Mots-clés : , ,

Ce sujet a 279 réponses, 13 participants et a été mis à jour par Epicture Epicture, il y a 3 semaines et 5 jours.

20 sujets de 141 à 160 (sur un total de 280)
  • Auteur
    Messages
  • #30416
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Excellente séance de nouveau cette nuit, avec une nouveauté :
    Il semble que ma prostate soit sensible à un moment spécifique : c’est le moment de passage entre la contraction volontaire et le relâchement volontaire. En essayant de maintenir ce moment, même avec une toute petite contraction, et l’énergie sexuelle reconstituée, cela a provoqué des réactions involontaires, musculaires et vibratoires de plaisirs intenses. De plus, alors qu’avant je ressentais les vagues de plaisir partir de mon périnée, et remonter par l’arrière le long de la colonne vertébrale, jusqu’au cerveau, cette nuit, les vagues remontaient aussi par devant, à travers mon abdomen, jusque dans mon cou. Les deux courants vibratoire, par devant et par derrière se mélangeaient par des circuits intermédiaires qui traversaient mon corps d’avant en arrière. Je serais incapable de dire combien de temps cela a duré, je me suis évanoui dans la nuit. Tout ce que je sais, c’est que cela a démarré vers 23 h 0., A 2 h 00, je me suis réveillé, et j’ai ôté mon masseur pour dormir car mon sexe était sous pulsation, il fallait libérer un peu la pression. Et je me suis endormi.
    Bien sûr actuellement, alors que je vous écris, mon bassin est toujours le siège de petites vibrations qui n’attendent que d’être réveillées.
    Encore une fois, je suis sur un petit nuage. Je ne ressens plus vraiment de fatigue, et peu m’importe ce qui peut se passer dans le monde : advienne que pourra !
    Bises à tous !

    #30417
    bzo
    bzo
    Participant

    De plus, alors qu’avant je ressentais les vagues de plaisir partir de mon périnée, et remonter par l’arrière le long de la colonne vertébrale, jusqu’au cerveau, cette nuit, les vagues remontaient aussi par devant, à travers mon abdomen, jusque dans mon cou. Les deux courants vibratoire, par devant et par derrière se mélangeaient par des circuits intermédiaires qui traversaient mon corps d’avant en arrière.

    c’est pour moi signe qu’il y a eu progression dans l’intensité,
    garde bien dans ta mémoire comment tu as procédé pour obtenir ces résultats,
    c’est une piste à explorer sérieusement

    bien qu’au moment d’entamer sa séance
    mais cela tu le sais aussi bien que moi,
    il faut laisser tous
    ses espoirs, toutes ses attentes, au vestiaire

    Bien sûr actuellement, alors que je vous écris, mon bassin est toujours le siège de petites vibrations qui n’attendent que d’être réveillées.
    Encore une fois, je suis sur un petit nuage. Je ne ressens plus vraiment de fatigue, et peu m’importe ce qui peut se passer dans le monde : advienne que pourra

    ces lendemains euphoriques comme quand on a fait divinement l’amour
    avec plein de titillements dans le bassin,
    c’est très féminin en fait, ce genre de sensations

    je me rappelle une amie il y a quelques années,
    je pouvais immédiatement voir sur son visage quand elle avait l’amour la veille
    et elle me racontait qu’elle avait aussi tout plein de sensations qui perduraient dans son bassin,
    q’elle semblait encore sentir en elle les mouvements de va et vient
    et les traces de l’extase physique

    #30418
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Ah ah, ce sont d’excellentes nouvelles Epicture, tu me sembles sur le bon chemin.
    Je ne saurais te donner d’autres conseils que ceux que t’a donné Bzo.

    Encore une fois, je suis sur un petit nuage

    Excellentes sensations n’est ce pas??? 🙂

    Je suis content pour toi Epicture, tu es vraiment sur le bon chemin. Continues comme ça.

    Je te souhaite un excellent cheminement.

    #30472
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Bonjour @epicture,
    Je viens de relire les derniers messages de ton ( si tu m’autorises à basculer sur le tutoiement) fil de discussion et je constate avec bonheur que ton cheminement produit une transformation à la fois de plus en plus profonde de ton être, selon ce que je comprends, et de plus en plus visible de ton comportement, selon ce que je lis.

    Au fil de tes sessions et de ce qu’elles te permettent de vivre, tu deviens toi aussi un homme nouveau. Ta relation avec ton corps est de plus en plus modifiée, la perception de ce qu’il te donne est considérablement enrichie, ta relation au monde extérieur se détend. Tu décris ton plaisir avec de plus en plus de précision, à mes yeux cela signifie que tu le vis de plus en plus intensément.

    Je reprends une image utilisée par @adam dans l’émission « Les couilles sur la table » consacrée aux orgasmes masculins. Au début du cheminement vers l’orgasme prostatique, les sensations associées au pénis sont le soleil, celles associées à la prostate sont la chandelle. J’ai l’impression que maintenant tu passes nettement dans le camp de ceux qui ont suffisamment progressé pour que l’image s’inverse. Les sensations que t’offre ta prostate deviennent le soleil de ta jouissance et écrasent celles associées à ton pénis.

    Mon évolution (sans oublier les effets probables de mon âge) m’a conduit vivre avec ma prostate les effets de toutes les stimulations sexuelles qui auparavant me mettaient en érection et me conduisaient vite, si je ne me « freinais » pas, à l’orgasme et à l’éjaculation. Je ne bascule en mode érection, orgasme et éjaculation que si je le veux. Par défaut, maintenant je suis en mode prostatique, vibrations, plaisir, orgasme. Je ne me « freine » plus, au contraire plus je m’offre plus je jouis, plus je m’offre…

    Bon cheminement @epicture.

    #30474
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour @andraneros

    si tu m’autorises à basculer sur le tutoiement

    Oui bien sûr je t’autorise. Je m’étais moi-même il me semble autorisé à le faire.

    Les sensations que t’offre ta prostate deviennent le soleil de ta jouissance et écrasent celles associées à ton pénis.

    Oui, en effet, je confirme un basculement sur la pratique de la masturbation à visée éjaculatoire, que je ne désire plus, et que je pratique uniquement (depuis 1mois et demi environ) dans un but « régulatoire ». Cependant, alors que les tensions ressenties du fait d’une absence d’éjaculation, étaient vécues comme désagréables, je les vis maintenant comme une source de plaisir. Il y a là une autre forme de basculement : je désire que mon sexe désire, sans vouloir le satisfaire.
    C’est très étrange : la stimulation de la base de mon pénis, de mon scrotum et de mes testicules en dehors des sessions de massage prostatique alimente considérablement la sensation vibratoire de mon corps, de façon quasi permanente. Il suffit que je me pose et que je me concentre, sans aucune aide matérielle, et je sens mon corps vibrer. Mais cela ne se traduit pas nécessairement par des sessions de massage prostatique « explosives ». C’est très aléatoire.
    Pendant les sessions, je ne stimule plus mon pénis car cela tari cette délicieuse sensation de circulation vibratoire, énergétique, appelons là comme on veut !
    De session en session, les ondes vibratoires gagnent du terrain sur mon corps, à tel point qu’elles ne font plus seulement que partir de ma prostate pour remonter vers la tête, elles circulent dans un mouvement difficilement descriptible.

    Au fil de tes sessions et de ce qu’elles te permettent de vivre, tu deviens toi aussi un homme nouveau.

    Oui @andraneros, mais je considère être un homme nouveau depuis le jour où j’ai placé cette électrode sur mon anus pour la première fois, il y a bientôt 2 ans, et depuis, je vais de nouveauté en nouveauté. c’est assez extraordinaire. Nous parlons de cela ici comme si c’était absolument naturel. On en oublierai presque à quel point cela peut être perçu comme une déviance perverse et dangereuse, par de nombreuses personnes ( à commencer par celui que j’étais il y a deux ans).

    ta relation au monde extérieur se détend

    Je vois ce monde qui tourne autour de moi, comme lancé dans une chute éperdue, et moi, je suis de plus en plus en suspension dans ce tourbillon, tout en étant extraordinairement lucide sur ce que je suis, et la place que j’y occupe. Parfois je croise des gens qui semblent en perdition, j’ai envie de les prendre dans mes bras pour les réconforter, mais ils ne se reconnaissent pas eux même comme perdus : ils sont absolument convaincus d’être dans la bonne direction. Moi je sais qu’il n’y a nulle part où aller, car nous y sommes déjà. Finalement ce monde « bourdonne », comme il l’a probablement toujours fait.

    Bon, me v’là parti dans une tirade philosophique…
    Bon cheminement @andraneros, et merci encore…

    #30511
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Retour sur mon dernier post :

    j’ai écrit :

    je désire que mon sexe désire, sans vouloir le satisfaire.

    En fait c’est plus subtil que ça. Le désir de désirer ne se concentre pas uniquement sur mon sexe. Ce n’est pas que de mon sexe qu’il s’agit, mais de mon corps tout entier. Je perçois de plus en plus mon corps tout entier comme désirant. Et sentir que ce corps, le mien, soit tendu de désir, c’est une sensation que je vis, au jour le jour, comme véritable source de plaisir.
    Avant toute stimulation, avant toute vague de plaisir, ou d’orgasme, j’adore sentir mon corps dans cet état de désir permanent, dont « la vibration » est pour moi la meilleure image. Cela est pour moi vraiment nouveau. J’ai modifié la perception que j’avais de mon désir. Il était la manifestation d’une tension anormale et presque source de souffrance, car significatif d’un déséquilibre dans mon être. La masturbation était devenu un moyen de réduire le déséquilibre. Le déséquilibre était source de mal être, que je tentais de « soigner » par toutes sortes de pratiques : recherche de sensations fortes, consommation d’alcool ou de stupéfiants, flirt avec la limite de la légalité, masturbation compulsive, etc… sans jamais dépasser une limite raisonnable.
    Aujourd’hui, sentir ce désir, le laisser grandir, le laisser circuler dans mon être, c’est vraiment « un truc de ouf », c’est jouissif. Et j’y insiste, bien avant toute forme d’orgasme.

    Cette nouvelle donne, effectivement, fait de moi un homme nouveau.

    Je n’ai pas encore pu apprécier toutes les conséquences d’un tel changement, mon corps est encore partiellement dans l’ancien mode de fonctionnement, mais toutes ces pratiques citées plus haut sont vécues avec un gout amer, et n’apportent plus la même satisfaction. C’est comme ça que je m’en suis rendu compte : par l’affaiblissement de la satisfaction recueillie dans ces pratiques, dans la mesure où elles font baisser la tension de mon corps désirant.
    Ce n’était pas un objectif que je m’étais fixé. C’est une conséquence de la pratique du massage prostatique, que je constate, après coup, que j’expérimente presque malgré moi.

    De plus, le massage prostatique, ou le massage pénien non éjaculatoire, ne vise pas l’apaisement, mais l’augmentation de cette sensation si particulière d’état vibratoire généralisé.

    Bon cheminement à tous

    #30512
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Epicture,

    Ce sont d’excellentes nouvelles que tu nous donne là. Je suis content pour toi.

    Le désir de désirer ne se concentre pas uniquement sur mon sexe. Ce n’est pas que de mon sexe qu’il s’agit, mais de mon corps tout entier

    Je te comprends tout à fait, et voit tout à fait ce que tu veux dire. C’est une sensation très agréable.

    Cette nouvelle donne, effectivement, fait de moi un homme nouveau.

    Ce que j’observe au travers des témoignages des uns et des autres, c’est que chacun trouve un peu dans le massage prostatique ce qu’il veut y trouver. C’est une constatation que j’ai faîte récemment, et que je compte approfondir dans l’avenir.

    Ce que je constate c’est que tu as trouvé un nouvel équilibre qui te satisfait davantage que ta situation précédente, et c’est déjà énorme.
    Je suis vraiment content pour toi Epicture, continues de nous donner des nouvelles, elles font plaisir et sont très intéressantes.

    Bon cheminement Epiciture.

    #30520
    bzo
    bzo
    Participant

    masturbation compulsive,

    c’est un cercle vicieux, la masturbation est pauvre,
    essayer d’obtenir un soupçon de richesse avec, au-delà du soulagement provisoire de se vider les couilles,
    est illusoire
    et mène juste à cette escalade absurde que tu décris
    où on augmente certains excès juste pour une très très minime intensification du plaisir lors de la masturbation

    c’est tellement court, le moment d’intensité qu’elle nous offre, la masturbation,
    c’est totalement frustrant, totalement vain

    De plus, le massage prostatique, ou le massage pénien non éjaculatoire, ne vise pas l’apaisement, mais l’augmentation de cette sensation si particulière d’état vibratoire généralisé.

    il y a aussi de l’apaisement,
    l’augmentation de cette sensation si particulière d’état vibratoire généralisé, pour reprendre ton expression,
    apporte de l’apaisement indirectement

    cet apaisement non recherché,
    est la conséquence d’un état de bien-être rare dans notre être,
    un état d’ivresse, de festoiement généralisé tellement intense dans notre chair,
    de sensations denses, riches, tellement épanouissantes,
    qu’on est habité par une sorte de paix intérieure tout à fait étonnante,
    on se sent bien , quelle luxuriance en nous,
    moments d’apaisement divin,
    on se sent en accord avec nous-même,
    moments rares

    #30523
    Epicture
    Epicture
    Participant

    cet apaisement non recherché,
    est la conséquence d’un état de bien-être rare dans notre être,

    Que cet appaisement ne soit pas recherché c’est ca qui change tout !
    La masturbation ejaculatoire vise plus l’apaisement que le plaisir. En plus c’est un.appaisement qui est tres éphémère, illusoire.
    L’apaisement est une conséquence parmi bien dautre chose, parce que le plaisir libère de lobligation de resultat.

    #30559
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Tu nous disais il y a 4 jours @epicture :

    Cependant, alors que les tensions ressenties du fait d’une absence d’éjaculation, étaient vécues comme désagréables, je les vis maintenant comme une source de plaisir. Il y a là une autre forme de basculement : je désire que mon sexe désire, sans vouloir le satisfaire.

    Désormais tu gères ta libido pour maintenir ton excitation au plus haut au profit de tes sessions de plaisir prostatique. c’est un changement de paradigme ; tu as bien changé le carburant qui alimente tes sessions après avoir changé le moteur de tes orgasmes en passant du pénis à la prostate.

    De session en session, les ondes vibratoires gagnent du terrain sur mon corps, à tel point qu’elles ne font plus seulement que partir de ma prostate pour remonter vers la tête, elles circulent dans un mouvement difficilement descriptible.

    Nous prépares-tu une explosion atomique de ta jouissance ?
    Tu nous dis hier :

    Le désir de désirer ne se concentre pas uniquement sur mon sexe. Ce n’est pas que de mon sexe qu’il s’agit, mais de mon corps tout entier. Je perçois de plus en plus mon corps tout entier comme désirant. Et sentir que ce corps, le mien, soit tendu de désir, c’est une sensation que je vis, au jour le jour, comme véritable source de plaisir.

    A ton tour tu te réappropries ton corps comme organe de plaisir. C’est ce que je vis en disant que je me réconcilie avec mon corps. L’esprit et le corps sont à nouveau unifiés grâce à l’expérience de notre jouissance prostatique. Sans religion, sans guru, en toute simplicité.
    Tu nous disais il y a quatre jours :

    Je vois ce monde qui tourne autour de moi, comme lancé dans une chute éperdue, et moi, je suis de plus en plus en suspension dans ce tourbillon, tout en étant extraordinairement lucide sur ce que je suis, et la place que j’y occupe.

    Je pense en te lisant au commentaire que je fais à @jieffe sur sa perception du temps depuis le début de sa pause orgasmique. (Docteur Who)

    Bon cheminement @epicture.

    #30570
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour à tous

    Pour être exact, je ne suis pas comme @andraneros tout à fait passé en mode prostatique. Je pratique en alternance les techniques de Mantak Chia sans éjaculation, et le massage prostatique sans stimulation pénienne.
    Je me demande si cela ne provoque pas une interférence dans ma progression. Pourtant je vis en ce moment, depuis quelques jours, des grands moments de plaisirs, sans toutefois pouvoir affirmer sans équivoque que j’enchaine les orgasmes. Ce sont plutôt des vagues successives de plaisir. Il n’y a pas véritablement de montées en palier. C’est plutôt plafonné. Peut-être suis-je comme le fut en son temps @jieffe sous le plafond de verre. Nous verrons. Je pense que l’absence d’éjaculation joue un grand rôle dans ce sentiment d’être empli d’énergie sexuelle.

    Si Adam lit ce post, j’aimerai lui poser une question : il conseille dans l’émission « les couilles sur la table » la lecture du livre de Mantak Chia « l’homme multi orgasmique ». Mais Mantak Chia, à aucun moment dans son livre ne conseille l’insertion d’un masseur prostatique. Il souligne l’importance de la prostate, mais ses techniques préconisent, pour accéder à l’orgasme non éjaculatoire et multiple, une technique bien différente de celle du « traité d’aneros », en passant par la stimulation du pénis.
    Ma question est simple : ces deux techniques, celle de « l’homme multi-orgasmique », et celle du « traité d’aneros » sont-elles complémentaires, ou antagonismes voire incompatible. Dans quelle mesure l’une ne peut-elle pas interférer sur l’autre selon vous ?

    Merci à toi @andraneros, et aux autres, et bon cheminement

    #30572
    bzo
    bzo
    Participant

    Mais Mantak Chia, à aucun moment dans son livre ne conseille l’insertion d’un masseur prostatique. Il souligne l’importance de la prostate, mais ses techniques préconisent, pour accéder à l’orgasme non éjaculatoire et multiple, une technique bien différente de celle du « traité d’aneros », en passant par la stimulation du pénis.

    je n’ai jamais sérieusement lu Mantak Chia, juste parcouru en diagonale
    mais je stimule mes parties génitales constamment
    (pas de masturbation, juste des effleurements, des pressions, du malaxage)
    que je conjugue à des contractions qui font vibrer ma prostate,
    le plaisir que j’en éprouve, n’a plus grand chose à voir avec le plaisir prostatique
    tel que décrit par le traité d’Aneros,
    sans doute pas grand chose à avoir non plus avec l’homme multi-orgasmique de Mantak Chia

    je ne pourrai y arriver ni sans les vibrations, ni sans les ondes sexuelles mâles,
    bien que j’ai effectué des séances en aneroless pendant des mois sans ces ondes mâles,
    des mois sans complètement,
    puis des mois très épisodiquement, moins régulièrement,
    ce que j’ai appelé, la main par devant, j’en ai fait des longues descriptions,

    sans complètement les ondes mâles,
    rien que le féminin éveillé en moi donc + les vibrations de ma prostate,
    j’obtenais de beaux résultats bien sûr
    mais rien à voir avec l’intensité et la qualité des sensations actuelles

    et puis après durant cette période transitoire, avec la main par-devant,
    qui sollicitait donc occasionnellement mes parties génitales
    et souvent assez maladroitement par comparaison à ma technique actuelle
    qui est beaucoup plus élaborée et ose beaucoup plus,
    des courts moments même de réelles caresses
    mais essentiellement des effleurements, des pressions,
    la différence est grande
    car ma technique actuelle implique de constantes sollicitations
    aussi bien de la prostate que des parties génitales,
    cela créé en moi une présence constante de ces deux différents types d’ondes sexuelles,
    un mélange délicieux et détonnant qui m’emplit tout le corps,
    je peux arrêter quelque temps dans le feu de l’excitation les contractions ou les chipotages de mes parties génitales
    mais jamais bien longtemps car il me faut la présence de ces deux types d’ondes en moi
    pour parvenir à ces états supérieurs de plaisir, de sensations
    d’état d’extase que je vis actuallement
    et avec une intensité toujours plus grande

    les trois piliers de base de ma pratique sont donc,
    le féminin éveillé, les ondes de ma prostate et les ondes de mes parties génitales,
    avec ces trois-là, on parvient à de sacrés résultats

    Ma question est simple : ces deux techniques, celle de « l’homme multi-orgasmique », et celle du « traité d’aneros » sont-elles complémentaires, ou antagonismes voire incompatible. Dans quelle mesure l’une ne peut-elle pas interférer sur l’autre selon vous ?

    la prostate et les parties génitales peuvent donc être complémentaires,
    j’en suis un parfait exemple,
    ceci étant dit, je ne suis jamais mais jamais parvenu à obtenir des résultats
    avec des méthodes telles que décrites dans le traité,
    c’est même pour cela que j’ai commencé à chercher des voies différentes,
    même le plaisir prostatique « pur », il y a moyen de l’obtenir différemment,
    je sollicitais ma prostate avec le masseur avec des va et vient, des mouvements qui cherchaient à simuler une pénétration,
    le masseur utilisé donc comme si c’était un sexe en érection
    et ainsi pendant des mois j’ai eu du plaisir prostatique tel que celui décrit actuellement par @jieffe

    après le féminin a commencé à s’éveiller de plus en plus, là mon plaisir a commencé à changer de nature,
    est devenu peu à peu ce plaisir au féminin que je décris en long et en large depuis,
    je serai absolument incapable désormais de retourner vers un plaisir prostatique comme celui de @jieffe,
    tout simplement parce que dès que je commence déjà à me caresser, le féminin est là,
    prend les choses en mains automatiquement

    donc est-ce que cela interfère?
    la prostate en fait n’est qu’un moteur, un moteur magique
    mais tu peux obtenir avec elle toutes sortes de résultats,
    le plaisir prostatique tel que décrit dans le traité, en est un parmi d’autres

    mais si tu as éveillé en toi d’autres moteurs, d’autres sources de plaisir
    qui vont automatiquement se mettre en route aux sollicitations,
    même quand tu voudrais un plaisir prostatique « pur à 100% »,
    sans doute on peut dire que cela interfère ,
    comme je l’ai écrit plus haut, avec le féminin totalement éveillé en moi,
    il me parait difficile de revenir en arrière,
    peut-être en appliquant à la lettre le traité avec des masseurs du genre Helix,
    en recommençant à zéro, en ne me caressant pas, bougeant quasiment pas
    car dès que je commence à me caresser, à bouger, elle est directement là chez moi

    mais déjà quand tu pratiques avec un masseur, il y a une certaine dose de plaisir anal là-dedans,
    quel pourcentage? va savoir

    #30578
    Epicture
    Epicture
    Participant

    la prostate et les parties génitales peuvent donc être complémentaires,
    j’en suis un parfait exemple,

    Oui, d’ailleurs Adam le dit aussi dans cette émission, mais selon lui, il faut avoir éveillé sa prostate. Il faut que le cerveau associe le plaisir ressenti par le masseur comme venant de la prostate pour qu’il puisse ensuite grandir et venir remplacer celui en provenance du pénis. Ensuite, et seulement ensuite (toujours selon lui) la stimulation du pénis peut venir enrichir les sensations de plaisir sans « étouffer » celles provenant de la prostate. Et ce n’est pas le discours de Mantak Chia, qui lui parle juste de séparer l’orgasme de l’éjaculation. Et je dois dire que la methode de mantak Chia me convient mieux que celle du traité d’aneros. Ce que je ne saisit pas très bien c’est si les 2 méthodes conduisent à la même chose, ou pas, et si elle peuvent être pratiquées en parallèle, ou pas. Si elle sont complémentaires, ou antagonistes.

    Toi tu as fait ce parcours et a expérimenté longuement sans toucher à ton pénis. Du coup tes nouvelles trouvailles viennent enrichir ton expérience, tu en parles magnifiquement bien, avec tous les détails de ce plaisir féminin qui s’est emparé de ton corps avant de réintroduire une dimension masculine dans ta pratique

    la prostate en fait n’est qu’un moteur, un moteur magique
    mais tu peux obtenir avec elle toutes sortes de résultats,
    le plaisir prostatique tel que décrit dans le traité, en est un parmi d’autres
    mais si tu as éveillé en toi d’autres moteurs, d’autres sources de plaisir
    qui vont automatiquement se mettre en route aux sollicitations,
    même quand tu voudrais un plaisir prostatique « pur à 100% »,
    sans doute on peut dire que cela interfère ,

    C’est ce que j’essaye de savoir. Et comme tu sembles le sous-entendre, On pourrai aussi considérer que le plaisir prostatique puisse être masqué par le plaisir anal que génère le masseur, et venir interférer aussi, au même titre que le plaisir pénien.

    Bon cheminement @bzo

    #30579
    bzo
    bzo
    Participant

    Oui, d’ailleurs Adam le dit aussi dans cette émission, mais selon lui, il faut avoir éveillé sa prostate. Il faut que le cerveau associe le plaisir ressenti par le masseur comme venant de la prostate pour qu’il puisse ensuite grandir et venir remplacer celui en provenance du pénis. Ensuite, et seulement ensuite (toujours selon lui) la stimulation du pénis peut venir enrichir les sensations de plaisir sans « étouffer » celles provenant de la prostate.

    totalement d’accord, c’est très exactement mon parcours

    On pourrai aussi considérer que le plaisir prostatique puisse être masqué par le plaisir anal que génère le masseur, et venir interférer aussi, au même titre que le plaisir pénien.

    hum, je ne sais pas, le plaisir prostatique est spécial,
    tu le sens bien quand le masseur vient toucher la prostate et que cela génère des tas de sensations.
    ce n’est tout à fait du même ordre,
    il me semble pour que cela interfère, il faut autre chose qu’un masseur prostatique qui vient frotter tout de même la région de la prostate
    et qui est moins gros que les habituels joujoux anaux

    sûrement moi par exemple, mon gros g-rider, il doit générer une portion non négligeable de plaisir anal
    mais ce n’est pas désagréable, que diable

    de toutes les façons, une fois que tu as tout à fait éveillé le féminin,
    elle fait feu de tout bois
    et tout est là pour augmenter le plaisir au féminin,
    quand je frotte, quand j’effleure, quand je malaxe, mes parties génitales,
    ce que je ressens c’est le plaisir au féminin qui en est augmenté,
    quand ma prostate vibre, idem, c’est mon plaisir au féminin qui en est augmenté
    et quand mon g-rider me donne au passage du plaisir anal,
    cela aussi augmente mon plaisir au féminin
    en ce sens que cela fait maintenant longtemps que je parle de cet orifice comme de mon anus-pussy,
    il y a une raison assez évidente pourquoi je l’ai nommé comme cela

    et puis quand j’y vais avec les doigts, je le relate très régulièrement,
    là aussi ce n’est pas vraiment du plaisir anal que je ressens
    mais mon anus-pussy qui s’enflamme

    @envole pourra, je suis sûr, confirmer ce genre de détournement,
    c’est tout à fait extraordinaire et délicieux

    #30583
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Merci @bzo pour tes réponses qui éclairent mon questionnement. Peu à peu je maitrise mieux la distinction des différentes parties de mon corps , et des plaisirs qui en émanent. C’est important pour la paix de mon esprit qui gagne en confiance. Il accepte de plus en plus et de mieux en mieux toutes ces nouvelles sensations, parce qu’il les comprend. Peut-être ne suis-je pas suffisamment avancé pour ressentir ce féminin dont tu parles et que tu identifies si distinctement.

    Voilà, de nouveau environ 15 jours sans éjaculation. Depuis que je pratique cette technique (Mantak Chia), j’ai progressé à vitesse grand v. mes sensations sont décuplées. Je ne me sens plus fatigué, même si je ne dors pas de façon linéaire. Mon désir est à 200 %. Je redécouvre cette réconciliation de mon corps et de mon esprit, comme si j’étais moi-même objet de mon désir, source et cible de mon amour. Mon corps est dans les starting-block prêt à décoller presque à chaque instant, de jour comme de nuit. C’est tout simplement incroyable !

    Mais, car il y a un mais, je n’ai toujours pas décollé !

    Quand je lis ces descriptions :

    @epicurien99

    • d’abord, tremblement des mains, des bras
    • convulsions dans tout le corps (le corps se soulève, tout le corps tremble : d’abord la région pelvienne, ensuite les cuisses, les jambes, le torse, le cou, la tête)
    • mon corps bascule de droite à gauche, parfois se retourne complètement
    • je n’ai plus de contrôle sur mon corps
    • mes jambes frappent littéralement le matelas
    • respiration très rapide, halètement, gémissements, cris, hurlement parfois

    Ou,

    @pcommep

    je suis chez moi, et je respire alors par la bouche, je gémis et les choses m’échappent. Si je suis allongé, mon corps entre en vibration, et j’aurais beaucoup de mal à te décrire ce qui se passe ensuite. 

    Je ne m’y reconnais pas. Ce ne sont pas des choses que j’ai vécu.

    En fait, je sais pourquoi je n’ai pas décollé. Il y a quelque chose en moi qui m’interdit de partir, pour ne pas déranger ma femme qui est allongée près de moi. Elle sait ce que je fais, mais je suis freiné par une certaine forme de pudeur. Je n’ai aucun moment où je suis seul à la maison (entre ma femme et mes deux enfants), c’est vraiment ce qui me manque pour décoller. Je le sais maintenant, c’est très clair. Il faut que je puisse me découvrir seul avant de le partager avec elle. Ce n’est donc qu’une question d’aménagement, de trouver un moment, et un espace ou je puisse me sentir tranquille et serein, et me laisser aller. C’est finalement cela qui est le plus difficile pour moi. Je pensais pouvoir continuer dans cette situation, en faisant les choses discrètement, sans déranger personne, mais cela constitue un frein, une barrière. C’est quand même une pratique intime et personnelle avant de pouvoir être partagée avec ma femme. Ce n’est pas quelque chose que l’on étale au grand jour, même si les tabous sont tombés.

    Donc voilà. Je vous tiendrai au courant de ma progression dans ce nouveau challenge.

    Merci au passage à @epicurien99 et @pcommep, d’avoir décrit chacun votre expérience. La multiplication des témoignages aide beaucoup les gens comme moi qui se cherchent et cherchent à faire tomber les barrières.

    Bon cheminement à tous !

    #30590
    Andraneros
    Andraneros
    Admin bbPress

    Tu nous dis @epicture :

    15 jours sans éjaculation. Depuis que je pratique cette technique (Mantak Chia), j’ai progressé à vitesse grand V. mes sensations sont décuplées. 

    Je suis heureux de lire à quel point la rétention de l’éjaculation améliore ton état physique et ton état d’esprit. J’ai fait la même constatation au fil de mon cheminement sans pratiquer systématiquement le refus de l’éjaculation. Mon ressenti a été beaucoup plus progressif mais je décrirais le résultat comme tu le fais. Je l’attribuais aux effets de mes sessions de plaisir prostatique. Il est vrai qu’à partir du moment où j’ai commencé à vivre mes premiers orgasmes prostatiques le besoin de l’éjaculation n’a fait que se réduire. J’ai ressenti ce changement comme la conséquence de mes sessions de jouissance prostatique. Je ne peux donc pas écarter qu’il y ait un lien entre mon évolution et la réduction de la fréquence de mes éjaculations. Ce sujet est souvent abordé sur le forum officiel de la marque Aneros et dans les blogs associés.
    Ce qui paraît le plus spectaculaire c’est la rapidité de tes progrès dans ce contexte. C’est une source formidable de motivation pour la suite :

    Mon désir est à 200 %. Je redécouvre cette réconciliation de mon corps et de mon esprit, comme si j’étais moi-même objet de mon désir, source et cible de mon amour. Mon corps est dans les starting-block prêt à décoller presque à chaque instant, de jour comme de nuit. C’est tout simplement incroyable !

    Il me semble qu’avec tant d’énergie tu vas très vite basculer dans  » la jouissance sans regret « .

    En fait, je sais pourquoi je n’ai pas décollé. Il y a quelque chose en moi qui m’interdit de partir (… ) je suis freiné par une certaine forme de pudeur.

    C’est une constatation que nous sommes nombreux à faire. La question est donc de trouver la ou les causes de ce frein. Tu disais hier matin :

    Peut-être suis-je comme le fut en son temps @jieffe sous le plafond de verre.

    Je pense que la séparation qu’il a vécue a pu beaucoup l’aider à franchir ce plafond de verre. Il a pu ainsi exprimer sa jouissance sans frein, sans limite, sans retenue.

    Ce n’est donc qu’une question d’aménagement, de trouver un moment, et un espace ou je puisse me sentir tranquille et serein, et me laisser aller.

    C’est rassurant de penser que notre progression est freinée par des obstacles matériels. Mais cet état d’esprit peut conduire à une attente trop forte quand on parvient, enfin, à se lancer dans une session où ces obstacles sont écartés, et donc à une expérience décevante. C’est difficile mais il est important de ne rien attendre de chaque session. Tu le sais évidemment très bien et je l’écris surtout pour les nouveaux lecteurs.

    Bon cheminement @epicture.

    #30595
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Bonjour Epicture,

    Je constate que tu prends un bon chemin. Le bon chemin est celui qui te satisfait, et ça semble être le cas.
    Je n’en suis pas là, mais je pense aussi qu’il faut avoir éveillé sa prostate (prostate, nerfs, connexions au cerveau, cerveau) avant d’associer le pénis à la pratique du massage prostatique.
    J’ai aussi commencé les exercices du livre de Mantak Chia, mais je pense qu’ils sont quelques peu perturbateurs pour la pratique du massage prostatique. Je n’en suis pas certain, mais c’est l’impression que j’en ai eu. Quoi qu’il en soit, si ce livre parle un peu de la prostate et du plaisir que l’on peut en attendre, il n’est clairement pas dédié à cette pratique, et ne l’intègre que très peu.

    Peut-être suis-je comme le fut en son temps @jieffe sous le plafond de verre

    Attention à ce que l’on entend par plafond de verre. Je me suis exprimé à ce sujet ici.

    En tout cas, ça me fait plaisir de lire que tu progresses. Tu mènes à mon sens deux apprentissages distincts, la recherche du plaisir prostatique et la sauvegarde de ton énergie sexuelle.
    Tu me sembles être une personne qui a besoin d’une part de temps pour accepter des phénomènes que tu ne comprends pas, ou qui ne te sont pas évidents, et d’autre part d’une très grande progressivité dans ta découverte. Un petit peu comme un petit animal qui va s’approcher très lentement avec une extrême prudence vers quelque chose de nouveau. Il me semble d’ailleurs que tu t’es exprimé à ce sujet. Je pense que tu le sais, c’est ta façon de fonctionner. C’est je pense pour cette raison que tu écris aujourd’hui:

    Mais, car il y a un mais, je n’ai toujours pas décollé !

    Tu dois avoir du mal à te lâcher, je me trompe? Tu dois avoir besoin de temps avant de te lancer dans quelque chose de nouveau?

    Bon cheminement Epicture, je pense que tu n’es pas bien loin du décollage, mais il ne te faut plus compter sur la méthode ni la technique. Tu en es à mon sens à la partie cérébrale. Tu as gravi toutes les marches qui mènent tout en haut du plongeoir, tu es tout en haut, tes orteils dans le vide, et tu regardes plus bas la piscine. Quand tu seras prêt, tu sauteras.

    #30597
    bzo
    bzo
    Participant

    cher @epicture

    Quand je lis ces descriptions :

    @epicurien99

    • d’abord, tremblement des mains, des bras
    • convulsions dans tout le corps (le corps se soulève, tout le corps tremble : d’abord la région pelvienne, ensuite les cuisses, les jambes, le torse, le cou, la tête)
    • mon corps bascule de droite à gauche, parfois se retourne complètement
    • je n’ai plus de contrôle sur mon corps
    • mes jambes frappent littéralement le matelas
    • respiration très rapide, halètement, gémissements, cris, hurlement parfois

    Ou,

    @pcommep

    je suis chez moi, et je respire alors par la bouche, je gémis et les choses m’échappent. Si je suis allongé, mon corps entre en vibration, et j’aurais beaucoup de mal à te décrire ce qui se passe ensuite.

    Je ne m’y reconnais pas. Ce ne sont pas des choses que j’ai vécu.

    ce sont des exemples extrêmes, plus précisément la description de super O
    avec des manifestations spectaculaires du désordre du corps en roue libre, tout à sa jouissance.

    J’ai connu cela, j’ai eu toute une période comme cela,
    il faut voir que dans notre parcours, ce sont tout de même des moments rares

    nous avons vu arriver sur le forum, ces dernières semaines 3 ou 4 nouveaux
    qui ont une caractéristique commune, ils ont la chance,
    de ce que je qualifié « d’être tombé dans la marmite de potion magique »,
    en d’autres termes, ils ont énormément de facilités,
    ils ne doivent pas confronter les habituelles difficultés des débutants
    et le parcours plus ou moins long pour atteindre ces sommets décrits

    en quelques jours, ils arrivent déjà à ressentir des super O,
    ce sont des gens tout à fait hors normes,
    donc il ne faut pas essayer de se comparer à eux,
    j’ai connu mon premier super O après 9 mois ou un an, me souviens plus exactement
    et ça a été le résultat d’une lente progression

    Voilà, de nouveau environ 15 jours sans éjaculation.

    c’est ce que j’écrivais aussi, il faut plus ou moins 10 à 15 jours après une masturbation
    pour retrouver une pleine puissance, les ressources sexuelles subtiles, gonflées à bloc,
    il n’est ici donc pas question juste de réserve de sperme

    Elle sait ce que je fais, mais je suis freiné par une certaine forme de pudeur. Je n’ai aucun moment où je suis seul à la maison (entre ma femme et mes deux enfants), c’est vraiment ce qui me manque pour décoller

    c’est tout à fait possible cela,
    pour que je puisse pratiquer sans aucune retenue, sans aucun tabou avec quelqu’un à côté de moi ou pas loin,
    il faudrait que ce soit une personne qui soit totalement complice de mes activités

    Ce n’est donc qu’une question d’aménagement, de trouver un moment, et un espace ou je puisse me sentir tranquille et serein, et me laisser aller.

    oui, prends vraiment la peine de trouver un moment avec une belle plage horaire, au moins deux, trois heures
    où tu puisses pratiquer sans aucune retenue, personne qui risque de te déranger,
    cela pourrait être un déclic merveilleux pour toi,
    de te laisser aller sans rien devoir retenir, de pouvoir hurler si tes entrailles te le commandent,
    de pouvoir bouger comme tu veux,
    te laisser aller sans devoir risque à aucun instant d’être surpris par un membre de ta famille

    je ne sais pas, si tu habites à la campagne, trouve un prétexte pour t’absenter toute une après-midi,
    prends ta voiture et pendant qu’il fait encore beau,
    trouve-toi un coin de bois ou de champ où tu puisses sur une couverture t’allonger , te dénuder
    et pratiquer sans aucune retenue,
    cela pourrait être une expérience déterminante pour toi

    #30598
    Jieffe
    Jieffe
    Participant

    Je n’ai aucun moment où je suis seul à la maison (entre ma femme et mes deux enfants), c’est vraiment ce qui me manque pour décoller.

    Oui, je ne me suis pas exprimé à ce sujet, mais je suis convaincu que c’est important.
    Ça a été déterminant en ce qui me concerne.

    #30610
    Epicture
    Epicture
    Participant

    Bonjour à tous

    Hier soir, j’ai senti pour la première fois les contractions autonomes de mon anus, générant des montées de plaisir, l’emballement cardiaque et respiratoire : trop bon !
    Mais ce fut tout de même assez timide, je considère cela comme la continuation du processus de rewiring. Mais tout de même, cela faisait longtemps que je lisais des témoignages sur ce point sans jamais en faire l’expérience, alors je suis assez content d’avoir pu identifier un point précis (j’espère pouvoir le retrouver) qui déclenche cette réaction. Ce n’est pas juste un point localisé dans l’espace, du contact de mon masseur sur ma prostate, mais aussi d’état d’esprit, de détente, et surtout de contraction volontaire maintenue, mais faiblement, légèrement..

    Je me souviens du temps ou la pression de la butée sur mon périnée me faisait mal. Ce n’est plus du tout le cas, car la pression est devenue souple et légère. Le masseur a acquis une mobilité qu’il n’avait pas au début. Il était comme bloqué, vérouillé, et pressant sans subtilité sur la prostate et le périnée. Je pense vraiment que la pratique régulière a permis d’acquérir la musculature adaptée, et le relâchement nécessaire. Le désir puissant que je ressens ces derniers jours à fait le reste.

    Ce matin, J’ai remis ça mais je n’y était pas vraiment, alors j’ai enchainé sur une pratique plus « mantak chia », mais avec le masseur inséré. Chaque pression sur le gland provoquait une contraction de mon anus, et une réaction de ma prostate. Mais ce n’est pas un mouvement autonome, il faut l’entretenir par le massage du penis, combiné aux mouvements du bassin qui faisait bouger le masseur : absolument divin, mais je devais arrêter le massage à cause de la montée éjaculatoire. Période de calme, puis reprise, puis calme puis reprise, etc… avec à chaque fois des étincelles dans la tête. Je fus assez prêt d’une explosion, mais j’ai dû arrêter pour ne pas perdre le bénéfice de 15 jours de maitrise anéjaculatoire. L’objectif étant de séparer l’orgasme, de l’éjaculation.

    Et là maintenant, sur mon tabouret de travail, je sens comme il y a quelques mois, mon bassin vibrer, quasiment en permanence. Sauf que ça dure déjà depuis quelques jours…

    Bon cheminement à tous

20 sujets de 141 à 160 (sur un total de 280)

Vous devez être connecté pour répondre à ce sujet.