Toutes mes réponses sur les forums

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)
  • Auteur
    Articles
  • en réponse à : Journal d'un prostatomane II #26977
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bjr Bzo,
    tes avancées paraissent en effet prometteuses.
    Qd tu seras au point, il faudra que tu nous organises une petit séminaire de 3-4 personnes pour transmettre ce savoir et l’expérimenter ensemble comme l’atelier d’Adam et Nathalie 😉
    Quand tu es tête dans l’oreiller, est-ce le mouvement du « tapis roulant » que tu provoques ? contraction roulante de l’anus vers le périnée qui resdescent ensuite vers l’avant ?
    Peux-tu stp décrire ton cycle respiratoire ? avec des petits gémissement ou pas ? Je m’aperçois qu’ils viennent chez moi assez naturellement et qu’ils ont tendance à encore renforcer le plaisir.
    Je pense en effet comme toi qu’arriver au plaisir sans accessoire, uniquement avec nos organes, nos tissus, notre lubrification naturelle, les caresses de l’ensemble du corps doit être qqch d’extraordinaire et j’ai hâte d’y parvenir.
    A plus.

    en réponse à : Premières expériences #26973
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bonjour à vous,
    après 2 journées sans post car j’étais parti renouer avec l’expérimentation… La lecture du forum m’a donné de recommencer mais avec une nouvelle approche, celle de viser l’anéroless…
    Néanmoins pour reprendre, après une bonne douche pour entamer la relaxation, l’exploration des caresses et massage de mes tétons sur lesquels ne m’étais jamais attardé plus que cela, j’ai ressorti mon Vice resté dans une boite depuis plusieurs mois, voir années. Comme la batterie était HS, je l’ai introduit comme cela avec l’idée de tout simplement de le garder en moi en continuant de travailler le soir assis à mon bureau avant d’aller me coucher et de ressentir ce qui se passe… Ce fut intéressant car le fait de l’avoir sans un but précis fait qu’on le ressent de différentes manières en fonction des positions que l’on prend. J’ai donc pu contracter par moment ou relâcher, le sentir glisser, monter, descendre, engendrant des formes de plaisirs accentués selon que je respire plus ou moins profondément ou même que je caresse mes tétons.
    A ce sujet, ayant testé la caresse de tétons au bureau, j’ai même pu ressentir des liens directs avec mon « bas-ventre » sans savoir encore exactement où ça agit et comment, mais savoureux en tout cas. J’ai remarqué que ce genre de caresse a même tendance à troubler ma vue, à ajouter comme des voiles translucides dans mon champ de vision, étrange… Je vais continuer à expérimenter.
    Pour revenir au Vice, je l’ai donc gardé plusieurs heures comme cela à mon bureau avant d’aller me coucher… et là j’ai donc essayé, sans musique, sans image (cf. Jieffe) de me détendre, de me caresser tout le corps, croiser, serrer les jambes. J’ai ressenti plusieurs sensations agréables donc certaines nouvelles en effet par rapport à mes expériences des dernières années ou je vais directement me stimuler avec 1 ou 2 doigts… Je veux laisser le temps au temps et à l’accentuation des ressentis en essayant d’éviter les frustrations car forcément, ça ne vient pas aussi vite que j’aimerais et surtout de ce que je lis de vos « extases »…
    Alors WTIL, comme toi, je vais devoir accepter que ça puisse mettre un peu de temps (ou pas !)
    Dans tous les cas, ce partage que nous avons ensemble est encourageant car nous savons tous que nous passons par des hauts et des bas de plaisirs en fonction des expériences et des moments.
    Je finis en signalant donc que j’ai gardé mon VICE en moi ces deux dernières nuits mais que j’ai quand même été obligé de l’enlever en fin de nuit car sa base s’étant asséchée, cette sensation du silicone collé à mon anus était plutôt douloureuse, dommage, car c’est une belle sensation que de se sentir partiellement « rempli » une grande partie de la nuit. Si quelqu’un a une solution pour pouvoir le garder sans douleur, je suis preneur.
    A bientôt frères de sensualités 😉

    en réponse à : Mon petit journal #26930
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Vous me faites marrer les mecs 😉 !!! et c’est tellement beau de lire et suivre vos découvertes, vos sensations si bien relatées quand les mots existent.
    Je suis au bureau et effectivement, je me surprends à essayer de titiller mes tétons à travers mon pull et mon t-shirt… et c’est vrai que c’est bon… j’ai aussi essayé nu en me couchant hier soir… même si mes tétons sont tous petits 3-4 mm de diametre et plats peut-être 2-3 mm, ils répondent rapidement présents dès que je commence à les caresser.. Je me dis donc que moi aussi je vais surement pouvoir les développer. Même si c’est pas très clairement défini, je sens déjà qu’ils sont effectivement à d’autres zones et il y a déjà d’agréables sensations à approfondir.
    Plus au prochain épisode.

    en réponse à : Contrôle des contractions périnéales et anales #26918
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    @nydor01

    Géniale comme description aussi… j’ai hâte de faire fonctionner le tapis roulant dans les 2 sens…
    Je te remercie d’ailleurs car je crois que c’est toi que j’ai lu hier ou avant hier et qui m’a mis sur la piste 😉

    en réponse à : Contrôle des contractions périnéales et anales #26915
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bonsoir Jeff,

    j’essaie cette fois de faire court pour répondre à ta question :

    Pourriez-vous résumer simplement comment vous jouez simultanément des contractions du périnée et des sphincters pour connaitre des montées en puissance décisives ?

    Je ne suis que depuis hier ici, et comme le « sans aide extérieure » m’a interpellé et que j’étais sceptique notamment sur cette notion différenciée d’anal et périnéal, j’ai commencé à essayé simplement assis ou dans mon lit.
    L’ajout des respirations facilite les choses. J’ai donc commencé à inspirer puis bloquer quelques secondes en contractant d’abord la région anale (sphincter) 1-2 secondes puis en essayant de faire remonter cette contraction vers le périnée, j’imagine et ressens comme une petite balle qui roule vers le haut puis en fin de contraction je lâche la balle qui disparait en même temps que j’expire… Si je recommence et que j’enchaine, cela fait comme un roulement, un tapis roulant et une forme de plaisir ou plutôt une agréable sensation commence à arriver. Je me suis surpris au bout de quelques minutes à commencer à « ronronner » ou gémir d’envie de plus… Pour l’instant pas plus, mais c’était le premier essai. J’oubliais : bien sûr c’était sans objet à l’intérieur 😉
    Au point, j’ai essayer de faire tourner le tapis roulant dans l’autre sens, mais je n’ai pas réussi…
    Voilà, j’espère que ça répond un peu à ta question. Aux autres « frères de sensualité » de compléter ou de corriger ce que je viens de te dire.

    en réponse à : Journal d'un prostatomane II #26912
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bonsoir bzo,

    je ne veux pas personnellement associer à tout ce que je viens de décrire
    des mots comme « divin », y mêler des spiritualités ou de l’ésotérisme, taoïsme ou autre,
    je préfère rester tel quel avec ce que j’ai vécu, ce que j’ai ressenti,
    ne pas les enfermer dans des concepts, des tiroirs

    Pour éclaircir le sujet, je ne suis ni athée, ni pratiquant bien que comme beaucoup dans notre pays et société, j’ai été baptisé et j’ai suivi un enseignement catholique jusqu’à la communion… Je me suis ensuite détaché de cela pour revenir bien des années plus tard avec une vision bien large, plus universelle des croyances, des ressentis en me posant des questions sur le sens de la vie, de notre présence sur cette Terre, dans cet Univers par et au delà des fréquences, des atomes, des poussières dont nous sommes constitués. Ainsi pour revenir à ta remarque ci-dessus, je ne veux surtout pas mettre tes ou nos expériences dans ce domaine dans des boites ou des concepts mais juste signifier qu’elles viennent et viendront surement en résonance avec les uns ou les autres de ces concepts ou de ces disciplines. J’ai constaté ces 10-15 dernières années que peu importe par quel bout ou quelle discipline on aborde la vie, la mort, la santé, la médecine, l’alimentation, je finis souvent par retrouver des points communs, une trame, une cohérence qui semblent rejoindre des Vérités universelles quelle que soit la culture, le langue, la couleur des humains qui les pratiquent. C’est la raison pour laquelle, je pense que nous devons restés ouverts un maximum à tout de manière curieuse en restant critique, avec discernement pour commencer à effleurer la surfaces de ces Vérités.

    Je suis désolé, j’espère ne pas dénaturer ton « journal » car je suis loin de la prostate 🙂 et je me surprends moi-même à écrire tout cela ici. Etrange inspiration que ce site et ses visiteurs.

    tu vas sentir un sexe de femme entre tes jambes, sensation incroyable,
    espèce de cavité humide, souple, tout en sinuosités charnues et en nerfs
    et qui semble connectée au moteur de l’océan au niveau de la puissance des sensations
    dans les dernières phases de la métamorphose,
    tu vas sentir un corps de femme entièrement à la place du tien durant la séance,
    tu vas sentir des frissons tout d’un coup courir à travers tes membres, t’envahir,

    Je partage en grande partie ce que tu écris, même si je n’ai pas encore la chance d’avoir ressenti tout ce que tu as expérimenté… Cette sensation de vivre quelque chose de féminin, je l’ai ressenti lors de mes premiers jets de fontaine et de mes premiers violents orgasmes « spasmiques » (ça ce dit?) tellement le lien était évident avec ce que j’avais vu des orgasmes du point G. Oui, à ce moment, je suis dit : « si j’étais une femme » ou mieux « quand j’étais une femme » ça devait ressemblait à cela… Mais avec le temps, et c’est là que je te te soumets ma réflexion, je me suis approprié ces sensations en tant qu’homme ou homme avec un champ de conscience et ressentis élargi. Ce ne fait pas de nous des « super héros ». Doit-on obligatoirement vouloir rattacher cela à une métamorphose de notre corps d’homme vers un corps féminin ? à moins d’en avoir l’intime désir. Ces ressentis ne sont-ils pas plutôt des sens trop longtemps profondément enfouis en nous pour toutes raisons imaginables d’éducation, d’évolution de notre cerveau, de nos modes de vie au cours des millénaires… Nous les avons certainement toujours eu mais les avons mis de côté au profit d’autres centres d’intérêts comme nous avons oublié de regarder le voute céleste pour comprendre d’où nous venons, où nous allons (cf. Astronomie/Astrologie), comme dans quelques années avec les GPS et les GoogleMaps, nous aurons totalement perdu le sens de l’orientation, avec les tablettes et les claviers, nos mains ne seront plus écrire avec un stylo…

    Je m’écarte à nouveau du sujet. Pour moi, ce que nous expérimentons lors que nos voyages orgasmiques ne serait pas la transformation de notre sexe d’homme en sexe féminin mais plutôt le plein potentiel de notre corps, qui, qu’il soit masculin ou féminin possède finalement anatomiquement peut-être plus de points communs au niveau de ses tissus, de ces organes dans toute cette zone génitale et périgénitale que nous ne le pensons. La science et la médecine sont d’ailleurs un peu mises à mal ces dernières années car obligées d’accélérer le pas de leurs expériences pour répondre à nos questionnements sur ces sujets. Si vous voulez, je pourrais vous mettre en copie ce que j’ai trouvé hier à propos des dernières publications d’un chercheur anglais en décembre 2017 sur le plaisir prostatique et l’apprentissage qu’en tire le cerveau. Certains d’entre vous se reconnaitront car vous expérimentez sans le savoir exactement en parallèle ce que sont en train d’essayer de démontrer ces chercheurs 😉

    Je finirai par cela ce soir et là @bzo, je sais que tu seras peut-être critique 😉 Je suis convaincu qu’à l’intérieur de nos corps d’hommes et de femmes, nous sommes des âmes donc sans sexe et nues sans capacités à ressentir tout ce qui est terrestre et sensoriel … Nous empruntons justement ces habits terrestres sexués d’homme ou de femme (dans lesquels nous sommes d’ailleurs plus ou moins à l’étroit car plus ou moins bien ajustés et cela peut aussi expliquer certaines choses) pour venir vivre des expériences ici bas, pour apprendre, pour ressentir le matériel, pour évoluer, enfin pour ceux qui veulent 😉
    Attention, pour moi la notion d’âme n’a pas de connotation religieuse, mais plutôt universelle…
    Le grand couturier qui a conçus ces habits les a donc fait assez similaires avec les mêmes tissus en essayant juste de différencier quelque peu ceux des hommes et des femmes mais en laissant une multitude de possibilités entre le 100% homme et le 100% femme qui n’existent pas à mon avis… Aussi quand nos âmes, douées de grandes capacités, empruntent ces habits pour faire leur voyage sur Terre, elle ont le choix de les porter juste comme un poncho sur le dos ou de se les approprier et les habiter (habit/habiter) entièrement pour ressentir pleinement la vie au travers.
    Tu peux, je peux, nous pouvons donc expérimenter ces sensations universelles que nous croyons réservées aux femmes sans pour autant devoir métamorphoser notre corps.
    Voilà, voilà… je crois que c’est assez pour ce soir… Je ne suis pas prêt d’aller reprendre mes explorations si j’écris aussi longuement 😉

    en réponse à : Orgasme prostatique sans aides externes #26898
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bonjour Andraneros,

    et merci pour ton et votre accueil… Ce sera un plaisir de chercher, explorer et partager avec vous des valeurs qui semblent plus respectées et respectueuses que sur tous les endroits que j’avais pu visités ces dernières années. Bravo pour votre travail, fouillé, explicité, aussi précis que puissent le décrire les mots et pourtant jamais vulgaire. Ces sujets mériteraient vraiment d’être évoqués et partagés dans des groupes de paroles d’hommes comme existent les groupes de paroles de femmes partageant sur leur sexualité, leurs cycles, leur condition de mère, d’amantes… Ce serait si bien de pouvoir avoir des ateliers spécifiques (même en province) soit uniquement entre hommes, soit en couple…

    en réponse à : Journal d'un prostatomane II #26893
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    J’aimerais répondre comme vous en reprenant des passages de vos écrits en bleu mais comment fait-on? (sujet surement traité déjà maintes fois ici mais j’ai la flemme d’aller chercher)… Jieffe, je souhaite abonder dans le sens spirituel et sur la communion dans l’acte sexuel qui nous rapproche du divin (tout en étant Athé ou autre chose sans attache religieuse j’entends)

    en réponse à : Journal d'un prostatomane II #26892
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    bonjour bzo,

    et merci à vous de votre accueil.
    Non, je n’ai pas été choqué… J’ai parfois des envolées lyriques mais c’est de votre faute car c’est un tel plaisir d’avoir l’impression de pouvoir à la fois partager sur le sujet qui me titille depuis des années tout en partageant avec des personnes qui savent parler et écrire que j’ai eu du mal à contenir mon enthousiasme 😉

    en réponse à : Mon petit journal #26881
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    @Ch313
    Bonjour, je crois que ce que tu décris dans ton précédent post #26877 d’hier et qui correspond à mon type d’orgasme N°2 😉

    Bienvenu, car je ne serai plus seul à pouvoir parler d’homme « fontaine »… Tu as donc certainement été troublé également par la puissance de cet orgasme et celle des jets qui effectivement ne sont pas de l’urine sans savoir ce que c’est. Pour moi, c’est la même consistance et le même gout de le jet des femmes dites « fontaines ».

    La première fois que je l’ai expérimenté et les suivantes, j’ai tout de suite eu cette sensation et le lien avec le point G féminin et son éjaculation, une forme de bonheur d’expérimenter cet orgasme « foudrayant » qui continue pendant de longues secondes, voire minutes… et de pouvoir le répéter aussi longtemps qu’on en a la force et que l’on inonde pas les voisins du dessous 😉

    En tous cas, je crois que mon voeu de rencontrer des « frères » de sensualité est exaucé car tout ce que je lis ici depuis 24h apporte tellement de réconfort, de sens à ma quête de ces 10 dernières années, et apportera certainement des réponses et de nouvelles ouvertures pour transformer les hommes que nous sommes en prophètes de sensualité universelle permettant d’accroitre la tolérance, les respect et la compréhension des 2 sexes aussi bien dans nos psychologies que nos physiologies.

    Au plaisir de te (vous) lire.

    Christophe

    en réponse à : Journal d'un prostatomane II #26880
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bonsoir à vous Jieffe et bzo,

    Je viens de survoler vos posts des derniers jours : J’ADORE !!! c’est Magnifike ! comme dirait Cristina Cordula… Mais toute comparaison avec elle s’arrête là 😉

    Sérieusement, j’aime comme vous pouvez parler de vos recherches, explorations et découvertes prostatiques dans un langage et un échange aussi soigné, philosopho-esotérico-psychique ! 😉

    Je suis tout nouveau sur ce site comme je l’ai écrit dans Mon Poste de ce soir dans le sujet « Orgasme prostatique sans aide externe » avec une certaine expérience du plaisir prostatique mais si heureux de tomber sur votre « communauté » constructive, instructive et bienveillante…

    Vous lirez ma recherche principale initiale pour ne pas me répéter ici, mais en fait, grâce à vos échanges, je vais trouver tellement plus.

    Bzo, j’ai hâte moi aussi d’expérimenter avec et sans masseur (surtout sans d’ailleurs) jusqu’à me sentir comme « une chienne qui se traine dans la poussière en attendant la horde ». Bien sûr, pas vraiment comme cela, mais ça exprime tellement le désir et le plaisir que tu dois ressentir à ce moment, que juste le soupçon de celui-ci provoque une envie intense… 😉

    Dans tous les cas, vous finissez pour la plupart ici de me persuader que mon chemin pris il y a 10-12 ans vers la découverte du plaisir prostatique, et délaissé souvent pendant de longs pour y revenir de temps en temps, n’était pas uniquement physique et sexuelle mais bel et bien plus, un ascenseur vers la sensualité universelle, une expérience énergétique et spirituelle, un lien vers le divin au delà de nos enveloppes charnelles, une reconnexion à la fois avec nos racines et ce que nous avons vécu avant de venir sur terre et de retourner à la maison mère 😉

    J’arrête là, car pour un premier post, vous allez vérifier demain si un illuminé ne s’est pas échappé ce WE d’un institut spécialisé.

    Au plaisir de partager avec vous.

    Christophe

    en réponse à : Orgasme prostatique sans aides externes #26877
    AvatarMonplaisir14000
    Participant

    Bonjour à vous,

    Nydor01, Andraneros, Iogansan, Hedoniste, Jean74, Jieffe, entre autres, ou devrais-je a priori dire « frères de sensualité » ?

    Je découvre ce site par hasard et surtout ce post et son fil alors que régulièrement depuis des années, j’essayais, en vain, de trouver d’autres des pistes et des témoignages intéressants et enrichissants pour élargir mon champ de connaissance sur le plaisir prostatique.
    A vous lire, il semblerait que je puisse même aller au-delà et élargir mon champ de conscience 😉

    Pour être plus poli, je me présente rapidement. J’ai 45 ans, en couple et j’ai découvert qu’une autre approche de ma sexualité et sensualité était possible vers 33 ans. Jusqu’alors, même si je pense posséder comme vous un ressenti de mon corps et ouverture d’esprit un peu plus développés qu’une majorité des hommes, mes expériences avec les 2 sexes s’étaient cantonnées à un plaisir éjaculatoire classique. Bien sûr le toucher, les massages et autres préliminaires faisaient partie intégrante et naturelle de ma sexualité et le titillement ciblé de la prostate m’était inconnu, même si lors de pénétrations digitales ou phalliques, je m’étais quand même dit que quelque chose demandait à être approfondi à cet endroit…

    Ainsi, j’ai commencé à me documenter et à explorer cette voie avec les doigts et mon 1er Anéros… Et en effet, « miracle », la méditation et respiration de l’époque aidant, j’ai découvert que le massage minutieux et délicat de cette petite châtaigne qui, en gonflant sous les caresses, pouvait provoquer des plaisirs et des orgasmes extraordinaires. Orgasmes d’abord timides mais en apprenant à m’abandonner, j’ai parfois cru que ma tête aller exploser tellement la pression sanguine des contractions et les soubresauts de mon corps étaient violents. Je concède que cela arrive quand on a vraiment le temps devant soi : entre les préparatifs hygiéniques, la relaxation etc, c’est un luxe que l’on ne s’accorde pas tous les jours. Parfois, lorsque le temps ne s’y prête pas ou que ça met plus de temps à venir que souhaité, j’avoue écourter la séance et reprendre « la chose » en main 😉 pour revenir à un orgasme « conventionnel » même si plus fort que sans les stimulations prostatiques bien sûr. Je passe sur l’achat d’un second Anéros avec vibro que j’ai également abandonné. Pour tout avouer, je n’ai pas trouvé mieux au fil des années que la sensation de la main et la dextérité de mes doigts jusqu’à la lecture de votre fil qui m’a interpellé.

    Initialement, je cherchais plus de témoignages sur le type d’orgasme lors que la montée du plaisir prostatique par massage car rares sont les récits ou videos qui vont jusque dans le détail à ce sujet.
    En fait, j’ai constaté chez moi deux manifestations du plaisir prostatique au-delà du ressenti à l’intérieur même :
    – La première est une forme d’éjaculation lente, plus ou moins épaisse, plus ou moins translucide qui coule avec l’intensification du plaisir, ce que certains appellent le milking ou traite de la prostate, souvent évoqués médicalement comme nécessaire dans la prévention du cancer de la prostate. Celle-ci, je pense que chacun la connait
    – La seconde, sur laquelle j’ai plus de difficultés à échanger ou trouver des homologues, est plus particulièrement liée et associée au moment de l’orgasme même, cette forme de transe qui se manifeste et qui pourrait soulever le corps, comme je l’ai lu dans vos témoignages. A ce moment, chez moi, c’est un jet liquide comme l’urine qui est expulsé de ma verge simultanément à l’orgasme… Pour ceux qui connaissent, je compare cela complètement à l’orgasme du point G des femmes dites « fontaines ». Et là également, comme pour les femmes fontaines, il ne s’agit pas d’urine, je vous assure, mais bien d’un autre liquide… translucide, avec une odeur et un goût similaire à celui des femmes. Cet orgasme est reproductible plusieurs fois tout comme l’orgasme « sec » que vous décrivez dans votre ventre… Il est même addictif tellement les transes sont bonnes…

    Alors qu’il n’y a déjà pas beaucoup de « littérature » et videos sur le premier plaisir, je constate un vide sidéral médical et même généraliste sur le second. Il y a tout un tas de mec qui intitulent leurs videos « plaisir prostatique » et pour lesquels la video se termine par une masturbation manuelle et une éjaculation « standard ». Quelle perte de temps en recherches 😉 Je n’ai encore jamais trouvé de video ou témoignage d’un homme avec mon type de plaisir n°2 « homme fontaine »…

    Voilà donc où j’en étais jusqu’à ce que je lise vos témoignages qui permettent à la fois de me dire à mon tour que je ne suis pas seul 😉 mais surtout et en plus qu’il y a encore une autre forme d’orgasme dans cette zone que l’on puisse pratiquer avec moins de préparatifs hygiéniques et dans plus de situations.

    Quelle nouvelle sensationnelle !!! Savoir que l’on peut apprendre à développer ce plaisir, ces sensations, ces orgasmes également sans avoir à toujours aller fouiller manuellement notre « intérieur ». Une source complémentaire à explorer, à s’approprier… « Hommes de tous pays, donnez-vous la main » (ou aussi l’expression qui prend tout son sens : « sortez-vous les doigts du cul ! »), il existe un ou des plaisirs prostatiques « sans aides externes » que l’on nous cache savamment … De plus, j’imagine qu’avec le temps, on peut le partage avec une compagne ouverte d’esprit…

    Ce qui me plait également, c’est l’approche ésotérique et méditative de certains d’entre vous… Quel bonheur d’imaginer pouvoir concilier développement personnel, sensoriel et érogène. Ce que j’ai lu sur les tétons donne également très envie de développer cette sensibilité et là encore tout est logique lorsque l’on lit les derniers travaux sur le lien entre le titillement des seins féminins et les effets sur le plaisir clitoridien et le réveil du point G. Si les hommes et les femmes possèdent encore une partie commune de leurs tissus génitaux d’avant la formation des organes sexuels du foetus, tout cela fait sens. Mais je ne m’aventurerai pas sur ce chemin de savoir ce qui se passerait dans la société si étaient révélés notamment ce que nous sommes en train de (re)découvrir et que nous brisions le pseudo équilibre institué de l’Homme ne prenant du plaisir que par la pénétration de la Femme (ou d’un autre homme). L’union, la fusion énergétique des corps, les orgasmes d’autres zones érogènes, les voyages orgasmiques ne sont pas prêts d’être inscrits dans les manuels de SVT 😉

    Voilà, désolé d’avoir était plus long que prévu. Je voulais faire court mais au moins vous en savez un peu plus sur moi et les informations que nous pourrons échanger. En attendant vos réponses, je vais pratiquer vos techniques dans les prochains jours et voir si je pourrai prétendre à une intronisation, l’introduction étant temporairement bannie 😉

    Bien cordialement

    Christophe

12 sujets de 1 à 12 (sur un total de 12)