur mon lieu de travail,
    sont tout sauf besogneux,
    sont en fait un grand rire joyeux,
    un grand rire joyeux et léger de ma chair,
    un grand rire sauvage qui traverse mes cellules
    et transporte mon âme

    une brise marine est venu des antipodes un instant,
    a passé le seuil de ma porte,
    s’engouffrant en moi, m’emplissant de sa fraîcheur, de ses parfums
    et qui continuera à tourner encore longtemps

    au large, elle a connu les grandes ailes des albatros
    qui glissent majestueusement, inlassablement,
    loin de toute terre, loin de tout havre,
    entre mer et ciel

    la mer et le ciel par ici,
    une si fine ligne semble ne plus les séparer
    qu’on se demande si elle existe vraiment,
    les grands oiseaux blancs qui n’atterrissent jamais,
    les grands oiseaux blancs qui avancent toujours,
    dorment en volant, voyagent en rêvant,
    est-ce eux que j’ai senti un instant dans mes veines?
    que j’ai vu passer à l’horizon de mes yeux un instant?

    #29433
    EpictureEpicture
    Participant

    @Nydor01 et @Jieffe

    La pratique et le regard porté sur la pratique sont deux composantes, qui me sont indispensables à son évolution. Si je cesse l’une d’elle, cette évolution s’arrête.
    Je n’ai pas encore assez expérimenté la nouvelle composante de ma pratique. Je vous tiendrai au courant de mes évolutions.

    @bzo

    Tes témoignages indiquent une pratique intensive.
    En tout cas au regard de la mienne.
    C’est en ce sens qu’il faut comprendre le terme besogneux, au sens de intensif, répété de nombreuses fois.

    Je lui avais adjoint le terme de « appliqué », qui indique la volonté de faire les choses bien, avec application, avec le souci et le gout de la réussite.

    Maintenant, on peut le voir comme la souffrance d’un travail laborieux, auquel on s’adonne avec plaisir, mais ce n’est pas mon cas.

    Bon cheminement à tous

    #29434
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Epicture,

    Oui, tiens nous au courant.

    #29445
    EpictureEpicture
    Participant

    @Nydor01 tu dis

    Petit à petit, avec l’accroissement de la sensibilité de la zone périnéale, mais aussi avec le travail mental visant à réorienter le plaisir du pénis vers la prostate, les sensations ont précédé les spasmes, comme elles les ont accompagnées.

    Je me demandais comment, ceux qui ont des spasmes similaires, le vivent-ils, qu’en font-ils.
    Personnellement, ils me sortent de ma concentration. Je dois probablement accepter qu’ils font partie de la construction du plaisir vers l’orgasme. Je témoigne juste du fait qu’ils sont perturbant parce qu’ils ne favorisent pas la montée du plaisir. Avec ma récente découverte, qui prend plus de consistance en A-less qu’avec masseur, la perception que j’ai de ces spasmes se transforme vers quelque chose de plus agréable. On verra par la suite ce que ça donne.

    Ton travail mental a donc joué un rôle indéniable dans ta progression vers le plaisir et l’orgasme prostatique !
    Peux-tu avec tes mots, sans te « prendre la tête », bien sûr, préciser la nature de ce travail mental ?

    Excuse-moi si je suis un peu casse pied avec toute mes questions, mais la clarification de ces détails est vraiment très enrichissante et participe activement à ma progression.

    Merci mille fois @Nydor01

    #29449
    Avatarnydor01
    Participant

    Bonjour, je vais essayer de t’aider dans ton approche en essayant de préciser au mieux la question des spasmes.
    J’ai fait le parallèle avec l’éjaculation, car il me semble que le processus est similaire. Comme je l’ai rappelé, il peut y avoir éjaculation sans orgasme, l’éjaculation étant un réflexe. Dans le cas du plaisir prostatique (ou périnéal), il me semble que les spasmes sont une réponse réflexe à une stimulation donnée. Comme je l’ai évoqué également, au début de mon cheminement, j’avais des spasmes sans grandes sensations associées. Mais, je les ai toujours accueillis de façon positive, comme un phénomène normal engendré par la stimulation de la zone prostatique. Je comprends qu’ils puissent être déroutants, de par leur fréquence et leur puissance. Pour moi, c’était un phénomène tout à fait nouveau, je n’ai jamais eu de spasmes (ou même de convulsions) similaires lors d’une éjaculation. Petit à petit, je pense en parallèle du travail mental dont je parle, j’ai établi un lien entre sensation et convulsion. Le travail mental consiste à construire ses sensations en les focalisant sur la zone prostatique parallèlement au travail de contractions (volontaires et involontaires). D’une façon plus générale, il s’agit de détourner son esprit du pénis pour réorienter ses pensées vers la prostate (ou le périnée). Il faut se déshabituer, oublier son sexe, et se fabriquer une nouvelle zone de plaisir, ou encore, considérer que le plaisir naît de la prostate (et du périnée) et non du pénis. J’ai notamment mis en pratique cette approche dans le cadre de la caresse de mes seins. Avant, quand je me caressais les mamelons, c’est mon sexe qui réagissait (érection), maintenant, c’est ma prostate, j’ai fait en sorte d’associer mentalement mes tétons à ma prostate, pour prendre une image, c’est comme si mes tétons étaient des clitoris, et ma prostate, un point G dans le vagin.
    Pour en revenir aux spasmes, il y a toujours une étincelle de plaisir qui met le feu aux poudres de l’orgasme, celui-ci se manifestant par une suite de spasmes, lesquels spasmes entretiennent le plaisir, provoquant un nouvel orgasme. C’est le cycle des contractions involontaires qui sont à la fois cause et conséquence. Je pense que tu dois accepter les spasmes, te laisser porter par eux, sans crispation (de l’esprit), sans retenue, comprendre qu’ils sont partie intégrante du plaisir prostatique ; tu dois aussi essayer de percevoir ses sensations qui précèdent et/ou accompagnent ses spasmes ; au début, elles seront ténues, puis, avec l’habitude, elles grandiront jusqu’à devenir clairement perceptibles, et intensément voluptueuses. Peu à peu, tu vas construire ton plaisir, ou plus exactement tu vas le faire apparaître à ta conscience. Personnellement, j’ai mis des mois (peut-être même plus d’une année) à avoir des sensations avec mes convulsions, c’est-à-dire à avoir un orgasme associé à mes réactions réflexes.

    #29450
    EpictureEpicture
    Participant

    Merci pour la precision de tes explications. A premiere vue je suis sur la bonne voie. Cependant il y a quelques points que je dois approfondir par la pratique.
    Le processus est en marche. La plus grande difficulté, finalement, c’est de gérer son impatience.
    Bon cheminement @Nydor01

    #29451
    JieffeJieffe
    Participant

    La plus grande difficulté, finalement, c’est de gérer son impatience.

    Oui, tout à fait. Dis toi que dans quelques temps tu n’y penseras plus, à cette impatience.

    Courage Epicture, tout vient à point à qui sait attendre, paraît il.

    #30111
    EpictureEpicture
    Participant

    BZO a écrit :

    on peut se laisser aller,
    se laisser aller en arrière sur les coussins,
    se détendre, s’ouvrir, se laisser prendre dans les bras du plaisir
    car le plaisir n’attend qu’une chose,
    c’est nous prendre dans ses bras,
    ne résiste pas, sens comme les vagues montent dès qu’on abaisse toutes ses défenses,
    elles nous pénètrent de partout, elles s’insinuent partout,
    aucune cellule de notre corps restera délaissée,
    toutes seront caressées, choyées par le nectar qui monte de nos abysses

    Bien sûr que cet orgasme puissant, long, et intense, promis sur internet, constitue un objet de désir certain. Mais là n’est pas l’essentiel.
    Car c’est revenir au culte de la performance qui ne constitue PAS pour moi un objet de désir, et bloque toute progression sur mon cheminement. La profondeur du plaisir se creuse à mesure que je me rapproche de cet état d’esprit qui s’éloigne de tout culte de la performance.
    J’insiste sur le terme ETAT D’ESPRIT, qui implique que l’esprit se mette, par une action adéquate, dans un état spécifique.
    Cet état est, pour toi @BZO, de l’ordre du féminin. Il est pour moi, de l’ordre du vivant. Mais à bien y regarder, quelque soit le nom qu’on lui donne, c’est la même chose et c’est éloigné de la performance. Ce qui compte, c’est qu’à chaque fois, je me rapproche un peu plus de cet être vivant que je suis, ce qui provoque en moi un plaisir chaque fois un peu plus profond et le désir de m’en rapprocher davantage.
    Mais je n’ai pas eu de super O, ni d’orgasmes longs et puissant, ni tous ces trucs extraordinaires qui sont décrits sur internet et dans les publicités pour masseurs : juste un plaisir, dont je ne peux pas dire qu’il ait été intense au sens d’une jouissance qui me fait atteindre des sommets, mais qui me berce, par des petites vagues vibratoires et langoureuses, avec une délicatesse indescriptible.
    La qualité de cette délicatesse est proportionnelle à la qualité du respect que je porte à ce vivant, et inversement proportionnel à mon éloignement de tout culte de la performance. Et c’est dans cette délicatesse que je désire me baigner.
    Mais peut-être, sûrement diront certains, je vivrai des orgasmes puissants, mais là n’est pas l’essentiel.

    #30112
    bzobzo
    Participant

    Bien sûr que cet orgasme puissant, long, et intense, promis sur internet, constitue un objet de désir certain. Mais là n’est pas l’essentiel.
    Car c’est revenir au culte de la performance qui ne constitue PAS pour moi un objet de désir, et bloque toute progression sur mon cheminement. La profondeur du plaisir se creuse à mesure que je me rapproche de cet état d’esprit qui s’éloigne de tout culte de la performance.

    je ne décrivais pas un orgasme
    mais le plaisir de tous les instants

    il n’y a plus aucun culte de la performance en moi,
    ce plaisir au féminin m’a complètement changé, j’ai peu d’orgasme et cela ne me dérange pas un instant
    car mon plaisir est d’une richesse, d’une qualité, nourricières, épanouissantes
    qui me remplissent de bonheur, de félicité jusqu’au plus profond de mon être

    #30115
    EpictureEpicture
    Participant

    C’est bien ce que j’avais compris…

    #30116
    EpictureEpicture
    Participant

    Il est promis sur internet, et plus dans ton témoignage.

    #30117
    bzobzo
    Participant

    oups je ne t’avais pas bien lu

    ton approche est parfaite,
    est aussi la mienne

    vivre dans l’instant ce que le corps en fête a à nous offrir,
    sans plus aucune attente, juste heureux de vivre dans l’instant
    cette communion charnelle qui peut avoir lieu en nous

    notre capacité à nous épanouir, notre capacité à nous ouvrir,
    notre capacité à nous élever,
    notre capacité a vivre l’instant présent,
    cette joie, cette ivresse qui peuvent monter de toutes parts en nous

    #30119
    AndranerosAndraneros
    Admin bbPress

    Tu nous dis @epicture :

    cet orgasme puissant, long, et intense, promis sur internet, constitue un objet de désir certain. Mais là n’est pas l’essentiel.

    Je me permets de développer à ma manière ce que je lis derrière ces mots très justes.

    • Pour quelle raison nous sommes-nous tous (sauf exception) engagés dans la pratique du massage de notre prostate ?
    Il me semble que c’est bien pour vivre l’expérience d’un, voire d’une série d’orgasmes plus intenses que ceux que nous connaissions avant le début de notre pratique. Sinon quel serait l’intérêt de se compliquer la vie avec des jouets, des lubrifiants et des sessions souvent difficiles à organiser dans le cadre de sa vie familiale.

    • Quels effets ceux (sauf exception) qui parmi nous ont su persévérer ont trouvé à des degrés divers ?
    Nous avons découvert que cette pratique fait bien naître la perception d’un plaisir qui dure, qui se répète et qui chez ceux qui étaient ou ont su devenir très sensibles à cette forme de stimulation atteint une intensité égale ou supérieure à nos orgasmes avec éjaculation obtenus par stimulation du pénis.

    • Quel effet, initialement non recherché, ont trouvé ceux (sauf exception) qui parmi nous ont su persévérer ?
    Nous faisons l’expérience d’une transe plus ou moins profonde, d’un état de conscience plus ou moins modifié qui naît indissociable du plaisir ressenti, puis peut éventuellement devenir plus ou moins indépendant au fur et à mesure que nous progressons dans notre pratique.

    Je renvoie à ce que je disais le 21 juin dernier dans ce fil de discussion et qui est mentionné sur le forum officiel et le Wiki du fabricant Aneros,
    les masseurs prostatiques sont des clés pour entrer dans l’univers tantrique ou taoïste qui ont l’avantage pour nous occidentaux de fonctionner même si notre culture n’appartient pas à cet univers.

    Merci de nous aider à voir ce qu’il y a derrière l’horizon. Bon cheminement @epicture.

    #30137
    EpictureEpicture
    Participant

    Pour enfoncer le clou ! @andraneros

    La pratique dont le but est le plaisir prostatique, va bien au-delà du seul plaisir prostatique.

    @Aneveil a assez justement souligné le caractère limité de l’expression « plaisir prostatique » qu’il trouve moche.

    Le plaisir prostatique, ce n’est pas seulement mettre en application un traité, une technique pour se donner du plaisir par la voie anale. C’est bien plus. Une seule expression ne suffit pas à dire tout le bénéfice dont chacun fait l’expérience, et ce, quel que soit son niveau d’expérience. Le simple fait d’avoir franchi la porte de ce forum indique qu’un chemin à déjà été parcouru et qu’ il y a déjà experience.

    Je ne veux pas dire que le traité n’est pas suffisant, bien au contraire : son contenu, sa forme strictement technique et progressive en font un outil précis, clair, et manifestement rédigé suivant une bonne expérience de la pratique du massage prostatique.
    De plus, son caractère gratuit est une garantie de sa neutralité.

    Ce plus, c’est ce que j’essaie de partager sur ce forum, c’est que cela devient un mode de vie.
    Qu’est-ce qu’un mode de vie ?
    C’est une posture, une attitude, qui se traduit dans tous les détails de son existence, et qui provient de ce que génère le massage prostatique : une sensibilité particulière à quelque chose que chacun nomme comme il veut.

    Le fait de pouvoir nommer cela comme on veut, est la traduction de cette posture, qui n’impose rien, qui n’attend rien.

    Le fait que le fil de discussion initié par @aneveil n’ai pas pu aboutir sur une seule expression, mais sur un ensemble de propositions, dont on ne manquera pas souligner le caractère poétique, sexuel, technique, hésitant, beau, évocateur, sensible, amusant, etc. montre comment chacun est peu à peu envahi par cette posture. Et c’est bien mon cas !

    Mais il y a plus encore : c’est le fait que dans un premier temps, certains pratiquants (je pense entre autres à aneveil ou Jieffe) font des parallèles entre les sensations ressenties dans le cadre du massage prostatique, et l’énergie dont fait état un certain nombre de pratiques orientales. Et dans un deuxième temps, d’autres pratiquants comme nydor, bzo, aneveil, experimentent avec succes le massage sans masseur, sans parler de ch313 qui experimente aussi avec succes alors qu’il souffre d’hypoesthesie. Enfin, @adam que chacun connait, temoigne d’un vécu extatique, et fait clairement la liaison entre le massage prostatique et ces pratiques orientales. Bien sûr rien n’est verifiable scientifiquement mais :
    – Je pense que adam sait reconnaitre un etat extatique vecu et non fantasmé
    – un certains nombre de cheminements convergent.
    – Le nombre de pratiquants anerosless augementent.
    – il y a une interrogation manifeste sur la troublante parenté entre ces pratiques sexuelles, et la circulation d’énergie dont parle les pratiques orientales.

    Se pourrait-il que la circulation d’énergie biologique à travers mon corps soit ce que je ressens quand, avec ou sans masseur je percois quelque chose qui remonte le long de ma colonne vertebrale comme des vagues successives de plaisir jusqu’à mon cerveau ?

    #30139
    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour à tous !
    Cette nuit, je me suis réveillé par un cri. Le rêve qui y était associé n’était pas spécialement inquiétant. Et je fus immédiatement le siège de vagues vibratoires intenses, accompagné d’une forte érection.
    Le temps que mon esprit cherche à comprendre ce qui se passait, il y avait des choses qui ne rentraient pas dans les cases, et je ne suis pas parvenu à laisser filer les pensées, et assez vite les sensations ont diminué d’intensité pour redevenir conformes à ce que j’ai « l’habitude de vivre » : vagues vibratoires modérées et secousses spasmodiques régulières.
    Ce cri était probablement un cri orgasmique, mais je n’en suis pas sûr. Mon corps a réagi tout seul, comme pour me prévenir qu’il se passait quelque chose pendant la nuit. Mais il semblait apeuré, alors que mon esprit ne l’était pas, il y avait un truc pas clair dans tout ça si bien que tout s’est rapidement calmé, et je me suis rendormi.
    Puis au petit matin, sous la douche je me suis massé la prostate avec un tube en plastique au bout arrondi, de 12 mm de diamètre. C’est un peu comme un doigt, mais allongé, et qui permet, sans se tordre en contorsions, d’aller facilement chercher le contact de la prostate avec une précision diabolique. Il est parfait. Je me suis senti comme une femme pénétrée, ondulant, gémissant, envahie d’ondées vibratoires extatiques. Mais il fallait poursuivre ma préparation pour aller au travail.
    Puis, je me suis allongé près de ma femme qui dormait encore, pour lui faire un petit câlin avant de partir. Je n’avais pas de masseur, et contractant mon périnée, ou quelque chose comme ça, je me sentais encore une fois comme pénétré. Mais pas analement. C’était plutôt en lieu et place de mon pénis. J’avais l’impression d’être autopénétré par mon propre pénis. Malheureusement, il fallait partir au travail, mais j’avais cette sensation en moi, qui ne me quittait pas. Les vibrations de ma voiture, du moteur, de la route, se diffusait, à partir de cet endroit, zone du périnée, dans tout mon corps, à la limite de l’orgasme. Dans ma voiture je suis seul et personne ne peut m’entendre crier, mais je dois conduire quand même, alors…
    Et maintenant je cajole à chaque instant cette sensation qui ne me quitte pas. Il va bien falloir pourtant, parce que j’ai du travail.

    #30153
    Avatarnydor01
    Participant

    @Epicure
    Bonjour,
    je me souviens avoir écrit : « mes sphincters m’ont semblé durcir et devenir une sorte de fourreau rigide, puis l’impression d’avoir une barre intérieure, comme si mon pénis se prolongeait en moi, avec cette sensation étrange d’une érection tant externe qu’interne, le tout avec une succession de spasmes. »
    Mais, en vous lisant, je me dis que l’image de l’autopénétration est très juste !
    C’est toujours agréable de reconnaître son expérience dans les témoignages.
    🙂

    #30156
    EpictureEpicture
    Participant

    Alors pour etre tout a fait honnête cette image nz vient pas de moi. Mais je ne sais plus d’où ça vient ! Peut etre @bzo ou @ch313 qui ont des experiences de ce type. Mais c’est la premiere fois que c’est aussi net pour moi. D’ailleurs c’est ton idée de réorientation du plaisir du penis vers la prostate, et un travail musculaire de la partie haute du perinee, sur tes conseils, qui m’ont conduit a ressentir cela.
    Merci à toi @nydor01

    #30158
    bzobzo
    Participant

    Alors pour etre tout a fait honnête cette image nz vient pas de moi. Mais je ne sais plus d’où ça vient ! Peut etre @bzo ou @ch313 qui ont des experiences de ce type. Mais c’est la premiere fois que c’est aussi net pour moi.

    c’est quelque chose que nous vivons tous plus ou moins, à un moment ou un autre,
    les descriptions changent selon la personne

    mais on devine le même principe,
    je vis cela au quotidien, constamment en fait durant mes séances,
    je le qualifie d’une certaine façon, je le décris d’une certaine façon
    et pour moi
    ce sont des sensations du côté de ce que j’appelle le féminin,
    mais chacun est libre d’interpréter à sa façon
    ou de ne pas interpréter

    #30166
    JieffeJieffe
    Participant

    Bonjour Epicture,

    J’ai lu ton message hier soir, et ça m’a fait plaisir pour toi.
    Portais tu ton masseur lorsque tu t’es réveillé?

    comme si mon pénis se prolongeait en moi

    Et bien j’ai appris dans l’homme multi orgasmique de Mantak Chia qu’une partie du pénis était à l’intérieur de nous. Peut-être la ressentez vous mieux maintenant?

    C’est une excellent nouvelle, et de bonne augure. Donnes nous des nouvelles.

20 sujets de 101 à 120 (sur un total de 280)
  • Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.