20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 572)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #44654
    Caktil
    Participant

    Je m’aperçois que mon bilan ci-dessus est illisible…

    Je poste à nouveau en espérant ne pas avoir le même bug…

     

     

    Bonjour à vous tous !

    J’ai envie de vous faire un petit bilan de ma 3e année de pratique du massage prostatique. Pour info, je pratique deux fois par semaine avec un masseur et une fois par semaine sans masseur.

    Cette troisième année commence en fanfare au mois d’août 2021 par une suite de séances toutes couronnées de succès, avec de nombreux Dry-O’s de la meilleure qualité et aussi quelques Super-O’s d’une intensité rare. Toutes mes sessions sont réussies et s’il m’arrive d’être un peu déçu, c’est simplement parce que les orgasmes n’ont pas dépassé les meilleurs des séances précédentes.

    Vers fin septembre 2021, j’établis mon record personnel de la plus longue suite d’orgasmes sans interruption. Je n’ose pas parler d’un seul orgasme, même si le temps écoulé entre deux orgasmes est nul ou quasi nul. J’ai juste le temps de me dire que je viens d’avoir un orgasme exceptionnel et le suivant démarre. Cette suite quasi ininterrompue a duré… 46 minutes ! Incroyable ! 46 minutes de plaisir ininterrompu et allant crescendo ! Pour ceux qui se poserait la question, j’utilisais l’Eupho Trident pendant cette séance. Mais il n’est pas le seul responsable. Ma prostate est également à féliciter puisque j’ai eu un dernier magnifique orgasme de 10 minutes en fin de séance, juste après avoir retiré le masseur…

    Justement, à ce sujet, il est à noter que je ne constate plus de différence dans la qualité des Dry-O’s entre une session avec un Aneros ou une séance Aless. A plusieurs reprises, j’ai pu expérimenter les meilleurs orgasmes de ma vie sans utiliser de masseur. Je ne pense pas qu’un jour j’abandonnerai l’usage des stimulateurs de prostate car j’adore les sentir bouger en moi et appuyer là où ça fait du bien. J’aime bien alterner le type de séances.

    Je vis une période un peu morne entre janvier et mi-février 2022 car je n’ai plus accès à mon booster de séance, entendez par-là le THC. J’ai essayé avec de la weed CBD, légale dans mon pays, mais sans vraiment de succès. Donc, sans THC, les sensations sont très faibles, J’ai quelques petites vagues de plaisir mais je n’ai plus de Dry-O’s, et bien sûr plus de Super-O’s non plus. Heureusement, je finis par retrouver de la bonne weed. Et me voilà de retour au paradis des orgasmes. Artificiel, le paradis ? Oui, probablement, mais Dieu que c’est bon ! Bref, l’enchaînement des séances extraordinaires reprend.

    Début avril 2022, je me décide à acheter le dernier modèle Aneros qui n’est pas encore en ma possession : le Maximus Trident. Je n’ai aucun modèle qui soit « syn », je préfère les modèles en plastique blanc. Je me suis décidé à acheter le Maximus car sa forme et sa taille me plaisent bien. Il me semble combiner les deux formes de masseur qui me donnent les meilleurs orgasmes, je veux parler du Progasm Junior et de l’Eupho. Comme j’ai bien fait d’acheter ce Maximus ! Ce modèle semble être fait pour moi. Il bouge terriblement bien et m’amène à de nouveaux sommets de plaisir. C’est mon modèle préféré depuis lors. À noter qu’il me semble avoir progressé d’un palier dès la première utilisation du Maximus, et cette progression se répercute aussi sur les séances faites avec tous mes autres jouets. Le point principal de ce nouveau palier porte sur des mouvements plus amples des masseurs. Pour reprendre une analogie qui date de mes débuts, je tiens bien mieux le crayon et j’écris beaucoup mieux.

    Depuis le mois de juin 2022, depuis ma 360e séance environ, j’ai arrêté d’écrire systématiquement un compte-rendu de l’expérience. Je vais continuer à noter si quelque chose d’exceptionnel se passe, mais sinon, je vais me contenter de savourer ce plaisir incroyable sans vouloir tout analyser et tout me rappeler. Du coup, depuis ces dernières semaines, je ne sais plus exactement combien de séances j’ai fait. Une estimation assez juste me donne le nombre de 390 séances depuis août 2019.

    Un des progrès significatifs de cette troisième année de pratique est l’amplitude des orgasmes. Pratiquement à chacune de mes séances, j’ai au moins un des Dry-O’s où j’arrive à faire grandir le plaisir et à l’étendre à pratiquement tout mon corps. Ce sont des moments de détente totale pendant lesquels il me semble flotter dans un océan de plaisir. Je pense que c’est ce que les gens appellent un « calm sea orgasm ».

    J’aimerais vous parler encore d’un dernier progrès extraordinaire de cette 3e année, il concerne les orgasmes traditionnels, ou les Super-T. Environ une fois par semaine, je m’autorise une éjaculation en fin de session. Je suis devenu assez bon dans l’art de synchroniser un orgasme traditionnel avec un orgasme prostatique, ce qui est vraiment délicieux. En plus, j’arrive maintenant à déclencher l’éjaculation sans toucher mon pénis. À force de concentration, d’imagination et d’anticipation du plaisir qui mène à l’éjaculation, combiné à des caresses sur les tétons, j’arrive à rester assez longtemps dans ce moment qui se situe juste avant le point de non-retour… Et il me suffit de pousser un peu plus, d’augmenter les caresses sur les tétons pour arriver à un orgasme traditionnel extraordinaire.

    Malgré ces résultats très satisfaisants, j’ai encore souvent l’impression d’être un débutant, un petit Padawan qui a encore tout à apprendre. Il m’arrive encore de me faire la réflexion que ce que j’ai qualifié de Super-O il y a un mois en arrière n’était finalement qu’un simple Dry-O si je le compare au plaisir ressenti dans ma dernière session. Les progrès sont apparemment sans fin et je trouve que c’est une des caractéristiques les plus incroyables de cette pratique.

    Je vous souhaite à tous un bon cheminement et des progrès extraordinaires ! Take care.

     

    PS: J’ai eu exactement le même bug en repliant. Un des nombreux mystère de l’informatique… J’ai corrigé “à la main” en espérant que ça marche…

     

    PS2: ça marche !

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par Caktil.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 2 mois et 2 semaines par Caktil.
    #44516
    Caktil
    Participant

    <p style=”font-weight: 400;”>Bonjour à vous tous !</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>J’ai envie de vous faire un petit bilan de ma 3<sup>e</sup> année de pratique du massage prostatique. Pour info, je pratique deux fois par semaine avec un masseur et une fois par semaine sans masseur.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Cette troisième année commence en fanfare au mois d’août 2021 par une suite de séances toutes couronnées de succès, avec de nombreux Dry-O’s de la meilleure qualité et aussi quelques Super-O’s d’une intensité rare. Toutes mes sessions sont réussies et s’il m’arrive d’être un peu déçu, c’est simplement parce que les orgasmes n’ont pas dépassé les meilleurs des séances précédentes.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Vers fin septembre 2021, j’établis mon record personnel de la plus longue suite d’orgasmes sans interruption. Je n’ose pas parler d’un seul orgasme, même si le temps écoulé entre deux orgasmes est nul ou quasi nul. J’ai juste le temps de me dire que je viens d’avoir un orgasme exceptionnel et le suivant démarre. Cette suite quasi ininterrompue a duré… 46 minutes ! Incroyable ! 46 minutes de plaisir ininterrompu et allant crescendo ! Pour ceux qui se poserait la question, j’utilisais l’Eupho Trident pendant cette séance. Mais il n’est pas le seul responsable. Ma prostate est également à féliciter puisque j’ai eu un dernier magnifique orgasme de 10 minutes en fin de séance, juste après avoir retiré le masseur…</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Justement, à ce sujet, il est à noter que je ne constate plus de différence dans la qualité des Dry-O’s entre une session avec un Aneros ou une séance Aless. A plusieurs reprises, j’ai pu expérimenter les meilleurs orgasmes de ma vie sans utiliser de masseur. Je ne pense pas qu’un jour j’abandonnerai l’usage des stimulateurs de prostate car j’adore les sentir bouger en moi et appuyer là où ça fait du bien. J’aime bien alterner le type de séances.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Je vis une période un peu morne entre janvier et mi-février 2022 car je n’ai plus accès à mon booster de séance, entendez par-là le THC. J’ai essayé avec de la weed CBD, légale dans mon pays, mais sans vraiment de succès. Donc, sans THC, les sensations sont très faibles, J’ai quelques petites vagues de plaisir mais je n’ai plus de Dry-O’s, et bien sûr plus de Super-O’s non plus. Heureusement, je finis par retrouver de la bonne weed. Et me voilà de retour au paradis des orgasmes. Artificiel, le paradis ? Oui, probablement, mais Dieu que c’est bon ! Bref, l’enchaînement des séances extraordinaires reprend.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Début avril 2022, je me décide à acheter le dernier modèle Aneros qui n’est pas encore en ma possession : le Maximus Trident. Je n’ai aucun modèle qui soit « syn », je préfère les modèles en plastique blanc. Je me suis décidé à acheter le Maximus car sa forme et sa taille me plaisent bien. Il me semble combiner les deux formes de masseur qui me donnent les meilleurs orgasmes, je veux parler du Progasm Junior et de l’Eupho. Comme j’ai bien fait d’acheter ce Maximus ! Ce modèle semble être fait pour moi. Il bouge terriblement bien et m’amène à de nouveaux sommets de plaisir. C’est mon modèle préféré depuis lors. À noter qu’il me semble avoir progressé d’un palier dès la première utilisation du Maximus, et cette progression se répercute aussi sur les séances faites avec tous mes autres jouets. Le point principal de ce nouveau palier porte sur des mouvements plus amples des masseurs. Pour reprendre une analogie qui date de mes débuts, je tiens bien mieux le crayon et j’écris beaucoup mieux.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Depuis le mois de juin 2022, depuis ma 360<sup>e</sup> séance environ, j’ai arrêté d’écrire systématiquement un compte-rendu de l’expérience. Je vais continuer à noter si quelque chose d’exceptionnel se passe, mais sinon, je vais me contenter de savourer ce plaisir incroyable sans vouloir tout analyser et tout me rappeler. Du coup, depuis ces dernières semaines, je ne sais plus exactement combien de séances j’ai fait. Une estimation assez juste me donne le nombre de 390 séances depuis août 2019.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Un des progrès significatifs de cette troisième année de pratique est l’amplitude des orgasmes. Pratiquement à chacune de mes séances, j’ai au moins un des Dry-O’s où j’arrive à faire grandir le plaisir et à l’étendre à pratiquement tout mon corps. Ce sont des moments de détente totale pendant lesquels il me semble flotter dans un océan de plaisir. Je pense que c’est ce que les gens appellent un « calm sea orgasm ».</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>J’aimerais vous parler encore d’un dernier progrès extraordinaire de cette 3<sup>e</sup> année, il concerne les orgasmes traditionnels, ou les Super-T. Environ une fois par semaine, je m’autorise une éjaculation en fin de session. Je suis devenu assez bon dans l’art de synchroniser un orgasme traditionnel avec un orgasme prostatique, ce qui est vraiment délicieux. En plus, j’arrive maintenant à déclencher l’éjaculation sans toucher mon pénis. À force de concentration, d’imagination et d’anticipation du plaisir qui mène à l’éjaculation, combiné à des caresses sur les tétons, j’arrive à rester assez longtemps dans ce moment qui se situe juste avant le point de non-retour… Et il me suffit de pousser un peu plus, d’augmenter les caresses sur les tétons pour arriver à un orgasme traditionnel extraordinaire.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Malgré ces résultats très satisfaisants, j’ai encore souvent l’impression d’être un débutant, un petit Padawan qui a encore tout à apprendre. Il m’arrive encore de me faire la réflexion que ce que j’ai qualifié de Super-O il y a un mois en arrière n’était finalement qu’un simple Dry-O si je le compare au plaisir ressenti dans ma dernière session. Les progrès sont apparemment sans fin et je trouve que c’est une des caractéristiques les plus incroyables de cette pratique.</p>
    <p style=”font-weight: 400;”></p>
    <p style=”font-weight: 400;”>Je vous souhaite à tous un bon cheminement et des progrès extraordinaires ! Take care.</p>

    #44514

    En réponse à: Reconnaitre un mini-O

    bzo
    Participant

    Par contre, je dois avouer qu’au niveau des émotions, j’ai vécu quelque chose de fort. J’ai trouvé le moment très érotique, inattendu. J’ai senti une forme d’excitation intérieur vraiment agréable.

    oui, tu as goûté à quelque chose que je recherche tout particulièrement,

    que je développe et que je perfectionne,

    les séances au lit, ne m’intéressent quasi plus,

    pour l’instant, en tout cas,

    ce que je recherche, c’est à intégrer des moments intimes avec mon corps, au fil du quotidien,

    décorer les gestes, les mouvements,

    rendre l’instant incandescent mais dans un passage soudainement,

    de l’action la plus banale, pendre mon linge, me faire du thé, cuisiner,

    à la communion avec mon corps,

    à faire naître comme cela, des beaucoup de sensations très intenses, riches et variés

     

    ce sont des moments à part et en même temps,

    ils semblent naître de mes faits et gestes du quotidien,

    subtile entrelacement que je perfectionne

     

    ainsi, le plaisir est tout à fait différent que si je me mets au lit,

    pour une séance,

    dans l’absolu, c’est moins intense, bien sûr

    mais c’est néanmoins, incroyablement satisfaisant,

    avec des nuances de sensations, incroyablement variées

     

    c’est, avant tout, la complicité avec  son corps qu’on vit

    et l’instant devient intense car on parvient à être en équilibre

    comme au bord d’un abîme qui s’est ouvert,

    le quotidien s’est fendu et laisse apparaître du magique,

    les moments spéciaux, les moments d’incandescence,

    n’appartiennent plus qu’au domaine du lit

    mais se disséminent partout

     

    c’est en fait, tout notre quotidien qui change ainsi,

    en laissant le désir accroître son territoire,

    en lui laissant libre cours,

    on prend conscience de sa capacité à s’immiscer partout,

    tout cela , une fois bien rodé

     

    le plaisir nous accompagne constamment,

    le désir a son mot à dire tout le long de la journée,

    comme notre estomac,

    vivre des moments intimes ardents,

    devient aussi naturel que de respirer,

    tout le long de la journée et de la journée,

    à la moindre petite occasion

     

    cependant, moi, je me limite vraiment à mon appartement,

    j’ai écris au-dessus que je m’offrais dans les toilettes, sur mon lieu de travail,

    de temps à autre, des moments de détente, en tête à tête ardent avec mon corps

    mais ce n’est même plus vrai

    je préfère garder cela pour chez moi,

    partout chez moi, à n’importe quelle heure, n’importe,

    avec quoi que je sois occupé,

    dehors, je ne suis pas capable d’autant me laisser aller,

    aussi totalement et sans retenue

     

    c’est tout ou rien, désormais,

    en tout cas, pour l’instant,

    ça va peut-être changer,

    avec le télétravail, le confinement,

    j’ai tellement pu développer cela de jour aussi, chez moi,

    j’ai besoin de tout mon bac à sable

    #44512

    En réponse à: Reconnaitre un mini-O

    bzo
    Participant

    bravo, belle expérience

     

    j’admire ta capacité à contenir en toi les effets de l’orgasme,

    moi, je n’essaie plus, en-dehors de chez moi

    sauf, de temps à autre, quelques moments de détente, aux toilettes, au travail

     

    mais sinon, assis à mon poste, hors de question,

    j’aurai trop peur de déclencher un orgasme

    car alors je ne me contrôlerai plus

    et commencerai à gémir et remuer, malgré moi

    #44414

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    Betamax
    Participant

    Bonjour KIM, je viens de découvrir tes messages et je me permets de te donner à mon tour ce qui pour ma part m’a permis de prendre un réel plaisir.

    1 – Essayer différents sextoys. Les aneros sont pour ma part pas les meilleurs que j’ai connu car trop subtils pour démarrer.

    2 – Contrairement à ce que tu dis, les vibrations m’ont bien aidées ! Au début j’effleurais le masseur avec l’outil vibrant pour doser, puis j’ai tenté un masseur vibrant. Alors oui à force ça gâte la zone.

    3 – Simplement se donner du plaisir. Pendant une longue période je jouais vraiment le jeu en suivant les conseils de détente, contraction, etc. mais tout ça ça manquait de lubricité, en conséquence je n’étais pas excité donc impossible de ressentir quoi que ce soit. Fait des va-et-vient manuels, frottes-toi contre un coussin, donnes-toi du plaisir devant et tant pis si cela contredit tout les principes évoqués ici et ailleurs. Le principal est de chercher à prendre du plaisir par derrière en même temps que par devant, d’en prendre conscience puis petit à petit ne faire que ça.

    D’ailleurs je cernerais deux phénomènes. Premièrement, cela prends du temps car je pense qu’il faut tout simplement développer sa musculature en cet endroit. Deuxièmement, c’est vrai, il faut t’enlever l’habitude de te masturber. Ton cerveau ne trouve juste pas cela normal que le plaisir monte sans cela, pire, qu’une jouissance est possible. Je pense d’ailleurs que c’est le fameux plafond de verre dont beaucoup parlent. Une des méthodes que j’ai utilisé pour le surmonter est de prendre du plaisir par devant uniquement en massant mon frein, voire en utilisant un vibromasseur en cette zone. Ça m’a permis de passer une première étape qui est d’habituer mon cerveau à jouir sans va-et-vient.

     

    Voilà pour mes premiers conseils, n’hésite pas si tu as des questions ou si tu as besoin de précisions, je serais très heureux de partager avec toi.

    #44323
    Caktil
    Participant

    Bonjour @curieuxjj24,

    Je viens de voir ton message. En effet, je ne viens plus aussi fréquemment sur ce site qu’il y a quelques mois.

    Je n’utilise pas souvent le Tempo ou ses cousins les Peridises, comme tu dit si justement.

    Et à chaque fois (ou presque) je me dit qu’il faudrait que je les utilise plus souvent tellement ils sont efficaces !

    Par une étrange coïncidence (!?), j’ai fait une séance mémorable avec mon Tempo lundi passé, soit le 25 juillet dernier.

    Je ne fais pas vraiment quelque chose de différent par rapport à mes séances avec masseurs prostatiques.

    Relaxation, détente musculaire, respiration contrôlée et caresses sur les tétons. Et une fois que l’orgasme commence, détente, détente, détente ! De cette façon, j’arrive à me plonger dedans et à laisser le plaisir envahir mon corps.

    Pour ce qui est de la profondeur de l’insertion, je laisse la 2e petite « boule » à l’extérieur de mon anus. C’est, sauf erreur, la position idéale et recommandée par Aneros.

    J’ai donc eu une séance extraordinaire lundi passé, avec beaucoup d’orgasmes que je ne saurais définir. Était ce des orgasmes annaux ? Prostatiques ? Je pense que c’était des Dry-O’s, prostatiques, donc. Plus ou moins intenses. J’ai eu la chance de pouvoir classer deux ou trois de ces orgasmes  dans la catégorie « meilleurs de ma vie ». Bref, comme je le disais plus haut : une séance mémorable.

    Pour ce qui est des mouvements péristaltiques, il me semble que j’ai vécu ce phénomène seulement au cours de ma toute première séance avec le Tempo. Et c’était très bon !

    Je te souhaite plein succès dans ton cheminement, take care !

    #44256
    bzo
    Participant

    sans chercher quoi que ce soit qu’essayer de sentir les mouvements, sans autre but.

    A coté, je vais quand même devoir y aller pas à pas, tester différentes contractions, differents états de fatigue/détente relative. Il faut juste que je trouve l’indice et l’avancée se fera. C’est arrivé ainsi pour le contrôle de base des muscles internes. Au début, c’est mort, puis un jour paf, je capte et voila, je peux m’exercer sans rien. J’imagine qu’à un moment, ca fera pareil pour l’etat d’esprit et que la partie analytique en aura marre de refaire le même niveau et arrêtera de chercher pour juste se promener. Je le connais, à un moment il finira par se lasser de se poser sans arret les mêmes questions sans trouver de réponse.

    cela semble tout à fait pertinent, on ne peut , en effet progresser

    qu’en se fiant à soi-même, à ses tripes, à son jugement, en définitive

     

    sauf exceptions, ceux qui essaient d’appliquer à la lettre des consignes,

    en sont pour leurs frais et tournent en rond,

    non, la seule manière, c’est de s’écouter et encore de s’écouter

     

    cela s’apprend aussi, bien sûr,

    s’écouter,

    ce n’est pas réfléchir ce que l’on va faire

    mais déduire de son ressenti,

    des informations qui montent de la chair,

    en temps réel,

    la suite des opérations,

    dans l’instant de l’action

     

    Ces deux prochaines semaines, déja, je vais tester au niveau lubrifiant. J’utilise principalement du à l’eau, mais vu la longueur des sessions, peut-être que l’absence de sensation pourrait venir qu’il seche. En général quand j’utilise l’hélix en plastique, je mélanger celui à l’eau avec un autre au silicone. Je testera uniquement silicone pour voir, et j’ai lu que l’huile de coco faisait assez bien le taf aussi et ne sechait pas aussi vite. On verra, on verra.

    pas mal de textes consacrés au sujet, ici

    mais aussi de tests par Adam et son “équipe”,

    l’huile de coco  et le beurre de karité, ont bonne réputation,

    avec les masseurs en plastique

    #44255
    Alokar
    Participant

    Pas de soucis, Bzo, je ne prends pas mal tes remarques et commentaires. Elles entrent dans le processus d’analyse de tout ca et il est évident qu’un telle pratique est différente pour tous.

    Je suis conscient que cette pratique est pas mal aux antipodes de ma manière d’être. C’est un peu l’intérêt de la tenter, à vrai dire. Pour l’instant, je sais qu’un autre obstacle est que je cherche trop l’approche -type des O ejaculatoires mais je comprends bien qu’en principe c’est plutot dans l’autre sens. Du coup, je garde les sessions de we pour etre “hors chrono” et me dire que je vais juste prendre le temps, sans chercher quoi que ce soit qu’essayer de sentir les mouvements, sans autre but.

    A coté, je vais quand même devoir y aller pas à pas, tester différentes contractions, differents états de fatigue/détente relative. Il faut juste que je trouve l’indice et l’avancée se fera. C’est arrivé ainsi pour le contrôle de base des muscles internes. Au début, c’est mort, puis un jour paf, je capte et voila, je peux m’exercer sans rien. J’imagine qu’à un moment, ca fera pareil pour l’etat d’esprit et que la partie analytique en aura marre de refaire le même niveau et arrêtera de chercher pour juste se promener. Je le connais, à un moment il finira par se lasser de se poser sans arret les mêmes questions sans trouver de réponse.

    Ces deux prochaines semaines, déja, je vais tester au niveau lubrifiant. J’utilise principalement du à l’eau, mais vu la longueur des sessions, peut-être que l’absence de sensation pourrait venir qu’il seche. En général quand j’utilise l’hélix en plastique, je mélanger celui à l’eau avec un autre au silicone. Je testera uniquement silicone pour voir, et j’ai lu que l’huile de coco faisait assez bien le taf aussi et ne sechait pas aussi vite. On verra, on verra.

    Je pense que je vais mettre le sujet en pause ici. Au final, je tourne un peu en rond, et il est inutile de répéter les mêmes choses sans avancée :p On va déja voir les progres dans les deux prochaines semaines


    @Brother
    : Effet moyen avec moi. Je tente aussi jambes repliées, tendues, mêmes contre le mur, etc etc, mais ca ne change pas grand chose. Même essayé en le lestant pour accentuer la pression, mais bof bof ^^

    #44245
    Alokar
    Participant

    J’ai déja essayé, mais si je ne fais rien, je m’ennuie ou je m’endors. Le coté “sensualité presque spirituelle” fait pire parce qu’elle me met plutot en rogne.
    Au final, tout ce qui concerne l’état d’esprit, etc, cela va avoir au final plus tendance à me bloquer parce que je vais y penser et m’énerver la dessus ^^

    Ici, je vais tâcher de suivre le conseil de ne toucher à rien, et ne rien chercher d’autre que de trouver la bonne sequence/force à appliquer pour lancer les spasmes.  Pour l’instant, j’arrive aux contractions internes, je peux sentir les mouvements de l’eupho et du helix, mais elles amenent à des contractions plus fortes qui finissent par inhiber. J’ai enchainé des contractions totales et fortes suivies d’un relachement progressif, mais ca ne mene à rien, même si je les enchaine pendant 1h. Je vais tenter des contractions moyennes tenues dans le temps, pour voir.

    Au final, je sais que je pourrai probablement me détendre un peu plus mentalement, mais certainement pas aux stades que vous décrivez. Au pire, si cela fait que je ne pourrai pas aller plus loin, je n’aurai qu’a recâbler comme simple amplificateur d’orgasme éjaculatoire rapide.

    Au final, les différents points clés de ma pratique sont les suivants

    -O. éjaculatoire sans contact penien (d’ailleurs, sans même erection tant que l’aneros est en place, sauf dans les dernieres secondes) avec le helix et l’eupho, mais en m’aidant d’une main pour amplifier le mouvement. En général, j’essaie sans pendant une bonne heure, et si ca n’avance pas, j’utilise une main pour amplifier le mouvement de balancier. En général, j’arrive à un moment ou je tire sur l’aneros pendant que je contracte aussi fort que possible, on dirait que ca démarre quelque chose, j’alterne des haut-bas-gauche-droite, souvent en pressant un peu les bourses. Au final, ca fait un peu masturbation clitoridienne version mec ^^

    -Mitigé avec le wand Njoy : Un peu de mal à voir jusqu’où il doit aller, une fois la zone repérée, ca monte bien avec des mouvements circulaires (ca a un petit coté borne d’arcade, ca distrait le neurone analyste). Je sens une montée de tension, mais pas trop au dela des sensations réellement ressenties, à partir d’un certain stade (juste assez pour augmenter les battements cardiaque et faire un peu transpirer mais sans plus)

    -Echec avec les vibration de l’helix. A moins de les garder pour le dernier moments, apres genre une minute, je dois augmenter en V2 puis 3 et cela coupe tout
    -Echec avec le progasm jr : surtout l’impression que cela écrase. Je le trouve trop envahissant, ce qui me bloque

    -Mental : Je m’exerce le we quand j’ai le temps, ou en semaine  (ce qui n’aide pas au sommeil vu la longueur des sessions). En général avec l’eupho en semaine (parce que je m’exerce environ 2 jours sur 3 et l’eupho étant moins gros, j’ai l’impression de moins soliciter les boyaux. Avec des sons binauraux,la détente etc je peux arriver a un genre d’état semi hypnotique ou je me concentre sur la prostate.  La difficulté encore une fois est que sans stimulation visuelle, cela m’ennuie tres vite. Et avec, j’ai plus de mal à rester concentré sur les sensations internes, grr.

    Je sens que je bloque pas loin de l’enchainement de spasmes, mais c’est a cause des questions techniques non résolues qui prennent systematiquement le pas. Avec quelle force contracter, est-ce que les spasmes doivent etre rapides ou pas, avec un retour a l’état de détente, ou depuis un état de contraction interne de plus en plus conséquent, etc.

    En fait, je pensais pouvoir trouver une animation anatomique,genre schema actif, mais a part une tres courte video, il y a étonnement peu et je n’ai pas la patience de juste écouter des gens discuter de ca en mode facecam sans autre support d’info ^^
    Enfin, j’imagine que si le cheminement était simple, cela se saurait. Le bon point est que si j’y arrive quand même un jour, j’aurai l’analyse technique en bonus avec

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 4 mois et 3 semaines par Alokar.
    #44229
    Alokar
    Participant

    Bonsoir,

    As tu essayes de ne rien faire pendant tes séances

    En général, mes essais sont assez long, de l’ordre de 2h. La premiere demi-heure, je tente justement de ne rien faire, de lire un truc pour me détendre avant de préparer la relaxation etc. mais cela ne fait pas grand chose (je dois approcher des 30 essais). L’eupho est aussi celui qui se démarque le plus. Moins intrusif, si je veux essayer tous les jours, cela ne cause pas de soucis.  A coté, je commence seulement doucement a sentir la prostate avec l’helix. Par contre, progasm jr et l’helix vibrant (actif), tres bof, ca anesthésie plus qu’autre chose.

     

    c’est tellement à l’opposé de ma façon de pratiquer

    En effet :p Du coup, je pense qu’on risque de tourner en rond, car j’écoute aussi mon instinct, mais il n’est qu’une voix parmi d’autres. Le lacher prise ne sera juste pas possible, car je ne perds pratiquement jamais le contrôle, dans aucune circonstance et ce n’est pas faute d’avoir essayé. Au mieux, je me désinhibe, mais je ne lache pas les rennes. C’est pour ca que le seul moyen de laisser plus de place à la voix de l’instinct est d’abord de satisfaire les attentes du technicien pour qu’il retourne dans son poste d’observation avec son calepin et coche en silence pendant que les autres avancent dans le boulot.

    De toute facon, la pratique prostatique est à l’opposé complet de ma facon d’être. Je ne me mets pas la pression, j’essaie de continuer en mode “technique de maitrise du corps” mais tout ce qui est confort, sensations (surtout agréables), détente et laisser aller, ce n’est pas trop ma mentalité ^^

    On verra jusqu’où j’irai. Vu la somme investie dans les différents modèles, je ne compte de toute facon pas laisser tomber comme ca et cela change un peu de la routine de la simple pratique éjaculatoire. Si je vois que cela continue de bloquer, je pense que je testerai avec cbd, ou avec l’hypnose (même si encore une fois, l’autosuggestion marche pas mal, mais l’hypnose passive bloque, donc les playlists type hypno-aneros ne fonctionnent pas, ou alors m’endormir avec et mettre le reveil pour 1h30 plus tard, à voir.
    Le principal ennui est que les interrogations “techniques” restent en suspens.

    #44221
    bzo
    Participant

    il y a souvent une mauvaise interprétation de mots genre  “détente” ou encore “relaxation”

     

    ce n’est pas juste une action physique, on se détend, on se relaxe , physiquement

    et voilà c’est bon,

    je dirai même que c’est moins cela,

    qu’une détente intérieure, une ouverture, une façon de se laisser aller, intérieurement,

    devenir réceptif, dans sa chair

     

    l’écoute et la réceptivité,

    être à l’écoute et être réceptif,

    c’est donc moins une action physique qu’une sorte de mouvement intérieur

    qui implique le corps et l’esprit,

    on rend le terrain  favorable, à la réception des sensations,

    au dialogue avec sa prostate,

    dans toutes les couches, pas seulement une relaxation, une détente,  physique, donc

     

    l’esprit, en général, est tellement imperméable, a tellement des canaux prédéfinis

    pour la réception des informations venant du corps,

    il faut faire sauter tout cela,

    qu’il y ait un lien de communication, large comme un boulevard , qui s'(établisse,

    entre le corps et l’esprit

    pour que le flux du plaisir prostatique, puisse passer

    #44220
    Franck
    Participant

    Merci pour la réponse et les conseils.

    J’ai refait quelques sessions, pour l’instant c’est vraiement debout que les sensations de glisse sont les meilleures.

    Après avoir lu les autres sujets, je vais aussi repasser plus de temps sur la partie relaxation, je l’avais un peu zappée,  il faut dire qu’une fois j’avais sorti le grand jeu et pris un bain chaud après insertion, et là malgré la détente, flop total, zéro sensation, super déçu.

    A boentôt pour des nouvelles

    #44215
    Alokar
    Participant

    Yep, j’ai lu le traité, et pas mal de postes.

    Au début, je négligeais pas mal la phase décontraction mais j’y consacre plus de temps, voyant son impact.
    Histoire d’aider pour la détente, je vais voir ce que cela donne avec du cbd.

    J’ai déja tendance a aller assez durement dans la pratique solo habituelle, au point de parfois me blesser alors la pratique prostatique est l’inverse complet de ce à quoi je suis habitué.

    Pour l’instant, je shifte la pratique en m’aidant d’une main pour augmenter et centrer les sensations sur le glissement sur la prostate, et quand ce sera repéré, je recommencerai sans les mains.
    La visualisation aide pas mal aussi à rester tourné vers l’intérieur (encore une fois l’inverse de mes habitudes, où j’ai besoin de visuels) et j’essaie de m’imprégner de l’idée que ce n’est pas la force de contraction qui augmente la sensation, mais la subtilité de la stimulation. Plutôt que d’imaginer avoir affaire à un sac de frappe dans lequel se défouler, j’imagine plus un ruban de soie qu’on laisse glisser dans la main, etc.

    En tout cas, la plus mauvaise erreur que j’aurai fait aura été de m’acheter le modele moyen avec vibreur. Je suis déja moins fan des modèles silicone, et si les vibrations peuvent faire leur effet, elles ne s’improvisent pas…les activer quelques secondes avant un pic est top mais devoir tendre la main pour l’activer casse le rythme. Et le laisser activer désensibilise tres vite la prostate et fou toute la préparation en l’air. Au final, je seul intéret que j’ai trouvé au joujou vibrant, c’est comme bonus pour une pratique centrée sur le penis avec stimulation prostatique en parallèle (aussi appellée “methode de vidange express”)

    Au final en fait, je procede non pas en suivant les guides mais par élimination. Si on arrivait à quelques chose par la force des contractions volontaires, j’aurais déja eu des résultats. Si on y arrivait sans préparation idem, et si le choix du modele était la clé, probablement aussi (face aux échecs et pour ne pas me lasser, je teste a tour de role sur le helix, eupho, progasm jr et l’autre qui vibre. Et c’est avec l’eupho que j’arrive au meilleur résultat au final)

     

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 5 mois par Alokar.
    #44211
    bzo
    Participant

    tu as réussi à avoir des premières réactions de ton corps,

    c’est tellement important, cela,

    cela te prouve qu’il y a quelque chose qui peut réagir à tes sollicitions,

    que cela peut se passer, aussi, dans ta chair à toi

     

    Voilà pour dire que je suis ravi du résultat. C’est tellement bien qu’en ce moment je fais ça tous les soirs (apparemment c’est un rythme trop élevé).

     

    absolument pas, je sais bien qu’on peut lire à gauche et à droite, de pratiquer tous les deux trois jours

    mais si l’envie est là, de le faire à un rythme plus élevé, alors ne te gène pas,

    fais-le autant que tu veux, tant que cela n’empiète pas sur tes autres activités,

    ta vie sociale, tes relations avec les autres

     

    Puis un soir je change de méthode, je me mets en mode RELAX à fond, dans les bonnes conditions, je respire consciemment, j’évite le porno mais j’utilise plutôt des pensées sympas

    c’est très bien cela, utiliser ses propres fantasmes, pensées pour s’exciter, plutôt que du porno,

    c’est très important, pour moi,

    c’est vraiment aller dans une bonne direction,

    le porno peut aider, dans un premier temps

    mais après, cela devient une voie de garage,  on ne progresse plus

     

    • Les 20 premières minutes je fais de la respiration abdominale, avec de la musique de détente / relaxation, yeux fermés, en chien de fusil (je trouve que c’est pas mal car la jambe du dessus appuie légèrement sur la prostate.
    • Ensuite je contracte légèrement pour “titiller” la prostate, et là (je sais pas si j’explique bien le phénomène), je sens la prostate gonfler, le masseur appuyer de plus en plus dessus (ou même le sentiment que le masseur passe au dessus de la prostate -quitte à avoir le sentiment qu’il se coince), et en même temps le pénis aussi réagir à la prostate, bref c’est cool. En même temps je ressens comme des fourmillements au  niveau du bassin

    tu y es, tu as bien compris comment il faut faire

     

    comment progresser?

    continuer comme cela,

    persister, patienter

    #44199
    Alokar
    Participant

    Cette seconde partie risque d’être compliquée, je ne suis pas du tout du type calme, détente et relaxation ^^ Je vois le truc d’un point de vue plus analytique. Calme= détente musculaire=plus grande amplitude dans les contractions=plus de mouvement, etc etc.

    J’ai pas mal de doute sur ma capacité à aller plus loin, ce qui ne va pas aider vu l’importance du psycho dans cette pratique. Mais bon, je me dis qu’en continuant à chercher, je trouverai bien le bouton pour déclencher les premiers passifs, puis continuer dessus et voir ce que cela donne. N’empêche, si tous les muscles pouvaient tenir 2h en fortes contractions sans spasmes comme ici…

    L’avantage d’avoir été un peu vite dans les achats, c’est que du coup, j’ai plusieurs modèles pour tester, et au final, j’ai l’impression d’avoir de meilleurs résultats avec l’eupho. Le fait qu’il soit syn est assez chiant au final, parce que je trouve les courbes moins marquées qu’avec les versions plastiques.

    Enfin, pour l’instant, c’est la recette pour ces spasmes qui ne veut pas se montrer. Mon max, ce sont des tremblements en contractant a fond tout le bas du corps mais c’est pas terrible, ca a plus tendance a écraser et à force, à endormir la prostate, j’ai l’impression.

     

    Coconut51
    Participant

    Bonjour à tous,

    Je créé un petit topic car j’ai quelques questions et j’aimerai vous partager mon expérience.

    Donc je commence par le début (logique :D) :

    Il y a quelques mois je tombe sur une vidéo info (sur Tiktok comme quoi ça peut être utile parfois 🙂 ) qui parle de l’orgasme prostatique. Ca m’intrigue (j’avais entendu parler de la prostate mais que sur l’aspect “cancer” et toucher rectal. Bref j’y connaissais queudalle. Donc le soir même j’essaie de l’atteindre par mes propres moyen (les doigts) et ça me fait rien (logique me direz vous). Mais je me commence à me renseigner sur des articles, des vidéos youtube. Jusqu’à tomber sur le Traité d’Aneros et donc je le lis bien et me commande un Aneros (c’était Novembre 2021). Je reçois le bouzin avec du lubrifiant et j’essaie (j’étais super excité mais bon je savais qu’il fallait être patient avant d’arriver à quelque chose de tangible).

    Plusieurs séances, et rien. Rien de rien (je dis ça pour ceux qui découvrent et comme moi se demandent s’ils ont bien une prostate). Plusieurs mois même sans rien, j’essaie tout, mais mal. Je force sur l’Anéros (comme quoi j’avais vraiment rien compris à l’époque, même une fois je me masturbe avec l’Anéros, sans effets bien sûr). Je vais même acheter un truc dans un sex shop un peu plus gros (et vibrant), et ça ne me fait toujours rien.

    Puis un soir je change de méthode, je me mets en mode RELAX à fond, dans les bonnes conditions, je respire consciemment, j’évite le porno mais j’utilise plutôt des pensées sympas. Puis je fait bouger l’Anéros subtilement, et, sans que ça soit explosif, je commençais à comprendre le mode de fonctionnement (subtilité des mouvements, rythme, respiration profondes et plus lentes pour voir ce qui marche).

    Bref au moment où je n’y croyais plus je voyais un petit résultat.

    Le passage ci-dessus pourra surement parler à ceux qui se décourageraient.

    Et donc, depuis plusieurs séances, je progresse vraiment sur le plaisir prostatique. Je vais tenter de le décrire ( pas facile car tout ce que je lis ne correspond pas tout à fait à ce que je ressent moi) :

    • Les 20 premières minutes je fais de la respiration abdominale, avec de la musique de détente / relaxation, yeux fermés, en chien de fusil (je trouve que c’est pas mal car la jambe du dessus appuie légèrement sur la prostate.
    • Ensuite je contracte légèrement pour “titiller” la prostate, et là (je sais pas si j’explique bien le phénomène), je sens la prostate gonfler, le masseur appuyer de plus en plus dessus (ou même le sentiment que le masseur passe au dessus de la prostate -quitte à avoir le sentiment qu’il se coince), et en même temps le pénis aussi réagir à la prostate, bref c’est cool. En même temps je ressens comme des fourmillements au  niveau du bassin.

    Voilà pour dire que je suis ravi du résultat. C’est tellement bien qu’en ce moment je fais ça tous les soirs (apparemment c’est un rythme trop élevé).

    Au niveau des questions, comment progresser un peu plus dans mon parcours, comment ralentir le grossissement de la prostate pour prolonger l’effet?

    Voilà, j’espère que ce petit texte vous aura plus, j’ai 36 ans et jamais de ma vie j’aurai pensé découvrir quelque chose d’aussi fort sexuellement à mon âge.

    Au plaisir de vous lire… 🙂

    #44186
    Alokar
    Participant

    Depuis le dernier post, les progres restent limités, malheureusement.

    J’arrive à un orgasme ejaculatoire avec peu de contact ou en faisant bouger l’aneros un peu plus à la main, mais pas sans aucun contact.  Je n’arrive pas non plus au début de la sensation de chaleur dans les jambes, etc, et au moment ou je pense avoir enfin quelques tremblements, je me retrouve surtout à contracter parce qu’autant au début, je sens le mouvement sur la prostate par les contractions, autant apres les exercices de tension/détente, ces sensations tendent à diminuer…

    Enfin, j’imagine qu’il faut continuer à être à l’écoute, tester les mouvements, etc. Ce qui est un peu ennuyeux est que j’essaie de prendre le temps (des sessions de parfois 2h) mais termine frustré ou restant sur ma faim, meme en cas de léger O ejac.. Encore du mal à voir si je contracte trop ou pas assez et si les contractions involontaires viennent quand les muscles sont relachés, ou plus comme pour la méthode de massage avec les mains où les tremblements se font en contractant fortement les muscles des bras.

    Enfin, on continue, c’est pas une course :p

    QCAnalBoy
    Participant

    Bonjour,

    J’aimerais partager mon expérience avec l’utilisateur de deux masseurs Aneros différents, pour une même session.<span class=”Apple-converted-space”> </span>

    Le premier masseur que j’ai acheté est le Aneros Helix. Comme plusieurs le disent, il est de taille parfaite pour débuter. L’insertion se fait en douceur et il bouge facilement dans le rectum. Au début de ma démarche, mes sessions était douces avec quelques petits tremblements au niveau de l’anus et la prostate. À force de persévérer, j’ai réussi à atteindre de très bons orgasmes. Je ressentais de bonnes contractions au niveau de la prostate, l’anus, le rectum, les fesses, les muscles abdominaux… J’étais très satisfait de mes sensations et de ma démarche. Par contre, j’avais l’impression que je n’avais pas encore atteint mon plein potentiel orgasmique, que le meilleur était à venir.

    Je suis un adepte de stimulation anale depuis plusieurs années, bien avant que je m’intéresse au massage prostatique. Je considère que mon anus est expérimenté à l’utilisation de jouets anales. J’ai plusieurs dildos et plugs, de différents tailles et textures, pour satisfaire mes désirs de pénétration, de sentir mon anus stimulé, étiré. Bref, la pénétration anale est naturel chez moi. Mon anus est mon vagin symbolique. Avec cette expérience, j’ai été attiré par l’Aneros Progasm, un masseur de grande taille, réputé pour sa sensation de remplissage qui me fait tant vibrer. Je me disais : « Peut-être que j’ai simplement un grand ou gros anus. » Ça se peut ça? Après tout, il y a bien différentes tailles de pénis… Ma conclusion était que le Progasm était le masseur qui s’agencerait parfaitement avec la grosseur de mon orifice.

    Mes premières séances avec le Progasme furent bien, mais je trouvais que le masseur, par sa taille, était assez intense en début de session. C’était agréable, mais je trouvais difficile de me détendre. J’avais l’impression que l’intensité court-circuitait mes orgasmes. Ma prostate semblait bousculer par la pression plus importante du Progasm… Peut-être que mes muscles de l’anus et du rectum sont très puissants. Au bout du compte, je l’utilisais pas tant que ça, considérant que je préfère la douceur du Helix.

    Mais les choses ont changé…

    Un soir, je débute une session avec le Helix, couché sur le dos. Je relaxe à fond et je réussi à me donner 1-2 petits orgasmes. Mais bon, je sens que ma prostate en veut plus, je décide donc de changer pour le Progasm. À peine 5 minutes plus tard, mes jambes tremblent plus que d’habitude, ma prostate s’énerve beaucoup, les pulsations d’accélèrent à un rythme que je ne connais pas… J’atteins déjà un niveau de plaisir incroyable et sa continue de monter. Mon pénis se raidit comme jamais et mes jambes convulsionnent, je ne les contrôle presque plus. Je commence à gémir, avec des sons dont je ne suis pas habitué de faire… les contractions de ma prostate, de mon anus et tout le bas de mon corps atteigne un niveau record, le Progasm se promène dans mon rectum avec un intensité monstre. Le Progasm ne me fait plus l’amour… il me baise!!! Les contractions sont si intenses et savoureuses! Je gémis avec une intensité incroyable, je crie de plaisir.

    Lors des sessions suivantes, j’ai appliquer de nouveau cette formule mathématique simple (Helix + Progasm = orgasmes exponentiels )<span class=”Apple-converted-space”>  </span>Je suis accro.

    Bref, le Progasm est une brute, il m’élève à un autre niveau orgasmique. Par conte, dans mon cas, j’en tire le maximum quand il travaille en équipe avec l’helix, ajoutant ainsi une phase préliminaire aux sensations plus intenses que procure le Progasm. J’ai le sentiment que l’Helix amène doucement ma zone anale à un état d’excitation et de détente musculaire adéquate à une transition vers le Progasm.

    Je ne sais si je suis le seul à adopter cette méthode, mais je me dis que c’est peut-être une avenue à explorer pour ceux qui obtiennent moins de résultats. L’idée n’est pas de vous faire dépenser plus, ces jouets sont dispendieux, mais si ça peut aider quelqu’un, tant mieux!

    J’ai commencé à filmer quelques sessions d’Aneros. J’étais vraiment curieux de voir comment je réagissait à l’orgasme, avec un regard extérieur. J’ai maintenant une petite collection de vidéo de très gros orgasmes prostatique. C’est vraiment instructif et excitant. Je place la caméra entre mes cuisses, juste devant mon anus et mon pénis. C’est un excellent point du vue pour voir comment travaille le masseur, le tremblement des fesses et des jambes, le pénis qui gonfle pendant l’orgasme, etc. De plus, on entend très bien nos gémissements, nos cries, nos paroles. Personnellement, le son de j’émet son relativement unique. Ça ma surpris, même gêné au début. Bref, c’est très excitant de se voir jouir, de voir notre corps convulsionner, comprendre comment bouge le masseur, de gémir, de voir son pénis durcir à chaque orgasme. Je vous le recommande c’est instructif de comparer ce qui se passe dans notre tête à ce qui se voit de l’extérieur.

    #44147
    Alokar
    Participant

    Ha oui oui, je confirme que j’aurais pas du en choper plusieurs sur un coup de tête, surtout qu’au final, je n’utilise concrètement que le premier. Et du coup, je doute utiliser les deux autres avant un tres long moment. Tant pis, ca partir dans les dépenses loupée.

    En effet, cela fait assez peu de temps que j’ai capté que la partie “détente, et attendre avant de vouloir lancer les contractions” est partie intégrante du processus et par juste pour le decorum.  Je vois l’intérêt de se mettre en mode “tension corporelle zero” vu que la rigidité musculaire bloquerait les mouvements et diluerait les sensations.

    Ici, plutot que de faire les “tests de progressions” en semaine, y passer 2h et me retrouver avec des cernes mauves le lendemain, je vais plutot faire un genre de planning et le réserver pour le we, où je ne me sentirai pas tendu à l’idée de devoir improviser une meditation. La prochaine étape est d’arriver a rester sur la visualisation interne et ne pas bloquer le début des contractions par une tension complete.

    Mine de rien, je comprends pourquoi cette courbe de progession est appellée “le chemin”. Pas si facile de switcher d’une approche penienne et musculaire à une approche plus intérieure et laisser-faire

    #44146
    Marclof
    Participant

    Bonjour Alokar,

    Je me considère encore comme débutant, mais je peux partager les quelques déclics que j’ai obtenu. Pour commencer j’ai l’impression que tu as déjà beaucoup de masseurs. Je vais faire un parallèle avec la musique, j’avais l’impression qu’acheter plusieurs instruments me ferait progresser plus vite et devenir un meilleur musicien or c’est tout l’inverse. Il faut vraiment que tu comprennes qu’actuellement ce n’est pas le jouet qui est ton principal problème, mais plutôt ton état d’esprit et ta sensibilité a ressentir le plaisir. Premièrement, si j’étais toi, je commencerais par choisir qu’un seul masseur parmi ceux que tu possèdes et je ne m’entrainerais qu’avec celui là pendant plusieurs semaines. Au-delà de ce point, j’ai réellement progressé quand j’ai appris à me détendre. Il y a deux sortes de détente a entraîner, la première est musculaire et la seconde est mentale. Commence déjà par essayer de d’étendre toute la zone anale, pc, etc. C’est un exercice qui n’est pas forcément simple puisqu’on est habitué à contracter ces muscles en permanence. La première fois que j’ai connu l’orgasme prostatique c’etait justement en faisant cet exercice. Il faut que tu arrives à faire en sorte que ton anus soit le plus neutre possible, tu ne dois pas pousser, mais tu ne dois pas non plus te contacter. En faisant cela tu va pouvoir te concentrer sur tes sensations et peut être que tu va pouvoir sentir les micros mouvements du masseur.

    Globalement quand je te lis j’ai l’impression que tu fais la même erreur que j’ai pu faire, tu cherches a amplifier les sensations (nouveaux masseurs, contractions, méditation bi-neural) afin de resentir qqchose. Or il faut que tu arrives à comprendre que les sensations sont là, il ne faut pas les amplifier, mais il faut calmer tout ce qui a autour pour pouvoir les resentir.

    Donc essaye de te calmer, détends tes muscles anaux et laisse toi le temps, il ne faut que tu te dise “peut être que ça serait mieux avec tel masseur, ou avec tel son bineural”. si a un moment tu sens plus de plaisir, un emballement ou autre, n’essaie surtout pas de plus contracter, continue ce que tu fais avec la même intensité (ou plutôt la même non-intensité) et profite de tes sensations et de l’instant présent. Cela augmentera tout seul si tu arrives à garder ce calme et ressentir l’instant présent.

    Voilà les déclics qui mon aidés à progresser, j’espère que ça t’aidera aussi.

    Bonne chance 🙂

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 572)