20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 298)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #40066
    modeyinmodeyin
    Participant

    Revenons à ce matin
    Je précise que je ne fais pas de méditation ou de chose spirituelle
    Mais ça fait la 2ème fois depuis le depuis le début de mon cheminement
    La 1ére fois c’était d’avoir 2 corps 1 physique et un spirituel
    Et là a un moment donné j’ai eu un point sur le front entre les 2 yeux et je pouvais visualiser un rond blanc de la taille d’une pièce de 2 euros pendant un certain temps
    3ème œil chakra 🤔

    #40057

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    bzobzo
    Participant

    Pour cela, je suis persuadé que l’usage de la sophrologie et la méditation peuvent être très utile pour le lâcher prise mental. Je vais effectuer une séance ce soir et j’expérimenterai cela une nouvelle fois. Je tâcherai d’observer le plaisir de l’intérieur sans essayer de le saisir précipitamment.

    oui, c’est important, c’est même essentiel, on peut appeler cela , se lâcher, tout ce qu’on veut,
    quand on fait l’amour avec quelqu’un, c’est un mécanisme qu’on applique tous, plus ou moins automatiquement,
    on ne réfléchit plus trop, on laisse les instincts, les pulsions, le corps, parler

    sauf que comme on n’a pas l’habitude, cela devient assez vite frénétique,
    le désir nous rend fou et on se met à rouler de plus en plus vite comme une pierre sur une pente
    notre queue durcie nous entraîne à sa suite comme un jeune chien fou lancé à toute vitesse,
    on éjacule et c’est déjà fini plus ou moins

    alors que quand on a une pratique qui permet de goûter à un plaisir sexuel intense à volonté, sans limite dans la durée,
    qu’on peut s’exercer par courtes séquences, un peu partout,
    comme des heures durant en continu, au lit si l’on en a envie,
    on apprend au fil des jours à déguster tranquillement, à goûter chaque détail, chaque nuance,
    on devient aussi audacieux, on expérimente, on n’a pas peur de gaspiller quelques minutes de-ci, de-là,
    il y aura encore tellement d’autres derrière sur la journée ou la nuit!
    on apprend à traîner sur la piste de décollage, on aime à y sentir nos roues tourner,
    on monte paresseusement, on s’élève un peu, on tourne en rond, on fait quelques pirouettes, on redescend, rien ne presse
    puis soudainement on se décide, on se cabre vers le haut et on se met à monter en flèche, plus rien ne nous arrête,
    on est libre comme le vent

    Puisqu’ils ne font font presque rien, j’ai tendance à les négliger. Je vais réparer cette lacune et leur prêter plus d’attention.

    il ne faut pas spécialement se focaliser dessus au détriment du reste
    mais ne pas les négliger, venir régulièrement, caresser, agacer doucement, les tétons,
    ils réagiront de plus en plus, des petits mouvement circulaires sur les pointes, etc,
    il faut les habituer, le corps doit comprendre ce que tu attends de lui,

    le rewiring, on pourrait définir cela comme cela,
    notre chair qui comprend ce qu’on attend d’elle,
    elle est programmable à volonté

    tout le corps peut en fait devenir ultra-sensible, être « rewiré » et participer aux festivités,
    chaque partie, la plus infime, le plus petit bout de peau, sur la plante des pieds, où l’on veut,
    peut générer du plaisir, tout comme devenir récepteur de celui-ci

    les orgasmes prostatiques de qualité, sont caractérisés, entre autres,
    par le fait que le plaisir est perçu un peu partout, dans tout le corps,
    si on développe sa pratique dans la bonne direction, cherchant la qualité avant tout,
    alors peu à peu, dès les premiers instants, les sensations pourront venir de toutes parts,
    c’est une polyphonie qui s’élève de plus en plus dans notre chair
    où la moindre des cellules semble participer au chant,
    la sensation de jouissance devient constante

    . Si je comprends bien, j’ai tout intérêt à soigner cet aspect de mon parcours dès maintenant ?

    ô combien!

    C’est-à-dire faire des contractions quand je le peux pour encourager ma prostate même quand il n’y a pas de corps étranger qui la stimule ? C’est ce qui se rapprocherait de la vraie liberté au fond, de pouvoir faire ce que l’on veut sans artifices…

    des contractions mais pas mécaniquement, il faut essayer de ressentir, d’y mettre toute son âme,
    dialoguer avec son corps, c’est toujours le même discours que je tiens

    eh oui, pas de corps étranger, un vrai tête à tête avec son corps, sans aucun intermédiaire,
    l’intimité absolue, la complicité sans limites

    la liberté comme une griserie enivrante sans fin, tout semble descellé,
    il ne semble plus y avoir aucun frontière, aucune limite,
    on se perçoit comme ne dépendant de plus rien et de plus personne
    pour assurer sa pitance sexuelle

    plus concrètement, on peut bouger comme on veut, se laisser mouvoir par le désir sans retenue,
    plus aucune contrainte, plus aucune limitation,
    plus de risque que le masseur perde de son efficacité, qu’il faille lubrifier après un certain temps,
    qu’il faille rester au lit,
    on peut se lever, pratiquer assis, debout, se rouler par terre,
    contre l’armoire, en frottant sa peau nue contre le bois massif, comme un animal en rut

    Et selon toi, celui qui progresse en aneroless est plus à même d’atteindre une connaissance de soi et des plaisirs encore plus intenses ?

    absolument, aneroless, c’est la reine des pratiques, celle qui offre le plus de richesse, de diversité, de nuances,
    qui permet d’aller le plus loin,
    cependant il est intéressant de garder malgré tout à côté une pratique avec masseur aussi,
    elle a ses spécificités et il est toujours intéressant d’alterner un peu, d’avoir plusieurs cordes à son arc

    il est expliqué que chez les occidentaux surtout, la population n’a pas conscience de ses capacités sexuelles, qu’elle n’utilise qu’entre 5% et 10%. Autrement dit, nous avons un outil incroyable en nous mais nous le laissons traîner sur l’établi…

    c’est totalement vrai de mon expérience, si je me compare avant et maintenant,
    il n’y a juste pas de comparaison possible,
    je me suis éveillé sexuellement qu’il y a 4, 5, ans,
    avant comme tout le monde, je grapillais comme je pouvais, des miettes de-ci, de-là

    aujourd’hui une telle sensation d’épanouissement, me submerge par moments
    une telle sensation de communion, la jouissance semble durer toute la séance

    des flots de volupté dont je n’aurai jamais soupçonné l’existence,
    aujourd’hui sont mon quotidien, je les mêle à mes gestes et mes actes de tous les jours
    cela m’est devenu aussi naturel que de respirer ou de manger,
    ma chair est prête à tout instant

    #40048

    En réponse à: Rien ne se passe…!

    KIMKIM
    Participant

    mais elle revient très régulièrement et c’est normal, on est des êtres pensants
    mais si on veut que notre pratique atteigne des hauteurs magnifiques,
    il faut apprendre à ignorer cette voix qui cherche à mener nos actions durant les séances

    Pour cela, je suis persuadé que l’usage de la sophrologie et la méditation peuvent être très utile pour le lâcher prise mental. Je vais effectuer une séance ce soir et j’expérimenterai cela une nouvelle fois. Je tâcherai d’observer le plaisir de l’intérieur sans essayer de le saisir précipitamment.

    il ne faut pas avoir des idées fixes ou préconçues, suis ton propre Tao, invente ton propre Tao,
    laisse l’éjaculation monter si le corps veut qu’il monte,
    pour moi, l’important, c’est de trouver l’accord dans l’instant, de se sentir un, de se sentir complet,
    de vivre un épanouissement superbe

    enfin moi, tous les dogmes m’ennuient, Tao et tout le reste, je lis un peu, je grapille
    mais cela reste en périphérie, je ne laisse plus rien m’influencer,
    je ne fais confiance qu’à ce que je porte au plus profond de moi

    Oui tout à fait c’est mon intention. Un ou des livres ne peuvent pas nous diriger et nous faire faire la même chose, nous sommes trop différents et complexes pour y parvenir. Cela en frustrerait beaucoup. D’ailleurs, j’en ai fait les frais en tentant de suivre les exercices à la lettre, c’est pour cela que je l’ai reposé, pour plus tard. Ne pas s’entêter.
    L’éjaculation ne me dérange pas outre mesure, même si très souvent je la bloque en pressant mon périnée. Je conserve ainsi une grande partie de mon énergie.
    Non vraiment j’ai le désir de créer ma propre partition en glanant ça et là de grandes idées que je vais m’approprier selon ma nature. Et justement le Tao donne des clés pour séparer éjaculation et orgasme, ce qui permet comme le plaisir prostatique d’enchaîner le plaisir sans période réfractaire. Ce qui me séduit là n’est pas la performance mais bien la liberté que cela procure. Comme l’endurance et l’entraînement donnent au coureur de fond la liberté de faire ce qu’il veut, aussi longtemps qu’il le veut. C’est une connaissance de soi accrue.

    les tétons se réveilleront si tu les chipotes régulièrement

    Puisqu’ils ne font font presque rien, j’ai tendance à les négliger. Je vais réparer cette lacune et leur prêter plus d’attention.

    ce n’est pas facile, bien sûr, tant que notre pratique ne nous assagit pas, ne nous déverse pas des flots de plaisir dans le corps,
    au moins ne plus regarder du tout du porno,
    aide à équilibrer et à savoir mieux utiliser son énergie, on sent moins le besoin ainsi de lâcher son coup,
    pour le reste, il ne faut pas trop se forcer,
    autant le faire après une séance où tu as eu des bonnes sensations prostatiques,
    les orgasmes éjaculatoires dans ces conditions,
    ont une puissance et des colorations étonnantes

    Personnellement je le considère comme une discipline à s’appliquer à soi plutôt qu’un contrainte. Il y a même le côté grisant de l’énergie présente qui donne une acuité et la possibilité d’écouter les manifestations du corps. Non la difficulté réside plutôt dans le cassage des habitudes, quand on fait les choses sans vraiment les réfléchir.
    En revanche il est vrai qu’après une séance, ça révèle des sensations plus crues que sans le masseur. Ça m’est arrivé c’est très agréable en effet. Mais j’aurais pu m’en passer, j’étais en capacité de résister puisque ma libido ne me dirige plus.

    absolument cette pratique permet l’épanouissement aussi à deux, l’envol à deux,
    la vérité, c’est qu’on porte l’autre aussi en soi,
    donc plonger en soi, à la découverte de soi, c’est découvrir l’autre, selon mon expérience,
    que l’autre est là en nous

    Ça confirme donc mes ressentis, c’est génial cette perspective !
    De plus, ma partenaire a découvert l’orgasme vaginal sur le tard, avec moi. Elle est donc dans une phase ascensionnelle de son plaisir, avec une osmose quasi parfaite entre son corps et le mien. Ça ouvre l’horizon pour deux et pas seulement en solo, c’est motivant.

    très très bien, bravo, cela rentre, tu vas y arriver, continue ainsi, c’est très important ce que tu écris ici,
    l’aneroless, c’est ce qu’il hy a de plus important,
    c’est là que les limites sautent vraiment

    Il est vrai que je n’avais pas envisagé l’aneroless…
    C’est en te lisant au fil des semaines que j’ai un peu tiqué, mais sans me dire que c’était accessible. Si je comprends bien, j’ai tout intérêt à soigner cet aspect de mon parcours dès maintenant ? C’est-à-dire faire des contractions quand je le peux pour encourager ma prostate même quand il n’y a pas de corps étranger qui la stimule ? C’est ce qui se rapprocherait de la vraie liberté au fond, de pouvoir faire ce que l’on veut sans artifices…
    Et selon toi, celui qui progresse en aneroless est plus à même d’atteindre une connaissance de soi et des plaisirs encore plus intenses ?

    je peux le solliciter à tout moment quand je veux, pour deux, trois secondes comme pour des heures,
    il se déclenche instantanément et ne s’arrête que si décide de m’arrêter

    C’est fascinant cette capacité conjointe du corps et de l’esprit. En préambule du Tao justement (sans vouloir tout rapporter à cela), il est expliqué que chez les occidentaux surtout, la population n’a pas conscience de ses capacités sexuelles, qu’elle n’utilise qu’entre 5% et 10%. Autrement dit, nous avons un outil incroyable en nous mais nous le laissons traîner sur l’établi…

    Merci pour tes témoignages et conseils bzo, j’espère que je ne te sollicite pas trop !

    KIM

    #39513

    En réponse à: Des conseils svp

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @aros,
    Je partage les commentaires apportés par @bzo et @epicture. Ils te donnent d’excellents conseils.

    Notre cheminement prostatique est une exploration de territoires inconnus qui font partie de notre être. C’est important quand on explore l’inconnu de suivre une méthode pour éviter de tourner indéfiniment en rond. Le traité d’Aneros propose une méthodecohérente applicable au plus grand nombre des hommes. Ce n’est pas la seule méthode qui permette de vivre des orgasmes « autrement », orgasmes enchaînés à volonté à la fois plus intenses et plus longs que les orgasmes « instinctifs » que nous découvrons avec la puberté ou un peu plus tôt pour certains.

    Les expériences que certains d’entre nous parviennent à vivre sont très variées et profondément personnelles, au point que souvent elles ne répondent plus à la définition de l’orgasme donnée par les dictionnaires. La notion de super O correspond à une réalité mais à l’expérience on constate qu’elle extrêmement réductrice de la richesse de la jouissance que nous apprenons à vivre en explorant méthodiquement nos zones érogènes, dont nos organes sexuels ne sont qu’une partie.

    Si tu penses @aros que l’application de la méthode proposée par le traité d’Aneros ne t’apporte aucun résultat, n’hésite pas à en suivre une autre. Si nécessaire tu peux inventer la tienne à partir de la réalité de ton expérience. La seule règle qui soit universelle est d’être patient, appliqué et prêt à vivre des expériences qui pourront initialement être très subtiles, très dérangeantes, tout à fait inattendues.

    Je pense que tu aideras beaucoup ta progression en pratiquant à côté de tes sessions des disciplines telles que relaxation, méditation, auto-hypnose, yoga ou toute autres formes de pratiques qui t’aideront à te réapproprier ton corps et à libérer tes émotions.

    Bon cheminement @aros.

    #39424

    En réponse à: Réveil

    CaktilCaktil
    Participant

    oui, ne te préoccupe pas de ce qui ne se passe pas,
    concentre-toi sur ce qui t’arrive
    c’est éphémère comme le vol d’une libellule, tout cela, il faut savoir saisir sa chance
    il faut être là dans l’instant, entièrement là dans l’instant,
    ouvert, réceptif, à l’écoute,
    ne plus penser, ce n’est pas le moment,
    juste vivre l’instant, vivre pleinement l’instant

    Ce que dit bzo est très important. Éphémère comme le vol d’une libellule, c’est juste. Être dans l’instant présent, ne pas anticiper et être reconnaissant pour chaque petite sensation agréable c’est important. Mais attention ! Ça ne veut pas dire que les sensations sont toujours légères. Car, comme le vol d’un papillon en Asie peut déclencher un ouragan à l’autre bout du monde, les minuscules sensations provoquées par le masseur sur la prostate peuvent provoquer un tsunami de plaisir intense dans tout le corps.
    Je considère que quand je fais une session avec un Aneros, je fais une séance de méditation sensuelle.
    Bon cheminement à tous !

    #39371

    En réponse à: En route!

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    @hpb12 Tu écris :

    J’ai ensuite enchaîné les sessions pendant ce mois d’octobre, bien que je les ai effectué plus quand je le pouvais que lorsque j’en avais envie, 

    C’est une difficulté pour de nombreux débutants. Elle ralentit la progression et peut alimenter une forme de frustration. Il faut apprendre à la surmonter et à être patient. Les fruits mûriront quand les conditions seront plus favorables.

    Je pense que tu as le bon état d’esprit pour bénéficier de ton application quand tu seras prêt.

    J’ai également discuté avec ma femme de mes progrès et lui ai parlé du kundalini, équivalent de l’orgasme prostatique chez la femme, mais malheureusement elle l’a prit dans le sens où je n’étais pas satisfait de nos rapports actuels, 

    C’est une réaction fréquente selon ce que je lis sur les forums spécialisés, dont le nôtre en premier lieu. Elle est normale. Pour des raisons qui lui sont propres et que tu expliques bien ta femme n’est pas en ce moment dans une recherche de développement de sa sexualité. Compte tenu de ses priorités elle fait l’amour de temps en temps quand elle en a envie et que les conditions sont propices. Ça lui convient. Ta proposition de développer ton potentiel pour vivre mieux ta propre sexualité n’est pas entendue comme un programme de développement personnel, comme ce serait peut-être le cas si tu lui parlait de faire de la relaxation, de la méditation, du yoga ou de l’exercice physique.

    Parler de sexualité c’est parler de ton intimité mais aussi implicitement de la sienne. Elle fait des choix dans sa vie en privilégiant certaines valeurs qui lui paraissent très importantes. Si il y a choix c’est qu’à côté des activités privilégiées il ya des activités négligées. Elle en est certainement consciente et se sent vraisemblablement plus ou moins coupable des conséquences de ses choix. Sans le chercher tu mets le doigt là où cela peut lui faire un peu de mal et retourne ta proposition positive en auto accusation.

    Tout ce que tu peux faire c’est de la rassurer, de la mettre en confiance avec elle-même et lui montrer chaque fois que c’est possible que tu l’aimes, que tu la désires. Au fur et à mesure que tu avanceras dans ton cheminement prostatique elle en verra les effets à l’occasion de vos ébats. Si tu sais maintenir et encore mieux renforcer le lien de confiance avec elle elle s’ouvrira peu à peu n’ayant pas de raison de douter d’elle même.

    Comme tu nous dis sur le Discord #plaisir-prostatique-nsfw prends les 2 !

    Bon cheminement @hpb12.

    #39177

    En réponse à: Réveil

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @paul56, en constatant le rythme irrégulier de tes extases orgasmiques tu nous dis :

    C’est assez frustrant !

    Je te comprends mais il me semble que de nombreux débutants aimeraient être en situation de ressentir la même frustration. Il y a à peine trois semaines tu nous disais avoir fait 26 sessions depuis la fin du mis d’août. Tu as deux mois de massage prostatique sous la ceinture, au sens propre comme au sens figuré et tu écris ce midi :

    je viens d’avoir une série de super O en aneroless.

    Et tu as eu besoin de te masturber, jusqu’à l’éjaculation je suppose,

    pour redevenir « normal »

    Je pense que de nombreux amis aimeraient ou auraient aimé ressentir eux aussi de la frustration pour la même raison. @bzo t’a apporté une excellente réponse. Tu fais partie des hommes qui répondent superbement à l’éveil de leur énergie prostatique, sexuelle ou vitale. Tu es dans une situation où tantôt l’extase orgasmique t’échappe complètement, tantôt elle te submerge à te faire peur. Ta situation n’est pas rare sur les forums et selon mes lectures elle évolue le plus souvent très favorablement.

    Ton organisme va s’habituer à supporter et à te laisser apprécier une jouissance aussi profonde. Cette adaptation aura pour effet de réduire et vraisemblablement de faire disparaître ces « périodes réfractaires ». Etre devenu capable de vivre en si peu de temps des moments avec autant d’intensité orgasmique est un choc violent pour ton organisme. As-tu pensé à pratiquer une forme de méditation entre tes sessions pour t’aider à retrouver de la sérénité ? En attendant sois patient, sois heureux de ce que tu es devenu capable de vivre.

    Bon cheminement @paul.

    #38949
    PeriPeri
    Participant

    Hello,

    Voilà, j’ai sauté le pas du Key Sound Multiple Orgasm que je traduirais par « le son clé de l’orgasme multiple ». Si vous taper The multiple orgasm trigger sur un moteur de recherche vous trouverez les instructions gratuites. Vous vous épargnerez les quelques 200€ sur le site officiel http://www.multiples.com. Mais n’aurez pas les fichiers audio, ni le forum d’aide, ni le coup de fil à Jack (le créateur de la méthode), etc.

    Première séance hier. Pratiquant le pranayama et la méditation, je savais que mes débuts n’allaient pas être très fluides ni tres satisfaisant. J’ai vite été surpris…

    Déjà, la méthode est d’une déconcertante simplicité (sur le coup, je l’ai eu un peu mauvaise vu le prix du machin) et même si vous avez seulement un niveau vostfr sur Netflix et google traduction vous vous en sortirez (tout est en anglais uniquement). Elle partage pas mal de points avec le Traité d’Aneros et les leçons Advanced Yoga Practices que je suie depuis plus de 4 ans. Ensuite, elle semble approfondir le lâcher prise et la sensibilité extatique utile à mon cheminement avec l’aneros qui stagnait.

    #38724
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @Chic, bienvenue sur notre forum.
    Est-ce que cette sensation de brûlure disparaît complètement entre tes sessions quand elles sont raisonnablement espacées ? Si ce n’est pas le cas il ne faut pas hésiter à consulter un médecin.

    Est-ce que cette sensation de brûlure apparaît dès le début de la session ou bien, comme il me semble, plutôt bien après le début ? Dans le second cas on ne peut pas exclure un problème de lubrification. Nous sommes tous différents. Il se peut que des quantités qui sont suffisantes pour certains ne le soient pas pour toi.

    Je conseille une double lubrification qui consiste à lubrifier d’abord le rectum avec un suppositoire (5 ml) de beurre de karité ou d’huile de coco (plus fluide à température égale) et à enduire le masseur de beurre de karité avant l’insertion (méthode qui consiste à plonger le masseur dans du beurre de karité fondu au micro-ondes puis à le mettre au congélateur le temps que le beurre se fige sur toute la surface du masseur).

    j’ai beaucoup de mal à me vider la tête et à profiter du moment présent. J’y travaille mais c’est difficile.

    Nous sommes nombreux à nous lancer dans cette exploration avec la même difficulté. C’est un frein aux progrès mais on peut le débloquer par la pratique et une certaine discipline pendant les sessions. Bien choisir le moment de tes sessions et mettre en place un petit rituel peut faciliter la réduction des pensées parasites. Ce peut être l’occasion de commencer à pratiquer une forme de relaxation / méditation indépendamment de tes sessions de massage prostatique qui te sera bénéfique autant dans tes sessions que dans le reste de ta vie.

    Je partage ta conclusion. Bon cheminement @Chic.

    #38016

    En réponse à: Etape sur le chemin

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Vous nous dites @Whynot :

    Je dois avouer que je ne suis pas dans une recherche spirituelle comme j’ai parfois l’impression que c’est le cas pour certains.

    A ma connaissance, personne ne se lance dans la découverte du massage prostatique exclusivement pour « une recherche spirituelle ». Nous faisons tous comme vous :

    Je recherche une jouissance certainement différente d’un orgasme normal mais tournée vers un plaisir physique.

    Votre état d’esprit sur ce point n’est donc pas un frein.

    La découverte du plaisir prostatique demande la mise en action d’une attitude et de savoir faire dont l’apprentissage, quand il est nécessaire, passe par des techniques très proches voire identiques à celles de la méditation. Mais utiliser ces techniques ne signifie en rien adopter les finalités spirituelles ou religieuses éventuellement associées à la méditation. Nous restons ce que nous sommes.

    C’est l’expérience parfois extrême que génèrent les orgasmes vécus par les pratiquants les plus avancés qui les conduit soit à exprimer leur ressenti à l’aide d’un vocabulaire qui sort complètement de l’ordinaire au risque de devenir ésotérique, soit à transmettre leur découverte d’un lien nouveau avec l’univers. Cette dernière expérience n’est ni obligatoire ni fréquente.

    Ces deux aspects expliquent l’impression que vous avez au sujet d’« une recherche spirituelle » mais ne doivent en aucun cas vous inquiéter. Votre cheminement vers le plaisir prostatique ne sera pas freiné par un manque de spiritualité ni par une recherche de plaisir physique.

    je sens également l’aneros qui bouge en moi mais je ne saurai dire si je sens un massage de la prostate.

    C’est tout à fait normal au début de ne pas avoir une perception précise de ce qui se passe dans l’anus, le rectum et la zone prostatique. Ce sont des régions de notre anatomie qui, en raison de notre culture échappaient à notre conscience. Nous apprenons donc leur existence en commençant la stimulation prostatique. Il suffit d’une bonne concentration et d’une pratique régulière pour que nous prenions peu à peu le contrôle de cette partie de notre anatomie et que nous découvrions des muscles « nouveaux », des organes « nouveaux », des sensibilités « nouvelles ».

    Vous êtes très bien parti. Bon cheminement @Whynot.

    #37973
    AvatarNcls0
    Participant

    Bonjour à tous
    Suite des chroniques :

    Nouvelles avancées :
    1) La lubrification c’est important : je me suis procuré une seringue en plastique afin d’avoir entre 3 et 5mL de lubrifiant. Rien à voir, je sentais l’Aneros bouger, je sentais les « caresses » chose que je ne sentais pas avant, c’est génial. Point négatif : un mal de ventre au début comme si mon corps voulait que j’expulse tout ça.
    2) La respiration c’est comme les contractions : plus c’est doux plus c’est bon. J’avais tendance à inspirer rapidement et de manière puissance et expirais lentement. J’inspire maintenant tout aussi doucement que j’expire (j’arrête d’être une brute) et je ressens beaucoup plus les choses

    Points positifs :
    D’habitude j’ai une et une seule montée de plaisir au fil des respirations : soit je saisis l’opportunité, soit la flamme s’éteint et je peux arrêter la séance.
    J’ai aujourd’hui réussi à rallumer la flamme une dizaine de fois après qu’elle se soit éteinte.

    Points négatifs :
    J’ai rallumé la flamme plusieurs fois mais je n’ai pas réussi à en transformer une seule en orgasme. Dès que je sentais que j’approchais de l’orgasme, mon corps se crispait et « bloquait »
    J’avais la sensation d’être au saut à l’élastique, et de m’accrocher instinctivement à la barrière au moment de sauter.
    J’imagine qu’il y a encore de l’appréhension et ça se réglera avec le temps, l’habitude et/ou la méditation/calme.

    Bon cheminement à tous

    #37954
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @Ncls0,
    Quand tu nous dis :

    J’entame mon inspiration/expiration par la bouche/ventre, je me caresse un téton et effectue ces très légères contractions.
    Les débuts sont compliqués car je ne suis pas reconnu pour savoir faire plusieurs choses en même temps

    Tu mets en évidence ce qui me paraît être une difficulté fréquente que rencontrent les hommes pendant leurs premières sessions de massage prostatique et pour certains bien au-delà. Il s’agit de combiner avec fluidité des actions diverses qu’ils n’ont pas l’habitude de faire, contrôle de la respiration, caresses nouvelles, contractions musculaires particulières, stimulation d’un organe interne totalement ignoré… C’est compliqué pour une majorité d’entre nous à nos débuts.

    je persévère et ces mouvements s’installent mécaniquement et j’arrête d’y penser.

    C’est très précisément ce qu’il faut faire ou ce qu’il faut apprendre à faire. C’est ce sur quoi tu as bien progressé depuis ta 1ère session telle que tu en parlais le 27 mai :

    Lors de ma première séance, j’ai eu du mal à lâcher prise : j’effectuais des contractions trop fortes et trop rapides. J’étais bien trop impatient.

    Avec quelques sessions supplémentaires et les bons conseils de @bzo tu avais déjà bien compris la méthode à la fin du mois de mai :

    Quand j’arriverai enfin à complètement lâcher prise, j’aurai accès à tout ce plaisir, c’est une histoire de pratique et de temps j’imagine.

    Tu résumais cette phase de ton apprentissage le 1er juin :

    Je me dits qu’il faut que j’arrête de partir à la recherche de sensations, notamment parce que je cherche à ressentir la « chaleur et le plaisir » que je ressens quand j’éjacule.
    Je me dits que le plaisir prostatique est différent donc cela ne sert à rien de le chercher puisque je ne le connais pas

    Tu as bien tout compris, tu es très sensible aux stimulations de ton masseur, tu vis donc depuis le dénut du mois de juillet tes premiers orgasmes prostatiques. Mais j’ai l’impression que ton esprit « scientifique cartésien » bridait le plaisir qu’ils faisaient jaillir. Hier tu as réussi à lâcher encore plus prise que tu ne le faisais :

    Je décide alors de continuer ma respiration comme si de rien était sans m’affoler, chose que je stoppais avant.

    Les choses se sont emballées très vite, les contractions involontaires sont apparues et de moins en moins espacées dans le temps. Le plaisir est monté, monté et là une explosion de plaisir.
    Mais une vraie explosion : un état de béatitude et une bombe de plaisir qui a explosé en moi.

    Ta dernière phrase est une définition émotionnelle de l’orgasme qui convient idéalement à certaines formes d’orgasmes prostatiques.

    Je n’étais pas prêt à recevoir toute cette énergie

    Ton ressenti correspond tout à fait à mon expérience que je m’efforce de transmettre en expliquant que nous avons des réactions de défense instinctives qui bloquent le plaisir que nous faisons naître quand notre prostate commence à réagir sous les stimulations de nos masseurs.

    C’était la première fois que je sentais que je ne contrôlais plus mon corps : une contraction qui procurait du plaisir, en amenant une autre qui en procurait un peu plus et de plus en plus rapidement jusqu’à cette explosion qui m’a « coupé le souffle et étouffé ».

    Nous pouvons franchir cet obstacle
    • soit en apprenant à accepter cette intensité explosive, à accepter d’avoir le souffle coupé, ou dans mon cas à accepter d’être noyé sous le plaisir, par encore plus de relaxation voire de la méditation,
    • soit en répétant cette expérience à laquelle peu à peu notre esprit va s’habituer et qu’il va finalement accepter de vivre, en faisant preuve de patience, de confiance et d’application.
    j’espère pouvoir revenir vous dire que j’ai réussi à « surfer cette vague » ou ce « tsunami d’émotions et de plaisir ».
    Je suis sûr que tu reviendras nous le dire. Je pense que tes messages depuis la fin du mois de mai montrent que tu as d’excellentes dispositions pour revenir nous le dire très rapidement. Bon cheminement @Ncls0.

    #37937
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Ncls0,
    Je comprends ce que tu veux dire mais je ne suis pas tout à fait d’accord avec toi quand tu écris :

    Le « vrai orgasme » est au bout du tunnel.

    D’une part l’orgasme prostatique ne s’exprime pas sous une seule forme, facile à reconnaître et toujours identique, ni pour tous les hommes, ni même pour un seul homme. Il n’y a donc pas UN vrai orgasme prostatique. Au contraire les témoignages de nos amis bien avancés montrent qu’on peut vivre cette expérience orgasmique avec de nombreuses variations dans l’expression et dans le ressenti de son plaisir.

    D’autre part quand on parle du « bout du tunnel » on laisse entendre qu’avant d’atteindre ce « bout » soit on est dans la souffrance, soit au mieux il ne se passe rien. C’est oublier que le « voyage » vers l’orgasme prostatique est déjà une découverte, de soi, de son corps, de sa sexualité, de sa sensualité, d’une autre relation avec la jouissance. C’est aussi oublier tout un apprentissage qui concerne un savoir être (relaxation, connexion au corps, méditation… ) et des savoir faire (respiration profonde, relâchement musculaire, contrôle musculaire du périnée… ). Certains traversent cette période en une seule session, d’autres ont éventuellement besoin de plusieurs années et ne sont récompensés que s’ils ont su être patients.

    Une période d’apprentissage n’est jamais un tunnel. De mon point de vue c’est plutôt une piste d’envol.

    En revanche je suis tout à fait d’accord avec l’état d’esprit dont tu fais preuve :

    Je me sens enfin prêt à accueillir cette énergie en moi, il me reste la pratique afin d’apprendre à la localiser et à la laisser se diffuser dans tout mon corps.

    Bon cheminement @Ncls0.

    #37898
    CaktilCaktil
    Participant

    Bonjour à tous,

    Quel bon sujet !

    C’est clair que ma vision du monde a changé durant ces dix derniers mois… Bien sûr, il y a déjà la découverte d’un plaisir divin, tellement fort, tellement bon… Le sujet des orgasmes prostatiques devrait être enseigné à l’école, dans les cours d’éducation sexuelle. Je ne sais pas comment c’est de nos jours, mais je pense que ça ne doit pas avoir énormément changé depuis les quelques pauvres leçons que j’ai reçues dans les années 70 et qui étaient surtout anatomiques (c’était déjà pas mal…).

    Mon opinion sur le sexe anal a également changé. Avant ma découverte des masseurs Aneros, je ne comprenais pas pourquoi certains aimaient le sexe anal. J’arrivais à un peu comprendre le point de vue de celui qui pénétrait… Et encore, je me disais qu’un vagin est tellement mieux adapté à une pénétration. Je ne savais pas qu’on pouvait prendre du plaisir en étant sodomisé. Je pensais que les femmes acceptaient juste pour faire plaisir à leur partenaire. Pourtant j’avais lu que l’anus était richement innervé, mais je n’avais pas vraiment compris que, oui, il est possible d’avoir un orgasme de cette manière.
    Je n’ai jamais été homophobe car j’avais bien compris que ce n’est pas un choix. Je n’ai pas choisi d’être hétérosexuel. Donc, étant attirés par le même sexe, ces « pauvres garçons » devaient s’arranger comme ils pouvaient, d’où la sodomie… Maintenant, au moins, j’ai bien compris que ces « pauvres garçons », sur le plan sexuel, n’ont pas à envier les hétéros… Au contraire !

    Ensuite, sur le plan personnel, comme le dis @Andraneros, j’ai aussi changé. J’ai eu une ou deux séances qui ont été presque comme une sorte de psychothérapie. Pendant la session, en repensant à mon passé amoureux ou sexuel, j’ai réglé des comptes. Je me souviens d’avoir pleuré un peu, non pas en m’apitoyant sur mon sort, mais en revivant des moments chargés d’émotion. Et j’en suis ressorti apaisé, mieux dans ma peau. De plus, j’ai aussi moins de crainte de ne plus pouvoir avoir d’érections un jour. Ce n’est pas que je m’angoisse chaque jour à ce sujet, mais je m’étais quelque fois dit qu’à partir d’un certain âge, je ne pourrais plus avoir de plaisir sexuel. Eh bien, maintenant, je sais que je pourrai toujours avoir des orgasmes et du plaisir sexuel, même sans érections.

    Sur le plan philosophique, je dirais que je suis maintenant un peu plus ouvert sur les sujets comme les chakras, la circulation des énergies, la méditation ou le Tantra. Mais je dois encore approfondir ces domaines.

    Et pour terminer, je dirais que ma santé sexuelle s’est améliorée depuis que je pratique les massages de prostate. Mes érections sont meilleures et ma libido est plus élevée qu’avant. Donc, je ne vois que du positif dans toute cette histoire, c’est juste extraordinaire !

    #37872
    AvatarBuzzi
    Participant

    Bonjour @Andraneros et merci pour ton message que j’ai pu lire avec attention.
    Pour répondre à ta première question, mes sessions se passent le plus souvent sans mes déguisements fétiches. Donc lors de ma dernière session, je n’ai pas enfiler ma combinaison de ski favoris (de plus fait un peu trop chaud en ce moment :p). Encore ici, je pense qu’il y a de l’évolution car même si comme avant j’aime bien enfiler mes tenues, je ne le fais pas forcément de la même manière et lors de mes sessions aneros c’est généralement sans.

    Pour répondre à la seconde question concernant le Vice2 je ne pense pas être encore prêt car la dernière fois que j’ai pu l’utiliser en étant seul à la maison un après-midi, j’ai eu du plaisir, plus qu’avant mais moins que mes sessions avec l’hélix.
    Concernant la méditation j’ai du mettre en pause pour le moment le temps de changer de téléphone malheureusement.

    Je ressens de la progression et je prends de plus en plus de plaisir lors de mes sessions et j’ai hâte de découvrir ce que l’avenir me réserve mais pour cela il faut que je continue sur ma voie sans rien attendre et vivre l’instant présent à fond. J’ai déjà hâte de faire une nouvelle session, cependant je laisse une journée ou deux histoire de faire monter le désir^^.

    Bon cheminement à tous et en espérant que mes témoignages puissent servir d’autres personnes car aujourd’hui je ressens des plaisirs assez intense que jamais je ne pensais vivre.

    Buzzi

    #37869
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @Buzzi,
    Je suis heureux de lire :

    Depuis que je suis venu ici pas mal de choses ce sont produites et il y a eu pour moi une sacrée évolution avec deux séances que je pourrais qualifier de magique car le plaisir s’est nettement intensifié. J’ai pu ressentir des choses que je n’avais jamais ressenti auparavant.

    Ta remarque :

    même si l’intensité du plaisir n’était pas au rendez-vous le plaisir était bien présent ce qui montre une certaine évolution.

    Est très importante. Elle met en évidence que ne pas faire partie des hommes qui deviennent multi-orgasmiques en 5 jours n’empêche pas la progression vers le super O’ ni le développement de ses capacités orgasmiques. Il est fondamental d’accorder toute notre attention à la somme des petits, voire minuscules, progrès que nous constatons semaine après semaine, mois après mois. C’est ainsi que j’ai pu atteindre et ouvrir la porte du paradis prostatique. C’est ainsi que tu peux nous dire :

    ma session de cette nuit fut intense

    Je commence à sentir une chaleur dans le bas du dos, c’est bon, c’est plaisant, par moment cela devient même très plaisant puis l’intensité baisse avant de revenir avec la même intensité. Je suis sur des petites montagnes russes 

    Je sens de plus en plus cette chaleur dans le bas du dos et je reprends ma balade sur les montagnes russes. Cette fois-ci je n’ai pas d’interruption et j’ai eu l’impression à un moment de partir dans un rodéo de plaisir, d’être à cette limite, ce point crucial avant les contractions involontaires.
    Malgré que la baisse de l’intensité, les sensations plaisantes étaient toujours là et au bout d’un moment l’intensité plaisante est restée en haut. A chaque respiration ce fut de plus en plus plaisant et je fus comme obligé de pousser très fort sur mes muscles PC 

    Ta description me fait penser que tu as passé une nuit typiquement pré-orgasmique. Pour mieux suivre ton évolution peux-tu nous dire si tu portais une de tes combinaisons fétiches ou non ? Si la réponse est non tu as fait un pas de géant vers tes futurs orgasmes prostatiques.

    N’oublie pas que tu ne voulais pas déranger ta femme qui dormait à ton côté. C’est un facteur qui à lui seul peut être une source de blocage.

    La perception de plus en plus nette d’un plaisir de plus en plus intense et de plus en plus étendu est sans doute la cause de tes contractions. Tu retrouves, sous l’influence de ton masseur, un réflexe fréquent au moment de l’orgasme qui consiste à contracter tout le corps, à pousser pour amplifier la jouissance. Je ne sais pas si tu as déjà fait cette constatation à l’occasion d’un orgasme pénien et des contractions éjaculatoires associées.

    Quand tu sens le plaisir monter efforce toi de l’accueillir en te détendant, en te relâchant le plus possible au lieu de te laisser prendre par ce réflexe de crispation. Ton plaisir immédiat peut perdre son intensité, mais il revient et plus tu parviens à te détendre « encore plus » plus tu lui offres de la place pour prendre de l’ampleur. La répétition de cette situation permettra aussi à ton organisme de « s’habituer » et d’accepter ces sensations nouvelles.

    Tu nous disais lors de ton dernier message sur le forum, le 30 avril dernier :

    Des nouveautés 
    La première vient de la pratique de la méditation. 10min chaque soir avant le coucher via une application. Je suis en phase d’apprentissage de la relaxation profonde et du lâcher prise.
    La seconde : un nouveau jouet, l’aneros Vice2. Ce qui m’a poussé à acheter ce nouveau jouet : le côté confort, le fait que l’on puisse s’asseoir avec sans que ce soit inconfortable, je voulais également essayer avec quelque chose de plus gros histoire de voir les sensations et forcément le côté vibrant de la bête. 

    Où en es-tu sur ces 2 nouveautés ?
    Bon cheminement @Buzzi.

    #37843
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Nous avions déjà anéronautes et prostatonautes. Nous avons en plus maintenant anérostiers. On dit que plus une activité est importante dans une société plus il y a de mots pour la désigner, désigner ceux qui en sont les acteurs, plus elle importante plus on en nomme différemment chacune de ses variantes. En un mot @caktil vient de donner 50 % d’importance supplémentaire au massage prostatique. Merci @caktil !

    Ce dernier vocable, anérostier, induit nécessairement anérostation et le rapprochement que nous pouvons faire avec l’aérostation :

    comme les aérostiers qui ne peuvent pas tout contrôler lors d’un vol en montgolfière, les anérostiers ne sont pas sûr de faire une bonne séance et doivent se laisser porter par les courants plus ou moins bienveillants de leur prostate et de leur libido.

    L’images est particulièrement juste.

    Tu nous dis :

    j’ai pu visualiser le plaisir et l’énergie sexuelle

    Ce faisant tu ouvres, à mon avis, un nouveau chapitre du développement de tes capacités orgasmiques si, comme le disent les traditions orientales énergétiques et les experts de la méditation, l’énergie va là où se pose notre esprit. Je suis très intéressé de lire ce que va donner la suite de ton expérience dans ce domaine. Elle pourrait t’emmener très loin comme c’est le cas pour @bzo.

    Bon cheminement @caktil.

    #37841
    verlesetoilesverlesetoiles
    Participant

    Bonjour à tous,

    Le temps passe vite. Déjà plus d’un mois que je ne suis plus venu vous relater mon cheminement qui est loin de s’être arrêté. Je continue à suivre régulièrement certains fils intéressants, mais je n’ai clairement pas eu beaucoup de temps pour rédiger des commentaires. J’avoue aussi avoir été nettement moins appliqué à noter les séances, les numéroter et recenser les expériences. J’ai lâché prise dessus et je vis simplement les expériences du moment tel qu’elles se présentent sans trop d’analyse.

    Les contraintes temporelles et familiales dans la situation actuelle m’ont poussé à développer des séances express de 20 minutes. Pour ces séances je n’utilise pas de suppositoire, mais je lubrifie abondamment le masseur avec du beurre de karité. Je démarre bille en tête avec une stimulation des tétons et très rapidement, dans les premières minutes, les premiers orgasmes sont déjà là. Dans les bons jours, ces orgasmes s’enchainent très rapidement, voir sont continus pour le reste de la séance avec des sommets et des vallons tous plus plaisant les uns que les autres. De toutes ces séances express, une seule fut décevante. Pas qu’il n’y ait pas eu d’orgasmes, mais plutôt que leur intensité était très moyenne. Durant ces séances et lorsque j’ai un tout petit peu plus de temps je m’amuse par moment à ne pas sauter sur mes tétons dès le départ. Je laisse monter les sensations uniquement avec les mouvements du masseur et lorsqu’elles sont déjà bien présentes je m’autorise à stimuler mes tétons. Je me suis inspiré de la pratique de @Caktil et je dois avouer que les orgasmes sont plus amples lorsque je procède de cette manière. Mes tétons ont vraiment pris une place centrale dans mes orgasmes prostatiques que ce soit avec ou sans masseur.

    Ceci m’amène à une interrogation majeure qui me titille depuis un moment déjà. Quelle est la différence entre l’orgasme des tétons dont parle Adam sur les différents orgasmes masculins existant et un orgasme prostatique ou les tétons sont stimulés ? Je suis curieux d’avoir vos retours sur ce sujet, même si je pense qu’il a déjà été largement abordé dans d’autres fils.

    J’ai eu l’occasion il y a quelques jours de faire pour une fois une séance en soirée, plus longue, environ 1 heure, en totale détente. Cette séance fut sublime ! L’Eupho est la star incontestée du moment et je ne me prends pas la tête actuellement de savoir si je veux essayer d’autres masseurs ou non. J’ai commandé et reçu les Peridise, mais je les laisse reposer tranquillement pour le moment. Pour cette séance j’ai mis un petit suppositoire de karité en avance, car je voulais vraiment une bonne lubrification. Ayant plus de temps, je m’autorise une petite phase de relaxation / méditation, masseur déjà présent avant de lancer la machine à orgasme. Très rapidement, même sans y penser, je fais déjà bouger le masseur légèrement et les premiers plaisirs se présentent tout naturellement. Je continue avec mon protocole habituel en caressant mes tétons, tout doucement pour commencer. Je joue avec, tourne autour, passe dessus et je module de la sorte, en combinaison avec les contractions, la montée de l’orgasme. Ceux-ci atteignent maintenant la quasi-totalité de mon corps, seul la tête ne se laisse pas encore totalement submerger. En termes de sensations orgasmiques j’ai expérimenté durant cette séance une nouveauté. Jusqu’à présent, les sensations de l’orgasme prostatique ont toujours été différentes de celles d’un orgasme pénien. Pour la première fois lors de cette séance, j’ai ressenti les sensations de l’orgasme prostatique et celles d’un orgasme pénien (sans éjaculation) qui se sont combiné ensemble pour former une jouissance hors du commun. Comme le diraient d’autres sur ce forum, j’ai vécu la meilleure jouissance en solitaire de ma vie durant cette séance. J’ai enchainé encore d’autres orgasmes explosifs durant cette séance mais n’ai pas retrouvé cette double sensation orgasmique.

    Les sessions en A-less ne sont pas en reste non plus. Je pratique très régulièrement, le soir, avant de m’endormir, une série de contraction et cela déclenche quasiment systématiquement des petits orgasmes. La tentation de venir stimuler mes tétons est grande, mais je profite de ces sessions pour justement essayer de faire sans et voir ou cela me mène. Dernièrement, en soirée, j’ai démarré une séance en A-less avec l’envie de vivre les mêmes sensations qu’avec un masseur. Cette session fut une belle réussite avec des beaux orgasmes ample et bien étendu sur le corps. J’utilise maintenant le beurre de coco pour mes tétons. Il est plus fluide et je le préfère au beurre de karité, pour cette zone en tout cas. Les deux courbes orgasmiques, celle avec masseur et sans se suivent, sans se rejoindre totalement pour l’instant et poursuivent leur ascension vers les étoiles.

    Bon cheminement à tous.

    #37652
    AvatarMikYo
    Participant

    Progression et difficultés
    Tout n’est pas toujours aussi rose. Parfois, il arrive que des séances soient moins bonnes voir très frustrantes. J’y vois deux raisons à ce stade de mon évolution.
    La première est toute simple : la détente. Pour profiter d’une bonne session, il faut être détendu c’est la clé. L’excitation apporte la cerise sur le gâteau à ce que vous allez ressentir. Ce sera vraiment plus intense avec l’excitation. Mais sans détente, votre prostate ne va même pas vous calculer comme on dit de nos jours. Si, Si, je l’ai vérifié à mainte reprise. N’essayez pas de faire votre billet de course non plus pendant une session… Soyez là, pleinement dans ce que vous faites, profitant de vos ressentis, oubliez autant que possible de passer en revue tous les conseils, contentez-vous de les appliquez… Ce n’est pas simple je le sais. Je pratique la méditation depuis quelques années maintenant et cela m’a beaucoup apporté. Une petite séance de 10 mn avant de démarrer une session me met dans des conditions de réussite de 99,9%.
    La seconde c’est la progression elle-même. Le processus lancé par les contractions involontaires fait que le corps va vivre des choses qui peuvent être bloquante ou que le cerveau n’est pas prêt à vivre. La première fois que mon corps s’est mis à trembler de toute part je me suis contracté de surprise bloquant toute la session. Dans ces situations, j’apprécie de pouvoir échanger sur le Discord pour comprendre… mais surtout pour trouver une astuce pour continuer la progression et rechercher le plaisir encore et encore…
    En particulier, j’arrivais à une étape de ma progression qui va la freiner quelques jours. En effet, avant l’orgasme, les contractions involontaires se mettent en place. Dans mon cas, les premières contractions se passent au niveau des abdominaux avant celles du muscle PC. Débutant à ce stade de la progression, je laissais faire ces contractions prendre place dans tous les abdominaux. Je constatais que mon plaisir ne se développait plus et à un stade donné de contraction ma respiration devenait difficile voir oppressante. Autant dire que les séances n’apportaient plus leur lot d’excitation et la frustration montait au fur et à mesure. Fort heureusement, @Andraneros m’a encore apporté son conseil. Il m’a préconisé de détendre ces muscles à l’aide la respiration abdominale et chercher à me focaliser sur la prostate et le muscle PC.
    Cela m’a pris plus d’une semaine pour voir comment canaliser ces contractions des abdominaux, à faire que ces muscles-là se détendent pour pouvoir enfin retrouver la tension qui fait tant de bien autour de la prostate. C’était une période assez frustrante, inquiétante. La peur d’avoir perdu le chemin. Mais ça repart à un moment donné et c’est toujours un plaisir renouvelé de la sentir monter, de sentir ce point de bascule entre le moment où il faut encore l’accompagner et le moment où c’est la prostate qui prend les choses en main, ce moment où l’on sait que le reste va être magnifique.
    Oui, il faut toujours s’appliquer dans nos séances et parfois cela peut être compliqué. Quand cela bloque, on se rappelle de nos difficultés première… Je pense qu’il faut se rappeler qu’une fois connectée la prostate le reste et en revenant aux bases (détente, pas d’attente) on arrive à passer la difficulté. Tous les témoignages confirment cela… Alors ne jamais se décourager car ça vaut le coup de vivre cette expérience…

    #37648
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonsoir @mikyo,
    Tu confirmes

    Cela fait déjà quelques années que je pratique la méditation et très vite je me suis aperçu qu’en expirant profondément des sensations apparaissait au niveau de la prostate.

    C’est effectivement que tu nous avais déjà dit un peu plus tôt dans tes messages. Tu avais sur ce point particulier un solide point d’appui pour bien progresser vers le super O’. MAIS il te manquait d’autres éléments que tu as acquis depuis particulièrement pendant l’Atelier de découverte du plaisir prostatique avec @adam et Nathalie.

    Tu es un exemple de ce que je cherche à expliquer en disant que nous recevons l’orgasme prostatique quand nous sommes prêts à le recevoir, c’est à dire quand nous parvenons à assembler les différents éléments dont nous avons besoin pour le vivre. Avant l’atelier tu avais deux avantages sur la majorité des hommes qui se lancent dans la quête du super O’ :
    • L’expérience d’un plaisir anal ou prostatique intense,
    • la pratique confirmée d’une méthode de méditation.
    Il te manquait ce que tu as trouvé en janvier et qui t’a permis de faire le cheminement dont tu témoignes.

    C’est l’occasion de conseiller à tous les débutants de ne pas négliger le travail sur la relaxation et la méditation pendant les sessions et aussi avant et en dehors.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 298)