Toutes mes réponses sur les forums

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 2,802)
  • Auteur
    Articles
  • bzobzo
    Participant

    bzobzo
    Participant

    un des premiers actes quand je rentre chez moi, c’est de me déshabiller,
    nu comme un ver, ma peau commence à respirer,
    je commence à me détendre souverainement
    et puis presque instantanément, un petit voyant quelque part, se met à clignoter
    qui m’indique que tout l’équipage sexuel est prêt désormais, à tout moment, à se mettre en action,
    que toute le délicieux, le sophistiqué, mécanisme, générateur de volupté et de jouissance,
    est en mode stand-by,
    prêt à tout moment à inonder momentanément ma chair d’ineffable

    comme j’aime me sentir ainsi,
    dans cet état de réceptivité ardente, prêt à frémir de tout mon être,
    prêt à me laisser emporter par la lascivité,
    prêt à accueillir en moi un torrent de sensations voluptueuses,
    prêt à m’ouvrir, prêt à gémir, prêt à lever toutes mes défenses
    pour m’offrir sans retenue, sans tabous, sans entraves, morales ou autres,
    freiné aucunement par les frontières de mon identité sexuelle non plus

    je me sens prêt à accueillir le désir, oh comme je me sens prêt à accueillir le désir,
    qu’il flambe souverainement en moi,
    qu’il m’emporte où il veut, me dépose sur le rivage qu’il aura choisi,
    j’ai effectué beaucoup de travail patiemment pour ça pour que son cours soit le plus libre possible,
    sans entraves d’aucune sorte, pendant quelques instants dans ma chair

    en réponse à : Ma prostate me donne enfin cet orgasme tant attendu #37959
    bzobzo
    Participant

    juste encore rajouter

    Depuis quelques jours ces pressions et massages des testicules déclenchent la réaction de ma prostate

    oui, une fois que notre prostate est bien éveillée,
    elle est prête à vibrer, à se mêler à tous nos jeux, à tout bout de champ,
    c’est là véritablement que les choses sérieuses commencent
    car pour un peu qu’on soit curieux et explorateur,
    on peut étendre considérablement le territoire de notre bac à sable favori

    pour un peu qu’on la sollicite dans les règles de l’art,
    notre prostate depuis tout en bas dardera ses rayons puissants
    pour bien amorcer, intensifier et enrichir nos jeux

    en réponse à : Ma prostate me donne enfin cet orgasme tant attendu #37957
    bzobzo
    Participant

    Je commence à comprendre ce que tu dis Bzo en parlant de tes génitaux et du plaisir qu’ils te donnent.

    hé hé, je soupçonne fortement
    que tu commences aussi à avoir ces ondes voluptueuses comme de la soie chaude, ondulante, dans la zone

    on n’imaginerait pas que ce sexe, ces couilles
    soient capable de tant de vagues de douceur, de tant de volupté puissante et tranquille

    c’est une question juste d’oser aller chercher le plaisir autrement
    que par les sollicitations habituelles dans la zone,
    érection, friction de la tige, va et vient de la main dessus,
    enfin tout le petit rituel masturbatoire habituel

    nos bijoux de famille peuvent tellement autre chose aussi,
    nous donner accès à une telle richesse de sensations fines, délicates, voluptueuses

    bzobzo
    Participant

    une posture du corps, dans ma pratique,
    c’est comme une rampe de lancement

    je prends une pose, je fais monter une contraction,
    je sens tout de suite alors si la posture est bonne, si elle peut délivrer,
    le yin en moi, prend des couleurs, a des ailes qui poussent,
    une bonne cuvée, les vibrations bourdonnent de tous les côtés

    temps de changer un peu, je me cambre un peu plus,
    mon bras le long de ma poitrine sur l’épaule opposée, remonte encore un peu plus,
    la main va encore plus dans le dos et ma tête bascule encore un peu plus vers l’arrière

    jouir est devenu si facile,
    ma chair semble grésiller de partout tellement elle est emplie d’ondes en un instant,
    bouger un peu les cuisses, senti les lobes de mes fesses s’écarter,
    créent tellement de vagues tout de suite dans mon bassin
    je sens les flots se fendre, la contraction monte en moi,
    une galère romaine avec son éperon, au son des tambours

    comme chaque mouvement, chaque geste, m’emplit de sensations délicieuses
    et puis le yin, tantôt gazelle, tantôt fauve,
    j’aime sentir mon corps se féminiser durant l’action,
    comme attraper des rondeurs, des courbes,
    tant de douceur et en même temps, tant de violence,
    meilleure qualification du yin, une main de fer dans un gant de velours,
    une main précise, fine, sophistiquée qui titille dans ma chair,
    quelle délicieux remue-ménage dans mon bassin

    bzobzo
    Participant

    à côté de mes micro-séances si délicieuses,
    bien intégrées dans mon quotidien, pimentant mes instants régulièrement,
    je viens de découvrir une autre possibilité de forme brève à pratiquer,
    le shot d’énergie prostatique, une trentaine de secondes maximum,
    juste un petit verre d’énergie pure, concentrée à 100%, à ingérer cul sec

    cela monte d’en bas comme un coup de canon au ralenti mais accélérant, accélérant,
    cela racle tout sur son passage comme une gorgée de tord-boyaux,
    cela monte de plus en plus vite, cela éclate, cela se disperse, cela frotte, cela mord,
    cela ne dure pas plus de quelques secondes
    mais comme on le sent passer…

    une contraction soudainement aussi fort que possible tout en me détendant adéquatement, pour démarrer cela,
    maintenue, relâchée éventuellement fugacement pour re-presser aussitôt aussi fort que possible encore,
    plusieurs fois éventuellement en rapide succession
    comme quelques rapides et puissants coups de pompe pour amorcer le jus,
    avec l’idée de faire monter le plus possible de fracas délicieux dans ma chair,
    d’imbiber autant que possible d’étoiles soyeuses, mon cerveau

    c’est au fond l’équivalent prostatique de mes micro-séances en mode liane lascive

    bzobzo
    Participant

    je m’installe dans une position, bien confortablement calé dans mon fauteuil,
    ne bouge plus, fais monter une contraction

    je la maintiens, assez fort au début,
    pour bien mettre en route le flux d’ondes prostatiques
    puis joue avec, relâche un peu la pression, ré-appuie,
    alterne les muscles qui opèrent, autour de l’anus, le périnée,
    la contraction semble rouler par moments, changer de forme,
    c’est comme si je me caressais la prostate, la tripotait avec passion,
    maintenant et faisant constamment évoluer le flux
    comme un jongleur faisant virevolter en l’air des quilles

    je deviens un bouchon de liège emporté par le flux puissant qui monte depuis tout en bas,
    cela n’arrête pas de monter et encore de monter comme le jet d’une fontaine puissante,,
    un espace semble s’ouvrir derrière quelque part en moi,
    comme si on avait ouvert un rideau dans ma chair,
    je suis entraîné de plus en plus, les vagues me font danser doucement, rythmiquement,
    mon corps me semble tellement éloigné,
    comme si je flottais sur une mer d’énergie pure, à des années-lumière,
    quel bombardement de rayons, comme c’est délicieux de dériver lentement là-dedans

    bzobzo
    Participant

    c’est vraiment intéressant
    car c’est la première fois que j’expérimente de garder les bras et les mains nettement plus statiques
    depuis que je peux injecter à volonté aussi des ondes prostatiques, comme pour les ondes génitales
    et je perçois avec tellement d’acuité ainsi,
    leur façon différente de fonctionner, de se déplacer, en moi

    les prostatiques, semblent être des pures énergies des profondeurs,
    grâce aux contractions remontant à travers la prostate, sortant d’elle
    puis semblant circuler à toute vitesse dans le corps,
    poursuivant sur leur lancée, plus ou moins bien, plus ou moins longtemps,
    plutôt grâce à des capacités mentales, une fois que la contraction les a catapultée,
    capacité de se lâcher, capacité de s’ouvrir, capacité de s’abandonner, capacité de s’offrir

    alors que les ondes génitales, elles semblent imbiber comme une éponge les bijoux de famille
    mais de là, il faut les extraire en frottant, pressant, effleurant, cajolant,
    le sexe, les couilles, avec les cuisses
    et ainsi, ces ondes se transforment en sensations qui se diffusent comme du liquide dense dans de l’eau

    les mains, les bras, je les garde à nouveau statiques donc,
    je prends conscience que leur positionnement par rapport au corps,
    affine la posture, la complète en l’enrichissant,
    lui faisant acquérir de la richesse dans la perception du mode yin,
    dans la perception aussi, des ondes qui circulent en moi, en mode yin

    la position du corps, sa posture dans l’espace, est tellement importante pour le mode yin,
    j’en prends pleinement conscience aussi,
    à chaque fois que je change de position
    et que je immobilise plus ou moins pour la circulation des ondes prostatiques,
    le yin en moi se réajuste par rapport à cette nouvelle position dans l’espace,
    plus ou moins rapidement, avec une délicieuse progressivité
    si tout va bien, si je lui laisse bien le temps, les deux s’ajustant l’un par rapport à l’autre,
    le yin va reprendre possession de mon corps, se mouler dedans, comme dans un gant
    tout en changeant imperceptiblement la forme de celui-ci, surtout ma perception de celui-ci,
    le corps va refléter de plus en plus le yin qui lui colle de plus en plus désormais par dedans

    les courbes intérieures, les rondeurs, se dessinent un peu vers l’extérieur
    mais ce sont dans mes sens, dans ma perception surtout, qu’elles sont entièrement là,
    des arabesques dansantes, le mode liane lascive,
    en même temps un corps intérieur et mon corps réel qui semblent fusionner à mi-chemin,
    plusieurs strates de corps pour quelques instants,
    comme un terreau riche, mouvant, comme en perpétuel réformation,
    dans lequel naissent et meurent les sensations

    je m’offre à la pénétration des ondes, je m’offre, j’ai une petite fente chaude par en-dessous
    je me laisse aller, je me laisse empaler par elles, je m’ouvre, je les enveloppe dans ma chair
    elles remontent en moi, en même temps avec puissance et avec douceur,
    bientôt elles semblent former un arbre en moi,
    elles montent et en même temps se déploient dans toutes les directions,
    formant une frondaison bruissante, joyeuse, un instant,
    vertige de la lumière, vertige du ciel, vertige des oiseaux,
    vertige d’être,
    vertige d’être dans de la chair,
    vertige d’être dans de la chair en fête

    bzobzo
    Participant

    ce que je perçois bien ainsi,
    c’est à quel point le plaisir prostatique,
    c’est une mise en circulation des énergies, transitant par la prostate,
    dans tout le corps

    alors que le plaisir avec les ondes génitales en mode yin,
    il y a tout un travail tout en frictions, effleurements, mouvements et gestes de toutes sortes
    pour transformer ces ondes et les déguster

    bzobzo
    Participant

    depuis hier soir tard dans la nuit,
    je suis en train d’expérimenter sans les mains, sans les bras
    ou plutôt ceux-ci faisant partie du corps,
    faisant partie, étendant le territoire de celui-ci

    vaut la peine de tester pour l’instant j’ai jugé,
    laissant ceux-ci inertes, comme s’ils n’existaient pas , séparés du corps,
    je semble augmenter la capacité aux vibrations de circuler de façon très intéressante

    le corps comme entité répondant au travail dans le bassin,
    le corps comme entité résonnant, change radicalement ainsi,
    peut-être est-ce juste une option, une attitude momentanée selon les moments,
    puis les mains, les bras, reprennent une participation plus active,
    à voir, j’expérimente

    bzobzo
    Participant

    le mode yin,
    c’est avant tout vivre une complicité toute particulière, incandescente,
    avec son corps,
    c’est sentir qu’on vit quelques instants, grâce à cette complicité,
    quelque chose de radical, de sans concessions
    libérant des ressources qui sont tout au fond de nous

    c’est vivre par moments
    comme une communication directe, vertigineuse, avec ses abysses,
    totalement empli de passion et de volupté,
    libéré des limites de son identité sexuelle,
    juste comme ballotté au gré des ébats entre le pôle masculin et le pôle féminin en nous,
    aimanté par le désir

    le mode yin,
    c’est une tentative de vivre une communion totale avec son corps

    en réponse à : Gros bug dans l’édition d’un message #37933
    bzobzo
    Participant

    hum, excès de vitesse d’édition,
    je me suis fait embarquer

    merci à l’avance de me tirer de ce mauvais pas

    bzobzo
    Participant

    je dois accepter que ces orgasmes prostatique que j’ai vécu par le passé
    et dont la lecture de messages par ici, a éveillé en moi la mélancolie,
    sont définitivement derrière moi
    et peu probable que j’arriverai jamais à les revivre, en tout cas sous la même forme

    j’ai pris une autre voie radicalement, je vis ce corps durant les séances sur un autre versant,
    un versant plus secret, plus tabou mais que notre chair a en elle,
    ce mode yin que je suis parvenu à éveiller progressivement

    cependant désormais je parviens à injecter des doses massives d’ondes prostatiques à volonté,
    j’ai déjà vécu des sortes d’orgasmes grâce à elles
    mais ils ne sont pas accompagnés de la même explosivité, c’est très différent en fait,
    ce sont des sortes de bulles à la densité incroyable qui semblent croître autour de moi
    qui rayonnent comme des soleils,
    dardant de plus en plus dans toutes les directions les énergies montant en moi
    cependant la gestation de cet épisode n’est pas finie,
    il y a encore des choses en route,
    mais peu probable, encore une fois, qu’elles auront la forme de ces orgasmes que j’ai connus

    il y a quelques jours quand j’ai intensément expérimenté dans toutes les directions,
    j’ai eu le temps au passage d’esquisser une façon de pratiquer aneroless en mode yang,
    probablement en persévérant,
    je pourrais retrouver des sensations assez proches d’un massage prostatique plus classique
    comme ceux dans mon souvenir
    mais pour l’instant, cela me semble totalement au-dessus de mes forces,
    les deux, trois fois que j’ai essayé,
    je n’ai pas résisté bien longtemps avant de me remettre en mode yin,
    accepter le vide dans mon bassin durant la pratique plus de quelques minutes, je n’y arrive pas,
    j’ai l’impression de suffoquer comme un poisson jeté sur le rivage,
    en mode yin, ma chair est tellement facilement, tellement instantanément, envahie
    alors qu’avec le mode yang, il faut être patient et attendre, attendre que cela se mette en route,
    bon, une fois que ça l’est, ça déménage, ça déménage même sacrément,
    avec cette idée en tête obstinément, peut-être y arriverais-je peu à peu si je m’y mets

    c’est tellement bon d’avoir son corps envahi par cette volupté généré par les génitaux

    bzobzo
    Participant

    j’écrivais au-dessus que j’essayais de maintenir la balance du côté du prostatique
    mais ce n’est plus le cas déjà, je laisse le désir gérer cela,
    c’était présomptueux de ma part de vouloir le faire

    oh j’ai contribué à ma petite révolution de palais,
    désormais les ondes prostatiques sont là massivement dans ma pratique,
    j’ai expérimenté, j’ai mis au point la technique, toutes sortes de nouvelles contractions,
    plein, plein d’ondes prostatiques désormais

    mais je ne cherche plus à les privilégier, ainsi c’est bien mieux,
    ce qu’il y a dans ma chair, cette corne d’abondance sexuelle, à ma disposition,
    il faut être malin et juste laisser faire les choses,
    ne pas essayer d’imposer quoique ce soit,
    aller avec le courant

    bzobzo
    Participant

    matinée sexuelle pour moi,
    depuis que je me suis réveillé, je n’ai pas arrêté,
    juste un coup de téléphone à mon restaurant favori
    pour me réserver un plat du jour et c’est reparti

    matinée tout en gémissements, en bassin qui danse,
    en petit robinet en bas qui fuit sans cesse, de bonheur
    et puis tout ce intérieur en flammes, en miel chaud,
    en convulsions de plaisir qui se succèdent par vagues

    ah mon corps, ma chair,
    comme l’instant peut devenir ardent,
    comme la communion charnelle peut devenir démesurée,
    faisant monter jusqu’au ciel

    bzobzo
    Participant

    comme le plaisir envahi facilement ma chair,
    cela semble couler soudainement de partout,
    je fais eau délicieusement, devient de soie mouvante, chaude,
    chaudes caresses partout à l’intérieur

    sensation de sexe partout,
    d’odeur sexuelle de tout mon être, partout,
    sensation de sexe palpitant, ouvert, humide, prêt à recevoir, prêt à se donner, partout
    tout mon être, dressé aussi, dressé aussi, turgescent,
    dressé aussi turgescent, ouvert, humide, palpitant, béant, vibrant, prêt à s’emplir
    prêt à recevoir, prêt à se donner,
    prêt à m’enfoncer en moi-même de tout mon être, prêt à m’emplir

    raide, turgescent, dressé, de tout mon être, prêt à m’emplir
    ouvert, fouillable, tripotable, palpitant, humide, prêt à recevoir, prêt à m’offrir, prêt à m’emplir

    bzobzo
    Participant

    pour ce que je recherche, pour ce que j’espère achever,
    un plaisir aneroless en mode yin, penchant nettement du côté de la prostate
    et de ce qu’elle peut délivrer dans les moments les plus paroxystiques,
    tout en goûtant pleinement aussi aux vagues de volupté
    que l’on peut obtenir avec les ondes génitales,
    essayant de déguster toute la richesse, sans cesse changeante, de leurs nuances soyeuses,
    m’imbibant jusqu’au plus profond de l’âme
    de la sensation d’épanouissement et de plénitude dans l’instant
    qu’elles peuvent générer dans la chair

    pour ce faire, il m’apparaît avec de plus en plus d’évidence
    qu’une balance délicate est à obtenir dans le bassin en action à tout instant,
    en adaptant constamment le dosage des deux types d’ondes

    il y a une émulation réciproque dans leur interaction
    qui résulte en une augmentation rapide et puissante de la tension sexuelle
    qui exige d’être à l’écoute plus que jamais des réactions du corps
    pour que le flux d’ondes prostatiques ne soit jamais interrompu trop longtemps
    mais néanmoins très régulièrement
    pour qu’une alternance efficace des ondes puisse avoir lieu

    on arrête quelques instants la génération d’ondes prostatiques
    délai qu’on doit bien apprendre à estimer, de plus en plus spontanément,
    pour aller frotter, presser, cajoler, les bijoux de famille, avec les genoux,
    avant de reprendre déjà la production d’ondes prostatiques dans le bassin

    un phénomène que j’ai pu constater qui en même temps brouille les cartes
    mais contribue magnifiquement à l’augmentation de la tension sexuelle
    c’est qu’à partir d’un moment donné,
    l’alternance régulière, rythmique, des ondes d’une sorte puis de l’autre, comme en vagues,
    provoque leur renforcement mutuel, toujours plus,
    elles semblent toujours plus se mélanger, se dissoudre dans l’une dans l’autre
    mais néanmoins, il ne faut jamais oublier d’accorder toujours malgré tout
    la prépondérance aux ondes prostatiques,
    en renforçant automatiquement leur injection, après une séquence orientée ondes génitales
    si on ne veut rester tout de même du côté de la prostate pour atteindre les buts recherchés

    le flux prostatique dans le contexte d’un mélange de différents types d’ondes,
    dans le courant de la séance, des ondes anales venant parfois aussi se mêler à l’action,
    doit pouvoir réagir comme un roseau qui penche, qui penche, parfois très fort
    mais jamais ne se rompt, toujours se redresse

    en réponse à : Besoin de conseils #37915
    bzobzo
    Participant

    Je ne pense pas qu’il y ait des mauvais muscles à contracter.
    A mon avis, tous les muscles de La région (sphincter anal, rectal et muscles PC) participent au développement du plaisir.

    voilà, très exactement, il n’y a pas de mauvais muscle à contracter,
    tant que tu auras ce genre d’idée, @rodward, tu te limiteras drastiquement

    et aussi tant que tu seras obsédé par les contractions involontaires,
    fuck the contractions involontaires,
    on peut très bien aller aussi loin qu’il y a moyen sans jamais avoir eu une seule contraction involontaire

    bzobzo
    Participant

    je ne me lasserais jamais d’écrire sur ces premiers moments de retrouvailles
    avec ma chair qui s’enflamme,
    soudainement qui s’emplit de sensations délicieuses, de volupté soyeuse,
    tout se délie miraculeusement en moi, s’ouvre,
    des tas de portes qui semblaient ne même pas exister,
    soudainement s’entrebâillent vers des horizons lointains,
    une animalité qui ressuscite à chaque fois dans ma chair,
    des énergies insoupçonnées qui semblent jaillir de mes abysses comme une fontaine de jouvence

    malgré désormais des centaines et des centaines d’heures de vol, de décollages et d’atterrissages
    d’instants emplis d’orgasmes, de jouissance, de volupté, de super O, etc,
    c’est à chaque fois la même éblouissante et irrésistible impression de vivre un petit miracle,
    dans ces premiers moments,
    je n’arrive toujours pas y croire tout à fait,
    cela me parait toujours trop beau pour être vrai, un instant,
    après c’est parti, j’ai décollé, je suis déjà totalement pris par la griserie

    peut-être que si j’avais commencé à 20 ans et que j’avais derrière moi des décennies de pratique,
    trouverais-je cela tout à fait aller de soi,
    mais là, avec derrière moi, +-40 ans de vécu sexuel, somme toute, assez classique,
    sans grand relief, ni originalité,
    si ce n’est pour quelques partouzes et expériences bisexuelles, dans ma jeunesse

    mais même ces expériences-là, un peu hors du commun,
    restent malgré tout dans un cadre bien identifié, connu, balisé,
    de libertinage qui existe depuis toujours, sous diverses formes,
    pratiqué de-ci, de-là, dans des alcôves discrètes généralement,
    rien à voir, mais alors rien à voir, avec ce que je vis à présent,
    avec ce plaisir en solitaire vécu comme un art d’aller s’explorer,
    un art de résonner comme un instrument de musique entre ses propres doigts,
    d’aller extraire de ses abysses des énergies
    qui se transforment en bouquets incomparables dans notre chair,
    c’est tellement irréellement hors du commun, tellement irréellement riche,
    avec parfois des moments d’élans quasi mystiques,
    avec toujours des perspectives de luxure sans limites malgré les sommets déjà atteints

    d’être capable de me faire l’amour,
    réellement capable de vivre tout seul des sensations assimilables à un acte sexuel
    de me sentir en même temps homme et femme, entremêlés charnellement,
    vivant les sensations des deux sexes
    quelques uns, sans doute, auront du mal avec ce genre de mots,
    non pas choqués moralement mais auront du mal à ne pas exprimer de l’incrédulité,
    auront du mal à croire que c’est possible ce genre d’expérience

    mais qu’importe, je sais ce que je vis ou du moins ce que je crois vivre,
    que ce soit vrai ou juste une histoire montée de toutes pièces par ma libido, qu’importe,
    l’important, c’est que la jouissance et la volupté sont bien là, dans ma chair,
    que l’exploration, l’aventure, sont bien là
    et qu’un épanouissement sans limites, semble de longs moments, s’emparer de tout mon être,
    des moments de plénitude, de communion avec moi-même, avec tout, avec rien

    un feu secret, avec quelque chose de presque sacré et de splendidement sauvage
    semble s’être rallumé en moi, m’entraînant vers l’incandescence

    bzobzo
    Participant

    je parviens désormais tellement à exploiter chaque geste,
    chaque mouvement, chaque position, chaque immobilité
    depuis que j’injecte dans ma chair des doses massives d’ondes prostatiques,
    elles semblent tout ralentir, tout densifier, désormais,
    le moindre micro-mouvement, la peau d’une couille qui se rétracte,
    l’effleurement d’un doigt sur la peau,
    me font s’envoler comme une fusée,
    je n’arrête pas de jouir
    et les nuances changent constamment du tout au tout

    j’ai l’impression de me presser à chaque instant
    comme un citron jusqu’à la dernière goutte,
    il s’agit juste de ne pas trop bouger à la fois, pas trop de choses à la fois,
    pour que cela ne se dilue pas,
    garder tout bien concentré, tournoyant lentement,
    le volcan ne doit pas entrer en éruption,
    juste rester à bouillonner sur place, à digérer de la terre en fusion, à danser sur place

    ainsi je suis bien ancré entre mes deux ailes géantes battant tranquillement
    comme une marmite d’explosifs transportée
    comme c’est à fois tellement calme et tellement explosif, tout cela,
    tellement doux et tellement brutal,
    quel carrousel dans ma chair, mes amis
    je n’ai jamais vécu des moments pareils, c’est glorieux

20 sujets de 21 à 40 (sur un total de 2,802)