20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 326)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #45025

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    les sensations, le matin, au réveil,

    ont toujours quelque chose d’un peu spécial, chez moi,

    j’ai déjà évoqué ce petit quelque chose,

    en même temps, tellement délicieux et tellement mystérieux

     

    les sensations semblent avoir tenu la main aux rêves, quelque part,

    je veux dire,

    elles semblent avoir quelque chose en commun,

    ce quelque chose, je crois l’avoir identifié, déjà depuis pas mal de temps

     

    dans ma cosmologie personnelle ,

    dans ma construction personnelle du monde, en parallèle,

    dans ma mythologie intime,

    ce quelque chose, ce sont les énergies,

    les pures énergies que nous avons au fond de nous,

    les rêves en sont issus, les sensations en sont issues

     

    tout cela est basé sur du vent, bien sûr,

    sur mon ressenti, mon instinct, les fulgurations de mon imagination

    mais tout cela compte de plus en plus, pour moi

     

    respectueux des lois de la physique, je suis,

    respectueux de la science, de tous nos formidables acquis, à nous autres, hommes,

    loin de moi les superstitions, les croyances qui existent tout autour,

    je suis vraiment très méfiant  et prudent vis à vis de tout cela,

    je suis, jusqu’à un certain point, cartésien pur jus,

    néanmoins, je me suis bâti ma petite cosmologie personnelle,

    basée sur ce que je vis, ce que j’ai vécu, durant ma pratique

    mais aussi durant mes longues promenades en forêt,

    dans le silence de la nature, les choses mystérieuses que j’ai pu vivre,

    ainsi que ce que j’ai pu expérimenter, avec les livres, avec l’art,

    les émotions qui sont nées, durant la lecture ou la contemplation de peintures, de sculptures,

    leur capacité, un instant, de me transporter ailleurs,

    de me faire vivre une forme de transcendance, par des émotions fortes

     

    les énergies dans nos profondeurs,

    ces pures et magnifiques énergies,

    forment, là, comme un lac sans fond, sombre, insondable,

    leur capacité à nous irriguer soudainement,

    à emprunter comme un réseau dans l’invisible

    pour nous transformer en un arbre en fête, bruissant de toutes ses feuilles,

    à ressentir partout, une sève ineffable, un nectar, circulant dans la chair,

    c’est là, pour moi, le grand mystère qui nous habite,

    je ne cherche pas beaucoup plus loin

     

     

    enfin, ce qui est magique, aussi,

    c’est la ductilité, leur côté, couteau suisse, à ces énergies,

    leur capacité à se transformer, aussi bien en émotion durant la lecture,

    ou durant la vision d’un tableau,

    que me faire vivre des moments de volupté et de jouissance, dans tout le corps

    mais aussi, dans la forêt, au contact prolongé des grands arbres,

    traversé de part en part, par la source joyeuse, roulante, zigzaguante , des chants d’oiseau,

    ces moments d’abandon et comme de communion, avec tout ce qu’il y a autour,

    dans le silence épais de la forêt

     

    et puis bien d’autres pistes que je n’ai pas encore suffisamment explorées,

    que je n’ai fait qu’effleurer,

    comme par exemple, les transes tantriques, certaines formes de danse

    enfin tellement , tellement de voies pour allumer ces pures énergies, au fond de nous,

    tellement de voies

    que ce lac dans nos profondeurs, ce lac sombre et sans fond,

    soudainement nous transforment en un arbre de lumière, d’ondes cristallines,

    de vibrations chaudes, soyeuses et frémissantes

    qui nous irrigue de fond en comble

     

     

    #44990

    En réponse à: L’homme Orgasmique

    RomPat33
    Participant

    Merci pour tes précieux conseils @bzo

    effectivement je sais que c’est un long chemin.
    Et d’ailleurs je n’en suis pas à mes débuts sur la question orgasm prostatique.
    J’ai commencé il y a 2 ans et demi mais pas de vibro. J’ai recherché au début une approche plus « spirituelle, tantric… »
    Respiration circulaire, respiration wim hof, la méthode du do nothing, visualisation et tout et tout.

    il y a eut de belles expérience mais rien d’orgasmique a part une fois, je te raconterai si tu veux, mais c’était plutôt lié à la kundalini.

    j’ai entamé aussi un voyage de semen retention que je continu sur des périodes de 15-20 jours max.

    Après je me suis entretenu avec JediMindChick c’est une fille américaine qui jouie à volonté sans toucher, ni contraction. Elle m’a expliqué le cheminement qu’on retrouve un peu chez toi @bzo mais elle n’avait aucune expérience masculine donc pas adapté à moi.

    j’ai compris une chose c’est que le voyage doit être un réel plaisir, un reviens-y sinon tu ne dure pas sur la distance. Et ça je l’ai bien vu chez toi @bzo

    alors oui, l’impression que j’ai va dans le sens de tes remarques, il faut continuer à souffler sur le désir et le plaisir. Le moins mécanique et théorique possible…

    #43964

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    les multiples facettes des énergies,

    les milles manières de les invoquer

     

    les façons programmées par défaut, chez la plupart, en tout cas,

    par les génitaux,

    un peu moins spontanée, par l’anus

     

    encore moins,

    nécessite tout un apprentissage

    et une reprogrammation,

    par la prostate

    mais chez l’homme,

    sans doute la voie la plus puissante et la plus riche,

    qui lui donne accès à la puissance féminine, en lui

     

    par les tétons,

    ils semblent avoir une voie express directe

    par où faire monter les énergies,

    étonnement facile à activer,

    pour quelqu’un d’un peu audacieux,

    prêt à se chipoter sans tabou

     

    on balance  nettement du côté du yin

    avec les tétons et la prostate

    mais ce n’est pas forcément du plaisir en mode yin,

    pour cela, il faut encore une volonté

    et tout un travail d’ouverture et d’acceptation de se laisser entraîner,

    supplémentaires,

    pour faire basculer son corps,

    tout son être, en fait,

    du côté du féminin en nous,

    on a toute cette face cachée, tout ce continent immense, en nous,

    qu’on peut faire monter à la surface,

    c’est mon territoire, c’est celui que j’explore,

    inlassablement, avec délice

     

    par la peau, par nos gestes, nos mouvements, nos postures,

    par tout notre corps

    qui peut réagir comme un immense organes sexuel

    quand on parvient à invoquer et à faire monter, les énergies,

    de toutes parts

     

    la respiration a un lien très spécial avec les énergies,

    le yoga explore continuellement cette voie

    mais pas que,

    le tantrisme, etc

    la manière du Traité d’Aneros aussi,

    c’est plus ou moins sexuel, voire pas du tout

     

    mais aussi, d’autres manières,

    où nous nous éloignons complètement de la sexualité,

    des stimulations extérieures,

    une interaction avec des éléments de notre environnement,

    je pense essentiellement à la nature,

    le silence de la forêt est un vaste, un infini, champ de rencontre

    où dorment les énergies de la nature,

    et où  j’en ai la conviction intime, on peut parvenir à y mêler les nôtres

    pour des moments spéciaux, des moments inoubliables

     

    mes promenades en forêt, sont une fête au premier degré,

    une liesse de tous les instants, par les sens

    mais aussi une exploration intime,

    dans l’épaisseur, le sirop dense,  du silence de la forêt ,

    des choses se passent de plus en plus, s’éveillent

    où mes énergies aussi , sont invoquées

    pour des moments d’un tout autre type, bien sûr,

    que chez moi,

    les extases sexuelles que j’y vis,

    la mer de volupté dans laquelle je m’y baigne,

    quasi constamment

     

    et que dire de la mer, de le la vastitude de l’océan,

    qui semble une immensité d’énergie dansante

    dans laquelle on a envie de se fondre, de  s’y immerger,

    de plonger en elle, corps et âme,

    de n’être plus qu’une goutte parmi l’infinitude des autres goutes, reliées en elles

    dans une danse perpétuelle

     

    mais aussi, probablement, sans aucune déclencheur externe,

    juste avec l’esprit,

    on peut sans doute aussi invoquer , faire monter,

    puissamment les énergies,

    pour des extases, sans doute, très très spéciales

     

    #43693
    bzo
    Participant

    et puis  là, tout ce que j’évoque, c’est plus ou moins sexuel

    mais la complicité avec son corps,

    peut se manifester sous tellement de formes différentes,

    je viens juste d’écrire que c’est plus ou moins sexuel

    mais pourquoi même se poser la question

     

    l’incandescence des moments, les énergies qui flambent en nous,

    peuvent se vivre sous tellement de formes différentes,

    certaines comme le tantra, me tentent  tellement, quand j’aurai du temps,

    il y a des formes de danse où l’on joue avec les mouvements de son corps, de ses gestes,

    de son positionnement dans l’espace,

    avec les énergies éveillées,

    je fais d’ailleurs des trucs comme cela déjà, à nouveau de plus en plus,

    juste je me mets debout au milieu de la pièce

    et je me mets à bouger lentement,

    à laisser les énergies s’éveiller lentement,

    à jouer avec , à essayer de les caresser avec mes gestes, mes postures

     

     

     

     

     

    #43608

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    autant ma pratique en mode yin, m’apporte satisfaction,

    me fait vivre des moments splendides au quotidien,

    autant je dois dire que mes tentatives pour réactiver une pratique purement prostatique,

    du genre de celle que j’avais dans mes premières années,

    mais sans masseur,

    se sont révélées un échec

     

    d’où une certaine frustration

    car j’ai vraiment la conviction que ces deux pratiques en synergie, dans mon quotidien,

    seraient splendidement complémentaires

    et alors je serai vraiment totalement comblé

     

    j’ai déjà décrit en long et en large ce que m’apporte ma pratique en mode yin,

    le plaisir dans tout le corps, la volupté, la jouissance,

    la sensation de complicité, de communion, avec son corps,

    la possibilité de mêler à mes faits et gestes du quotidien, aussi banals soient-ils,

    ne fusse que pour quelques secondes

     

    mais je dois avouer que ce n’est toujours pas assez,

    même si la jouissance est là, même si j’ai des orgasmes de temps  à autre,

    la formidable explosivité, répétitivité, pure puissance et longévité dans la durée, des orgasmes prostatiques,

    me manquent

     

    bien sûr,  comme je l’ai déjà écrit, si je devais choisir entre les deux,

    je n’hésite pas une seconde, je choisis mon mode yin,

    là n’est pas la question

    mais les deux ensemble, ce serait parfait, vraiment parfait

     

    j’imaginerais bien comment se déroulerait une journée de congé, ainsi,

    quand je suis seul à la maison et sans visiteur,

    mon mode yin, m’accompagnerait

    et puis en soirée, plutôt en fin de soirée,

    en conclusion, en clôture, en finale, du cycle de festoiement intime avec mon corps,

    une demie heure, une heure, en massage prostatique,

    ce serait la cerise, une grosse cerise, sur le gâteau

     

    là, j’ai le gâteau, mes minutes auront formé un immense et délicieux gâteau,

    que j’aurai dévoré à pleines dents

    mais il me manque la cerise, une belle cerise grosse comme une pomme

    pour conclure grandiosement

     

    rien à reprocher au mode yin,

    mais ma psychè, ma libido, mon corps,

    sont ceux d’un homme,

    par ailleurs, j’ai déjà vécu des orgasmes prostatiques,

    pendant deux ans, j’en ai eu à volonté, en veux tu, en voilà,

    donc, je dois avouer que cela me manque quelque part

     

    quelles raisons, à cet échec pour l’instant?

    difficile de répondre,

    il y a là, sans doute, plutôt, un faisceau de raisons,

    d’une part , le manque de temps,

    remettre en selle, ma pratique prostatique exigerait du temps, de la patience,

    insister, pratiquer, pratiquer,

    or du temps, malgré que je ne sois pas marié, pas d’enfants,

    que je ne parte jamais en vacances,

    pas de cercle d’amis qui me happe dans un tourbillon d’occupations

     

    mais le simple fait d’avoir 8 heures par jour qui partent pour le travail,

    gagner son pain,

    cela ampute déjà d’un tiers de la journée,

    8 heures que j’aurai pu consacrer à lire, à écrire, à me balader en forêt,

    et puis à pratiquer, à jouir, à avoir des orgasmes,

    à mener à des hauteurs toujours plus vertigineuses

    la complicité, la communion avec ma chair

     

    et puis, il faut avouer que mon mode yin est très envahissant,

    dès que je me mets au lit,

    il m’est si facile, en un instant, d’être envahi de volupté,

    c’est si bon de sentir mon bassin commencer à danser,

    mes mains se balader sur ma peau,

    c’est irrésistible, tellement jouissif

     

    alors que pour retrouver une pratique prostatique,

    il faudrait pouvoir se retenir de cela,

    reste plus immobile, se concentrer sur sa prostate,

    ne pas laisser mes cuisses se rapprocher de mes génitaux,

    ce qui provoque en moi, directement,

    tellement d’ondes délicieuses,

    c’est devenu si facile de passer en mode yin, de vivre mon corps au féminin,

    de jouir et encore de jouir ainsi

     

    il faudrait du temps, des heures et des heures,

    pour faire revivre une pratique, rien qu’avec des ondes prostatiques,

    j’ai tellement habitué ma prostate à fonctionner en synergie avec mes génitaux,

    à dialoguer entre eux,

    que je devrais refaire tout un travail sur moi-même,

    avoir une petite traversée du désert,

    le faire accepter de mon corps,

    passer de longues minutes, voir des heures, sans volupté partout en moi,

    sans ces divines ondulations qui me caressent partout l’intérieur,

    les vagues de la mer de soie, omniprésente, me frottant,

    me frottant de plus en plus ineffablement

     

    peut-être la clef serait, de vraiment tout recommencer à zéro,

    avec un masseur,

    peut-être mais j’ai pas du tout envie

    de me replonger un bout de plastique dans l’anus

     

    dans deux ans et demie, la retraite,

    je m’y prépare, j’amasse les bouquins, les albums d’art,

    j’aurai enfin tout mon temps,

    le tantrisme aussi, les extases tantriques, j’ai tellement envie d’explorer,

    les énergies, leur musique, elles sont tellement multifacettes,

    j’ai envie de les vivre le plus possible sous toutes sortes de forme

     

    dans la forêt aussi,

    j’ai senti tellement de possibilité,

    quelque chose se passe là, une énorme fête,

    à laquelle je sens que mes énergies pourraient me faire participer,

    dans le silence de l’immobilité, il y a des chemins, des voies étroites, à emprunter,

    pour communier avec les arbres, le  ciel, le vent,

    les énergies sont aussi la clef

    #43377
    bzo
    Participant

    @extatique

    le paquet a été remis au point relais

    désolé si je me suis mal fait comprendre,
    une pratique 100% prostatique, avec masseur ou une autre, sans,
    c’est comparable, bien sûr,
    ce serait comme de comparer des pommes variété Jonagold avec des Granny Smith, par exemple

    mais je ne peux pas faire cela, en me basant sur mon expérience
    car autant, j’ai été aussi loin que possible, avec masseur,
    aneroless, ma pratique a rapidement dérivé vers tout à fait autre chose,
    ce que j’appelle le mode yin,
    c’est à dire, très schématiquement,
    faire monter le féminin en nous,
    le laisser envahir notre corps, en prendre les commandes

    ce n’est pas comparable car ce sont des plaisirs tellement différents,
    même si chez moi aussi, la prostate intervient constamment ou quasi
    mais mixée à des ondes génitales, des anales aussi et puis de tout le reste du corps

    le mode yin fait feu de tout bois,
    divertit les ondes , les transforment
    pour faire vivre des sensations autrement, tout à fait autrement

    j’ai connu, très bien connu le plaisir prostatique avec masseur,
    j’ai vécu des tas de super O, parfois qui se prolongeaient de longues minutes,
    j’ai vécu des séances où j’ai connu des dizaines d’orgasmes, etc, etc

    ce que je vis aujourd’hui est très très différent,
    sans doute dans l’absolu, moins puissant, peu d’orgasmes
    mais une sensation constante de jouissance , rapidement,
    des richesses de nuances, inouïes

    un plaisir qui est , dès le premier instant, ressentit dans tout le corps,
    une sensation de complicité, de communion, avec son corps, inégalable,
    de se faire l’amour, aussi, constamment,
    on a aussi , par moments, une telle sensation d’épanouissement,
    c’est juste magique à vivre

    mais pas ces orgasmes du plaisir prostatique,
    peu d’orgasmes, en fait, à proprement parler,
    idéalement, il faudrait que je puisse pratiquer des deux manières
    mais je n’y suis pas encore parvenu,
    je ne suis pas encore parvenu à retrouver une pratique prostatique, à côté,
    bon, je ne fais pas vraiment un effort assidu et suffisamment régulier, non plus,
    ceci explique, sans doute, cela,
    dans deux ans et demi , je serai à la retraite,
    là, je pourrais y consacrer plus de temps

    explorer le tantrisme aussi

    cependant, ceci étant dit,
    je dirai que le massage prostatique avec masseur,
    produit, sans doute, des résultats, plus rapidement

    aneroless, cela prend plus de temps
    mais une fois qu’on a cela bien dans la peau,
    c’est plus riche, plus varié
    et surtout, cela peut prendre une toute autre dimension

    notre pratique sort du lit,
    on peut s’amuser, un peu partout, peu à peu,
    debout, assis, couché

    on n’est plus lié à aucun objet externe,
    c’est nous, rien que nous,
    les résultats dépendent de la proximité qu’on parvient à atteindre avec son corps,
    plus de béquille, plus d’intermédiaire,
    juste nous et notre chair

    #43250
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Buck,
    (Attention réponse longue en 2 parties mais ton témoignage est très riche!)
    Tu écris :

    C’est en commençant ce matin sans Helix que je me suis rendu compte de l’importance du A less.

    Si tu te réfères au Wiki Aneros, tu peux lire :

    « Tantric training wheels
    MMO has its roots in ancient Eastern practices like tantra and tao (see Aneros History). The Aneros, though originally conceived to help men manage prostate health, turns out to be very effective in accelerating the process of learning this skill. For that reason, one of the Aneros forum’s luminaries has coined the term “tantric training wheels” for the Aneros. There are other ways to learn and practice MMO (see Advanced Skills), but the Aneros is among the most effective. Once you have “crossed over” to dry orgasms, it is likely you will be able to have them even without the Aneros. »

    Traduction
    Roulettes d’apprentissage (stabilisateurs des vélos d’enfants) tantriques
    La notion d’Orgasmes Multiples Masculins s’enracine dans des pratiques orientales ancestrales telles que le tantra et le tao (voir l’histoire de l’Aneros). L’aneros, bien qu’initialement conçu pour aider les hommes à soigner la santé de leur prostate, s’est avéré très efficace pour accélérer l’apprentissage de cette aptitude. C’est pour cette raison que l’une des sommités du forum Aneros a créé le terme « Roulettes d’apprentissage (de stabilisation) tantriques » pour l’Aneros. Il existe d’autres moyens d’apprendre et de pratiquer les Orgasmes Multiples Masculins (voir le chapître Compétences avancées ), mais l’utilisation de l’Aneros fait partie des plus efficaces. A partir du moment où vous êtes devenus capables d’avoir des orgasmes sans éjaculation il est probable que vous deviendrez capable de les avoir sans Aneros.
    Fin de traduction

    Il est clairement dit que l’orgasme prostatique est une expérience qui est inscrite dans notre corps mais que, sauf exception, nous ne savons pas déchiffrer spontanément. Ce déchiffrage nécessite un apprentissage. Il y a plusieurs manières de le faire. L’utilisation d’un masseur prostatique en est une. Il en existe d’autres :

    • • Les traditions orientales et les exercices qu’elles proposent basés sur la notion de circulation de l’énergue vitale (tao, tantra, yoga…).
      • L’utilisation de masseurs prostatiques comme les Aneros.
      • La pratique de résonnances vocales (KSMO)
      • Le contrôle musculaire sans aide externe puis seulement mental des contractions des muscles périnéaux, du rectum et de la prostate (Mindgasm)
      L’hypnose érotique.
      • L’auto-hypnose.
      • …

    Nous pouvons lire sur les forums spécialisés de nombreux exemples d’hommes qui, après avoir appris à vivre des orgasmes prostatiques avec masseur, découvrent qu’ils sont capables de vivre les mêmes expériences sans masseur(A-less) ou font cette découverte bien plus tôt dans leur apprentissage.

    Pour revenir à la citation qui ouvre ce message, les orgasmes prostatiques ou énergétiques sans aide externe sont en réalité le cœur de notre pratique. Je suis heureux que tu puisses en prendre conscience dès le début de ton cheminement. Je t’encourage bien évidemment à développer ta capacité à vivre des expériences orgasmiques par la seule force de ta concentration et de ta pensée. Notre forum présente maintenant de beaux témoignages de cette expérience.

    Comme tu le dis :

    Ce moment permet de comprendre l’importance de la détente et de la respiration

    Plus tu pratiqueras ainsi plus tu comprendras ce que @bzo nous dit à sa manière et surtout ce qu’il vit tous les jours. Nous sommes naturellement un volcan orgasmique. Mais ce volcan dort chez la plupart d’entre nous. Il suffit de le réveiller.

    A suivre…

    #43018
    Andraneros
    Modérateur

    Je fais encore un long message mais ce sujet est très important à mes yeux et ne permet pas d’apporter des réponses simples.
    Tu disais il y a 3 ans :

    Elle est quand même frustrée de me voir prendre autant de plaisir sans elle

    Tu écris @Helixir4 :

    ma femme se sent en concurrence avec l’Aneros

    C’est un vrai problème. Ta femme se sent toujours en situation d’insécurité face à ta capacité de prendre un grand plaisir sans avoir besoin d’elle ou à prendre plus de plaisir sans elle qu’avec elle. J’identifie 2 causes possibles (il peut y en avoir d’autres bien sûr que je n’identifie pas faute des informations utiles ou par manque de compétence).

    – A) Elle vit le temps que tu consacres, même en toute discrétion, à tes sessions comme une forme d’infidélité ; elle vit le développement de tes capacités orgasmiques comme la recherche d’une jouissance qu’elle ne sait plus te procurer. Cet état d’esprit lui fait craindre que tu ne la quittes un jour pour vivre bien mieux ta sexualité avec une autre personne. Tu dois tout faire pour lui prouver ta fidélité, ce que tu fais déjà et encore plus, beaucoup plus…

    – B) Contrairement à toi, elle ne peut plus ou ne sait plus vivre en conscience l’expression de ses pulsions sexuelles, c’est à dire vivre sans réserve et volontairement des états d’excitation sexuelle jusqu’à l’explosion orgasmique. En le faisant tu te mets en dehors de son monde et tu deviens une forme d’étranger. C’est bien ce que tu notes :

    La confiance, son appétence pour sexoplorer est quasi nulle et avoir été confrontée à la mienne l’a bloquée. Cela lui a renvoyé de la culpabilité de ne pas réussir à le faire.

    Que mets-tu ou, si vous en avez discuté, que met-elle dans cette notion de culpabilité ? L’incapacité de ta femme a retrouver le même désir que lors de vos premières années ensemble ? Tu mentionnes « une terrible maladie qui met 15 mois entre parenthèses » ; nous avons traversé ce genre de situation qui a duré pour nous plusieurs (trop) longues années en différents épisodes. Ma femme a finalement réussi à retrouver le désir de jouir et vit aujourd’hui sa sexualité avec beaucoup plus d’intensité que lors de ses « belles années » selon ce qu’elle me dit. Selon sa ou leur nature son ou ses blocages ne sont peut-être pas définitifs.
    Tu le notais déjà il y a 3 ans :

    Quand je propose des séances de te tendresse c’est jamais le bon moment car pas de spontanéité soit disant.

    Ce point n’est plus seulement une question de confiance en toi ; il est bien plus personnel. Je répète ce qui s’est passé dans mon couple (et n’est probablement pas directement transférable au tien) c’est que ma femme a accepté l’idée de (ré)apprendre à jouir avec bonne conscience, sans honte, encouragée par
    • mes progrès en la matière
    • et le constat associé que je restais le même à ses côtés.

    Avec mes encouragements elle a su retrouver l’envie de jouir et surtout l’envie de jouir SEULE, de se masturber. Grâce au Womanizer (ce peut être n’importe quel autre support de stimulation sexuelle) elle a découvert qu’elle pouvait elle aussi jouir plus (ou autrement) et donc qu’elle pouvait améliorer son plaisir. Ce fut ce que j’appelle le déclic. A partir de là elle a commencé à « sexplorer » à sa manière en toute liberté, sans que j’essaie d’orienter sa « sexploration ».

    Tu disais aussi :

    Elle n’aspire pas du tout au tantrisme. Elle dit que je cherche une sexualité spirituelle un peu mystique.

    C’est une raison légitime mais tu peux facilement l’écarter à ses yeux en utilisant un vocabulaire très concret et pragmatique. Tu disais aussi :

    Pour ma femme l’orgasme avec le clitoris est ultra proche de ce que ressentent les hommes.  Une fois la jouissance on baisse le rideau et dodo. Et elle fait tout pour le consommer rapidement voir post plus haut.

    L’intérêt d’une approche tantrique en dehors de toute spiritualité est d’aider à découvrir que la stimulation érotique ne se réduit pas à la stimulation génitale mais englobe à la fois un décor, un renoncement à l’immédiateté (prendre son temps, donner son temps), un échange tactile étendu à tout le corps, beaucoup de détente, beaucoup de douceur, en bref tout un état d’esprit qui conduit à intérioriser la montée de la jouissance. On se libère des contraintes orgasmiques telles qu’elles sont vécues dans notre culture occidentale moderne. On revient à ce que tu mentionnais :

    Un bel équilibre s’était créé avec bcp de tendresse et de bons câlins. Et puis la routine deux refus de suite et je me ferme… Du coup je suis moins tendre moins tactile..

    C’est un point sur lequel tu peux avoir besoin de beaucoup de patience même si elle ne semble pas récompensée sur le moment. J’ai eu moi aussi à faire l’effort de renoncer à mes attentes (j’étais dans le même état d’esprit que toi) pour offrir plus de liberté à ma femme, liberté de recevoir selon sa disponibilité, liberté de s’offrir selon son désir, liberté de donner quand elle en avait envie. Ma chance a été que cette période a été assez brève. Ma chance a été que mon cheminement prostatique était déjà suffisamment avancé pour me combler (donc faciliter ma patience) et encourager ma femme à se lancer à son tour dans le développement de ses capacités orgasmiques.

    Enfin :

    Ma femme a peur que mes demandes ne cesseront jamais et d’en vouloir toujours plus.

    Si je reformule ce qu’elle te fait comprendre on peut dire qu’elle a peur que le déséquilibre présent dans votre relation se prolonge . En te lisant il me semble clair que tu ne demandes pas de plus en plus de disponibilité sexuelle à ta femme ni que tu lui reproches de plus en plus son manque d’appétit à développer ses savoir faire dans le domaine sexuel.

    Tu peux renoncer, au moins provisoirement, à ce qu’elle te rejoigne dans ta démarche de développement personnel basé sur la sexualité (plus facile à faire si ton parcours prostatique commence à te combler). Tu peux lui proposer de mettre son énergie dans un projet de développement personnel très différent (musique, arts plastiques, écriture, sport, yoga, méditation etc) et de l’aider à s’organiser, de la soutenir. Tu peux ainsi l’aider à effacer le déséquilibre présent en l’aidant à développer un second pôle de développement personnel dans votre couple, le sien. C’est une idée. Ce n’est pas un conseil en tant que tel. Ce pourrait être un sujet de discussion non polémique entre vous.

    Bon cheminement @Helixir4.

    #42814

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    il faut vraiment que je m’intéresse de plus près au Taoïsme et au Tantrisme,
    si je lance une recherche google avec ces mots
    et que je commence à lire un peu, cela me parle tellement,
    cela me donne des frissons, en fait,
    ces phrases ont provoqué des effets étonnants en moi
    j’étais, littéralement, parcouru de frissons,
    jamais je n’avais vécu quelque chose de pareil jusqu’ici

    bref, ce sont des phrases qui résonnent en moi,
    provoquent des réactions au plus profond de ma chair,
    celle-ci est de plus en plus à l’écoute de tout,
    c’est un des petits miracles que je suis en train de vivre,
    grâce à l’accumulation des énergies avec la non-éjaculation

    ma chair en est tellement imbibée, saturée,
    c’est comme si elle changeait de densité, de nature-même, de plus en plus,
    cela devient assez fascinant et mystérieux comme phénomène,
    il faut vraiment que je commence à exploiter tout cela autrement,
    que sexuellement, que comme méthode d’unification à mon corps,
    de communion avec celui-ci

    enfin c’est déjà pas mal, oui, c’est déjà magique comme cela,
    tout ce que je parviens déjà faire,
    rien qu’en laissant un bout de doigt glisser sur ma peau, par exemple,
    debout, les cuisses juste pressant mes génitaux,
    ainsi le bout de mon doigt, semble une baguette magique
    éveillant des tempêtes sous ma peau

    l’union que je vis à mon corps, prend des dimensions splendides,
    les mots ne pourront jamais rendre justice
    à cette sensation de fusion, à cette sensation d’unité vécue,
    d’intimité avec ma chair

    cependant, tout ce que j’ai vécu ,
    il y a quelques minutes, avant que je commence à écrire ce texte,
    m’ont fait comprendre que dans cet état dans lequel je suis,
    de réceptivité, de réactivité, de capacité à décoller,
    il y avait moyen de commencer à explorer d’autres domaines aussi,
    plus ésotériques, plus “spirituels” pour employer un grand mot

    les phrases concernant le tao, le tantrisme, ont eu de tels échos en moi,
    c’est presque comme si j’avais vécu de mini-extases,
    je sentais le sens des mots parler à ma chair,
    cela parlait à quelque chose au plus profond de moi-même,
    cela éveillait quelque chose au plus profond de moi-même
    tandis que j’étais envahi de frissons

    #42779
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Mikyo,
    Merci pour ta fidélité qui nous encourage à faire vivre et à développer le site et notre forum.
    Tu dis « partager notre expérience » et « partage de cette expérience avec nos partenaires qui n’ont pas ou plus de prostate ». J’ajoute que ce partage me semble aussi difficile avec nos proches, amis et connaissances qui ont une prostate. C’est bien regrettable pour eux.

    Dès le début les « sages qui ont créé le « Wiki Aneros » ont bien rattaché la pratique du massage prostatique avec les objets proposés par la marque aux traditions orientales ancestrales telles que tao et tantra et dit que l’utilisation de nos masseurs n’est qu’une méthode destinée à faciliter l’initiation aux pratiques qui permettent de cultiver notre énergie sexuelle (ou vitale) pour atteindre des états de bien être physique et mental très supérieurs à ceux que nous connaissons spontanément dans notre vie quotidienne occidentale.

    Je suis tout à fait d’accord avec toi « l’étincelle est là » et « ce n’est pas la prostate ». La jouissance que nous sommes devenus capable de vivre est en nous et selon les circonstances et notre environnement culturel nous disposons d’autant de voies de découverte et de développement qu’il y a de personnes.

    Les méthodes proposées pour développer nos capacités orgasmiques peuvent s’appuyer sur des concepts religieux, ésotériques ou sur des constatations pragmatiques, elles partagent des règles de base qui conduisent à apprendre à détendre tous nos muscles, à établir une respiration libre et profonde, à éliminer les pensées parasites pour nous concentrer sur notre ressenti hors de toute contrainte morale ou sociale, à reconnaître et accepter sans aucune réserve des sensations nouvelles, à les faire grossir et à les faire circuler dans notre corps.

    Les techniques pour vivre des orgasmes détachés de toute stimulation sexuelle directe, de toute poussée éjaculatoire sont variées comme le rappelle @divine_oblivion dans son message d’ouverture. Certaines conviennent mieux que d’autres à chacun. A nous d’essayer et de choisir la voie la plus naturelle. Le traité d’aneros reprend celle proposée par le distributeur de la marque. Il y en a d’autres. Il est vrai que donner des conseils n’est pas aisé et qu’appliquer une méthode à la lettre ne garantit en rien le succès de la démarche.

    Comme tu le remarques passer de l’étincelle de plaisir au feu orgasmique est aussi difficile qu’allumer un feu l’a été pour l’humanité. Mais quand ce savoir faire s’est généralisé, le monde en a été changé. Nous n’en sommes qu’ au début.

    Bon cheminement @Mikyo.

    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 2 mois par Andraneros.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 2 mois par Andraneros.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 2 mois par Andraneros.
    • Cette réponse a été modifiée le il y a 1 année et 2 mois par Andraneros.
    #42735
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour @Avantal78,
    Tes messages sont particulièrement passionnants car ils nous apportent le témoignage de l’évolution de ton couple qui est en train de passer

    • D’une sexualité élémentaire caractérisée par des orgasmes (éjaculatoires pour toi) uniques
    12/05/21

    plaisir prostatique que je découvre en couple.

    23/11/21 

    ma compagne ne connaissait rien à tout ce qui touchait à la prostate ou même au sexe en général.

    • À une expérience trop rare de communion sensuelle entre toi qui est devenu multi-orgasmique et ta compagne qui, après t’avoir encouragé et aidé à le devenir, bénéficie de toute l’énergie que tu irradies pendant vos ébats,
    10/11/21

    J’ai désormais à chaque fois, au moins des mini-o avant et pendant la pénétration. Ma partenaire adore car ca permet de faire durer le rapport plus longtemps. (… )  j’avais une énergie sexuelle débordante.

    23/11/21

    Je pense que j’ai énormément progressé avec elle grâce à cela. (… )  Elle adore me voir progresser et participer à cette progression.
    On a l’impression que le partage d’énergie commence à être assez énorme.

    Tu demandes :

    J’aimerais (… ) des pistes pour qu’elle progresse dans la découverte du multi orgasme avec pénétration.

    La première piste est bien sûr que ta compagne ait très envie de devenir multi-orgasmique. Tout dépend de son état d’esprit sur ce point. Le magnifique développement de tes capacités orgasmiques devrait contribuer à nourrir son envie dans la mesure où elle peut voir comment tu vis tes enchaînements d’orgasmes et encore mieux sentir toute ton énergie sexuelle.

    La deuxième piste est qu’elle accepte l’idée d’apprendre à jouir, ce qui n’est pas naturel pour beaucoup de personnes. Sauf dans certaines situations particulières, jouir est un réflexe tellement spontané que la majorité des gens ne pensent pas qu’on peut apprendre à mieux jouir et même refusent cette idée. C’est très précisément la démarche que nous suivons quand nous apprenons à stimuler notre prostate pour vivre des orgasmes différents. Tu es à mes yeux l’un des meilleurs exemples pour qu’elle comprenne et accepte cette idée.

    La troisième piste concerne les aspects techniques. Ils sont variés mais peuvent se résumer en 3 mots « pratique », « pratique » et « pratique ». Il ne s’agit pas de faire n’importe quoi mais d’une pratique raisonnée. Cette piste peut être abordée sous 3 aspects différents :

    • Chercher à multiplier les zones érogènes et variant les stimulations sur tout le corps.

    • Chercher la stimulation qui pourrait faciliter la répétition des orgasmes. Chaque personne est différente, il s’agit donc de tester jusqu’à trouver le geste ou le jouet qui va ouvrir la voie. Pour ma femme ce fut l’utilisation d’un « aspirateur à clitoris » en l’occurrence un des premiers Womanizer. L’intérêt qu’ils apportent est de stimuler le clitoris jusqu’à l’orgasme sans le rendre hypersensible ni l’endormir ce qui permet de reprendre la stimulation jusqu’à un nouvel orgasme, même si ta compagne se sent repue. Pour ta compagne ce peut être n’importe quel jouet clitoridien ou vaginal ou n’importe quelle caresse qu’elle se fera ou que tu lui feras. L’important est qu’il y ait un déclic.

    • Prendre du temps, comme tu l’as fait et que tu le fait peut-être encore, pour apprendre à faire monter son plaisir en pleine conscience, en se relaxant profondément, en se concentrant sur sa respiration, et les sensations qu’elle percevra, bref en appliquant tout ce que nous pouvons appliquer pour notre cheminement prostatique. Sa progression sur ce point demandera à mon avis qu’elle fasse des sessions pour elle même, en ta présence ou en ton absence, en ne pensant qu’a son plaisir, en se concentrant sur ses sensations, en oubliant le monde autour d’elle.

    Elle peut aussi s’intéresser à la littérature spécialisée sur le développement de la sexualité féminime et sur les pratiques associées au taoïsme ou au tantrisme.

    Tu conclues :

    elle adore désormais nos ébats maintenant par rapport à avant. (… ) Aujourd’hui, nos ébats sont plus profond, long, intense , énergétique , amoureux !!! Ça joue largement je pense sur le fait qu’elle préfère maintenant ! L’un influe sur l’autre et l’autre influe sur l’un.

    Je suis persuadé que ta transformation est telle qu’elle ne devrait avoir aucune difficulté à te suivre. Sois préparé, si elle se lance à son tour dans le développement de ses capacités orgasmiques, à ce qu’elle te rattrape voire à ce qu’elle vive des transes orgasmiques plus profondes que les tiennes. Sois préparé à ce que l’équilibre présent de ton couple soit profondément modifié, en beaucoup mieux évidemment.

    Le point négatif que tu mentionnes disparaîtra très vite quand vos ébats érotiques dureront encore plus longtemps à la demande de ta compagne…

    Bon cheminement @Avantal78, bon cheminement à ta compagne, bon cheminement à ton couple.

    #42721

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    je réapprends à dialoguer en tête à tête exclusivement avec ma prostate,
    un royaume à reconquérir
    qui a été enfoui peu à peu sous les sables, chez moi, il y a quelques années
    un tellement autre versant de la montagne que mon mode yin

    le plus dur, c’est retrouver la patience,
    toute une discipline au début,
    accepter que le plaisir n’est pas instantané,
    ne se répand pas à tout le corps rapidement,
    que les sensations ne varient pas constamment
    comme avec mon mode yin,
    qu’il n ‘y a pas cette sensation de complicité,
    d’intimité fusionnelle,
    avec mon corps,
    qu’on ne ressent pas cette dualité masculin-féminin, à l’oeuvre

    les enjeux sont tellement différents, dans le massage prostatique,
    les préliminaires n’ont de sens
    que dans la mesure où ils aboutissent à des orgasmes, après un certain temps
    sinon on reste insatisfait

    alors que dans le mode yin, il n’y a pratiquement que des préliminaires,
    je recherche les nuances de sensations, je recherche la volupté,
    je recherche la communion avec mon corps
    et la forme de jouissance qui s’installe,
    je l’appelle jouissance
    mais c’est peut-être juste de la volupté qui est devenue extrêmement intense et ineffable,
    bah c’est déjà pas mal, tout cela,
    de quoi satisfaire largement

    néanmoins, retendre aussi la corde du plaisir prostatique sur mon arc,
    ce sera encore mieux,
    là ce sera complet, là j’occuperais vraiment tout le spectre possible,
    du plaisir en solitaire, enfin celui qui m’intéresse

    pourquoi je ne l’avouerais pas, cela me manque les orgasmes prostatiques,
    si je devais choisir, je choisirais mon mode yin
    mais s’il y a moyen d’avoir les deux, alors ce sera juste parfait

    après c’est pas encore fini, bien sûr,
    ce n’est jamais fini,
    il me restera le tantrisme, cet autre royaume, à explorer plus sérieusement,
    dans trois ans , je suis à la retraite,
    plein de pain délicieux sur la planche,
    qui m’attend

    cependant désormais le plaisir prostatique est là constamment, il monte en puissance,
    l’autre jour dans la forêt, je l’ai conté, j’ai un délicieux petit orgasme,
    ici chez moi, c’est autre chose, mon corps est en mode sans restriction, il en veut, le bougre,
    il est affamé, je l’ai habitué à des plaisirs consistants, massifs et sans concessions

    la piste est construite et m’invite constamment à décoller, à aller faire du vol plané en l’air,
    à monter jouer avec les nuages,
    je dois retrouver mes déclencheurs prostatiques, toute leur puissance,
    comme je les avais à l’époque,
    qui m’avaient permis même un jour d’avoir un super O de 5 bonnes minutes au premier contact du masseur

    bah, Rome ne s’est pas bâtie en un jour
    et puis j’ai déjà Paris et ses mille et nuits, dans ma besace

    #42497
    Andraneros
    Modérateur

    Tes derniers messages posent une question de plus en plus importante au fil de tes progrès dans la mesure où le développement de ta sensibilité orgasmique va devenir de plus en plus visible non seulement pendant les ébats érotiques avec ta femme mais aussi le reste du temps. Tu as commencé l’année en nous disant :

    J’ai essayé pour la 3ème fois un masseur prostatique cette après-midi.

    Tu avais encore le temps d’aborder le sujet avec ta femme ! Pour mieux comprendre dans quelles conditions mentales tu étais pendant tes sessions je te demandais :

    As-tu une difficulté à avoir suffisamment d’intimité ? Es-tu en mode clandestinité par rapport à une ou un partenaire ?

    Tu répondais en mai :

    je n’ai pas encore parlé de ma volonté d’exploration a ma femme. Je n’ose pas pour l’instant bien que ça paraisse idiot. Je suis sûr qu’elle comprendrait mais je n’arrive pas à trouver l’angle d’attaque et a franchir le pas. C’est pour cela que j’ai eu du mal a avoir des moments d’intimité pour moi tout seul.

    Tu confirmes aujourd’hui en répondant à @bzo :

    Même si elle est hyper ouverte d’esprit, il y a une part de moi qui a peur qu’elle soit dans le jugement ou une certaine peur liée aux pratiques anales chez les hommes héteros.

    Je retiens de ta réponse « Je suis sûr qu’elle comprendrait » et « trouver l’angle d’attaque et a franchir le pas » et, peut-être encore plus,« il y a une part de moi qui a peur qu’elle soit dans le jugement ou une certaine peur liée aux pratiques anales chez les hommes héteros ». J’ai eu, au tout début de mon cheminement, la même inquiétude que toi. J’ai eu quelques années de plus que toi pour y réfléchir et j’en tire une conclusion, ma conclusion que je n’impose à personne.

    Notre peur de partager notre quête de l’orgasme prostatique repose sur une base, l’absence d’une éducation sexuelle libératrice de nature à favoriser la découverte de toutes les formes de plaisir sexuel. La conséquence est que l’exploration des effets de la stimulation anale est vécue comme une transgression très forte que certains d’entre nous vivent avec culpabilité. A partir du moment où nous nous sentons coupables, même inconsciemment, nous ne pouvons avouer notre pratique sans craindre une condamnation que nous nous donnons déjà. D’après ce que je lis sur les forums spécialisés sérieux, 4 fois sur 5 la discussion est libératrice, la compagne ou le compagnon acceptant sans difficulté la pratique de l’orgasme anal ou prostatique.

    Si vous avez déjà des échanges sur vos pratiques érotiques tu peux savoir si ta femme peut envisager des stimulations non conventionnelles. En te lisant j’ai l’impression que c’est le cas mais je me trompe peut-être. Dans vos échanges vous arrive-t-il de parler de « techniques » ou d’« entraînements » destinés à améliorer vos étreintes et vos orgasmes ? Si c’est le cas tu peux aborder le sujet de l’apprentissage de l’orgasme prostatique. Si ce n’est pas le cas c’est le moment d’aborder tous les sujets sur les moyens d’améliorer votre expérience sexuelle.

    Le sujet le plus « neutre » et peut-être le plus facile à lancer est celui des jouets sexuels qui sont devenus aujourd’hui des objets de discussion publique dans les magazine de société féminins et masculins. Un autre sujet intermédiaire est celui des traditions ancestrales orientales remises au goût du jour, le tantra et le tao. Ce sujet peut conduire à des lectures et à des « formations » sous forme d’ateliers ou de stages résidentiels. Enfin sur un plan plus personnel il reste le sujet de l’amélioration de son potentiel orgasmique ou de sa sensibilité orgasmique par (“son” et “sa” désignent n’importe quelle personne et non pas seulement ta femme)
    • des exercices physiques (kegel et toutes les disciplines qui renforcent le périnée et les muscles profonds),
    • de la relaxation ou de la méditation appliquée à la prise de conscience de tous les phénomènes corporels associés à l’excitation sexuelle, à la montée du plaisir, à l’expérience orgasmique, et toutes les disciplines facilitant cette prise de conscience,
    • de l’(auto)hypnose pour découvrir des orgsmes énergétiques…
    Tu peux vérifier que ces 3 éléments peuvent conduire à la pratique du massage prostatique (jouets = masseurs, tantra / tao = session aneros, exercices physiques + méditation + orgasme énergétique = orgasme prostatique).

    Tu connais ta femme bien mieux que nous et les conseils que nous te proposons ne peuvent être au mieux que des pistes de réflexion. J’espère sincèrement que ce que t’a dit @bzo et ce que je te dis t’aidera à te lancer. Bien entendu tu le feras avec tact, avec douceur, avec précaution, tu sauras prendre le temps, tu auras écouter ta femme et surtout tu seras prêt à lui donner ce qu’elle ne t’a peut-être pas encore osé te demander si elle se lance à cette occasion…

    Bon cheminement @Gerardisson.

    #42221
    divine_oblivion
    Participant

    @andraneros

    Cette aptitude à vivre, sans aucune stimulation matérielle, des « orgasmes » sans éjaculation ne dépend pas d’un masseur mais correspond à un potentiel disponible dans notre organisme. Je découvre ce potentiel peu à peu et mon expérience me fait penser qu’en effet on devrait pouvoir atteindre les mêmes états sans prostate. La limite de mon hypothèse est que disposant encore de ma prostate, je ne peux rien certifier en ce qui me concerne.

    Exacte. Mais sans prostate l’apprentissage reste plus vague. Je sais que ce n’est pas facile pour tout le monde d’apprendre a jouir avec son prostate, mais le fait qu’on a un prostate, qu’il y a un jouet, un methode, des ressources gratuites sur internet, tout cela rends ces orgasmes plus accessible que a travers d’autres methodes orgasmique. Le KSMO c’est hors prix pour quelqu’un qui veut simplement essayer. Le tantrisme, c’est pas pour tout le monde vu que c’est lié avec du mysticisme (peut-etre pas le bon mot), des chakras, etc. Le mindgasm… j’avoue l’avoir pas essayé car je n’en ai pas besoin. Mais de toute façon, etant rewired, je ne peux pas tester d’autres methodes!

    Mais, après avoir constaté ma transformation, ma femme s’est engagée à son tour dans une démarche de même nature, développer sa capacité à jouir à volonté pour partager mes « transes orgasmiques », et est parvenue elle aussi à vivre des orgasmes sans stimulation « externes », façon A-less. Son expérience est très personnelle dans la mesure où elle n’a pas suivi une « méthode » particulière. Mais elle illustre que ce que tu dis est tout à fait possible.

    Joie! J’aimerais entendre d’autre témoignages de personnes sans prostate qui apprennent a jouir autrement. Ma femme a toujours (depuis son enfance) pu jouir juste en serrant ses muscles du bassin. Ensemble on augmente ses jouissances (de resserrement, clito, vagin, etc) avec des caresses ou autre stimulation sur son corps. Avec le temps, l’association d’extreme plaisir avec les caresses a fait qu’elle jouit aussi des caresses toutes seules. Mais elle n’explore que rarement sans moi, car elle n’en sens pas le besoin.

    Il n’y a pas de « jouet miraculeux » ni de « méthode miraculeuse » pour accéder à l’orgasme prostatique et à ses équivalents énergétiques. Il y a au mieux des facilitateurs. Il faut avoir un bon état d’esprit et accepter de renoncer à un réflexe instinctif au profit de la découverte de nouvelles sources de plaisir. Cela demande tout naturellement un certain effort mais il en vaut la peine.

    Oui oui et oui. Je suis totalement d’accord.

    #42189
    Andraneros
    Modérateur

    Comment avoir accès à ce monde de plaisir si on ne possède pas de prostate?

    C’est une question qui nous conduit à replacer notre pratique du massage prostatique avec l’aide d’un petit objet en plastique blanc dans l’héritage d’une tradition orientale millénaire. Tout d’abord le wiki aneros précise bien que ce masseur peut n’être qu’une béquille qui nous aide à avancer vers la découverte de l’orgasme prostatique « Tantric training wheels ». :

    MMO has its roots in ancient Eastern practices like tantra and tao (see Aneros History). The Aneros, though originally conceived to help men manage prostate health, turns out to be very effective in accelerating the process of learning this skill.

    Traduction :
    L’orgasme multiple masculin a ses racine dans des disciplines orientales anciennes comme le tantra et le tao (voir l’histoire d’Aneros). L’Anros, bien qu’initialement conçu pour aider les hommes à maintenir leur prostate en bonne santé, s’est révélé être très efficace pour accélérer l’apprentissage de ce savoir-faire.
    Fin de traduction

    Ce point est confirmé par les témoignages de nombreux pratiquants qui parviennent à vivre plus ou moins les mêmes orgasmes sans avoir besoin d’utiliser leur masseur. Certaines méthode de développement orgasmique sont même conçues pour conduire à cette forme d’orgasme sans utiliser aucun masseur, comme KSMO que tu cites ou Mindgasm.

    Cette aptitude à vivre, sans aucune stimulation matérielle, des « orgasmes » sans éjaculation ne dépend pas d’un masseur mais correspond à un potentiel disponible dans notre organisme. Je découvre ce potentiel peu à peu et mon expérience me fait penser qu’en effet on devrait pouvoir atteindre les mêmes états sans prostate. La limite de mon hypothèse est que disposant encore de ma prostate, je ne peux rien certifier en ce qui me concerne.

    Mais, après avoir constaté ma transformation, ma femme s’est engagée à son tour dans une démarche de même nature, développer sa capacité à jouir à volonté pour partager mes « transes orgasmiques », et est parvenue elle aussi à vivre des orgasmes sans stimulation « externes », façon A-less. Son expérience est très personnelle dans la mesure où elle n’a pas suivi une « méthode » particulière. Mais elle illustre que ce que tu dis est tout à fait possible.

    la plus grande partie, vient de sa tête.

    Je suis définitivement convaincu que la prostate n’est pas nécessaire et qu’une approche sous forme de méditation peut ouvrir la porte du paradis orgasmique.

    Ton message est un excellent rappel d’une règle que nous répétons régulièrement, Il n’y a pas de « jouet miraculeux » ni de « méthode miraculeuse » pour accéder à l’orgasme prostatique et à ses équivalents énergétiques. Il y a au mieux des facilitateurs. Il faut avoir un bon état d’esprit et accepter de renoncer à un réflexe instinctif au profit de la découverte de nouvelles sources de plaisir. Cela demande tout naturellement un certain effort mais il en vaut la peine.

    Merci pour ce message et bon cheminement @divine_oblivion.

    #42177
    divine_oblivion
    Participant

    Sur un autre forum, on m’a posé une question qu’on m’a souvent posée dans la vraie vie. C’est une question que me posent souvent les femmes après leur avoir décrit le monde des orgasmes prostatiques, mais on pourrait facilement le poser en tant que non-binaire, trans, ou personne ayant subi une prostatectomie. Comment avoir accès à ce monde de plaiir si on ne possède pas de prostate? C’est une super question, pour laquelle je n’ai pas de réponse exacte (sinon je serais riche), mais les questions de plaisir me passionnent, donc je veux bien proposer des idées (outre que le KSMO, le pratiques tantriques, et d’autres pratiques dont j’ignore l’existance…). Mes excuses en avances pour les maladresses de langue, le français n’étant pas ma langue maternelle. Et sachez que ceci n’est qu’une ébauche, car il n’y a pas de limite d’idées pour celleux qui ont de l’imagination!

    Qu’est-ce que c’est que le plaisir sexuel? C’est un mélange entre la stimulation physique et la perception neurologique de cette stimulation. Mais plusieurs choses indiquent que côté cérébral est plus important que le côté physique. D’abord, on est nombreux à avoir été dans une situation de stimulation physique d’un organe sexuel ou autre, sans pour autant en tirer du plaisir. Il y a des moments quand on est plus ou moins réceptifs à la stimulation. On a pourtant toujours la même quantité de nerfs dans notre corps, d’un jour à l’autre. Aussi de nombreuses personnes handicapées qui sont dans l’incapacité de ressentir les nerfs dans leurs bassin ont néanmoins montré leur capacité de déplacé leurs sexualité ailleurs sur leurs corps, où il y a moins de nerfs, mais sans pour autant diminuer leur capacité de ressentir du plaisir. Et puis on est nombreux à avoir ressenti une sexualité altérée par l’adjonction de certaines substances dans nos cerveaux.

    La base de l’apprentissage de l’orgasme prostatique, c’est d’apprendre à reconnaître les micro-sensations sur le prostate et ailleurs sur le corps, et ensuite de les amplifier dans le cerveau. L’amplification se fait par la concentration sur ces micro-sensations couplé avec de l’excitation sexuelle, qui est de préférence générée par les fantasmes et pas par la pornographie. Avec de la pratique, cette amplification se fait de plus en plus vite et permets de monter de plus en plus haut.

    Mais que faire si on a pas de prostate? La raison pour laquelle certains hommes stimulent leur prostate, c’est car il y a plein de nerfs qui passent par la. Mais une personne sans prostate peut tout simplement stimuler les nerfs du bassin autrement. La clef est d’apprendre les muscles du bassin, de faire plein de kegels (excercises des muscles du bassin) lentement et doucement, tout les jours, en prenant le temps d’apprécier toute les sensations qu’ils génèrent. Il y a plus de 15 muscles dans le bassin, et à force de les resserrer et relâcher (plus ou moins séparément—avec de l’entraînement on peut même les isoler), au bout d’un moment on a des chances de trouver des bonnes sensations. Certaines personnes ayant un vagin arrivent à se faire jouir en faisant des kegels et en serrant leurs jambes, sans se toucher. J’imagine que c’est aussi possible pour une personne qui a eu son prostate enlevé pour telle ou telle raison, car on enlève pas tout les nerfs lors d’une prostatectomie.

    Le bassin n’est pas le seul endroit avec des nerfs. Notre peau en est recouvert, et par apprentissage, on peut apprendre à amplifier les plus subtils des caresses en plaisir orgasmique. Il faut juste prendre le temps de chercher, seul ou avec une autre personne. Je rajouterai un texte que j’ai écrit ailleurs sur les caresses ci dessous, pour donner des idées. Rien de tout ça vient naturellement pour la plupart d’entre nous. C’est une question de volonté et de temps passé.

    Mais comme j’ai dit, la stimulation des nerfs, ce n’est qu’une partie. L’autre partie, la plus grande partie, vient de sa tête. Il faut donc apprendre à faire croître les sensations dans son cerveau, voir les imaginer. On est capable d’imaginer une image d’un avion, la voix d’un ami, le goût de la coriandre… pourquoi pourrait on pas imaginer le plaisir? Si on passe assez de temps à imaginer une plume qui caresse son flanc, on finit par la ressentir d’une certaine manière. Mais pourquoi une plume, et pas mille? On peut même aller jusque créer une jouissance dans le cerveau. Ces choses là, elles se pratiquent! Quand on arrive à avoir suffisamment d’imagination, ça se combine merveilleusement bien avec la vrai stimulation de son corps, par les caresses ou par les mouvements subtils des muscles du bassin ou d’autres muscles. Le cerveau est comme un ballon qu’on gonfle de fantasmes et d’excitation sexuelle. Puis, une fois gonflé, tendu, plein à craquer, une petite caresse vient éclater le tout dans une jouissance!

    Il y a encore une chose intéressante à faire. On peut apprendre à lier une partie du corps à une autre, par association. Par exemple, on peut caresser ses tétons, et voir si ça fait resurgir du plaisir ailleurs sur son corps. Ou on peut caresser ses lèvres en même temps que ses pieds, jusqu’à y trouver un lien.

    En faisant tout cela, on apprend que la jouissance peut prendre des formes infinies. Ça peut même s’extraire de la sexualité proprement dite. Le vent qui caresse son corps, qui provoque des frissons, des frissons qui chauffent le corps dans une bouffée de bonheur et de mélancolie jusque faire couler des larmes chaudes sur le visage… Certains diraient que cet exemple n’a rien à voir avec le plaisir orgasmique, et ça ne me dérange pas. Car ils ont pas compris qu’un orgasme n’est qu’un pic de plaisir, définition très vague. Et le plaisir n’est pas à être rangé dans des cases, non, il est à être suivi aveuglément dans les cavernes précipiteuse de son psyché.

    Toutes ces pratique sont, comme l’utilisation des drogues, dépendant du set et setting. Il vaut mieux être dans un endroit calme, être confortable, avoir des bons parfums si on aime ça, être dans un bon état d’esprit… certaines pratiques sont mieux tout seul, car elles exigent une certaine introspection, sans distraction externes. D’autres pratiques se font bien en couple, telles les caresses.

    Il y a des preuves anecdotique que certaines drogues peuvent aider dans la recherche de ces états d’extase. Je dis bien « aider », car les drogues ne font pas des miracles, mais peuvent être utiliser ponctuellement pour trouver des nouvelles pistes, des pistes à ensuite rechercher sobre. Le plaisir sexuel est basé sur le fantasme, l’excitation sexuel, et la sensibilité a la stimulation (entre autres). Certaines drogues desinhibent, rendent le fantasme plus accessible, font oublier les problèmes du quotidien et le stresse qui ont tendance à distraire, hausse la sensibilité de la peau. Ainsi un nombre de gens ont eu du succès avec de la marijuana (en petite quantité), qui pousse le cerveau vers la fantaisie, qui peut faire oublier le stresse de la journée, et qui peut aider pour la concentration sur des micro-sensations sur la peau. D’autres drogues sont plus ou moins efficaces. L’alcool desinhibe mais il a aussi un effet engourdissant. Le LSD fait des miracles pour moi, mais on ne peut pas prendre du LSD tout le temps non plus. Mais toutes ces choses doivent se faire quand on est complètement sobre aussi!

    Mes excuses si tout cela reste très vague. D’abord, je suis pas francophone de base, donc je n’utilise pas toujours les bon mots. Puis j’ai un prostate, donc j’ai découvert ce monde de cette manière la. Mais je suis un homme hétérosexuel, et j’ai vu avec certaines femmes la possibilité d’aller très loin avec les pratiques que je décris. Des femmes qui ont augmenté la sensibilité de leurs peau, qui ont fait des liens entre les parties du corps, qui ont appris à jouir avec d’autres parties de leurs corps, ou juste avec une stimulation cérébrale. Donc il n’y a aucune raison que des personnes quelque soit leurs genre et quelque soit leur corps n’aient pas la capacité d’atteindre ces plaisirs.

    Juste, il faut savoir que pour certaines personnes ça peut paraître plus ou moins évident. Certains mettront des mois, même des années à éveiller leurs peau et ouvrir leur cerveau de cette manière. Il ne faut pas désespéré, on a une vie entière à découvrir son plaisir, et la beauté est à retrouver dans le voyage, pas seulement dans la destination…

    Voici des idées de caresses:

    —caresser le plus doucement que possible, en frôlant à peine la peau/les poils.

    —utiliser les ongles ou pas

    —essayer avec des parties différentes de la main et des doigts

    —utiliser des pinceaux (il faut choisir des bons, sans être trop creepy, chez un fournisseur d’art), des plumes (d’autruche et autres), des foulards en soie, des brosses, etc.

    —utiliser ta langue.

    —chercher les zones les plus sensibles sur tout le corps. Les miens sont: les pieds, les jambes, les genoux, l’intérieur des cuisses, les fesses, le bas de dos, les flancs, les tétons, la nuque, le cou, les aisselles, les lèvres, les bras, le cuir chevelu, les paumes, et l’arrière des mains, surtout l’arrière des mains. Mais aussi tout ce que je n’ai pas mentionné, car au bout d’un moment, tout fait du bien.

    —penser au fait que quand tu caresse avec une partie de ton corps, il y a aussi la sensation de caresser à prendre en compte. C’est à dire, si tu caresse ton bras avec tes doigts, tu reçois des signaux de ton bras et de tes doigts.

    —jouer avec la vitesse, et chercher surtout dans la lenteur!

    —fermer les yeux

    —caresser avec ton cerveau, d’abord en te caressant à un endroit, puis en imaginant à quoi ça ressemble. Le cerveau peut être très fort. J’aime bien fermer mes yeux et me faire caresser par des milliers de plumes (entre autres) de la tête au pieds.

    #42168
    Andraneros
    Modérateur

    Bonjour et bienvenue sur notre forum @RobertLelan.
    J’ai l’impression que vous avez bien commencé votre cheminement prostatique et que vous ne serez pas déçu dans les prochaines semaines.

    Si je comprends bien, aujourd’hui, la seule difficulté à surmonter pour développer dans les meilleures conditions vos capacités orgasmiques, est d’informer votre femme de votre quête du plaisir prostatique.

    Je retiens un point de votre présentation :

    Elle n’aime pas les jouets, préfère “nature”!

    Votre formulation me conduit à penser que votre femme n’est pas a priori hostile à la stimulation anale dans vos ébats érotiques et que seule l’utilisation d’un masseur la gênerait. Si c’est le cas et si elle n’est pas non plus hostile à toute idée de masturbation, vous pouvez présenter votre nouvelle pratique comme une expérience de développement personnel qui se fera en plusieurs étapes, comme pratiquement toute forme d’apprentissage.

    A) Objectif général
    Apprendre à percevoir l’énergie qui circule en vous, à la développer et à la faire circuler pour rééquilibrer votre harmonie interne. Vous pouvez parler de tantra, de tao, de (re)connection avec vous mêmes. D’autres disciplines peuvent être associées à cet objectif ( yoga, taï chi, toutes les formes de méditation).

    B) Objectif localisé
    Les Aneros originaux ont d’abord été créés comme outils de massage thérapeutique par la société High Island Health (www.highisland.com) soit pour participer à la prévention et au traitement des hémorroïdes (Peridise) soit pour participer à la prévention de l’hypertrophie bénigne de la prostate (MGX, Helix). Le principe est basé sur le massage qui contribue à améliorer la circulation sanguine et la vitalité des tissus. Les premiers patients ont constaté que l’utilisation régulière de ces masseurs produisaient des effets secondaires » non documentés dans la notice. Je vous laisse deviner lesquels…

    C) Méthode
    1. Initiation en solo pour apprivoiser le contrôle du masseur. Mise en action de techniques de relaxation profonde, renforcement des muscles du plancher pelvien, entraînement à contracter séparément les différents groupes musculaires, concentration sur les sensations associées.
    2. Découverte en solo de sensations préorgasmiques puis franchement orgasmiques.
    3. Expérience des mêmes sensations sans masseur (A-less),
    3. Dès que ces sensations sont récurrentes, partage de vos nouvelles compétences pendant les jeux érotiques avec votre femme.
    4. Découverte des orgasmes prostatiques dans toute leur puissance.
    5. Partage de vos « transes orgasmiques » avec votre femme.

    D) Écueils
    • Le rejet par votre femme de toute stimulation anale,
    • Le rejet par votre femme de toute forme de masturbation de votre part,
    • La crainte de votre femme que votre développement orgasmique vous conduise à la délaisser,
    • Le rejet par votre femme de l’homme sexuellement nouveau que vous allez devenir si votre cheminement vous conduit à vivre les mêmes transes orgasmiques que celles dont témoignent nos amis du forum les plus avancés.

    E) Cerise sur le gâteau
    A la suite de vos discussions ou motivée par les premiers effets de votre transformation votre femme peut se lancer elle aussi dans une démarche de même nature…

    Le wiki Aneros présente les masseurs comme des aides à la découverte des orgasmes prostatiques dont on peut se passer quand nos capacités orgasmiques sont suffisamment développées. Nous en parlons régulièrement sur le forum. Il fait en même temps le lien avec les anciennes traditions orientales (Tao). Notre pratique peut donc conduire ceux d’entre nous qui acceptent cette idée à découvrir des horizons nettement plus spirituels que ce que nous offre une masturbation de base tout juste bonne à soulager une pulsion sexuelle mal gérée.

    J’espère vous revoir très vite sur le forum. Bon cheminement @RobertLelan.

    #42159

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    je me suis habillé un peu ce matin pour travailler devant mon écran,
    j’ai déjà expliqué que mettre, au moins, un short et un t-shirt,
    recouvrant donc certaines parties sensibles de mon corps, extrêmement réactives au contact,
    comme génitaux, seins, fesses,
    me fait un peu l’effet d’une ceinture de chasteté
    car avoir mes bijoux de famille à portée de cuisses,
    mes seins à portée de doigts,
    ce n’est plus très raisonnable quand je dois travailler,
    il me faut si si peu désormais, pour partir en roue libre totalement,
    rien que de toucher ma peau parfois n’importe où,
    me fait déjà l’effet d’appuyer sur un détonateur
    qui enclenche toute une chaîne de réactions en moi

    je ne me plains pas,
    je l’ai voulu ainsi, j’ai oeuvré pour cela,
    pour que ca devienne complètement fou et déraisonnable
    et j’en veux toujours plus,
    avec cette forme d’abstinence, ne plus éjaculer,
    à laquelle je m’astreins depuis maintenant pas mal de semaines,
    les énergies se sont tellement accumulées en moi,
    c’était le facteur qui manquait,
    cela décuple inlassablement mon potentiel, jour après jour
    sans relâche et sans discontinuité

    aussi donc pour travailler, je me vêts un peu
    sinon j’arrive plus du tout à me concentrer,
    tellement mon corps me fait constamment des invites
    pour aller passer un bon moment avec lui,
    s’offrir quelques gâteries, vite fait

    mais sinon, mon corps et moi, sommes de gros cochons,
    de très gros cochons qui aimons les gâteries
    vivement la retraite dans 3 ans
    où je pourrais m’adonner 24h sur 24, à mes activités lubriques,
    si l’envie m’en vient

    oh oui, je ne rêve que de cela,
    pouvoir consacrer mes journées, à lire, à me promener dans la forêt,
    à aller à des expositions, au théatre, regarder des films, visiter quelques amis
    et puis les moments d’intimité avec mon corps, explorer tout ce continent en moi,
    volupté, jouissance et extase de toutes sortes, à gogo, au programme

    je vais alors aussi me lancer plus sérieusement
    dans des pratiques tantriques et puis toutes sortes d’autres débouchés
    que peuvent offrir les énergies en nous,
    je les sens en moi tellement omniprésentes, tellement accessibles
    qui ne demandent qu’à s’enflammer de toutes sortes de manières

    dans la forêt aussi, j’ai déjà écrit ma proximité avec les arbres,
    les extraordinaires sensations que j’arrivais à vivre parmi eux,
    mes énergies sollicitées, de tout autre manière qu’à la maison

    #41449
    bzo
    Participant

    Je poussais des cris extatique ..j’étais à la fois étonné, émerveillé, en extase
    J’écris tout ça se matin, mais là « j’analyse »…comme je vous l’ai dit, j’avais disparu : j’étais devenu ma prostate. C’était ultra concret, tangible, proprioceptif..J’étais ma prostate qui jouait avec l’Hélix, qui montait, qui descendait en « massant’ ma prostate<…en me massant…c’est la première fois que j’avais cette sensation…de massage concret….(je comprend du coup pourquuoi on appelle ça un masseur prostatique c’était profond, lent ….j’était devenu ma prostate…je me contractait…je me détendait…impression que ma prostate se vidait comme une éjaculation…puis se regonflait…puis se revidait…que ma prostate embrassait l’Helix avec ses bras (qui du coup m’apparaissait à l’échelle de ma prostate, c’est à dire énorme!!…tout mes muscles du bassin « allaient » avec ça
    Je ne pouvait pas m’empêcher (et ne souhaitais pas retenir surtout) d’avoir des rales de jouissance …mais des râles lâchés…pas crispés ou tendu (…mon dieu, les voisins quand j’y pense..)
    Je sais que c’était mon premier orgasme prostatique…ça a duré peut être 3 minutes…je sais parce que j’ai pleuré d’émotion, j’ai pleuré de joie…je n’ai pas eu un orgasme, J’ETAIS ORGASME…

    ah voilà, enfin, tu confirmes mes théories, tu fais partie de cette rare catégorie de chanceux,
    qui sont en quelque sorte, tombés dans la la marmite de potion magique
    qui n’ont pas besoin de faire tout ce parcours,
    chez qui cela fonctionne très rapidement,
    comme s’ils avaient derrière eux des années et des années de pratique

    juste, il fallait que tu t’écoutes, te laisse bien aller, te laisse bien entraîner
    sans essayer de faire ceci, cela, de trop près

    Pour ma part, la découverte d’un mode Yin dans ma sexualité, grâce à la leture de tes textes, et aussi à ta personnalité qui forcément y transparait, est pour moi une découverte merveilleuse, qui change profondément mon rapport à la vie et aux autre…mais le passage en mode Yin m’a aussi fait découvrir que mon mode Yang était complètement crispé, coincé, pas assumé.

    développe cela parallèlement à ta pratique prostatique,
    bien que tu peux déjà ressentir pas mal de yin aussi avec le massage prostatique, avec le plug,
    c’est une question d’attitude, avant tout, tu l’as bien compris
    mais tu peux encore aller plus loin, bien plus loin,
    vivre le yin à 100% dans son corps bien spécifiquement et c’est encore autre chose, tout autre chose, tu peux me croire,
    enfin j’ai donné une description un peu plus haut, de ce que c’est chez moi

    ah tu m’incites à bien retravailler mon massage prostatique, j’ai hâte d’y être aussi à nouveau
    et de vivre ces deux formes de plaisir en parallèle, dans ma chair,
    elles se complètent merveilleusement

    par contre, les plugs anaux, cela ne m’attire pas du tout

    Tu es un artiste bzo…j’aime les artistes…

    ça me touche beaucoup ce que tu écris car l’art et la littérature sont tellement importants pour moi,
    rien ne compte plus pour moi, en fait,
    avec mes pratiques, l’exploration avec mon corps des énergies en nous
    de toutes les manières possibles et imaginables,
    tantra (mis en pause pour l’instant),
    sexuelles bien sûr, ce qui nous occupe surtout par ici
    mais aussi en forêt, je sens tellement les énergies des arbres,
    elles me bouleversent, elles me parlent

    c’est tout ce que j’aime dans la vie,
    vibrer, par l’émotion, par la volupté, par la jouissance,
    par de rares moments de contact humain, aussi, trop rarement, hélas,
    ces moments où l’on peut vraiment vibrer avec une autre personne puissamment, sans réserve,
    de fond en comble

    mais déjà tout seul, c’est l’exploration splendide, infinie, possible,
    avec tout ce que l’on a en nous,
    à défaut de m’être lancée dans une activité créatrice artistique, ce sera le grand regret de ma vie,
    j’ai essayé de la diriger vers moi-même
    quand j’ai découvert qu’il y avait moyen de faire des choses étonnantes, mystérieuses, avec soi-même
    qui engageaient toutes nos forces créatrices
    car elles sont là, dans l’instant, dans l’action, quand tu recherches le dialogue intime, l’incandescence, avec toi-même,
    quand tu recherches la danse des énergies intimes avec ton corps, sous une forme ou une autre,
    toutes les forces secrètes de notre imagination s’élancent aussi,
    enfin c’est comme cela que je le vis, c’est comme cela que je le ressens

    c’est une sorte de forme d’art qui apparait dans l’instant et qui disparait dans l’instant,
    dont on est le seul spectateur, dont on est aussi la seule oeuvre, sans cesse en progression,
    ainsi que le créateur,
    l’art de soi-même, vibrant, l’art de vibrer intimement, l’art de déployer ses ailes,
    l’art de s’épanouir dans sa chair

    #41375
    loulounet
    Participant

    Yeeh….une réponse ce matin si vite après mon post!…ça fait tellement plaisir Alix…
    Ce que tu dis me fait enormément plaisir et me donne confiance…déjà le fait d’écrire ça, d’accepter ce que je prends pour une gratification dans ma recherche est une disposition Yin…et je dirais que ta remarque et ta question est une façon pour toi aussi de lâcher quelque chose…de recevoir les interogations d’un autre homme, sans juger, sans comparer donc tu es pour moi dans ta question dans une disposition Yin, d’accueil, de reception.
    Mais bien sûr, je n’ai pas le talent psychologique d’Adraneros, ni son experience, et encore moins les talents litteraires et le côté iconoclaste de bzo. Les deux m’aident énormément dans mon chemin, mais j’ai compris que tu voulais mes impressions (mes secrets comme tu dis) de novice.
    Tu a compris que j’étais un gros cérébrale qui veut tout analyser, tout contrôler, et toujours à faire des théories….donc je ne vais pas tomber dans ce piège et te dire simplement, factuellement comment s’ordonne ma démarche
    Mois de Mars contrat dans une boîte, où ça s’est très bien passé mai où je bossais énormément, avait de lourdes responsabilités.
    Chaque soir, pour me détendre, et malgré la fatigue et les soucis (ma mère qui rentrait en ehpad), je me masturbais sur un porno (je suis gay, mais j’aime regarder les porno hétéro où les hommes se font bouffer le cul par des femmes…dans des positions lassives…se laisse doigter en se donnnant) et éjaculais très vite.
    Petite nuit et souvent le matin re branlette pour me détendre avec pour but une éjaculation rapide
    J’ai fini mon contrat épuisé (pas burn out, mais comme avec peu d’energie vitale en moi…un peu dépressouille)
    Comme je l’ai déjà dit, c’est un masseur chinois qui m’a massé en tout bien tout honneur (mais moi j’étais nu et c’est la première fois qu’un masseur pro me massais les fesses) qui m’a dit que vraissemblablement, j’éjaculais trop souvent et ne “jouissais” pas assez de mon énergie vitale…on a parlé des heures au tel parce qu’on a bien “accroché” intellectuelement)…il m’a parlé Tantra, Yang Yin….je voulais tellement qu’il me fasse un massage tantrique….mais pas folle la guêpe, il m’a fait comprendre (je résume) que ma demande etait typique yang….et que ma détermination à m’exiter à l’idée de ce massage m’envoyait dans la direction inverse de ma recherche du Yin…bref. Mais il a continué à me parler de multiorgasme possible chez l’homme ect…j’ai donc parrallement fait des recherche et suis tombé sur ce forum.
    Tu connais la suite,
    Découverte du traité d’Anéros, premiers émois en micro orgasme via mon “cul” (perinée, rectum anus, prostate) sans bander ni éjaculer. Même si je suis très loin des Super O , ce simple constat d’un autre type de jouissance où je suis plus dans la “réception” que “l’émission” , cette simple prise de conscience d’une prostate qui me parle me mets dans une joie profonde et me fait voir la vie, les autres , mon mec différemment, plus doucement, plus intensément, plus merveilleusement…bref, plus sexy
    Et puis il y a eu la découverte des post de bzo qui me font à chaque fois des “guili guili” dans mes fesses…et je ne saurais te dire pourquoi (en fait si, comme c’est une ode au Yin, ben forcément ça appelle mon Yin sexuel qui je pense est refoulé vraiment, bien que gay (c’est vraiment un cliché que de penser que les gay sont plus facilement en mode Yin? c’est presque le contraire. Je fais partie des gay qui ont été longtemps obsédé par l’éjaculation…masturbations courtes, éjaculation qu’on souhaite assez rapide orgasme de 10 secondes…J’ai pas eu de problème avec ça…j’ai aimé ça…mais je sais qu’il y a autre chose de plus grand, d’immensément plus grand et ça passe par arréter de vouloir éjaculer.
    Un truc important que m’a écrit bzo et qui est incroyable, c’est se caresser sois même tout seul aussi. Le fait de découvrir son corps. J’ai fait cette experience ce matin:
    Dans ma salle de bain ce matin, tôt, (mon mec dormait…d’ailleurs au passage, je me suis fait deux session aneroless cette nuit alors qu’il dormait à côté….j’avoue, ça m’exitait beaucoup de trembler pendant mes miniorgasme d’une minute en me disant stop, tu vas le réveiller…mais je te parlerai du couple plus tard..) Dans ma salle de bain dis je, le gland encore “tout baveux ” de mes émois nocture, j’ai entrepris de me masturber devant le miroir..et puis je me suis dis non, n’éjacule pas pour voir, mais caresse toi…J’ai alors éteint la lumière, et je me suis mis à genoux, à poil bien sûr et me suis doucement branler en me caressant tout partout…je ne suis pas sûr que j’avais des images erotiques dans la tête, non, surtout je sentais mes mains sur mon torse, mes tetons tout durs , mes cuisses, mes fesses, mes bourses, mon anus, les poils de mon anus……je me cambrais….en fait je m’autorisais à me cambrer, avec mes fesses qui s’écartaient comme à l’infinie, comme une vallée…pas l’impression d’être une femme, mais la sensation d’être un être qui reçois….et surtout m’autoriser à être exité de ça…Exité je l’était terriblement, poetiquement, mais aussi trivialement…impression d’être “cochon”…d’aimer ça….c’était trop bon et ça a duré longtemps (il ne s’agit pas ici d’orgasme mais plutôt de vagues de plaisir…je n’ai pas éjaculé…même si mon sexe était dur…je voulais pas..j’était comme “contenté” par cette jouissance sans but éjaculatoir)
    Bref, j’aurais donc tendance à résumer mon secret de novice pour faire résonner le côté Yin:
    Arréter un peu d’éjaculer
    Donc forcément l’exitation ne retombe jamais,
    En profiter pour la stimuler avec exo de kegel, aneroless et “calin” perso ou on s’exite à se toucher…à faire séparément… (pour l’instant par exemple, les séances ou je me touche, je touche aussi beaucoup mon sexe, qui bande évidemment, donc je ne suis pas dans un but d’avoir un orgasme prostatique),
    Allez…résumé du réumé pour mon “secret” : se stimuler par toutes les méthode du monde, SANS BUT EJACULATOIRE (même si on bande). Faire ça gaiement, comme une experience, il ne s’agit pas de se punir bien sûr, encore moins de se frustrer!!!
    L’autre secret pour faire circuler un peu plus le yin : c’est de le connaitre dans d’autres domaines de ton l’existance.
    Comme tu sais, Yin,Yang, c’est un équilibre. Si des gens comme toi ou moins on un côté Yang prononcé , c’est bien de rééquilibré avec du Yin, notamment avec la sexualité…mais on peut s’inspirer aussi d’autre côté Yin de notre personnalité. Par exemple moi, mon côté Yang s’exprime beaucoup par le fait que je suis très mentale, volontaire, dynamique, fonceur droit au but ect…mais quand je fait du piano, quand je chante un air d’opéra, je suis en mode Yin. Quand je fais de l’hypnose, quand je faisais du Yoga, j’étais en mode Yin. Quand je suis ému au cinéma par ex, quand je suis émerveillé en rando par exemple, je suis en mode Yin Tu as sûrement dans ta vie ce mode Yin çà ou là. Inspire toi de ça (ne pense pas que je fasse le malin, je me sent vraiment un débutant..)
    Le dernier secret que je vois, c’est de s’imprégner d’un petit bouquin EXTRAORDINAIRE” : Le Zen dans l’art chevaleresque du tir à l’arc – d’Eugen Herrigel. Livre très court, très simple, très concret…une véritable bombe philosophique. Et je vous jure, (je parle à tous) , si vous retirer “L’art chevaleresque du tir à l’arc” et remplacez par “progression prostatique”…on est en plein dans le sujet et ça colle parfaitement…
    A plus Alix (à au fait, dis moi si tu as des experience de plug, ou de gode indépendament des recherches avec l’aneros?…j’ai envie d’explorer ça aussi parce que je me demande si ça peu pas m’aider à me “décoincer” la tête…l’idée m’exite aussi…mais c’est peut être que mentale justement?)

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 326)