Toutes mes réponses sur les forums

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 106)
  • Auteur
    Articles
  • en réponse à : Lucky, son expérience, sa basilique du XIIème, son petit joyau ….. #40212
    luckylucky
    Participant

    Bonjour à toutes tous,
    Je vous souhaite une très bonne année 2021 loin des masques ! Oui, bon peut-être pas tous les masques, mais disons les masques à la mode covid !
    Je reviens sur le forum ! Je suis désormais une transgenre ! Je m’appelle Julie Armande et je vis en femme à 95 %. Je suis heureuse ! Bisous ! Et à plus sur Discord notamment où je me suis inscrite.

    en réponse à : Sexualité transgenre #33516
    luckylucky
    Participant

    Coucou,

    Bon, je n’ai pas compris, je n’ai pas remis en cause qui que ce soit, mais c’est pas grave !

    Ma sexualité est stabilisée. Je me connais désormais et je gère. Mon état naturel est comme orgasmique. Mes orgasmes surgissent comme ils viennent, surtout et essentiellement lorsque je suis décontractée. Je suis obligée de faire attention du coup au lieu où je suis. Je veux dire par là que si je m’allonge dans l’herbe, par exemple, et que je me décontracte, il s’ensuit automatiquement une arrivée orgasmique. Et si je laisse faire, je me retrouve dans des spasmes à n’en plus finir, secouer comme un prunier, et visible de loin.
    Du coup, dès que je suis décontractée, mes orgasmes se produisent. Quand que je me couche par exemple. Alors j’accompagne en me caressant les tétons ou parfois aussi avec un gode pour provoquer des orgasmes intenses et cela me conduit au 7ème ciel. Et se succèdent des spasmes, des injaculations, des vagues, des intensités variées et le liquide prostatique coule à flot. J’ai bientôt l’impression d’être sous la volonté d’une puissance supérieure bienveillante qui me procure une sorte de bien-être ravi.
    Je pense que là je suis ouverte à tout. Ouverte à la vie, au sexe…ouverte.
    Et ce ravissement m’accompagne ensuite tout le temps. J’ai l’impression de sourire en permanence.
    De temps en temps, tous les 4/5 jours, je suis obligée de provoquer une éjaculation car sinon je ne suis bientôt plus qu’orgasme sur orgasme toute la journée et la nuit. Ca ne s’arrête plus. Il faut donc que je calme le jeu et l’éjaculation le permet. Mes orgasmes s’apaisent pendant un temps.

    Lors de mes flirts dans les lieux libertins que je fréquente. C’est assez délicat. Car je pars au quart de tour, la moindre caresse, le moindre baiser et des spasmes surgissent. Le partenaire est étonné, sinon inquiet. C’est compliqué parce que là, il n’y a pas d’autre choix que d’arrêter, expliquer quand ça ne passe pas à autre chose.
    L’autre jour tout de même, un partenaire plus avisé que les autres, a réussi à me procurer du plaisir pendant un certain temps sans être affolé par mes spasmes et à me faire crier de jouissance. C’était la première fois que j’étais entre les mains d’un homme qui m’ouvrait et me prenait avec ses doigts, mais c’est le pied intégral. Je ne pense qu’à ça ! J’ai tellement envie d’être sodomisée. Et ça n’arrive pas pour l’instant.
    Arriver à se laisser aller entre les mains d’un homme, et qu’importe la vie, la mort, ce qui se passera ; être dans ce bien-être ravi dont je parlais plus haut et en même temps, là, un homme qui se met en la place du divin et qui me prend, je crois que c’est à mourir de plaisir.
    Dans mes caresses, il y a des choses que je ne peux pas faire toute seule. Par exemple, quand le gode est en moi et que je fais des va et vient avec mon ventre, les spasmes deviennent si importants, la jouissance si forte que je ne peux plus faire les va et vient. Ca stoppe net !
    Mais lorsque un partenaire s’en occupera, il pourra faire les va et vient et je pressens une jouissance plus importante encore que tout ce que je connais.

    Bisous
    Julie Armande

    en réponse à : Sexualité transgenre #33510
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Naomi, tu as raison !
    J’ai répondu à Bzo, point ! C’est fini !

    Bisous
    Julie Armande

    en réponse à : Sexualité transgenre #33486
    luckylucky
    Participant

    Bzo,

    C’est bien ! C’est toi qui associes shopping au genre féminin, là !
    Tu devrais relire ce que j’ai écrit. Je ne parlais que de moi et non pas du genre féminin.

    Julie Armande

    en réponse à : Sexualité transgenre #33482
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Le terme transsexuelle est à garder pour les transgenres opérées. En fait, on pourrait même dire que ça ne sert à rien puisqu’arrivée au bout de sa transition physique, une transsexuelle est une femme comme les autres.

    Le terme transgenre convient mieux dans la mesure où il est plus général et recouvre toutes les subtilités que l’on peut trouver dans un continuum homme/femme, et donc non-binaire. La non-binarité est l’idée que les genres ne se réduisent pas à 2, mais à une multitude.

    Il faut faire la distinction entre l’identité sexuelle et la sexualité. Les orgasmes prostatiques peuvent nous conduire à une sexualité « féminine », c’est ce qui s’est produit pour moi. Mais l’identité sexuelle qui nous amène à la transitude n’en découle pas forcément. C’est encore autre chose.

    Je me demande si :
    l’on me proposait une après-midi d’orgasmes prostatiques ou une après-midi de shopping, je ne préfèrerais pas le shopping malgré le plaisir intense que les orgasmes me procurent.
    C’est pour vous donner une idée de l’importance de cet être femme.

    Cette identité, c’est un sentiment, une situation, un état de conscience, celui de se reconnaître dans le miroir comme femme, c’est un sourire qui ne nous quitte plus, c’est l’envie de sentir une jupe sur ses jambes, c’est parfois et même sans hormones pleurer et se dire que c’est beau d’être triste, c’est le besoin de se vêtir, de se maquiller, de se faire belle, d’acheter…. Un ensemble de subtilités difficiles à définir. Ce sont aussi les souvenirs de détails dans nos vies qui se remettent en place, s’expliquent alors que jusque là toute explication échouait.

    Deux exemples en ce qui me concerne :

    – Des petites filles me rejettent. J’avais 6 ans. J’ai toujours pensé que c’était parce que j’étais gros. Mais non, elles m’ont dit :  » Tu ne joues pas avec nous, tu es un garçon !  » Pas compris. Moi je me sentais comme elle. Pas compris. Je ne voulais pas être un garçon.

    – Des petits garçons, 8 ans, jouent à qui a la plus grosse. Moi, je suis là. Tous montrent leur sexe sans honte. Moi, je ne peux pas. Je m’en vais sous les quolibets. J’peux pas ! J’ai honte ! J’ai toujours pensé que mon sexe était trop petit et que c’était pour ça que j’avais honte, mais non, j’avais honte d’être un garçon.

    Il y a des tas de petits détails comme ceux-là qui, au final, montrent que j’étais une fille inconsciemment depuis toujours. C’est cela l’identité !

    Bisous
    Julie Armande

    en réponse à : Journal d'un Prostatomane V (aneroless, âge d'or) #31908
    luckylucky
    Participant

    Bonjour,
    Je ne peux pas contrôler parfois. Mais j’ai appris à faire passer des vessies pour des lanternes.

    Exemples :

    * Sur la plage, je ne peux pas m’allonger et me détendre, sinon les spasmes arrivent. Et cela se voit comme un nez au milieu d’une figure. En fait, cela ne se voit pas vraiment :
    – d’abord parce que les autres ne passent pas leur temps à me fixer
    – ensuite parce que j’agis en changeant de position par exemple et le spasme disparaît dans le mouvement de mon corps.

    * J’adore l’eau. Je me baigne dans de l’eau même fraîche. Je me mets dans le Gardon et alors l’eau fraîche sur mon corps, mes tétons qui se mettent en érection, et un spasme, et un autre, je plonge pour crier dans l’eau ! Sous l’eau, on ne peut pas m’entendre….

    * Mais l’air fait pareil. Un petit courant d’air se lève et je sens l’air sur mon corps. De ma serviette, je me lève et marche parce que si je reste il y aura un orgasme.

    * Une amie, lors d’un dîner entre amis, passe à côté de moi et son sein me frôle. Hou là ! Je suis parti vite en d’autres lieux pour calmer le jeu.

    Mais des fois je ne peux pas faire passer des lessies pour des vanternes… alors :

    * A l’hôpital, je me fais opérer. Je suis en réanimation. Plein d’infirmières. Je vais bien, je me détends et paf un spasme, deux… soudain 3 infirmières autour de moi :  »
    – Ca va Monsieur ? Qu’est ce qui vous arrive ?
    – Ca va, je vais bien. Ca va.
    – Cela vous arrive régulièrement ?
    – Oui, oui, tout va bien !  »
    Bon là c’est dur parce qu’en étant à l’hôpital, je suis forcément dans un lit, à me détendre, à me reposer et là, ça ne fait pas un pli. L’orgasme arrive !

    Voilà quelques exemples des difficultés toutes relatives qui attendent celui ou celle qui jouit tout seul.

    Bonne nuit à tous
    Julie

    en réponse à : Sexualité transgenre #31848
    luckylucky
    Participant

    Coucou Naomie,

    Il est sympa, ton chinois !

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Mon bonhomme de chemin #31769
    luckylucky
    Participant

    Bonjour,

    Le « je crains fort que ce ne soit interminable ! » En fait, c’était juste une joliesse du langage ! J’ai des phrases ou des bouts de phrases comme ça que j’aime bien et comme un gosse, dès que je peux les placer, je les place. Parfois c’est nul, d’autres fois c’est amusant…

    J’ai lié ici « interminable » à une crainte mais je ne le vis pas comme ça. C’est plutôt une constatation, une confirmation de plus par le vécu de l’idée que seul le mouvement existe ! Cela donne le vertige quand on en a conscience et l’on aimerait bien parfois se poser quelque part !
    Par ailleurs, tu as raison de remarquer le côté joyeux de la quête parce que c’est exactement ça. Mais la quête est interminable, c’est même sa raison d’être ! Que l’objet à jamais inaccessible puisse maintenir le désir toujours en marche !

    A bientôt
    Julie

    en réponse à : Mon bonhomme de chemin #31751
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Personne n’est obligé de suivre le cheminement de quelqu’un d’autre ! D’ailleurs, cela est impossible.
    La « personnalité » de chacun va avoir une très grande importance.

    Epicture dit qu’il faut que ces plaisirs s’intègrent à la vie.

    Si les orgasmes s’intègrent sans gêne particulière ou ajoutent quelque chose au plaisir mutuel, par exemple avec son épouse, ou même produit une sorte d’extension bienheureuse au-delà même du sexe, c’est tant mieux. Et si le but voulu est celui-là et que l’on y arrive, alors c’est grandiose. L’équilibre est toujours sympathique.

    Mais le tout est de savoir comment la vie va se plier à ces plaisirs aussi.

    Si les orgasmes conduisent à des changements radicaux de vie, c’est comme ça ! Mais ce n’est pas forcément souhaitable. Il y a là une sorte de déséquilibre.

    Cela m’arrive ! Mais c’est surtout à cause de ma personnalité qui a intégré les orgasmes prostatiques, tremplin magnifique, dans une évolution beaucoup plus vaste, dans ma quête depuis toujours et qui n’est pas terminée, parce que je crains fort qu’elle ne soit interminable. Ma vie est ma quête ! Instable, déséquilibrée, mais jamais ennuyeuse… !

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Lucky, son expérience, sa basilique du XIIème, son petit joyau ….. #31735
    luckylucky
    Participant

    coucou Naomi,

    Ah ben oui alors !
    Ok pour le mail. Je l’ai noté !

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Lucky, son expérience, sa basilique du XIIème, son petit joyau ….. #31640
    luckylucky
    Participant

    Coucou Envole,

    Tu sais Facebook, Instagram…. c’est pas vraiment mon truc !
    Je n’ai pas de compte facebook !
    Je t’enverrai un mp plutôt.

    A bientôt
    Julie

    en réponse à : Changer son avatar ? #31639
    luckylucky
    Participant

    coucou,

    Je me sens concerné, je viens de changer mon avatar dis donc, dis donc ! Mais en plus j’ai changé mon pseudo pour approcher le plus possible de ce que je suis aujourd’hui.
    Si le changement du départ était intéressant, il restait limité comme tu le dis Andraneros au cheminement des orgasmes prostatiques. Mais peu à peu c’est, pour moi en tout cas, tout un pan de mon existence qui s’est dévoilé.
    Mon expérience est celle-ci :
    Avant de connaître la sexualité décomplexée, j’avais une sexualité complexée.
    Il a d’abord fallu que je me débarrasse de ma culpabilité, mes complexes, mon dégoût, ma honte….
    Ensuite seulement j’ai trouvé, parce que je me permettais de chercher, le site de NXPL puis les orgasmes prostatiques. Et d’ailleurs je remercie encore ce site NXPL et tous les participants.
    L’orgasme prostatique change en profondeur son approche du corps et permet de libérer les énergies, les forces que nous avons en nous.
    Prendre conscience de ma féminité par le biais des énergies sexuelles m’a fait comprendre que j’étais une fille dès le départ, que c’était cela que je cachais à moi-même, que c’était pour cacher cela que j’étais coupable, dégoûté….
    C’est de la joie désormais tout le temps. Il y a les orgasmes mais c’est plutôt le plaisir constant de vivre, sentir de l’énergie, de la vie, couler dans mes veines.
    Je suis différente mais en même temps je reste le même. J’aime toujours l’eau, plaisanter, faire de l’humour…
    Cet été, c’était drôle, alors que je voulais être habillée en fille, il faisait trop chaud pour rester sur la plage sans aller dans l’eau, alors là, rien à faire. Fille, pas fille, garçon, voire même chien de prairie n’arrêterait pas mon envie inextinguible de me baigner, nager, plonger et faire l’andouille… Hi hi !

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Lucky, son expérience, sa basilique du XIIème, son petit joyau ….. #31620
    luckylucky
    Participant

    Bonjour Naomi,

    Je te remercie pour ton message.
    Hier je suis allé faire des emplettes dans ma friperie préférée. Franchement, malgré un passing ( image de femme ) moyen, – On a la même carrure ! – je passais très bien au milieu des personnes, une majorité de femmes, faisant des emplettes. Le passing est dans notre tête !
    Voili !

    Bisous, bisous ! J’aimerais assez que l’on se rencontre en fait !
    Une copine ! Cela me manque !

    Julie

    en réponse à : Sexualité transgenre #31600
    luckylucky
    Participant

    Coucou,

    ben dis donc !

    Je pense que nous sommes différents tous ! Nous avons notre propre rythme, nous avons notre propre histoire, nous avons nos propres sensations, émotions, pensées, souffrances…..
    L’important est de trouver ce qui nous calme, nous fait plaisir, nous fait jouir…
    Si c’est au moyen d’un wand, c’est bien ! Mais si c’est au moyen de petites caresses sur tout le corps, c’est bien aussi ! Si c’est autrement, c’est bien encore !

    En ce moment, je ne suis pas trop branché sexe ! Entendons-nous bien, je ne me fais pas de séances spéciales, voilà ce que j’entends. Sinon, c’est comme d’habitude, caresses légères et orgasmes plusieurs fois essentiellement le matin et le soir.
    Je me fais des massages des seins pour les faire grossir un peu et des massages de tétons pour les garder sensibles.
    Mais ma plus grande occupation en ce moment c’est de m’occuper de moi, de m’habiller en fille, de faire du shopping sur le net. Mardi ou mercredi, quand il aura cessé de pleuvoir, j’irai à ma friperie préférée voir si je peux me trouver des fringues puis je pense que j’irai me promener et boire un café au soleil.
    C’est une sorte de plaisir diffus qui m’accompagne dans tous mes actes. C’est là en permanence et il ne faut pas grand chose pour que se déclenche un orgasme. Là, j’écris, je raconte, et cela doit me faire des choses parce que depuis le point, j’ai un orgasme.
    Ma vie est celle-là ! L’orgasme y est intégré.

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Des conseils svp #31588
    luckylucky
    Participant

    Coucou Aros,

    Une pause est souvent intéressante ! On peut prendre du recul, lâcher prise sur l’objet désiré, repérer l’enjeu dont il faut se débarrasser, parfois… etc… Cela dépend de chacun.
    Par contre, d’un tout autre point de vue : Méditer, prendre de bons réflexes respiratoires, se détacher, se décontracter… Tout ça, c’est très utile dans la vie courante. C’est même ce qui permet d’être bien dans son être. Par exemple, ça permet d’évacuer son stress.
    C’est positif !

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Des conseils svp #31574
    luckylucky
    Participant

    Bonsoir,

    Désolée aros.
    Bisous
    Julie

    en réponse à : Des conseils svp #31567
    luckylucky
    Participant

    Bonjour aros,

    En lisant ton post, j’ai pensé à une technique qui m’avait permis de prendre de la distance avec l’aneros. A savoir, qui m’avait ouvert la voie à me passer de masseur.
    Je pense que cette technique pourrait peut-être t’aider. Elle est assez simple. J’explique :
    Tu te mets en position. l’aneros placé comme il faut. Et toi aussi, placé comme il faut, c’est à dire sans que l’aneros touche le drap par exemple, il faut que l’aneros puisse bouger et sans que ton sexe soit contraint par quoi que ce soit. Le mieux est la position en chien de fusil, il me semble.
    Une fois calé, respiration par le ventre et décontraction de tous les muscles. Maintenant, tu imagines ta prostate avec bienveillance. Je veux dire qu’il faut la visualiser même si c’est pas conforme à la réalité, on s’en fout. Ce qui est important, c’est de lui donner corps en imagination. Un petit pois au fond de toi, une bille au fond de toi, comme tu veux, mais au fond de toi.
    Tu te concentres sur cette image en relaxant tout ton corps. Et là en ayant cette image dans la rétine, tu fais des va et viens comme un balancement avec tes yeux puis avec un doigt tu fais des va et viens, en avant en arrière sur le drap doucement comme si tu te caressais la prostate en imaginant justement que tu te caresses la prostate, c’est à dire cette petite boule que tu peux visualiser par l’imagination et qui est au fond de toi.

    C’est de l’auto suggestion du corps. Si ça marche, tu devrais sentir l’aneros faire les mêmes mouvements que ceux de ton doigt.

    C’est une idée comme ça, tu peux toujours essayer.

    Bisous
    Julie

    en réponse à : Lucky, son expérience, sa basilique du XIIème, son petit joyau ….. #31561
    luckylucky
    Participant

    Coucou,

    Merci Andraneros,

    Je suis très sensible et je l’ai toujours été. Je me demande même si ce n’est pas une histoire d’hormones, comme quoi, quel grande bête je fais ! Vraiment !
    Mais j’ai eu les larmes aux yeux en lisant ta réponse.

    Merci Andraneros.
    Bisous
    Julie

    en réponse à : Sexualité transgenre #31554
    luckylucky
    Participant

    Coucou,
    Et bien voilà, j’ai parcouru tout le post. C’est intense et profond.
    C’est un peu désordonné, mais cependant cela suit la logique du ressenti de mes découvertes aussi qui se rapprochent tant des tiennes :

    – Il existe une brute épaisse cosmique que j’ai jamais vu, j’attendais de le voir, tellement j’étais certaine que c’était son sexe qui me démontait le ventre. Un phallus divin sans corps apparent ! C’était dans les fonds prostatiques. Un temps où régnait l’ordre encore, quelque chose comme un calme olympien, le calme avant la tempête.
    – Mais les orgasmes ont différé. Les orgasmes sont passés de la prostate à l’anus, puis aux tétons, et de nouveau à la prostate, et au cerveau, et aux organes qui se plient en deux, tellement fort que l’on se demande si ce n’est pas la fin. Et non ! On peut de nouveau respirer et hop ça repart, mais cette fois, une transe. Va-t-elle s’arrêter ?
    – C’est aussi parce que ou à cause des zones érogènes, elles changent ! Voici maintenant que les tétons sont plus orgasmiques que le pénis, et tellement plus. Mais non, le pénis prend le dessus de nouveau et devient un élément de jouissance organique. Seul désormais une petite caresse répétée comme pour un clitoris sur le frein ou aux alentours permet l’éjaculation. Tout le reste est consacré au féminin orgasmique.
    – La sensation d’être ouverte entraîne l’ouverture. Lorsque je me caresse doucement les tétons, mon anus s’ouvre, ma bouche aussi, je deviens canal et au bout d’un moment, ça coule. Et j’ai tellement envie d’être prise.
    ( Je fréquente un hammam où j’ai eu des flirts un peu poussés. Là, j’ai un problème, parce que je ne suis plus du tout fréquentable : A peine l’autre me touche que je pousse des petits cris sans pouvoir bien sûr freiner la chose ; mais si c’est moi qui le touche, c’est pareil. Et je tremble, et je jouis au plus profond de mon ventre. Mes flirts ne comprennent rien ! et comme c’est juste des rencontres comme ça, les explications ….hein ! Du coup, peu de rencontres ! )
    – Je continue à être totalement orgasmique tout le temps. Il m’arrive de me prendre avec des godes ou de me caresser avec des vibro mais ça ne m’arrive pas souvent. J’ai malgré tout, par temps calme, une dizaine d’orgasmes par jour.
    – A propos de transe : tu as l’air de connaître aussi, Naomi ! Le 13 septembre tu as parlé d’une transe. J’ai l’impression qu’il s’agit d’un champ électrique qui court d’un organe à l’autre et qui a chaque passage me donne du plaisir.
    – Je me reconnais aussi quand tu parles des actes féminins que j’adore, tels que, l’épilation qui me fait un bien fou, après je me sens plus femme encore et je me suis occupée de moi, le maquillage, les vêtements … tout ça me procure une sensualité, une joie qui me remplit, m’épanouit.
    – Je suis très contente que tu sois là ! Et ton épanouissement me rend gaîte, et moi aussi je me sens baisable et obsédée sensuelle. Par contre, je suis une 3ème genre. Je suis une fille dans le corps d’un garçon mais je ne cache pas mon pénis, au contraire, je le mets en avant autant que mes petits seins et mamelons.

    Voilà, je crois que j’ai dit à peu près tout ce à quoi j’ai pensé en lisant ton post.

    A bientôt.
    Bisous
    Julie

    en réponse à : Lucky, son expérience, sa basilique du XIIème, son petit joyau ….. #31547
    luckylucky
    Participant

    Bonjour tout le monde,

    Merci à ce site encore et encore. Il m’a permis de me découvrir et de vivre sereinement ma sexualité.
    Je vous remercie aussi de m’accueillir de nouveau après une si longue absence.
    Pour ma défense : j’ai eu quelques petites choses à régler comme vous pouvez le constater.
    Mais je pense être un peu plus stable, alors je devrais arriver à participer un peu plus.

    Bisous
    Julie

20 sujets de 1 à 20 (sur un total de 106)