30 réponses de 1 à 30 (sur un total de 1,002)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #49630
    beatnick
    Participant

    Bonjour à toustes,

    Un petit point d’étape sur mon cheminement depuis 3 ans. Un peu parce que je suis très heureux et fier, mais surtout pour rendre une fraction de tout ce que j’ai reçu sur ce forum. (merci @Adam_m,@andraneros ,  @bzo  et vous toustes pour vos pistes et vos témoignages)

    Ce matin ce fut grandiose, niveau 52 sur la carte au trésor. Ça a été longtemps un Graal lointain, mais j’ai bondi d’une dizaine d’étape d’un coup. Je suis bien et fatigué.

    Je vais plutôt parler technique que ressenti, non pas que le ressenti et l’état d’esprit soit moins important, mais surtout parce que je suis plus à l’aise sur ce plan.

    J’ai débuté avec le même jouet qui vient de me propulser à une série d’orgasme dingue. Un bout de plastique pas cher acheté sur aliexpress. Ce n’est pas assez cher pour être sûr, mais le risque ne me rebute pas. Les débuts furent comme pour beaucoup… décevants. Un peu sensation de plaisir, mais rien de mieux qu’un bon passage à selle. J’ai essayé plusieurs objets et jouets annaux et prostatiques, rien n’y faisait vraiment.

    Ensuite une étape marquante à été ma nuit avec le truc dans le rectum. Je me suis endormi durant une session et je me suis réveillé avec des spasmes d’un ou des sphincter. Absolument dingue, mais un peu douloureux. Ce qui m’amène au point de la lubrification. Pour moi, qui suis rebuté par les lubrifiants siliconés, ce qui marche du tonnerre c’est : une seringue de 2-5 ml d’huile de jojoba et le jouet enduit de beurre de karité. Merci à celleux qui m’ont fait découvrir le trick, c’est pour moi le combo qui fonctionne.

    Suite à ça j’ai erré entre déception et conviction sans trop de régularité. Mais une chose que je retiens de cette période est que la perception et l’entraînement des muscles du périnée m’a bien aidé. J’ai développé, avec des exercices de Kegel, une bonne consciences et tonicité  périnéale. Les rapports sexuels menant à une éjaculation ont mené à un plaisir d’un autre ordre de grandeur. C’est quasi magique. Musclez et prenez conscience de votre périnée, cela ne coûte rien et m’a procuré de belles sensations.

    Et nous en arrivons à auj0urd’hui. J’avais beaucoup de temps ce matin, j’ai commencé avec l’aneros helix sur le côté. Rien ne s’est passé au delà de l’agréable insertion et du plaisir que je prend à être avec moi. Ensuite, un peu par frustation, j’ai voulu vérifier que ma noix était au bon endroit avec le Pure Wand cette fois sur le dos. Vérification faite avec la petite extrémité, j’ai eu envie de tenter avec la plus grosse. Elle est bien trop grosse pour mon anus, mais gentiment c’est venu et j’ai adoré. Puis je me suis souvenu que certain utilisait un vibro pour transmettre un vibration au wand. Ça a été suffisamment agréable pour que  j’envisage utiliser les vibrations plus directement. Et là mes amis, en jouant avec les différents modes c’est parti. Au début un peu de surprise face à ces convulsions puis un enchaînement de puissantes contractions que j’ai adoré. J’ai poursuivi avec le helix et fini avec mon premier bout de plastique pas cher. Ça a dû durer plus d’une heure et c’est seulement le besoin de pisser qui m’a remis debout.

    C’était très puissant, presque trop. Je pense que mon corps pourra un peu mieux gérer la prochaine fois. Cette prochaine fois dont je me réjoui déjà.

    Merci à toustes d’être ou d’avoir été là. Au plaisir !

     

    #49486
    persevere
    Participant

    Bonjour à tous

    Nousta, BZO, je viens de lire vos posts et je ne peux m’empêcher de faire le parallèle avec ce qui m’est arrivé. ça peut d’ailleurs inspirer plus d’un lecteur de ce forum.

    En 2021, après une période très rapide d’adaptation et des résultats rapides et très encourageants, j’ai connu des problèmes de santé suffisamment graves pour m’empêcher de pratiquer durant quelques mois.

    Depuis plus de 2 ans, je n’arrive à rien, je ne ressens quasiment plus rien. J’ai d’abord eu l’impression que ma prostate s’était définitivement endormie. J’ai fait l’erreur (ou pas) de faire des essais de toutes sortes. Pour essayer vainement de retrouver des sensations. J’ai même fait des poses plus ou moins longues, pratiqué l’abstinence totale durant plus d’une semaine. J’ai espacé mes séances, faute de plaisir, changé de masseur, essayé de pratiquer sans, changé de lubrifiant… Rien de tout cela n’a été positif. J’arrêtais mes séances la mort dans l’âme.

    Depuis peu, j’analyse avec 2 ans de recul et j’en arrive aux conclusions suivantes :

    1. mes problèmes de santé qui perdurent, me minent aussi le moral. Ma situation professionnelle en pâtit. Du coup, je n’aborde pas mes séances dans un état propice.
    2. je pratique en me disant qu’il ne se passera certainement rien. C’est l’énorme différence avec mes débuts : j’abordais mes séances avec impatience et une excitation à son comble. Je sentais directement ma prostate palpiter et je pouvais provoquer le fameux va et vient en quelque minutes, sans préambule. Ce n’est plus le cas aujourd’hui puisque je n’y arrive plus du tout.
    3. Ne pas confondre excitation avec envie et motivation. Erreur que j’ai répétée semaine après semaine sans m’en rendre compte.

    Je comprends donc que TOUT dépend de notre intégrité psychologique.

    Je sors d’une période de déprime assez profonde dans laquelle je me suis enfoncé sans en prendre vraiment conscience. Je continuais à faire des séances sans résultat, en pleine déprime.

    Depuis peu de temps, j’ai l’impression de remonter un peu la pente, de reprendre peu à peu la maitrise de mon corps et de mon esprit. Il me semble  ressentir de timides encouragements. J’ai compris il y a peu de temps,  qu’il me faudra impérativement sortir totalement de mon mal être pour laisser libre cours à mon esprit et à mon corps.

    Pour ceux qui comme moi galèrent depuis pas mal de temps, posez vous ces questions :

    1. Est ce que tout va bien dans ma vie? Ou bien je me morfonds en permanence dans les problèmes?
    2. mon esprit est il assez serein pour pratiquer? ou bien je suis en mode déprime?
    3. je fais des séances en étant vraiment très excité ? ou bien j’en ai juste envie parce que j’aimerais que ça marche pour moi aussi?

    Voilà, c’est mon expérience personnelle. depuis que j’ai compris ce qui m’est arrivé, j’ai l’impression d’avoir une nouvelle fenêtre d’essai, à moi de bien la localiser

    Pour moi, cette perte de plaisir a été très difficile à accepter. Tout autant que la maladie. Je pense qu’une fois qu’on accepte la maladie, on vit mieux sa vie.

    J’espère que ça aidera d’autres personnes.

    #49435

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    hé hé mes amis  (la poussière, le vent et le temps qui passe)

    hier soir ou plutôt, hier dans la nuit,

    ca a été mémorable,

    j’ai déterré mon masseur

    et j’ai pris mon pied monstrueusement,

    comme les deux textes précédant celui-ci, le décrivent en détails

     

    j’en ai des frissons, rien que d’y penser,

    suis assez occupé aujourd’hui en journée

    mais dès que je reviendrais,

    je me beurre l’anus et le masseur

    et hop et hop et hop,

    en avant, avanti, pour les ondes prostatiques

     

    je ne peux m’empêcher de délirer , de m’enthousiasmer,

    j’en ai rêvé de ce moment

    où les deux types de pratique, prostatique et en mode yin,

    cohabiteront en moi,

    que les deux seront à ma disposition, à volonté

     

    voilà, c’est là, c’est à moi,

    mon cul en est tout émoustillé rien que d’y penser,

    cela me démange au fond de l’anus,

    il y a un masseur fantôme pour l’instant

    qui va et qui vient

     

    j’ai l’impression de sentir encore celui de hier,

    ma fée Carabosse en silicone noir

    qui récure diaboliquement mon petit canal comme aucun autre,

    la sorcière adorée (allusion télévisuelle aux plus vieux d’entre vous) bien lubrifiée

    qui m’emporte sur son balai magique,

    faisant miroiter de mille feux ma prostate

    comme une de ces boules à facettes qu’il y a dans les boîtes de nuit

    tandis que ma chair danse follement tout autour

    #48681

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    je frotte une cuisse et tout ce qu’il y a entre,

    contre l’autre,

    sous l’eau ruisselante de la douche

     

    mes hanches dansent,

    lentement, lentement,

    comme c’est bon, de se laisser aller,  ainsi,

    sans retenue, sans tabou,

    sentir les limites de son genre s’évanouir,

    dans ses gestes, ses mouvements, ses postures ,

    une façon de se lâcher, une façon de s’offrir au plaisir,

    une façon d’aimer son corps, une envie de s’unir à lui

     

     

    je m’écarte un peu de sous l’eau,

    je sens que je dois uriner, de plus en plus fort,

    je presse maintenant bien fort les génitaux,

    je place mon pénis de façon,

    à ce que le liquide inonde bien mon bas-ventre, mes cuisses,

    le plus possible,

    coule bien dans les interstices, sur les poils, partout

     

    ça y est, comme c’est chaud, comme c’est doux, comme cela devient gluant,

    l’urine est le lubrifiant le plus extraordinaire qui soit au monde,

    son effet, malheureusement, ne dure que quelques secondes

    mais quelles secondes,

    quel contact soyeux, comme cela glisse irrésistiblement maintenant,

    c’est juste divin,  comme sensation

     

    je frotte bien lentement mon paquet,

    je le tords dans tous les sens, avec les cuisses,

    pour bien profiter de cette effet de glisse tellement unique

     

    je gémis de plus en plus fort,

    je commence à me caresser les seins,

    m’attarde sur les tétons,

    immédiatement, leur effet booster se fait sentir,

    ma hampe, en bas se durcit un peu,

    tout en dérapant comme une anguille, encore, entre mes cuisses

     

    le gland est tellement élastique et sensible,

    j’ai envie de hurler tellement c’est bon,

    mon sexe semble une antenne émettrice de radio,

    envoyant dans toutes les directions, des ondes

     

    et toujours cet effet patinoire, chaud et soyeux,

    de mon sexe, durci

    et de mes couilles aux poils collants, gluant de la pisse chaude,

    je frotte, je frotte et je gémis,

    m’en faut pas plus pour mon bonheur,

    pour l’instant

     

    les choses sérieuse, ce sera pour plus tard, au lit

     

     

     

     

    #47814
    PetitsPlaisirs76
    Participant

    Le traité d’Aneros fait ressortir quatre points importants:

    1) La relaxation de 20 minutes mini, dans le but de rompre avec le “je veux” et l’immédiateté qui sont nos drogues dures.
    2) La respiration profonde et continue que l’on a tendance à “oublier” quand ça monte dans les tours.
    3) Une lubrification généreuse afin que l’aneros puisse bouger pour caresser la prostate.
    4) La prostate n’est pas un tambour , elle demande beaucoup de douceur et qu’on l’oublie un peu, ce n’est pas une “bite” interne.

    Nos expériences ne sont pas des leçons mais peuvent éclairer.

    Beaucoup s’accorde à dire que le matériel vibrant n’est pas la bonne approche, j’ai commencé avec l’helix classique que j’ai abandonné
    faute de “résultat”.
    Avec le recul il n’y était pour pas grand chose, j’étais trop tendu durant les sessions l’anus bloquait l’anéros qui bougeait
    très peu caressait très peu la prostate.
    Déçu mais persévérant, j’ai repris l’expérience prostate sans trop y croire avec le aneros peredise 3 dont la tête n’est pas plus grosse qu’une olive,
    en respectant les 4 points cités, et en manipulant doucement à la main l’objet, j’ai découvert la prostate (on sent qu’on y est).
    Il y a peu lors d’une session mon corps mon anus ma prostate m’ont demandé “l ‘helix”, ayant bien progressé dans mes sessions ,
    il a apporté un plus, avec sa forme, sur le périnée et la prostate et aussi une autonomie, les mains pouvant s’occuper ailleurs.

    Conclusion: Il faut chercher modestement ce qui marche, l’expérience de “bzo” est très intéressante et montre qu’il faut du temps,
    j’ai commencé il y a 2 ou 3 ans je n’ai jamais atteint les sommets je suis autour de 51 dans “la carte aux trésors” et ça me convient.
    Je passe de bons moments avec mon corps.

    #47702

    En réponse à: La Séance Idéale

    Caktil
    Participant

    Hello @Rodward,

    Désolé de répondre si tard… Je ne vient plus très souvent sur le site.

    Pour répondre à tes questions, je possède plusieurs modèles Aneros. Tous ceux en plastique acétate (le plastique blanc) et donc je change régulièrement de modèle préféré. Ces temps, c’est le Maximus qui a la cote. Mais j’ai aussi de fantastiques sessions sans Aneros du tout, en Aless, donc. Pour ce qui est du lubrifiant, j’utilisais un lubrifiant au silicone tout au début mais j’ai assez rapidement changé pour du beurre de karaté bio. Je n’ai plus changé depuis. Et pour finir ma position préférée est sur le dos. Je commence normalement par environ 5 minutes sur le côté puis passe sur le dos pour les choses sérieuses !

    #47651

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    sous la douche bien chaude,

    avec des torrents d’eau qui dévalent sur ma peau,

    qui m’enveloppent de leur ruissèlement en continu,

    cela me donne tellement envie de me caresser

     

    mes paumes se posent sur les seins, les pressent, les frottent,

    j’adore approcher le doigt, lentement, de ma crevasse,

    derrière, entre les fesses

    descendre dans l’ornière, remonter, redescendre,

    tourner un peu là, à la lisière,

    faire des ronds, quelques figures de style

    puis plonger dans l’abysse chaud et bien humide

    qui glisse, pour l’instant, avec toute l’eau, comme s’il était lubrifié,

    une contraction arrive à sa rencontre de mon doigt,

    semble l’envelopper, immédiatement,  de toutes parts,

    le compresser,  chercher à comme l’avaler, l’assimiler,

    se souder de tous les côtés, à lui

     

    je frotte, je presse, avec les cuisses, mes génitaux,

    les gardent bien prisonniers, un moment

    et les tord, avec mes mouvements, dans tous les sens,

    comme les sensations varient constamment,

    quelle gamme voluptueuse

     

    mes hanches se mettent à danser irrésistiblement,

    je défie toute personne,

    à venir frotter lascivement, avec ses cuisses,

    ses bijoux de famille

    et ne pas avoir les hanches qui se mettent à danser, de plus en plus

    à condition d’oser, bien se laisser aller,

    de bien se laisser entraîner, sans rien retenir

     

    j’écartais les cuisses, à présent,

    mettant les génitaux, hors jeu, pour l’instant,

    à la prostate, désormais, de faire tout le boulot,

    là en bas

     

    la sensation de pénétration, directement,

    se fait omniprésente,

    je sens le masculin et le féminin,

    à présent, totalement qui collaborent ,

    qui collaborent à cette sensation de pénétration,

    pour que je la vive le plus pleinement, possible,

    le plus richement, possible,

    avec toute la puissance dont ils sont capables

    qu’ils me la fassent bien vivre sous tous les angles,

    sous toutes les coutures,

    dans tous les replis de mes entrailles,

    en volupté 3D

    la rendre, incroyablement, réaliste,

    ressentie dans la chair

     

    je succombe de plus en plus,

    une densité velouteuse est partout en moi,

    semble remplacer tout mon être,

    en haut, mes doigts pressent juste les seins,

    les soulèvent, les poussent vers les côtés,

    les frottent avec ardeur,

    plus la force de les déplacer plus, pour l’instant

     

    comme mon bassin est en feu,

    des mouvements d’aller retour m’embrasent,

    mon cul est à la fête, splendidement,

    j’ahane, je miaule, je gémis,

    je suis pris de frémissements, de convulsions,

    je ne retiens rien,

    je me laisse aller, entièrement,  à cette sensation de pénétration,

    sans aucune honte, sans aucun tabou

    mes hanches bougent comme celles d’une femme en rut

    qui se fait labourer par son amant

    #47601
    bzo
    Participant

    j’ai tout de suite ressenti une vague de plaisir en même temps que l’écoulement du liquide dans mes tuyaux internes, et ça a duré très longtemps, une minute peut-être, deux, je n’en sais rien, à me laisser aller, le temps de tout vider, je me concentrais sur le plaisir en fermant les yeux, qui montait, montait, et a fini par se transformer en orgasme aux trois quarts peut-être, ressemblant beaucoup à un orgasme de la prostate, qui s’est prolongé jusqu’à ce que j’aie terminé.

    je connais bien cela,

    cela me rappelle mes expériences avec l’urine

    perso, j’aime bien jouer avec

     

    enfin ces derniers temps, ne pratique plus trop,

    comme je fais rarement des séances au lit

    et si j’en fais, c’est aneros,

    donc plus besoin de mettre une alèse imperméable sur le lit pour ne pas le salir

     

    mais du temps où je pratiquais le massage prostatique  avec masseur et lubrifiant

    en fin de séance, couché sur l’alèse imperméable,

    je me lâchai lentement, golden shower, servi par moi-même

     

    quelle sensation délicate, raffinée,

    le petit filet de liquide chaud, jaune,  un peu visqueux

    qui courait sur le haut de mes cuisses, mon bas-ventre, mon pubis,

    fourmillement délicieux

    et puis comme tu l’as signalé,

    dans l’urètre, des sensations étonnantes, puissantes,

    comme si on éjaculait, je dirai, mais pendant plus longtemps

     

    après une longue séance où j’avais beaucoup joui,

    toute la zone , était tellement sensibilisé, surexcitée

    que la pression de l’urine qui montait dans le tuyau,

    les muscles qu’il fallait engager pour faire monter tout cela,

    me faisait orgasmer avec une puissance rare

     

    pendant mes deux ans où je jouais quasi tous les soirs,

    avec un masseur sur mon lit,

    enchaînant les orgasmes prostatiques, les super O,

    ces moments étaient comme la cerise sur le gâteau

     

    après, il fallait prendre l’alèse, avec ses flaques d’urine refroidie

    et aller rincer tout cela dans la baignoire,

    avant de le mettre dans la machine à laver

    #47023

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    mais avec un gant en latex lubrifié pour mon confort physique et psychique

    tu as déjà des résultats, ainsi, c’est formidable mais essaie dans l’avenir, d’être plus audacieux, progressivement

    car peau contre peau,  c’est quand même un autre monde

     

    le doigt qui titille, qui farfouille, qui explore, qui frôle, en direct contact, sans aucun intermédiaire

    c’est un déluge de sensation , un geyser de volupté

     

    Les surfaces “non sexuelles” ont été trop délaissées au profit direct du gland et de l’anus, toute la peau, comme tu le dis, est riche, je me caresse depuis peu, les cuisses, fesses, tétons, ventre, que du plaisir

    et tu fais tellement bien, cela va s’amplifier, toujours plus,

    non seulement tu varies, tu enrichis, la palette des sensations éprouvée

    mais surtout, tu incites tout ton corps à réagir, de concert, de plus en plus

     

    viendra un moment où tu sentiras celui-ci,

    de plus en plus, réagir comme un sexe

    en n’importe quel endroit que tu touches,

    tellement il sera habitué à réagir de partout, à tes stimulations

     

    et tu sentiras, en même temps, l’incroyable, infinie, richesse, générée , ainsi,

    mais aussi l’unité,  la sauvage harmonie,

    de faire jouer ensemble,

    de faire dialoguer les différentes parties de ton corps

     

     

     

     

    #47017

    En réponse à: Journal du prostatomane

    PetitsPlaisirs76
    Participant

    Bonjour

    bzo le 11/10 a écrit

    …./…enfoncé dans le lieu convoité, visé,

    je ralentissais, au maximum, sa course

    pour bien ressentir sa omniprésence, ardente, soyeuse, dans mon bassin,

    gentil petit obus de chair mobile, allant et venant,

    faisant fondre tout sur son passage, encore et encore

     

    à chaque mouvement de mon doigt,…../….

    Curieux , je me suis lancé dans cette pratique, mais avec un gant en latex lubrifié pour mon confort physique et psychique ,  avec douceur et me limitant à une bonne phalange j’ai massé ce trou si personnel, le plaisir est arrivé, prometteur.

    Qui a dit que la curiosité était un vilain défaut.

     

    bzo écrit

    retourner vers la peau, toute la peau,

    de la tête aux pieds,

    avec le plat des paumes,

    enfin avec toute la panoplie,

    c’est bien agréable, aussi et tellement riche

    Les surfaces “non sexuelles” ont été trop délaissées au profit direct du gland et de l’anus, toute la peau, comme tu le dis, est riche, je me caresse depuis peu, les cuisses, fesses, tétons, ventre, que du plaisir.

    #46289
    always2
    Participant

    Bonjour, j’ai 35 ans et je suis en couple hétérosexuel depuis une quinzaine d’années.

    Je tenais premièrement à vous remercier pour le site qui est une mine d’informations pour l’épanouissement sexuel de chacuns quelque soit leurs orientations.

    Depuis le début de ma sexualité je sens que mon penis n’est pas la seule source de plaisir, je me souviens très jeune me caresser l’anus pendant la masturbation.

    J’ai toujours guidé mes partenaires avec lesquelles j’étais en confiance vers l’exploration de cette zone avec toujours plus ou moins de gêne vis à vis de leur réaction avec les questions de masculinité que cela pouvait entraîner.

     

    Je suis avec ma compagne depuis donc une quinzaine d’années et notre relation est très fusionnel, sexuellement très forte et très physique suivant les périodes.

    Elle sait que j’aime être stimulé vers l’anus et m’insére régulièrement son doigt lors de fellation notamment, mais toujours avec caresses et stimulation du penis.

     

    Un jour après un long massage de sa part, elle a commencé à me sucer en me caressant l’anus puis  commençais à me doigter. Avec l’état de détente dans lequel j’étais après le massage j’ai senti une sensation étrange m’envahir que je n’avais que très peu ressenti avant. Je n’avais plus envie qu’elle me caressé le sexe mais uniquement qu’elle continu à me stimuler par derrière. Très difficile pour elle de ne pas prendre mon sexe dans sa main ou dans sa bouche lorsqu’elle me voyait perdre mon erection. J’ai fini par un orgasme d’une intensité rare dans sa bouche et j’ai senti qu’il s’était passé quelque chose que je n’avais jamais ressenti avant, car la stimulation de ma prostate était alors toujours accompagné d’une fellation ou de pénétration de ma partenaire.

     

    Cette montée de plaisir inconnue m’a poussé à me renseigner plus sur le sujet, ce qui m’a amené sur votre site, découvrir le traité d’aneros, puis ne procurer un aneros helix. J’ai lu je ne sais combien de fois le traité avant ma première session pendant laquelle j’ai respecté tout les conseils à la lettre : lubrification, relaxation, respiration, contraction, pas de stimulation de la verge etc.. je pense avoir vécu le moment de plaisir le plus intense de ma vie jusqu’à maintenant, je ne sais plus exactement mais entre 3 et 5 vagues de plaisir intense accompagné de hurlement de plaisir.

    C’était il y a une dizaine de jours, j’ai refait une session depuis qui était tout aussi intense, sans ejaculation final tellement j’étais fatigué et comme dans un autre monde.

     

    Depuis je me sens comme obsédé par cet objet, je continue à chercher des informations partout à ce sujet, je pense qu’à quand je pourrais faire ma prochaine session etc.. étant donc en couplé avec des enfants, c’est pas facile de s’octroyer des moments de détente propices à une session.

     

    J’ai 2 questions qui m’amène sur ce forum :

    – est ce normal d’être autant obsédé mentalement par cette pratique après y avoir goûté au point de ne plus être professionnellement actif ou presque ? Est ce juste au début ou cela persiste t il ?

    – je vais biensur en parler à ma partenaire, de cet orgasme multiple, sans erection et sans ejaculation, mais comment le partager avec elle dans notre vie sexuelle sans y délaisser son plaisir à elle ? Elle qui associe pour l’instant mon plaisir et le sien à une erection, une ejaculation. Je sais qu’au vue des sensations et du plaisir que cela me procure, les rapports avec aneros ne dureraient pas bien longtemps, et que je veux prendre le temps avec elle d’explorer et de continuer à progresser dans ma quête de ce plaisir la.

     

    En vous remerciant de m’avoir lu

     

     

     

     

     

    #45863

    En réponse à: Prostate VS verge

    OursPaisible
    Participant

    Salut Marclof,

    Merci pour ta réponse qui résonne avec plusieurs expériences en moi et qui me donne du positif

    J’ai aussi eu des moments de ressenti d’excitation , remplis de plaisir d’ailleurs , de l’intérieur de mon ventre , depuis que j’ai fait ma première séance avec l’Helix…
    Et la nuit ça s’éveille tout seul parfois, ça me l’a fait deux fois déjà, je me réveille et j’ai cette sensation de grésillement doux excité et jouissif qui vient du fond du ventre … je me sens très créatif et puissant à ce moment là …

    J’ai longtemps cru que ce fantasme de me faire pénétrer par une grosse bite (même si je suis hétéro) était réel, mais maintenant que j’ai goutté le début de l’éveil de ma prostate, et que j’ai depuis réessayé avec de gros objets, je réalise que soit le plastique des godes (d’aussi bonne qualité et lubrifiés soient ils) ben ça fait mal … et que la stimulation intense que je recherche réside potentiellement dans le réveil de ma prostate plutôt que dans la sodomie, ou alors c’est qu’il me faut un vrai sexe sans capote et pas du plastique trop rigide même si souple … a suivre …

    En tous cas ta description me rappelle ce que je m’imagine de l’éveil de la prostate, une libération du plaisir de vivre (c a ça que je pense quand tu parles de l’excitation différente, je pense que cette ouverture s’imprègnera aussi dans mon quotidien, pas uniquement dans ma sexualité), ressentir plus de plaisir en général et pendant le sexe …

    #45853
    Marclof
    Participant

    Salut,

    Moi aussi j’avais des sensations un peu désagréables au niveau des butées au début. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’était douloureux, c’était plutôt des gènes. Avec le recul je pense que j’étais trop contracté, le masseur rentrait donc profondément et restait en buté. Je te conseille donc d’essayer de te décontracter au maximum et éventuellement essayer d’autres lubrifiants qui aideront eux aussi a diminuer la pression.

    Aujourd’hui je n’ai plus du tout ce problème.

    En espérant que cela puisse t’aider.

    #45852
    Marclof
    Participant

    Salut,

    Moi aussi j’avais des sensations un peu désagréables au niveau des butées au début. Je n’irai pas jusqu’à dire que c’était douloureux, c’était plutôt des gènes. Avec le recul je pense que j’étais trop contracté, le masseur rentrait donc profondément et restait en buté. Je te conseille donc d’essayer de te décontracter au maximum et éventuellement essayer d’autres lubrifiants qui aideront eux aussi a diminuer la pression.

    Aujourd’hui je n’ai plus du tout ce problème.

    En espérant que cela puisse t’aider.

    #45850
    OursPaisible
    Participant

    Hello,

    Il y a plusieurs années j’ai acheté l’hélix recommandé.
    Je commence a m’en servir hier.

    Perso je lubrifie avec un baume aux huiles précieuses que je fais moi même (et au jasmin) et ça à l’air de très bien convenir … mais peut-être avez-vous des remarques ?

    Mais j’écris surtout car : au bout d’un moment, je ressens une certaine douleur soit au périnée, soit de l’autre côté de l’anus, à cause des bras du hélix qui appuient trop fort … avez-vous des conseils pour ça ? je vais probablement épaissir ces points d’appui avec quelquechose pour que ce soit moins sharp sur ma peau … je ne vois que ça …

    Bon et puis faut que je lise le traité aussi, j’ai un peu improvisé et j’ai peut être un peu trop bougé .. à voir ..

    Merci de vos retours en tous cas 🙂

    #45845

    En réponse à: Un très long cheminement

    filou
    Participant

    Bonjour Silvana

    Le site semble malheureusement déserté depuis un certain temps.  Andraneros, le “chef d’orchestre” tant dévoué et apprécié, nous laisse sans nouvelles depuis des soucis de santé. Je fais le voeux de retrouver, un jour proche, ses conseils si profitables et pleins d’humanité. Bzo qui nous régalait chaque jours de ses expériences est devenu muet aussi subitement.

    L’accès au  merveilleux plaisir prostatique est mystérieux  mais non automatique comme tu le sais. Je viens de découvrir que si je frotte mon doigt, lubrifié avec mon précum ou de la salive, sur le méat, cela me procurait immédiatement des contractions involontaires suivies de plaisir. A 74 ans j’ai encore découvert quelque chose  dans ce domaine!!!

    Je te souhaite de retrouver bien vite ce que tu as déjà ressenti; c’est si bon!!!

    #45836
    Jeremy
    Participant

    Bonjour,

    Je suis en recherche de l’orgasme prostatique depuis quelques mois. Je n’ai pas compté exactement mais je dois cumulé 30 séances environ. Le protocole que je suis est toujours le même jusqu’à présent : lubrification du rectum avec deux suppositoires de beurre de karité, quelques millilitres d’huile d’amande douce, puis insertion de l’Aneros Helix Syn V enduit de beurre de karité. Petite précision, je n’active jamais les vibrations. Je commence alors une respiration abdominale de type 4 7 8. Au départ j’augmentais mon excitation sexuelle en regardant de la pornographie, mais je me rends que ce n’est pas forcément utile. Ensuite, à chaque séance, le même schéma se répète. Au bout de 20/30 minutes environ à respirer profondément, je commence à avoir des tremblements involontaires de mes abdominaux, sans forcément réaliser de contractions des sphincters mais simplement en maintenant une petite tension de ceux – ci. Mais ces contractions persistent sans évoluer en “orgasme”. Je me demande si ces contractions involontaires correspondent bien à celles décrites dans le traité d’Aneros. Et je ne sais plus quoi faire pour progresser, s’armer de patience, accentuer la détente ?… bref voilà où j’en suis. Ainsi je sollicite l’avis des experts de ce forum en la matière.

    En vous remerciant par avance.

    #45826
    persevere
    Participant

    @pasdideedidentifiant, je peux faire plusieurs remarques par rapport à ton post en espérant que ça t’aidera (je parle pour moi, je ne sais pas pour les autres)

    1. il est NECESSAIRE d’être excité sinon, la prostate ne réagit pas ou trop peu. Je suppose que lorsque l’on est excité, elle grossit avec l’afflux de sang et devient plus sensible. En tous cas, chez moi c’est indéniable, si je suis excité les sensations sont plus fortes et arrivent plus rapidement. La fatigue et le stress sont très néfastes.
    2. j’ai essayé quasiment tous les ANEROS, les plus petits me conviennent mieux : MGX, HELIX TRIDENT et PERIDISE (le plus gros PERIDISE des 3, les 2 autres sont sans effet sur moi car bien trop petits). Quelquefois le PERIDISE me donne de très bonnes sensations très plaisantes alors que les 2 autres sont juste un peu agréables. D’autres fois c’est l’inverse. Je commence par le plus petit et je change au bout de 30 /45 minutes si pas assez d’effets.
    3. il faut faire bouger très doucement le masseur SANS LES MAINS. Le but est de chatouiller la prostate. Toute tentative manuelle enlève immédiatement toute chance de réussite ou de progression. Si ça te fait du bien, attend la fin de ta session pour le faire. Mais surtout pas au début.
    4. lorsque ta prostate te fera ressentir une véritable étincelle de plaisir, une envie farouche de continuer et de retrouver cette sensation délicieuse t’encouragera à faire des sessions de 2 heures voire plus .  Tu verras on devient vite accro 🙂
    5. rien n’est jamais acquis. Dans mon cas, j’ai démarré sur les chapeaux de roues. Des problèmes de santé assez graves m’ont stoppé net. Depuis que je vais mieux j’essaie de retrouver ma maitrise du début, mais je galère. Je continue parce que de temps en temps, mon corps m’envoie des signaux forts très agréables. PATIENCE…
    6. nous avons chacun une morphologie qui nous est propre, peut être que le trident n’est pas le plus adapté à ta morphologie.  Tu dois pouvoir faire bouger très légèrement ton masseur rien qu’en contractant tes muscles. Dans mon cas, plus les contractions sont légères et plus c’est agréable. Si tu ne ressens rien, ce n’est pas une histoire de force mais d’emplacement. Je te suggère d’essayer un autre masseur. Bien se rappeler que le but est de CHATOUILLER, pas de MATRAQUER ni ECRASER.
    7. Enfin, il faut LUBRIFIER ENCORE ET TOUJOURS sinon ça ne glisse pas bien.

    Encore une fois, ceci ne reflète que mon expérience personnelle, j’essaie juste d’apporter ma pierre à l’édifice. Je sais malheureusement combien c’est difficile pour certains (dont je fais partie), mais je sais aussi que cela peut être tellement délicieux certaines fois. Si tu ne peux retenir que cela, retiens ces 4 points primordiaux

    1. excitation
    2. sérénité
    3. lubrification
    4. chatouillements

    Bonne journée à tous

    #45825
    PetitsPlaisirs76
    Participant

    A “pasdintifiant”

     

    J’ai eu le même problème au début avec l’hélix, que j’ai abandonné faute de “résultats”.
    Depuis, après réflexion, deux causes :
    1) Une lubrification pas assez généreuse, mais délicate si l’on ne veut pas “ruiner” la literie.
    2) Vouloir justement des résultats et vite dans l’époque du clic à tout va.
    Erreur fatale.

    J’ai repris à zéro la démarche vers le plaisir prostatique avec la volonté de ne rien “vouloir” et de me contenter de peu.
    Après de nombreuses sessions, la progression est “sympathique” sans “O” petit ou grand, mais sans frustration.
    La dernière en date s’est déroulée ainsi:

    1) A 4 heure du matin, j’ai  envie d’en faire une.
    2) Ignorer son sexe, ne rien souhaiter de grand.
    3) J’introduis l’ aneros peredise 4 lubrifié, je me détends, je respire , je me caresse tout sauf le sexe, l’anus réagi, je joue doucement avec l’aneros.
    4) 15 minutes après je bascule l’aneros vers l’avant, il touche la prostate, des sensations nouvelles arrivent, des spasmes musculaires se déclenchent.
    je commence à gigoter, je me caresse les cuisses, les fesses, les tétons, le périnée, le souffle devient plus court.
    5) A la 30 ième minute je remplace le peredise par l’hélix bien lubrifié, il se plaque sur la prostate et le périnée, je ressens mieux sa présence.
    j’ai mis un livre rigide sous mon bassin pour que l’hélix soit libre.
    6) je relaxe le plus possible mon anus, pas de contractions volontaires, mais au contraire je m’écarte les fesses avec mes mains et là! bizarrement la présence du masseur n’est plus très perceptible,
    il flotte un peu. Nouvelle caresse plus appuyée des tétons, les mouvements du bassin sont plus vifs, le souffle plus court. Une petite contraction de l’anus fait remonter l’hélix vers la prostate,
    ça commence a être chaud, le méat me semble humide, la verge reste molle, encore un cran plus haut et du sperme va s’écouler mais ce n’est pas le but même si cette éventualité peut être agréable.
    7) un peu dans les vaps, je fais ressortir deux ou trois fois l’hélix, le cul est en feu, c’est super bon, j’y suis depuis 1 heure , j’arrête.

    Il n’y aura pas de “super O” , pas d’éjaculation, je remets le peredise, je m’endors.

    Au réveil, je sens le peredise, c’est agréable mais je l’enlève 1 heure après.

    Après le repas de midi, petite sieste, je suis allongé libre de tout accessoire, petite contraction anale/périnée, les spasmes reviennent, c’est reparti.

    A+

    #45760
    lariastoha
    Participant

    Voila, j’ai reçu le nexus, belle bête en effet. J’ai un peu pratiqué et appliqué les quelques conseils / suggestions et j’ai eu d’agréables sensations. J’ai commencé comme tjs ma séance avec l’eupho, il me permet vraiment de me détendre et de détendre toute la zone, j’ai eu de bonnes contractions involontaires assez rapidement, j’étais bien excité. Rapidement, les tremblements sont apparus au niveau des fesses et en me focalisant sur le laissé faire et laissé aller, j’ai pu vraiment me sentir presque partir, comme si ca glissait tout seul et le plaisir montait petit à petit. J’ai eu parfois des tremblements qui me faisait trembler presque entièrement. C’était agréable sans parler d’orgasme même si, j’essaye de ne rien attendre et de me dire que je prends du plaisir tout simplement. La bonne nouvelle c’est qu’avec le beurre de Karite plus l’aneros session, c’est vraiment bien gras et ça glisse pas mal même si malheureusement, ça ne reste pas non plus très longtemps comme cela. Ça reste gras, et donc la gêne que je sentais de part mes problèmes antérieurs est quasi inexistante ce qui tend à me détendre encore plus. Par contre je dois remettre du lubrifiant régulièrement et je trouve cela vraiment contraignant car j’ai l’impression que cela freine mon ascension. Bref, je devrais peut être essayer autre chose avec le beurre de karite (qui soit dit en passant semble m’apaiser même après mes séances, je ressens un bien être, comme si cela “réparait” les parois internes, enfin en tout cas ca leur fait pas du mal c’est sur).

    Donc, après un certain temps avec l’eupho et quelques bonnes séances de crispation lors de tremblements de plus en plus forts (la montée puis redescente, il me suffit de me recontracter pour relancer les tremblements aux fesses et accélérer le rythme). Quand je repars, j’ai toujours du mal à me dire : détend toi, relax toi et laisse faire, mais je pense progresser.

    finalement, j’arrive toujours à un moment où soit le lubrifiant semble ne plus agir (ou moins), soit je me sens légèrement frustré comme si je voulais sauter au dessus de cette barrière mais qu’elle était encore trop haute. Alors je décide d’essayer le nexus …

    Petite appréhension quand même vu la taille mais je suis détendu et ça rendre nikel sans aucune gêne. Il se place directement contre ma prostate et je sens déjà les vibrations de mon corps et les frissons de plaisir. C’est délicieux.

    je n’en ai pas parlé plus haut mais je me caresse en même temps, j’apprécie le toucher de mon corps et ceux des textures que j’affectionne particulièrement. Je remarque clairement qu’entre deux montées, les caresses me permettent de repartir de plus belle… c’est vraiment moi qui n’arrive pas à laisser partir et faire complètement, mais soit… ça viendra ou pas, je passe quand même d’excellents moments!

    Le nexus est donc en place et je commence mes contractions légères. Il ne faut pas grand chose pour qu’il s’enfonce délicatement … je dois faire une parenthèse, en écrivant ceci, j’ai des sensations de chaleur légère et mes fesses qui tremblotent! Ça m’excite rien que d’y repenser, c’était vraiment très plaisant…

    il s’enfonce donc avec tact dans ma prostate déclenchant une vague de vibrations et de tremblements. Je profite de ces montées et descente pendant presque 1 heure mais pareil qu’avec l’eupho, j’arrive à un stade où le lubrifiant manque et ou je sature (frustration). Alors je me suis rappelé d’une discussion que j’avais lue : il faut oser, essayer …

    et la je me dis : ce truc vibre en fait, y a un bouton. Allez je remet une couche et je l’allume.

    et la, comme sorti de nulle part je me met à résonner avec les vibrations d’une force que je n’avais encore jamais ressenti. C’est à la fois très agréable et étrange car il y a – comme je l’avais déjà lu ici – une sorte d’anesthésie due aux vibrations. Mais clairement le nexus est bien calé avec sa pointe dans la prostate envoyant toutes ses vibrations. Et je sens cette chaleur qui monte en moi. Je profite de ces sensations pendant au moins 30 min mais comme cela faisait déjà 2h30 que j’étais occupé et malheureusement il m’a fallu arrêté la session. Enfin en retirant le nexus toute la partie anale était légèrement anesthésiée et ce n’était pas très agréable. M’enfin les vibrations m’ont comme réveillé d’une autre manière ma prostate. Pourtant ce n’était pas la première fois que je testais des jouets vibrants. Mais c’était clairement la première fois que je ressentais de telles sensations. Aussi puissantes vais je dire. Mais je ne parle tjs pas d’orgasmes! Juste agréable et chaud.

    Quelques heures après ma session, j’étais assis en voiture et je repensais a quelques images un peu erotiques et excitantes, et soudain je me mets a ressentir une sensation plaisante de chaleur, comme maintenant au moment ou je vous ecrit ! je ne parlerais pas vraiment de session aless mais en tout cas une chose s´est reveillee en moi et je compte bien profiter de ces petits moments de leger plaisir.

    c´est aussi de cette maniere que je me rend compte de l´importance de partager et d´ecrire, cela debloque des mecanismes et de plus, c´est tres agreables, je ne peux qu´encourager ceux qui nous lisent !

    y a t-il quelque part un petit guide ou un resume de recit sur des sessions a less a recommander ?

    merci encore de tous ces precieux temoignages et hate d´etre a ma prochaine session

    ps : j’ai commandé un vice 2, mon compte bancaire me deteste maintenant

    #45755
    bzo
    Participant

    mais qu’utilises tu toi comme méthode et produits

    aucun! je pratique uniquement aneroless depuis des années,

    il me reste encore quelques tubes d’un lubrifiant à l’eau, à la maison, au fond d’un tiroir,

    cependant si je devais m’y remettre avec un masseur,

    c’est très certainement avec du beurre de Karité que je serai partant

     

    avec tes explications complémentaires, je cerne mieux ton désir, c’est exactement comme moi, en quelque sorte,

    à part le fait, que tu as une compagne

     

    oui, c’est difficile de se lâcher complètement, avec le type de problème, dans la zone anale que tu as,

    la seule voie sûre, il me semble, c’est aneroless ,

    je ne vois que cela

    et encore, les contractions quand on se lache, peuvent être très puissantes,

    en tout cas , chez moi

    mais peut-être pas du type à te causer des problèmes

     

    je ne me sens pas autorisé à donner des conseils en massage prostatique

    car je n’ai jamais pratiqué dans la manière du Traité

    et actuellement je ne suis plus capable que très occasionnellement d’atteindre un orgasme prostatique,

    quand j’y arriverai à nouveau,

    alors ce sera différent

     

    mais je dois avouer,

    d’un côté, j’ai cette pratique que j’ai développé

    et qui me procure des sensations extraordinaires

    où les ondes de la prostate viennent se mêler à toutes sortes d’autres ondes,

    génitales, anales et puis provenant de tout le reste du corps

    mais dès que je bascule en prostatique pur à 100%,

    je ne suis plus capable d’aller aussi loin

    que durant mes premières années de pratique hors des sentiers battus

    où je pouvais enchaîner sur une séance, des dizaines d’orgasmes,

    avoir des super O, etc, etc

     

    donc je ne me sens plus tout à fait avoir la légitimité de donner des conseils en massage prostatique,

    le fait est qu’aneroless, je n’y suis pas encore parvenu au Graal prostatique

    mais je ne veux pas recommencer avec un masseur

    car je veux y arriver sans et uniquement sans,

    rien que mon corps, aucun accessoire,

    c’est ma philosophie,

    comme cela que je veux mon plaisir

     

    mais dans la mesure de mes moyens, j’essaierai de répondre à tes questions

     

    #45754
    lariastoha
    Participant

    Merci pour ta réponse, et comme depuis tout ce temps, à chaque fois que je les lis, cela m’emplis d’un certain bonheur de compréhension et de partage.

    j’aimerais préciser quelques petits points. Comme je l’ai dit, le fait de me « prendre » pour une femme est plus une excitation de vivre mon côté féminin. C’est vrai que si je pouvais avoir cette baguette magique qui me passe de l’un à l’autre ce serait exactement mon rêve, mais je ne l’utiliserais que pour les périodes “sexuelles” ou dites d’excitation car j’aime mon corps d’homme et ma vie d’homme, je suis bien dans ma peau, cette partie de ma vie ou je me vois en femme est un petit plus et j’ai décidé de ne plus le réfréner, de le laisser s’exprimer. J’aime les vêtements et les textures, sur moi mais également sur elles. Quand ma compagne s’habille d’une certaine manière cela me procure du plaisir également, de la regarder, de la toucher (excitation). Au départ, je ne me « transformait » que pour mes séances, et cela, plutôt que de regarder un porno, m’apportait une excitation différente, comme si je m’abandonnais dans un autre corps. Bien que j’aime regarder le porno comme je le disais pour m’imaginer à la place de la femme, parfois je fais les deux. Mais aujourd’hui je suis plus dans les caresses, l’imagination de mon corps féminin qui reçoit, les courbes, les textures, la douceur, le laisser aller et accepter de passer un bon moment. parfois je m’habille entièrement, de la tête au pied, parfois un vêtement spécifique avec une texture spécifique suffit à me mettre dans un certain état, ce n’est jamais une sciences exacte et j’essaie de ne rien attendre mais d’accepter cette différence simplement, et écouter mes envies du moment.

    Effectivement je fais bien la différence entre le do nothing et la pénétration, et j’aime parfois cette combinaison des deux. Mais j’arrive encore à être frustré, et pire : frustré d’être frustré sachant pertinemment bien que le fait d’avoir simplement « pratiqué » est déjà très bien. Sans rien attendre.

    Je pense honnêtement que mes problèmes et les douleurs que j’ai déjà pu avoir ne m’aident pas et je reste toujours un peu trop « prudent », ce qui empêche le lâcher prise complet. Surtout pour la pénétration, je remarque que j’adore ça mais cela dépend des moments et à la moindre minuscule petite douleur (par ex lors de l’insertion), je me crispe et angoisse légèrement ce qui a pour effet de casser le mood. Bref, je me demandais si tu penses qu’essayer d’autres jouets pourrais peut être aussi être une solution dans mon évolution/entraînement? Si oui, je devrais p-e tester le nexus que tu recommandes sur tes différentes réponses ailleurs. Est ce que mon témoignage te ferait penser à cette recommandation ? Ou peut être un autre jouet moins “gros”.

    Concernant les intestins, j’ai trouvé un produit magnifique qui répare la paroi intestinale et donc corrige la perméabilité. Il en existe plusieurs à base de L glutamine et ils sont fantastiques. Mais cela va avec un autre mode de vie (donc alimentaire : plus de gluten/lactose/sucre et édulcorants qui sont les pro inflammatoires principaux). Malheureusement je voyage mondialement énormément et ce n’est pas tjs évident de respecter ce mode de vie mais je peux assurer que je sens la différence.
    je note cependant l’aloé que j’avais déjà testé mais pas de manière régulière, merci pour le conseil 😉

    Si seulement je pouvais ne plus avoir “peur” d’avoir mal ou de penser : j’ai déjà fait hier, si je fais aujourd’hui je risque soit d’enflammer l’intérieur, soit de réouvrir une blessure qui cicatrise lentement. Et je sais bien que ce n’est pas du tout systématique : parfois je le fais tous les jours avec le progasm et je n’ai rien, parfois juste une fois avec le eupho suffit à ce que plusieurs jours après je sente une gêne.

    Oui c’est mon fardeau et je l’accepte mais c’est aussi pour ça que je viens en discuter ici et partager afin de récolter parfois quelques bons conseils . Par ex la lubrification qui est, je m’en rend bien compte, tellement importante.

    Voila, je sais que j’ai encore bcp de chemin à parcourir avant d’être à ton niveau, je ressens dans tes récits une telle maturité et une forme de sagesse qui te concerne uniquement, c’est très inspirant. Mon idée n’est bien sûr pas de suivre ton exemple identiquement car nous sommes tous différent et c’est ce que j’aime en venant ici et en lisant les témoignages et les réponses aux témoignages, cette forme de respect que vous avez me tire vers le haut, merci pour cela tout simplement.

    Je l’ai peut être lu quelque part mais je ne me souviens que de la méthode de Andraneros avec le beurre de Karité mais qu’utilises tu toi comme méthode et produits ?

    merci encore d’avoir pris ce temps pour me répondre, à très bientôt!

    lariastoha
    Participant

    Bonjour O adeptes des nouveaux plaisirs,

    cela fait je pense plus de 7 années que je vous lis avec plaisir et délectation, et jusqu’ici cela m’a suffit pour m’informer, me former et surtout découvrir à mon rythme de nouvelles pratiques.

    Je me permets juste, comme une récompense après autant d’années de lecture silencieuse, de vous livrer mon humble récit, afin de me présenter (bien que je l’ai fait sur le post adéquat) et de recueillir vos sensations, émotions, partagés, conseils et suggestions que vous voudrez (ou non) partager avec moi.

    Tout d’abord, quelques mots d’introduction en ma personne, je suis un homme de 40 ans, hétéro de surcroît mais ayant un penchant depuis toujours, presque une obsession pour les femmes. J’aime donc me sentir femme, et il fallait évidemment que je découvre les joies des plaisirs prostatiques au travers de mon premier achat d’un aneros Helix il y a exactement 7 ans, suivi de peu d’un eupho syn. Comme vous l’aurez compris, mon penchant féminin est très important, depuis aussi longtemps que je me souviens, j’ai une fascination pour les femmes et j’aime leur vêtements que je porte régulièrement, cela a commencé très jeune et comme une honte, je l’ai toujours vécu caché. Aujourd’hui papa et séparé, le chemin parcouru est incroyable. Je n’assume toujours pas mon penchant en public et c’est pourquoi cela fait du bien de le partager avec vous.  J’aime mon corps d’homme également, et j’essaye d’en prendre le plus grand soin au quotidien : sport, nutritherapie, méditation, relaxation, sophrologie et … beaucoup de lectures et de curiosités.  MAIS…

    il y a tjs un mais n’est ce pas ? Je me dois aussi de vous parler de quelques détails personnels de ma santé qui ont toute leur importance. C’est étrange de se déshabiller en public de cette façon et à la fois l’anonymat et le fait d’avoir l’impression de vous connaître depuis toujours aide grandement. Et puis j’apprécie cette communauté ou le jugement n’a pas sa place. C’est peut être aussi un des points qui m’a décidé à vous parler aujourd’hui.

    Voila, depuis tjs je souffre des intestins. Les médecins classiques m’ont diagnostiqué un syndrome de l’intestin irritable (IBS en anglais) et du, évidement au stress et psychologique (aaaah quand ils ne savent pas, tout est psy… respect aux fybromyalgiques). Bref, avec cela depuis mon plus jeune âge (enfin ado) je souffre d’hémorroïdes, et même de déchirure anale. Ce qui… a retardé grandement ma découverte du plaisir anal et prostatique comme vous vous en doutez. Toujours est il, et grâce à un père médecin lui très ouvert aux médecines alternatives et fonctionnelles, j’ai réussi à, non pas guérir complètement, mais limiter drastiquement mes crises et vivre enfin une vie bcp plus épanouie (et professionnellement également, même si ce n’est pas tjs évident). Mais ma volonté et curiosité de découvrir de nouvelles sensations a toujours été plus forte, et donc … l’hélix et le eupho il y a 7 ans…

    je me rappelle, mes premières séances, la peur de m’insérer quelque chose et de ressentir de la douleur. Je me rappelle, la difficulté de bien tout lubrifier, quel lubrifiant et comment, tout cela dans le secret car ma femme (de cette époque) n’en savait rien… pas plus que je lui piquais de tps en tps quelques vetements… je pense avoir essayé enormement de choses, du lubrifiant au silicone, a l’eau, en injection par seringue, a la lubrification toutes les 10 min., des seances de 30min a plus de 3h, ma volonté de ressentir qq chose etait tres grande, trop peut etre.

    Je me souviens de ces premieres contractions involontaires, de cette sensation de plaisir tres tres leger, mais il y avait tjs qq chose… soit une legere douleur, soit une peur de la douleur, soit une peur que le lubrifiant m’enflamme mes entrailles, soit encore une autre peur. bcp d’angoisses, oui je suis comme ca. et a la fois, je veux progresser, depasser ces contraintes qui me retiennent! chaque session, je devais m’habiller en femme, ou du moins avec un vetements et une texture qui me plaisit pour m’exciter legerement. Pareil pour le porno mais ma relation au porno est totalement differente. j’aime regarder ces femmes se faire penetrer car je m’imagine a leur place. idem quand deux femmes se font l’amour…

    aujourd’hui, je fais des seances sans porno dans le noir presque complet et un calme absolu. je m’habille tjs femme car c’est pour moi un declencheur et m’aide a me sentir plus proche et plus ouverte a ma feminité, a recevoir sans attendre.

    Malgré tout cela, le chemin fut long et dur et encore aujourd’hui j’ai parfois du mal a ressentir.

    j’ai decouvert l’huile de coco il y a peu que je fais fondre et injecte avec la seringue, ce qui lubrifie tres bien. plus du lubrifiant a base d’eau sur l’aneros. j’ai acheté du beurre de karite mais je n’ai pas reussi a le faire fondre (peut etre pas assez longtemps au micro onde) et donc peut etre avez vous quelques conseils a ce sujet ? il semble bcp plus gras.

    concernant les aneros, je commence souvent avec le eupho, et puis monte dans les tailles : helix et progasm. j’ai essayé la methode de BZO (merci a toi) qui consiste a se faire l’amour et penetre litteralement avec le progasm, et je dois dire que j’ai aussi des agreables sznsations comme le do nothing du debut avec l’eupho.

    j’ai deja ressznti plusieurs fois des agreables ondes et des tremblements dans tout le corps mais vraiment ce n’est pas du tout a chaque seance et je remarque que je dois bien etre excite. sinon c’est juste agreable, sans plus. (je sais j’en attend trop mais quand on y a gouté, on veut tjs plus).

    recemment j’ai atteint un niveau que je n’avais jamais atteint (donc ma progression continue, ca me motive) et j’etais vraiment avec le souffle court, battement rapide du coeur, trembmement du corps et le masseur qui allait de lui meme avec une vague de plaisir comme si j’avais un vagin! et evidemment cela s’est arrete, peut etre ai je trop analyse, en tout cas j’etais sur que cela pouvais monter encore bien plus haut. pourtant je n’ai plus jamais reussi a avoir cette sensation, et meme si je sais qu’il ne faut rien attendre, il y a bien une part de frustration.

    evidemment, j’ai aussi travailler en aless, et je ressens parfois qq sensations agreables mais jamais rien de comparable a ce que j’ai vecu.

    la detente a fait bcp avancé mais aujourd’hui je stagne. meme parfois sans me masturber ou sans sexe pendant 1 semaine, l’excitation n’est plus la. surtout quand je pense a toute la preparation.

    par contre je sais que la lubrification est importante, et que j’ai remarque comme mes seances sont generalement longue (je suis lent tres lent a me calmer), je suis sur que je peux ameliorer cela. auriez vous qq conseils ? j’utilise l’aneros session pour le moment.

    concernant les jouets, le progasm me procure bcp de sensations mais j’ai l’impression que c parfois trop fort, et de plus la taille avec ce que j’ai comme passé ne me permet pas un confort comme avec l’eupho. devrais je tester le eupho trident ? et ne plus prendre en syn ? une autre recommendation ?

    pourtant j’apprecie avoir le progasm surtout quand il vient d’etre lubrifie et qu’il glisse bien mais je trouve qu’il glisse pas assez et “freine” assez vite (ma lubrification qui n’est sans doute pas optimale). j’apprecie la methode de BZO qui consiste a “forcer” cette penetration et a se faire penetrer et sentir glisser avec des contractionq fortes. ce sont pour moi des sensations differentes que le do nothing mais tout aussi agreables… mais generalement je le fais en fin de seance, quand j’ai deja un peu dilater l’entree.

    j’ai remarque aussi que l’helix en debut etait souvent un fiasco, alors que le eupho me procurait bien des sensations, qui, a un moment disparaissait. et le fait alors de changer pour l’helix me redonnait quelques vagues mais de courtes durees. je suspecte tjs ma lubrification mais pas que, je pense etre pret a decouvrir d’autres anatomies pour cette partie de mon corps mais lesquels choisir ?

     

    bref, je suis sur un plateau mais tres content d’etre arrivé jusqu’ici. je sais que mon voyage ne s’arrete pas ici et vous remercie tellement pour l’aide passée, presente et future!

    je developperai bien sur tous les points que vous voudrez, il y a tellement a dire.

    merci deja pour vos retours.

    laria

     

    #45683

    En réponse à: Journal du prostatomane

    bzo
    Participant

    l’abstinence d’éjaculation,

    c’est le royaume du désir qui s’installe peu à peu en vous,

    je veux dire,

    il prend possession de votre chair,

    il en fait ce qu’il veut, à la moindre occasion que vous lui donnez

     

    ce matin au réveil, j’ai commencé à me caresser un peu,

    mon corps ondulait sur le matelas, des contractions montaient,

    mes cuisses faisaient frotti-frotta avec les génitaux,

    enfin, mon habituel manège

     

    tout ce passait très lentement, comme au ralenti,

    ainsi, chaque sensation ressortait mieux,

    était bien mise en évidence

     

    et comme elles ressortaient, les bougresses,

    chaque vague qui passait en moi,

    me faisait comme monter en selle sur elle,

    comme elle m’emportait

     

    je ne vais pas écrire que c’était de la jouissance

    car cela ne l’était pas, au sens habituel du terme

    mais c’était tellement ineffablement bon,

    qu’il n’existe pas d’autre mot pour qualifier ce que je vivais

     

    disons, que chacune m’embarquait sur un train de félicité et de volupté

    qui m’emportait  hors de moi-même,

    me faisait partir corps et âme, quelque part,

    dans un petit ciel privé, à moi

     

    mon sexe, tantôt raide, tantôt mou, pleurait de joie,

    un petit filet qui s’en écoulait, sur mon bas-ventre, sur mes cuisses

     

    le yin s’exprimait tellement totalement en moi,

    un doigt ou deux qui s’attardaient derrière,

    jouaient avec ma petite crevasse, entraient, sortaient, s’enfonçaient,

    se tortillaient, effleuraient, frottaient la peau intérieure, bien lubrifiée,

    du beurre de Karité dont je m’enduis chaque soir avant de dormir

     

    comme tout était bien gras, bien dérapant, là-dedans,

    mes doigts s’en donnaient à coeur joie,

    cela glissait tellement bien,

    comme cela fouinait, comme cela fouillait,

    “frottez bien, récurez, plongez, plongez,

    mes petites souris curieuses”

     

    oh mon bassin est tellement chargé,

    mes cales semblent remplies d’épices exotiques, odorantes voluptueusement,

    leurs parfums se mêlent en moi, envahissent toutes mes cellules,

    comme je suis grisé d’un ailleurs incandescent,

    à la moindre sollicitation sexuelle de ma part

     

    ô ineffable, ô volupté,

    mécanique langoureuse qui s’ébranle à la moindre occasion,

    kaléidoscope de nuances de sensations,

    sans cesse changeant, dans ma chair

     

    je me laisse aller, je me laisse emporter,

    le vent est partout dans mes voiles

    et ma coque glisse légère, sans poids,

    sur un océan de félicité

     

     

    #45682

    En réponse à: Premiers emois

    mijule
    Participant

    Bonjour à tous,

    J’ai fait une troisième séance ce matin car j’ai passé une nuit agitée avec plein de choses dans la tête et surtout une prostate très excitée qui me titillait sans cesse.
    Ce fut très bien !!!! La lubrification au beurre de  karité et un plus. Pas la peine d’y revenir et ainsi de se polluer l’esprit.
    Je n’ai pas voulu brusquer les choses mais j’ai connu de nouvelles expériences. Déjà un type d’orgasme très doux qui semble t’envelopper.  Ça monte pas très haut mais c’est très bon.
    Puis ceux clairement qui sont initiés par la prostate qui semblent monter progressivement avec des minis tremblements dans les hanches qui sont très bons et si à la fin la prostate se contracte c’est top. Enfin une série de 3 mini O presque  consécutifs où j’étais très excité.
    Je pense que la possibilité de monter plus haut est encore très grande. Arrivé à un certain seuil je ne sais plus et ça redescend.
    J’ai senti en fin de séance après avoir retiré l’hélix de nouvelles contractions dans ma prostate qui me semblait engorgée. Je me suis masturbé pour faire retomber la pression car être dans cet état m’inquiétait un peu. Ce fut très agréable et j’ai pu sentir les deux plaisirs s’entremêler.
    Il faut que je me calme car là je suis comme un gamin devant un magasin de jouets.

    #45671
    mijule
    Participant

    Bonjour,

    Je suis tombé sur ce site un peu par hasard il y a quelques temps et comme souvent le hasard fait bien les choses, j’ai commencé à lire pas mal de sujets concernant l’orgasme prostatique.
    C’etait quelque chose qui me titillait depuis un moment car j’en avait déjà entendu parler. Donc je commence à lire ou plutôt à dévorer vos témoignages. Ça me donne follement envie de sauter le pas.
    Je lis aussi le traité d’aneros qui est un peu comme un permis de conduire de l’orgasme prostatique.
    Donc je me rends sur un site marchand du web et je commande un aneros hélix et un eupho pour plus tard quand j’aurais acquis suffisamment d’expérience. Je ne vous cache pas que même si les livraisons sont rapides l’attente m’a semblé longue.
    Réception hier et n’y tenant plus premières session dans la foulée.
    Lubrification, insertion et respiration tranquille pendant une dizaine de minutes. Puis je décide de faire quelques contractions du sphincter et du périnée. Je sens clairement que l’anéros me touche la prostate. Je laisse donc les choses se faire en les guidant un peu. Au bout d’un moment les premières lueurs du plaisir apparaissent. C’est pas fou fou mais ça a le mérite d’exister. Je laisse faire et ça monte doucement.  Les tremblements apparaissent et à ce moment on se demande comment réagir. Difficile de garder son calme. Je perds le fil une fois ou deux mais ça revient pour peu que le calme revienne lui aussi.
    Les contractions involontaires apparaissent aussi quand ça monte un peu plus haut.
    J’ai au cours de cette séance put avoir plusieurs montées dont une qui s’est maintenue dans un état de bien être inconnu. Très déroutant comme sensation mais très plaisant et très excitant. La séance a durée un bon moment puisque le plaisir était au rendez vous.
    Pour être clair aussi j’ai de suite parlé de mes achats à ma femme et de mon expérience aussi ce qui a eu l’air de l’amuser. Elle me connaît et sait que le sexe et le plaisir sont importants pour moi.
    A la suite de cette séance j’ai ressenti aussi des retours en aless. Hier soir dans le lit difficile de s’endormir avec des grosses érections intermittentes.
    Ce matin réveil dans le même état et deuxième session. Relaxation pendant 10mns et premières contractions volontaires.
    Ça monte doucement et le plaisir arrive. C’est vraiment autre chose. C’est très doux et très agréable mais ça peut monter et surtout quand ça monte ça tient et ça monte encore. Ça dure bien au delà du plaîsir pénien.
    Je n’en suis qu’au début de mes aventures prostatique mais je perçois le terrain de jeu qui s’ouvre à moi.
    Je pense aussi avoir énormément de chance d’avoir eu du plaisir si rapidement. Je sais aussi après vous avoir lu que les séances peuvent etre en dent de scie. Ça fait partie du jeu je m’y attends.
    Maitenant il va juste falloir trouver du temps pour aller plus loin.

    #45668
    Logos
    Participant

    Sans surprise, c’est en laissant tomber qu’on progresse, apparemment.

    Après quoi, plus d’1an et demi d’essais en moyenne 3X/semaine, j’ai peut-être enfin eu mon premier dry-O hier

    Au final, vu que pour réussir, le laisser-aller et la détente sont nécessaires, je suis resté à cogiter mais dans le bon sens.

    -Toute la terminologie, les “delicieux” et autres termes pour les sensations me dégoutant plus qu’autre chose, je fais abstraction de ces termes dans ma perception de l’expérience. Je reste froid dans l’expression de la chose.
    -Vu que je suis très stressé et toujours sur le qui-vive en veille, j’ai attendu d’être assez fatigué et donc moins de résistance à devoir vaincre.
    -Un chrono sur 90/120 minutes ainsi l’essai est “limité” mais cela m’évite de courir apres la réussite dès 20 mins. La, y a le temps, faut meubler, on y va tranquille.
    -A cause des murs en carton et des voisins, j’attends qu’ils partent et/ou j’envoie des bruits parasites
    -Inutile de continuer a tester les différents modèles.
    J’aime pas quand c’est trop envahissant —>Dans la boite, le progasm jr
    Les petits modeles me stressent, trop peur qu’ils entrent en mode suppo (surtout le tempo) —>dans le sac tempo et peridise
    Des dizaines d’essais sans trop de succes alors on arrete d’insister tant que le palier n’est pas passé : Le helix, helix syn et helix a moteur (ouais, quand je bute sur un truc, je bourrine un peu)

    Puis on ajuste
    Pour exercer les muscles, mais zone pas encore assez sensibilisée pour atteindre le but : l’eupho 1-2X/semaine max
    Pour quand c’est un lendemain d’essai et qu’il faut reposer la zone mais que ca chatouille encore : peridise fin (l’épais et le tempo sont parmi mes pires modeles)
    1X/semaine, de préférence le we, pour un essai complet : Le MGX . Moins intrusif, et le premier avec lequel il m’a semblé sentir quelque chose.

    -Pour l’état d’esprit : J’essaie pas de me détendre, juste de ne pas trop penser ni vocaliser ou imaginer une scene avec un max de sens possibles.
    -Si je me déconcentre ou fais trop attention au coté mécanique du truc, je visualise un point au niveau de la prostate et me concentre dessus.

    Quelques observations et redites amusantes mais confirmées par l’expérience du coup :

    ->Ne pas viser une réussite type ejac classique. Ici, on a pas le controle sur l’ouverture de la porte, et on a pas la clé. On se contente d’indiquer le bon chemin et on laisser aller, le cerveau sait quoi faire sans qu’on le lui dise. Au contraire, ca bloque de vouloir volontairement déclencher, même quand on sent qu’on est juste sur le seuil. Le seuil n’est pas la porte, et on est pas le portier. Ce n’est pas nous qui décidons si on peut entrer. On se contente de se présenter dans de bonnes conditions et voila.
    ->Si difficile de ne pas penser : Visualiser la scene en mode vr mentale avec une partenaire (dans mon cas). Se rappeller que la sensation n’est pas juste liée à l’éjac mais est une fusion du donner et recevoir. On peut être plus visuel, ou auditif, ou tactile, ou un mélange de tout, il n’y a pas de regles
    ->Si on observe, il y a 2 “paliers” : 1 : L’eveil de la prostate : On sent physiquement quand l’aneros est à sa place, quand les muscles font bien le boulot. Ca met parfois du temps à se sensibiliser (surtout au début j’imagine). Avoir eu cette zone non stimulée quelques jours et ne pas avoir éjac aident pas mal.
    2 : L’eveil de l’automatisation : Perso, juste les muscles internes sans bouger, pas moyen. Idem de rester sur le dos. Par contre, bouger les pieds, le bassin, ca aide. Donc on entame, on laisse faire sans trop réfléchir,et a un moment, le chauffeur viendra prendre le relais. On laisse les commandes et on voit où ca va. Au final, c’est pas la “méthode” qui compte, mais trouver comment s’installer relax.

    Perso, mes deux points-clés a éviter
    -Pas chercher à atteindre l’objectif du super-O, surtout n’en ayant pas encore eu, c’est une quete vide. On fait aller, on tient les 90/120 minutes et puis voila. Rien de plus.
    -Ne pas utiliser les mains. Plus essentiel que je ne l’aurais cru. Surtout on laisse faire l’aneros. Si on ne sent pas assez, c’est que c’est pas encore assez sensible. Utiliser les mains pour forcer le mouvement=prise de controle=blocage pour un O prostatique, et souvent plutot redirection vers une ejac. “boostée”

    Et quelques constatations qui me font dire que je suis sur la bonne voie

    -Une fois en phase 2, le stimulus moteur peut ne même plus etre a caractere sexuel en fait, ou plus limité. Quand la porte s’ouvre, on se retrouve tourné vers l’intérieur et la stimulation se suffit assez bien à elle-même
    -Pas vraiment de période réfractaire, hormis pour souffler un peu. Apres le premier essai, j’ai pu en relancer un second 5 mins plus tard. J’aurais bien continué s’il n’était pas si tard.
    -Pour la crainte du “mais et si c’est pas assez, je termine à la main?” , on dirait bien qu’il faut pas s’en faire, si on est sur la bonne voie, ca sera bien assez. En fait, je n’ai même pas réussi à faire une pratique manuelle avant apres cet essai et ai gardé cette zone sensible jusqu’au lendemain.
    -Vu la durée, c’est tres ennuyant de devoir se lever pour nettoyer l’aneros et remettre du lubrifiant. En général, je le fais 3-4 fois sur 2h d’essais. Ici, j’ai remis une dose quand j’ai senti que je pourrais arriver à quelque chose. Ca casse le mood, mais si on est lancé, ca revient en quelques minutes.

    Du coup, me voila équipé de l’eupho syn, du peridise fin, du mgx syn et plastique (c’est avec ce dernier que j’ai réussi, d’ailleurs, à ma grande surprise. Les bras plus épais sont moins genants que les autres modeles, et je pense que le lubrifiant tient mieux avec. ) Le reste basta. Et on va attendre ce we pour un nouvel essai.

    Le psychologique jouant beaucoup, c’est aussi pour garder une trace que je pond ces pavés. Ainsi on a eu le premier essai, puis le premier ejac prostatique avec le njoy wand (qui du coup commence a partir a la retraite car j’allais un peu fort avec, pas l’idéal pour les tissus), puis un premier ejac avec mains pour faire bouger l’insert. Puis ici sans les mains complet.

    Si il faisait meilleur (ma chambre est tres froide) et sans voisins, je suis sûr que j’y serais arrivé. En tout cas j’ai une nouvelle piste de réussite a creuser.

    Et en dernier tips, c’est qu’a chaque fois qu’on essaie sans les mains, sans stimulation du pénis en même temps, ce n’est pas que par principe, mais pour “forcer” le cerveau à se dire “bon,il fou quoi la? On va voir? Tiens, c’est quoi ces terminaisons nerveuses mal branchées, la?” alors qu’avec les mains, il va juste se dire “bon, encore un kink, c’est rien, on envoie la sauce comme d’hab”

    A voir pour la suite.

    #45460
    Lalienrouge
    Participant

    Bonjour , j’ai reçu mon Aneros Helix ce midi et l’ai testé dans la foulée avec au préalable une bonne douche pour être serein .

    Avec une bonne lubrification ,c’est rentrer tout seul .Je pense n’en avoir pas assez mis sur l’Aneros mais je rectifierais la prochaine fois .

    Niveau sensation rien d’exceptionnelle mais je m’y attendais, malgré  cela j’ai ressentis du plaisir quand même .

    La séance à duré environ 1 h en commençant par 20 minutes de relaxation puis des petites contractions mais encore une fois rien de fou niveau prostate car elle n’est pas habituée.

    Par moment j’ai eu des sensations bizarre dans le bas ventre et les jambes qui gigotent un peu .

    #45447
    bzo
    Participant

    oui, premier stade, lire bien à fond le Traité d’Aneros,

    il a permis à de nombreuses personnes de gouter au plaisir prostatique

     

    ce n’est pas une méthode infaillible qui garantit le succès,

    il y  a d’autres manières d’y arriver, le Traité ne convient pas à tout le monde

    mais c’est un bon point de départ,

    car encore une fois, elle a été efficace pour de nombreuses personnes

     

    pas essayer de rigoureusement appliquer ce qui est écrit,

    personnaliser à son tempérament,

    s’écouter, s’écouter toujours plus,

    le Traité ultime, il est inscrit au fond de nos tripes,

    c’est lui que tu dois apprendre à décrypter

     

    concernant le masseur, le Leko Loli,

    n’est pas vraiment un bon masseur pour débuter,

    il faudrait, idéalement, quelque chose de non mécanique,

    où l’on peut se passer de la main,

    le masseur se met en mouvement, facilement tout seul

    si on est bien lubrifié

     

    choisis-toi plutôt quelque chose dans la gamme des Aneros,

    le Helix est , en général, recommandé le plus, pour débuter

    mais si tu n’es pas trop serré financièrement,

    je te conseille d’en avoir 3 ou 4 sous la main;

    cela permet de varier et de trouver ceux qui te conviennent

     

    tous les modèles ne conviennent pas à tout le monde,

    il y a des préférences, des modèles qui ne vont pas du tout,

    donc en avoir un petit panel sous la main,

    accroit sérieusement les chances de succès

     

    bon courage et bonne chance

    #45439
    Logos
    Participant

    Je lis, je lis, mais au final, je suppose que c’est là ma limite.

    A part le vice et le progasm que je trouve beaucoup trop intrusifs, j’aurai testé toute la gamme.

    Les pires pour moi sont clairement le tempo et le progasm jr. Impossible de me détendre avec le premier qui ne stimule rien et au contraire inhibe totalement parce que j’ai toujours l’impression qu’il va partir à l’intérieur. Vu qu’une décontraction suffisante n’est pas a ma portée, le progasm jr fait juste mal et la tete n’arrive pas au bon endroit. Le helix syn V est un échec complet aussi. Je ne le sens pas bouger, les vibration insensibilisent la zone et le bruit est un bloqueur complet.

    Je n’aime aucun modèle plastique parce que les tab sont douloureux à terme. En fait ils pourraient etre ok en mettant du scotch épais et tendre, genre scotch isolant, sur les bords.

    Les deux où j’approche le plus d’un résultat sont
    l’eupho syn, où j’ai l’impression que le bout effleure quelque chose, mais qui manque de punch. Je l’utilise pour m’exercer au controle musculaire, mais fini chaque fois a essayer de contracter au plus fort.

    Et le mgx syn. 2-3 fois, j’ai cru y arriver, mais l’interrupteur ne s’est pas enclenché.

    Au final, chaque fois que j’ai approché d’un résultat, c’était en effet hors manuel. De côté, sur le ventre, assis, et en faisant jouer de la respiration abdominale et les muscles fessiers. Autant les contractions “de contour”, j’y arrive, autant celles du groupe musculaire de rétention (je connais pas le terme; Les muscles pour se retenir d’uriner) c’est plus compliqué. Pas de contractions involontaires, mais chaque fois que j’ai eu l’impression d’approcher d’un résultat, c’etait en le contractant assez fort, comme si je bombais le torse intérieurement pour faire ressortir la prostate.

    Un peu de mal aussi avec le fait que tout dit que cela bouge, mais je n’en ai pas du tout l’impression. Je sais que les syn demandent plus de lubrifiant, mais ils en sont bien recouverts, et j’utilise un applicateur pour en insérer 5-8 ml

    Rester deux heures ainsi, ca me fonctionne pas, j’ai pas la patience, mais j’alterne les modeles, des moments en isolation sensorielle, etc.

    Le plus sûr en résultat, c’est avec le njoy wand, que je limite à max 2-3X/mois et le we car j’ai tendance a aller assez fort avec et il faut que laisse la zone se reposer. La, je sens plus facilement les différentes contractions par le mouvement controlé du wand, et c’est d’ailleurs ce qui m’a étonné car c’est ce qui m’a donné l’impression que ma prostate, ou en tout cas une zone sensible était bien plus haut que prévu. C’est avec que j’ai eu les premieres résultats “sans les mains”

    Il y a certainement une astuce a trouver quelque part, une approche non testée. Ce serait bien au moins car cela montrerait qu’on peut aussi y arriver en étant assez rigide avec le mental et le ressenti.

    Comme déja remarqué, mon approche est à l’opposé complet de ta pratique pour tout un tas de raisons.

    Pas de bruits. Outre les murs en papier, je ne supporte pas ca. J’ai une hypersensibilité aux sons, et en temps normal, même m’entendre respirer trop fort déclenche un blocage au point où j’hésite à acheter un masque respiratoire de sport pour étouffer les bruits.

    Ecoute du corps limitée. Je n’ai pas une vie tres facile, je ne peux me permettre de rendre ma carcasse trop sensible aux stimulus et sensations. Mon max restera un conditionnement mental comme une porte qu’on ouvre et qu’on ferme.
    Mental un peu trop fort. SI je ne l’occupe pas, je cogite, j’analyse. Je pense que c’est pas une surprise vu les précedents posts. Donc je dois l’occuper autrement pendant que l’autre partie fait son affaire.  Le bon point est que quand la focalisation se fait enfin, je peux visualiser sur 3-4 sens.

    Le bon point est que je repère quelques “switch” mentaux quand les neurones restent concentrés sur le moment présent (c’est lent, et ca part tres vite), et quand la prostate se gonfle un peu

    Les points à travailler seraient que quand je teste, si je n’y arrive pas, je devrais juste laisser tomber. Pour diminuer la frustration de l’échec, j’ai tendance à termine une ejac. a la main et je pense que c’est une mauvaise habitude et conditionne le cerveau au fait que l’étape finale reste centrée autour de l’éjaculation.  Le but reste d’y arriver au moins une fois pour me prouver que c’est possible, et ensuite ca ira mieux.

    Par contre niveau “sensualité”, “laisser parler le corps” etc., il faudra obligatoirement que je trouve une autre voie parce que cela n’ira pas. Pour donner une idée, j’ai déja du mal à  ne fut-ce que lire les posts ici qui parlent de cela. Blocage complet que je n’envisage pas de régler.

    Bien évidemment, vu comme j’expliquais, c’est ici la partie analyste qui écrit. L’autre est dans son coin et n’a pas son mot a dire quand je communique. Je ne suis pas non plus avec un carnet a coté de moi pour tout noter et à un moment l’autre prend l’avantage, hop^^

    L’autre avantage de ces posts d’analyse et de réflexion, c’est que cela fait justement plaisir à l’analyse, parce qu’il n’est pas super patient, et j’ai assez régulierement la pensée que vu le peu de résultat, j’aurais du consacrer ces heures a autre chose de plus utile, apprendre un instrument, à cuisiner un truc, que sais-je. Le genre de truc qui réduit la pratique à zero.

30 réponses de 1 à 30 (sur un total de 1,002)