20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 47)
  • Auteur
    Résultats de la recherche
  • #40228
    AvatarWhynot
    Participant

    Pour moi, le grand mérite de ce forum est de pouvoir profiter des expériences des autres pour pouvoir progresser vers cet orgasme dont on parle sans vraiment savoir à quoi s’attendre. Depuis quelques mois je profite de ce plaisir et je voulais partager mon expérience au cas ou cela peut aider certains ici (de la raison d’un nouveau sujet diffèrent de celui que j’avais commencé l’année dernière).

    Tout d’abord je me suis toujours demandé ce que l’on ressentait lors d’un orgasme de la prostate. Personnellement je ne connaissais que l’orgasme éjaculatoire jusqu’à présent et, a vrai dire, je ne suis pas sûr de pouvoir décrire physiquement ce que je ressens alors à part employer des mots comme plaisir, jouissance etc… Mais ça ne décrit pas vraiment ce qui se passe alors. J’ai essayé de décrire le plaisir que je ressens dans ce post même s’il est difficile de mettre des mots sur un orgasme.

    Personnellement mon cheminement s’est fait étapes par étapes pour lesquelles j’ai essayé divers moyens dont certains se sont révélés inutiles voire contre productifs. Quand j’avais passé cette étape, je me suis aperçu qu’il fallait que j’abandonne alors ce moyen, cette béquille, pour passer à la prochaine étape avec l’aide de quelque chose d’autre. En fait je ne l’ai pas vraiment fait consciemment.

    Tout d’abord et comme beaucoup d’autres à lire ce forum, j’ai dû atteindre cette fameuse relaxation. L’HypnAerosession d’Alana a été le moyen parfait pour moi. Il y a deux cd. Le premier qui décrit ce qu’il faut faire m’a permis d’atteindre le premier degré de détente que je n’arrivai pas à atteindre. La voix d’Alena m’a permis de me détendre, de me mettre en route et de me laisser guider pas à pas. Je faisais aussi des séances aneroless seulement en écoutant ce morceau et j’ai ressenti mes premiers plaisirs seulement en respirant profondément et en me laissant aller en écoutant sa voix.

    Au bout de quelques séances avec ce premier « morceau », je suis passe au second qui a toujours la voix d’Alena mais sans décrire ce qu’il faut faire. Au bout d’un moment le premier morceau m’empêchait de me lâcher car je ne pouvais pas me synchroniser avec les conseils, consignes et donc ça me gênait. J’avais du plaisir mais je ne progressai pas. Cette première ‘béquille’ m’a permis de passer une étape mais m’empêchait de passer à la suivante. Donc abandon du premier cd et passage au second. Je savais comment me relaxer et me mettre en route, je savais ce que je devais faire. Le second cd me permettait de rester dans un état de détente mais en me concentrant mieux sur ce qui m’arrivait, en prenant plus de plaisir.

    Après quelques séances, même problème que précédemment, je suis relaxé, le plaisir est beaucoup plus fort mais je ne m’écoute pas assez, je ne me laisse pas aller. Je reste trop à l’écoute du cd et cela m’empêche d’aller plus loin. Donc abandon de cette béquille dont je n’ai plus besoin et mes séances se font sans HypnAerosession depuis. Je n’en ai plus besoin, je suis détendu, je sais ce que je dois faire et je suis prêt pour la suite. Ce qui me semble intéressant c’est que j’avais essayé le second cd très rapidement au début et cela n’avait pas marcher. J’ai eu besoin de passer une étape avec le premier cd avant que le second ne m’aide à passer à une autre étape.

    A ce moment de mon cheminement, j’ai du plaisir à chaque séance, ces fameuse ‘p-waves’ mais pas encore ce que je qualifierai d’orgasmes. Jusque-là j’avais toujours utilisé l’Helix. Je ne le sentais pas bouger beaucoup et je me suis alors décidé à essayer quelque chose d’autre. J’ai acheté l’Eupho. L’Helix m’a permis d’atteindre mes premières vagues de plaisir. Exit l’Helix, bienvenue à l’Eupho. Les sensations sont pour moi beaucoup plus fortes, plus puissantes. J’en ai profité pour essayer le beurre de karité puisque je voulais plus de mouvement. Les deux combinés m’ont amené à mes premiers orgasmes prostatiques. Le plaisir qui monte dans le bas ventre, qui s’amplifie comme lors d’un orgasme éjaculatoire mais qui dure, qui revient et se répand sur le corps. Le simple fait de me toucher les tétons me fait partir alors que me toucher ne m’avait jamais donné aucun plaisir avant que je ne commence les séances de massage prostatique.

    Pour résumer, ce qui a marché pour moi, c’est de trouver le bon moyen pour passer d’une étape a l’autre, d’apprendre ce dont j’avais besoin pour progresser et d’accepter de me défaire de ce moyen pour atteindre une autre étape grâce à un nouveau moyen.

    Depuis quelques temps maintenant, ma femme et moi avons ajouté l’Eupho a nos rapports sexuels. Elle ne m’avait jamais vu dans cet état de plaisir ce qui lui donne aussi plus de plaisir. Pas de phase de relaxation, a peine introduit, dès les premières caresses, je sens le jouet glisser en moi. Je suis parcouru de contractions, de secousses électriques qui s’amplifient encore et encore. Toutes les sensations que je connais depuis des années sont démultipliées, amplifiées a des niveaux que je n’avais jamais atteint. Pendant la pénétration, non seulement tout mon corps prend du plaisir avec un niveau de perception jamais ressenti mais j’ai l’impression de lui faire l’amour en même temps que je me fais l’amour, l’impression que ma femme me fait l’amour, qu’elle aussi me pénètre. Ca peut sembler peut être ‘cérébral’ mais les orgasmes sont vraiment très puissants. Rien de comparable avec ce que j’ai pu ressentir dans le passé.

    Voilà, mon post est peut être un peu trop long, mais en partageant mon expérience, j’espère avoir rendu un peu de ce que les autres expériences dans ce forum m’ont aidé au fil de mes lectures.

    Bon cheminement a tous.

    #38401

    En réponse à: Etape sur le chemin

    AvatarWhynot
    Participant

    Deux sessions depuis la dernière fois avec un changement pour chacune.

    Tout d’abord, j’ai acheté l’hypnAerosession et l’ai essayé pour la première de ces deux sessions. Ça a complètement changée les choses. C’est pour moi une très grande aide pour la relaxation et la concentration sur la respiration mais aussi, une aide sur quoi faire, quand le faire et les sensations attendues avec la voix envoûtante d’Alena qui vous guide au fur et à mesure de la session. Ça me permet de me concentrer sur ce que je suis en train de ressentir et limiter les pensées sur tout ce que j’ai lu, sur la « technique » et le « ce que je dois ressentir ». Du coup je suis beaucoup plus détendu et je ressens beaucoup mieux les sensations qui sont moins « brutales » et plus subtiles. En ce qui me concerne, un énorme progrès.

    Pour la deuxième séance, en plus de l’hypnAerosession, j’ai utilisé le Helix classic au lieu de l’Helix Syn. J’ai utilisé un lubrifiant silicone pour cette deuxième séance et effectivement j’ai l’impression de mouvements plus prononcés qu’avec le Syn, que le Classic est plus libre de se déplacer. Ce n’est peut-être qu’une impression.

    Ces deux séances ont été beaucoup plus intenses que les précédentes, et la seconde encore plus que la première. Une sensation de bien-être, de plaisirs même si pas encore orgasmiques. A ce stade j’ai l’impression que c’est là, sous la surface, comme une bulle qui gonfle et est prête à exploser mais qui se dégonfle avant que cela n’arrive. Puis elle regonfle mais sans éclater.

    La première partie de l’hypnAerosession est dédiée à la relaxation. Durant cette phase, je ressens déjà des vagues de chaleur, les premiers mouvements de l’Aneros sans que je ne fasse de contractions, les muscles abdominaux qui se contractent et des tremblements au niveau des fesses comme pour me préparer au plaisir que je sens monter de plus en plus fort. Des bouffées de plaisir qui accompagnent le rythme de ma respiration. L’impression que c’est ma respiration qui fait bouger l’Aneros. Par conséquent, je me demande si je n’ai pas intérêt à NE PAS faire de contractions volontaires et laisser mon corps se laisser guider par ma respiration plutôt que de le « forcer » avec des contractions. La raison de ma question est liée au fait que j’ai l’impression que les contractions volontaires, même très légères, m’emmènent trop loin, génèrent des spasmes qui bloquent la suite. Avec elles le plaisir augmente encore plus fort mais je perds en relaxation, en « laisser aller ». Je ne sais pas si ce que j’écris a beaucoup de sens mais écrire me permet de mettre des mots en face de ces sensations diffuses.

    #36609
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bonjour @raviaulit.
    Vous nous dites :

    J’ai ressenti de bonnes sensations lors de certaines séances, mais c’est assez irrégulier et parfois quand j’ai l’impression d’être sur la bonne voie, la fois suivante s’avère être décevante.

    C’est normal particulièrement au début de votre cheminement. Si vous avez pu prendre un peu de temps pour lire les témoignages présentés sur le forum vous savez que nous sommes nombreux à avoir la même impression. Cette irrégularité ne signifie en rien que vous ne faites pas de progrès, elle signifie seulement que vos progrès sont lents et parcellaires jusqu’à maintenant.

    Je dois dire que j’ai assez peu l’occasion de m’entraîner (… ) (ma compagne) est la plupart du temps à la maison quand j’y suis. Je lui ai bien parlé de mon désir d’exploration, et elle n’est pas réfractaire à ma démarche, Je pourrais aussi faire ça avec elle mais je sens que c’est seul que j’ai le plus de chances de parvenir au but.

    Vous nous décrivez une situation qui est à mon avis un frein important à votre progression dans la mesure où elle vous interdit toute forme de lâcher prise, qualité essentielle pour accéder à l’orgasme prostatique. Vous nous dites que votre femme est au courant de votre quête et qu’elle n’y voit aucune objection. Vous en avez donc parlé avec elle. J’ai l’impression que vous créez vous-même une gêne

    je me vois mal faire une séance dans mon coin, avec elle dans la pièce d’à côté

    Est-ce vous qui êtes gêné à cette idée ou bien est-ce votre femme qui vous a dit qu’elle serait gênée si elle savait que vous faites une session dans la pièce à côté ? Si vous en avez parlé naturellement, comme j’en ai l’impression, si elle a approuvé votre quête, elle ne peut que vous encourager à faire votre apprentissage.

    Je pourrais aussi faire ça avec elle mais je sens que c’est seul que j’ai le plus de chances de parvenir au but

    Votre phrase me conduit à faire deux remarques :
    1. Une part importante de la découverte de l’orgasme prostatique est personnelle, intérieure et intime. Sur cette part il est vrai que l’apprentissage en solo apportera plus vite plus de fruits que l’apprentissage à deux dans la mesure où votre femme n’est une spécialiste du massage prostatique. (Vous nous l’auriez dit entre deux extases orgasmiques… )
    2. Mais je me demande si ce choix de la solitude « absolue » n’est pas une manière de cacher votre propre timidité à l’idée d’être obligé « d’apprendre » à jouir, pour atteindre un niveau de sensualité équivalent à celui de votre femme. Dans notre inconscient collectif un « vrai » homme sait jouir, il n’a pas besoin d’apprendre. Notre cheminement prostatique nous fait basculer dans une autre culture où nous devons accepter de découvrir une autre forme de sensualité. Ce n’est pas toujours facile à vivre.

    Je pense sincèrement que vous pourriez gagner beaucoup de confort moral en discutant ces aspects de votre quête avec votre femme, si, comme je le pense, elle est prête à participer à votre cheminement à vos côtés (ce qui ne veut pas dire à côté de vous pendant toutes vos sessions).

    Vous nous dites aussi :

    je me sens quelque peu limité dans ma jouissance par rapport à elle, qui connaît deux types d’orgasmes assez différents et les vit très souvent durant nos rapports.

    J’en conclus qu’elle est multi-orgasmique, qu’elle vit sa jouissance avec une certaine aisance et qu’elle a appris à gérer ses orgasmes. De la manière dont vous le dites je suppose que vous avez eu des occasions d’en parler ensemble. Avez-vous saisi ces occasions, depuis le début de votre quête, pour lui expliquer que vous souhaitez développer votre capacité orgasmique pour lui faire vous aussi, pendant vos ébats, l’offrande de VOS orgasmes en réponse à l’offrande des siens ?

    Telle que vous décrivez votre relation dans votre message je pense qu’elle ne serait en rien ni jalouse, ni vexée si vous lui demandiez l’autorisation de faire une petite sieste prostatique. Cette démarche vous permettrait à la fois de multiplier vos sessions et de les faire avec un état d’esprit apaisé source de relaxation et de lâcher prise.

    Elle peut vous aider à vous préparer avant la session, vous aider à vous détendre tout en vous gardant excité au début de la session. Si elle le désire elle peut jouer un grand rôle simplement en vous accompagnant, en vous aidant à exprimer ce que vous avez vécu pendant la session, en vous encourageant.

    une ou deux fois j’ai ressenti un bien-être sourd qui traversait l’ensemble de mon corps, et qui m’a un peu fait trembler des jambes. C’était une sensation agréable, mais loin d’être aussi forte qu’un orgasme.

    C’est exactement ce que vous pouvez ressentir de mieux au début. C’est un très bon signe.

    Une autre fois par exemple, dans mes premières séances, j’ai pu sentir de manière particulièrement sensible, précise et agréable les lents va et vient du masseur sur ma prostate, et c’était vraiment très bon. Mais depuis je n’ai plus senti de progrès, voire j’ai plutôt senti une régression.

    C’est aussi un très bon signe. Il est possible que depuis vous ayez tendance, même inconsciemment, à vouloir reproduire cette expérience, ce qu’il ne faut pas faire. L’une des règles d’or est de ne rien attendre de la session en cours. Quand vous débutez vous créez les conditions pour que le plaisir apparaisse, vous ne déclenchez jamais ce plaisir.

    En tout cas je n’ai jamais connu les contractions involontaires.

    Les contractions involontaires sont une étape qui caractérise l’action du masseur. Ces contractions sont le moteur de votre masseur. Mais il n’est pas nécessaire de les percevoir pour avoir du plaisir. Le masseur fait son effet avec des mouvement qui peuvent être amples ou extrêmement courts. Dans ce dernier cas vous pouvez ne pas percevoir les contractions qui le font bouger, comme vous ne percevez pas les contractions qui poussent votre bol alimentaire à travers votre système digestif. Dans les deux cas les contractions sont de même nature.

    Réponses à vos questions :
    1. C’est une question d’expérience, de sensibilité et éventuellement d’anatomie. Le seul point important est :

    quand j’introduis l’Aneros je ressens tout de suite quelque chose d’agréable dans la zone dite, et je la sens bien durant mes massages.

    2.

    J’ai très peu d’écoulement de liquide séminal.

    C’est normal. C’est le massage prostatique appuyé, appelé « milking » en anglais, qui a pour effet de faire couler le liquide séminal. Les masseurs Aneros comme l’Helix ne sont pas conçus pour un massage appuyé mais pour un massage en douceur. La quantité de liquide séminal qui s’écoules est une donnée personnelle qui n’apporte pas d’informations sur la qualité de votre session.

    3. L’excitation est un problème souvent évoqué par les débutants. Les solutions sont à chaque fois personnelle. N’hésitez pas à faire des essais. Vous pouvez vous aider soit avec des fichiers audio du type « Hypnaerosession » disponible sur le site Aneros, soit avec des fichiers d’hypnose, soit avec des fichiers de battements binauraux, soit avec des fichiers de type ASMR.

    4. Se masturber avant une session peut être un bon moyen de faire monter votre excitation à condition de ne pas éjaculer bien sûr. Les conseils donnés aux débutants de séparer soigneusement toute stimulation du pénis de celles visant la prostate ont pour objet d’aider ces débutants à bien séparer les sensations afin d’apprendre à reconnaître les réactions de leur prostate à la stimulation. Les sensations prostatiques sont souvent nouvelles, très faibles, fugaces au début et donc très difficiles à repérer. Si elles sont noyées sous les sensations comparativement monstrueuses en provenance du pénis il est impossible de les percevoir. C’est à vous de doser les unes et les autres pour profiter des plus fortes sans écraser les plus faibles.

    5. Ce serait mieux à votre stade d’attendre une heure ou deux avant de vous masturber. Si vous associez massage prostatique peu satisfaisant et masturbation avec orgasme éjaculatoire votre esprit considère que ce dernier est le seul à vous satisfaire ce qui ralentit votre découverte du plaisir prostatique.

    6. Vous ne nous avez rien dit de la méthode que vous utilisez pour lubrifier votre rectum et votre masseur. IL est possible que là réside la cause de votre gène si elle est interne. Si elle est externe (anus, périnée, bas ventre… ) elle peut être d’origine musculaire. Pendant vos sessions vous faites travailler des muscles qui sont sans doute peu sollicités et qui fatiguent comme tous les muscles qui travaillent plus que ce à quoi ils sont habitués. Ça devrait normalement passer en deux ou trois jours.

    Ne vous excusez pas pour votre « pavé ». Vous aviez beaucoup de questions et je suis sûr que vous ne les avez pas encore toutes posées . Ma réponse est encore plus longue que votre message…

    Bon cheminement @raviaulit

    PS : n’hésitez à proposer à votre femme de jeter un coup d’œil au site NXPL et surtout au forum. Elle y trouvera matière à mieux comprendre votre cheminement et donc à mieux vous aider à développer vos capacités orgasmiques au niveau des siennes pour mieux l’honorer.

    #36101
    AvatarChaines
    Participant

    Bonjour à tous,
    Petit sondage pour les débutants comme les confirmés : écoutez-vous quelque chose pendant vos séances (musique relaxante, de méditation, hypnose érotique, sons binauraux, etc.) ?
    Pour ma part, je tâtonne encore, souvent en lançant un peu au hasard sur youtube une « musique » de méditation (souvent intitulée « musique zen » ou « de relaxation », ou « pour yoga »), au casque. J’ai aussi testé des vidéos avec des sons binauraux, je ne suis pas beaucoup plus convaincu que les musiques de méditation. J’ai tout de même l’impression que ces musiques m’aident à m’enfermer dans une bulle et perdre conscience du monde extérieur.
    Enfin, j’ai testé ceci https://deepsurrender.com/product/slip-mindlessness/ , suggéré par Adam dans le forum « hypnose érotique ». Le souci, c’est que la compréhension de l’anglais me demande de la concentration et donc limite le lâcher prise. C’est pour la même raison que je n’ai pas testé les hypnaerosessions. Toujours rien en français ?
    Des suggestions de choses à essayer ?

    #34785

    En réponse à: Mon début de parcours

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Je partage ton opinion @serpenth ; le Prograsm ICE transparent est un très bel objet.
    Nous avons un ami, @jieffe, qui nous manque, qui a fait une belle expérience avec son Prograsm qui pourtant l’intimidait beaucoup :

    Cela fait un petit moment que j’ai envie d’essayer le Progasm, généreusement offert par bzo, mais il me fait un peu peur. Il est énôôôôrme!!! Cela fait plusieurs fois que je le regarde, que je le prends dans mes mains, et je me dis que là, ça ne rigole plus.
    Hier soir donc, enhardi par je ne sais quelle intuition, je me trouve plein de courage, attrape le Progasm, et c’est décidé, il finira ce soir dans mon petit cul. L’insertion n’a pas été des plus simples, ne nous le cachons pas, j’ai dû m’y reprendre à plusieurs fois, mais il est finalement rentré, sans trop d’encombre à la dernière tentative. Curieusement, il se fait vite oublier, et est presque plus confortable que le Junior.
    Le début de la séance a été quelque peu laborieux, un peu de plaisir de ci de là et puis c’est arrivé.Une bonne heure de plaisir intense. J’ai été obligé de mordre les draps, je me suis même mordu le bras pour ne pas crier, excellent. Le pire, c’est que le bougre ne voulait plus me lâcher. Je me souviens décider à un moment de mettre un terme à la séance, et le voilà qui se rappelle à mon bon souvenir. Il ne l’entendait pas de cette oreille. Et bien qu’à cela ne tienne, montre moi ce dont tu es capable.
    Il a tenu ses promesses!

    As-tu acheté la nouvelle version Trident ou l’ancienne ?

    récemment, la gourmandise l’emportant, j’ai acquis l’Eupho

    Sentais-tu que tu en avais le plus grand besoin ?

    je ne suis pas loin de penser que c’est LE masseur fait pour moi.

    C’est formidable que tu le dises aussi spontanément. C’est bien ce que constatent de nombreux prostatnautes expérimentés. Dans la foulée note que les « tout » petits Peridise peuvent aussi t’apporter de belles surprises.

    Tu nous disais le 10 juillet :

    J’ai commencé assez tôt à explorer cette partie de mon anatomie, mais sans savoir ce que je faisais, et sans doute mal orienté par le porno, je croyais alors que le plaisir était dépendant du volume de l’objet inséré, et de la puissance de la pénétration.

    Ta magnifique expérience t’apporte une réponse définitive. Cela dit ne jette pas ton Prograsm il t’apportera lui aussi du bonheur quand tu seras prêt à le recevoir.

    Tu ajoutais :

    – Est-ce que ma taille inhabituelle (près de 2M), ne met pas ma prostate hors de portée des jouets standards ?

    Sur ce point aussi la réponse est définitive. Cette réponse concerne aussi tous les débutants qui ont l’impression que leur masseur ne touche pas leur prostate.
    Ty t’interrogeais aussi :

    – Est-ce que je serai capable de me relaxer suffisamment pour laisser le plaisir m’envahir ?

    Si j’ai bien lu ton message aujourd’hui tu n’as même pas eu le temps de « commencer » ta session avec tes exercices de détente, respiration, concentration… Si le « CD » Hypnaerosession était en vinyle tu pourrais le jeter.

    Tu te demandais :

    J’ai pris la carte au trésor comme une check-list à respecter à la lettre. Or, je suis à peu près certain que j’ai vécu le point 36 avant d’avoir vécu le point 10, si jamais c’est possible.(… )
    alors que j’allais mettre fin à ma session (agréable mais sans atteindre le Graal), il m’est tombé dessus par surprise ! Mon premier orgasme prostatique !!
    Une fois l’orgasme vécu, je n’ai pas réussi à en déclencher un deuxième, malgré un état d’excitation certain.
    Du coup, je me demande si je n’ai pas brûlé les étapes ?

    Je rappelle pour mémoire le texte de la carte au trésor :

    10. Contact entre l’Aneros et la prostate clairement identifié
    36. Etincelles de plaisir dans la région de la prostate entre les sessions

    Ton dernier message t’envoie directement aux étapes 48 et 49 de la carte au trésor. Tu étais tellement envahi par ta jouissance,ce matin, que tu as vécu cette session comme un orgasme continu. Ton souci désormais n’est plus de déclencher un deuxième orgasme mais de survivre sous l’avalanche de tes orgasmes.

    Le 24 juillet tu t’interrogeais :

    J’en suis arrivé à un point, assez heureux, où chaque séance est agréable. Certaines sont même très très agréables. Tant et si bien que le seul fait d’y repenser le lendemain fait sursauter … ma prostate ? mes muscles PC ? Je ne sais pas. Mais ces sursauts eux-mêmes sont très plaisants.

    Tu vivais à cette époque les prémices de tes futures sessions A-less ; tu as vécu ce matin la première de tes sessions A-less, inattendue et brève comme une étincelle bien que pressentie :

    Le simple fait de préparer le matériel et d’anticiper ce que j’allais ressentir, et bien c’est arrivé. Oui, oui cher @bzo, j’ai eu un micro-tout-petit-mais-quand-même orgasme en a-less ! 

    Il me paraît évident à la lecture de tes messages que tu as fait des progrès fantastiques dans l’éveil de ta prostate et que tu dois te lancer dans des sessions A-less en parallèle de tes sessions avec masseur. Elles compléteront parfaitement ton apprentissage et contribueront à la fois à l’accélérer et à en amplifier les effets.


    @jieffe
    nous disait l’année dernière :

    J’ai fait hier soir ce que je pense être ma meilleure séance jusqu’ici…. Wahou, 1/2 heure à 3/4 d’heures de plaisir intense. En fait, je n’ai pas des orgasmes, j’ai un orgasme de 1/2 heure à 3/4 d’heure.

    Tu nous dis aujourd’hui :

    Ce fut une telle cavalcade que je serais tenté de résumer cette séance en un seul orgasme de 30 minutes, avec de légères accalmies, mais qui m’a laissé sur les rotules (et avec un sourire benoît).

    Nous retrouvons régulièrement cette impression qui dans les meilleurs des cas conduit à deux développements. L’un est l’impression de basculer d’une expérience dans laquelle on « vit » un orgasme à celle dans laquelle on « devient » un orgasme. C’est une expérience de dissolution complète de sa conscience dans la jouissance. L’autre est l’expérience, à la limite de l’absurde, de vivre des orgasmes qui se surajoutent à un etat orgasmique « sans fin » dans lequel on est déjà plongé. C’est une expérience que l’on vit quand, entre deux pics orgasmiques particulièrement intenses, nous continuons à ressentir une jouissance égale ou supérieure à nos expériences orgasmiques précédentes.

    Adam décrivait cet état dans le chapitre « l’énergie sexuelle » du traité d’Aneros. Cet état est illustré ainsi
    Niveau de l'intensité orgasmique
    Te places-tu déjà dans la perspective dont je parle ci-dessus quand tu demandes :

    Au risque de passer pour un nymphomane de la prostate, existe-t’il quelque contre-indication à l’utilisation immodérée des jouets Aneros ?

    Tout dépend su sens que tu donnes à l’adjectif « immodérée ». Dans l’absolu toute expérience immodérée est sujette à contre-indication dans la mesure où elle est en dehors de toute limite, de tout contrôle.

    Si l’assouvissement de ton désir de jouir te conduit à ruiner l’équilibre de ta vie ou celui de tes proches, sur le plan économique, social, familial ou affectif, oui il y a contre-indication. Si l’assouvissement de ton désir de jouir te conduit à mettre ta santé physique ou mentale en danger, oui il y a contre-indication.

    Si l’assouvissement de ton désir de jouir te conduit à aménager ton rythme de vie pour connaître le bonheur physique, pour t’aimer sans exclusive, pour aimer la vie, pour t’ouvrir aux autres en gardant soigneusement un équilibre raisonnable entre tes responsabilités et tes pulsions, la réponse est non.

    Plus concrètement, si tu respectes le mode d’emploi des masseurs Aneros tu n’as aucune crainte à avoir. La multiplication de tes sessions avec masseurs impose que tu attaches la plus grande importance à la lubrification. La multiplication de sessions A-less (je pense à ton avenir proche… ) impose que tu ne te laisse pas plonger dans la jouissance quand ton attention est requise pour ta sécurité ou celle des gens qui sont avec toi.

    Dans un premier temps les sessions les plus intenses peuvent se traduire par une fatigue musculaire profonde en plus de des courbatures que tu pourrais ressentir dans tes muscles abdominaux, fessiers, lombaires et dorsaux. Tout disparaîtra avec un peu de repos ce qui signifie simplement 1 ou 2 jours au pire sans session.

    Si tu as pu suffisamment parcourir notre forum tu sais déjà que certains de nos amis peuvent vivre des sessions intenses à peu près aussi souvent que l’occasion se présente sans aucun dommage. Je te propose en conclusion ce que nous @epicture dans son message écrit ce matin sur son fil discussion «  L’énergie sexuelle masculine ».

    Bon cheminement @serpenth.

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    A la suite de ce témoignage apporté par @lighteningbolto, je regroupe ici quelques passages dans lesquels j’insistais sur l’utilité de renoncer aux tensions, aux contractions réflexes que nous subissons quand nous vivons un plaisir d’une intensité inhabituelle contre lequel se protège instinctivement notre cerveau. J’espère que les situations auxquelles renvoient les liens aideront les lecteurs intéressés à mieux comprendre l’expérience qu’ils vivent et à relancer leur progression si nécessaire. La discussion est ouverte, n’hésitez pas à apporter vos questions et vos témoignages sur ce point.

    20/05/14 en réponse à @Hyménée

    La jouissance de plus en plus profonde que je ressens me bouleverse et je ne me sens pas capable de l’exprimer publiquement. L’intensité de mon émotion m’aide à comprendre celle de ma femme, l’intensité de mon abandon dans le plaisir aide ma femme à sortir de sa carapace de protection. Le plus avancé des deux aide l’autre à exprimer ses désirs, à renoncer à résister, à se laisser submerger par le plaisir.

    27/09/14 en réponse à @jeff

    Le témoignage de @brucewayne confirme l’importance de cette attitude d’abandon, de renoncement au contrôle qui est à la base de l’induction hypnotique apportée par Hypnaerosession. L’avantage de cet enregistrement est qu’en vous guidant il vous décharge de toute responsabilité sur le déroulement de la session et vous plonge naturellement dans l’écoute de vos sensations et le lâcher-prise. 

    21/05/15 en réponse à @rotsak69

    Je ressens aussi cette sensation de « crampe » qui gagne peu à peu l’ensemble de mes muscles en partant du bas ventre et en se propageant le long de mon dos jusqu’au cou et aux mains et dans l’autre sens jusqu’aux doigts de pieds par l’arrière de mes jambes. De même à la place de la douleur liée à la crampe je me sens envahi d’un plaisir de plus en plus incontrôlable au fur et à mesure que la crampe s’étend. Plus je parviens à me détendre, à renoncer aussi bien à résister à cette crampe qu’à chercher volontairement un orgasme libératoire, plus la jouissance s’intensifie et se prolonge.

    18/02/16 en réponse à @remy26

    Votre réaction pour approfondir votre détente quand vous sentez que vous vous tendez sous l’effet de l’intensité de votre plaisir est excellente. Ce qui semble bloquer la poursuite de votre plongée dans la jouissance est à mon avis un refus inconscient de lâcher-prise devant ce plaisir qui devient insupportable. Vous êtes à la porte du Super O’ mais votre inconscient n’ose pas l’ouvrir. Acceptez l’idée qu’il vous faudra un peu de temps pour la franchir.
    Lors de vos prochaines sessions, quand vous sentirez que vous êtes à nouveau au même point, prenez un peu de recul par rapport à vos sensations et renoncez très provisoirement à aller au-delà. Efforcez-vous d’approfondir votre relaxation en chassant toutes les tensions musculaires et mentales, en plongeant encore plus dans l’instant, en vous concentrant encore plus sur l’action du masseur, en prenant encore plus conscience de l’énergie qui naît autour de votre prostate et en vous ouvrant pour qu’elle se répande dans tout votre corps.
    Si vos spasmes sont involontaires il ne faut pas chercher à les contrôler car ce faisant vous vous crispez, vous vous bloquez pour les empêcher. Vous faites donc le contraire de ce qu’il faudrait pour lâcher-prise. Tout ce que vous pouvez faire est encore et toujours approfondir votre état de relaxation.

    20/05/16 en réponse à @fidelio

    Au lieu de guider votre plaisir avec des mouvements la prochaine fois que vous sentirez être à ce stade, essayez d’approfondir votre détente, de renoncer à toute contraction musculaire tout en restant concentré sur cette vague de plaisir et en imaginant qu’elle se répand pour emplir tout votre corps. Et si cet exercice vous fait ressentir votre plaisir encore plus intensément, plongez encore plus profondément dans la relaxation jusqu’à la submersion complète.

    17/11/16 en réponse à @anerosplayer

    Cette impression de fatigue est la conséquence d’une tension même si tu n’en as pas conscience. Tu peux éliminer cet obstacle à la montée de ton plaisir en localisant la source de cette fatigue, en te concentrant particulièrement sur cette zone non pas dans l’esprit d’éliminer la tension, ce qui est de nature à créer une autre forme de tension, mais de renoncer à cette tension .
    L’attitude pour retrouver le plaisir renversant que tu as connu précédemment n’est pas de chercher à déclencher « des spasmes et du plaisir ». C’est plutôt de te préparer à recevoir les effets de la stimulation du masseur complétée éventuellement par d’autres formes de stimulation, effets que tu amplifies en te concentrant sur les zones stimulées. Tu ne cherches pas à déclencher le plaisir mais tu te prépares à le recevoir sans résistance.

    19/03/17 en réponse à @ane-et-rosse

    L’image qui correspond à mon expérience est celle d’une jouissance qui me submergeait, qui me noyait et contre laquelle je luttais inconsciemment. Le déblocage s’est fait quand j’ai cessé de lutter contre cette impression de noyade, quand j’ai accepté de me laisser submerger par mon plaisir, quand j’ai enfin renoncé à contrôler quoique ce soit. Ca m’a pris du temps.

    08/09/17 en réponse à @kirah

    Quand tu sentiras ton masseur « appuyer très fortement sur la prostate » pense à ce moment précis à approfondir ton relâchement, à t’enfoncer encore plus dans la détente, à renoncer à toute contraction. Attention je dis bien « renoncer à » et non « lutter contre ». C’est ce qui ouvrira la porte à ta jouissance, lui permettant de gagner en intensité, de s’étendre dans ton corps, de se prolonger. 

    14/12/17 @voyageur en réponse à @kirah

    En ce qui me concerne les orgasmes les plus forts ont été atteint dans un état d’abandon et de renoncement. C’est assez étrange, car comme toi j’analyse, je cherche, je veux agir et comprendre. Mais c’est comme ça. Pour l’instant, je grimpe les échelons en me laissant aller, et je rejoins la remarque de Jieffe qui souligne ton témoignage sue l’abandon.
    Et dernière remarque, malgré ce qu’on pense – il m’est arrivé aussi de bâcler la partie relaxation – et à chaque fois ça marche moins bien dans ces cas là. Relaxation = résultat. J’ai la sensation que même si on peut avoir du plaisir et obtenir des contractions sans relaxation ( grâce à l’expérience ), s’accorder ce temps là au départ donne de meilleurs résultats. 

    27/12/17 en réponse à @jieffe

    Il est important de ne pas « lutter contre », ce qui est source de tensions et de conflits. Il faut seulement renoncer aux réflexes « naturels » en ne pensant qu’à ce qui se passe à l’intérieur. 

    27/03/18 en réponse à @buzzi

    Ce qu’il faut mettre en application quand vous percevez les premiers signes du plaisir montant c’est de vous détendre encore plus, d’être attentif à la moindre tension pour y renoncer. Même si, ce faisant, vous pouvez avoir l’impression de perdre un peu d’intensité, en réalité vous préparez votre corps et votre esprit à accepter encore plus de plaisir. J’emploie l’expression « renoncer à la tension » et non « lutter contre la tension » pour effacer toute idée de résistance et bien mettre en valeur la notion d’abandon, de relâchement qui seule ouvre la porte aux orgasmes prostatiques.

    11/05/18 en réponse à @jieffe

    « Cette presque nécessité de crier mon plaisir » est l’équivalent vocal des spasmes qui secouent le corps quand l’intensité du plaisir semble devenir insoutenable. De mon point de vue « laisser sortir l’énergie en trop » n’est qu’une réaction instinctive de défense contre l’intensité du plaisir que ton organisme vit comme une forme d’agression. Le problème est qu’en bloquant tes cris, tu te mets dans le contrôle, tu n’es pas dans le lâcher prise.
    Ton état d’esprit devrait plutôt être de faire circuler cette énergie dans l’ensemble de ton corps physique et mental comme pour la diluer en l’étalant ce qui te permettra de vivre une jouissance encore plus intense. C’est l’étape où je répète qu’il est important d’approfondir ta détente pour recevoir ta jouissance sans crispation, de percevoir tes moindres contractions (pour crier il faut contracter le diaphragme, les cordes vocales, les abdominaux…) pour y renoncer, pour laisser ton plaisir t’envahir. Plus tu y parviendras, plus tes sessions te permettront « d’être » ta jouissance au lieu de « subir » ta jouissance.

    23/06/18 en réponse à @Happy Ellis

    Dans tous les cas vous pouvez améliorez votre réaction au plaisir en vous efforçant consciemment de vous détendre encore plus, de relâcher la tension musculaire quand elle apparaît. Cela suppose une grande attention à ce qui se passe dans votre corps, autour de la zone prostatique. Attention vous ne luttez pas contre les tensions, cause de nouvelles tensions, mais vous y renoncez en vous détendant encore plus.

    29/07/18 en réponse à @jieffe

    Je constate que la liberté d’action dont tu bénéficies maintenant te permet de t’offrir sans retenue à ton plaisir.
    • Tu engages tes sessions quand tu le souhaites, en ce moment tous les jours, pour assouvir une soif de jouissance qui me semble croître session après session. Tu ne nous parles plus de tes problèmes de libido. Ton désir et ton excitation me semblent être très au dessus de ce que tu connaissais en débutant ton cheminement, pour ne pas dire au niveau le plus élevé de ta vie d’adulte.
    • Tu ne freines plus la montée de ton plaisir, tu renonces en toute sérénité à contrôler, tu te laisses complètement aller, jouir, gémir, secouer sans restriction. Comme annoncé par @bzo, l’intensité de ton ressenti commence à bénéficier de ce nouvel état d’esprit. Il y a là aussi une boucle vertueuse dans laquelle l’accroissement de ta jouissance conduit à l’approfondissement de ton lâcher-prise qui ouvre la voie à encore plus de jouissance.

    29/07/18 réponse de @jieffe

    Tu ne freines plus la montée de ton plaisir, tu renonces en toute sérénité à contrôler, tu te laisses complètement aller, jouir, gémir, secouer sans restriction.

    Oui, très clairement, et je pense même que c’est une des clés essentielle.

    18/06/19 En réponse à @madjek

    Je comprends en lisant ce passage que votre objectif à ce moment serait de « maîtriser vos réactions involontaires pour faire durer cet état » et à partir de là « lancer une procédure orgasmique ». Or c’est précisément le contraire qu’il faut mettre en œuvre à ce moment précis. Tout les efforts de contrôle que vous avez déployés pendant les minutes précédentes, pour lancer les contractions involontaires, doivent s’effacer au profit du « lâcher prise ». Ne cherchez surtout pas à « travailler sur l’orgasme ». Renoncez à tout effort à ce moment. C’est contre-intuitif certes mais c’est la clé qui vous ouvre la voie d’une jouissance plus profonde. Plus vous sentez le plaisir monter, plus vous devez vous mettre en posture d’acceptation, plus vous devez accepter de perdre le contrôle.

    Comme je le disais en commençant la discussion est ouverte. Bon cheminement à tous.

    #34572

    En réponse à: Mon début de parcours

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Tu nous dis @serpenth :

    Je m’en fous !
    Début de post pour le moins étrange, n’est-ce pas ? Mais toujours est-il que je m’en fous.
    Royalement (sans oublier que nous sommes en démocratie).
    Je me fous de savoir si, hier après-midi, j’ai eu plusieurs mini-O ou plusieurs orgasmes prostatiques, vu que la chose n’est pas quantifiable. L’important c’est que j’ai eu plusieurs fois des sensations que je n’imaginais pas possibles. 

    Quel bonheur de lire ton message ! Tu avais très bien commencé ton cheminement. Tu le poursuis encore mieux. Une telle progression doit te donner un appétit inextinguible pour tes prochaines sessions. Tu sembles être dans les meilleures dispositions possibles pour la suite de ton cheminement. C’est formidable.

    Je partage l’avis de @bzo. Ton aptitude à la jouissance prostatique doit t’encourager à explorer la voie de l’A-less. Tu peux même essayer avec l’aide du CD HypnAerosession. Tu ne risques rien. Si l’expérience est négative tu oublies l’A-less, qui te retrouvera très vraisemblablement plus tard. Si l’expérience est positive, banco !

    Tu sembles te poser aujourd’hui beaucoup moins de question qu’il y a quatre semaines. C’et la marque de tes progrès. Félicitations et bon cheminement @serpenth.

    #34571

    En réponse à: Mon début de parcours

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    @kirk_ vous faites vous-même le diagnostic :
    Fin février 2018 :

    quand je suis dans une session j’ai du mal à avoir un état d’excitation vraiment important, que ce soit avant ou après, je fonctionne beaucoup plus avec la stimulation visuelle hélas

    mars 2018 :

    Ma principale difficulté également c’est justement de rien attendre.

    16/08/19

    Autre question, est-ce qu’avant tes sessions et pendant tu as envie/ressens de l’excitation ? (… )
    j’ai toujours commencé mes sessions de manière machinale en me disant « bon allez faut qu’on essaye », alors pendant la session j’arrive plus ou moins à me chauffer (lectures, pensées) mais globalement je dirais qu’avant et pendant c’est pas complètement ça au niveau de l’excitation. (… )
    les fois où la situation est excitante et où elle arrive à créer une réelle envie ça finit par retomber car il y a la phase de relaxation, de détente, qui casse un rythme également. (… )
    la seule fois où j’ai eu des résultats intéressants c’était quand j’ai changé d’Aneros, ça a créé une grosse excitation, l’euphorie d’essayer un nouveau masseur et se dire que potentiellement ça sera la bonne,

    L’intérêt fréquent d’un dialogue est de s’apercevoir, en cherchant la réponse à une question auprès de son interlocuteur, qu’on a la réponse. L’épisode de votre changement de masseur le montre très bien, quand vous êtes excité vous réagissez mieux aux stimulations de votre masseur. La question à vous poser vient donc naturellement « Que puis-je faire pour avoir envie, très envie d’engager une session de massage prostatique ? » C’est le seul moyen d’éviter ce qui est sinon le pire au moins très négatif pour vos sessions :

    j’ai toujours commencé mes sessions de manière machinale en me disant « bon allez faut qu’on essaye.

    Pour ce faire quand on ressent peu les effets du massage sur la prostate il est important de se contenter de ce qui se passe, d’accepter ce « peu » et de se réjouir de le vivre, de se concentrer sur ce premier ressenti pour lui faire occuper un maximum d’espace dans son esprit. IL est important d’accueillir ces petites sensations avec un sourire de satisfaction, de se remercier de les vivre au lieu de se laisser envahir par le regret qu’elles ne soient pas immédiatement orgasmiques. Un apprentissage lent est de ce point de vue un véritable exercice de méditation. Il faut être patient et accepter que si certains vivent très vite des moments de jouissance renversants, d’autres ont besoin de temps avant d’y parvenir.

    Si la relaxation formelle pendant la session vous endort, vous pouvez simplement vous détendre sans faire d’effort et voir si vous restez plus sensible aux effets de votre masseur. Si vous manquez d’excitation « prostatique » faites ce qui vous excite avant votre session et engagez-la sur la lancée. Vous ne risquez rien à essayer. Avez-vous essayé de vous masturber en séances longues en évitant soigneusement l’éjaculation ? Cette pratique pourrait vous aider à ressentir de plus en plus d’excitation dans vos sessions. Elle est régulièrement mentionnée dans les forums spécialisés.

    @epicture
    nous a expliqué à quel point cette méthode l’avait aidé à progresser dans le développement de ses capacités orgasmiques.
    Voyez comme @serpenth a changé l’échelle de son plaisir orgasmique en s’appuyant sur les CD HypnAerosession. Vous pouvez essayer vous aussi ou chercher du côté des fichiers d’hypnose proposés par @adam.
    Il y a ce sujet dans le forum et la série d’articles sur l’hypnose dans la section blog.
    Voyez comment @filou a trouvé SA voie après tant de temps. Patience et nouvelle expérience lui ont permis de se retrouver enfin lui aussi en orbite prostatique.

    Je suis sûr qu’en acceptant l’absence provisoire d’orgasmes, en variant les expériences sans attente de résultat, en retrouvant une forme d’enthousiasme que la lenteur de vos progrès a étouffé, de façon tout à fait compréhensible, vous redécouvrirez les meilleures sensations que vous avez connues avec votre masseur et que vous vivrez peu à peu des moments de jouissance plus intenses et plus fréquents.

    Bon cheminement @kirk_.

    #31635
    nikosnikos
    Participant

    Bonjour @andraneros

    Dans mon souvenir, hypnaerosession guidait le déroulement de ma session et me permettait de gérer le timing sans avoir besoin de regarder ma montre.

    Il s’agissait d’obtenir des sensations autour de la prostate par des contractions physiques plus ou moins intenses.

    Hypnaerosession a certainement été écrit et enregistré avec le support de spécialistes de l’hypnose pour aider au déclenchement des orgasmes prostatiques par voie d’hypnose. Mais cette dimension n’a pas fonctionné directement comme ça pour moi, ou cela a échappé au champ de ma conscience (ce qui ne serait pas surprenant avec l’hypnose : apparemment on expérimente quotidiennement des niveaux de transe légers sans s’en rendre compte).

    Cela n’a pas abouti directement à me procurer des orgasmes prostatiques, puisque j’ai l’impression de tout juste commencer à ressentir le début de ces orgasmes alors que je n’utilise plus hypnaerosession depuis longtemps (j’avais même oublié à vrai dire). En revanche cela a peut être aider à préparer mon terrain de jeu actuel.

    Les fichiers d’hypnose érotique présentés par @adam, tels que je les perçois, ont pour but uniquement de modifier le niveau de conscience, de stimuler directement le cerveau et d’explorer le potentiel érotique de cet organe sans aucune action musculaire / physique. Uniquement par la pensée. Je recherche un autre type d’orgasme avec l’hypnose. Ce sont deux approches totalement différentes pour moi.

    Je dirais que je n’ai pas de réticence consciente avec le conditionnement pourvu que j’aie confiance en la source. J’ai confiance dans le fichier hypnaerosession comme dans les ressources d’hypnose proposées par @adam.

    J’aborde les sessions d’hypnose avec beaucoup d’envie et d’excitation. Je dois donc trouver la clé pour ouvrir une barrière mentale inconsciente.

    PS : en hypnose comme pour la quête de l’orgasme prostatique, le cheminement en lui même est très agréable et passionnant. Tant mieux si c’est plus long et compliqué que prévu. Cela donne plus de travail à nos modérateurs préférés et entraine de sympathiques échanges avec d’autres membres de la communauté NXPL.

    #31631
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Vous nous disiez en octobre 2015, @nikos, au début de votre cheminement vers le plaisir prostatique :

    Le support hypnaerosession quant à lui aide à canaliser le flux de mes pensées, me guidant jusqu’à un état de relaxation totale très agréable en lui même. La phase de relaxation dure 30-40 min, ce qui est plus long que ce que je faisais d’habitude. C’est très utile pour moi qui suis toujours tendu. Ensuite la voix me guide dans les contractions et m’aide à lâcher prise car je n’ai plus besoin de réfléchir au déroulement de la séance. Rumela est aux commandes, je me laisse faire.

    Hypnaerosession n’est pas présenté comme un fichier d’hypnose en tant que tel, mais seulement un support, un guide pour engager une session de massage prostatique mais ressemble a bien des égards à un fichier d’hypnose. Vous sembliez y être déjà plutôt réceptif sans présenter à l’époque de réticences sur cette forme de conditionnement.
    Vous venez de commencer votre initiation à une véritable hypnose en suivant les conseils apportés par @Adam. Comment comparez-vous votre réceptivité aujourd’hui par rapport à ce que vous ressentiez il y a trois ans avec Hypnaerosession ?

    Question posée à tous nos amis qui ont une expérience de l'(auto)hypnose :
    De façon générale, si je comprends bien, sous réserve d’accepter sincèrement de jouer le jeu, on peut apprendre à devenir sensible à l’hypnose, même si au départ on est très cérébral, très analytique et profondément ancré dans une attitude de contrôle. Il suffit d’écouter, de réécouter encore et encore les fichiers audio conseillés. Au fur et à mesure nous devenons de plus en plus sensibles aux instructions de l’hypnotiseur jusqu’à atteindre l’état de transe souhaité pour obtenir le bénéfice recherché.

    Est-ce que mon analyse est correcte ?

    PS : J’ai écrit mon message en même temps que vous @nikos. Vous avez en partie répondu à mes questions. Ce n’est pas si simple finalement ; dommage !

    #26694

    En réponse à: Mon bonhomme de chemin

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

     Il y a selon moi une contradiction structurelle entre le niveau d’excitation nécessaire pour engager les sessions, pour laisser monter le plaisir, et la relaxation elle aussi nécessaire…  entre d’un côté une excitation montante, mettant mon corps en tension, et une tentative quasi désespérée de le relaxer.

    Vous n’êtes pas le seul @epicture à relever ce qui semble une contradiction pour de nombreux débutants. Ce fut une grande question pour moi aussi. Cette contradiction naît de la difficulté à mettre en application simultanément
    • d’une part le relâchement musculaire indispensable à la perception des micro-sensations initiales et à l’exercice des mini-contractions volontaires localisées,
    • d’autre part la concentration exclusive de nos pensées sur ces sensations et le contrôle des contractions,
    • et enfin le maintien d’un « état d’esprit sexualisé », l’excitation, pour orienter les réactions du cerveau à ces stimulations vers des réponses à caractère orgasmique.

    Sous réserve d’avoir accès à de bons conseils, d’y mettre un peu de bonne volonté, d’y consacrer un peu de temps on peut progresser suffisamment dans chacun des trois domaines pour que peu à peu le relâchement musculaire devienne de plus en plus naturel, la concentration de ses pensées sur la zone prostatique de plus en plus spontanée et l’excitation sexuelle de plus en plus instinctive dès la seule pensée de la session à venir. Cet apprentissage ressemble à ce que demande l’apprentissage de la méditation. C’est une part de ce que nous appelons le cheminement.

    Chacun a une expérience, une psychologie et un comportement différent des autres ce qui conduit à réagir différemment dans les détails de chaque session. Chacun peut donc faire des progrès différents dans chaque domaine en avançant plus vite dans l’un que dans l’autre. Il est donc important de rester ouvert à l’expérimentation pour trouver la ou les méthodes qui permettront de résoudre ce conflit de compétences en élevant le niveau de ses aptitudes, là où elles sont les plus faibles, jusqu’à ce qu’elles deviennent naturelles. C’est pourquoi je rappelle souvent l’intérêt d’apprendre (lectures, exercices, stages ou pratique régulière auprès d’un formateur) et de s’entraîner aussi en dehors des sessions.

    Je suis une illustration de cette singularité de l’apprentissage. Face à la même contradiction que celle que vous mentionnez, j’ai trouvé ma voie en portant mon masseur Helix pendant la nuit et en me laissant réveiller au petit matin par des sensations libérées par le relâchement musculaire induit par le sommeil, amplifiées par l’absence de pensées parasites et par le cycle hormonal masculin favorable à ce moment à l’excitation sexuelle (la fameuse érection matinale). Je vis maintenant la même expérience à peine moins intense sans avoir besoin de mon masseur. Vous pouvez lire sur le forum que la même méthode n’apporte rien à d’autres membres.

    C’est aussi, pour ceux qui le connaissent, le tryptique mis en œuvre dans les fichiers spécialisés mentionnés par Adam dans le traité d’Aneros, chapitre « Session avec un Aneros » à la fin de l’ « Etape 4 : Relaxation et respiration »

    Pour les personnes parlant anglais, vous pouvez commander les CDs ou les fichiers mp3 «Hypnaerosession» disponibles sur le site du constructeur des Aneros ou sur différents sites de distribution de CDs. Ce programme permet d’être guidé dans sa relaxation puis dans les contractions. C’est grâce à ce programme audio que j’ai eu mes premiers orgasmes.

    Pour répondre à votre question @epicture

    Avez-vous dans votre expérience ou dans les témoignages que vous connaissez pareille problématique qui pourrai apporter un nouvel éclairage à mon questionnement ?

    La première étape me semble de repérer ce qui vous paraît le plus difficile en ce moment parmi les points mentionnés (ou d’autres qui vous seraient propres).

    La seconde, si vous avez l’impression que c’est la fusion de vos aptitudes qui pose problème et non chacune d’elles prise séparément, c’est d’en laisser volontairement une ou deux de côté pendant quelques sessions. Ce peut-être par exemple l’occasion
    • d’essayer la méthode « laisser faire » ( « do nothing »),
    • ou de vous masturber avant la session, sans éjaculer bien sûr, pour faire monter l’excitation,
    • ou d’essayer une forme d’induction hypnotique ou l’écoute de fichiers comportant des sons binauraux. Vous pouvez essayer ceux que @fidelio a proposés. Vous pouvez voir ce que proposait @fidelio en décembre 2016 et janvier 2017.

    Le second paragraphe de votre message @epicture pose un tout autre problème, aussi fréquent pour nos amis qui vivent en couple. Certains orgasmes prostatiques peuvent être si intériorisés qu’ils ne produisent aucun spasme, aucun soubresaut (« calm seas orgasms », orgasmes des mers calmes). La jouissance s’exprime dans ce cas comme une béatitude et peut paraître mystique. Mais le plus souvent la jouissance s’ancre dans le corps, plus ou moins localement et se traduit par des contractions réflexes plus ou moins spectaculaires et des gémissements ou des cris (comme l’orgasme classique). Dans ce cas les sessions ne sont plus compatibles avec la proximité de votre compagne si elle dort ou si elle n’est pas au courant de votre session.

    j’ai changé l’optique de faire cela « en secret ». Il ne s’agit pas nécessairement de faire cela avec ma femme, car c’est une pratique solitaire, mais de le faire avec son consentement et en toute connaissance pour qu’elle ne se fasse pas de fausses idées sur la question.

    C’est évidemment la meilleure solution ; son application peut demander du temps. Mon expérience est que plus on est ouvert, mieux cela se passe. L’important est de sécuriser votre femme sur votre attachement, et sur le respect de ses propres limites. Si elle ressent le même attachement pour vous elle peut comprendre que vous cherchiez une forme de développement sensuel, à condition de ne pas vivre votre expérience comme un début d’abandon. Elle a le droit de ne pas vouloir y participer, mais son attachement lui impose aussi de vous laisser faire cette expérience tant qu’elle n’en subit pas de conséquences néfastes. Comme votre progression vers le super O’ ne fera que développer votre sensualité et la compréhension de la sienne vous ne risquez rien.

    Vous avez une bonne base de discussion avec les effets indirects de la méthode Pilate pour votre rééducation dorsale Selon l’état d’esprit dans lequel elle est ou dans lequel elle sera dans quelques jours ou quelques semaines vous pouvez ou pourrez lui proposer de lire aussi ce que nous disons sur le forum. Nous n’avons rien à cacher, elle n’a rien à y perdre (au pire un tout petit peu de son temps). Bon cheminement @epicture.

    #23307
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Soit dit en passant dommage que tu ne sois probablement pas le Greg que je connais, ça nous ferait de belles soirées de conversation

    WhiteMan à l’occasion d’une conversation, qui permettrait un tel détour, tu pourrais parler de ton étonnement en tombant sur NXPL à l’occasion d’une recherche sur les soins alternatifs qui existent pour éviter ou limiter l’hypertrophie bénigne de la prostate. A partir de cette annonce tu n’aurais plus qu’à utiliser tes talents de mentaliste sur ton Greg pour savoir si c’est le bon ou non. Dans le meilleur des cas tu auras gagné une belle soirée de conversation, dans le pire tu nous apporteras un nouveau visiteur qui deviendra, peut-être, un nouveau membre du forum et qui dans quelques semaines ou quelques mois sera, peut-être, tenté par une belle soirée de conversation avec toi…

    Pour les gaz je te donne une réponse qui n’est que le fruit de mon expérience personnelle et en aucun cas une vérité médicale. Il m’arrive souvent d’avoir des gaz qui s’échappent pendant trois ou quatre heures après une session, sans aucun autre souci que celui de la discrétion. Je ne sais pas si la cause est un effet secondaire du massage sur le fonctionnement des intestins ou la libération d’un trop plein d’air aspiré sous l’effet des contractions.

    Te détendre et te concentrer sur ce que tu ressens dans l’instant à l’exclusion de tout le reste de ta vie est un problème que rencontrent de nombreux anéronautes, dont je fais partie. Ce sujet est souvent abordé sur le forum. Tu peux faire une recherche sur la page des sujets actifs avec les mots relaxation ou détente ou hypnose ou concentration ou méditation ou hypnaerosession. Plusieurs pistes sont proposées par nos amis parmi lesquelles tu peux faire des essais pour trouver ce qui t’aidera dans tes sessions.

    En ce qui concerne l’Aneros Evi, le fabricant le vend avec un argumentaire parallèle à celui de leurs masseurs prostatiques. Les techniques proposées par le traité d’aneros semblent donc pouvoir être utilisées avec profit par ta femme. Mais il n’est pas sûr que ce jouet la conduise à l’orgasme vaginal dans la mesure où l’embout externe est supposé stimuler son clitoris. Il existe aussi le Papillon d’Idées du Désir. Les deux ont été testés sur le site NXPL. Tu peux ouvrir, ou mieux ta femme peut ouvrir un sujet dédié au massage vaginal et y recevoir les réponses aux questions qu’elle se pose tant pour le choix du jouet que pour les techniques à mettre en œuvre. Ce serait une excellente occasion d’améliorer le respect de la parité sur le forum…

    Bon cheminement WhiteMan.

    #21924

    En réponse à: Ma (brève) expérience

    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Bienvenue sur notre forum @gfeel.

    Vous avez commencé votre cheminement vers le super O’ avec une apparente facilité malgré le peu d’informations dont vous disposiez. Votre avantage était évidemment que vos

    barrières anales et psychologiques étaient déjà franchies depuis longtemps

    ce qui vous a permis de vivre ce qui ressemble, en effet, à un orgasme prostatique.

    Mais votre excitation extrême et votre manque de connaissance de l’état d’esprit nécessaire pour profiter au mieux de cette forme de jouissance vous a conduit à prolonger ce premier orgasme par une masturbation « libératrice ».

    Vous avez un avantage important par rapport à de nombreux débutants car tel que vous présentez le début de votre cheminement votre prostate semble bien réveillée.

    Je crois que peut être je focalise trop sur le but à atteindre plutôt que de profiter des sensations qui sont présentes, mais difficile de se conditionner :p.

    Vous analysez très bien la cause de ce que vous nommez vos difficultés. Il n’y a rien à ajouter.

    je suis plutôt content car j’ai gagné en sensibilité du coté anal dans mes rapports avec mon partenaire, mais aussi, d’un point de vue « psychologique ». En effet, je suis beaucoup plus excité lorsque je lui fais une fellation, au point ou je me sens également « sur le point de jouir » (de manière complètement péniène) pendant tout le temps ou je m’occupe de lui.

    Vous commencez déjà à bien ressentir les effets secondaires que vous apporte votre cheminement vers le super O’, sensibilité accrue aux stimulations et meilleur connexion sensuelle avec votre compagnon.

    Vous avez tous les atouts pour connaître plus vite que d’autres les délices des orgasmes prostatiques. Renoncez donc à l’impatience qui marque vos premiers essais et soyez pleinement confiant qu’avec un peu de méthode vous entrerez vous aussi dans ce fabuleux paradis des super Os’.

    Pour cela prenez le temps de commencer toutes vos sessions par un vrai moment de relaxation, de respiration ventrale, de concentration sur les plus petites sensations qui animent votre périnée, votre anus, votre rectum et votre prostate si vous savez la reconnaître. Poursuivez la session en pratiquant de petites contractions volontaires pour animer le masseur et laissez-le bouger dès qu’il répond à vos sollicitations.

    Oubliez l’orgasme tel que vous le connaissiez et vivez chaque instant de votre session sans rien attendre. Mettez-vous bien en tête qu’à ce stade de votre cheminement vous ne déclenchez pas vos orgasmes mais vous créez les conditions pour qu’ils se développent. Votre prostate vous offrira son plaisir orgasmique quand vous serez prêt à le recevoir.

    Vous avez raison de vouloir tirer parti de votre sensibilité à l’hypnose. « Hypnaerosession » est en vente sur le site du fabricant à environ 25 dollars plus les frais de port et éventuellement de douane. Je ne sais pas s’il est disponible auprès d’un distributeur français ou européen. En lisant les interventions récentes sur l’hypnose vous trouverez d’autres sources d’induction hypnotiques.

    Votre partenaire est au courant de apprentissage. C’est une excellente chose. L’expression « essayer avec lui » me paraît inadaptée à la nature de votre situation. La partie apprentissage de votre cheminement est en effet plutôt solitaire. En revanche sa complicité et les échanges intimes qu’elle permet seront des atouts très puissants pour mesurer vos progrès y compris ceux que vous ne percevrez peut-être pas, pour vous soutenir si vous avez des doutes. Pourquoi ne pas l’encourager à partager votre transformation en l’invitant à entreprendre lui aussi le même cheminement ?

    Bon cheminement @Gfeel.

    #21656
    ane et rosseane et rosse
    Participant

    Bonjour,
    Je me suis procuré il y a deux semaines hypnaerosession. C’est une déception, je n’accroche pas. Je ne suis pas un anglophone accompli mais là n’est pas le problème, ce que j’entends est clair pour moi mais ça reste de l’anglais et ce n’est pas ma langue maternelle, il y a comme un filtre psychologique.
    J’ai par contre trouvé sur YouTube un petit bijou de 13 minutes en français pour atteindre à un orgasme hypnotique. Eh bien ça marche, plus ou moins fort mais ça marche. Alors, je l’ai écouté avec l’Aneros en moi en embrayant sur un morceau de musique relaxante. J’ai eu mes premiers spasmes, à blanc si j’ose dire, à l’écoute de la session d’hypnose et je les ai travaillés par des contrations pendant le morceau relaxant. J’ai alors eu mes premières vraies sensations de plaisir, de véritables micro orgasmes avec quelques contractions involontaires (1 ou 2 à la fois) que j’ai entretenues par des contractions volontaires intermédiaires. 1 à 2 seulement à la fois mais très puissantes, on aurait dit que l’Aneros voulait se briser pour aller plus loin en moi.
    Merci Papa Noël.
    Bonnes fêtes à tous les Aneronautes

    fideliofidelio
    Participant

    Les étapes importantes qui on jalonné mon parcours sont à la croisée des expériences de @andraneros et de @hyménée. Ce sont toujours des avancées psychologiques qui ont déclenché des avancées concrètes.

    1) l’obtention d’un embryon de lâcher-prise par la relaxation.
    2) l’isolement des premières petites contractions masquées derrière les tremblements du bassin.
    3) le début de ma pratique de l’auto-hypnose grâce aux mp3 Hypnaerosession.
    4) l’obtention de mon premier orgasme pénien sans l’aide de mes mains (HFO).
    5) la prostate est réveillée, les vagues de plaisir deviennent un réalité palpable.
    6) ma prostate désormais bien réveillée devient un petit tyran insatiable. Premières contractions sans aneros grâce aux exercices de kegel.
    7) premiers mini O’ et dry O’ sans vraiment en avoir conscience.
    8) break dans ma pratique: grosse remise en question de ma masculinité, et problème d’addiction au plaisir à résoudre.
    9) abandon de l’idée d’orgasme éjaculatoire au profit d’un orgasme de vagues diffuses => cassage du plafond de verre, plaisir accru.
    10) résolution de mes tiraillements existentiels intérieurs => orgasmes libérés => premier Super O’

    #21259
    Avatarharuko
    Participant

    Les deux premières séances, je n’ai rien ressenti. Je précise que je suis complètement néophyte sur la partie anale. La troisième fois, j’ai eu un très léger tremblement mais aucun plaisir en tant que tel. La 4e fois, j’ai tenté sur le dos avec l’audio Hypnaerosession et ce fut le vide intersidéral en terme de sensations. Certes la bande son m’a détendu mais j’étais tellement détendu qu’il m’était impossible d’imaginer des scènes érotiques.

    Pour la 5e fois (hier), j’ai retenté en position chien de fusil. J’ai lubrifié un peu plus le rectum en envoyant le lubrifiant plus loin pour la deuxième partie (Pour l’instant , je pars sur du 2×2.5ml). J’ai changé d’audio et je suis passé sur la bande son de Nikki Fatale. Là c’était bien mieux. J’ai pu à la fois me détendre et conserver un certain désir érotique.

    J’ai eu cette fois-ci de nombreux tremblements qui ont tétanisé mon corps à tel point que tous mes muscles étaient sous tension. Je précise bien qu’il s’agit de tremblements et pas de gros mouvements des bras et des jambes. On pourrait comparer ça à des tremblements dus au froid mais là ils étaient bien plus nombreux et sans arrêt. J’ai éventuellement ressenti un peu de plaisir mais rien de très inoubliable non plus. C’était très très léger.

    Ma question concerne l’après tremblements. Comment on fait pour passer à la suite sachant que si j’essayais de reprendre une respiration ventrale en me détendant, les tremblements s’arrêtaient. J’ai donc multiplié les contractions mais je n’ai fait que trembler. Je ne suis pas allé plus loin.

    Aujourd’hui, j’ai tenté tout en étant debout et sans Aneros une contraction d’un muscle que j’ai découvert hier soir. J’ai tout de suite senti un peu de chaleur envahir mon corps et une certaine excitation.

    Je pense bientôt tester le sommeil de 1h sur le ventre pour voir si ça fonctionne mieux.

    Des idées sur l’après tremblements ?

    #20122
    fideliofidelio
    Participant

    @andraneros l’induction n’est que la première partie d’une hypnose, c’est la phase de relaxation qui permet de descendre très profond en soi et casser la barrière de l’inconscient. une fois cette barrière abolie, le patient est dans un état de lâcher-prise total, et le vrai travail qui consiste à dialoguer avec l’inconscient peut commencer. l’induction en elle-même suffit néanmoins à se mettre dans un état de réceptivité suffisante pour bien se connecter aux sensations autour de la prostate.
    Mais moi je suis allé plus loin que ça et j’ai laissé mon inconscient s’imbiber de suggestions et de scénarios que je n’aurais pas dû. Par exemple, dans le CD Hypnaerosession, sont placés ce qu’on appelle des « triggers », c.à.d. un mot ou une phrase censée déclencher un état. Ici, le trigger c’est « sliding deeper now », quand on l’entend on a encore plus envie de tomber dans une détente profonde. Ces mots-triggers peuvent être utilisés pour accentuer la montée du désir et même pour provoquer une montée orgasmique, et c’est là le danger. Un mot comme « esclave », « petite fiotte », « cocu » ou d’autres trucs dégradants peuvent être utilisés pour induire un orgasme si l’hypnotiseur dit « quand tu entendras le mot « petite fiotte » ton désir va être multiplié par 100″. à ce moment le mot dégradant est très fortement associé au plaisir et les ennuis commencent. Sauf si vous êtes un soumis masochiste qui s’assume, et dans ce cas c’est la paradis sur Terre ! 😉
    Quand aux suggestions cachées, ce sont des phrases qui passent à faible volume, cachées derrières d’autres, mais que l’inconscient entend quand même, on appelle ça un « curse », un sort jeté. La domina dont je parle plus haut s’en sert par exemple pour pousser ses soumis à lui faire des dons en argent et à vider leur compte en banque. Et ça fonctionne, elle est semble-t-il millionnaire !

    Bref, je ne suis pas tombé trop loin là-dedans parce que mon inconscient a refusé assez rapidement le jeu qui se mettait en place, mais je n’ose pas imaginer ce qui peut arriver à quelqu’un de plus facilement manipulable.
    Tout ça c’est un peu éloigné de l’orgasme prostatique, j’en conviens, alors je vais remettre un peu d’ordre dans ma pratique.

    #20113
    fideliofidelio
    Participant

    Salut à tous.
    Mon dernier post était il y a un mois tout pile. C’est chouette de pouvoir quantifier les avancées en notant ses impressions ici. Depuis un mois, j’ai un peu dérivé par rapport à la poursuite du Super O’. Ma pratique en parallèle de l’auto-hypnose y est pour beaucoup et j’ai eu quelques mésaventures à ce sujet.
    Dans un post précédent, j’avais cité une vidéo sur Youtube nommée « Jackpot 2 » par une certaine Isabella Valentine. D’expérience, je sais aujourd’hui qu’il vaut mieux éviter de se frotter aux mp3 que cette hypnotiseuse sème sur la toile. C’est ce que l’on appelle une Hypnodom, c.à.d une dominatrice qui se sert de l’hypnose pour interagir avec ses soumis. Je ne vais pas entrer dans les détails car ce n’est pas le sujet de ce forum, mais c’est en fait une personne assez dangereuse; et comme j’en ai plus ou moins fait la promotion plus haut, je préfère retirer ce que j’ai dit et au contraire mettre en garde.
    J’avoue que j’ai un penchant pour les femmes fortes, mais ça ne va pas jusqu’à apprécier la domination et l’humiliation. Or, il existe des mp3 du même acabit que le fameux Hypnaerosession, mais fabriqués par des dominatrices à destination d’auditeurs masochistes et soumis. Il s’avère que ces fichiers contiennent souvent de fortes suggestions cachées qui vous forcent à aimer des pratiques sexuelles dégradantes qui ne faisaient pas partie de vos fantasmes jusqu’alors (je vous laisse imaginer, mais ça va assez loin en fait).
    Bref, si comme moi vous voulez expérimenter dans ce sens, allez-y prudemment, car il y a des effets secondaires.

    Le contre-point de cette expérience c’est que j’ai multiplié la sensibilité de ma prostate et de ma zone anale par 10. A raison d’une séance d’hypnose érotique tous les 2 ou 3 jours, avec ou sans Aneros, je peux maintenant déclencher des montées de plaisir en un claquement de doigt. Je ne dis pas ça par forfanterie, c’est même parfois flippant de sentir que ma prostate est si sensible désormais. J’entre désormais très facilement en état de transe, laissant le champ libre à mon inconscient, et je peux faire déferler des vagues de plaisir sur ma prostate. le problème c’est que je maîtrise mal ce plaisir et il vient de façon brutale, provoque des contractions trop fortes qui m’entraînent systématiquement vers un super T.
    Du coup, j’ai décidé de calmer un peu le jeu et de prendre un peu de champ par rapport à la recherche du Super O. il faut que je fasse une pause.

    #19783
    fideliofidelio
    Participant

    Ma capacité à la relaxation s’est considérablement améliorée en seulement un mois grâce à l’auto-hypnose. Je pense qu’on peut parvenir à des résultats similaires avec le yoga ou le Qi gong, ou toute autre méthode qui permet de se libérer du stress généré par la vie occidentale; mais les résultats obtenus par hypnose sont plus rapides. Le cerveau est une chose plastique que l’on peut modeler avec un peu d’effort. En ce qui me concerne j’ai fait une séance par jour pendant 21 jours pour permettre à mon cerveau de bien imprimer, d’apprendre à lâcher l’affaire. Le simple fait de pratiquer la respiration abdominale est déjà un puissant relaxant en soi, et il ne faut pas se priver de la pratiquer pendant la relaxation pré-contractions aneros.
    Il y a un fantasme autour de la pratique de l’hypnose qui est véhiculé par les artistes comme Messmer; les gens pensent qu’on peut vous faire faire tout et n’importe quoi, il n’y a rien de plus faux. L’hypnose est un état de transe paradoxal dans lequel vous gardez toujours le contrôle de votre corps et de votre cerveau, on ne peut pas vous forcer à faire quelque chose pour laquelle vous n’avez pas donné un consentement.

    Ce qui m’a plu dans les séances d’aneros, outre la possibilité éventuelle d’atteindre une forme de plénitude totale du corps et de l’esprit, c’est que ça va à l’encontre de toutes les valeurs véhiculées par notre société. le plaisir prostatique nécessite de la patience, de l’abandon de soi, du calme, de la sérénité. C’est un contrat sans compromis: pas de paix intérieure = pas de plaisir.

    Ensuite, pour le côté pratique, je conseille de trouver des mp3 d’hypnose sur internet (ou d’en acheter, c’est pas interdit !). On trouve quelques petites choses sur Youtube. Je ne sais pas si j’ai le droit de mettre des liens sur ce forum ? Sinon vous tapez « Apprendre l’auto-hypnose » dans le moteur de recherches Youtube, et vous trouverez une video Doctissimo qui donne les bases de la pratique. Vous verrez que le CD Hypnaerosession utilise ces bases, ce sont toujours les mêmes: fermer les yeux, concentration sur la respiration, relâchement des muscles, voix lancinante, répétition, décompte, visualisation de diverses images en lien avec le résultat escompté pendant la séance.

    ça ne fait pas mal, tout au contraire, mais comme pour tout cela demande un peu d’investissement pour obtenir un résultat concret 😉

    #19782
    AndranerosAndraneros
    Modérateur/modératrice

    Merci @fidelio de nous apporter ce témoignage sur l’effet de l’auto-hypnose qui vous permet d’accéder à l’état dans lequel vous vous ouvrez au plaisir qui émane de votre prostate.

    Vous nous disiez le 20 mai :

    Je dois dire en préambule que je suis quelqu’un pour qui le lâcher-prise est un état très compliqué à atteindre, mais arrivé à la 40aine j’ai décidé de changer ça et d’entamer des séances d’hypnose / relaxation / sophrologie chez un psy. Je trouve que la pratique du massage prostatique est très complémentaire de cette recherche du mieux-être dans laquelle je me suis engagé…
    J’ai fait un bond considérable dans ce sens quand j’ai fait ma première séance (il y a 4 jours) à l’aide du CD Hypnaerosession. Je le recommande très chaudement à tous ceux qui comme moi ont un cheminement par trop chaotique et qui se perdent dans leur apprentissage. C’est un véritable guide qui permet de mettre de l’ordre dans ses séances et qui surtout m’a permis de comprendre POURQUOI il fallait à tout prix se relaxer profondément en début de séance…
    Comme je l’ai dit en préambule, la relaxation et moi ça fait 2, et ma première séance avec Hypnaerosession a fait l’effet d’une petite bombe…
    je me suis dit que tant que j’étais là, à nager dans les P-Waves, autant me laisser aller totalement à elles et prendre ce qu’il y avait à prendre, même si ce sont des sensations qui grattent le ventre et qui demandent à ce qu’on les satisfasse urgemment. Alors seulement pour la première fois depuis le début de mes séances d’Aneros, je peux dire que j’ai été dans une complète décontraction. Ça a duré une ou deux minutes, je ne sais plus trop, et puis le plaisir s’est accru subitement, d’une manière qui m’a semblé nouvelle.

    Vous nous dites aujourd’hui :

    Ce que je retire de tout ça, c’est que la relaxation doit intervenir pour plonger l’esprit et le corps dans un état de transe légère, pas juste pour décontracter les muscles. Cette expérience m’a fait comprendre que pour s’abandonner pleinement aux spasmes prostatiques il faut un état second, et il faut aussi vraiment vouloir craquer toutes ses barrières mentales. En ce qui me concerne, le conditionnement mental importe plus que l’écoute des sensations purement physiques à ressentir dans la zone anale pour me faire décoller.

    Il semble que l’induction hypnotique soit très efficace sur vous et vous permette de faire des progrès décisifs vers le Super O’. Pour aider nos amis qui éprouvent les mêmes difficultés que vous à lâcher prise pouvez-vous expliquer simplement, si cela est possible, comment vous procédez pour vous mettre en auto-hypnose et devenir si réactif aux fichiers audio-visuels d’induction hypnotique ?

    Vous avez trouvé une méthode qui vous permet de vous détendre profondément. La récompense est immédiate et méritée. Continuez dans cette voie. Bon cheminement @fidelio.

20 réponses de 1 à 20 (sur un total de 47)