20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 289)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #39651
    ArrdynArrdyn
    Participant

    Bien le bonjour tout le monde 🙂

    Hombre de 31 ans qui vit en région parisienne yo soy ! Ici pour poursuivre ma quête d’une sexualité explorée, rénovée, avec ses multiples facettes ô bien encore inconnues pour moi ! Ici également pour partager, lire toutes vos découvertes, glaner des infos en tout genres 🙂

    J’ai eu mon premier déclic il y a bientôt 3 ans, après la lecture du passionnant livre « Le Tao et l’art d’aimer » qui m’a – tellement boulversé ! – et amené à expérimenter tout ce qui était en rapport avec la « préservation du fluide sacré & la vie », la dissociation entre éjaculation et orgasme, apprendre à mieux gérer son excitation, la reporter. Work in progress ! Une fois lancé, je me suis ensuite intéressé au « Slow Sex » (très bon livre que je vous recommande par ailleurs, bien que difficile à appliquer quand on a une forte excitation !) et me suis aussi intéressé plus au sexe féminin quand j’ai découvert et dévoré le livre sur le « Massage du Yoni ». Effleuré vite fait le tantra, dans ma to-do-list.

    J’ai eu ensuite toute une phase où je me suis beaucoup plus (trop ? haha) intéressé au plaisir de l’autre et aujourd’hui, je me refocus un peu plus sur moi-même 🙂 en lisant notamment des articles sur le massage du lingam, sur le plaisir prostatique que j’aimerai bien re-découvrir (d’où passage sur ce site !). J’avais déjà eu quelques très belles sensations avec les doigts, mais après quelques – LOL – crampes je l’avais laissé à l’époque un peu de côté.

    Enchanté ! et au plaisir d’échanger avec vous toutes et tous !
    Ardyn

    #39574
    EpictureEpicture
    Participant

    Bonjour @bzo

    Extraits de : Désirs passions et spiritualité, Daniel ODIER, Pocket 1999
    Chapitre 28 : L’orgasme tantrique pour les hommes

    « Pour qu’un homme soit en mesure de suivre une femme sur les vagues successives du plaisir, il n’a qu’une solution, devenir une femme énergétique, c’est-à-dire s’abandonner totalement. »

    Je n’ai pas pu faire autrement que penser à toi en lisant ce passage.

    Bon cheminement à toi @bzo

    #39569
    AvatarPaul2072
    Participant

    @modeyin merci pour tes encouragements ,tes propos sont rassurants .Tu comprends parfaitement le coté addictif de la chose .Et en plus tu m’annonce que le meilleur est à venir j’ai quand même hate même si j’essaye de ne rien attendre.

    @bzo
    merci d’éclairer mon chemin.Je sais que je dois être patient .je rentre de course et j’ai commencer une seance en faisant la queue au caisse .Je ne sais même pas combien j’ai attendu je m’en fou
    Il est sur que moi qui suis cartesien qui n’a jamais vu le benefice de tous ce qui est yoga tantra etc j’ai entrouvert une porte celle de communiquer avec mon corp.Pour l’instant j’ai l impression de plus communiquer avec lui quand j’ai le masseur que je commence à visialiser alors qu’en aless je n’ai pas besoin d être focus .Je peux regarder la tv ,répondre à ma compagne sans que je perde le fil.
    Mon hélix est annoncé pour aujourd’hui j’aimerais l’essayer dés cette après midi
    Merci à vous deux

    #39398
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Vous nous dites @Jeanro :

    Dommage que je n’ai pas lu votre commentaire dès sa sortie !

    Il ne faut pas avoir de regrets. L’utilisation d’un masseur peut être une étape très utile, sinon nécessaire pour certains d’entre nous. C’est bien mentionné en clair dans le wiki Aneros où il y a un paragraphe consacré à cet aspect ( » tantric training wheels « ).
    Bon cheminement @jeanro.

    #39181
    bzobzo
    Participant

    Hier, j’étais à mon atelier j’ai une grande porte à 2 battants
    J’avais ouvert un battant et le vent s’engouffrer dedans
    Je sentais l’air sur mes jambes
    J’ai eu une envie, j’ai baissé mon pantalon pour sentir le vent
    un peu frais sur mes jambes, passer entre mes cuisses
    tout en caressant mes tétons c’était jouissif. Un moment simple avec soi même

    en relisant ton dernier texte, je me rends compte
    que ma pratique est devenue trop tributaire des caresses, des contractions,
    des mouvements, des gestes, lascifs
    alors que des moments comme tu décris, j’en ai vécu aussi régulièrement avant,
    beaucoup plus que ces derniers temps

    en parallèle à cette pratique désormais bien établie qui est devenue ma principale,
    quasi exclusive en fait,
    je vais essayer de retrouver des moments plus tantriques,
    des moments différents d’accord vibrant avec mon corps, avec d’autres types de déclencheurs

    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Vous écrivez @Isa :

    j’ai mélangé les questions que je devais vous poser avec celles que je devais poser à mon époux.

    Ce n’est pas un problème et si votre message vous a aidée à mettre vos idées en ordre pour engager la discussion avec votre mari il a été très utile.

    je lui ai dit « ça n’a rien à avoir avec l’homosexualité [… ] ». C’est cette phrase qui l’a débloqué et poussé à m’en parler de son plaisir car il savait maintenant qu’en me parlant je ne le prendrai pas pour un homosexuel. |… ] il en avait besoin de ce plaisir mais en même temps il ne l’a pas partagé avec moi car il avait peur que je ne le prenne pas bien.

    Cette discussion est extrêmement importante pour la suite de votre relation. Elle vous a permis de libérer votre mari d’un poids devenu trop lourd à porter.

    il m’a dit que ça faisait un moment qu’il ne le pratiquait plus, que ça avait commencé à lui peser, qu’il voyait ça comment quelque chose de pas bien et que du coup il préférait de ne pas le partager avec moi.

    Au lieu de vivre le développement de son potentiel orgasmique comme un épanouissement de sa sexualité, il s’est senti en faute par rapport à la morale dominante de son environnement culturel. A la lecture du forum et de notre serveur de messagerie Discord, vous pouvez constater :
    • qu’il n’est pas le seul et que nous sommes tous des hommes normaux, célibataires ou mariés, jeunes ou bien plus âgés, éventuellement bons pères de familles ou bons grands-pères
    • que chaque fois que nous pouvons pratiquer sans nous cacher et encore mieux partager notre plaisir, nous en tirons encore plus de satisfaction, seuls et à l’occasion de nos ébats avec notre partenaire,
    • que notre pratique initialement simplement masturbatoire nous conduit, si nous savons faire preuve de patience et d’application, à découvrir par l’expérience que nous sommes aussi des êtres d’énergie et à nous rapprocher des traditions millénaires comme le tantrisme, le taoïsme…
    • que par ce biais, loin de nous peser, notre pratique contribue à enrichir notre vie et quand nous pouvons la partager à relancer nos ébats amoureux avec nos partenaires (En ce qui nous concerne, ma femme et moi, ce fut une renaissance complète de nos sexualités).

    Je suis heureux de lire le premier effet de votre longue et franche discussion :

    il m’a invité sans dire un mot à lui pénétrer avec mon doigt pour le faire un massage prostatique. Je n’était pas prête, j’avais peur de lui faire mal, je ne savais pas comment faire, je lui ai dit. Il m’a guidé et très timidement j’ai fait ce que j’avais lu dans votre site. Mon Dieu c’était un moment étrange ! j’ai pris un plaisir fou à lui faire plaisir ! J’étais extasiée de voir mon homme pour la première depuis 12 ans dévêtu de tous ces à priori et prendre du plaisir, je ne l’avais jamais entendu gémir comme ça, j’avais des frisons partout.

    Votre timidité et la sienne sont naturelles, tout à fait normales pour une première fois. Je pense que vivre cette première fois avec tant d’intensité sexuelle et émotionnelle est une vraie réussite. Il a su vous guider et vous avez su l’accompagner. Bravo à tous les deux !

    Sa réaction montre qu’il est bien avancé dans son reconditionnement prostatique (« rewiring » sur les forums spécialisés anglophones). Je pense que s’il acceptait de vous parler de son cheminement prostatique dans les prochains jours ou prochaines semaines vous seriez dans de bien meilleures conditions pour partager ses ébats. Si les circonstances le permettent, n’hésitez pas à lui demander quelle est sa technique préférée, comment il a fait cette découverte, s’il l’a faite rapidement ou s’il lui a fallu du temps… Ce partage contribuerait à « normaliser » sa pratique donc à finir de le déculpabiliser. Il vous permettrait aussi de mieux comprendre ce qu’il vit pendant ses orgasmes prostatiques.

    A lecture du site NXPL, de notre forum « Aneros et plaisir prostatique » et du salon #plaisir-prostatique-nsfw » sur Discord vous savez maintenant qu’on peut vivre des orgasmes prostatiques de plusieurs manières différentes :
    • en stimulant la prostate avec les doigts,
    • en stimulant la prostate avec un godemichet,
    • en stimulant la prostate avec un masseur prostatique,
    • en stimulant la prostate mentalement et avec des contractions des muscles du plancher pelvien et du rectum.
    • En stimulant la prostate avec des vibrations ou des courants électriques…

    S’il reconnaît qu’on peut suivre un véritable apprentissage pour améliorer la qualité de ses orgasmes, de sa sexualité, la porte sera ouverte pour que vous puissiez suivre une voie parallèle de votre côté et travailler ensemble pour le développement de votre sexualité de couple.

    ça faisait un moment qu’il ne le pratiquait plus, que ça avait commencé à lui peser, qu’il voyait ça comment quelque chose de pas bien et que du coup il préférait de ne pas le partager avec moi.

    Il est important, à mon avis, de le convaincre du contraire puisque maintenant « vous savez » et qu’en plus vous avez été

    extasiée de voir (votre) homme pour la première depuis 12 ans dévêtu de tous ces a priori et prendre du plaisir, (vous ne l’aviez) jamais entendu gémir comme ça, (vous aviez) des frisons partout.

    J’espère donc que vous aurez l’occasion de revivre un tel moment ! Je partage tout à fait votre conclusion. Je pense que je peux terminer ce message par mon habituel
    Bon cheminement @Isa, bon cheminement à votre couple.

    AvatarIsa
    Participant

    Bonjour Andraneros,
    Merci beaucoup de votre réponse si mesurée, si exacte et plein de bon sens. Je m’excuse car en lisant mon message je me rends compte que c’est vrai que j’ai mélangé les questions que je devais vous poser avec celles que je devais poser à mon époux. Mon message montrait bien le dégrée de perturbation de mon âme.
    Pour répondre à vos questions :
    Mon mari a découvert le massage prostatique bien avant de me rencontrer mais je ne connais pas les détails (niveau, type de masseur, méthode). Il a osé m’en parler après ma conversation avec lui ou je l’expliquais qu’un homme pouvais être épanoui sexuellement jusqu’à la fin de ces jours (même sans érection) grâce au massage prostatique. Ce jour-là mon idée c’était de lui transmettre « tu vois on peut être heureux et partager des choses dans notre vie sexuelle même si un jour tu ne bandes plus ! Ne te sens pas vieux et n’aie pas peur de vieillir ! ». Comme j’imaginais que pour lui accepter l’idée de se faire pénétrer devait être difficile je lui ai dit « ça n’a rien à avoir avec l’homosexualité (même si pour moi il n’y a rien de honteux dans l’homosexualité) ». C’est cette phrase qui l’a débloqué et poussé à m’en parler de son plaisir car il savait maintenant qu’en me parlant je ne le prendrai pas pour un homosexuel. Il m’a expliqué qu’il vivait ça en solo car il en avait besoin de ce plaisir mais en même temps il ne l’a pas partagé avec moi car il avait peur que je ne le prenne pas bien. Comme il avait son plaisir en solo le sexe avec moi est devenu une obligation et un acte mécanique ou petit à petit je me suis ennuyé et éloigné de lui.
    Je ne suis pas spécialiste du sujet, loin de là, mais à mon modeste avis le fait d’avoir découvert ce plaisir solitaire si tôt dans sa vie a fait qu’il n’a pas cherché à enrichir ses connaissances du plaisir à deux et du coup ça ne pouvait pas donner des relations sexuelles riches pour une femme… ça ne pouvait que conduire à l’ennuie mutuel. Je me souviens au début de notre relation d’avoir voulu essayer des nouvelles choses, lingerie coquine, romantisme, nouveaux produits, nouvelles positions, pour augmenter le plaisir… j’ai toujours trouvé qu’il n’était pas du tout réceptif o tout ça et je me suis éteinte petit à petit.
    Pour revenir au sujet de ce post, le massage prostatique. Quand je l’ai exprimé mon envie de partager ce plaisir avec lui, il m’a dit que ça faisait un moment qu’il ne le pratiquait plus, que ça avait commencé à lui peser, qu’il voyait ça comment quelque chose de pas bien et que du coup il préférait de ne pas le partager avec moi. Il m’a dit « je préfère que l’on s’oriente sur des choses nouvelles pour tous les deux comme par exemple le tantrisme ». J’ai consenti et respecté son choix.
    Ce weekend après avoir échangé pendant des heures lors de notre repas on est allé se coucher et après avoir essayé de se câliner sans pénétration pour ne pas tomber dans le sexe que l’on connait déjà, il m’a invité sans dire un mot à lui pénétrer avec mon doigt pour le faire un massage prostatique. Je n’était pas prête, j’avais peur de lui faire mal, je ne savais pas comment faire, je lui ai dit. Il m’a guidé et très timidement j’ai fait ce que j’avais lu dans votre site. Mon Dieu c’était un moment étrange ! j’ai pris un plaisir fou à lui faire plaisir ! J’étais extasiée de voir mon homme pour la première depuis 12 ans dévêtu de tous ces à priori et prendre du plaisir, je ne l’avais jamais entendu gémir comme ça, j’avais des frisons partout. Quand on a fini nos ébats il était un peu gêné, je l’ai senti. Je lui ai dit que j’avais adoré et que je l’aimais encore plus qu’avant. J’aime la transparence, j’aime que l’homme s’assume, j’aime l’homme vrai !
    Aujourd’hui je ne sais pas si j’aurai à nouveau l’occasion de partager ça avec lui, je ne sais pas si ce moment partagé ensembles nos unira et sauvera notre couple. Pour l’instant je suis fière et contente de savoir que OUI le plaisir prostatique d’un homme c’est un acte que l’on peut partager à deux et où l’on peut prendre plaisir tous les deux. Je suis fière et contente de l’avoir montré qu’il n’y a rien de mauvais à partager ça avec une femme. Je suis fière et contente d’avoir soulagée sa peine, aujourd’hui il sait qu’il ne pas un homosexuel hypocrite qui s’est caché tout sa vie, il sait qu’il est juste un homme qui aime le plaisir prostatique.
    Merci à vous encore une fois pour votre temps et vos mots d’homme sage !!!
    Isa

    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour et bienvenue sur notre forum @Isa !
    Tout d’abord ne soyez pas désolée de votre français. Je le trouve remarquable particulièrement à l’écrit qui est une source de difficultés pour de (trop) nombreux français. Je ne connais pas votre langue maternelle mai je pense que je ne l’écrirais pas aussi bien que vous n’écrivez en français.

    Vous nous demandez si :

    quelqu’un d’entre vous peux m’aider à démêler les nœuds dans mon cerveau

    Votre situation est bien complexe en effet. Je distingue 3 aspects différents après la lecture attentive de votre message.
    1. L’équilibre au sein du couple
    Vous vous êtes mariés tardivement et vous arrivez à des âges auxquels peuvent se produire bien des changements à la fois dans les corps et dans les esprits. Ces 2 causes sont suffisantes pour modifier la qualité de votre relation.
    2. Le manque de satisfaction dans vos ébats érotiques
    Il peut être la conséquence de la situation, ci-dessus et / ou d’une pratique routinière sans surprise et sans excitation.
    Je pense que sur ces 2 premiers point vous êtes en mesure de mieux analyser votre situation que nous.
    3. La pratique clandestine du massage prostatique par votre mari
    Là nous sommes dans notre jardin !

    il m’a appris qu’il pratiquait le massage prostatique depuis très longtemps…

    Votre phrase suscite deux remarques.

    Vous a-t-il dit à quel niveau de pratique il est arrivé ? avec quels masseurs ? avec quelle méthode ? Vous a-t-il expliqué quels orgasmes il est capable de vivre pendant ses sessions ? N’importe qui peut faire une réponse générale sans avoir jamais eu un orgasme prostatique. Il me semble que, quand on pratique le massage prostatique avec succès, on a envie d’en parler plus largement si l’occasion se présente, sauf si vous lui avez interdit de le faire.

    En supposant

    qu’il pratiquait le massage prostatique depuis très longtemps…

    il me semble que le développement de sa sensibilité orgasmique n’aurait pas pu complètement vous échapper. Si vous n’avez rien vu du tout en vivant ensemble depuis 12 ans c’est peut-être que sa pratique n’est pas aussi avancée, ni gratifiante, ni régulière que ce que vous pouvez croire.

    • Si mes remarques ne correspondent pas à la réalité de sa pratique,
    • si votre mari a vraiment développé sa capacité à jouir beaucoup plus seul avec sa prostate que pendant vos moments câlins, sans chercher à aucun moment ni à vous associer à sa pratique ni au moins à vous informer de son développement orgasmique,
    c’est peut-être que la qualité de votre relation n’était déjà plus la même quand il s’est lancé dans cette exploration.

    1- Qu’il prenne ce plaisir tout seul de son côté pendant tous ces années n’a pas t’il aidé à notre éloignement sexuel ?

    C’est possible mais je suis tenté de penser que la cause de cet éloignement était déjà présente il y a longtemps. Si son attachement était toujours aussi fort il se serait ouvert à vous se ses attentes, de ses progrès, de son évolution sauf si à l’époque il a pu croire que vous refusiez ce partage.

    A vos débuts ensemble, aviez-vous des échanges sur la nature de vos câlins, sur vos envies, sur vos fantasmes ? Ou bien faisiez-vous l’amour naturellement, sans vous poser de questions, en suivant simplement vos envies du jour ? Au risque de tomber dans la routine comme trop de couples, dont le mien.

    2- Voudra-t-il partager le plaisir du massage prostatique avec moi ? Pourrons-nous, tous les deux faire de ce massage un moment où l’on puisse profiter tous les deux et peut être un lien qui nous unira et non le contraire ?

    Si la question porte sur son choix de partager ou non, nous ne pouvons pas répondre à sa place. Si vous pouvez aborder avec votre mari le sujet de sa pratique du massage prostatique en toute sérénité et s’il paraît heureux de vous décrire cette expérience, écoutez le. Si vous comprenez ce qu’il vit, ce qu’il ressent vous trouverez de vous même en bonne part comment participer. Si votre lien n’est pas rompu il devrait être heureux de partager son expérience avec vous et pourrait même vous faire des propositions pour l’accompagner dans sa jouissance et pour vibrer avec lui.

    Si la question porte sur la pratique nous pouvons plus facilement en parler ici. Vous même comment réagissez-vous à l’idée que votre mari puisse vivre des orgasmes intériorisés, sous l’effet d’une stimulation de sa prostate par pénétration ? Comment réagissez-vous à l’idée qu’il puisse peut-être avoir plus d’orgasmes que vous quand vous ferez l’amour ? Je pense que l’idée d’une forme d’apprentissage pour améliorer notre sexualité ne doit pas vous choquer dans la mesure où vous vous êtes intéressée au tantrisme et au massage prostatique. Cela vous permet de comprendre son travail de développement et de le partager à votre manière et à votre rythme pour l’accompagner en tant que femme dans son parcours en tant qu’homme.

    Vous pouvez lire sur le forum le témoignage de @mikyo « Retour sur ma recherche du plaisir prostatique » et compléter cette lecture par ses messages sur la messagerie Discord accessible à partir de la page d’accueil de NXPL et ceux de sa compagne @Minabelle69 sur le salon #plaisir-prostatique-nsfw.
    Vous y trouverez un témoignage qui se rapproche du vôtre mais qui évolue beaucoup plus favorablement.

    Je pense que la solution de votre problème est d’ouvrir ou de rouvrir la communication entre vous deux, avec bienveillance réciproque bien sûr. Si vous y parvenez vous ferez renaître votre vie sexuelle et avec le travail de développement sensuel que votre mari a déjà commencé et celui que vous pourrez faire à deux il est fort probable que vous parviendrez à redonner tout son éclat à votre vie sexuelle. C’est ce qui s’est passé avec ma femme ; il n’y a pas de raison que ce soit différent avec votre mari. Je vous le souhaite.

    AvatarIsa
    Participant

    Bonjour à tous,
    Avant tout dessolée si des fautes d’orthographe se glissent dans mon message car je ne suis pas française.
    Je voulais partager ce message avec vous car je trouve votre site (et les gens qui partagent leur témoignages) extraordinaire. Chaque un de vos messages est une claque pour moi et a chaque lecture je remets en question mon éducation sexuel (je dirai plutôt mon analphabétisme sexuel).
    Ma problématique est différente peut être aux vôtres mais je suis certaine que votre bienveillance et vos conseils seront au rendez-vous donc je me lance même sans savoir si je suis au bon endroit pour poster ce message. Je vais essayer de faire court..
    Je suis une femme mariée depuis 12 ans avec un homme de 62 ans (moi j’ai 49 ans). Depuis cet été mon couple est rentré dans une crise profonde que je juge grave et qui met en péril notre relation. Dans une de nos discussions mon mari m’a exprimé son mécontentement de notre vie sexuelle quasi inexistante et j’étais d’accord avec lui car c’est vrai qu’on avait laissé la routine avaler tous nos désirs sulfureux de nos premières années. Je lui ai exprimé à mon tout que je me suis éteinte petit à petit car je trouvais nos relations sexuelles très mécaniques et de moins en moins intéressantes. Au fils de nos discussions j’ai cru apercevoir que mis appart nos problèmes mon mari était en plein déprime, qu’il se sentait vieux face à moi. C’est pour cette raison que je me suis mise à chercher sur internet des informations pour lui prouver qu’on pouvait avoir une sexualité épanouie jusqu’à la fin de nos jours si l’on apprenait à voir la sexualité autrement. C’est comme ça que j’ai découvert des sujets comme le tantrisme et l’existence du massage prostatique et de fils en aiguille votre site. Je me suis misse à rêver que je pouvais l’aider à sentir ce plaisir et que ça pouvait raviver la flamme entre nous. Un jour je lui ai parlé de votre site, du massage prostatique, de l’aneros, des tabous de la société, etc, etc , ce jour-là il a fait que m’écouter.
    Le problème est survenu quand un autre jour en parlant de notre sexualité a nouveau il m’a appris qu’il pratiquait le massage prostatique depuis très longtemps…… là je peux vous dire que je suis resté pétrifiée et depuis je suis plus perdue qu’une fourmi dans un champ de laitues ! à ce moment-là je suis passé de celle que voulait jouer le rôle d’initiatrice à celle qui ne sait plus quoi faire !
    Je me pose beaucoup des questions,
    1- Qu’il prenne ce plaisir tout seul de son côté pendant tous ces années n’a pas t’il aidé à notre éloignement sexuel ?
    2- Voudra-t-il partager le plaisir du massage prostatique avec moi ? Pourrons-nous, tous les deux faire de ce massage un moment où l’on puisse profiter tous les deux et peut être un lien qui nous unira et non le contraire ?

    Bref si quelqu’un d’entre vous peux m’aider à démêler les nœuds dans mon cerveau je vous serai reconnaissante et entre temps pour ceux qui ont la chance de profiter de ces instants de magie avec leurs couples profitez, profitez à fond, la vie est tellement fragile !!!!!

    #39052
    bzobzo
    Participant

    pour finir est il deconseillé de toucher sa prostate regulierement en prenant sa douche par exemple.

    peuchère, tu touches ta prostate autant que tu veux,
    la seule règle, pour moi, c’est que le désir soit là

    tu peux y aller même 24h sur 24,
    au plus tu t’occupes de ta prostate, au plus ta prostate s’occupera de toi

    moi
    mais bon j’ai une autre façon de pratiquer,
    j’ai plein de micro-réveils la nuit,
    à chaque fois, c’est devenu automatique,
    je me caresse un peu, bouge langoureusement et fais monter une contraction
    et immédiatement je m’emplis d’ondes délicieuses,
    un ou deux gémissement après, je suis déjà rendormi
    et cela dix, quinze fois par nuit

    en journée, en faisant la cuisine, la vaisselle, pendant mon linge,
    je n’arrête pas en fait quand je suis tout seul à la maison,
    sauf quand je lis,
    quand je regarde un film ou une série, je mets en pause

    tu peux établir un dialogue constant avec ta prostate
    mais c’est surtout valable en aneroless,
    c’est un des grands avantages,
    le plaisir, les sensations deviennent une façon de vivre,
    il n’y a plus vraiment de séparation dans le fil du quotidien,
    les moments exceptionnels, intenses, du ressenti sexuel
    partages le fil du quotidien avec des actes plus prosaïques

    cela va bien au-delà du sexuel d’ailleurs,
    c’est une sorte de dialogue intime, de complicité, avec son corps qui s’établit
    qui dépasse le cadre du sexuel,
    cela devient tellurique, tantrique, vaudou, enfin tout ce que tu veux, selon ton inclinaison

    #38832

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    KIMKIM
    Participant

    Bonjour @Andraneros,

    Merci beaucoup d’avoir pris le temps de cette longue réponse. Je n’avais pas la dispo pour y répondre cette semaine. Néanmoins, te lire a dû déclencher des choses car j’ai ressenti une légère amélioration.

    Tout d’abord, je suis rassuré de ne pas être une cause perdue. Le lire a dû me débloquer un peu, inconsciemment…
    J’ai fait deux séances cette semaines.
    Durant la première, j’ai changé d’approche et fait des contractions au feeling plutôt qu’en suivant strictement le traité. C’était agréable, avec une sensation plus significative sur la prostate mais sans réel plaisir.
    La séance de la nuit dernière m’a apporté d’autres sensations. Peu après avoir installé l’Helix, la pression sur la prostate m’a fait sentir un plaisir léger mais que je pourrais décrire comme aigu. J’ai laissé le plaisir exister en me détendant et j’avoue que là j’ai entrevue, quoique de loin, ce que pourra être le début d’un plaisir prostatique. Je vais donc tenter de recréer ces conditions les prochaines fois.
    Aussi, j’ai eu des chatouillis dans la cuisse, que j’attribue à une envie de gratter. Ça m’a donné un petit spasme incontrôlé mais qui venait plus d’un réflexe… enfin c’est ainsi que je le vois puisque je ne connais pas encore les manifestations de l’orgasme…

    • Que t’apporte ton expérience en sophrologie pendant tes sessions ?

    La sophrologie m’apporte une conscience du corps très avancée. Je suis capable d’entrer dans un niveau de détente très rapidement, dans lequel je ne sens plus le corps. Mais pour mes séances, je ne vais pas si loin, afin d’être présent physiquement.

    • Que retiens-tu de tes lectures sur le taoïsme, sur le sexe « tantrique » ? Comment ton expérience sexuelle bénéficie-t-elle de ces apports ?

    Pour l’instant il m’est difficile d’y répondre tant je suis à mes débuts.

    • Abordes-tu tes sessions de massage prostatique dans le même esprit de sessions d’entraînement, d’apprentissage qui porteront leurs fruits plus tard, quand tu seras prêt à les cueillir ?

    J’essaie oui. parfois mon cerveau part dans mes pensées mais je tente d’y revenir dès que je m’en aperçoit. Ma copine habitant loin, je suis souvent seul, et j’aime assez me plongée dans un érotisme mental en imaginant lui faire plaisir.

    As-tu déjà parlé de ta recherche de développement orgasmique avec elle ?

    Au départ oui, elle m’avait même poussé à acheté mon Helix. Elle sait que je fais mes séances mais j’en parle pas avant de ressentir des progrès. Nous parlons très librement. Quand j’aurai fait des progrès, je l’impliquerai probablement dans mes recherches de plaisir. En attendant, elle tente souvent de me masser la prostate avec des fellations, mais la stimulation du pénis doit probablement empêcher un réel progrès quand nous sommes deux.

    Quoi qu’il en soit, je vais persévérer un peu avant d’acheter un autre modèle, et je verrai si je tente un plus fin ou un plus gros.

    Merci encore pour ton écoute sensible et tes questions qui me font réfléchir sur d’autres plans.

    KIM

    #38806

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @KIM.
    Tu te et nous demandes :

    À la lumière de ce que je viens de décrire, pensez-vous que je suis une cause perdue ?

    Sans hésiter je réponds NON. Ton expérience fait simplement de toi un débutant laborieux. Dans mon esprit cela signifie que :
    1. Tu vivras toi aussi les expériences orgasmiques dont tu lis les témoignages.
    2. Ton cheminement te demandera peut-être plus de temps, plus de pratique et plus d’expérimentations qu’à nos amis qui sont immédiatement très sensibles aux stimulations de leur(s) masseur(s).
    3. Tu devras être prêt à tout moment à accepter le DÉCLIC qui te fera basculer dans le plaisir prostatique.
    4. Tu devras faire preuve de confiance, de constance et d’application.
    5. Tu devras accepter de faire des micro-progrès là où d’autres font des bonds de géant.
    6. Tu ne devras pas te comparer à nos amis les plus favorisés dans leur cheminement mais vivre le tien à ton rythme et à ta manière.

    Nous sommes plusieurs sur le forum à avoir connu des débuts qui ressemblent au tien. Cela ne nous a pas empêché d’être nous aussi comblés par la jouissance profonde apportée par des sessions multi-orgasmiques. Mon cheminement a commencé dans une situation encore plus défavorable que la tienne. N’hésite pas à échanger sur ce point. Nous sommes tous là pour t’accompagner dans ta volonté de développement orgasmique.

    Les deux principales difficultés que doivent vaincre les débutants laborieux sont :
    • ne pas chercher à appliquer une méthode miracle à la perfection au détriment du naturel et de la spontanéité,
    • ne pas tout analyser avant, PENDANT et après les sessions au détriment de la sensualité et de l’émotion.

    Tu sembles avoir deux difficultés particulières qui te freinent, la perception d’une baisse de ta libido et (en conséquence ?) un manque d’excitation pendant tes sessions. Comme tu attends, très naturellement et sans doute inconsciemment, de vivre cette nouvelle forme de plaisir à l’occasion de tes sessions, tu en ressors avec un peu de frustration si ton attente n’est pas récompensée. Selon ce que tu nous dis :

    je pratique depuis peu le yoga et le QiGong.

    Depuis plusieurs années je suis attiré par la sexualité sacré (Taoisme et Tantrisme), et ma perte partielle de libido a renforcé cet intérêt pour une sexualité recentrée sur l’amour et l’énergie conservée.

    – J’ai le sentiment de bien me détendre (j’ai l’expérience de fortes relaxations grâce à la pratique de la sophrologie). Je focalise sur la détente et le bien-être, sans réclamer mentalement du plaisir à tout prix.

    Je pense que tu as un état d’esprit et des expériences qui devraient faciliter ta progression vers l’orgasme prostatique si tu parviens à capitaliser sur ces éléments. Je liste ci-dessous une série de questions, pour que tu te les poses sans obligation d’y répondre formellement sur le forum si cela te gêne :
    • Que t’apporte ton expérience en sophrologie pendant tes sessions ?
    • Que retiens-tu de tes lectures sur le taoïsme, sur le sexe « tantrique » ? Comment ton expérience sexuelle bénéficie-t-elle de ces apports ?
    • Comment abordes-tu ta pratique du yoga et du QiGong ? Quels en sont les bénéfices ? As-tu ressenti dès les premières leçons tous les bénéfices promis par ces disciplines ?
    • Abordes-tu tes sessions de massage prostatique dans le même esprit de sessions d’entraînement, d’apprentissage qui porteront leurs fruits plus tard, quand tu seras prêt à les cueillir ?

    À une occasion seulement, trois ou quatre séances en arrière, j’ai ressenti un début de chatouillement dans les cuisses avec un geste involontaire. C’était agréable mais ça ne s’est pas reproduit. Je n’ai rien fait pour le reproduire, j’ai juste laissé être.

    Je comprends que cette réaction est récente donc que c’est un progrès (ce que j’appelle un micro-progrès). C’est un point positif. Si cette expérience se reproduit, ce sera une victoire.

    parfois ma copine me fait une fellation en introduisant deux doigts. Cela se termine par une érection très dure et un bel orgasme abondant. Donc, la stimulation anale est existante chez moi…

    As-tu déjà parlé de ta recherche de développement orgasmique avec elle ? Tu es clairement sensible à sa stimulation. C’est une expérience à renouveler et à développer qui pourrait se révéler le déclic dont tu as besoin.

    est-ce que parmi vous il y a quelqu’un qui a vécu les mêmes déboires et qui a pu décoller grâce à un Aneros différent ou plus volumineux?

    C’est une voie d’expérience. Mais ce n’est pas la seule. Tu as dû déjà lire sur notre forum que certains de nos amis ont amélioré leur expérience prostatique avec des masseurs plus fins (Eupho à la place de l’Helix, voire Peridise… ).

    Bon cheminement @KIM.

    #38793
    KIMKIM
    Participant

    Bonjour,

    Cela fait déjà quatre mois que j’ai reçu mon Aneros Helix et que je me suis présenté à vous. J’ai voulu expérimenter un certain temps avant de poster sur le forum.
    Je remets ici ma présentation dans laquelle je donnais du contexte me concernant :
    « Je suis un homme hédoniste, âgé de 40 ans.
    J’ai eu une vie sexuelle de jeune homme bien remplie, au moins sur un plan physique. J’ai eu beaucoup de partenaires jusqu’à mes 32 ans, puis est arrivée une période longue de perte de libido. Due probablement à une prise de conscience de cette recherche frénétique de plaisir.
    Depuis plusieurs années je suis attiré par la sexualité sacré (Taoisme et Tantrisme), et ma perte partielle de libido a renforcé cet intérêt pour une sexualité recentrée sur l’amour et l’énergie conservée.
    Je lis donc beaucoup sur ces sujets, et je pratique depuis peu le yoga et le QiGong.
    Alors que je connaissais l’existence des masseurs prostatiques (je voyais des témoignages d’hommes décrivant un plaisir incroyable), j’ai mis presque sept ans à faire l’acquisition de mon premier Aneros Helix. »

    Depuis = quatre mois d’assiduité, avec plus de trente séances espacées d’au moins trois jours…

    Je n’ai absolument rien ressenti de la première à la quinzième séance. Une partie du problème tient dans le fait que je ne contractais pas tout à fait comme il le faut, selon le Traité. En effet, je ne contractais pas de longues secondes suivi du relâchement.
    Donc vers la quinzième séance, j’ai ressenti du plaisir à le faire bouger en moi, sans pour autant que ça soit érotique, ni particulièrement puissant. D’ailleurs, je finis par m’assoupir et dormir.
    Mais depuis, je n’ai pas connu d’améliorations.

    Pour vous éclairer et ainsi solliciter vos lumières, je vais vous donner un peu de contexte sur le déroulement de mes séances :
    – Je n’ai pas vraiment abordé mes séances en état d’excitation sexuelle, mais plutôt avec envie et curiosité. Ma libido n’étant plus ce qu’elle était il y a dix ans, je ne ressens plus d’excitation physique si je n’ai pas ma copine dans les bras, ni même de grands frissons. D’ailleurs, je suis devenu long à la détente, avec un besoin de longs préliminaires et surtout d’une grande confiance envers ma partenaire. Ça fonctionne très bien mais je n’ai plus la fougue d’un jeune taureau. C’est un changement déroutant que j’ai récemment appris à accepté malgré mon passé « rempli ». Toutefois, ayant lu un témoignage à la fin du Traité écrit par un homme impuissant, j’ai vite écarté ce soucis comme cause de mes échecs prostatiques.
    – Je lubrifie avec du gel à base d’eau en quantité je pense raisonnable, avec enduisage préalable de l’engin avec de l’huile de coco.
    – Je contracte en prenant soin de ne pas y aller trop fort, mais sur ce point précis, je n’ai aucun moyen de juger si ce que je fais est bien ou pas. En effet, je ne sens pas vraiment ma prostate contre l’Helix, donc je ne sens pas si mes contractions sont bonnes. J’ai l’impression que mes contractions sont légères. Toutefois, en contractant plus fort parfois, je sens des sensations mais cela ne « monte pas ».
    – À une occasion seulement, trois ou quatre séances en arrière, j’ai ressenti un début de chatouillement dans les cuisses avec un geste involontaire. C’était agréable mais ça ne s’est pas reproduit. Je n’ai rien fait pour le reproduire, j’ai juste laissé être.
    – J’ai le sentiment de bien me détendre (j’ai l’expérience de fortes relaxations grâce à la pratique de la sophrologie). Je focalise sur la détente et le bien-être, sans réclamer mentalement du plaisir à tout prix.
    – Je ne pratique pas si je suis épuisé.
    – Je ne touche absolument pas à mon pénis. Je n’ai pas non plus d’érection pendant les séances.
    – Je suis allongé sur le dos tout le temps, les jambes croisées pour donner un minimum de soutien à mes contractions. Si je suis en chien de fusil, la position me donne l’impression de ne pas contracter de manière efficace. Mais peut-être n’est-ce qu’une fausse impression…
    – Parfois j’alterne entre les contractions prolongées et des contractions brèves pour redonner un peu d’élan.

    Y a-t-il quelqu’un ici qui passe par les mêmes soucis que moi, avec un contexte libidinal similaire???

    À la lumière de ce que je viens de décrire, pensez-vous que je suis une cause perdue? Car au fond, je suis très curieux et je souhaite vraiment connaître ces orgasmes. Je suis persévérant et curieux, alors je ne vais pas abandonner. Pour autant j’aimerais que ça vienne avant ma retraite (à points) !
    N’étant pas certain d’y parvenir un jour, j’aborde les séances sans réelles attentes. D’ailleurs, je me demande si ce manque d’attentes n’est pas un problème?
    Un détail qui me donne encore de l’espoir : parfois ma copine me fait une fellation en introduisant deux doigts. Cela se termine par une érection très dure et un bel orgasme abondant. Donc, la stimulation anale est existante chez moi…

    Je me demande aussi si mon Helix est bien adapté à mon fondement, car je suis une personne de grande taille (1m92). Je n’ai pas fait médecine, mais l’idée que l’Helix pourrait ne pas appuyer au bon endroit m’a effleuré l’esprit un moment… Ce qui amène une autre question : est-ce que parmi vous il y a quelqu’un qui a vécu les mêmes déboires et qui a pu décoller grâce à un Aneros différent ou plus volumineux?

    Je vous remercie d’avance pour avoir lu jusqu’au bout et pour les réponses que vous me donnerez.
    KIM

    bzobzo
    Participant

    c’est assez bizarre le chemin qu’a pris ma pratique,
    j’ai commencé comme tout le monde par ici,
    avec un masseur dans un parcours prostatique assez « classique »

    j’ai passé toutes les étapes patiemment,
    premier orgasme, second, montée en puissance, démultiplication,
    jusqu’à arriver au chapelet continuel d’orgasmes tout le long de la séance
    et enfin des super O de plus en plus réguliers
    qui duraient parfois 5 à 10 minutes,
    etc, etc

    cependant tout de même, à partir d’un moment donné,
    j’ai eu de plus en plus l’intuition qu’il y avait moyen de vivre autre chose durant mes séances
    qui conviendrait mieux à mes besoins spécifiques

    quels étaient ces besoins spécifiques?
    et quels sont-ils encore?
    ceux d’un homme qui n’a plus connu l’amour physique depuis quelques années,
    plus eu donc de contacts charnels avec d’autres corps,
    plus connu les émois d’un acte sexuel,
    ce n’est pas juste d’orgasmes dont j’avais besoin
    mais de me sentir touché, de me sentir caressé, de sentir du féminin en émoi tout contre moi,
    de me sentir emporté par les élans de la passion charnelle, corps et âme,
    de sentir que je faisais l’amour

    de tout cela, j’ai eu l’intuition que mon corps pouvait me le donner,
    je ne le savais pas encore à l’époque aussi clairement que je l’énonce dans ce texte
    mais j’avais saisi le bout d’un fil qui m’intriguait
    et je commençais à tirer dessus

    je me rappelle bien par quel genre de choses, cela a commencé,
    j’étais là homme dans un corps d’homme vivant des orgasmes prostatiques,
    un plaisir en mode yang donc,
    cependant de plus en plus je me rendais compte qu’avec mon bassin,
    si j’effectuais des mouvements un peu différents, moins masculins, disons,
    enfin qui sortaient du cadre de ma masculinité, qui en taquinaient les limites,
    mon plaisir prenait de nouvelles couleurs, une autre ampleur

    avec les bras aussi, au début mes mains étaient statiques,
    parfois se posaient sur mon corps mais c’est tout,
    je me rappelle des semaines durant je me disais,
    il faut que je force un peu ces mains à bouger, à se mettre en action
    puis je me suis mis à me caresser de plus en plus, de plus en plus passionnément

    on finit par être caressé, à force de se caresser,
    je veux dire, se sentir caressé comme par quelqu’un d’autre
    si on s’investit là-dedans corps et âme,
    il y a des jeux de miroir qui se mettent en place,
    on gagne peu peu la complicité de ce corps,
    il comprend ce qu’on veut obtenir
    et il va nous donner de plus en plus les moyens d’y arriver

    cela montait de mes profondeurs, cela s’emparait un peu de moi, de-ci, de-là,
    j’osai un tout petit peu plus tous les jours,
    j’avais l’impression néanmoins d’être extrêmement audacieux parce que je taquinais de plus en plus
    les limites de ma masculinité
    mais c’est un processus très très graduel,
    tellement graduel

    il ne suffit pas juste de s’agiter comme une folle, d’essayer d’imiter une femme en rut qui se lâche,
    il s’agit d’écouter ses profondeurs, de les laisser s’exprimer de plus en plus,
    que cela vienne de là, que cela monte de là,
    tout cela prend beaucoup de temps,
    enfin chez moi cela a pris beaucoup de temps

    tout cela est possible aussi parce qu’aujourd’hui
    je peux libérer toutes les énergies qu’il y a au fond de moi,
    c’est bien là le plus important,
    une fois qu’on est capable de cela, tout devient possible,
    les deux clefs sont,
    d’une part, avoir un accès sans restrictions aux énergies en nos abysses
    et d’autre part, acquérir une complicité totale avec son corps,
    une fois que ces deux points sont acquis,
    vous faites ce que vous voulez, vous vivez le plaisir que vous voulez,
    le plaisir que vous vous choisissez de bâtir

    moi j’ai choisi ce mode yin qui j’ai pressenti possible,
    qui je pressentais pouvait combler un manque dans ma vie
    mais sans doute pour un homme avec compagne ou compagnon,
    je comprends que cela parle moins,
    bien qu’on lit régulièrement des hommes ici venir témoigner
    de leur fantasme de vivre un plaisir au féminin

    mais du fantasme à le vivre concrètement dans sa chair,
    le chemin est long et hasardeux, difficile,
    de toutes les façons, il vaut mieux commencer par un parcours prostatique classique,
    aller bien loin avec
    car même en mode yin à 100% comme je le suis désormais depuis longtemps,
    on a totalement besoin de sa prostatique éveillée
    et inondant sa chair de ses ondes délicieuses et puissantes

    en ayant bifurquer peu peu d’un parcours classique de massage prostatique
    où j’avais atteint tous les résultats possible,
    je me suis assuré que dans mon nouveau parcours, tout le long,
    je pourrais me procurer un minimum de sensations, même dans les creux de vague,
    les moments plus difficiles,
    cela m’a aidé à tenir le coup, à trouver la volonté de continuer
    jusqu’à ce que les choses se mettent de plus en plus en place

    désormais que ma pratique est bien en place, oui je peux l’écrire maintenant,
    elle est bien en place,
    je vais expérimenter aussi mes énergies en libre service, en open bar dans mon bassin,
    autrement,
    j’avais fait des essais tantriques, je vais reprendre cela
    maintenant qu’il me suffit d’un peu contracter les muscles du périnée
    et comme une fontaine s’élève en moi ,
    je sens qu’il y a moyen de vivre tellement d’aventures différentes avec,
    d’explorer tellement d’autres continents avec

    #38689

    En réponse à: Mon bonhomme de chemin

    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @epicture. Merci de revenir régulièrement nous apporter des nouvelles de ton cheminement.
    J’ai plaisir à lire :

    Je continue, inlassablement mon bonhomme de chemin. Je dois avouer que j’ai un peu décroché du forum, mais pas de mon cheminement.
    Comment pourrais-je décrocher ? Je suis tombé dans la corne d’abondance !!
    Je me perçois de plus en plus comme un tube, une sorte de canal, à l’intérieur duquel serait tendue une corde qui vibre et fait chanter mon corps.

    Tu nous disais il y 15 mois :

    Mon corps me parle de plus en plus souvent. Il m’envoie des signes, toujours agréables : vagues vibratoires, spasmes musculaires pics électriques, fourmillements, brusques changements du rythme cardiaque, bouffées de chaleur, sensation de froid dans le dos, sensations de battements dans la gorge, etc… à n’importe quel moment du jour, ou de la nuit. 

    Passer de ce que tu décrivais ainsi à te percevoir « de plus en plus comme un tube, une sorte de canal » marque une forme d’évolution qui me paraît particulièrement importante. J’ai l’impression que, alors que ta pratique à l’époque était déjà bien développée, tu es parvenu à t’ouvrir encore plus à la circulation de ton énergie sexuelle. L’image du tube laisse penser que l’énergie coule à flot et plutôt en permanence que de temps en temps à l’occasion d’une session.
    Tu disais il y a 10 mois :

    Les techniques et processus qui conduisent à la maîtrise de cette quantité d’énergie sont encore pour moi à développer et à travailler. Cette énergie est à la base du désir qui en s’accumulant forme une sorte de tremplin vers la jouissance et l’orgasme. D’après ce que j’ai pu comprendre du Tantra, cette énergie ne doit pas être perçue comme un trésor qu’il faudrait garder en soi, mais comme un flux qui nous traverse. Ce n’est pas l’accumulation d’énergie qu’il faut viser pour favoriser cette danse orgasmique, mais l’augmentation de ce flux qui nous traverse : permettre à ce flux énergétique de circuler en grande quantité dans notre corps, pour que vibrent nos cordes orgasmiques.
    Le massage pénien conduit à une accumulation rapide d’énergie. Il faut ensuite apprendre à la faire circuler ce qui est loin d’être évident. Le massage prostatique procède d’une autre manière en ouvrant « l’orifice » par lequel passe cette énergie (à ne pas confondre avec l’anus, c’est un orifice énergétique). Mais c’est plus délicat à maîtriser car l’énergie circule instantanément, ce qui peut provoquer des réponses réflexes tout aussi instantanées de blocages. Pour ma part il s’agit de spasmes musculaires réflexes qui referment aussitôt l’orifice. Il faut alors recommencer, encore et encore pour apprendre au corps à s’habituer à cette circulation.

    J’ai l’impression que tu as particulièrement bien progressé sur ce point. Je marque en gras le point sur lequel j’ai l’impression que tu as particulièrement bien progressé. Si je ne me trompe pas j’en suis particulièrement heureux.

    Bon cheminement @epicture.

    #38606

    En réponse à: Heureux mais inquiet

    CaktilCaktil
    Participant

    Un an déjà

    Le 15 août 2019, trois jours après l’avoir commandé, j’essayais un Aneros pour la première fois. Après avoir parcouru quelques informations sur le site d’Aneros, mon choix s’était porté sur l’Helix Trident qui est recommandé pour les débutants. Et j’étais vraiment un débutant pour ce qui est du sexe anal. Je ne m’étais jamais intéressé à cette partie de mon anatomie et je ne comprenais pas pourquoi des hommes prenaient du plaisir à sodomiser des femmes alors que, pour moi, un vagin est tellement plus attirant et qu’il est fait pour être pénétré. En fait, le sexe anal me déplaisait au point de trouver très ennuyeuses toutes ces scènes de sodomie dans les films porno. Je ne comprenais pas cet engouement pour le sexe anal. En tant qu’adolescent curieux, j’avais bien sûr expérimenté quelques introductions de doigts lors de masturbations, mais sans aimer ça. De plus, mes différentes partenaires ne m’avaient jamais initié ou caressé à cet endroit.

    Mais voilà… Je ne sais plus où sur le web, mon attention a été attirée par la description d’un orgasme prostatique. J’ai un peu creusé le sujet et me suis dit qu’il s’agissait surement d’exagérations car sinon tous les hommes seraient au courant depuis longtemps ! J’étais quand même un peu intrigué et j’ai donc passé quelques heures à lire les témoignages trouvés sur les forums du site d’Aneros. Il n’y a pas de fumée sans feu me suis-je dis et même s’il y a exagération, l’orgasme prostatique semblait être très agréable. Essayons…

    Donc, ce jeudi 15 août 2019, je suis couché sur le côté droit en train d’essayer de suivre les instructions du mode d’emploi succinct se trouvant dans la boite de mon Helix. Extrait du compte-rendu de cette première séance :

    « … Au bout d’un moment, je serre les sphincters un peu plus fort, pour voir. Je sens bien le dispositif changer de place dans mon intimité, c’est assez agréable sans être extraordinaire. Je change de position et recommence à me relaxer et à me concentrer sur la respiration. Je suis à présent sur le côté droit, la jambe gauche relevée contre mon estomac. Couché sur le côté, il me semble mieux sentir l’Aneros bouger. J’ai lu qu’une stimulation des tétons semblait favorable à la survenue d’un orgasme. J’essaie, bien que je n’aie jamais rien ressenti du côté des tétons. Rien de bien extraordinaire ne se passe pour le moment. Je change encore de position, je me mets sur le côté gauche, jambe droite relevée. Je me concentre à nouveau sur mon corps, la respiration, la sensation de l’Aneros en moi, je contracte un peu les sphincters et commence à percevoir un petit peu de plaisir vers la base du pénis. J’arrive à entrevoir ce que ça pourrait donner, j’imagine le plaisir potentiel et il a l’air d’être extraordinaire. C’est comme si je regardais une fête qui se passe dans la pièce d’à côté par le trou de la serrure, j’arrive à voir partiellement ce qui s’y passe, j’en fais l’expérience de loin et avec une vue limitée. Il me faut encore trouver la clé et oser entrer dans cette pièce où la fête a l’air d’être magnifique ! »

    Je n’ai pas eu pas d’orgasme pour cette première séance, mais je sais qu’il y a une période d’apprentissage, je ne suis donc pas du tout déçu. J’arrête la session en me disant que ce sont des débuts prometteurs et je me réjouis d’essayer à nouveau. C’est à peu près à ce moment que je découvre le site de Nouveaux Plaisirs et je télécharge le Traité d’Aneros.

    J’étudie le Traité et je fais une deuxième séance le lundi 19 août 2019 au cours de laquelle j’ai un peu plus de succès avec trois mini-O’s ou trois vagues de plaisir, je ne sais pas exactement ce que c’était, mais c’était très agréable. Extraits du récit de la deuxième séance :

    « … Je me remets sur le dos et me relaxe à nouveau tout en me caressant sur tout le corps (sauf le pénis, bien entendu). Je ne tarde pas à entrer une fois de plus en érection et, à nouveau, j’ai cette espèce de mini-O. Cette fois, le plaisir est un peu plus intense et, en même temps que je ressens ces vagues de plaisir, je commence à rire !! Je ris en jouissant ! Je me dis « mais ce n’est pas possible ! ce truc fonctionne vraiment ! ». Je suis sur un petit nuage ! »

    « … Pour reprendre l’analogie de la fête qui se passe dans la pièce d’à côté, je ne regarde plus par le trou de la serrure, mais j’ai entrouvert la porte pour regarder ce qui s’y passe. Et il se pourrait bien que je sois même entré dans la pièce, juste un petit moment, en restant adossé à la porte pour pouvoir vite en ressortir, on ne sait jamais… »

    Les sessions N°3 et 4 seront décevantes, j’avais trop d’attentes probablement. Mais je ne me décourage pas, je sais pour l’avoir lu sur les forums que la recherche du plaisir prostatique est souvent faite d’avancées et de stagnations.

    Le lundi 26 août 2019, arrive la cinquième séance. Et là…
    Extrait du compte-rendu de la séance :
    « … De loin la meilleure session que j’ai jamais faite !! Pratiquement deux heures d’orgasmes… J’écris ces mots et je me fais moi-même la réflexion « Quoi ?! Deux heures d’orgasmes !! » C’est extraordinaire, merveilleux, joyeux, très addictif probablement… Cette matinée du 26 août 2019 est sans aucun doute le moment où j’ai ressenti le plus de plaisir sexuel de toute ma vie. A 62 ans… »

    J’ai donc eu la veine de connaître l’orgasme prostatique, de petits Dry-O’s je pense, après seulement cinq séances. Je me trouve très chanceux.

    Durant cette première année, j’ai fait deux séances par semaine en moyenne. J’ai eu quelques moments de découragement, je me suis langui sur des plateaux qui me semblaient interminables, en me demandant à quel moment je passerai au niveau supérieur. J’ai aussi eu des sessions extraordinaires au cours desquelles j’éprouvais à nouveau le meilleur plaisir sexuel de ma vie. Quelques séances ratées, aussi. Je me suis posé plein de questions sur la nature du plaisir ressenti. Était-ce une vague de plaisir ? Un Mini-O ? Un Dry-O ? Un Super-O ? J’ai fini par laisser tomber un peu les étiquettes et juste savourer ce qui m’arrivait. Je pense avoir eu un ou deux Super-O’s dernièrement, mais comme j’ai aussi régulièrement des orgasmes qui dépassent en intensité ou en qualité les derniers « meilleurs orgasmes de ma vie », comment savoir ? Y-a-t-il une hiérarchie des Super-O’s ? Peut-être que ce que j’appelle Super-O n’est qu’un Mini-O pour quelqu’un d’autre ? Finalement, les étiquettes ne sont pas si importantes, ce qui compte c’est d’être émerveillé par ce que notre corps est capable de nous faire vivre.

    Une des dernières sessions que j’ai vécues, le 30 juillet dernier, a été prodigieuse. Il m’arrive d’avoir deux ou trois « meilleurs orgasmes de ma vie » dans une séance qui marche bien. Mais là… J’en ai eu entre dix et quinze (j’ai perdu le compte…) à la suite !! À mes débuts, je ne pensais pas pouvoir arriver à un tel niveau de plaisir. Se dire dix ou quinze fois de suite que l’orgasme que l’on vient de vivre est le meilleur de tous les temps, c’est tout simplement ahurissant.

    Où cela s’arrêtera-t-il ? Il me semble qu’il n’y a pas de sommet à cette échelle du plaisir. Une fois un niveau franchi, on se retrouve au bas d’une nouvelle échelle d’intensité du plaisir. C’est cela qui est vraiment prodigieux dans ce cheminement, il a l’air sans fin…

    Je sais maintenant que les témoignages qui décrivent les orgasmes prostatiques ne sont pas du tout exagérés. Non seulement ils existent, non seulement ils sont meilleurs que les orgasmes traditionnels mais en plus ils durent plusieurs minutes et peuvent être répétés aussi souvent que l’on en a envie.

    Bien sûr, mon attitude face au sexe anal a bien évolué. Je comprends maintenant que l’anus est aussi un organe sexuel. Il ne sert pas qu’à évacuer des déchets. Je comprends qu’une femme peut aussi avoir du plaisir en étant sodomisée. Je ne plains plus les hommes gay. J’ai toujours su qu’ils n’avaient pas choisi leur orientation sexuelle, mais maintenant je sais aussi qu’ils ont probablement plus de plaisir que l’hétérosexuel « moyen ».

    Je ne suis plus le même qu’il y a un an. Ma libido s’est améliorée. Mes érections sont plus fermes. Je n’ai plus besoin de porno pour m’exciter. Je m’intéresse à d’autre domaines liés à une sexualité épanouie. Le tantrisme commence à me titiller, j’envisage de commencer sérieusement à méditer et je suis plus heureux qu’il y a un an.

    Et je serai différent dans un an.

    Merci à vous tous sur ce site, vos témoignages sont importants pour une meilleure compréhension de ce sujet. Mes remerciements particuliers à Adam pour avoir créé ce site et pour avoir écrit le Traité d’Aneros et à Andraneros pour ses conseils pertinents, continuez à promouvoir une sexualité épanouie, je vous suis très reconnaissant.

    Pour fêter cette première année de plaisirs prostatiques, j’ai commandé un Progasm Ice, celui qui est transparent. Je me réjouis de l’essayer lundi matin…

    Prenez soin de vous et bon cheminement à tous !

    #37898
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour à tous,

    Quel bon sujet !

    C’est clair que ma vision du monde a changé durant ces dix derniers mois… Bien sûr, il y a déjà la découverte d’un plaisir divin, tellement fort, tellement bon… Le sujet des orgasmes prostatiques devrait être enseigné à l’école, dans les cours d’éducation sexuelle. Je ne sais pas comment c’est de nos jours, mais je pense que ça ne doit pas avoir énormément changé depuis les quelques pauvres leçons que j’ai reçues dans les années 70 et qui étaient surtout anatomiques (c’était déjà pas mal…).

    Mon opinion sur le sexe anal a également changé. Avant ma découverte des masseurs Aneros, je ne comprenais pas pourquoi certains aimaient le sexe anal. J’arrivais à un peu comprendre le point de vue de celui qui pénétrait… Et encore, je me disais qu’un vagin est tellement mieux adapté à une pénétration. Je ne savais pas qu’on pouvait prendre du plaisir en étant sodomisé. Je pensais que les femmes acceptaient juste pour faire plaisir à leur partenaire. Pourtant j’avais lu que l’anus était richement innervé, mais je n’avais pas vraiment compris que, oui, il est possible d’avoir un orgasme de cette manière.
    Je n’ai jamais été homophobe car j’avais bien compris que ce n’est pas un choix. Je n’ai pas choisi d’être hétérosexuel. Donc, étant attirés par le même sexe, ces « pauvres garçons » devaient s’arranger comme ils pouvaient, d’où la sodomie… Maintenant, au moins, j’ai bien compris que ces « pauvres garçons », sur le plan sexuel, n’ont pas à envier les hétéros… Au contraire !

    Ensuite, sur le plan personnel, comme le dis @Andraneros, j’ai aussi changé. J’ai eu une ou deux séances qui ont été presque comme une sorte de psychothérapie. Pendant la session, en repensant à mon passé amoureux ou sexuel, j’ai réglé des comptes. Je me souviens d’avoir pleuré un peu, non pas en m’apitoyant sur mon sort, mais en revivant des moments chargés d’émotion. Et j’en suis ressorti apaisé, mieux dans ma peau. De plus, j’ai aussi moins de crainte de ne plus pouvoir avoir d’érections un jour. Ce n’est pas que je m’angoisse chaque jour à ce sujet, mais je m’étais quelque fois dit qu’à partir d’un certain âge, je ne pourrais plus avoir de plaisir sexuel. Eh bien, maintenant, je sais que je pourrai toujours avoir des orgasmes et du plaisir sexuel, même sans érections.

    Sur le plan philosophique, je dirais que je suis maintenant un peu plus ouvert sur les sujets comme les chakras, la circulation des énergies, la méditation ou le Tantra. Mais je dois encore approfondir ces domaines.

    Et pour terminer, je dirais que ma santé sexuelle s’est améliorée depuis que je pratique les massages de prostate. Mes érections sont meilleures et ma libido est plus élevée qu’avant. Donc, je ne vois que du positif dans toute cette histoire, c’est juste extraordinaire !

    #37646
    AvatarMikYo
    Participant

    Bonjour @Andraneros,
    Je reviens sur ta question :

    Ta capacité à contracter séparément chaque groupe musculaire du périnée, muscles PC et anus, est un acquis très important pour la suite de ton développement. Comment as-tu fait pour atteindre ce degré de contrôle ? Est-ce venu naturellement sans effort particulier de ta part ou est-ce le fruit d’une pratique raisonnée et progressive ?

    Cela fait déjà quelques années que je pratique la méditation et très vite je me suis aperçu qu’en expirant profondément des sensations apparaissait au niveau de la prostate. C’était très agréable et cela m’interpellait mais je ne savais pas quoi en faire. Par la suite, j’ai consulté l’article d’@Adam sur sa découverte du Tantra dans lequel il proposait de contracter son muscle PC uniquement pour développer le plaisir. J’ai donc fait le lien avec la méditation et ait continuer la pratique et donc j’ai appris à bien cibler ce que je contractais alors. Quand j’ai re démarré les exercices avec le masseur, j’ai pu faire le lien encore et bien distinguer la différence entre les 2. Au fur et à mesure, j’arrive par moment a les faire bouger distinctement comme tu l’expliques toi même dans un des tes articles il me semble.
    En ce qui concerne, l’aneroless je me considère comme chanceux parce que c’est venu très naturellement une fois le cap de l’orgasme prostatique passé…

    #37598
    EpictureEpicture
    Participant

    Extraits de : Désirs passions et spiritualité, Daniel ODIER, Pocket 1999
    Chapitre 28 : L’orgasme tantrique pour les hommes

    La plupart des auteurs parlent à ce propos (dissociation de l’orgasme et de l’éjaculation) de « contrôler l’éjaculation », alors qu’il s’agit au contraire d’abandonner tout contrôle dans une détente très profonde de la respiration.
    (…) Par le massage (ici réalisé par un masseur initié) des points situés sur les méridiens, les fonctions respiratoires se détendent. Le diaphragme s’assoupli, les muscles profonds se relâchent. Toute la région du bassin trouve une autonomie et une détente qui vont permettre d’arriver progressivement à « oublier » l’éjaculation sans retenir quoi que ce soit.
    (…) Tout homme sait que l’idée même de se retenir engendre une tension physique et mentale préjudiciable à l’abandon dans les rapports sexuels…
    (…)Tous nos réflexes énergétiques bloquent ce flux (celui de la durée extatique), particulièrement celui de l’éjaculation. Pour qu’un homme soit en mesure de suivre une femme sur les vagues successives du plaisir, il n’a qu’une solution, devenir une femme énergétique, c’est-à-dire s’abandonner totalement.
    Contrairement aux habitudes, le rythme amoureux des yogin commence dans une ardeur passionnée où tout est mis en œuvre pour porter l’excitation à son comble. Plus l’union se prolonge, plus le rythme va ralentir, jusqu’à l’immobilité totale. Tous les processus vont tendrent à l’accalmie alors que l’extase elle-même va suivre une montée fulgurante.

    En réalité, Daniel ODIER parle de l’orgasme au cour d’un rapport partagé avec une autre personne. J’ai choisi des extraits qui peuvent donner l’impression qu’il n’est pas question d’autre personne. En fait, selon moi, atteindre cette extase est possible aussi bien seul, que à deux, ou à plusieurs. Il faut cependant avoir un ou une partenaire ouvert à ce genre de pratiques, ce qui ne courre pas les rues.

    Du coup, Je peux vous dire que seul, cela fonctionne aussi. Mais ce n’est pas une « branlette » pour se soulager. C’est un massage qui conduit à cette détente profonde, dans laquelle le flux énergétique parcourt le corps avec volupté. Si la concentration s’oriente vers la circulation de ce flux, que la stimulation lente accompagne avec douceur, alors l’éjaculation ne constitue plus une menace. Le jeu de massages qui accompagne les vagues de plaisirs se transforme en danse du corps avec lui-même, sans que je puisse cependant parler encore de montée fulgurante. L’esprit, quant à lui, disjoncte du moi, et plonge…
    Il reste encore quelques résidus de pensée intermittents mais que je travaille à faire disparaitre.
    Bon cheminement à tous !!

    #37299
    AndranerosAndraneros
    Modérateur

    Bonjour @kim, bienvenue sur notre forum.
    Selon ce que vous nous dites votre présence parmi nous semble correspondre à une évolution assez profonde de votre sexualité. Votre état d’esprit aujourd’hui vous met dans les meilleures dispositions pour découvrir notre pratique du plaisir prostatique et progresser dans votre cheminement plus facilement que d’autres débutants.

    Vous allez bénéficier de ce que vous avez lu sur le taoïsme et le tantrisme et de vos débuts en yoga et Qigong. Je suis impatient de lire comment vous vivez vos premières sessions de massage prostatique et comment vous allez unifier votre nouvelle expérience et celle que vous avez acquise.

    Nous attendons vos interrogations et votre rtémoignage avec le plus grand intérêt. Bon cheminement @kim.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 289)